AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Deux mondes sous le même ciel [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 30 Jan - 18:35
Enfoncé confortablement dans son siège, Natsuki regardait le plafond, les doigts croisés derrière la tête. Le petit discours de Mr. Horura résonnait encore dans sa pensée. Il n'y avait pas de plus belle façon de décrire la Soul Society que la sienne.

« Vous savez Neko... »
dit-il finalement, pour briser le silence. « … il n'avait pas tout à fait tort. Son point de vue est tout aussi manichéen que celui de la Soul Society sur Elle-même, mais il y a du vrai. L'équilibre des mondes est l'objectif unique auquel le Seireitei aspire. Et les moyens mit en œuvre pour y parvenir sont parfois douteux. Nous voulons le bien et chasser le mal, mais ce n'est pas si simple. Il n'y a pas une ligne claire pour délimiter les deux. La frontière entre les deux est incertaine. Parfois, nous devons la franchir, juste un instant, le temps de faire ce que nous appellerons pour la commodité de la conversation '' le bien '', puis revenir derrière. Sauf que, à force de passer cette ligne, de la piétiner, elle n'en devient que plus flou encore. La fin justifiant les moyens, en quelque sorte. Il est arrivé que le système foire, qu'il y ai des guerres d'opinions comme d'armes, des erreurs, qu'Elle ai tenté d'enterrer ces erreurs, mais au final, Elle pense avant tout à l'intérêt du plus grand nombre lorsque survient la discorde de l'équilibre. »

Tournant la tête vers Taka, il lui afficha un sourire révélateur de sa dentition.

« Cela vous étonne que je dise du mal de mon organisme ? Moi, le soldat formaté ? Ce n'est pas entièrement vrai. Ce n'est pas du mal, simplement un point de vue plus reculé. Le Goteï 13 m'a apprit à tuer et à penser comme un shinigami, comme un Assassin de la Deuxième Division, mais ne m'a pas endoctriner pour autant. Je conserve – ou du moins je le pense ? - ma liberté de penser. Si je suis les ordres sans poser de question, c'est parce, d'une part certes je n'ai pas le choix, mais surtout parce que je le veux et l'accepte. Nous avons déjà eu cette discussion, sur le fait qu'être un shinigami se résume à être un chien en laisse, que la plupart de ceux qui s'exilent – parviennent à s'exiler – le font parce qu'ils ne supportaient plus ce collier, ou étaient déçus de la réalité du Goteï. Je fais ce que je fais, ce qu'on m'ordonne de faire, parce que ce sont les valeurs que je défends, valeurs qui correspondent en quelque sorte à celle de la Soul Society. La raison de brandir son zanpakto. »

Détachant ses mains de derrière son dos, il reposa ses bras sur les accoudoirs.

« Cela aussi je l'ai expliqué, mais dire que nous protégeons les humains n'est pas exactement juste. Il serait plus correct de formuler que la Soul Society nous envoie pour empêcher les hollow de bouleverser l'équilibre en s'attaquant aux vivants, et aux âmes. C'est ce qui peut expliquer, à raison, ce que Mr. Horura voulait dire par : '' qui ne prend pas en compte les personnes qu'elle doit protéger. '' : c'est parce que les décisions ne sont pas prise tout à fait dans ce sens. Le problème vient aussi de la différence de mentalité entre les différents mondes. Une politique commune ne peut pas fonctionner pour tous, d'où les avis divergeant. C'est déjà impossible d'en avoir une pour un seul monde... »

Entremêlant ses doigts devant lui cette fois-ci, les coudes toujours cala, il revint un peu plus en amont de ce que le gérant leur avait exposé.


« J'aimerai revenir aussi sur cette histoire d'assassiner la moindre menace. Nous autres, de la Deuxième Division, ne prenons pas la vie à tort et à travers. Nous tuons lorsque l'ordre nous en est donné, c'est vrai, mais cet ordre ne tombe jamais de but en blanc. Il résulte d'enquêtes et de faits, de preuves et de réflexions. Cela dit, le sort que l'on réserve à ceux que l'on suspecte parfois n'est plus enviable...»

Ses pensées se dirigèrent un instant vers le Repère des Asticots.

« Mais en définitive, nous ne tuons pas pour des erreurs. Des erreurs, tout le monde peut en faire. Nous tuons pour des crimes, perpétré de sang froid. Commencez par exemple par un génocide en plein milieu de Seireitei, alors oui, nous ferons ce qu'il convient de faire. Mais échouer dans une mission qui cause la mort de toute votre équipe ça, c'est autre chose, de moins condamnable... si ce n'était pas intentionnel. Ou encore vous en prendre spontanément à quelqu'un. Tant que vous ne le tuez pas, et qu'il y avait une raison quelconque derrière cet échange de claques - raison pas forcément plus recherchée qu'une différence d'opinion - le sort n'appartient qu'à vous et votre adversaire.»

« En conclusion, je dirai que ma vision sur la Soul Society est plus proche de la réalité que celle qui nous a été exposée un peu plus tôt. Cela reste ma parole contre la sienne, cela dit. Mais je l'admets volontiers, Le Seireitei n'a rien d'une bande de chevaliers blancs voués au Bien, tout n'y est pas rose, loin de là. »


Il tourna à nouveau ses yeux vers Taka, à qui il offrit un regard navré.


« Je vous ai fait mettre les pieds dans un sacré guêpier, en venant vous chercher il y a quelques mois. J'en suis désolé. »

Un peu plus tard durant le trajet, il se questionna à voix haute :

« Quelque chose me chiffonne par contre. Il a parlé d'avoir fait preuve de sentiment, et surtout de retenue. J'avoue ne pas comprendre. Pourquoi n'en aurai-je pas fait preuve, surtout dans un lieu aussi respectable que celui-ci ? Je ne suis qu'un être humain, après tout. »

Phrase anodine pour un extérieur, elle prenait un autre, plus grave, pour qui comprenait : en d'autres circonstances, il n'aurait pas fait preuve d'autant de clémence, pas du tout même. Mais son cas était particulier. Certes, l'un des objectifs de la police interne qu'il représentait était de traquer les fuyards. Mais en cas d'échec, il était rares que les poursuites continuent, et que des unités soient envoyées pour passer le monde au peigne fin. Le Monde Matérielle ne se limitait pas à Karakura, contrairement au Spirituel qui n'avait rien, au-delà du Rukongai. Aussi, lorsque la Deuxième Division était envoyée en mission sur Terre – fait très rare – elle se cantonnait à sa mission : à moins de tomber spécifiquement sur l'un des exilés, elle l'ignorait totalement : seule l'atteinte de l'objectif comptait.

Dehors, bien au-dessus de la cimes des arbres défilant sur le passage du train, le ciel s'assombrissait.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 31 Jan - 9:30
Le train trimbalait le couple, le monstre de fers les bringuebalait doucement sous de petite secousse, doucement il se remplissait, mais les deux avaient leur place. Taka mirait dehors, quand Natsuki parla, elle l'écouta sans rien dire puis elle soupira. Dehors, le temps semblait suivre son tumulte intérieur, bientôt la pluie allait se mêler à la vie des gens en contre bas.

- Je crains que vous ne disiez la même chose que Tokito, Natsuki-san vous obéirez à la Soul Society pour lui obéir aveuglément quelque soit la raison est une forme d'aveuglement, il est utile d'avoir des principes ou bien des raisons pour lever son Zampakutos, mais ils ne doivent pas être figé dans le temps, tout les jours les remettre en question, se demander si maintenant ses raisons ne sont pas caduc, sinon les guerriers deviennent des assassins, de simple meurtrier car ce qui prévalait hier ne le serra surement pas demain, fit elle remarquer, une pointe de tristesse dans la voix, elle c'était faite une raison à ce que sa vie ne valent pas grand chose devant les ordres et la vision de la vie de Natsuki, mais elle s'y était fait en envoyant cela à plus tard comme beaucoup de chose qui la dérangeait.

- Tous dépends de votre vision d'une erreur, je considère que vouloir être indépendant sans vraiment trahir un groupe n'est pas une erreur, si elle a été faite dans la violence et l'abnégation du passé, oui cela peut devenir une erreur mais elle serait au même niveau que celle que vous citez, donc pas besoin de tuer d'emprisonner ou de traquer la personne, voyez vous, vous résonnez sur ce qu'on vous a apprit au point que cela vous semble d'une logique implacable, de plus bien que je sois certaine que certain déserteur soit de très mauvaise personne, vous parliez de raison de lever son zampakutos, mais en fin de compte qu'est qui vous permet de juger un homme qui a perdu sa raison dans ceux du Seireitei, pour la retrouver ils décident de continuer leur propre chemin je trouve sa appréciable de vouloir protéger pour ses propres raison comme les votre en fin de compte Natsuki-san, mais vos raisons son en prolongation avec celle de la Soul Society, vous avez peut être eu uniquement de la chance de résonner ainsi fit elle savoir, prenant la main du Shinigami elle lui fit un large sourire qui rayonnait de sincérité.

- Je ne peux plus vraiment vous cachez mes sentiments, je sais bien que ma vie ne pèse pas grand chose et je ne souhaite pas vous entraînez dans une vie qui ne vous conviendrait pas, par contre j'aimerais juste vous dire que si un jour je dérape, j'aimerais que ce soit vous qui me traquer, elle laissa le silence poindre le bout de son nez, un silence imaginaire entre eux, alors que la rame ce mettait à déborder de monde, Je ne dis pas que je me laisserais mourir sous votre certitude, mais si je devais y laisser mon dernier souffle je préfère que cela soit votre zampakutos qui me le retire dit elle, elle avait tourner la tête pour encrer son regard dans celui de Natsuki, elle n'avait pas vraiment peur de la mort, elle savait qu'elle lutterait de toutes ces forces pour la tenir éloigner, ce qu'elle disait pas c'était le choix qu'elle avait à faire, celui la même que Tokito avait annoncé à voix haute, elle trouvait que l'un ou l'autre n'avait rien de magnifique .

- Vous avez juste fait preuve de retenu comme quelqu'un de réfléchis, ils ont eu quelques soucis avec des personnes ne pouvant pas faire cela c'est tout fit elle remarquer un rapide baisé sur la main de Natsuki.

Le monstre de fers se figea à leur station, ils sortirent tranquillement non sans jouer un peu des coudes pour se frayer un chemin dans la masse de la population pressé de partir ou de rentré chez eux. La jeune femme montra une direction grossière, elle connaissait un petit snack sympa dans les environs, pas besoin de bien manger pour passer un repas de midi super, elle attrapa la main de Natsuki et le força à la suivre, elle avait retrouver son sourire celui un peu enfantin qui n'avait pas perdu toutes son innocence, celui qui chassait les craintes, les doutes, les erreurs et les horreurs qu'elle avait pu vivre au plus profond de son âme, dans ces ténèbres, la ou Burei pouvait les garder ou les enfermer.

Le petit restaurant ne payait pas de mine, il y avait un peu de queue et beaucoup achetait pour manger chez eux, mais dans l'arrière salle quelques tables oublié des clients siégeait sous un lustre au forme étrange. Taka et Natsuki se mirent dans la queue, il y avait des menus affiché pour ceux qui voulait pas se faire taper sur les doigts si ils étaient trop long à choisir. Taka savait déjà ce qu'elle voulait, un bon Grec, un truc qui dégouline pas vraiment de bio et de santé, mais elle s'en fichait gagné un peu de poids sa irait peut être se loger dans ces seins.

Les gens choisissait, le couple avançait, la discutions était partis sur des choses bien plus banale des anecdote, ils parvinrent même à sourire et à rire, il fallait laisser certaine chose dans le passé, les enfouir le plus profondément possible pour y penser qu'une fois que la situation se présente. Taka ne voulait pas vraiment gâché les sentiments qu'elle avait avec des incertitudes et un avenir incertain que diantre, elle était jeune, pour une fois amoureuse et elle pouvait profiter de son Amant.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 31 Jan - 22:42
« C'est un avis intéressant, et tout à fait juste, même plus que le mien, pour ainsi dire. Mais je pense que jamais personne ne sera d'accord sur le fin mot. L'on pense que ce que fait la Soul Society est abjecte. Et en soit, ce n'est peut-être pas faux. Mais c'est un point de vue extérieur, sans connaître les véritables enjeux. De l'interne, nous pensons que nous faisons ce qu'il y a de mieux pour la sauvegarde d'un équilibre. La fin justifiant les moyens c'est parfois la solution la moins pire qui est retenu. Je ne me ferai pas l'avocat du diable cependant : pour illustrer avec certains dictateurs récents de votre monde, leurs solutions leur paraissaient très bonnes... Donc au final, un camp est trop impliqué, alors que l'autre pas du tout, car il se contente de subir : impossible d'avoir un verdict final. »

Pour changer le système, il faudrait renverser le Goteï. C'est quelque part ce qu'essaie de faire la Concorde peut-être. A la différence près qu'Elle, ce n'est pas pour remplacer ce qui est en place, mais simplement par plaisir, ce qui provoquerait la perte des Mondes. Ce n'était qu'une théorie, aussi Natsuki la garda pour lui.

Vint alors le passage tragique sur la mort de l'autre. Étrangement, elle lui souriait en lui parlant de cela. Et lui en riait presque, plus étrangement encore.


« D'accord. Prenons la situation hypothétique que, à tout hasard, votre nom apparaissait dans notre bingo book. Vous pensez vraiment que je ne me porterai pas volontaire pour me charger de la besogne ? Pour avoir besoin de m'en faire la demande maintenant ? Vous êtes mon bonheur Neko, et je ne laisserai personne d'autre que moi mettre fin à tout ce que j'ai aimé. »

Il marqua un court temps de pause avant de reprendre :

« En cela, Mr Horura avait tort. Je n'hésiterai pas un seul instant à plonger ma lame dans votre chair si je devais le faire, mais contrairement à ce qu'il a dit, la logique aura fait plus d'une fois son chemin dans ma pensée. »

Prenant une expression plus espiègle, il décoiffa quelque peu Taka d'une main.

« Ne parlons pas de cela comme une fatalité ! C'est une situation envisageable, certes, mais qui n'a aucune raison de se produire, je me trompe ? Beaucoup des miens vivent heureux et en famille là-bas. Pourquoi pas nous, même si ce n'est qu'un bout de chemin, lequel n'est pas forcé de se finir aussi mal que nous l'imaginons. Nous ne vivons peut-être pas dans le même monde, mais nous sommes sous le même ciel, c'est tout ce qui compte. »

Plus ils se rapprochaient de leur domicile, dans le quartier sud, et plus le train se gorgeaient de voyageurs à chaque arrêt. Sortir en fut presque compliqué pour eux. Ils déambulèrent encore un peu en ville – il pensait qu'ils déambulaient, à en juger comment Taka le baladait – jusqu'à trouver ce fameux restaurant, si l'on pouvait le qualifier de tel. Toute la beauté de la malbouffe établit dans ses lieux déjà en 1950, et partit pour y être encore un demi-siècle plus tard. Mais cela, il l'ignorait encore.

Le couple entra dans l'établissement, lequel était plutôt remplit. Rien d'anormal cela dit, c'était l'heure où les affamés sortaient de chez eux pour se sustenter, l'heure du repas de midi, celle que chaque ouvrier dans les usines attendent pour pouvoir enfin se poser un moment, loin de leur travail répétitif et éprouvant au possible. Natsuki suivit Taka, et prit place dans la file d'attente, tandis que l'odeur de l'huile de cuisson prit place sur lui. Ils passèrent ensemble le temps d'attente, à discuter de tout et de rien, bien le Vice-Capitaine gardait majoritairement les yeux sur les différents menus affichés, à la recherche de ce qui était d'apparence et de contenu le plus comestible.

Quelque part, ce lieux n'était pas si loin des usines, en y repensant. Les humains étaient ici les pièces défilantes sur un interminable tapis roulant, bruyant au possible, dans un lieu confiné où macérait une odeur d'huile. Quant aux ouvriers, ils prenaient la forme de ces pauvres hôtesses de caisse, qui tentaient désespérément de suivre la cadence imposée par le défilé éternel des clients de toute heure, en agissant et réagissant bien davantage de manière automatique que réfléchit, calculant la monnaie et martelant leur machine comme telle. Les ordres et les commandes sifflaient dans l'air, plus souvent orales qu'écrit.

« Bonjourvotrecommande ? » lui demanda l'hôtesse lorsque vinrent leur tour de commander.

Aucune émotion dans la voix, à peine un rictus commercial. Qui leur en voudrait ? Ils et elles répétaient cette phrase plus de fois par jour que le ferait n'importe qui d'autre dans sa vie entière. Seul aller vite comptait, gagner le plus de temps possible pour passer au client suivant. Et ainsi de suite.


« Le menu trois. » répondit-il avec le sourire désarmant et charmeur qu'il savait si bien faire.
« Surplaceouàemporter? »
questionna-t-elle encore, en le regardant avec autant d'intérêt que s'il était un reste de papier toilette encore là après que l'on est tiré la chasse d'eau.
« Sur place. »

Taka fit sa commande aussi, il paya pendant qu'un autre employé dans un uniforme sombre identique aux autres empaquetait leur commande dans un sac en papier, puis le couple emporta le tout, et s'installa plus en arrière dans la salle, plus proche encore de cette insinuante odeur de friture.


« Soyez gentille Neko, et ne me lancez pas le moindre regard ardent de désir avant que nous soyons rentrés et que je me sois débarrasser des mes vêtements puis douché, j'ai l'impression que je pourrai m'embraser à la moindre étincelle depuis que je suis ici... »

Plaisanterie mise à part, il étudia son menu, composé d'un sandwich probablement aussi gras que l'atmosphère, une salade dont les feuilles devaient être les seules au monde à être capable de vous faire grossir en les mangeant, une boisson gazeuse qui donnait plus soif qu'avant de la boire, et une variété de pomme de terre coupée en lamelles version demi-lune.


« Cela se laisse manger. » commenta l'assassin après sa première bouchée. « L'aspect n'invite pas trop à se nourrir de, mais passé cela outre, cela se mange. »

Il s'attaqua aux lamelles de pomme de terre, avant de :


« Dites-moi Neko, juste par curiosité, combien de personne aussi... aussi en contact avec le Monde Spirituel tel que Marc ou les Horura connaissez-vous ici ? »

Loin de lui l'idée de commencer une séance de chasse une fois rentré dans son monde et installé à son bureau, riche de nombreuses informations : c'était vraiment par curiosité innocente.




Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Natsuki Kurodo le Ven 1 Fév - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 1 Fév - 7:59
La jeune Shinigami mangeait comme un ogre, cela faisait tellement longtemps que la nourriture fast food n'avait pas passé par ses lèvres qu'elle prenait presque plaisir à cela, malgré la graisse et une hygiène qu'elle préférait ne pas imaginer , elle continuait de croquer à belle dent dans son sandwich d'un autre pays. Elle fit un beau sourire à Natsuki quand il avoua que le repas n'était pas mauvais, la jeune femme comparait à cela à une drogue, quand on commençait à en manger on avait tendance à y retourner et à apprécier cela de plus en plus. La question du Vice Capitaine la fit arrêter son repas, posant l'étrange pain morceler, elle but une gorgé de soda, puis mangea une fritte.

- J'en connais pas mal, bien que Marc soit le plus renseigné, les Horura les plus puissant je suppose, il faut dire que je n'ai jamais essayé de les affrontés, en règles générales ils sont pacifiste ou ne cherche pas les problèmes fit elle remarquer, mangeant ces frites en ne quittant pas le regard de Natsuki.

Une étincelle malsaine vint éclairer son regard, un sourire narquois naquis à la commissure de ses lèvres. Elle bus une nouvelle gorgé de Soda, puis se remit a grignoter les frites plongeant de temps à autre dans une sources blanchâtres sur le coté de son plateau.

- si vous me promettez d'oublier tout ce que je vous montre pendant ces trois jours, je veux bien vous emmenez dans un endroit nettement plus glauque et bien plus liée au monde spirituelle que ce que vous pouvez imaginer dit elle, croquant dans une frite avec plus de rage que l'aurait réellement mérité cette pauvre frite.

Elle en rigolait intérieurement, c'était un endroit ou elle allait s’entraîner plus que s'amuser, mais Natsuki serait des plus surpris de voir cela, puis sa les défouleraient en attendant le soir, elle reprit son repas et se remit à le manger doucement, ne se dépêtrant pas avec ce sourire malin qui n'annonçait rien de bon.

- Si vous acceptez mon offre, demain je vous invite dans un parc d'attraction, je suis impatient de vous voir dans un grand huit, vous hurlerez peut être comme une fillette dit elle, son sourire s'élargie, n'était ce pas une pointe de folie qui se montrait dans son regard, elle voyait encore son record se faire battre par ce pseudo Shinigami qui devait avoir fuit le Seireitei.

A cette pensée elle se reprit, son regard devint plus sérieux, elle venait d'oublier la place de Natsuki dans le monde spirituelle, allez dans cette endroit serait peut être très dangereux pour lui.

- Oubliez ma proposition, je n'aimerais pas vous voir mort, puis vous risqueriez de croiser nombre de vos amis ce qui risque de finir en pugilat, si je reviens au Seireitei avec votre mort sur la conscience, je serais obliger de me faire Senpuku dit elle en rigolant, quelques clients tournèrent la tête, peut être était à cause de ce rire cristalin ou bien était ce du au faite que le sentiment pure qui en émergeait était celui d'une rare violence.

Taka avait trouvé l'idée bonne et s'imaginait déjà montrer à tous comment on manie son zampakutos et comment on fait pour se hisser à la première place, de plus cela lui aurait fait un peu d'argent, elle aurait parier sur Natsuki, autant rentabiliser leur présence la bas. La brutalité du rire ne venait pas de son caractère revancharde, non il venait juste de la colère d'un moment qui n'aura surement pas lieu.

- Bien entendu je connais aussi les lieux ou peuvent aller vos cibles autant pour s'amuser que pour se protéger fit elle, buvant une nouvelle gorgé de soda, les deux ressemblaient à un flic et son indic, Mais je suis confuse, je ne vous dirais jamais ce genre de chose déjà car ses lieux on tendance à changer puis je n'aime pas jouer les mouchardes dit elle, levant son soda comme pour trinquer avec sa réflexion.

Elle avait terriblement faim, Take venait de comprendre pourquoi, les blessures qu'elle avaient eu avec son zampakutos libéré avait tendance à mal se soigner, le coup de Sakura avait corrigé se genre de soucis. Depuis quelques temps son corps était une boule de douleur, mais elle ne le montrait pas, maintenant que la brutalité du coup était passé, elle semblait sur un nuage et la faim venait avec ce corps sain et prêt à combattre. Elle se leva, bien que son repas n'était pas fini, elle alla payer, on lui indiqua qu'un cuistot lui apporterait la note, ils n'avaient pas trop le temps, bien sur l'homme mit les formes, Taka revint s'asseoir et fini son repas en toute tranquillité, un homme une poignée de minute plus tard déposa la note avec la mention "Payé", Taka leva la tête ne comprenant pas la mention. Son regard s'agrandis quand il fit enfin attention à qui était l'un des cuistots.

- c'est pour me faire pardonner, vous êtes mes invités dit il avant de s'exclipser rapidement, comme si le regard amusé de Taka pouvait lui coûter la vie.

Regardant la note, elle l'écrabouilla puis tourna un regard amusé vers Natsuki.

- C'est sa d'être si populaire, on vous offre des repas, on se jette a vos pieds pour pas que vous marchiez dans la gadoue, elle pinça l'arête de son nez, mimant la dépression qui venait, Mais une telle vie est si fatigante, être tellement aimé me pompe toute mon énergie fit elle remarquer, posant sa tête sur ses deux mains accoudé à la table, la tête reposé sur l'étrange support, elle regarda Natsuki avec un sourire quelques peu déformé par la position.

- Alors que faisons nous Natsuki-san ?


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 1 Fév - 16:25
« Je me suis peut-être mal exprimé, ou vous avez mal comprit ma question Neko. » répondit Natsuki en piochant dans ses lamelles poivrées. «  Je vous ai simplement demandé si vous connaissiez un grand nombre de personnes en contact avec le domaine spirituelle, histoire d'avoir une idée approximative de ce que recèle Karakura. Je n'ai ni le désirs d'en connaître les lieux, ni de les visiter pour cet aspect là. »

Il lui accorda un sourire entendu :


« Je pensais que nous étions d'accord pour, sauf cas de forces majeures, m'en tenir à vivre comme n'importe quel humain. Essayeriez-vous de me tenter à la faute, chère Neko ? »

Sous la table, il allongea ses jambes, et entoura l'une des chevilles de la jeune femme entre les siennes. Une petite marque affective qu'il n'avait plus eu l'occasion de faire depuis la première arrivée de Taka, dans la Soul Society. Il y a bien eu la veille une partie d'elle qu'il a eu entre les jambes au restaurant, mais ce n'était pas sa cheville. Et c'était plus haut entre les jambes, suffisamment plus haut pour que cela ne s'appelle plus '' des jambes ''.


« Plus sérieusement, je ne veux pas '' m'amuser '' dans ce genre d'endroits, et encore moins pour de l'argent, si j'ai bien comprit le principe. Il n'y a que deux types de combats qui se valent, selon moi. Celui pour sa vie ou pour celle d'un autre, et celui pour la beauté du sport, dirons-nous. A peine moins risqué que le premier – vous voyez de quoi je parle - , le second n'a pas pour but d'écraser l'autre et de prouver que l'on est le plus fort. Il a lieu pour se tester soi-même, pour tester l'autre, pour progresser, découvrir ses limites et apprendre de ses erreurs. Il n'y a pas de vainqueur, et pas de perdant véritablement, juste deux adversaires qui ressortent de l'affrontement grandit. »

Une gorgée de sa boisson lui rafraichit le gosier pour la suite.


« Dans le premier cas, il n'y a pas de vainqueur non plus. La vie est l'enjeu de la rencontre, l'erreur ne pardonne pas. A la fin, celui qui est encore debout continue le combat, rien d'autre. Mais ce sont des mots que vous avez déjà dû entendre. Pour le reste, je n'y trouve pas mon intérêt. Du combat d'arène pour écraser l'autre simplement pour l'argent et le plaisir, ce n'est pas mon genre. Je ne dis pas que c'est mal, bien sûr. Certains y trouvent leur compte, vous aussi visiblement, si je comprends bien. Chacun sa vision des choses. »


Son repas, si l'on pouvait qualifier ce qu'il mangeait de tel, arriva à son terme lorsque la jeune femme évoqua le programme de l'après-midi. Programme pas encore planifié. Il s'essuya les doigts avec l'une des serviettes en papier fournit, puis tourna son regard vers l'extérieur. Les premières gouttes de plus commencèrent à tomber, les nuages devenu trop chargés pour parvenir à les retenir davantage. Le ciel était presque aussi sombre que s'il faisait nuit, ce qui ne laissait présager rien de bon.

« Il semblerait que le temps ne soit pas très clément avec nous cet après-midi. Au moins l'a-t-il été le matin. Non pas que la pluie ne me dérange, mais je préfère rester au sec. Du coup, si nous rentrions ? Nous pourrions profiter de la chaleur du foyer – et peut-être de celle de l'autre -, tranquillement installés sur le canapé. Laisser encore la sérénité acquise de ce matin être encore un peu. Bref, rester au calme et se reposer. »


Se reposer, et toutes les autres activités que l'on peut faire dans ces lieux où l'on se repose, suggérait le sourire de l'assassin. Mais au-delà de tout plaisir lubrique, il avait simplement envie d'un peu d'intimité avec l'humaine, ce dont il n'a pas eu droit à proprement parlé jusqu'à présent. Il y a eu certes le... sous-sol ? Du café de Marc, le compartiment privé dans le restaurant ' Au Bon Chat '', les sources des Horura, mais ce n'était pas vraiment des places sereines. Il y avait toujours quelqu'un pouvant apparaître à toute moment, les surveiller, ou alors tout simplement le lieu n'y prêtait pas à.

« Alors ? » demanda l'assassin après s'être levé, la main tendue vers la simili-shinigami pour l'aider à se lever. «  Vous vous laissez tenter par ce programme, ou bien préférez-vous malgré tout me faire découvrir la ville de Karakura sous la pluie battante? »

La qualifier déjà de battante était peut-être un peu fort, mais l'intensité allait en crescendo dehors. Et le vent ne tarda pas à réclamer sa part pour œuvrer au mauvais temps. Et vu leur tenue, sortir ainsi revenaient déjà à arriver tremper jusqu'aux os. Il suffisait de jeter un œil dehors pour comprendre : les rares courageux à s'aventurer encore à découvert cavalaient à toutes jambes en tant de s'abriter - vainement - derrière ce qu'ils pouvaient : livres, sacoches, valises, parapluies, ou même journaux. Le hurlement du vent devait sans doute indiquer que ce dernier se gaussait bien devant l'effort des victimes du déluge pour échapper aux gouttes.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Sam 2 Fév - 12:17
Taka leva les épaules puis fini son soda, elle pouvait comprendre que Natsuki ne voulait pas se mêler de certain jeu du monde humain, mais elle l'aurait tout de même crut plus curieux. Finissant son sandwich, elle regarda un peu Natsuki de bas en haut, puis fit un maigre sourire, voilà qu'elle avait décider de jouer les insensibles à ces charmes, c'était un peu à lui de ce jeter sur elle avec envie et passion de faire des choses que la moral réprouve. Elle se contenta alors de s’essuyer doucement la bouche.

- Vous avez déjà trahie cette promesse hier, mais d'accord, je ne suis pas contre rester un peu à la maison, je dois bien avoir quelques films à regarder quand le temps se montre aussi peu clément fit elle remarquer, un petit sourire en coin, Je n'aimerais pas vous forcez fit elle remarquer en ce levant.

Elle regarda à travers la fenêtre du magasin voilà qu'il pleuvait drus, ils allaient devoir courir pour échapper à l'averse. Elle prit son amant par la main poussa quelques personnes puis remonta la rue en courant, le plus dure dans cette affaire c'était d'éviter les parapluie qui s'ouvraient par légion, éviter les baleines meurtrière qui cherche à vous crever un oeil.

Ils parvinrent à la maison de Taka mouillé mais vivant, elle mit ses chaussure sur le paillasson de l'entrée puis ouvrit la porte la chaleur de son foyer la frappa agréablement, le bazars aussi, elle avança récupérant quelques objets éparses qu'elle monta à l'étage.

- Mettez vous à l'aise Natsuki-san et si vous trouvez une de mes culottes je vous prierais de me la restitué dit elle avant d'éclater de rire, l'image du Vice Capitaine reniflant ses culottes telle un pervers était tout bonnement irrésistible, la face de la pièce caché était en faite un pervers au moeurs douteuse.

Elle passa le pas de sa chambre, elle rigolait encore, mais beaucoup moins bruyamment, elle se débarrassa de son haut mouillé, puis de son jeans, constatant que ces dessous n'avait pas été trempé, chose tout de même incroyable vue qu'elle venait surement de prendre l'équivalent de deux jours de pluie en une poignée de minutes.

Taka descendit à l'étage, haut nettement trop long et large, dissimulant sa culotte mais dévoilant ses jambes parfaitement entretenu. Elle vint s'asseoir dans le canapé, la tête en arrière mirant le plafond.

- Ce n'est pas super, il pleut quand vous êtes la, j'espère que cela ne tiendra pas longtemps et qu'on pourra faire le parc demain, il a ouvert y a un mois environs sa serait tout de même bête de partir sans avoir fait cela fit elle remarquer, elle ramena ces genoux sous son menton, prenant cette position de défense qu'avait certaine personne traumatisé.

D'un mouvement ample, elle se leva, le meuble en face d'elle comportait du bois plaqué qui donnait un effet lustré, elle fit coulissé le battant droit pour dévoila une télévision, son père l'avait acheté en sachant que la couleur était enfin dans le monde humain, elle fit tourné le bouton, un petit déclic fit et une image tremblotante apparut, elle se fixa dans le cadre de l'appareille, montrant un homme au prise avec une femme blonde, bien que la couleur ne se soit pas encore totalement mise.

- Si vous voulez quelques choses dites le moi, j'ai aussi des jeux de société fit elle remarquer, s'allongeant un peu plus dans le canapé, dévoilant un peu son dessous limité à une ficelle intrigante.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 2 Fév - 14:50
Natsuki traversa le pas de la porte aussi vite que Taka, oubliant aussitôt le froid de l'extérieur pour la chaleur accueillante du foyer. Il se déchaussa pour éviter de mettre de la terre mouillée partout dans l'appartement, mais cela se limita à ça. Il était trempé et dégoulinant, si bien que le moindre pas provoquait un bruit spongieux et laissait l'emprunte de sa chaussette sur le parquet, laquelle était vite ensevelit par la flaque qui se formait autour par ses vêtements ruisselants. Il gagna donc bien vite la salle de bain, sans doute l'une des seules pièces de la maison habituée à être trempée régulièrement, et s'y déshabilla. Il accrocha les vêtements à un endroit adéquat, et en profita pour se doucher. Non pas qu'il était sale ou particulièrement en sueur, mais rien ne valait une bonne douche bien chaude après une averse. L'eau qui coula sur son corps fut bien plus agréable que celle de la pluie, mais pourtant il ne s'y attarda pas longtemps : Neko devait l'attendre, car si ce n'était pas le cas elle se serait déjà pointée. Il retrouva ses vêtements de la veille, simplement sous-vêtement et pantalon. Il sécha ses cheveux une deuxième fois, toujours un peu humide, et les laissa détachés après une très brève séance de coiffage à la main.

Il retrouva la jeune humaine dans le salon, assise sur son canapé.


« La pluie fait partie du quotidien aussi. » sourit le Vice-Capitaine en se tenant debout derrière l'humaine après avoir posé ses mains sur ses épaules. « Et je ne m'inquiète pas. Ce genre d'averses soudaine disparaissent aussi vite qu'elles arrivent. Elles ne sont que là pour surprendre, embêter. Une fois le méfait accomplit, elles s'en retournent vers d'autres villes, je me trompe ? »

La Pluie et le Beau Temps, dans '' Cinquante ans de Poésie. '', un ouvrage humain comme il y en a trop peu dans la Soul Society. Et uniquement en accès au shinigami, bien entendu.

Taka quitta la pression de ses mains pour s'aventurer vers le meuble face au canapé, et révéler une télévision. Il doutait que cette dernière serve souvent, et bien davantage encore lorsqu'il vit la qualité d'image. Déjà que la jeune femme préférait sortir sous sa forme de shinigami que d'humaine, rares devait être les occasions où elle prenait le temps de se poser tranquillement, sur son canapé à buller devant les idioties que peuvent débiter une télévision. Et il était dans le même cas, à vrai dire, si l'on omettait le fait que lui n'avait pas de forme charnelle. Aussi, un petit moment tranquille dans le salon pouvait être profitable à tous les deux.

Alors qu'elle était debout devant lui, il l'observa. Elle avait opté pour un haut dont les dimensions ne lui allait pas du tout, bien trop grand pour la taille menue de son corps. Mais étrangement, cela lui allait bien. C'était le genre de tenue que l'on apprécie porter chez soi au saut du lit. Le haut se terminait à mi-cuisses, ce qui révélait ses fines jambes au dessin agréable, tout en cachant ce qui devait l'être. Enfin, selon la position, bien entendu... Passant par-dessus le dossier du canapé, il se laissa mollement tomber en position couché dessus.


« J'ai tout ce dont je peux actuellement avoir envie. » répondit simplement l'assassin lorsque Taka revint s'allonger contre lui.

En position de cuillère, il l'enveloppa dans ses bras pour la blottir un peu plus contre lui. La différence de taille entre les deux était ici flagrante, ce qui lui tira un fin sourire alors il posa son front sur la tête de Neko. Elle portait encore l'odeur de la pluie, et du restaurant, mais aussi celle des bains dans les sources, du vêtements propre et sa propre saveur naturelle. Un étrange mélange qui n'avait rien d'un aphrodisiaque, et plus étrangement encore qui en avait les effets. Sa main droite, dont le bras était passé sous la hanche de Taka pour la serrer contre lui trouva la main de cette dernière, et entrelaça ses doigts avec. L'autre se posa nonchalamment sur sa cuisse – la partie découverte – et commença à la caresser doucement. De langoureux, et lents mouvements répétés, d'aller et de retour sur le chair tendre. De la paume, il passait parfois juste sur le bout des doigts, avant de reprendre. Puis il glissa sous le pull en suivant la courbe de sa hanche, remontant sur sa peau jusqu'au flanc, où elle était beaucoup plus chaude, pour rallonger le trajet de sa caresse qui découvrait de nouvelles terres.

Dehors, la pluie battait de son plein encore. Elle frappait inlassablement sur les vitres, dont l'impact donnait une mélodie curieusement agréable, et sereine, en dépit du vent sous lequel les arbres se balançaient. La télévision continuait d'émettre son programme, mais Natsuki n'était pas du tout concentré dessus, ses sens préférant largement se tenir en éveil auprès de sa partenaire. Il prenait son temps avec elle, temps qu'il avait largement devant lui. Il plongea sa main vers son ventre, redécouvrant à nouveau le corps qu'il avait tant vu de ses yeux avec ses doigts, toujours en langoureuses caresses, chastes et douces. Il ne s'aventurait ni trop bas, ni trop haut. Il voulait juste savourer le moment présent, leurs deux prisons charnelles étroitement liées l'une à l'autre. Et le silence toujours. La télévision lui paraissait loin, dont les sons émient semblaient venir d'une autre pièce, la pluie se calmait lentement, mais continuait d'accompagner les deux amoureux de ses gouttes régulières contre les vitres et sur le toit. Seuls leur souffle lui était réellement audible, le sien mourant sur sa nuque, et elle dont la poitrine se relevait en rythme à chaque inspiration.

Puis il avança finalement sa main plus haut, empoignant doucement le sein délicat de Neko, et garda sa paume dessus. Ses lèvres glissèrent de leur perchoir, et l'embrassèrent amoureusement dans la nuque. Un baiser, puis un autre, sur la joue. Pour la première fois depuis le début, le regard des deux se croisa, regard qui pouvait précéder un moment d'intimité bien plus romantique que le premier que l'humaine lui avait offert, dans cette ruelle sombre.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Dim 3 Fév - 9:59
Il y a des bêtes dans la nature, de celle qui frivole et inconsciente se dise que leur carré d'herbe est une plaine et que au-dela le monde s'arrête. Il y a les bêtes qui réfléchit contemple le consoeur et attendent, imagine que au-dela de cette ligne verdoyante, se cache un monde avec d'autre adversaire, certaine fois la bête se déplace, bien décider à conquérir ce monde inconnu, mais parfois il reste à sa place suivant un instinct de conservation nettement plus développable que la bête stupide qu'il voit s'écarter du troupeau des siens croyant à tard que son monde est infini.

Puis il y a l'homme, si l'on veut être plus précis dans ce groupe il y a Taka, oui cette jeune femme est une espèce presque séparé de son groupe, elle possède les deux facettes, l'ingénus et la bête intrépide, parfois cette dernière se fait réfléchit. Dans le règne animal quand la saison des amours arrivent à grand pas, la bête la plus réfléchit peu devenir la plus stupide, ne voyant que son accouplement, la transmission de ses gênes, l’animal à une raison pour tomber dans cette flagrante stupidité. Taka en revanche n'a pas de saison d'amour, il suffit qu'un autre être de son espèce a qui elle porte des sentiments fort la titille pour qu'elle perde les pédales, il se passe alors quelques choses d’intéressant, son regard amoureux, vide de toutes luxures se pose sur son amant titillant son envie, elle sourie, l'embrasse, vie le moment comme un moment d'extase. Alors que la corde de sa sexualité vibre de plus en plus fort, le regard devient nettement plus habité, il y a les sentiments fort, l'amour, la tendresse, l'envie de retenir le temps, puis il y a cette pointe de on ne sait quoi qui s’immisce, le sourire devient étrange, les idées passent à la vitesse supérieur.

Quand le regard change, c'est foutu, la Taka devient sauvage, elle emprisonne sa proie, si malheureusement vous vous trouvez sur un canapé, vous aurez tendance à descendre d'un cran sans même vous en apercevoir. Après se bref interlude expliquant en quoi la Taka excité peut être étrange et dangereuse, revenons à Natsuki et Taka, qui roule sur elle même, emportant avec elle son amant pour le faire tomber dos le premier contre le sol, elle se mettant à califourchon sur lui. Elle se colle à sa poitrine, elle sent, doucement, amoureusement, puis elle se mit à jouer de sa langue sur le torse de l'homme, traçant un sillon humide jusqu'à son cou, elle se décolla doucement de lui pour venir l'embrasser.

- Natsuki-san, ne me dit pas que tu aurais quelques idées mal placé me concernant ? demanda Taka le regard qui en disait nettement plus long que le calin un peu coquin de Natsuki.

Comme si elle venait d'entendre la réponse muette de Natsuki, elle retira son haut, libérant sa poitrine du T-shirt, elle remua doucement les hanches, frottant le maigre tissus de ses dessous contre le bas de Natsuki.

- Je te sens pas très à l'aise Natsuki-san dit elle, se retournant, présentant son dessous à la vue de son amant alors qu'elle déboutonnait le pantalon de ce dernier, pour mieux en fin de compte tout retirer. Quelques coups de langue bien placé, puis elle se releva d'un coup, laissant son amant sur le sol, la Télé continuait de débiter son long monologue que les deux n'écoutaient pas pour le moins du monde.

- Tant qu'on est à la maison, autant le faire dans un endroit nettement plus propice à cela fit elle remarquer, montant doucement les marches, arrivé à mi hauteur, elle les monta en trottinant, elle remonta le couloir, elle avait laissé Natsuki derrière elle, mais elle pouvait l'entendre se déplacer.

Quand elle rentra dans la chambre, elle contourna le lit, fouillant dans un tiroir, quand elle se retourna, Natsuki était dans l'encadrement de la porte, un petit sourire gêné en voyant la nudité et l'excitation galopante du jeune homme, elle se mordilla la lèvre inférieur.

- Nous ne sommes pas à la Soul Society Natsuki-san alors, Elle vint se coller contre son amant puis s'écarta doucement, lui montrant un petit carré de plastique qui semblait renfermé une chose un peu grosse et surtout ronde, Protection mon chère je n'aimerais pas tomber enceinte fit elle remarquer, le sourire un peu gêné.

La jeune femme avait prévu cela depuis un mois, mais comment abordé le sujet, elle avait opté pour le plus directe, d'ailleurs elle ne savait pas si cela était nécessaire, mais son père avait bien réussit à avoir un enfant, ce ne devait pas être son corps mais plus un gegai comme celui de Natsuki, mieux valait prévenir que guérir, elle se voyait mal devoir se faire avorter, mais il restait tout de même une question à ce poser, elle ne croyait pas que dans le Seireitei on distribuait des préservatif en énergie spirituelle alors la question était légitime.

- Tu sais comment mettre cela ou alors je dois te la mettre, je préfère le savoir pour le moment venu fit elle remarquer un petit rire gêné, elle avait l’impression de casser tout le romantisme du moment, mais d'un autre coté, c'était sa ou venir à la Soul Society réclamé que Natsuki reconnaisse leur enfant, elle était sur que cela soit une scène très intéressante et voir le Vice Capitaine tombé dans les pommes devaient être d'autant plus drôle, elle lui fera peut être la blague un autre jour.

La pluie continuait de tambouriné au fenêtre, alors que les ombres de la maison s'unissaient pour tisser se maillage de lumière et de ténèbres, bientôt le soleil reviendra et distillera une surprenante clarté, celle qui vient toujours après la pluie, pour le moment, c'était le soleil du bonheur pour Taka un jour de pluie, l'amusement, la surprise, les petites indiscrétion, la jeune femme finissait tout de même par ce demander si ce n'était pas sa qu'elle recherchait comme situation, bien que cela ne durera que trois jours, deux maintenant, elle ne pouvait s’empêcher de s'imaginer retenir chaque seconde.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 3 Fév - 14:48
Le shinigami l'avait caressé. L'humaine, elle, l'avait embrassé, culbuté au sol, déshabillé, puis abandonné, comme ça, à même le plancher. Cela dit, elle marquait un point : autant profiter d'être à la maison pour le faire dans l'endroit le plus pratique. Point contesté tout de même, venant de quelqu'un qui l'incitait – le contraignait ? - à de bien peu chastes entreprises dans des lieux qui n'y prêtaient pas. Qu'importe. Il se leva d'un bond souple sans les mains, passant de coucher à debout en un instant, puis marcha d'un pas tranquille vers les escaliers. Taka semblait pressée, mais pas assez pour continuer sur le canapé : elle cachait ou préparait donc quelque chose à l'étage. Il lui laissa ainsi tout le temps de. Les marches grincèrent sous ses pas – il les y autorisa – tandis qu'il progressa vers le premier étage. Il n'y avait pas besoin d'être un génie pour deviner où la jeune humaine était allée, même s'il ne l'avait pas suivit des yeux, elle et son petit derrière qu'une ficelle ne cachait certainement pas. Il gagna la porte, et se posa contre, les bras croisés, nu comme un ver.

« Ce n'est pourtant pas le genre de questions que vous vous êtes posée hier, dans la rue. » taquina l'assassin en prenant entre ses doigts l'emballage, qu'il observa au-dessus de la tête de Neko collée contre lui. « Sans vouloir être prétentieux, je sais beaucoup de chose. Mais je n'ai pas la moindre idée de comment fonctionne ces... '' condom ''. Je doute que ce soit compliqué, mais faites-moi une fleur, faites-moi découvrir. »

Les craintes de l'humaine étaient tout à fait compréhensible. Après tout, son père était père, justement, et probablement grâce à un gigai – Natsuki doutait fortement de la conception entre un shinigami sous forme spirituelle et un humain. Mais ces craintes là n'avait pas de fondement. L'assassin ignorait comment l'homme s'y était réellement prit, mais lui s'était renseigné : les gigai sont tous aussi stériles qu'un débat de soirée sur le Seireitei après s'être bien arrosé. Quand à sa forme naturelle, celle de shinigami, elle était affublée du même défaut, si ce n'est que celui-ci résultat d'un accident, et non d'une conception. La dure vie des shinigami. Quand on y pense d'ailleurs, rares étaient ceux qui gardaient leurs cicatrices de batailles grâce à l'efficacité de la Quatrième Division, mais si tel était le cas, eh bien tout le monde ressemblerait à peu de chose près au Capitaine-Commandant. Mais bon, là n'était pas la question. L'assassin comme son gigai étaient stériles, mais il voulait jouer l'humain jusqu'au bout.

Il se laissa docilement faire, le temps que la protection de latex soit bien en place. Il posa alors une main sur l'épaule de Taka, l'autre sur la hanche, et approcha son visage, jusqu'à unirent leur lèvres avec une infinie délicatesse. Un doux baiser, prémisse du cataclysme. Il l'entraina dans une chute vers le lit, et plongea le nez dans sa poitrine, et l'enlaça vigoureusement par le genoux. Chaque fois qu'il s'était montré doux et tendre pendant l'acte avec elle, elle en avait profité pour prendre le dessus. Non pas que cela était dérangeant, mais il avait envie de mener un peu la danse de temps à autre. Peut-être y avait-il eu à comprendre à chaque fois qu'elle voulait un peu plus de... de sauvage ? Il ne se débattit pas longtemps avec la dernière pièce de vêtement, et non des moindres, qui couvrait encore le minimum syndical de l'humaine. Il la fit glisser d'une main le long de ses jambes sans regarder, son visage étant bien plus occupé à parcourir la peau offerte de ses lèvres. Il la tenait par les hanches, la caressait, elle soupirait, la pluie continuait sa chute dehors, le vent soufflait toujours. Neko pouvait crier, il ne l'entendait pas, la tête prise en étau entre ses cuisses. Ses doigts agiles avaient relayé ses lèvres plus haut, œuvrant ici et là avant de se retrouver sur les seins qu'il malaxa. Il revint plus haut, embrassa son cou, murmura à ses oreilles, effleura sa joue de sa main, l'empoigna à nouveau par la hanche, et l'aima. Il l'aima avec passion, avec avidité, comme un homme aime sa femme après des années de célibats, ils s'aimèrent comme s'ils devaient prendre de l'avance, comme si le célibat les menaceraient à nouveau. Natsuki et Taka, la tendresse et la luxure qui s'étaient à nouveau mêlées l'une à l'autre, créant un cocktail aussi délicieux qu'explosif.

Bien plus tard, il se leva paresseusement du lit, vêtu de la même façon qu'il s'y était couché, et s'avança vers la fenêtre. Dehors, la pluie avait cessée. Les routes étaient trempées, des flaques d'eau parsemaient les trottoirs et les caniveaux. Le ciel avait enfin reprit son teint bleu, bien qu'il ne tarderait pas à tirer vers l'orange. Un arc-en-ciel au loin avait presque disparut. Un superbe cadre pour conclure les deux tempêtes. L'assassin le contempla encore un instant, puis ramena ses yeux vers un spectacle tout aussi agréable, celui d'une femme délicieuse, décoiffée et emmêlée dans des draps en désordre. Il regagna la couche, embrassa sur le front l'occupante actuelle, posa sa tête sur un oreiller, tout près d'elle.

« C'est bien la première fois que nous profitons d'un lit pour cela. N'est-ce pas mieux ? » lui souffla le shinigami en jouant de ses doigts sur le ventre de l'humaine.

Dans l'ébat, l'ambiance, la passion et le désir étaient essentiels, c'est vrai, mais un lit permettait de prolonger ces instants de détente et d'intimité. L'on y était à l'aise, et il n'était pas nécessaire de se presser une fois son affaire conclue dans un lieu improbable, de peur d'être surprit. Il était possible de lentement se laisser enlever par le sommeil, dans une couche chaude et dans les bras de l'autre. Sauf que la soirée commençait à peine pour le jeune couple, il n'était pas question d'autoriser Morphée à écourter les courtes vacances du Vice-Capitaine par un repos impromptu, pas si tôt.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Dim 3 Fév - 16:17
Lové contre le corps de son amant, Taka se laissait aller à se tendre bonheur, la chaleur du corps et des draps assoupissait ces sens, plongeait doucement son esprit dans le coton de l'endormissement. C'était une manière de se détendre comme une autre, une bonne partie de son excitation était partie, mais restait la gourmandise, le refaire maintenant ou bien attendre un peu. C'est sa flemme qui répondit pour elle, alors que les prémisse d'une nouvelle envie se montrait doucement, elle fut repousser alors que la chaleur du corps de Natsuki l'invitait à garder cette position, comme si l'homme parvenait à la mettre à l'abris du monde qui les entouraient, Hollow, Arrancar, Concorde ? tout cela n'avait plus aucune importance, le moment présent bloquait les aiguilles du temps les mettant hors de porté. D'ailleurs alors que le morceau de latex devait être jeté, elle avait noué un ancien cadeau de son père, une chose qu'elle gardait plus comme nostalgie que reel besoin. Elle l'avait porté un long moment avant de devenir Shinigami, un bracelet avec une petite partie de cuire, un talisman de protection, qui parvenait à garder la partie non maîtrisé de son énergie muselé, ainsi, elle oubliait les attaques, au moins pendant ce temps ou leur deux corps profitait de la douceur et la chaleur du lit.

- Le lit à ces coté positif, mais la flemme d'une bonne sexualité s'exalte dans les endroits les plus extraordinaire dit elle, elle bailla cachant son visage entre le corps et le matelas, Puis je ne suis pas contre cette pointe de danger, c'est exacerbe l'instant fit elle remarquer, repoussant les draps à contre coeur, elle se leva tranquillement se mettant dans l'encadrement de la porte, elle regarda Natsuki avec un sourire doux et un regard malicieux.

- Qui vous dit que je n'avais pas prit mes précautions dans la ruelle, bien que je suppose que le corps artificiel de mon père devait être spécifique pour pouvoir avoir des enfants, on est jamais trop prudente fit elle remarquer, disparaissant dans le couloir, on pouvait l'entendre descendre les escaliers, puis elle remonta presque aussitôt deux vers d'eau qu'elle déposa sur la table de nuit avant de vite retrouver les draps chaut et les bras de Natsuki.

Mirant le plafond, elle soupira pour se coller un peu plus au Vice Capitaine, elle ne savait pas quoi s'attendre, la suite des évènements, que se passera-t-il, les choses évolueront elle ? Secouant doucement la tête, elle se demandait si c'était génétique de se prendre la tête dans les moments heureux ou si c'était juste elle qui trouvait que le bonheur était trop calme.
Disparaissent sous les draps, elle fit quelques choses que la morale réprouve pour que Natsuki soit en forme, au garde à vous, elle émergea des draps avant de monter à califourchon sur lui, sentant son amant en elle, elle se pencha vers l'oreille de son Vice Capitaine.

- Avez vous sentie que je venais de vous mettre une nouvelle protection demanda la jeune femme le sourire coquin se devinait, les hanche bougeant doucement alors qu'elle commençait à perdre le rythme de son souffle.

Mettre un préservatif avec la bouche était une action simple, mais il fallait tout de même s’entraîner et Taka adore parvenir à faire des choses qui sortent un peu de l'ordinaire, elle avait donc eu un bon mois pour parvenir à faire cette chose, ce ne fut pas si simple et beaucoup de banane furent les pauvres victimes des testes plus ou moins réussit de la jeune femme. Mais maintenant qu'elle y parvenait, elle était plutôt contente d'elle.

L'amazone descendit de sa monture pour que le jeune homme se mette au-dessus, les corps et les souffles se mélangèrent une nouvelle fois, plus ardant, peut être plus bestiale alors que les deux corps semblait se battre, un combat pour le plaisir, toujours plus alors que le lit supportait cet instant le temps ne comptait plus et le fait même que le bijou qui pendait mollement au poignet de Taka se mélangeait dans les ébats du couple, il était la preuve que pour une fois la jeune femme revenait vers l'humaine qu'elle était loin du Damoclès au masque blanc qui donnait le rythme à ces journées et à ces nuits, que le temps s'arrête ou que la terre explose, plus rien ne comptait vraiment tant qu'elle pourrait faire perdurer ce corps à corps délicieux.

Les deux se séparèrent, emportant avec eux un morceau de se souffle bien heureux qui finissait l'acte en lui même. Taka regarda son amant, passa doucement la main dans la tignasse de ce corps qu'elle savait artificiel, mais son sourire à elle à ce moment la était bien réel. La pluie c'était arrêté, le soleil reviendra lui aussi, les nuages se déchireraient en temps voulu puis viendrais avec cette séparation la beauté d'un ciel bleu et la lumière crus du soleil.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 4 Fév - 19:36
Après plusieurs heures passées à se rouler sous la couette, Taka était visiblement encore demandeuse, à croire qu'elle voulait épuiser toute l'endurance que le corps artificiel n'avait pas... Mais l'assassin avait encore de la ressource. Un nouveau round commença, lequel les emmena aux premières heures de la soirée. Confortablement allongé sur le dos, il profita de la chaleur des draps froissés quelques instants, dans un lit qui n'avait plus ni dessus ni dessous. Son souffle avait retrouvé son rythme courant quand il posa ses fesses au bord du matelas, et les pieds à terre, sur le sol froid. Son dos s'offrait totalement à la vue de la jeune femme. Puis la moitié de son visage, lorsqu'il tourna la tête sur le côté.

« Non pas que passer toute la soirée au lit serait une corvée, loin s'en faut, mais il faudrait peut-être songer à manger pour alimenter la machine. »

Dans sa tenue d'Adam, il se leva de toute sa hauteur, et s'étira sans provoquer le moindre craquement.

« Je fais mon affaire de la cuisine ce soir. »
annonça-t-il avec un sourire assuré.

Son appartement, à la Soul Society, était dépourvu de toute cuisine, ou de tout autre dispositif permettant de se préparer quoi que ce soit à manger. Il l'avait d'ailleurs avoué lors de la venue de Neko : il n'avais la moindre denrée chez lui. La cantine de sa Division était la seule à le voir se nourrir, si l'on exceptait ses sorties occasionnelles dans les restaurants. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Il est nécessaire de remonter de plusieurs décennies en arrière cependant. Revenir à une époque où il n'était pas encore un shinigami, où il n'avait pas de sang sur les mains et où il n'avait qu'une seule face à sa pièce. Au temps du Rukongai, près de cinquante ans plus tôt. Une demi-vie pour un humain, un battement de cœur pour un esprit. Jun, sa plus jeune sœur, ne faisait pas encore partie de la famille – elle n'était même pas encore née dans le Monde Matériel, sous un autre nom - et son père, lui, était encore en vie. Un temps heureux, mais monotone, où il aidait les siens dans la gestion du magasin et dans les tâches ménagères, réparties selon un emploie du temps redoutable. Comme tous, il avait apprit l'art de cuisiner auprès de sa mère adoptive, et avait eu tout le temps nécessaire de s'y perfectionner. Il n'égalait pas le maître dans le domaine, mais se débrouillait suffisamment bien pour que Furuichi, son frère, et Haruhi, sa soeur, soient désireux d'échanger leur corvées du quotidien avec lui, juste pour que son nom apparaisse plus souvent dans la catégorie '' Cuisine ''. Un demi-siècle pouvait sembler long pour la pratique, mais c'est en réalité bien trop peu pour que la rouille puisse avoir de l'emprise sur un esprit, encore moin sur lui. Et il comptait bien en faire démonstration.

Mais avant toute chose, il lui fallait prendre une nouvelle douche, hygiène d'abord. Il se devait de débarrasser son gigai de la sueur, de la salive et des divers autres fluides corporels présent dessus. Elle fut expéditive, et efficace, après quoi il s'habilla comme au premier jour, et se mit au travail dans la cuisine. En fouillant dans le frigo et les placards, il dressa une liste mentale, élabora une composition possible, et prépara le tout une fois trouvé. Il avait sur son plan un poulet déjà vidé, un paquet de riz, un ananas qu'il supposait frais, une petite bouteille de sauce aigre-doux, du poivron, une carottes, du persils, et quelques autres légumes solitaires, abandonnés dans le bac du bas. Il dû d'ailleurs faire le tri dans ce qui pouvait encore être cuit ou non. Il alluma en tout premier lieu la gazinière, trichant un peu en utilisant une flamme sortie de son doigt pour, puis fit chauffer à feux doux une marmite dans laquelle il avait versé la bouteille de sauce. Sur son plan de travail a côté, il découpa avec une habileté étonnante le poulet en petits dés à l'aide d'un couteau large – couteau trouvé à côté d'une culotte ( propre ? ) dans le tiroir -, en prenant bien soin d'ôter la peau et les os de la viande, viande qui vint rejoindre la sauce dans le récipient. Il passa alors à l'évier, où il rinça puis taillada en rondelles les poivrons et autres légumes exploitables, carotte et persil exclu, lesquels découvrir à leur tour le fond de la marmite. La victime suivante fut l'ananas. Il le coupa d'abord en deux, puis fit de petits morceaux avec la chair du fruit. Il touilla le tout durant quelques minutes avec une cuillère en bois, laissant encore la préparation chauffer à feux doux. Il était temps de passer à la touche esthétique : la carotte. Quelques habile coups de couteau suffirent à la débarrasser de sa pelure, suite à quoi il la découpa avec minutie, dessinant une rose telle que l'on peut les voir dans les présentation de restaurant. La première y ressemblait, mais se contentait justement seulement d'y ressembler. Il sera pour son assiette, ni vu ni connu. Le coup de main lui fut revenu pour la seconde, taillée à la base de la carotte, pour un résultat déjà plus concluant. Le reste de la carotte par contre n'eut pas droit de servir de matière première à de l'art, car elle termina découpée en lamelles comme le reste, et ajouté dans la marmite. Ne restait plus qu'à mélanger doucement pendant que le repas cuisait, et commencer en parallèle la cuisson du riz sur la plaque d'à côté.

Pendant que la cuisson commençait à répandre la douce odeur d'un bon repas, Natsuki en avait profité pour dresser le couvert, et surtout, enlever de la cuisine et de la table tout ce qu'y n'avait pas à y être, c'est-à-dire à peu près tout. Une belle pile de linge s'était formée à l'entrée du salon lorsqu'il eu terminé.


«  C'est prêt. » chantonna-t-il en servant les assiettes.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mar 5 Fév - 10:13
Taka regarda son amant disparaître dans le couloir, un sourire bienheureux sur le visage, elle rejeta les draps à ces pieds, retira le bracelet de son poignet, elle n'avait pour le moment plus besoin de sa protection aussi futile soit elle, cherchant dans le tiroir elle tira une seconde pièce qui expulsa son corps contre le matelas alors que l'âme se trouvait en face du lit, prenant appuis sur le sol elle prit un envole brutale, se retrouvant dans le ciel de Karakura marchant tranquillement, la ville encore bien vivante semblait calme, mais beaucoup de Hollow semblait chercher quelques choses de précis et cela depuis qu'elle venait de mettre sa protection, une seconde slave vengeresse pour l'histoire du cinéma. Les monstres hurlèrent à l'unissons, cinq peut être six, ce fut cinq qui s'élevèrent dans le ciel, sortant des jardins ou bine de la forêt un peu plus loin. La jeune femme soupira, il n'y avait aucun bon niveau, un groupe inutile en soit, peut être que quelqu'un pensait qu'elle était encore faible cela aurait été surement le cas si elle n'avait pas eu l'aide de Natsuki et si elle ne venait pas d'être soigné complètement et malgré les folies amoureux de la demi journée, elle semblait bouillir d'une énergie nouvelle, un rapide coup de langue sur les lèvres, déjà le premier se plaçait derrière elle.

Une esquive simple, mon dieu que tout semblait lent, elle avait même réussit à blesser le monstre, une nouvelle attaque alors que le Reatsu de sa blessure gagnait en intensité, les quatre autre les entouraient, mais leur courage disparut en même temps que leur alliée explosait perdant une bonne moitié corps, elle délivra la pauvre petite chose de son existence d'un large mouvement qui le décapita.

Comme de bon couard ils s'enfuirent, Taka le regard froid fit tourner son arme sur sa main, disparaissant dans un Shumpo elle en tua un, puis un second, les deux derniers parvinrent à prendre la fuite, Burei lui rappela que deux ennemies en fuites c'était autant d'emmerde par la suite, mais elle n'était pas dans l'idée de faire des exécution gratuite, de plus, Natsuki devait avoir terminer le repas fit elle remarquer en silence chutant jusqu'à la porte d'entrée, le Vice Capitaine entamait le chant qui devait indiquer que tout était prêt, passant doucement lui, la main derrière la tête, l'autre toujours posée sur la poignée de son arme.

- Désolé Désolé, j'arrive tout de suite dit elle, un petit sourire en coin alors que montait quatre à quatre les escaliers, retrouvant son corps nue et sans défense, elle devait tout de même faire un peu plus attention, sinon elle allait attraper froid.

Regagnant son corps, elle opta pour une robe de chambre, ces charmes ne devant être dévoilé qu'à des moment opportun et inapproprié de préférence. Taka rejoignit son amant, le remerciant pour le repas par un tendre baiser, elle s'installa à la table, mais comme si elle venait de se souvenir de quelques choses, elle passa par la salle de bain, après tout après tout les ébat elle n'était pas vraiment présentable une petite douche ne pourrait lui faire que du bien. Une poignée de minutes plus tard elle était à nouveau assise en face de Natsuki qui servait le plat qui sentait drôlement bon.

- C'est étrange, je ne vous voyais pas cuisiner d'ou vous vient ce dons ? demanda la jeune femme alors que le Vice Capitaine lui rendait son assiette pleine d'un plat ou elle reconnaissait une bonne partie des aliments, le fumet agréable lui donnait l'eau à la bouche, mais elle sut se concentrer sur autre chose attendant que Natsuki soit à son tour.

Le repas se fit en palabre tranquille, pas vraiment de chose importante si ce n'est ces coups d'oeil que jetaient de temps à autre la jeune femme vers l'homme qui partageait sa table et quelques temps plus tôt lui faisait visité d'autre cieux. Sa lui faisait rappelé qu'elle avait perdu le compte des heures, quand elle était sortie elle avait bien vue que le monde sombrait doucement dans la fin de journée, mais rien de bien précis, Taka se tourna la pendule indiquait huit heure, elle fut surprise que le temps est fait une telle fuite en avant, comme l'eau elle ne parvenait pas à retenir les minutes qui s'égrenaient aussi facilement.

- Que voulez vous faire ce soir ? Demanda Taka, il ne restait qu'une journée entière à Natsuki avant que ces vacances ne prenne fin.

Le Reatsu des hollow revinrent dans le collimateur de Taka alors qu'elle finissait de débarrasser la table, mettant le tout dans l'évier, soupirant, elle alla prendre sa pièce pour libérer son âme, laissant choir le corps sur le canapé, frappant ses vêtements, tant que Natsuki était la elle avait décidé de garder le Kimono standard des Shinigami, elle se mit devant son amant et tournoya.

- Sa me vas bien la tenu officiel ? dit elle, embrassant Natsuki avant de traverser la porte, sa tête revint dans le foyer, le regard suspicieux, Tu ne profite pas de mon corps tant que je ne suis pas dedans et le fait que je sois nue et terriblement excitante n'est pas une excuse dit elle, perdant la mine inquiète qu'elle mimait pour le grand sourire joyeux dont elle avait le secret.

Dehors c'était une dizaine d'adversaire qui pointait leur masque dans le ciel de Karakura, la jeune femme se mit à rire, faisant tournoyer son arme elle se mit à monter un étrange escalier imaginaire. Les monstres s'arrêtèrent à distance raisonnable. Tirant doucement son arme, Burei lui fit tout de même remarquer qu'il l'avait prévenu, cela la fit hausser les épaules. Alors que l'arme n'était même pas en totalité sortie, elle fit un grand sourire à ces adversaires qui devait mentalement définir qui allait attaquer en premier.

- Burei o shūsei dit elle, son arme et son fourreau disparut pour se réduire à un gantelet visible, le Shikai continuait dans son dos mais cela l'était déjà moins. Les monstres crurent que c'était le top départ et attaquèrent, mais la jeune femme disparu sans leur laisser le temps de distinguer la moindre chose, la vitesse d'un capitaine était vraiment grisante, les dagues pointèrent leur nez sous dans les manches de la jeune femme.

La seconde attaque n'attendit pas longtemps, mais la jeune femme se mit à danser quelques chose de brutale qui ne laissa aucun survivant dans le ciel de Karakura, sombrant de plus en plus dans la noirceur de la nuit tombait morceau par morceau les restes des Hollow, disparaissant avant qu'ils ne touchent le sol. La jeune femme regarda la déchéance de ces ennemies le regard plus froid qu'à l'accoutumé. Se retournant vers l’horizon essayant d'oublier les morceaux qui disparaissaient. Un Shumpo rapide dans la maison, surprise de son arrivé à une telle vitesse, elle regarda son Vice capitaine en rigolant.

- J'ai oublié de retirer mon Shikai fit elle remarquer bougeant la main ce dernier façonna le fourreau puis en même temps enfermé dedans la lame apparut puis la poignée, Taka l’agrippa puis remit son arme sur son coté.

Glissant jusqu'à son corps pour se remettre dedans, elle revint à elle baillant comme une bien heureuse.

- Tant que se sont des ennemies aussi faible aucun soucis fit elle remarquer en embrassant son amant, elle se dirigea vers la cuisine pour faire la vaisselle.



Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 6 Fév - 18:12
Natsuki avait une assiette de riz dans la main droite, et la louche de poulet saucé dans la gauche lorsque Taka se posa à table, pour repartir aussitôt, vers la salle de bain. Il considéra alors la louchée de sauce qui coulait en gouttes dans la marmite, et le riz.

« Ça va refroidir... » soupira-t-il en penchant l'assiette, faisait ainsi retomber tous les grains grillés dans leur récipient.

C'était pour une douche, douche qui s'imposait après les activités passée, aussi son plat ne s'en offenserait pas, bien au contraire. Cela aurait juste était parfait qu'elle la prenne avant que le repas ne soit servit, mais les hollow n'attendaient pas. Il profita alors du temps supplémentaire alloué pou assortir l'ambiance au lieu et au moment. Tournant l'interrupteur de la lampe jusqu'à l'éteindre complètement, il illumina plutôt la pièce à l'aide d'un kido tellement mineur qu'il n'entrait même pas dans la liste des sorts de hado ou de bakudo. Progressivement, de petite flammes emplirent la cuisine, alignées et flottantes dans l'air, tel qu'un chandelier invisible les aurait soutenu. Pas moins d'une trentaine de simili-bougies ondulaient ainsi dans l'air, pour une ambiance tamisée et romantique, lorsque l'assassin entendit le bruit du jet de douche s'arrêter.


« C'est le moment. »
songea-t-il.

Il piocha à nouveau dans le marmiton de riz à l'aide d'une grosse cuillère, ppuis recouvrit les grains dans l'assiette avec la louche débordante de sauce, de poulet, de légume et d'ananas en cubes. Il y ajouta la carotte taillée en rose, bien disposée dans une assiette qui l'était tout autant, puis déposa le plat prêt à être mangé à la place de Taka. Il était affairé à se servir lui-même lorsque son hôte arriva.

« J'ai de nombreux talents. » glissa-t-il avec un sourire en réponse au compliment. «  Expliquer d'où ils me viennent tous prendrait plus de temps que ce dont je dispose. Aussi, je dirai simplement que celui-ci comme la plupart ont pour origine la curiosité. »

Au milieu des flammèches dansantes – sans fumée, s'il vous plait – ils purent tous deux profiter des talent en cuisine du Vice-Capitaine, et d'une conversation aussi inutile que plaisante. La part d'ananas était un peu pauvre par rapport au poulet, mais cela n'ôtait en rien la saveur de son plat.

« J'avais dans l'idée de découvrir Karakura lorsqu'Elle se drape de sa robe de la nuit, à l'occasion d'une ballade au claire de lune. Le temps s'est dégager, autant en profiter. » répondit-il.

Le repas touchait à sa fin. A peine la simili-shinigami avait-elle posé les assiettes dans l'évier qu'elle s'éclipsa à nouveau, laissant son enveloppe charnelle sur le canapé. Il la regarda, la complimenta sur sa tenue pour une fois réglementaire, dirons-nous, puis retourna dans la cuisine. S'il était dans un de ces dessins animés japonais qui verront le jour dans une trentaine d'années, sans doute aurait-il lancé le couteau qu'il tenait en main à travers le visage fantomatique de Neko, couteau qui aurait vibré quelques instants après s'être planté dans le bois, en réponse à l'insinuation douteuse de la jeune femme. Mais ce n'était pas le cas. Il n'était pas dans une fiction, il n'y avait pas de public, et encore moins d'effet comique à créer. Aussi, il se contenta de lui offrir une expression septique, figée, avec un sourcil arqué et une bouche à mi-chemin entre le rictus et la grimace.

Le combat fit rage au-dessus de sa tête, bien au-dessus. Mais en tant qu'humain, il ne s'y intéressa pas le moins du monde, alors qu'il sifflotait sereinement l'hymne de sa Division en commençant à laver la vaisselle, les marmites et la table. Efficace comme dans tout ce qu'il entreprend, il boucla la corvée en une dizaine de minutes, suite à quoi il s'installa sur le canapé, et attendit le retour de l'âme, dont la tête du corps inanimé reposait à présent sur ses genoux. Plongé dans ses pensées, les doigts enroulant mécaniquement les mèches blondes, il ne reste pas bien longtemps ainsi.

« La vaisselle est déjà terminée.. » prévint Natsuki « … si vous allez vers la cuisine dans cette optique. »

Il se leva à son tour, avec élégance, et suivit les pas de l'humaine, pour se lover dans son dos, et nicher son visage dans la nuque qui s'offrait à lui, penché.[/i]

« J'ai l'impression qu'il n'y a que quand je vous fait l'amour avec vigueur et passion que vous ne tentez pas de vous échapper. »
souffla l'assassin d'un air taquin.« Dois-je comprendre quelque chose ? » ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie.

Il savait ce que c'était après tout, et le comprenait mieux que quiconque : lui-même mettait en avant ses devoirs, avant tout le reste. La seule différence résidait dans la nature de ce devoir. Taka partait pour de courtes missions dans sa ville, limitée à ce qu'elle percevait, alors que lui se voyait le plus souvent confier des assignations à moyen terme pouvant aller de quelques jours à plusieurs semaines. Aller savoir lequel des deux gâchaient le plus sa vie sociale. La réponse, bien évidement, n'avait a aucune forme d'importance pour ceux comme eux qui ont renoncé depuis longtemps à en avoir une véritablement structurée comme les autres. Il existe bien d'autres formes à l'épanouissement. Il l'embrassa sur la nuque, puis marcha en direction de la porte de sortie, où il enfila ses chaussures.


« Allons'y. »
énonça le Vice-Capitaine en ouvrant la porte.

Malgré la pluie passée, malgré la nuit naissante, la température dans la rue était douce. Nul besoin de veste. Ce n'est pas comme s'il en avait amené une, de toute façon. Il fit quelques pas sur le macadams humide et parsemé de flaques d'eau puis se retourna vers Taka, l'index droit contre la commissure de ses lèvres.


« S'il y avait un lieu, un seul, à Karakura qu'il était impératif de connaître pour sa beauté nocturne, lequel serait-ce ? Votre lit n'est pas une réponse acceptable Neko. »
précisa-t-il avec un sourire entendu.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 7 Fév - 10:48
La nuit les entouraient, Taka ne savait pas vraiment ou amener son amant, il fallait tout de même avouer que le soir était le moment le plus propice à ces chasses d'ennemie, elle ne prêtait alors pas grande attention à la beauté de l'endroit. S'arrêtant un instant, un flash lui montra un endroit beau, mais qui portait aussi une térrible signification, mais après tout cela faisait un moment qu'elle ne c'était pas receuillit sur l'endroit.

- Vous voulez voir un endroit d'exception qui ne se montre que la nuit fit elle remarquer, un petit sourire en coin entre mélancolie et amusement, elle tira la main de son amant l'emmenant dans une ruelle un peu plus étroite et donc nettement plus sombre.

Leur pas résonnait, plus que la journée ou bien était ce la nuit qui procurait ce sentiment de silence exacerbé. Les pavillons disparurent doucement, d'abords les murs devinrent plus salle, les lumières s'éteignirent pour laisser voir des planches en travers les ouvertures de maison qui devenait de plus en plus délabré, tagué, les murets qui les entouraient devinrent de petite barrière en file de fers, au delà, les maisons ce transformait en bâtiment dans des états diverses. Il n'y avait rien de beau autour d'eux, oppressant peut être, quand ils croisaient un être nappé d'ombre, il levait des yeux scintillant mais finissait par retomber dans la contemplation d'une chose que les deux ne parvenaient pas à observer.

Les nuages vinrent caché la lune, les ténèbres se rependirent comme une masse grouillante, transformant chaque objet de vie en monstre, les reflets de lumière parvenait à faire naître une chose difformes qui se révélait être un humain sur les dernières secondes, avant que Taka emporté par la révélation ne faisait pas vraiment attention. La jeune femme s'arrêta, regardant un bâtiment, de cet angle on aurait dit une vieille bâtisse de quatre étages abandonné depuis des siècles, avec un peu d'imagination les ombres pouvaient faire passer dans les ouvertures des formes étranges. Un pas de plus et le bâtiment qui aurait surement du se continuer avait disparut prenant l'étrange forme d'une glace a qui on aurait retiré une unique boule.

La jeune femme invita le jeune homme à la suivre, avançant sur un sol totalement lisse, plus les deux s'enfonçait dans cet étrange décore plus la surface était lisse et glissante, les bâtiments autour avait tous cette partie manquante, une pente douce, ou Taka fit remarquer d'avancer doucement pour ne pas glisser, le cratère de cette surface lisse s'enfonçait de quelques mettre. Au milieu de cette étrange chose, Taka regarda les nuages, doucement, il se poussaient pour libérer la lune.

Le premier rayon vint frapper la surface translucide libérant de petite étincelle de couleur autour des deux promeneur, puis ce fut une multitude de couleur qui les entourèrent se reflétant l'un l'autre sur l'étrange surface, les bâtiments rongé par cela devenait de véritable boule à facette donnant l’impression d'être dans un nouveau monde, fait de lumière et de transparence, la ou la Soul Society était magistrale et blanche, ici c'était fait de chose translucide et de lumière.

- Vous ne pouvez voir cela que la nuit de pleine lune, fit remarquer Taka en montrant mademoiselle lune pleine qu'elle imaginait rigolardes, La journée ici c'est un enfer la lumière de la lune est moins agressive que celle du jours fit elle remarquer

S’essayant dans un creux, elle mit ces deux mains derrière la tête, bien qu'elle semblait détendu il y avait quelques choses dans son attitude qui montrait clairement que se comporter ainsi sans ce lieu n'était pas vraiment ce qu'elle faisait habituellement. L'une de ses mains caressa la surface lisse, puis elle se redressa un peu.

- Un peu de physique jeune Vice Capitaine Natsuki, si vous chauffer n'importe quel surface de ce monde à un température extrême, l'endroit le plus chaud se transformera en verre dit elle, frappant d'une claque le sol ou ils étaient, Ici ce fut si intense que tout ce qui fut prit dans le périmètre se transforma en verre sur une couche relativement épaisse, mais le plus intéressant c'est que les couches internes se fissurèrent alors que la couche externe la plus solide garda sa forme initiale, Taka se leva pour marcher un peu, dans un creux, elle montra de quoi elle parlait à Natsuki, la ou les rayons de la lune ne parvenait pas à s'infiltré, on voyait la dureté de la couche, mais juste en-dessous c'était comme du verre brisé maintenu dans son état de fissure, Alors les rayons de la lune s'écrasent ici, se font dévié dans tout les sens créant les lumières que vous voyez dit elle avant de se rasseoir dans un petit soupire .

L'endroit était éclairé comme en plein jour, bien que leur ombre pouvait distillé une zone ou les rayons n'atteindrons pas cette étrangeté physique, leur ombres disparaissait ici, car tout était reflété, renvoyé, il n'y avait pas qu'une seule source de lumière mais des milliers et tant que la lune darderaient ses rayons sur la zone alors les ténèbres n'existerons plus ici.

- Vous vous imaginez la journée, demanda Taka un petit sourire en coin, c'est un enfer ici, les rayons du soleil feront chauffer et aveuglerons les personnes qui oserons venir ici fit elle remarquer, un mouvement vague de la main, Tout ceci sera bientôt détruit par les hommes, dit elle comme un point à sa réflexion, sa mélancolie gagna en intensité sous cette pensée.

- Mais sachez que cela n'est rien comparé à mon lit fit elle remarquer un petit sourire moqueur et luxurieux, un bref clin d'oeil, bien que la boutade avait été sympathique, les lumière mit en évidence cette pointe mélancolique dans son regard, même son sourire sous cette lumière était entaché par cela.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 7 Fév - 21:00
Plus ils avançaient dans les ruelles, et plus il faisait sombre. Plus ils s'enfonçaient dans le ventre de la ville, et plus elle perdait de son charme. Tout était si similaire au Rukongai : s'éloigner du cœur, c'est se rapprocher de la pauvreté, de l'insalubrité et de la misère. Étrangement, il se santait à son aise dans ces lieux plongés dans les ténèbres dès que l'astre solaire cessait de briller dans le ciel. Même alors que, dans son gigai, il redécouvrait ce qu'était la nuit, lui qui depuis longtemps avait habitué ses yeux à percer l'ombre et voir au travers, ses yeux pour qui il ne faisait presque jamais noir. Même au dépourvus et sans défense, il était dans son élément.

Aussi silencieux que la ville endormie, l'assassin suivit Neko au travers des chemins. Sans poser de question, il savait qu'il n'avait pas à remettre la direction ou les lieux en cause : de biens belles fleurs savent pousser sur des dépotoirs. Les minutes en devinrent des dizaines, et toujours ce silence dans la ville. Seuls résonnaient les pas de Taka martelant le sol. Natsuki, lui, avançait de sa démarche souple et discrète. Déformation professionnelle diraient certains, mais à force de pratique, se déplacer sans bruit était devenu aussi naturel que respirer pour lui. Son pied se posait, contrairement à tous, d'abord sur la pointe, pour s'aplatir tout en douceur jusqu'au talon, le poids porté jusqu'au dernier instant sur l'autre jambe.

Taka s'arrêta d'avancer, aussitôt imité par son compagnon. Ils étaient arrivés. Il étudia les lieux un moment, bien qu'il n'y voyait pas grand chose, mais ses pupilles avaient commencé à s'accommoder à l'ombre. Des bâtiments, et puis... Et puis ? La coupe était nette. A plusieurs endroits identiques, il y avait pareil état des lieux, comme si une boule d'énergie immense était passée par là, avait rasé tout ce qui se trouvait sur sa route, puis avait continué, l'air de rien. Le sol non plus n'avait rien de naturel.


« Du verre ? » murmura le shinigami en effleurant de ses doigts la paroi poussiéreuse.

Du verre couvrait le par terre. Mais en forme de cratère, et complétement lisse. A l'aise sur ses pieds, Natsuki suivit Taka dans la pente, glissant lentement en soulevant un nuage de débris léger reposés sur la surface glissante. Il n'eut d'ailleurs même pas à bouger les jambes, son simple équilibre et l'inclinaison du terrain le menèrent au fond. C'est cet instant que la lune choisit pour quitter sa cachette derrière les nuage, et gratifier à nouveau la ville de sa lueur radieuse. Et c'est aussi à cet instant que la magie opéra. Telle une larme sélénite s'écoulant sur la Terre, la pâle lumière frappa le cœur du cratère, et éclaboussa les alentours. Le lieux devant littéralement étincelant, les rayons reflétés bondissant sur chaque surface plane pour se projeter encore plus loin. En centre du spectacle, le couple baignait dans la lumière, enveloppé dans la douce chaleur de la réfraction multiple. Un endroit comme celui-ci ne devait pas passer inaperçu, brillant comme un phare dans la nuit, et pourtant. Il suffisait de voir l'agencement de la ville autour pour comprendre : les immeubles délabrés formaient tout autour une boite compact, des murs de béton infranchissables. Aussi forte qu'était la bougie de la lanterne, elle n'éclairait pas bien loin tant que le capot n'était pas ouvert.


« En effet, j'imagine... » répondit l'assassin

Agréable un moment, le tout perdit un peu de son charme à ses yeux. Être ainsi sous le feu des projecteurs, au sens propre ici, en pleine nuit le mettait un peu moins dans son élément, lui qui avait pour habitude de se dissimuler, et d'éviter justement ce genre d'endroits éclairés. Il ne cilla pas cependant, parfaitement conscient qu'il ne risquait rien ici. Après tout, la Shinigami Substitue Taka Neko était près de lui, frêle humain qu'il était. La lune aussi, veillait sur lui.


« La lune a quelque chose de fascinant, vous ne trouvez pas ? » questionna-t-il soudainement, bien qu'il n'attendait pas de réponse. « La regarder est comme... apaisant. Peut-être un peu moins prétentieuse que le soleil – et à raison sans doute, vu qu'elle n'a rien d'indispensable – cela ne l'empêche pas d'éclairer le chemin des voyageurs perdus dans les méandres de la nuit. Elle a plusieurs visages, mais reste pourtant la même, malgré ses humeurs changeantes et ses secrets. Et puis, elle... m'évoque le romantisme d'une certaine façon, je n'ai pas d'autre mot. Quel que soit le monde où je suis, il y en a une, une qui m'évoque les mêmes souvenirs, les mêmes sensations, qui me ramène à la même nostalgie. Amusant non ? »

Il garda le silence un long moment, se contentant d'observer la lune, son astre si l'on pouvait dire, et sa lueur laiteuse que la topographie décuplait. Et il brisa le silence de la nuit, alors que son regard se posa avec délicatesse sur le visage d'ange – dans l'instant en tout cas.


« J'ai, depuis deux jours, l'impression que tout ce que je vois de fantastique dans cette ville, d'extraordinaire pour des humains '' sans pouvoir '' a toujours quelque chose en rapport avec la famille Neko. Cet endroit n'a pas été crée par la main d'un homme, n'est-ce pas ? » dit-il simplement d'une voix douce.

Beaucoup de chose coulait sous le masque de Taka, du moins en avait-il l'impression. Des souvenirs, des regrets, des sentiments, et bien d'autres que les mots ne pouvaient décrire. Il ne posa cependant, comme à son habitude, pas d'autres questions, préférant laisser la jeune parler de ce qu'elle désirait, et taire ce qu'elle préférait garder pour elle. Car en général, lorsqu'il en posait avec l'intention de savoir, il obtenait ce qu'il voulait, de manières qu'il ne valait mieux pas citer lorsqu'il s'agissait d'individus peu coopératifs - et si nécessité il y avait, bien évidement.


« Ce que je vois ce soir dépasse mes espérances Neko. Vous savez me surprendre, à bien des égards, cela en deviendrait presque une habitude. Nous pouvons partir d'ici maintenant, si la beauté de ce spectacle ou du lieu vous ramène à de mauvais souvenirs. »




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 8 Fév - 21:17
Taka observait le ciel comme si celui-ci perché avec ces petites formes et son gros phare allait lui donner la réponse. C'était vrai, après tout tous ce qu'elle avait de beau à montré était liée plus ou moins à sa vie, à ces emmerdes et surtout à la tristesse que lui avait confié son destin, comme un pantin, elle laissa tombé sa tête sur son giron, elle laissa échapper un souffle alors que les yeux fermés elle pouvait distingué la lumière qui les entouraient. D'une main, elle chassa les questions de Natsuki, puis se leva tirée par un fil invisible.

- Ce n'est pas faux dit elle, cherchant la suite de sa phrase, mais personne ne l'aidera, après tout elle lui avait révélé bien plus important et choquant celons ces propres critères, levant les bras, un sourire triste, Je voulais vous présentez à mon père mais je ne peux que vous montrez sa sépulture dit elle laissant retomber ses bras le long de son corps.

Taka sa rassit, l'endroit était magnifique et d'ailleurs, il suffisait de traverser les deux épais bâtiments de pierre un peu plus loin pour comprendre que l'endroit était protéger par un écrin insalubre, une perle sous la dure roche et l’impétuosité humaine. Sa main caressa le verre, seul marque laisser dans l'histoire de cette terre, son père avait toujours apprécier les grandes sorties, celle qui faisait du bruit et qu'on oubliait mais qu'on appréciait raconté autour d'un bon verre ou d'un feu vif. La jeune femme rigola doucement, alors que la pensée de son paternelle lui expliquant comment il comptait mourir lui revint en mémoire, dire qu'il avait toujours été se grand orateur, celui qui semblait distinguer le future avec tant de précision que cela donnait la chaire de poule, celui la même avait vu sa fin, sans cotillon ni récompense juste l'imposante gerbe de feu s'élevant dans le ciel telle l'unique preuve de dieu.

- Mon père à fait cela pour emporter le plus de ces ennemies, quelques adjuchas et parait il un Vastos lord, mon père n'avait pas la force de combattre ce genre de menace, il ne voulait pas faire courir à sa famille les risques de demander de l'aide au Seireitei alors il a réglé cela comme il pouvait en créant une technique ultime avec son zampakutos, détruire ou tout de même l'enfermé fit elle remarqué, se levant, elle se retourna pour montrer l'endroit ou elle était assise frottant la surface, on pouvait distinguer une ombre à l'intérieur des fissures.

Le Vastos Lord, une créature terrible qui équivaut et même surpasse un capitaine du Gotei 13, ici cette technique avait eu raison du monstre, ou pas, après tout les monstres de cette puissance était même rare dans l'hueco mondo, mais la technique du père de Taka avait prit pour cible uniquement l'être d'ou on pouvait distinguer juste l'ombre. Dans une marre de magma et de Reatsu, la chose explosa la matière autant du corps du monstre que celle qui l'entourait avait former la petite bute avant d'exploser à nouveau, on pouvait presque dire que l'explosion et l'état autour de cette bute n'était qu'un dommage collatérale qui avait mit à mal tout les Hollow qui poursuivait le père de Taka une technique qui mettait fin à l’existence même du Shinigami qui l'utilisait.

- Cette prison est celle que le corps de mon père et la terre on créé pour cet être, si il devait sortir à nouveau je me trouverais alors en face de lui fit elle remarquer, mais elle n'y croyait pas, le monstre n'avait pas bouger depuis tant d'année, il l'avait péri, une vie contre une vie, c'était un échange équitable.

La main de Taka glissa le long du verre, puis elle remonta la pente, profitant du vent qui se levait pour carresser les noctambules.

- Maintenant que vous avez vu la beauté, venez danser avec les hommes dit elle, l'invitant à la suivre d'un mouvement rapide de la main et d'un petit sourire en coin.

Laissant derrière eux les quartiers pauvre et la beauté du lieu, Taka emmena son amant prêt d'une boite, l'une des meilleurs, mais pas la meilleur, bien entendu, cogné sur les videur n'était pas vraiment une bonne solution pour ce faire accepté, un petit clin d'oeil a un homme au coup de Taureau et se dernier s'approcha de la jeune femme, le sourire goguenard de celui qui croit avoir quelques choses à gagner.

- Taka cela fait un moment que je ne t'avait pas vu par ici fit remarquer l'homme rondouillard.

- Bien sur Seruki que crois tu, après le petit remue ménage de la dernière fois j'avais trop honte de revenir ici fit remarquer Taka un petit sourire en coin.

L'homme explosa de rire, soulevant la corde qui maintenait tout le monde ne file pour attendre l'inspection au prêt d'un homme d'une stature des plus imposantes, il refusait d'un simple mouvement de la tête et ceux qui devait recevoir le couperet sur leur soirée ne pipait mot, devant trouver un plan de secour.

- Allez vient, l'homme vit que la jeune femme tenait un homme par la main, ce dernier sourit puis invita les deux à le suivre, C'est pour te remercier fit il savoir alors qu'il ouvrait la porte au deux, le bruit de la musique arrivait déjà à leur oreille.

Il fallait traversés plusieurs couloir et plusieurs portes très épaisse ainsi le sons était nettement atténué, malgré cela, la musique traversait l'espace comme une flèche meurtrière, de petit démon forçant à l'écoute que vous le vouliez ou non, quand la dernière porte s'ouvrit sur leur chemin, une immense escalier se dévoila, dans la fosse des gens dansaient ou plutôt se mouvait sur la musique, appréciant de tous se rencontrer, ces gens partageaient tous un point commun, l'espace d'une soirée, plus rien ne comptait. Attrappant le Vice Capitaine par la main, elle l'attira prêt d'elle et lui glissa à l'oreille.

- Quelques choses que vous ne verrez surement pas au Seireitei, mais il faut tout voir et tout essayer, dit elle, l'embrassant, Essayez de ne pas trop vous faire draguer, cette boite est connu pour certaine femme qui perdent les pédales dit elle, avant d'exploser de rire, prendre par la main son amant et l’entraîner dans la foule et se laisser percer par la marré de corps, les sentiments transpirant et cette étrange étincelle de force et de joie brute qui fallait s'accaparé le plus vite possible sans se faire engloutir.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 9 Fév - 18:47
« Un Vasto Lord... » songea l'assassin, silencieux. «  Le genre de hollow que l'on a pas l'habitude de croiser dans le Monde Matériel. Et comme par hasard, c'est après les Neko qu'il en avait. Taka se rendait-elle compte que, comme son père Natsuki avait l'impression, elle ne faisait pas que attirer à elle les hollow présent en ville, mais aussi ceux présent de l'autre côté de la barrière ? Ce n'était qu'une supposition mais... si elle était juste, la jeune femme n'était pas seulement un danger pour elle même, mais pour la ville entier. Elle partait de la bonne intention de nettoyer la ville, mais d'un autre point de vu, elle réglait des problèmes qu'elle provoquait à cause de son énergie qu'elle refusait de camoufler. Comment se fait-il qu'elle soit passée si longtemps sous la couverture des radars, alors qu'en même temps, elle se promenait sans se dissimuler, bien au contraire ? Ses relations en ville avait peut-être quelque chose à voir dans cette affaire. »

Il garda Taka du fil de ses pensées, et quitta avec elle le dôme inversé de verre avec autant d'aisance que son corps artificiel le lui permettait. Le temps était venu de laisser derrière eux ce lieu de souvenir pour Neko, et de prendre le chemin vers une nouvelle destination, une de celles où l'on danse, visiblement. Il n'émit aucune objection, et se contenta de marcher à côté d'elle, main dans la main. La simili-shinigami avait le chic pour lui présenter les endroits les plus incongrus possible, cachés dans la ville de Karakura. Si l'endroit les menait dans un ascenseur conduisant dans une salle en altitude et invisible de l'extérieur, ou dans une cave large comme plusieurs piscines olympiques, il n'en émouvrait pas le moins du monde.

A première vu, l'extérieur était normal, il pouvait y voir tout ce qu'on voit habituellement devant ce genre d'endroits à fréquentation nocturne : la foule, bien alignée ou en véritable vrac – ici en rang -, la porte que peu se voyait autoriser à franchir, et le colosse qui la gardait, tel le cerbère devant les Enfers. Pour ce genre de job, les gens préféraient toujours engager des géants aux muscles noueux, même si cet individu n'avait aucune expérience en combat, et pouvait se faire étaler par le premier venu. Pourquoi ? Tout simplement parce que les gens ont peur du muscle. La masse hypertrophiée est là davantage pour impressionner que pour servir, le premier prévenant souvent le second. Le résultat était là au final, les employeurs n'en demandaient pas plus. Il est vrai que crevette, même tout à fait capable de gérer une émeute ou un combat à plusieurs opposants, en imposerait beaucoup moins, inciterait à tenter le passage en force et le recours aux mains. La finalité serait la même, personne ne passerait la porte, mais cela ferait mauvaise publicité pour la boite, que d'y voir régulièrement le nom dans le journal, dans la rubrique faits divers : '' nouvelle bagarre aux … ''

En deux coups de cuillère à pot, Taka avait déjà assuré leur entrée, faisant totalement fi de la file qui attendait pour entrer – et attendra sans doute jusqu'à la fermeture. Elle qui avait prétendu vivre le plus souvent sous sa forme spirituelle et chasser les hollow au lieu de vivre comme une humaine et sortir de chez elle, elle avait étrangement beaucoup de contact, et était connu dans bon nombre de coins. Des restaurants aux sources, et des cafés aux boites nocturnes, le shinigami tatoué se demanda si quelque part à Karakura, le nom de Taka Neko, ou du moins son visage, était inconnu. Peut-être que commencer plus large, comme cette moitié de l'hémisphère terrestre par exemple, lui garantirai plus de succès...

Il passa à la suite de Taka une fois la corde écartée, cette faible corde qui avait pourtant arrêtée plus de personnes qu'un certain mur allemand, et s'engouffra dans la porte que le videur leur avait ouvert, non sans un sourire de remerciement – et surtout social – adressé à ce dernier. Suite à quoi, la jeune femme le guida dans ce que l'on pouvait qualifier de véritable dédale de couloirs, chacun terminé par une porte. Plus ils s'enfonçaient, et plus la musique leur parvenait fort aux oreilles. La dernière vibrait sous la force du son, lorsqu'il posa sa main dessus. La musique déformée par des enceintes leur parvenait très clairement, ce qui était d'autant plus inquiétant pour l'intégrité de leur oreille : quel mur sonore allait heurter lorsqu'il tournera la poignée ?

Il eu le loisir de sentir que ce n'était que la musique qui le percuta de plein fouet : la chaleur était aussi au rendez-vous. La salle dans laquelle lui et Neko entrèrent commençait par un escalier les menant sur une sorte de piste, assez large, où étaient agglutiner les uns aux autres des humains des deux sexes par dizaines. Difficile de qualifier leurs gestes de danse, dans la mesure où la restriction de mouvement était telle que l'assassin ne voyait qu'une masse gigotante, une masse aux multiples sourires. Surélevés sur une scène un peu plus loin, plusieurs musiciens s'activaient sur leur instrument à jouer des rythmes endiablés pour animer la foule à leurs pieds, rythmes à la force amplifiée par les haut-parleurs accrochés stratégiquement. Et autour de la scène, des alcôves avec des tables et des chaises où se posaient les danseurs le temps de reprendre leur souffle, ou se rafraîchir, refaire le plein de liquide à transpirer dans la fournaise. Pour résumer brièvement : il n'aimait pas cet endroit. Mais ce n'était pas le genre de ressentit que Taka avait besoin de savoir. Il n'était là que pour trois jours avec elle, elle qui semblait se sentir à son aise ici, il n'allait se montrer égoïste : la jeune humaine aussi, avait droit à quelques vacances – pour peu qu'elle n'avait pas menti sur son temps de travail effectif.

Elle l'amena dans la foule, qui s'ouvrit sur leur passage pour ne se refermer qu'avec plus de force derrière, les encerclant de toute part pour des corps à corps où même la distance intime n'existait plus. Seul comptait la musique et le plaisir, le reste n'avait pas d'importance. Ni ce qu'on buvait, ni avait qui l'on '' dansait ''. La masse était si dense que même lui, assassin aux capacités pourtant éloquentes, ne saurait si faufiler, comme prisonnier à s'amuser ici jusqu'au bout de la nuit. Il prit sur lui, ne montrant sur son visage et dans ses yeux que ce qu'il voulait qu'il y soit vu, et imita ses comparses d'un soir.

Le temps passa, la chaleur suffocante de la foule et des projecteurs continua de grimper, le forçant à terme à ouvrir la fermeture de son haut, fermeture qui ne révéla derrière rien d'autre que de la sueur et un torse tatoué aux muscles bien dessinés. Personne pour y prêter attention de toute façon, chacun était dans sa transe, les yeux emplit de couleurs comme dans un kaléidoscope et les oreilles saturées d'une musique qui l'était par moment tout autant. Seule peut-être Taka devait encore le voir, elle contre qui il dansait – comprendre bouger – en collet serré et bien souvent dans des mouvements sensuels. Ce n'est qu'à l'instant que l'assassin réalisa qu'il était, pour la toute première fois depuis son arrivé ici, réellement comme un humain. Il était impuissant, à la merci de la foule qui pouvait l'écraser à toute moment, sans la moindre capacité de fuir, de percevoir du reiatsu ou d'utiliser ses sens plus développé que la moyenne qu'il avait pu conserver malgré le gigai, tant ces derniers étaient prit à vif par la boite. Il était comme les centaines d'autres ici présents.

Des centaines... tous agglutinés les uns aux autres... sans défense... Soudainement, Natsuki attrapa sans force le poignet de la simili-shinigami, et dégagea de l'autre main tout ce qui pouvait gêner sa vue dessus pour vérifier si elle portait ce fameux bracelet de cet après-midi, bracelet dont il avait pu comprendre le fonctionnement assez facilement.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Dim 10 Fév - 16:29
Il pendait, lien tressé pour retenir la petite bourse de cuire ou pouvait se voir le Kanji de la protection, Taka eu un petit sourire doux alors que son autre mains montait jusqu’à la joue de son amant, caressant doucement ce visage qu'elle aimait. Elle fit quelques pas, ce qui était tout de même incroyable dans la masse puis vint se coller contre Natsuki de rapide coup de langue sur la nuque pour remonter jusqu'à on oreille qu'elle mordilla tendrement.

- Pas de super ouïe, impossible de ce concentrer sur autre chose, Natsuki-san, sans réel défense, ni lien, vous voilà humain mon beau prince charmant fit remarquer Taka, Je n'allais pas venir ici sans une protection dit elle s'éloignant doucement marquant un déhanchement langoureux avant de reprendre les mouvements qui devait s’apparenter à une dance qui au bout du compte devait ressembler à un acte sexuelle en légèrement moins explicite.

La soirée continua ainsi, aucune attaque, rien de bien flagrant juste des gens, homme et femme s'offrant d'une manière plus ou moins explicite au dieu de la nuit, celui la qui plonge l'âme dans une forme de pause spirituelle et qui finira par engloutir certain entre ces bras luxurieux. Alors que certain devait se réveiller sur leur banquette, que d'autre femme moins pudibonde regraffait leur soutient gorge et remettait leur string d'aplomb en sortant des toilettes, laissant pour certaine d'entre elle un homme éméché et légèrement moins beau que dans leur souvenir, Taka et Natsuki était assis, regardant les personnes partir certain exténué regardait d'un oeil torve les lieux comme un rêve qui prend fin, la dur réalité leur revenait dans la tête et si certain c'était contenté de dansé comme des endiablés, d'autre par contre auront des flash d'une soirée qui se jouait dans un corps à corps torride avec un homme dont le nom leur échaperait longtemps.

Taka souriais en voyant cette femme qui devait être endimanché en arrivant et un peu plus emmanché et éméché en sortant, elle se dépêchait comme si le diable la poursuivait ou bien les expériences plutôt insalubre d'une partie de jambe en l'air moite entre les parois sale d'un cabinet de WC. La jeune femme porta à ces lèvres un verre contenant un liquide brunâtre, il était tôt, mais pour elle, c'était encore hier, son horloge refusait d'avancé un pas de plus vers la nouvelle journée qui pourtant accueillait les premiers travailleur éreinté d'une nuit calme.

- Ce fut une longue nuit fit elle remarquer, jouant avec son verre à demi vide, ou plein celons l'humeur du passant, la musique avait baissé, bientôt elle disparaîtrait indiquant que le temps était venu pour tous, bourré ou pas de quitter les lieux pour laisser place au balaie de nettoyage.

L'homme qui les avaient laissé entré passa prêt d'eux, un sourire pour Taka, un hochement de tête amicale pour Natsuki, la jeune femme lui répondit en levant son verre, elle n'avait pas vraiment besoin de parler, la nuit avait été longue et elle n'avait plus l'habitude de danser comme cela telle une endiablé, l'alcool sirupeux coula une nouvelle fois le long de sa gorge, elle soupira, et se leva d'un bond, elle était prête pour rentrer, il n'y avait plus que quelques badauds surement éméché et un peu de tranquillité lui allait bien. La porte des toilettes des femmes s'ouvrit sur un homme qui se rhabillait vite fait, resserrant une ceinture à la boucle tête de mort, cherchant des yeux sa nymphe d'une poignée de minutes, il descendit rapidement pour mieux remonter vers la sortie.

- Drapé de vertu, les femmes se protègent d'un mal qu'elle ne voit que chez l'autre sexe alors qu'une fois libre, elle s'y donne sans peine fit elle remarquer à voix haute, faisant tourner le liquide dans son écrin de verre, Partons avant que je me mette à faire de la poésie, le monde à connu bien trop d'horreur pour en rajouter une couche fit elle remarquer les mains derrière la tête le pied assuré bien que tremblotant elle se mit en tête de monter l'escalier avec à son bras son amant.

Dehors le ciel était encore noir, mais on pouvait voir sur la ligne d’horizon crépité les premières flammes d'une armé ardente, les troupes du soleil remportait une nouvelle victoire sur la nuit, bientôt le jour se lèvera, une nouvelle journée qui en soit devait marqué le début d'un repos mérité. Avançant dans les rues calmes de la ville, les deux déambulèrent tranquillement, ils ne prirent pas les chemins les plus courts, on pouvait profiter de ce moment ou le monde reprenait son souffle, quelques êtres de passages avant que la foule des lèves tôt ne reprennent leur droit sur le sol de la ville.

La porte de la demeure claqua derrière la jeune femme qui fermait la marche, Natsuki devant se reçus un vêtement qu'il put identifier comme un soutient gorge, mais à peine se tournait il qu'une femme lui volait dans les bras, l'embrassant, se lovant contre lui pour mieux venir déposer dans son cou de tendre baiser. De quelques coups de reins, elle se débarassa de son jean laissant couler à terre ce vêtement qui n'était plus qu'une barrière méprisable, arrêtant son entrain, elle se sépara de son amant pour aller montrer quelques un de ces charmes montant doucement les marches invitant l'homme à terminer cette journée par quelques acrobaties dont seul les adultes avaient l'idée.

- Je vous les dit, mon lit reste le meilleur des endroits autant pour se reposer que pour se dépenser fit elle remarquer un petit clin d'oeil, disparaissant dans l'escalier, elle laissa le temps à Natsuki d'arriver, elle en profitant pour se raffraichir puis s'allongea en regardant son amant.

Un peu de douceur, aucune brutalité, Taka était de ces êtres qui pouvait faire des choses d'une multiple façons avec envie, brutalité ou tendresse, chacun ayant leur attrait, la femme se montrait passionné et romanesque alors que la tendresse faisait plié le lit sous leur envie et comme deux bien heureux finirent par s'endormir.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 10 Fév - 19:41
La nuit les porta longtemps, bien plus longtemps que leurs jambes même. Le couple se reposa un moment, sur l'une des nombreuses banquettes mises à la disposition de tous, profitant de quelques boissons, et retournèrent se mêler à la foule en extase, prêt pour un nouveau round. Peut-être était-ce le lieux, peut-être était-ce la nuit, peut-être était-ce l'alcool, mais Taka avait raison : il y avait ici des choses que Natsuki ne verra jamais au Seireitei. La débauche luxurieuse figurait sans doute en tête de liste. Les heures avaient passé, et pourtant, la jeune humaine ne l'avait toujours pas attiré à part, pour y faire ce que la décence se doit d'ignorer. L'assassin lui risqua un coup d’œil, suivit d'un sourire. Sans doute l'après-midi passé à s'enlacer et froisser les draps avait-elle satisfait ses ardeurs pour un moment. Ce n'était pas plus mal. Il se sentait de moins en moins bien dans cette boite, et l'idée d'une séance sur le pouce ici le rebutait.

Aussi, il était aisé d'imaginé le soulagement qu'il ressenti lorsqu'enfin il poussa la dernière porte, celle qui conduisait vers la sortie, remplaçant le plafond et ses projecteurs par une nappe noir parsemée d'étoiles, infimes lumières par milliers qui pourtant ne rivaliseront jamais avec l'unique qui ne tardera pas à dresser ses premiers rayons au-dessus de l'horizon. La chaleur suffocante céda sa place à celle du matin sur la peau du shinigami, dont le frisson glacé qui hérissa ses poils lui rappela de fermer son haut. Le bruit caractéristique de la fermeture sembla résonner dans le silence de l'aube, en opposition total avec ce qu'ils venaient tous deux de quitter. Comme s'ils avaient franchit le portail vers un autre monde. Du moins, c'est le genre de bruit qu'il aurait pu entendre si ses tympans n'avaient pas eu à supporter douloureusement tout au long de la nuit la musique sauvage et beaucoup trop forte qui les avait martelé.

La fatigue se faisait sérieusement sentir dans ses pieds pourtant artificiels, il était temps de rentrer, conclut-il. Neko semblait de cet avis aussi. Mais ils prirent leur temps pour, de marcher tranquillement bras dessus bras dessous, de regarder la ville dans sa phase d'éveil, dans un matin que nombreux aimeraient voir être prolongé, ne serait-ce que de quelques minutes. Le temps ne fait de cadeaux à personne cependant. Il continue de s'égrainer inlassablement, courant après chaque être vivant, chaque objet. Nul ne sait lui échapper, pas même les dieux de la mort. Le matin arriva derrière eux, mais Taka lui ferma la porte au nez. Sans doute qu'elle comme lui n'avaient pas très envie de le voir, contrairement à leur lit bien frais prêt à les accueillir.

« Ou le canapé. » songea Natsuki en portant à ses yeux le vêtement qu'il reçut sur l'épaule.

Si se déshabiller pouvait être un art, sans doute l'humaine dans ses bras en serait une maître artiste. Un simple déhanché du postérieur – superbe déhanché – fut suffisant pour lui ôter son pantalon, la laissant une fois de plus offerte à lui, sans rien d'autre qu'une simple culotte pour la couvrir. Elle avait les doigts et les lèvres froides, mais le contraste avec la température du domicile ne fut pas si mal. Quelques baisers plus loin, elle l'abandonna pour retrouver la chambre. Chambre que lui-même retrouva moins de dix minutes plus tard, après sa troisième douche du jour.

« Il faut cependant tout voir, et tout essayer. » cita-t-il en guise de réponse, alors qu'il traversa la porte ouverte qui le mena au lit.

Une fois encore, ils l'aimèrent, autant que le leur permit la fatigue de leur longue nuit, et blotti l'un contre l'autre, ils se laissèrent partir vers un monde de rêve – le monde des rêves – en même temps que le soleil s'afficha très clairement au-dessus des montages.

L'assassin passa une main sur sa joue, et frotta grossièrement ses yeux encore embués de sommeil, geste qu'il n'avait plus fait depuis longtemps. Il réalisa que son gigai le rendait bien plus humain que ce qu'il pensait. Il tourna mollement la tête, et aperçut son hôte, endormie sereinement contre son torse. Il posa alors doucement sa main sur sa tête blonde, et caressa ses cheveux pour la tirer progressivement de sa somnolence.


« Il est presque midi... » souffla-t-il en regardant le réveil. « Vous qui vouliez m'emmener voir ce fameux parc d'attraction récemment ouvert, il va peut-être falloir revoir le programme. Ou alors se hâter de se préparer. »

Son gigai s'était bien régénérer cette nuit, toute fatigue l'avait déserté, aussi bien physique que mentale. Mais il était bien, dans ce lit avec Neko à ses côtés, dont le souffle chaud s'échouait doucement sur sa peau. Y passer sa dernière journée était une perspective intéressante, profiter d'un peu d'oisiveté encore, mais il s'y résigna. L'oisiveté l'épuisait, et il voulait profiter de sa dernière journée pour bouger un peu plus, ou autrement qu'il ne lui serait donné de le faire en restant au lit en charmante compagnie.


« Allons au moins manger, il y a assez de restes de hier. »

En trois jours, il n'aura finalement jamais pu goûter les saveurs du petit déjeuné terrien. Le premier jour, il était arrivé tard, le second avait vu son premier repas zappé pour prendre le train vers les sources thermales, et maintenant le troisième et dernier jour, qui commençait à midi.

« Ou plutôt que des restes, un petit déjeuné. Il est tard pour cela, je sais, mais j'en ai envie. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'en goûter un humain. Peut-être ne sont-ils pas bien différent de ceux que je connaisse, thé et céréales, café ou tartines, il n'empêche que je suis tenté. »

Il déroba les lèvres de la simili-shinigami, puis entama le mouvement pour se lever.


« Allez, levons-nous avant d'être tentés par autre chose. »

Son derrière musclé quitta alors le matelas. Il faudrait qu'il arrête de laisser ses vêtements en bas, ce n'est pas très sain de se balader ainsi nu dans un appartement. La tentation est partout, inutile d'en rajouter.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Lun 11 Fév - 8:21
La main de la jeune femme tomba mollement sur le lit, le geste le plus rapide qu'elle put réalisé au vue de son état d'éveille, le bras tomba lourdement sur le matelas la ou aurait du se trouver Natsuki qui était déjà debout. Les cheveux en bataille, le sourire de l'éveiller se demandant ou son rêve a-t-il bien pu aller, Taka émergeait de son état endormis pour reconquérir le monde qui l'entourait d'un regard absent. Elle leva un bras mal assuré, le doigt levé comme un professeur voulant appuyer une remarque importante.

- Nous allons prendre un petit déjeuner au parc d'attraction, ils ont un endroit pour cela, il paraîtrait même qu'ils ont engagé un pâtissier français fit elle remarquer, glissant hors du lit plus comme le ferait un mollusque qu'un bipède, les jambes tombants sur le rebord, la tête dans le vague, elle leva un doigt, 5 minutes pour aller à la gare, elle leva un second, vingt minute pour rejoindre l'entrée du parc, un troisième, ce fameux restaurant est à l'entrée donc pas besoin de se taper la queue pour rentrer on pourra directement manger fit elle savoir.

La jeune femme se leva, retint de se gratter le séant et la tête en même temps devant son amant, elle se contenta de la tête et remua du derrière pour essayer de faire passer la démangeaison arrière. Elle embrassa chastement Natsuki sur la joue, pas que la jeune femme soit pudique au réveille, mais elle doutait de son haleine et ne voulait pas incommodé le jeune homme. L'ombre de la jeune femme disparut derrière la porte de la salle de bain de la chambre, elle rouvrit la porte montrant une mine encore endormie, mais la lueur coquine regagnait doucement son regard.

- Si vous me laissez me laver tranquillement sans venir dans mon dos m'embêter ou m'exciter, je devrais être prête dans une dizaine de minutes fraîche et reposée parée pour la dernière journée avec mon amant fit elle remarquer, fermant la porte derrière elle, l'eau commença à couler.

Bien que l'eau fut tout de suite allumé, elle passa une bonne minute devant le miroir à ne rien faire, la réalité venait de la frapper comme un quinze tonnes. C'était la dernière journée qu'elle devait passer avec Natsuki, enfin la dernière demi journée au vue de l'heure qui filait grand train sur l'horloge au-dessus du miroir. Elle se lava rapidement, se brossa les dents prestement et elle était dans la salle à manger en une grosse dizaine de minutes, elle avait troqué son jean taille basse pour un short dont au vue de la grandeur n'avait que le nom, dévoilant ces cuisses au maximum et un débardeur ou se laissait voir un soutient gorge violet sombre. Les baskets chaussé, de petite chaussette que l'on ne voyait pas, elle et son amant filèrent vers la gare.

Le train n'était pas bondé dans cette direction, surtout que les personnes en semaine boudait en général les parcs d'attraction pour une activité plus lucrative comme les activités salariale obligatoire pour vivre. Ainsi quand le train s'arrêta à la station, la foule n'était pas présente bien que beaucoup de monde avait fait le déplacement nous étions bien loin des journées d'influence ou les queues s'entremêlait dans d'interminable heures d'attente, ici certaines caisses accueillait les touristes et vacancier de la première heure dans un flux de personne souple. Le petit restaurant accolé au caisse ne payait pas de mine, mais la jeune femme savait que ce fier à une devanture était stupide, elle sortie de sa poche son bracelet qu'elle attacha à son poignet, vue que c'était l'ultime journée, elle pouvait se permettre de prendre quelques vacances, bien que cela allait purement et simplement à l'encontre de ligne de conduite, elle ferait peut être juste plus attention aux énergies qui les entouraient juste au cas ou. En attendant, les deux se dirigèrent vers le restaurant, la porte poussé, peu de personne prenait se genre de repas alors qu'un repas de midi était conseillé. Une douce odeur de pâtisserie embaumait la pièce, derrière le comptoir de verre on pouvait voir toutes sortes de pâtisserie qui donnait l'eau à la bouche. Taka commanda un café et prit deux viennoiseries, armé de son petit plateau, elle vint s’asseoir a une place ou le soleil viendrait lui caresser le visage. En tête à tête, les deux pouvaient débuter leur journée comme deux lève tôt appréciant un bon repas, les discutions faisaient fi d'une fin qui arrivait à grand pas.

Le repas terminé, les deux passèrent les loges de vente de billet pour être lâché comme deux enfants dans un parc immense ou se mêlait cris et rire. On pouvait voir d’imposante montagne russe et des jeux plus drôle que effrayant. Devant ce spectacle, Taka ouvrit les bras.

- Que souhaiter vous faire comme distraction pour votre dernière journée fit savoir Taka, refermant les bras sur elle, une petite claque dans le dos du Vice Capitaine, Sachant que vous êtes obligé de faire les montagnes russes avec moi dit elle un petit sourire diabolique alors que son pouce montrait les rails qui s'élevaient et retombait dans des piques abruptes.

Pour cette dernière journée, elle voulait oublier le temps, elle se saisit de la main de Natsuki, puis les deux d'un bon pas avancèrent de concert, il fallait créer cette bulle intemporelle autour d'eux, celle qui les surprendra quand elle éclatera. Taka rigolait, elle ne voulait pas y penser, mais comme une tristesse, ranger dans le coin de son cerveau, elle savait pertinemment qu'un moment ou un autre, elle allait voir rappliquer le cortège de solitude et de tristesse.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 12 Fév - 18:23
Le train était effectivement moins bondé que ce qu'il avait pu voir sur une partie de l'allé et du retour des sources thermales. Il était ainsi au calme avec sa chère et tendre, pour un trajet qu'il passa avec sa main dans la sienne. Trait d'humain de plus que lui donna son gigai, son estomac gronda plus d'une fois, pour réclamer immédiatement de quoi le sustenter. Lui que Natsuki n'avait plus entendu depuis des décennies, même après une semaine de jeun, le voilà qui chantait à tort et à travers pour un malheureux repas sauté contre son gré. Heureusement, du moins l'assassin l'espérait, ce genre désagrément le quittera en même temps que lui quittera ce corps artificiel beaucoup trop réaliste.

Alors qu'il pénétrèrent dans le petit restaurant avant le parc, Natsuki se demanda si et comment Taka avait déjà fait connaître son nom ici. Mais visiblement, le nouveau parc avait été épargné du '' fléau '' jusqu'à aujourd'hui : personne ne tenta vainement de se protéger en se jetant sous une table, personne ne la lorgna avec la pensée fixe '' que va-t-elle détruire aujourd'hui ? '', personne ne vint à eux, un grand sourire entendu liant ses deux oreilles.


« Le parc doit être vraiment neuf pour que personne ne vous connaisse encore. » nargua le Vice-Capitaine. «  Comment se fait-il que vous connaissiez déjà l'endroit tout de même ? »

Mais la question avait assez peu d'importance en réalité, car la salive qui lui arriva aux lèvres focalisa son attention sur tout autre chose : l'odeur alléchante qui emplissait le restaurant. Un mélange de pâtisseries, de café et de viande grillée. Ce n'était pas exactement le genre de petit déjeuné qu'il attendait, mais n me^me temps, il était près de 13 heures, ce n'est pas comme s'il y avait encore quelque chose à espérer. Il piocha dans les pâtisseries, accompagna la demi-douzaine par un thé, dont le fruit lui était aussi inconnu que les précédents, et s'installa au soleil, à côté plutôt que en face de Taka.

« Bon appétit. »

Il n'attendit pas plus longtemps pour porter la première douceur à ses lèvres, dont il pu presque entendre l'exultation de joie lorsqu'il mordit dedans. Cinquante ans d'existence en tant qu'âme, trois décennies pour devenir un shinigami et un assassin accompli, trois jours pour se transformer en humain. L'histoire de sa vie.... Trois jours qui seront derrière lui, et une humanité qu'il perdra même temps qu'il regagnera sa forme et son monde d'esprit. Mais les souvenirs resteront à jamais dans son âme. Il lui restait une demi-journée à graver dessus d'ailleurs, dans ce qui pouvait être le summum de l'amusement pour les humains.

« A nous deux. »
pensa-t-il en observant le parc une fois l'entrée payante franchi.

Pour ce qu'il en savait du monde de vie des humain, en quelques points similaire à celui des shinigami, l'Homme consacrait sa semaine à travailler, et le week-end à s'amuser. De cet état de fait, il n'était donc guère surprenant de ne pas voir de monde ici. Son seul élément de comparaison était la boite de la veille, et ici le nombre de personnes au mètre carré était, à son grand plaisir, drastiquement moins élevé.


« Allons'y pour les montagnes russes en premier, l'on ne sait jamais ce qui peut arriver. »

Il entrelaça les doigts d'une de ses mains avec ceux de Taka, et d'un pas souple ils se placèrent dans la file d'attente. De là où ils étaient, ils pouvaient distinctement entendre le grondement sourd des wagon défilant à vive allure sur les rails, ainsi que les cris des voyageurs ayant prit place à bord. Extase et peur se mêlaient dans une cohue rythmée par chaque nouvelle descente ponctuée de fortes secousses. Le tour complet ne duraient pas plus d'une minute. Cela valait-il la demi-heure d'attente signalée par le panonceau à côté du shinigami ? A vérifier. Le temps que vienne le moment de monter, il parcourra des yeux les alentours, questionnant l'humain contre lui sur les divers bâtiments et attractions visible d'ici, édifices à l'architecture qu'il n'avait jamais vu dans son monde – et qui n'avaient pas leur place. Les humains avaient une imagination débordante lorsqu'il s'agissait de loisir – ou de guerres. Qui sait où leur soif de passe-temps les mènera à inventer lorsqu'ils connaîtront un essore technologique de plus en plus important ? Natsuki reporta son attention sur le manège à sensation qu'il allait prendre avec Taka, le prochain convois étant pour eux.


« J'avoue ne pas être très impressionné par ce que je vois et j'entends. Je veux dire, je ne doute pas que pour les humains, ce soit fantastique... » lui confia-t-il à mi-voix pour ne pas être entendu par les oreilles indiscrètes. « … mais j'ai la capacité de me déplacer comme vous bien plus vite. Quel est donc l'intérêt de vouloir absolument faire celui-ci avec moi ? »

Deux minutes plus tard, il vomissait tête plongée dans une poubelle le petit déjeuné fraîchement avalé. Si Neko en riait, il n'entendit rien.


« Foutu gigai... » maugréa-t-il entre ses dents.

En relevant le visage pour inspirer un air plus frais que celui chargé d'aliments cuit par le soleil et de rejets gastriques, il remarqua qu'hormis une gamine qui le pointait du doigt en tirant le bras de sa mère – vraisemblablement -, personne ne lui prêtait attention. L'Homme n'étant pas connu pour sa nature à préserver la dignité de son prochain, le shinigami tira la conclusion que ce genre de spectacle était monnaie courante, ou tout du moins pas inhabituel. Ce qui expliquait sans doute aussi la disposition stratégique des poubelles à large ouverture près des sorties de manèges.

« Vous en avez d'autres des comme ça ? » demanda-t-il comme si rien ne s'était passé. «  Ou bien dois-je attendre encore avant de prendre le repas de midi ? »

S'il se sentait apte à nouveau avaler quelque chose, maintenant que son estomac avait reprit sa place initiale, il préférait éviter de le faire immédiatement si c'était pour que Taka l'amène à monter dans un autre engin du genre. Quitter son gigai, même si cela signifiait la fin de son congé et de son séjour avec Neko, lui apparut soudainement comme beaucoup moins triste.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mer 13 Fév - 9:06
Taka regardait son amant, un petit sourire en coin mais pas de grand éclat de rire, sa certitude avant de monter dans le manège a looping fut rapidement brisé, effectivement on peut se déplacer rapidement peut être même plus que la vitesse maximal de l'engin, mais on s'amusait rarement à faire des boucles, des flip et autres mouvements aérien aussi brusque. Quand l'homme se releva, elle lui souriait tendrement, le regard calme, aucun son moqueur ni même sa voix ne venait troubler le calme de son regard.

- C'est le seul manège de ce type dans ce parc, ils ont du donner une importante sommes pour parvenir à le mettre ici fit elle, remarquer, reprenant le bras de son amant, Plus vous restez ici plus vous semblez humain, cela ne vous effraie pas Natsuki-san ? demanda la jeune femme.

Le couple déambula dans la maigre foule, profitant des artisans pour manger quelques cochonneries, prendre des photos aux résultats loufoques, Taka expliqua qu'une amie lui avait indiqué l'endroit et montrer quelques articles traitants des progrès dans le domaine de l'amusement, la vérité était tout de même tout autre, elle avait longuement discuter avec un esprit, mort dans le montage des montagnes russes, ce dernier était poursuivit par un hollow particulièrement retord, elle avait donc fini par emmener l'esprit chez elle, ce qui a attisé la convoitise de l'ennemie, ce dernier mourut sans se débattre beaucoup, surement un jeune Hollow qui ne laissa comme marque dans l'histoire de Taka qu'une impression de faiblesse démesuré.

Pourquoi se pieux mensonge alors que Natsuki aurait comprit - sans la prendre pour une illuminé - la vérité, car elle montrait tout de même à son amant une vie de ermite cloisonné dans son monde, sa maison, coincé dans un monde entre l'enfer et le paradis, elle c'était vite déconnecté des amis d'écoles, ceux-ci avaient fini par l'oublié, prenant son envie de les protéger pour de l'égocentrisme, puis elle c'était faite à la solitude, une fois enfermé dans le carguant elle n'avait fait que l'approuver.

Depuis que Natsuki était arrivé, les balades et les sorties, lui jetait la vérité et sa propre solitude à la figure, elle n'appréciait pas cela et ne voulait pas que son amant est d'elle cette image déformé de la femme renfermé dans son petit monde, colérique et excentrique que peuvent avoir certaine personne vis à vis d'elle. Puis c'était un petit mensonge, après tout cet esprit était un être avec qui la jeune femme aurait pu s'entendre, elle en était persuader.

La balade continua ainsi, ils prirent le temps de faire de petit attraction aquatique, balade féerique au rythme de l'eau, histoire de pirate et autre compte qui faisait vibrer l'imagination enfantine, faisait pousser des "Houra" d'encouragement dans les barques de bambin, les deux toujours en amoureux écoutait et se dirigeait doucement sur la barque qui leur était alloué/

- J'espère que vos vacances en ma compagnie vous ont plut Natsuki-san, dit elle sans lever son menton de l'épaule du jeune homme ou sa tête tombé sur le coté venait se loger au creux du cou du Vice Capitaine.

La barque finissait son voyage, le temps avait bien filé et les deux décidèrent de prendre une collation, pour la première fois Taka ne savait pas ou aller, après tout elle n'y connaissait rien, ce qu'elle avait lu n'avait pas traité de la restauration sur place, mais le choix était relativement large, du grill, du fast food, de la cuisine un peu plus élaboré était aussi présente, ne sachant que dire, fit la chose la plus simple dans ce cas.

- Je vous laisse choisir notre prochain lieu de restauration Natsuki-san fit elle remarquer, très sur que le choix de son amant serait alors nettement plus inspiré que le siens.

Derrière tant de conviction, se cachait la lance de la tristesse, Taka semblait sentir chaque seconde s'écouler comme autant de pique venant lui transpercer l'âme, résistant à regarder les pendules qui étaient accroché ici et la dans le parc refusant de voir les seconde égrainé les minutes puis les heures qui les séparaient de l'instant fatidique. Elle se voyait rentrer, dormir seule, c'était une blessure qu'elle titillait elle même, il serait nettement plus simple d'oublier puis de survivre quand le moment était venu, mais l'idée tournait en rond en elle depuis que son regard c'était posé sur la pendule suspendu à ce lampadaire, le temps lui avait parut plus sombre, le temps plus frais. Se ressaisissant, elle dut faire contre bonne fortune bon coeur, chassant d'un coup de ballet les démons de la tristesse vers son monde intérieur.

Burei pourrait vous le décrire, mais dans le monde intérieur de Taka, dans l'espace clos forgé par son âme, il ne pleut pas, il peux y avoir du vent quand elle se morfond, la température augmente quand la colère la gagne, mais quand la jeune femme est triste ou bien comme en ce moment chasse les raisons d'une peur entraînant la peine, alors la le monde intérieur devient fou, des choses pousses, disparaisse, le monde perds sa cohésion comme le ferait un rubis-cube au mains d'un fou.

En ce moment, Burei remerciait le ciel d'être une ombre, alors que des escaliers naissait aussi vite qu'ils disparaissaient, les pièces s'inter-changeait avec rapidité, lui préféra disparaître le temps que la jeune femme retrouve un semblant de stabilité, il plaignait le fou qui la mettrait en colère.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 14 Fév - 20:13
« Peur ? Non. Je sais juste très bien entrer dans mon rôle, tout comme je saurai très bien en sortir. »

Il posa ses mains sur les hanches de Taka, et plongea son regard dans le sien avant de poursuivre :

« Et avant que vous ne posiez la question, non. Tout ceci, - mes sentiments – ne sauraient être plus véridiques, il n'y a pas de jeux ici. »

Il se garda, malgré la parole tendre, de lui faire profiter de la saveur de son précédent reflux gastrique. Elle l'amena vers un manège beaucoup plus doux, une sorte de barque sur un chemin d'eau. En retirant les parents, la moyenne d'âge de l'attraction frisait les douze ans, mais leur wagon flottant était occupé uniquement pas eux deux. Et la jeunesse se montrant étonnamment calme durant les récits de la machine à chaque arrêt, quelques exclamations ponctuelles mise à part, le couple pu profiter d'un moment d'intimité, porté par les légères vagues artificielles. Fort heureusement, ce moment romantique, d'une certaine façon, dura jusqu'au bout du manège, le gigai du shinigami le préservant du coup du mal de mer. Elle, avait la tête sur son épaule, lui, la main sous son haut, caressant lentement son dos. Loin d'être inconfortable, la position leur permettait de discuter un peu, quand le silence de l'instant délicieux avait besoin d'être rompu.


« Il est vraiment rare que je prenne congé. Je déteste l'oisiveté, ce doit bien être l'une des rares choses capables de me tuer – littéralement. Les jours que j'ai passé avec vous, ma chère et tendre Neko, n'avaient de vacances que le nom, avons-le. Et sachez, que vous avez su me les rendre extraordinaires. Bien que mon séjour ne soit pas encore fini, tout peut arriver – surtout avec vous -, je peux d'or et déjà affirmer que j'ai vécu des moments très cocasses à vos côtés, et que grâce à vous, j'ai découvert une beauté et des ressources insoupçonnées dans cette ville. Une sorte de gâteau dont vous êtes la cerise qui lui donne toute sa saveur et tout son attrait, si vous me permettez la comparaison. »

La barque s'arrêta là où ils avaient embarqué, qu'ils quittèrent pour laisser place au groupe suivant.


« Je pense que je sais où nous allons aller après. » sourit Natsuki après avoir discrètement glissé un oeil vers une affiche annonçant le début de sa festivité à 15 heures. «  Mais avant, allons manger, oui. »

En parcourant les alentours du regard, il repéra quelques lieux de restauration, et des panneaux pour en signaler d'autres. L'horloge d'un lampadaire l'aida à faire son choix.

« Celui-ci m'a l'air bien. » indiqua-t-il d'un mouvement de tête. «  A ce que je comprends, c'est le genre d'établissement où l'on peut manger rapidement, à défaut de profiter, mais j'avoue avoir... j'avoue que mon gigai a tellement faim que c'est sans importance. Et puis, nous n'avons qu'une demi-heure avant la suite. »

Premier constat qu'il fit en observant le menu dudit fastfood fut que les noms avaient beau changer d'un endroit à un autre, la composition des menus restait la même. Reflet d'une société qui revêt la réalité qu'on lui donne ? Il sélectionna un kebab – dit grec, selon les régions – similaire à celui que Taka avait mangé la veille, en ajoutant l'option frites abondantes. Tout était bon pour lui, tant que disparaissait l'arrière goût macéré dans sa bouche dont il ne parvenait pas à se débarrasser. Et puis, il pouvais se le permettre : son gigai faisait fi de la graisse et de la malbouffe, seul le plaisir restait. Alors qu'il commençait son probable dernier repas terrien de la décennie, comestible et remplissant sa fonction, il décida de mettre un doigt sur le malaise que Taka tentait – très habillement d'ailleurs – de lui cacher derrière un sourire. Trop jeune pour échapper un expert en interrogatoire, cependant. Verbaliser pourrait peut-être lui faire du bien.


« Je ne sais pas si les jours ont filé plus vite pour vous ou pour moi. J'ai encore la notion du temps de ma '' race '', où trois journées ne représente pas grand chose dans une vie. En terme d'heures je m'entends, car j'échangerai sans hésiter plusieurs décennies contre un autre séjour semblable. J'espère que de mon côté, j'ai su être un bon invité, et que ma compagnie vous a été agréable, bien qu'elle ait été impromptue et a sans doute bouleversé votre quotidien. J'imagine que de temps à autre, quand la surprise est bonne, cela vaut le coup, non ? »


Natsuki planta à nouveau ses dents dans son repas, ce qui provoqua une coulée de sauce dans son plateau. Il s'essuya les lèvres à l'aide de sa serviette, puis changea de sujet.


« Il y a des notions que je connais, grâce aux livres ou aux histoires de mes camarades, mais que je n'ai jamais vu de mes propres yeux, car elles n'existent pas dans mon monde. C'est l'une d'entre elles que j'ai envie d'aller voir avec vous. »


De là où ils étaient, sur la terrasse, il leur était possible de voir l'affiche qu'il avait croisé avant, et qu'il désigna d'un brève mouvement de l'index, décollé de sa prise ferme sur le kebab. Celle qui annonçait un spectacle sur glace, dont le show commençait dans un quart d'heure.


« Printemps, été, automne, hivers ».
cita le shinigami. «  Les quatre saisons caractérisant le cycle d'une année dans le Monde Matériel, une rotation complète de la terre autour du soleil. Le temps change, la température varie, et des événements climatiques symbolises ces quatre repères. D'où je viens, il n'y as pas de saison, mais des périodes. Certaines voient les arbres fleurir, d'autres les plantes pousser. Mais ce que je n'ai jamais pu sentir de mes doigts, c'est la neige, le froid de la glace et la morsure du givre naturel. Ce n'est pas la saison hivernal, mais j'ai tout de même envie de découvrir, ne serait-ce que la beauté de la glace. Et que vous m'accompagnez dans cette découverte. »

Son sourire aurait pu être charmant, s'il n'y avait pas volontairement laissé un morceau de salade verte entre son incisive et sa canin. Il lui restait quelques heures, autant en profiter pour se lâcher comme il ne le fait que trop rarement, image de Vice-Capitaine oblige. Le temps continuait de couler dans le sablier de la vie, ils terminèrent leur repas ( qui en était davantage un pou le shinigami que pou l'humaine, compte tenu de la vidange récente de son estomac ) et se dirigèrent vers le grand bâtiment peint de violet, dont le toit blanc rappelait un chapiteau. Ils entrèrent par la porte à côté du panonceau, et dans le noir couloir, ils trouvèrent très vite la file d'attente.

Quelques mètres plus loin, nombreux attendait en file indienne dans l'une des trois rangées humaine que l'un des hôtes d'accueil leur tendent un manteau le temps du spectacle, où le maintient de la glace nécessitait une température radicalement plus froide qu'à l'extérieur. L'assassin le sentait, il voyait déjà les volutes de fumées s'échapper de ses lèvres à chaque respiration, chaque souffle, chaque parole. Le froid mordait doucement sa peau, mais ce n'est pas pour autant qu'il acceptait la veste noire très épaisse que voulait lui prêter l'une des hôtesses. Non, ce qu'il voulait, c'était justement sentir de ce frisson d'un hivers artificiel, d'une température qu'il ne connaitrait jamais dans la Soul Society, où seuls le soleil et la pluie avaient leur mot à dire. Avec Neko, il prit place à une distance respectable de la scène, une piste de patin à glace de la taille d'une piscine olympique entourée par un muret pas plus haut d'un mètre. La large salle dont les sièges étaient disposés en demi-cercle autour du centre se remplit rapidement, et le spectacle débuté moins de deux minutes après la fermeture des portes. Plongée dans le noir, seul la piste était éclairé par de puissants projecteurs, gardiens des danseurs, des acrobates et des virtuoses du patin à glace. La surface gelée criait sous les coups de leurs lames, la martelant sans cesse dans des enchainements qui semblaient plus se moquer de la gravité que de simplement l'ignorer. Des particules de glaces tourbillonnaient, portées par le vent des patineurs qui le fendaient, des flammes jaillirent aux quatre coins de la piste, quand ce n'était pas les artistes eux-mêmes qui dansaient avec, jonglant ou tournoyant dans et autour de leur fouet embrasé. Des prouesses techniques et physiques défilèrent sous les yeux du public pendant plus de vingt minutes, ponctuées de cris, d'acclamation, ou de silence, tout le monde retenant son souffle pour des figures à l'issu aussi spectaculaires qu'incertaines, avant une véritable ovation. Magnifique, il n'y avait pas d'autres mots pour qualifier la représentation, si bien que la foule applaudit à s'en rompre les mains, même une fois le rideau au fond de la scène refermé, après avoir englouti les deux personnages principaux de ce récit sur glace.

Alors seulement, une fois l'acclamation du public éteinte, la porte du fond s'ouvrit, et la salle se vida, petit à petit. Natsuki néanmoins, ne suivit pas la file jusqu'au bout. Juste avant la sortie, il attrapa Taka par la main, et la tira vers lui, la planquant dans ses bras derrière un pilier proche de la porte. Invisibles dans la pénombre, il la garda contre lui, ses bras tatoués parcourut de frissons aux poils hérissés par le froid. La sensation d'être vivant. Sans un mot, il déroba les lèvres de l'humaine, dont le contact fut aussi frais pour l'un que pour l'autre, un baiser qui pourtant ne tarda pas à devenir torride. Et la sortie se ferma dans un grand fracas, dans le silence d'une salle immense et vide.


« Pas tout de suite. »
sourit-t-il.

Il quitta l'étreinte de Neko, et s'avança vers le muret. Il demeura silencieux un instant, admiratif d'une vue qui était pour lui tout aussi éblouissante que le spectacle d'il y a peu, puis prenant appuie sur le rebord, il balança d'un bond ses jambes par-dessus, pour atterrir sur la piste. Il manqua de déraper et de chuter lamentablement, mais rétablit son équilibre de justesse, une main au sol. Et éclata de rire. Il caressa la surface gelée comme si c'eut été de la soie, matière qu'il découvrait pour la première fois. Le contact était froid, mordait la pulpe de ses doigts, et pourtant, il le trouvait agréable.


«  Vous venez ? »
demanda-t-il avec un sourire par-dessus son épaule à l'attention de Neko.

Il fit quelques pas, et trouva très vite comment se déplacer en glissant, avec certes mains de grâce que les danseurs, et s'amusa d'une série de cercles, tournant jusqu'à revenir vers la jeune femme. La réception fut cependant beaucoup moins bonne – ou trop, selon les points de vue -, car il l'embarqua avec lui dans sa chute, que seule la glace su amortir, à sa façon. Encore une fois, alors que personne ne fut blesser, il ria, amusé de son propre comportement. Il vivait comme un homme avide de découverte, et plus comme assassin aguerri du Goteï. Il vivait ses dernières heures comme tel.


« Je vous aime Neko. »
lui souffla-t-il à l'oreille, avant de l'étreindre et l'embrasser sans prendre la peine de se relever.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 15 Fév - 7:45
[Taka devient folle ! ]


Le feu aux joues, le regard remplie de ses embruns discrets, Taka mirait l'homme comme si elle venait de le voir pour la première fois de sa vie, quelques choses c'était éteint comme en suspends entre le avant et le maintenant, son coeur avait raté la mesure et ne semblait pas parvenir à se remettre sur un rythme tantôt trop vite ou trop lent, sa bouche s'ouvrit puis se ferma dans un balbutiement qui ne lui ressemblait pas vraiment, la certitude était partie son cerveau essayait de rattacher les wagon comme il pouvait.

Pourtant elle c'était faite à l'idée, quand bien même il mangeait tout les deux cette mal bouffe assis à cette table, elle savait à se moment la que le travail passait avant ce qu'il vivait, les sourires, les sentiments, l'amours ou eux même n'était que les détailles et leur travail devait les résumer bien plus que leur propre passé, ou envies. Elle avait dépassé cela, et mentait si maintenant elle venait à dire que Natsuki passait après sa charge, non elle lui avait avouer ces sentiments et acceptant cela elle même se doutait que si un jour conflit devait y avoir alors sa charge et ces sentiments viendraient s'entre choqué dans une bataille qui ne laissera pas grand chose debout.

Elle avait cette certitude alors que les graisses saturé de la nourriture au gout intéressant venait chatouiller sa bouche puis chacun de ces sens. Comme si pendant que Natsuki questionnait et parlais, la jeune femme voyait une interdiction aux sentiments, elle l'avait accepté comme une lame tendrement planté dans son coeur qu'elle n'osait touché préférant haussé les épaules et vivre chaque moment plus intensément. Avant de passer la porte du fast food, elle avait rougit à sa déclaration, mais n'avait même pas prit le temps de lire l'affiche alors elle fut un peu désarçonner de ne pas savoir ou le jeune homme allait la mener après leur repas.

- Les jours passe bien plus vite, ne sachant pas ce qu'est de vivre des siècles, chaque heures passent bien trop vite, surtout en votre compagnie Natsuki-san, avait elle dit, trouvant la réplique au douce que celle qu'elle avait entendu de la bouche de son amant, lui avant à demi mot son sentiment de peur et de tristesse mêlé qui accompagnait chaque minutes disparaissant sous les coups d'une grand aiguille sanguine, chaque tic revenait à l'armement d'un bras de bourreau et le Tac venait couper court à la minute en cours, encore une de perdu, gravant le souvenir du sourire, du regard et des gestes de Natsuki.

- Venez bouleversement mon quotidien quand vous voulez et aussi longtemps que vous le désirez, je pourrais reprendre gout à la vie humaine avec vous à mes côté avait elle fait remarquer, passant rapidement sur l'idée de rejoindre Natsuki dans une vie un peu plus proche, elle avait rapidement croqué dans un sandwich chaud pour se taire, ainsi que passer l'idée sous-jacent sous silence.

Elle fut heureuse de voir Natsuki aussi intrigué par la glace, le froid, il montrait une partie de lui qu'elle n'avait jusqu'à la que frôler ou imaginer et le voir regardant les gens patiner, se courber et s'élancer dans une danse incroyable, rythmé par les coups de patin contre la glace, elle croyait voir un jeune homme aux envies enfantine, comme l'homme sortant du désert à qui on offre un verre d'eau, il semblait enfin devenir homme loin de la charge sanglante qui lui était dût. Un petit sourire apaisé vint la titiller en le voyant monter sur la glace, elle aurait aimé bloqué l'instant voir Natsuki ainsi était comme un rêve. Son baisé avait réveiller sa libido, mais sa manière d'être ne lui donnait pas envie de se jeter sur lui, mais lui faire tendrement l'amour comme si son corps à nue dans cette danse fusionnelle pouvait protéger cette pureté qu'il lui montrait sur l'instant.

Taka suivit le Vice Capitaine dans des mouvements saccadé, elle avait un peu plus l'habitude que Natsuki pour marcher sur la glace, mais ce n'était pas vraiment une seconde nature de plus la chute se cachait derrière le moindre mouvement. Chute qui vint toucher le jeune homme et par ricochet la jeune femme, les fit rirent de concert, un jeune couple trouvant l'amusement et le plaisir derrière de simple chose.

Les rires se turent aussi vite qu'ils furent venu pour Taka, alors qu'ils roulaient boulaient sur la glace en s'embrassant, la jeune femme fini par se mettre au-dessus du jeune homme, malgré l'endroit elle avait chaud, son regard était des plus expressif on aurait pu suivre la conversation interne entre sa conscience et son coeur, la dispute sur les mots qu'il venait de dire, comme une grande claque alors que la conscience avait muselé le coeur. Mais le coeur se libéra.

Il y a un moment ou la consience s’effrite, ou les bonnes moeurs éduqué à travers les parents, la société et une certaine morale personnelle deviennent des entraves que l'esprit, le corps, le coeur ou l'âme celons les convictions personnelle viennent libérer. C'est un peu ce que pu voir Natsuki dans le regard perdu de Taka, une longue minute avant qu'un déclic ne se fasse. L'excitation et l'amour, la surprise et l'envie, Taka se releva d'un bon, attrapant le col de Natsuki pour le faire glisser jusqu'au bord de la patinoire, elle déscendit la première dans un mouvement rapide, d'ailleurs, il fallait surement appeler le livre des records, Taka utilisait le maximum du corps humain, les réflexe, la force, que l'âme très ou trop bien entrainé de la jeune femme donnait à au corps était révélé, elle tira et presque porta le jeune homme sur le sol, elle se mit au dessus de lui, debout les jambes encadrant le corps du vice capitaine.

- Natsuki-san, l'endroit est parfait, fit elle remarqué le calme n'était qu'illusion, le regard emplie d'une tendresse luxurieuse un peu comme un ouragant voulant se faire passé pour un vent tranquille et doux, sur le moment Taka ne voulait faire que l'amour avec celui qu'elle aimait, mais elle ne se rendait même pas compte que son propre calme avait quelques choses de totalement effrayant.

Elle retira son haut, oubliant la fraîcheur, ou l'endroit, elle fit même fit de son bas, se retrouvant en dessous juste au-dessus de son amant. Le moment était parfait pour qu'un agent de sécurité passe allumant sa torche le corps dénudé de la jeune femme.

- Mais que faite vous ici ! Je ferme il n'y aura plus de représentation aujourd'hui, rhabillez vous jeune demoiselle ! fit remarquer l'homme en s'approchant.

Un seul regard, l'atmosphère changea, l'homme s'arrêta net, puis tenta un pas en arrière et un second.

- Oui Fermez, fit elle remarquer, tournant la tête vers Natsuki un large sourire sur les lèvres, s'abaissant pour se coller à lui, quelques mouvements de son corps comme de frêle va et vient de son corps chaud contre celui du jeune homme, elle remonta le long de son corps, la main habille pour caresser l'homme sous ces habits, un rapide coup de langue au creux de la nuque, jouer tendrement avec son oreille pour mieux venir l'embrasser.

- Nous avons le temps, nous avons l'intimité, en disant cela, on pouvait entendre l'homme verrouiller la porte surement avec d'épaisse chaîne, Puis nous aurons d'autre occasion avant que vous me quittiez Natsuki-san, en attendant, je vous veux, elle aurait aimé dire autre chose, "Faite moi l'amour" en résonance avec les paroles qu'il venait de prononcé un peu plus tôt comme pour graver cette instant comme un cadeau que lui faisait le ciel. Qu'importe l'endroit, elle ne voulait pas que ce mot reste en suspends sans l'acte, elle voulait que Natsuki grave le sentiment, ainsi que le terme à même sa peau.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 16 Fév - 12:19
Il est dit que les animaux ont des périodes de rut, ou de chaleur durant lesquelles ils sont beaucoup plus réceptif à l'accouplement et à la reproduction. L'on parle en général de saisons, ou pour d'autres, de cycles réguliers. Si Taka appartenait effectivement aux mammifères, comme tous les humains, sa période de rut semblait être non pas calquée sur les saisons mais sur les heures. Tous les jours. Elle en fit une nouvelle démonstration à son amant, ici dans le froid d'une salle de spectacle. Au moins avait-elle eu la décence de le porter, littéralement, hors de la piste glacée pour l'amener vers le sol plus chaud – comprendre moins froid – et plus sale des spectateurs accumulés ici il n'y a pas dix minutes encore. Mais mieux ne valait pas protester dans ces cas là, le gardien avait vu ce qu'il en résultait de tenter de. Gelé jusqu'à la moelle au fur et à mesure sur les vêtements tombaient, il n'en fut pas moins l'amant attentionné qu'il avait toujours su être. Sauvages ou tendres à leurs moments, le shinigami la porta finalement jusqu'au petit muret séparant le public des artistes, où il achevèrent de se réchauffer d'un froid auxquels ils s'étaient délibérément exposés.

L'instant fut magique, mais il n'en demeura pas moins véritablement ravit lorsque tous deux ils retrouvèrent le soleil haut perché dans le ciel, lequel se chargea immédiatement d'abreuver sa peau refroidit de ses puissants rayons. S'il eu été un bonhomme de neige, sans doute aurait-il fondu sur place.

« Le froid et la glace, c'est bien gentil... » commença Natsuki en lui déposant un baiser sur le front, un bras entourant les épaules de la jeune femme. « … mais pour ce genre de pratique, l'on évitera à l'avenir. »

Le dernier frisson de froid traversa sa peau en hérissant ses poils, relayé par la douce chaleur de l'astre solaire, et ils se remirent en marche, à la recherche d'une nouvelle attraction susceptible de les distraire. Et ce fut en levant les yeux qu'il trouva la réponse. Depuis le centre du parc, trônait une immense tour, ou plus exactement, une colonne de fer. De forme hexagonale, elle s'érigeait sur un peu moins d'une centaine de mètres. Relativement fine, l'on pouvait voir une sorte de nacelle, une cabine en forme de disque comme plantée dessus, partir du pied pour lentement gravir l'édifice tout en tournant sur elle-même, ce qui permettait d'avoir une vue panoramique en plongée sur tous les alentours, ce qui devait très certainement, au vue de la hauteur, englober non seulement le parc, mais aussi le paysage extérieur, qu'il avait identifié en train comme étant majoritairement des champs ou des forêts zébrés d'un chemin de fer ou de routes automobiles.


« Je pense avoir trouver notre prochaine destination, Neko. »
indiqua-t-il.

En tant que shinigami, elle comme lui étaient tout à fait capable dans leur forme spirituelle de prendre de la haute en marchant sur les particules présentes dans l'air. Mais en ce qui le concerne lui, il n'avait jamais prit la peine de le faire pour le simple plaisir d'admirer la beauté d'un décors qui s'offrait désormais à lui sous une toute nouvelle perspective. Aujourd'hui était pour lui l'occasion de. Sans artifice ni capacité, à la manière des humains.


« Dites moi Neko... »
questionna le Vice-Capitaine alors qu'ils marchaient ensemble vers la tour. « … la question n'est peut-être pas en adéquation avec la situation et le lieux, mais j'avoue que la curiosité m'est grande. Vous êtes la première humaine que je rencontre à posséder des pouvoir de shinigami – et c'est sans doute dû au fait, entre autre, qu'il est interdit de les transmettre -, et du coup votre cas est plutôt unique. De ce fait, quelle est l'espérance de vie de votre corps ? »

Il prit un instant pour réfléchir à comment mieux formuler sa question :


« Je veux dire, je connais la durée moyenne d'une existence physique pour un humain mais, depuis que vous votre âme a '' changé de type '', avez-vous l'impression que votre horloge interne s'est ralentis ? Ou au contraire, que malgré la longévité potentielle d'un dieu de la mort, votre essence continue de suivre la voie naturelle de votre corps ? »


Il passa une main dans la propre chevelure, ce qui fit sauter quelques mèches hors de sa queue de cheval tenue en place par un élastique.


« Je m'accorde sur le fait que c'est assez particulier comme question, peut-être n'y avez-vous même jamais songé. Voyez-vous, cette interrogation n'a pas de sens pour la vie dans le Monde Spirituelle, où le principe de la dualité corps-âme n'existe plus. Seule l'essence continue de vivre, et là, la longévité est vraiment variable d'un individu à un autre, car elle est déterminée par notre force intérieure, le reiatsu. L'âme vieillit, évolue et change physique au cours de la vie, mais la vitesse de ce processus n'est pas le même pour tous. Ainsi, dans le Rukongai, deux personnes que l'on pourrait juger, selon vos critères, du même âge, peuvent être séparées d'un siècle ou deux. Pour les shinigami, l'écart peut être d'autant plus majoré, comme vous l'aviez fait remarquer la première fois que nous sommes allés sur cette terrasse. '' Je pourrai être votre grand-père ou votre arrière grand-père. '' »
cita-t-il. « Mais qu'est-ce qui vous dit que je ne suis pas bien plus vieux, potentiellement même assez pour être à l'origine de votre lignée ? »

Il se fendit d'un sourire, car ce n'était pas vrai. Selon les normes de son espèce, s'il fallait comparer à l'homme, il n'était encore qu'un enfant, un bébé même avec son presque siècle de vie seulement. C'est d'ailleurs ses talents prodigieux pour un si jeune âge qui lui a valu d'être qualifié parfois de génie, bien que lui-même ne s'était jamais considéré comme : il apprenait vite, certes, mais ne progressait réellement que dans les domaines dans lesquels ils s'investissaient le plus, comme n'importe qui d'autre.

Une dizaine de minutes de marche suffirent pour atteindre la tour, et une autre dizaine pour accéder au manège. Ils prirent place côte à côte, son bras entourant toujours les épaules de Taka, comme pour l'étreindre tendrement vers lui, suite à quoi, une fois tout le monde installé, la nacelle s'éleva, mue par les rouages grondant de la machine. L'ascension était lente, mais laissait de ce fait à toute et à tous le loisir de pouvoir voir tout le parc et ses environs grâce à la rotation de la cabine circulaire. Le sommet fut atteint près de trois minutes plus tard, pour une position stationnaire de durée identique.


« Dire que ce genre de vues spectaculaires est à notre portée si souvent, et que nous ne prenons pourtant jamais le temps d'en profiter. »
murmura-t-il autant pour lui-même que pour ne pas attirer l'attention sur l'étrangeté de ses propos, '' nous '' désignant ici les shinigami.«  Je suis heureux d'avoir pu vivre ces expériences avec vous Neko. »

Dire que ces trois jours vécu parmi les humains déteindront sur son comportement serait exagéré, mais quelque part oui, riche de ces nouvelles expériences, elles laisseront une emprunte sur son âme.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 6:43


Revenir en haut Aller en bas
 

Deux mondes sous le même ciel [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Glace Cendrée, le coeur déchiré par deux mondes
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Deux routes qui se croisent [PV : Jonhattan] [Terminé!]
» Ne jamais sous estimer un potentiel adversaire. [terminé]
» Deux Mondes, Un équilibre [Terminé]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-