AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Deux mondes sous le même ciel [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mar 15 Jan - 13:23
[ Comme se serait insultant que l'intuition féminine soit fausse, je te propose une grosse attaque de Hollow en plein film donc quand nous serons au cinéma, cela mettra un peu d'ambiance ! Donc Hollow connaissant le père de Taka, Hollow voulant se venger de Taka et des mignons ne voulant que vous dévorez ... Des amis quoi !]

Taka était resté silencieuse, gardant un fin sourire aux propos de de Natsuki. Puis il montra l'envie, celle qui la faisait fondre, non pas celle qu'elle pouvait provoqué mais celle qui sommeillait au fond de lui. Quand le serveur entra, ce fut un regard accusateur qui le fit se redresser, puis il parti sentant d'une manière fort douce que si il restait un peu trop, il finirait pas se faire trancher en deux ou pire, venant de Taka tout pouvait être possible et les serveurs étaient bien renseigné par le patron qui la connaissait tout de même pas trop mal.

Elle se laissa guider, savourer le baiser qu'on lui offrait la danse que leur langue firent, tantôt lent, rapide ou vorace. Natsuki alla payer, elle soupira, dévoilant alors à la solitude qui l'entourait un regard plus triste qu'à l'accoutumé. se donnant une paire de claque, elle se leva et fit revenir le sourire sur ses lèvres. Taka ramena le rideau de manière qu'il ne dissimule plus la table, signe qu'une place venait de se libérer, la jeune femme rejoignit son amant qui finissait de payer, elle glissa sa main dans la sienne et se laissa guider dehors. Le couple avança, Taka donnait l’impression de savoir ou elle allait, mais c'était plus un chemin aléatoire que ces pas prenaient quand son esprit vagabondait. Alors qu'ils allaient entamé une nouvelle petite rue qui leur permettrait d'être loin du mouvement perpétuelle de la foule des grands axes, elle s'arrêta.

- Natsuki-san, votre discourt dans le restaurant, je le connais par coeur, c'est le même que celui de mon père pour m'encourager ou me dissuader, sauf sur mon appétit sexuelle, il préférait ne pas savoir ou bien mes amoureux finissaient pas disparaître un temps , elle laissa une courte pause puis reprit de plus belle, Mon père a placé en son union la volonté de protéger le monde humain, à sa mort j'hérite de cette volonté, mon énergie résiduelle n'est pas un simple manque d'entrainement, c'est une volonté, tout comme mon père avant moi, fit elle remarquer, elle dépassa le Vice Capitaine en faisant quelques pas dans la ruelle, Les Hollow son sensible à des Reatsu supérieur à la normal, mais cela n'est pas le plus important il faut que ce Reatsu ne soit pas maîtriser, augmenter le niveau de Reatsu de manière contrôlé ne fait pas venir plus de Hollow, par contre une énergie non contrôlé vous met directement dans la catégorie proie dit elle.

Taka invita Natsuki à la suivre, bien qu'elle ne savait pas ou allait mener cette discutions, c'était bien la première fois qu'elle essayait d'expliquer la charge qui est celle qui lui à été donné par son père. Une forme d'héritage cruelle en soit, mais la jeune femme avait fait cette promesse, c'est d'ailleurs en cela qu'elle s'interdisait de rester plus qu'un temps limité à la Soul Society, elle était l'épouvantail de ce monde, si il y avait des danger, autant que ce soit sur elle que cela tombe.

- La croix des Neko, dit elle pour finaliser son petit discourt regardant le ciel qui se découpait entre les deux haut murs des bâtiments qui l'entouraient, je sais que c'est utopique, il y a toujours des incidents, mais je suis la pour cela, si ne serait ce que cinquante pour cent des attaques me visaient directement alors sa serait beau, pas de course, juste des combats successif dit elle, en haussant les épaules.

La jeune Shinigami remplaçante prit son amant sous le bras, d'un coup nettement plus joviale, elle désirait oublié ses choix et en soit c'était la une force chez Taka sa psychologie lui permettait à ces tourments, ces désires ou ces tristesse à tourner en arrière plan sa laisser le moment lui échapper. Alors qu'elle avançait d'un pas a guérie dans la ruelle, elle pointa du doigt un endroit de l'autre coté d'une rue traversés par des voitures.

- Le parc, nous serons tranquille pour digéré et continué à parler en paix, plus y a de monde, plus nous sommes anonyme fit elle remarquer avec un petit clin d'oeil.

La rue fut plus aisé à traverser que la foule compacte qui semblait formé un mur à la sortie de la ruelle, mais rien n'arrêtait les deux Shinigami, après tout ils en avaient vu d'autre. Une fois l'imposante porte de fers passé, le parc s'offrait à eux, de petit chemin de terre ou bien plus large ou était disposé un gravillon blanchâtre. Les arbres poussaient comme ils l'entendaient et le soleil venait frapper leurs feuilles offertes à cette caresse énergisante.

Dirigeant toujours très tendrement son amant, elle prit un petit sentier de terre, après quelques minutes de marche, un banc se découvrit, caché sous les épais feuillages. Elle prit place en première se laissant aller à regarder de temps à autres un badauds passer, certain la saluait, d'autre se contentait d'avancer aux prises avec leur rêves incertain.

- Dit moi Natsuki-san, y a t-il eut une Madame Kurodo demanda Taka la tête levé observant le feuillage, elle baissa la tête le sourire carnassier, Et ne me dit pas maintenant qu'il y a déjà une Madame Kurodo cela me déplairait de devoir te botter les fesses fit elle remarquer avant de partir dans un petit rire cristallin

Quelle belle journée se dit elle, alors que la chaleur camouflé du soleil passait pas intermittence pour frapper sa peau. Combien de temps qu'elle n'était pas sortie aussi longtemps de chez elle, craignant pour la vie de ceux qui l'entourait, que devenait ces amis, surement sur les bancs de l'école à regarder leur ordinateur pour trouver la prochaine soirée. A cette image, elle sourit, puis ses pensées vagabondèrent un peu plus loin pour revenir à leur point de départ. C'était trop beau, elle sentait venir le malheur, les larmes et surement les morts.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 15 Jan - 23:22
« Tel est le quotidien de tous les shinigami. » répondit simplement l'assassin en s'arrêtant dans la ruelle. « Nous ne gagnions jamais. Nous continuons simplement de nous battre tant que nous somme encore debout. Nous battre pour deux choses : notre mission, et notre croyance. Il arrive parfois que les deux deviennent contradictoires, ce qui explique les exils, mais là n'est pas la question. Je suis heureux que vous m'en ayez parlé Neko. Je peux voir que que savez quel est le rôle d'un dieu de la mort, et surtout, que vous êtes consciente que tous ne peuvent pas être sauvés. »

Il s'avança alors vers elle, et posa une main sur la tête blonde, pour se pencher avec plus d'aisance, et lui annoncer avec un sourire chaleureux :

« Ne vous tuez juste pas à la tâche, les morts ne protègent plus grand monde. »

Ensemble, ils reprirent la route, ou plus exactement la ruelle, en direction du parc. Néanmoins, pour l'atteindre, il fallait traverser une véritable marrée humaine défilant en deux courants distincts, ceux avançant dans un sens, et les autres dans l'inverse. Autrement dit, l'autre rive était difficile d'accès pour quiconque ne savait pas slalomer dans le torrent. Joueur, Natsuki se détacha de la jeune femme à la sortie de leur chemin, et lui murmura :

« On se retrouve de l'autre côté ? »

Comprendre : «  y arriveras-tu avant moi ? » Même avec une agilité réduite, il était encore assez souple pour se lancer dans la foule sans craindre de finir piétiné, ce qu'il fit sans hésiter d'ailleurs. Jouant de ses appuies et pivotant sur lui-même, il glissait littéralement dans la marrée sans se laisser emporter, ni même toucher le moindre marcheur. Toute faute était éliminatoire : arrêter la marche de l'un, c'était mettre en branle tout ceux derrière, dont les freins n'étaient pas forcément en alerte, et donc finir ensevelit sous ses congénères. Fin de vie peu enviable... Arrivé à mi-chemin, la tendance s'inversait, mais prendre le pas n'avait rien de difficile, pas pour lui. Et avec autant de grâce qu'il avait franchit la moitié de ce torrent humain, il acheva d'en traverser l'autre.

La découverte du parc fut un moment appréciable pour le Vice-Capitaine. Des aires de nature ainsi domestiquées étaient rares dans son monde. Les arbres ne se voyaient surtout que dans les forêts, et les forêts étaient des endroits naturels, dépourvus de toutes barrières, bancs ou chemins tracés dans le gravier. Tout au mieux, il y avait les jardins des différentes Divisions – tous entretenus par les bons soins de la Quatrième, bien entendu – mais là encore, c'était plus herbeux qu'ici, plus symétrique. Dans la Seireitei, ces lieux n'avaient pour but que d'être présentable, à défaut d'utile, alors qu'ici, sur terre, ce parc était un lieux où les gens venaient se promener, se détendre. Les coins d'herbes parsemés d'arbres se voyaient entrecoupés par moment par des parterre de fleurs variées, mais aux couleurs toujours arrangées. Chaque petit enclos de ces fleurs délimité par un très bas grillage vert en demi-cercle renfermait un motif formé par les plantes qui le composait. Certains étaient basiques, et d'autres beaucoup plus recherchés, comme le très large représentant un coureur avec son chien. Impressionnant tout ce que l'on peut faire avec des fleurs, n'est-ce pas ? Des décorations sublimes, ou faire cesser une guerre. Dommage que l'on pense rarement au deuxième cas...

« Superbe endroit. » commenta simplement l'assassin, alors Taka s'installait sur l'un des bancs du parc.

Ils étaient apparemment vers le fond du parc, plus fréquentés par les promeneurs que les marcheurs routiniers traversant simplement le parc pour rejoindre la route d'en face. S'asseyant tout proche de l'humaine, celle-ci le fit à nouveau éclater de rire en posant sa question.


« Pensez-vous vraiment que ma maison ressemblerait à ce qu'elle est actuellement si je vivais avec quelqu'un, Neko ? » lui demanda-t-il en retrouvant le minimum syndical de sérieux. « Et même si c'était le cas, il est un peu tard pour se poser la question, vous ne pensez pas ? A moins que celle-ci n'en cache une autre ? Non, aucune femme ne porte mon nom de famille, et je n'en fréquentais aucune quand je vous est rencontré, pas plus qu'actuellement. »

Il ne fit pas plus que répondre à la question, délibérément. Il y avait sûrement quelque chose en-dessous, mais si Taka voulait se montrer curieuse de cet aspect là de son passé, elle devait l'assumer, et l'interroger ouvertement – bien qu'il n'y avait pas grand chose à en dire, en réalité : ses histoires n'étaient pas différentes des autres, avec un début et une fin, un temps de bonheur entre les deux extrémités.

Ce n'est qu'un peu plus tard, quand le sujet était passé, qu'il posa sa propre question, le regard fixé sur un arbre qui lui était inconnu, un peu plus loin devant lui :


« Si vous mourriez dans l'instant Neko, et que le Destin vous autorisait à relancer les dés, que choisiriez-vous ? Mener une vie normale, en tant que simple humaine, inconsciente de l'activité spirituelle qui vous entoure, avec vos parents logés à la même enseigne, ou bien reprendre le même chemin sans la moindre hésitation ? »

Il se doutait de la réponse, quelque part. Taka avait certes le poids de la volonté de son père dont elle avait hérité sur ses épaules, mais elle semblait le vivre bien. Même plus, elle se sentait réellement investit de cette mission, et prenait à cœur le fait de s'y engager en permanence. Mais elle n'en était pas moins une humaine avant tout, et plus encore, une jeune femme qui avait des rêves et des espoirs avant de se retrouver avec un sabre entre les mains. Avec ce fameux '' si '', choisirai-t-elle tout de même de prendre une autre direction ? Ces nouveaux rêves-là avaient peut-être prit le pas sur ses anciennes aspirations. Peut-être que même ainsi, elle n'avait jamais été si heureuse que depuis qu'elle pouvait brandir sa lame pour protéger sa ville. Mais même ainsi, il ne pouvait s'empêcher de le lire, au fin fond des prunelles de Neko, que la solitude la pesait, parfois. Le revers de la médaille...




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mer 16 Jan - 9:09
Mode démoniaque On ...

Taka rigola, elle se doutait que Natsuki n'avait pas d'épouse ou bien était engager dans une autre relation, mais il fallait tout de même qu'elle demande après tout c'était un moyen pour elle de voir si la place était libre, essayer de s'y faufiler tel un félin enfin pour le moment, elle savait que leur relation n'allait pas dépasser le stade d'amant, le Vice capitaine avait toujours ce lourd secret, ce passé long comme le bras qu'il préférait dissimuler sous les apparences d'une attitude cool et sans soucis.

- Je m'en doutais, ne t’inquiète pas c'était plus pour te taquiner qu'autre chose fit elle remarquer, un flash de l'appartement de Natsuki lui revint, cet espace sans vie ni souvenir, elle haussa les épaules comme si quelqu'un venait de lui faire une réflexion à la quelle elle ne pouvait répondre.

- Vous savez que votre phrase "les morts ne protègent plus grand monde" est vraiment étrange venant de vous, encore que moi je la dise, mais vous qui êtes un moment ou un autre mort faut avouer que c'est un peu cocasse fit remarquer Taka, croisant les bras sur son giron pour apprécier le moment de quiétude, ce n'était pas un endroit discret, tout les promeneurs voulant se perdre dans leur pensée passaient par ici ainsi que les joggeur du dimanche et les plus chevronnés.

Le feuillage bougea doucement, elle essaya de pousser son ressentie au maximum, étrangement la ville était calme, cela la fit tiquer un peu en principe il y avait toujours des haut et des bas dans son ressentie, maintenant qu'elle essayait de concentrer, cela lui donnait l’impression que les Hollow avaient décidé de prendre une journée de repos, cela l'inquiéta, mais elle essaya de le dissimuler au mieux en réfléchissant à la question de Natsuki.

- Si on me laissait le choix maintenant, je crois que je ne voudrais pas devenir Humaine, rien que le fait de pouvoir se mouvoir en toute liberté est une sensation grisante qui vaut la peine de quelques soucis, après le fait de pouvoir défendre les autres est un atout plus qu'une malédiction fit elle, remarquer, serrant le poing devant elle, son corps frêle ne semblait pas pouvoir dégager la puissance que son âme contenait. S'adossant au banc, levant la tête pour mirer le ciel bleu, elle soupira.

- Vous avez raison c'est un endroit magnifique, mais si je devais être totalement sincère avec vous Kurodo-san, ma réponse aurait été différente il y a quelques temps fit elle remarquer, ce qu'elle gardait pour elle c'était le fait que son amant était prêt d'elle, rien que lui valait la peine d'avoir supporter beaucoup de chose, sans son caractère ni ses capacités, elle n'aurait jamais pu voir, parler et plus avec le Vice Capitaine, mais à la mort de son père, elle avait maudit sa capacité, les Shinigami et les Hollows, elle aurait tout détruit si elle en avait eu la force, le courage, ou la folie peut être.

Tout était une question de moment se fit elle remarquer alors qu'encore une fois, le silence assourdissant des Reatsu puissant vint la frapper, cela n'annonçait rien de bon, mais ce répit prêt de Natsuki fit fuir les ombres d'une crainte naissante, elle vint se coller à son amant, profitant du silence du monde, ce moment leur appartenait, pas d'ennemie, pas de chieur ni de personnes mal élevé pour la faire sortir de ses gonds.

Après un moment de repos, ils se remirent en marche traversant le parc d'un pas lent, les discutions devinrent légère, des anecdotes rien de bien sérieux, mais elle se sentait vraiment en couple, loin de son zampakutos ou des Hollows, son bras passé sous celui de Natsuki, ils avançaient de concert s'arrêtant devant le jardin d'enfant ou les rires et les cris faisait résonné une joie qu'elle croyait morte depuis longtemps, puis pour une fois les enfants ne lui tapaient pas sur les nerfs, peut être devenait elle enfin quelqu'un de tolérant.

- Monsieur Monsieur piailla un enfant prêt de la rambarde censé maintenir la menace loin du monde commun, les deux baissèrent la tête, Taka fit même un sourire à la petite chose curieuse.

- Pourquoi vous tenez le bras de votre fille ? la question fut traité en une demi seconde par la jeune shinigami qui se baissa prêt du grillage, regardant le marmot dans les yeux, si on aurait été dans un manga, surement que les nerfs seraient visible sur le visage de la jeune femme et qu'une aura des plus meurtrière se serait créé autour d'elle.

- Ecoute moi petite ..., elle tue le mot "merde" au dernier moment, Marmot, je demanderais volontiers aux monstres qui vivent sous ton lit ou dans ton placard de venir te dévorer pendant ton sommeille mais je suis d'humeur gentille et tu n'aura que tes orteils de dévorer fit elle remarquer doucement à l'oreille du gamin qui partie en courant sous la peur

- Désolé je ne me contrôle pas fit elle remarquer passant à coté de Natsuki pour clore le petit moment de détente au parc, voilà pourquoi elle n'aimait pas les enfants se fit elle remarquer, avançant les deux mains dans les poches pour mettre le plus de distance entre elle et l'enfer remplis de démon qui se trouvait derrière elle.

- Hey petite ! Ta dit quoi à mon enfant ! hurla un homme dans son dos, c'était décidément trop, Taka se retourna, les feuilles qui passaient prêt d'elle semblait s'écarter d'elle même une réaction au Reatsu incontrôlé et à l’énervement grandissant qu'elle ressentait.

- Ta dit quoi là Co**** ? fit elle remarquer, au vue du visage de Taka, si on la laissait encore monté en pression, soit elle explosait soit c'était le père de famille qui allait finir par être exploser, un pas après l'autre, elle avançait doucement vers l'homme, ne le lâchant pas du regard.

Comme un sixième sens, l'homme était sous l'emprise de Taka, peut être avait il plus d'affinité pour le monde spirituelle qu'il semblait vouloir se l'avouer, en tout cas, voilà qu'il était tétaniser par la jeune femme. Il semblait pré-sentir que quelques choses n'allaient pas et que sa vie ne tenait qu'au fil de la volonté de la jeune Shinigami. L'homme instinctivement se mit devant son enfant, il y allait avoir du sport.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 16 Jan - 23:10
« Il n'y a pas que les hollow que vous attirez... » songea Natsuki en sentant le drame arriver.

Il soupira de fatigue après une longue inspiration. Taka, comme d'habitude, avait mal réagit au début, puis tout avait dégénéré davantage à l'annonce du mot tabou. Quant au shinigami, il allait encore devoir jouer le rôle du médiateur pour désamorcer cette embarrassante situation. Sauf qu'il n'en avait pas envie. Il se demandait même si Neko ne prenait pas un plaisir malsain à provoquer inconsciemment ce genre d'événements juste par plaisir qu'il lui serve de garde-fou. C'était le problème des gens forts : ils apprenaient rarement la leçon, parce que personne n'était capable de la leur faire entrer dans le crâne à grands coups de latte. L'assassin révisa son jugement cependant : depuis le Hueco Mundo, elle avait subit une sacrée déculotté, mais cela n'avait rien changé dans son comportement.

Mais même s'il n'avait pas envie de se mêler à tout cela, il ne pouvait décemment pas laisser un malheureux pères de famille se faire démonter littéralement sous les yeux de son fils. Il fallait être père ou frère ainé d'une jeune fratrie pour comprendre la réaction de ces derniers lorsque l'on touchait à la chair de leur chair. Aussi, il se décida à bouger, loin de lui cependant l'idée d'y aller dans le sens du poil. Du tranchant de la main, il cogna mollement le crâne de la furie, histoire de lui rappeler qu'il était là avant qu'elle n'entre dans une frénésie totale, puis l'empoigna par l'arrière du col, pour la trainer dans la direction opposée. Ignorant totalement les cris et injures qui pouvaient éventuellement sortir de sa bouche d'enfant, il la tracta ainsi sur de nombreux mètres, laissant juste derrière lui les deux sillons creusés par les pieds de l'humaine. Natsuki aurait pu renforcer l'aspect cartoon en la porter d'une main devant lui de la même manière, mais heureusement pour elle, ils étaient dans la réalité : sous forme humain, il n'avait pas la force pour. Dommage, car cela l'aurait sans doute amusé, cela dit, au grand dépend de sa compagne. Mais passons, tout comme la leçon qu'il n'avait pas envie de lui faire, et elle d'entendre.


« Curieuse façon de défendre les autres. » plaisanta Natsuki alors qu'ils avaient tous deux reprit une façon normale de marcher, à savoir l'un à côté de l'autre, jusqu'à ce qu'il l'attire dans une ruelle, tout du moins.

Plus au calme que dans la foule massive, il se posa contre un mur. Avec le soleil couchant, le petit chemin formé par deux immeubles était plutôt obscure. Mais malgré la pénombre, il pouvait sentir le regard de Taka posé sur lui, et pas forcément pour exprimer quelque chose d'amical.

« Vous vous seriez vraiment senti mieux en écrasant ce qui devait être, pour schématiser un rapport de force, une fourmi ? Frapper n'est pas toujours la solution, surtout devant ce pauvre enfant. Il n'a vraiment pas besoin d'avoir l'image de son père invincible, comme l'on tous les enfants de leur paternel, briser sous ses yeux. Il se chargera déjà de la briser lui-même dans quelques années, laissez-lui au moins ça. »

Construction du psyché de l'enfant, livre qu'il avait lu en troisième année.


« Allons allons Neko... » lui sourit le shinigami en l'attirant contre lui. « Y'a-t-il tant d'énergie débordante là-dedans pour que vous en ressentiez le besoin d'en évacuer dans de pareilles histoires ? » désigna ensuite Natsuki en faisant glisser sa main sur le corps de l'humaine, de la joue à la hanche, en passant par un sein. « Et si je vous aidais à purger un peu de ce trop plein avant d'aller au cinéma ? Vous vous êtes bien montrée très prévenante au restaurant après tout. »

S'il ne comptait bien sûr pas s'y prendre dans la ruelle, ni dans les environs proches, personne n'allait l'arrêter pour avoir commencé par un tendre baiser. Du moins, c'est ce qu'il avait pensé, jusqu'à ce qu'une voix et des murmures peu amicaux le coupe en pleine élan, à quelques milimètres des lèvres dont il désirait ardemment s'emparer.

« Hey vous deux-là, qu'est-ce' vous foutez dans notre secteur ! »


Alors qu'il détourna les yeux de visage de sa tendre pour les diriger vers la source d'interruption. Quatre jeunes loubards aux dents longues, à première vue. Et si Natsuki avait eu l'habitude des modes humaines, il leur aurait accordé un point pour ne pas être de ces clichés ambulants avec casquette à l'envers, pantalon sur les cuisses et tatouages multiples. Ils avaient néanmoins quelques points communs avec leurs congénères caricaturaux : aimer jouer les durs et faire le malin, surtout avec l'avantage numérique, et appréciant la vision d'autrui soumit à sa volonté – imposée à l'aide d'une batte, ou de tout autre objet de type contondant ou tranchant

« C'est not' rue ici, faut payer pour entrer. » exposa le petit caïd avec un sourire qui en disait très long sur ses intentions.

Natsuki soupira à nouveau, comme s'il acceptait la fatalité. Il s'écarta alors du mur, et entraina Taka avec lui. Le tout était de régler cela en douceur.


« Très bien, nous partons alors. »
lui répondit simplement l'assassin avec un sourire désarmant.

« Faut payer pour sortir, aussi. »


Les trois compagnons derrière le premier se gaussèrent, voyant que le jeune couple comprenait le piège qui s'était refermé sur eux.


« Cela valait bien la peine de faire un beau discours... »
soupira le shinigami.

Ses quelques paroles pour Neko n'étaient pas si belles, à vrai dire, mais l'idée était là : il risquait de ne pas vraiment montrer l'exemple. Faites ce que je dis, pas ce que fais... Preuve en image, quand le caïd prit un air plus menaçant en réalisant qu'aucune de ses deux victimes n'affichait la moindre trace de peur. Il tenta de saisir Natsuki par le vêtement, puis ce fut tout. Le reste ne dura pas plus d'une demi-seconde. Durant cet instant, l'assassin écarta d'un geste vif la main qui s'approchait de lui avec d'hostiles intentions très clairement exprimées, et retourna son opposant dans une clef de bras. La manœuvre n'était même pas encore terminée qu'il avait déjà amorcé son pied, lequel s'écrasa dans le creux de genoux du caïd, qui tomba lamentablement en position de soumission, son bras étrangement plié dans son dos. Ses trois confrères qui lui faisaient face avaient tout le loisir de constater à ses traits que le résultat était loin d'être agréable. Mais ces derniers étaient figés. Comme s'ils cherchaient à comprendre ce qui venait de se passer sous leur yeux, ce qui était arrivé entre le moment où leur chef s'était avancé et celui où il attendait à genoux en grimaçant de douleur.


« Je vous rends sincèrement service, alors dégagez d'ici maintenant. » annonça-t-il d'une voix neutre, en frappant du pied le dos de sa victime soumise, laquelle s'écroula de tout son long, massa son épaule endolorie en lui jetant un regard craintif puis disparut sans demander son reste avec sa bande, engloutit par la marrée humaine.

En croisant le regard entendu de Neko, il lui répondit par une moue blasée :

« Tout est une question de mesure... » se défendit-il simplement en haussant les épaules, peu convaincu. « Bon, si nous allions au cinéma ? L'on devrait être plus tranquille là-bas qu'ici.»

Comme une évidence, Natsuki réalisa soudainement pourquoi Taka ne l'avait emmené jusqu'à présent que dans des lieux coupés du monde leur permettant l'intimité, là où personne d'autre qu'eux ne pouvait réellement entrer.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 17 Jan - 10:21
Taka c'était laissé traîné, ne réagissant que peu alors que le père remerciait en silence Natsuki d’emmener loin de lui celle qui l'aurait maltraité sans ménagement, enfant ou pas d'ailleurs. Alors qu'il prenait le chemin de la sortie, elle regarda le ciel, bien qu'elle pouvait se vanter d'aller un peu mieux, la jeune femme ne maîtrisait pas encore tous les démons qui se mouvaient en elle. Certain terme ou allusion était prohibé sinon elle réagissait au quart de tour sans se soucier de la force qu'elle avait en plus ou bien du monde qui l'entourait. Le Vice Capitaine l'appuya contre un mur, loin de la foule, la masse anonyme passait sans tourner la tête ni le regard et même si elle le faisait, elle ne regardait pas vraiment dans la direction la capacité humaine à ne voir que se qu'ils ont envie de voir, c'était une force, mais surtout une déplaisante façons de vivre.

Calmer, pour sur cela l'aurait surement calmer, elle aurait corriger le malotrue et son fils aurait apprit que rien dans ce monde n'est éternelle, ni elle, ni l'image qu'il se faisait de son paternelle. Cachant ce genre de pensée, elle baissa la tête montrant le haut de son crane à Natsuki, mais elle la releva bien vite à la proposition de Natsuki qui se mit à a caresser, se mordillant les lèvres, elle n'attendait que sa, elle se moquait du lieu tant qu'elle était avec son Vice Capitaine. Manque de chance, voila que les bandits de grand chemin vinrent faire interruption, une chose était sur, Taka devait être maudite, voulant prendre part elle ne fut pas surprise de voir Natsuki mettre un terme en limitant le plus possible la casse corporelle. Alors que les loubards s'éloignaient, Taka n'avait pas vraiment l’impression qu'ils avait retenu quoi que se soit de la confrontation, mais il y avait plus important, voilà que Natsuki se dérobait à sa proposition.

La jeune shinigami se déplaça très rapidement, son corps allait souffrir demain matin les muscles humains n'était pas fait pour sa véritable force ou vitesse, dans tout les cas, elle se retrouva à plaquer le Vice Capitaine contre le mur, ses deux mains le retenant aux épaules son regard ne quittait pas le siens et vu que le silence n'était pas son fort, elle l'embrassa.

- Merci de m'avoir arrêter, mais vous étiez pourtant au courant que je luttais désespérément dit elle, d'une main experte, le jeans de Natsuki fut détacher et le siens aussi, sa main s'activait un peu plus bas pour ne pas faire oublier au Vice Capitaine son envie, mais il n'avait visiblement pas vraiment de sa, un sourire coquin apparut sur le visage de la jeune femme qui l'embrassa à nouveau, se lovant contre lui, se frottant contre lui, elle en avait envie, visiblement lui aussi, mais quand on jouait avec le feu se brûler était quelques choses de normal.

Toutes les excuses de Natsuki se soldait pas un regard mi amusé, mi luxurieux ou bien par un doigt déposé sur ses lèvres pour finir par un tendre baisé. Il y aurait un corps un corps dans la ruelle que le Vice Capitaine le voulait ou non, que pour lui ce ne soit pas l'endroit rêver ou non ne changeait rien pour la jeune femme, il avait allumer un feu qu'il s'amusait à titiller de temps à autre et le feu venait à lui pour répondre de sa plus belle flamme.

Bien sur des gens allaient les voir, mais qui iraient le dire passant rapidement comme tout citadin pressé de travailler ou de rentrer, de plus la fenêtre de vue était mince, il fallait tourner la tête au bon moment et regarder pendant quelques temps pour comprendre ce qui se passait entre les deux, si on allait trop vite, qui pouvait bien dire ce qui se faisait, une menace, une discutions ou bien une attaque, le danger de regarder était nettement trop grande pour une bonne partie de la masse compacte qui passait à quelques pas de là.

Les choses furent faite avec plus ou moins de temps, quelques préliminaire que Taka aimait prodigué puis la délivrance des deux. Il rejoignirent les gens un peu plus disparate dans une journée qui se finissait lentement. Il était temps d'aller au cinéma, le temps de choisir le film, prendre du pop-corn et des boissons, il serait tard, l'heure idéal pour un film. Le jeune couple traversas quelques rues pour se retrouver sur une petit esplanade donnant sur une rue peu utiliser, des affiches annonçait les films, en dessous une feuille indiquait l’horaire ou le film serait diffusé, il y avait même un bref résumé ainsi que le genre. Croisant les bras, Taka invita Natsuki à choisir après tout c'était lui l'invité et il allait découvrir ce que signifiait cinéma dans le monde humain, un art en soit, grandiloquent, palpitant, fascinant, c'était ce qu'on pouvait rechercher dans les salles obscures.

Pendant que le Vice Capitaine s’intéressait aux résumé, Taka essaya de parcourir les environs mentalement, essayant de voir des énergies plus hautes et plus dangereuses, mais encore une fois tout semblait calme, bien trop calme. La jeune shinigami n'allait pas s'en plaindre, après tout ce moment de calme était parfait pour profiter du film avec son amant. Un calme qu'elle finirait surement pas payer, elle imaginait sans peine le lendemain une attaque combiné sur la ville, cette accalmie cachait surement une attaque de plus grande envergure.

Pour le moment la jeune femme appréciait la trêve et voir Natsuki dans son monde, prêt d'elle la rendait euphorique, joyeuse, une chose qu'elle n'avait pas ressentie avec une telle force depuis un long moment, pour cela elle remerciait le Vice Capitaine de l'accepter, même si il aimerait la corriger sur certain point elle était persuadé il n'en restait pas moins celui qu'elle aimait. C'était simple de ce le dire dans son fort intérieur et encore plus quand Burei ne pouvait pas intervenir dans ses pensées pour la balayer d'une boutade, mais elle ne voulait pas que cela se voit, autant pour Natsuki que pour elle, ne voulant pas se bercer de tendre illusion et surtout ne pas lui imposer quelques choses, quand le jeune homme se retourna, elle lui fit un petit sourire refusant toute aide, il devait ce décider par lui même. Taka adorait le Taquiner.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 18 Jan - 11:05
Natsuki referma son pantalon. C'était la deuxième fois de la journée qu'il faisait ce geste, et jamais encore, ce n'était parce que lui l'avait baissé lui. La responsable : Taka Neko. Mais pouvait-il vraiment lui rejeter la faute ? Difficile à dire. Il est vrai qu'il s'était beaucoup amusé tout au long de la journée à la titiller sur ce point sensible, elle qui avait fait tant d'efforts pour dominer sa libido en manque sévère. Sauf que lui s'attendait à jouer avec une flammèche : ce n'est que trop tard qu'il avait réalisé qu'il s'agissait d'une fournaise. Était donc arrivé ce qui avait dû arriver, au milieu de la ville, des poubelles, et des passants des deux rues perpendiculaires.

« Je rêvais de plus romantique pour ma première fois... »
soupira le shinigami en mimant la déception.

L'échange des sexes dans toute sa splendeur : Natsuki était le petit prude pour qui les câlins intimes étaient avant tout une question de sentiments, et Taka, qui lui fit démonstration d'une pulsion naturelle à assouvir, qu'importe le lieu tant que l'appétit est comblé pour quelques heures. Cela lui arracha quelques rires. Tout n'était bien sûr pas aussi tranché que cela, et les frontières étaient bien plus floues que décrites précédemment. Le sexe sauvage ainsi, le pantalon en accordéon sur les jambes et la tension d'être vu apportaient son petit lot de sensations. Néanmoins, il ne le dit pas alors qu'ils marchaient vers le cinéma, il avait remarqué que ce fut... '' différent ''. Beaucoup plus physique que pour les shinigami, avec qui la compatibilité et le mélange du reiatsu avaient une part non négligeable dans l'ébat. Des sensations variantes donc, de ce que qu'il connaissait déjà, mais pas désagréable.

Perdue dans la foule, il vagabonda encore un peu avec elle, porté par le courant de la vie grouillante dans les rues. Il était là, tout simplement, sans n'avoir rien à penser, rien à faire. Depuis combien de temps n'avait-il pas connu cette période de tranquillité ? Assez longtemps à vrai dire, mais ce n'était pas plus mal. C'était vraiment détendant de temps à autre, mais à long terme, il ne le supportait pas. Homme d'action ou du bureau, peu importe, il détestait juste rester à ne rien faire. Sa nature de shinigami et sa formation militaire avaient peut-être quelque chose à voir dans cela. Trois jours de congés avec Neko étaient donc juste parfait. Enfin, si pour soit congé ne rimait pas avec repos. Car être avec la jeune femme nécessitait d'avoir le cœur bien accroché et toujours un moral d'acier. Et c'était justement ce qui rendait ses vacances avec la simili-shinigami extraordinaires. Ce n'était pas des journées calmes, sans incident ni surprise. Tout le contraire en fait. Elle le conduisait aux quatre coins de la ville pour qu'il découvre la beauté de son monde et de ses secrets, des endroits que même lui, dans sa dimension, n'imaginait pas. Et rares étaient les fois où tout allait comme prévu. Ou comme il pouvait s'y attendre en tout cas, Neko amenait toujours la surprise – ou l'attirait, volontairement ou non. Regarde un film au cinéma avec Taka ? C'était sans espoir. Il allait forcément se passer quelque chose. De délicieux, d'horrible ou de mouvementé, mais quelque chose, il ne pouvait en être autrement. Et lui s'en réjouissait d'avance.

Arrivé dans le cinéma, la demoiselle laissa Natsuki se débrouiller seul pour le choix du film. Ce n'était pas comme si cela allait être difficile, il n'y avait que trois projections à l'affiche. Alors qu'il s'avançait vers elles, Taka préféra rester en arrière. Les trois affiches faisait à peu près sa taille, planté à un bon mètre et demi du sol, ce qui permettait de les voir tout autant que de ne pas avoir à plier les genoux pour lire le résumé du film en-dessous. Le premier passé en revu, il risqua un regard par-dessus son épaule, en direction de sa moitié. Elle lui répondit d'un sourire, mais il n'ignorait pas ce qu'elle tramait. Une fois encore, elle cherchait à s'assurer de la sécurité des deux. Enfin, plutôt la sécurité de tous en repérant s'il y avait des hollow en faction dans les environs, et ainsi être prête à réagir au quart de tour si besoin. Il resta néanmoins dans son rôle d'humain touriste, et consulta les deux autres affiches. Une minutes chacune, il resta cependant perplexe sur un point, qu'il exposa à Neko une fois arrivé dans ses bras.


« Je pense avoir choisi le film mais... aucun d'entre eux n'a de la couleur ? Je veux dire, les films de votre monde ne sont tournés qu'en noir et blanc ? »


La beauté des années 1950. Voilà d'ailleurs qui creusait encore la différence entre les deux dimensions. La Soul Society était un curieux mélange entre le passé et l'avenir, bien qu'en réalité, seul le Seireitei disposait d'une technologie très avancée, ainsi qu'une poignée de quartier du Rukongai dans une moindre mesure, les premiers surtout. Le Monde Matériel, lui, n'était pas à deux vitesses. Il évoluait lentement, mais uniformément. Ainsi, les hommes ne se promenaient pas en kimono, le sabre à la main, mais n'avait pas non plus la télévision ou le cinéma en couleurs. Mais qu'importe, l'assassin y survivrait. Ce n'était d'ailleurs même pas dérangeant du tout : il était là pour le moment qu'il passait avec Neko, pas pour l'activité en elle-même.

« Si nous allions voir '' Le ciel peut attendre '' ? J'avoue que connaître la vision qu'ont les humains sur l'après-vie m'intéresse, d'autant plus que c'est tournée à la comédie. Alors, partante ? »

Le cinéma n'était pas encore rempli à cette heure-ci, aussi la file d'attente pour payer et entrer dans la salle ne fut pas bien longue. Une chance, car le film commençait dans une dizaine de minutes seulement. La salle deux dans laquelle ils entrèrent tout deux était assez volumineuse. La disposition de la scène ne manquait pas de faire remarquer qu'il s'agissait sûrement d'un théâtre à l'époque, avant que l'on installe un écran en plein milieu. A moins que des pièces étaient encore jouées ici, et l'écran retiré à ce moment-ci. Une allée assez large au milieu de la salle permettait d'y circuler à deux côte à côte sans se gêner le moins du monde. Et séparées par ce chemin, deux longues cascades de sièges rouge terne à accoudoir attendaient de chaque côté que quelqu'un s'y installe pour profiter du spectacle imminent. Comme il n'y avait qu'une dizaine de personnes actuellement, trouver où s'installer ne fut pas difficile.

« Là-bas ? » demanda l'assassin.

Il désigna un emplacement plus vide que le reste. Si la salle ne se remplissait pas plus, le couple n'aura personne derrière lui, et pas grand monde devant avant plusieurs rangées, garant donc d'une certaine intimité. L'on ne sait jamais après tout. Ils pouvaient très bien se retrouver avec des voisins de siège un peu bruyants, se faire attaquer par un hollow – surtout – ou avoir besoin de tranquillité pour d'autres festivités, allez savoir lesquelles la simili-shinigami était capable d'inventer.


« Alors, voyons voir ce que les humains savent faire dans le domaine cinématographique. » lui souffla l'assassin en l'embrassant brièvement sur la joue.

Un bras par-dessus les épaules de l'humaine, il prit place à son aise dans son siège, et observa avec intérêt l'écran accueillant la projection. Lui qui n'avait jamais connu que la couleur, voir un film en noir et blanc lui tira un petit sourire, en se remémorant que Taka prétendait que la Soul Society était un peu arriérée. Il n'en fit pas de commentaire cependant, et apprécia simplement l'instant. Instant qui se prolongea en minute, minutes qui se prolongea en demi-heure et puis...

Et puis un cri déchirant retentit. Un cri que deux personnes seulement entendirent. Car hélas pour eux, celui-ci ne venait pas du film, alors que Saint-Pierre cherchait une solution à son épineux problème. Le regard de l'assassin croisa celui de Taka, et tous deux comprirent de quoi il en retournait.

Mue par un réflexe surhumain, Natsuki se leva brutalement, en frappa devant lui, paume ouverte. Le hollow qui apparut à ce moment là en sortant du sol encaissa de plein fouet la frappe relativement faible de l'assassin, avant que ce dernier ne murmure dans un même temps :


« Shakkaho. »

Le boulet rouge, bien mou par rapport à ce qu'il était capable d'envoyer habituellement, suffit pourtant à fendre le crâne de l'âme corrompue dans une explosion dérisoire. Natsuki avait retenu le coup, à cause son gigai, mais ne pu limiter totalement la casse : sa main gauche était brûlée. Le boucan des sièges soufflés ne manqua pas de faire se retourner les spectateurs, qui n'avaient rien entendu d'autre. Il les ignora cependant, il avait d'autres chats à fouetter, chat qui se manifestèrent bien vite.


« Tu vas avoir besoin d'un coup de main ? » questionna le Vice-Capitaine, bien qu'il ne s'agissait pas vraiment d'une question.




Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Natsuki Kurodo le Ven 18 Jan - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 18 Jan - 17:54
[Un peu d’énervement c'est bon pour le teint XD]


Elle n'avait pas bougé comme une grande partie du cinéma jusqu'à la déflagration de la technique de Natsuki. Le pire était à venir, Taka leva les yeux la plus grosse force de frappe était dans le ciel le trou béant et noirâtre de la porte vers l'Hueco Mondo se refermait laissant quatre Hollow à la taille humanoïde, celui devant eux avait un masque brisé. Taka se releva, enfin son âme, le corps restait dans son siège alors que la jeune femme dans un Kimono provoquant se mettait juste en dessous de la troupe. Des Hollows faibles ceux ci l'attaquèrent, mais c'était peine perdu, découpé, haché, disparu alors qu'il avait à peine posé le pied dans le cinéma. Les gens fuyaient, Taka semblait en dehors du temps de tout ce qui se passait, il n'y avait ni énervement, ni même une once de colère. Le calme avant la tempête, quelques choses se brisa en elle, le calme disparut les muscles de son visage se crispèrent, une colère sans borne naissait éclatant libérant tout son Reatsu d'un coup.

- Je vais vous tuer ! Hurla-t-elle dégainant son zampakutos qui suivant une pensée sourde se mit à fondre, elle avait libérer son zampakutos le gantelet sur sa main droite, elle disparut, se plaçant devant l'Arrancar, le regard plein de défit.

- Je vais vous démolir dit elle, la troupe rigola, toisant la jeune femme de leur taille, chacun étaient prêt à en découdre, Taka se moquait de tous cela.

Le coup fut fulgurant, la collision par contre fut extrêmement discrète. L'imposant poing de l'Arrancar était arrêté par la petite main ganté de l'humaine, elle regarda son adversaire, une moue de dégoût sur le visage se peint, le mélange de colère se transformant en haine. La manche sautilla, pas plus qu'un frisson alors que deux dagues parait frôlant le visage de l'ennemie pour aller frapper deux adversaires derrière lui, le dernier apparut dans le dos de la jeune femme mais son mouvement fut bloqué par une lame qui traversait son poing, puis une dernière lame vint frapper ce nouvelle adversaire.

Les deux ennemies derrière l'Arrancar avait bloqué le coup, les lames se retirèrent et l'Arrancar fut envoyé comme une vulgaire brindille contre le mec derrière qui dut glisser sur l'air pendant un bon mètre pour pouvoir arrèter le corps de son compagnon.

- Qu'elle force fit remarquer le Hollow, l'Arrancar s'écarta de son compagnon puis disparut, une nouvelle attaque, mais ce fut un autre Hollow qui arriva prêt d'elle, le mouvement de vent la fit partir vers le sol, comme si elle venait de faire un mouvement rapide et parfaitement fluide, mais sans inertie c'était simple de glisser sur le mouvement d'air provoquer par les coups des adversaire. Elle envoya une arme qui émergea de sa manche gauche, il para avec sa main et fut transpercé l'arrancar profita de ce moment pour arriver, le Twin Sonido, c'était la première fois qu'elle le voyait et son coup l'envoya valser au sol, créant un nouveau trou dans le cinéma et un cratère d'une bonne taille sous elle.

Ce ne fut pas exacte, quand la poussière se dissipa, Taka était allonger sur le Hollow, perforé par son Zampakutos il avait hérité d'une inertie très faible et avait donc suivit Taka dans chut, son poids suffisait donc à le maintenir au sol bien que se dernier semblait lutter désespérément contre un adversaire à la force gigantesque. Se levant, la jeune femme décapita le monstre à terre, elle leva les yeux vers le ciel, la haine était un moteur des plus puissant, mais elle perdait totalement pied, pourquoi avait elle eut cette monté d'adrénaline, car tout avait été gâché, la vie des gens, la magnificence de ce lieu et surtout son rendez vous, maintenant plus rien ne comptait, elle allait faire en sorte de faire comprendre à ces monstres qu'on ne s'attaquait pas à elle ou à son monde sans en payer le prix. Les trois tires de Cero transformèrent le ciel qui devint rouge sang, les Hollow semblait prêt à tout raser pour ne plus voir la jeune femme. Elle envoya toutes ces lames devant elle, elles se bloquèrent dans les aires formant un épais bouclier de fers aux inerties très variable. Le premier Cero provoqua une fissure prêt de Taka, le second qui se fusionna et percuta la défense enfonça la jeune Shinigami dans le sol, ramenant une dague dans sa main, elle diminua son inertie et se projeta vers sa protection, la lame dans sa main, le troisième vint signer le glas de la défense, mais la Simili-Shinigami était assez prêt, les chaines l'entourèrent et vinrent se planter dans le sol alors que l'attaque vint a toucher de plein fouet. La déflagration rasa le toi du bâtiment, quelques sièges s'envolèrent, mais le bâtiment et beaucoup de vie furent épargné. Dans la fumée, Taka apparu remontant dans le ciel comme si elle montait des marches dans le ciel, vers ces adversaires.

- Vous êtes gênant fit elle remarquer, elle était essoufflé, manipuler l'inertie était fatiguant de plus son corps supportait des variations terrible pour la cohésion de ce dernier.

- On va enfin pouvoir se débarrasser de la dernière Neko ton père ne pouvait pas mourir sans emporté avec lui toutes mes escouades avec lui balança l'Arrancar.

Taka se figea dans le ciel, ou était Natsuki, elle ne devait se focaliser uniquement sur le combat, Burei lui disait de faire attention, sinon elle finirait par lâcher son dernière soupire par la main de ces monstre de pacotilles. Les dagues de son Shikai pendait mollement à la sortir de ces manches.

- Alors tu es l'enfoiré que mon père traquait dit elle, l'Arrancar se mit à rire.

- Il a fallut que je lui fasse croire qu'on t'avait capturé, mais quand il s'en est aperçus c'était un peu trop tard pour qu'il se replis, ce mec à préféré tout faire explosé plutôt que de se rendre à l'évidence qu'il était un raté, alors une fille seule ne va pas nous éffrayer dit il, levant les bras comme pour montrer la beauté de muscle blanchâtre, de nouveau Hollow arrivèrent, des ennemies de seconde zone, il avait refait le stock de bon à rien se dit elle.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 19 Jan - 19:28
A peine Taka avait-elle quitté son enveloppe corporelle que Natsuki chargea l'hôte désormais inanimé sur son épaule, et se hâta de quitter des lieux. Inutile de la prévenir de toute façon, elle était déjà dans sa transe. Se ruant vers la sortie, il écarta la foule en panique de sa route. Neko pouvait se débrouiller seule, sa priorité était de mettre leurs corps hors du champs de bataille, où il ne pouvait leur arriver que du mal. Pour lui à la rigueur, ce n'était pas un soucis, mais la situation était très différente pour l'humaine. Hors du cinéma, de nombreux badauds observaient avec stupeur ou frayeur la vague humaine sortir en panique des lieux. Puis des volutes de fumée émergèrent de toit, ou plutôt de ce qu'il en restait. Il lui fallait faire vite, les hollow arrivaient par contingents, et même Neko ne pouvait tous les contenir. Aussi fort que l'on soit, aussi faible qu'est l'adversaire, sous la masse, l'on finit toujours pas crouler. Ces légendes de guerriers ayant fait face à une armée entière – et s'en étant sortit – ne sont que des contes pour enfants. Maniée par un expert ou un amateur, une lame reste une lame : lorsqu'elle touche, elle blesse, elle tue.

Parcourant la rue des yeux, il chercha la planque idéale pour le corps de la jeune femme, ainsi que du sien. Les choix qui s'offraient à lui était variés : bennes à ordure, ruelles sombres, cabines téléphoniques, voitures...


« Elle va me détester... »


C'est ce que l'assassin aurait soufflé en repérant la cachette '' idéale '', mais il n'était pas d'humeur à plaisanter. Il ne l'était jamais dans les situations de combat pour sa survie. Aussi, il couru en direction de la cabine téléphonique située à sa gauche, et s'arrêta juste à côté, devant une bouche d'égout. Personne ne l'observait avec attention, et le bloc noir derrière lequel il était bloquait la vue sur la rue. C'était le moment. Il déposa délicatement le corps inerte de Neko à côté de lui, puis entreprit d'arracher la plaque. Il dû faire appelle à toute la force dont son gigai était capable, et ignorant la douleur de sa main, il parvint à la soulever légèrement, juste assez pour la décaler de son socle. Le reste du travail fut beaucoup plus aisé, il n'avait plus qu'à pousser sur ses jambes pour la faire glisser, et dégager totalement le passage. Descendre Taka en utilisant l'échelle d'entretient fut une partie de plaisir en comparaison.

A l'instar des canalisations du Seireitei, la macération dans l'atmosphère des eaux usées dégageaient une puissante odeur agressant les narines. Ce fut à peine s'il en tint rigueur quand il coucha l'humaine à même le sol. Restait à espérer qu'elle ne tenait pas trop à ses vêtements... Il s'allongea à tour, et goba l'une des pilules que contenait la petite boite noir dans sa poche. L'effet fut immédiat : son corps artificiel eu une réaction de rejet, et expulsa l'âme du shinigami hors de lui. Serrant son poing devant lui, il constata son regain de puissance, bien qu'il était toujours loin de son niveau dans le Monde Spirituel, en raison de son limiteur d'énergie. Il psalmodia un bref sort qui entoura le couple étendu à ses pieds, une sorte de bulle protectrice capable au mieux de repousser la faune souterraine, puis fonça vers la lumière.

Il volait presque en prenant appuie sur les particules de l'air, se projetant à toute vitesse vers l'avant, en direction du toit du cinéma. Le visage fermé, il n'exprimait plus rien, comme à chaque fois que le Vice-Capitaine entrait en action sur le terrain. Plus rien d'autre ne comptait que la mission maintenant : éliminer la menace, et assurer la survie de Taka. Le reste n'était plus qu'accessoire, des pensées parasites qui l'avaient totalement déserté. Plus d'émotion, plus de sentiment, il n'était plus qu'une coquille vide, une poupée à l'expression figée. Ni la haine, ni la peur ne guidait son corps, lequel ne comptait plus que sur deux choses : son expérience et sa technique.

Il arriva juste au moment de la révélation de l'arrancar. La scène se figea dans sa tête. Non pas qu'il était affecté par les dire du monstre masqué – rien ne pouvait l'atteindre quand il était ainsi -, mais il avait besoin d'une seconde. Une unique seconde d'observation pour analyser la situation. Taka avait visiblement déjà encaissé, en témoignait éraflures et traces de saletés sur son corps. Dagues et chaines visibles, elle avait toujours son zanpakto libéré, mais commençait à s'essouffler. L'arrancar ennemi lui tournait le dos, personne n'avait encore remarqué sa présence. Massif, Natsuki savait qu'il n'avait aucune chance contre lui, pas dans la situation actuelle. Seule possibilité qui lui était offerte pour mettre à mal le monstre : travailler de concert avec Neko, et lui créer une ouverture Problème : la nuée de hollow qui ne cessait de gonfler. L'arrancar les attirait, bien plus que ne le faisait le reiatsu ardant de la jeune femme. Il était donc la cible prioritaire. Prioritaire, mais pas si évidente que cela à atteindre. Le plan d'action se forma dans la tête du shinigami, et le temps reprit pour lui sa course habituelle.

D'un shunpo, il traversa toute la piétaille, et termina sa ruée sur l'arrancar, frappant de son poing à peine concentré en énergie. Mais comme affaiblit, son adversaire perçut dans le dernier instant la menace, et amorça son esquive. Le coup en marteau de Natsuki siffla dans le vent, mais en effectuant un roulé-boulé aérien, il utilisa sa force de pivot pour lui assener une frappe du talon. Repoussé plus par la vitesse que par la force, le puissant hollow vola sous l'impact, avant de rétablir sa position non loin de Neko. Le shinigami croisa le regard de l'humain un instant – regard dans lequel elle n'avait rien à lire - , instant qu'il utilisa pour transmettre en trois mouvements rapides de la main gauche des instructions on ne peut plus claire : il laissait à Taka sa vengeance, lui s'occupera de retenir le reste de la petite armée.

Et c'est ainsi que son propre combat commença : seul au milieu d'une masse de hollow, avec le cinquième de ses capacités disponible. Enfin, le cinquième de ses capacités brutes. Même limité physiquement, tout comme avec son gigai, ses réflexes, son intuition et sa lecture du combat restaient les mêmes. Il fallait juste que le corps parvienne à suivre à peu près l'esprit, ce dont il ne doutait pas : il savait parfaitement ce dont il était capable sous sceau, et il allait le leur prouver. L'essaim de hollow se referma sur lui comme une plante carnivore sur une grenouille inattentive. Griffes, ailes, pattes, crocs, les coups pleuvaient sur lui de tous les côtés. Sa position était précaire, il ne pouvait pas rester ainsi. Il libéra alors toute l'énergie accumulée dans son bras gauche sur le masque qui lui faisait immédiatement face. La formidable explosion de puissance projeta la victime loin en arrière en créant un mince tunnel de sortie dans la masse, dans lequel il entra d'un shunpo. Sur la quinzaine de hollow présents – pour le moment -, seul trois avait un niveau relativement inhabituel, comprendre par là doté d'un minimum de conscience. Ce furent donc uniquement eux qui comprirent tout de suite ce qu'il s'était passé, et chargèrent le futur repas. Ledit repas les croisa pourtant à haute vitesse en les ignorant tout bonnement, et commença à faire pleuvoir une grêle de coups en tout genre sur les plus faibles. Son corps était devenu, au fil des années, une arme aussi mortelle qu'un zanpakto, voire bien davantage, et si ses victimes en avaient encore eu la possibilité, elles lui auraient donné raison. Au lieu de cela, il fallait se contenter des résultats...

Souple sur ses appuies et en mouvement perpétuel pour ne pas se laisser encercler, le Vice-Capitaine continuait de frapper avec une précision chirurgicale. Il esquivait de son possible, mais il laissait volontairement plus de place à l'offensive qu'à la défense. Il pouvait faire mieux, dresser un mur impénétrable de sa garde puis purifier les hollow au bon moment d'une frappe unique, mais le temps jouait contre lui. Les âmes corrompue ne cessaient d'affluer vers le lieu de l'affrontement. S'il ne neutralisait pas à la chaîne, il se ferait rapidement engloutir sous le flot d'arrivant. Alors il prenait des risques, négligeait sa garde au profit de ses dégâts, combattait sur deux fronts ou plus en même temps. La tension était palpable, et pourtant, sur son visage se reflétait uniquement la mort de son âme. Imperturbable en extérieur, tout ses sens étaient en ébullition. L'assassin captait tout ce qui se passait autour de lui, il était conscient du moindre déplacement ennemi, de la moindre attaque, et s'arrangeait systématiquement pour être dans le positionnement qui le mettait le plus à son avantage dans l'assaut. Il avait canalisé son énergie dans ses jambes, en faible densité car il peinait encore à contenir le flux de reiatsu dans plusieurs membres à la fois en quantité importante, ce qui lui offrait une superficielle vitesse de déplacement accrue. Contrairement à ce que l'on peut penser, un guerrier gagne avec ses jambes, et non avec ses bras. Ce sont les membres inférieurs qui guident le corps, qui ouvrent la voie par le positionnement idéal dans une faille que même l'adversaire lui-même n'avait pas décelé. Et c'était surtout ses jambes qui le mettaient hors de porté des assauts le visant. Son sang coulait par de multiples blessures, peu profondes en majorités, mêlé à la sueur et à la poussière. Mais il tenait bon, il n'avait pas le choix, il n'avait qu'une chose à faire : continuer de retenir le plus possible la massage grouillante dont il parvenait à endiguer progressivement le flot à force de coups.

Des shinigami en faction à Karakura n'allait pas tarder à débarquer de toute façon, ce n'est pas comme si le combat passait inaperçu. Il savait comment ça se passait pour eux : évaluation de la menace, rapport, puis déploiement des moyens. Les bonnes poires et les naïfs qui fonçaient dans le tas dès que le danger rôdait pour protéger la veuve et l'orphelin ne faisait pas de vieux os. Après tout, les shinigami '' gardiens '' étaient surtout de jeunes diplômés que le Goteï 13 envoyait sur terre pour qu'ils se fassent un peu la main. Pour dix juniors, l'on comptait un shinigami confirmé pour agir si possible directement en cas de pépins, le reste relevait de la décision du Seireitei. Donc en attendant, il convenait de faire ce qu'il avait toujours fait dans sa vie : compter sur lui-même.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Sam 19 Jan - 20:59
L'Arrancar voulut se déplacer, poursuivre l'homme qui venait de faire éruption dans sa vengeance, mais tout ce qu'il gagna c'est la chance de ne pas être transpercé par les quatre dagues en même temps. Il arrêta son mouvement, regardant la jeune femme s'approcher, les chaines pendouillaient sous elle, son souffle était court et il était claire que seul la colère lui permettait de faire encore tourné son Shikai à plein régime. Avant que Natsuki arrive, elle c'était débarrassé d'une nouvelle vague d'ennemie sans bronché, mais quand il arriva, sa colère redouble, non pas contre le Vice Capitaine, mais contre elle même. Elle l'avait laissé faire, préférant foncé sur sa vengeance, elle reviendrais vers Natsuki, un rapide coup d'oeil pour croiser le siens, il était sur de lui, il n'y avait rien qui dansait si ce n'est son expérience, le Vice Capitaine avait prit les commandes rien d'autre ne comptait.

L'arrancar se présenta en face de la jeune femme, il rigolait psalmodiait quelques choses qu'elle ne retenu pas, puis vint le premier coup, Taka ne bougea pas d'un pouce, les bras ballant, le regard perdu dans la rage, elle ne pouvait pas faire n'importe quoi son énergie était comme une denrée rare, il lui fallait une ouverture, elle avait donc augmenté son inertie, c'était une armé de Gilian qu'il essayait de faire bouger par la force de ces poings, la douleur n'était qu'une faible lueur dans sa conscience submergé, à nouveau le poing se leva, pour la quatrième fois le coups s'abaissa, cette fois ci ce fut la main de Taka qui arrêta la coup net, comme une force surprenante qui annihiler celle de l'Arrancar, un tour de passe passe rien de plus, l'inertie du corps de l'Arrancar était annulé, mais elle avait enfin ouvert sa garde, car dans ce coup il avait oublié de monter la garder, elle fit tourner le poignet de la chose, il y eut un craquement alors que le monstre parait vers le haut, dans son autre mains, une dague émergea de son habit, elle ressera la main dessus.

- Saisho no sesshoku, fit elle remarquer, alors quelle frappait de sa main armé le visage de la chose, elle essaya de bloquer, une erreur autant pour lui que pour la jeune femme, sans inertie, le coup ne fit rien et l'envoya balader.

- Imbécile ! Comment tu peux faire une erreur si vulgaire Taka ! Reprends toi ! rugis Burei dans son fort intérieur alors que la jeune femme se balançait de gauche à droite sous la fatigue, sa tête se leva le regard toujours furibond.

- La ferme Burei la ferme hurla la jeune femme, le regard terrible de la femme qui perd tout controle, Shumpo Era dit elle, bien entendu Burei savait à peu prêt gérer la jeune femme quand elle se trouvait dans cet état la, mais utiliser une telle technique dans son état semblait plus dangereux que le pensait la jeune femme.

Taka disparut, la rapidité d'un capitaine à la porté de la main, la même technique qu'elle avait utilisé pour clore le combat avec Natsuki, elle arriva derrière l'Arrancar, ce dernier retourna pas suffisamment vite alors, mais elle voulait une victoire totale.

- Kokan dit elle, le coup s'arrêta plus par surprise qu'autre chose, sa main pouvait bouger mais il lui fallut nettement plus de force.

- J'ai comprit ton petit tour de passe fit la voix nasillarde du monstre, la lame lui coupa la tête, les trois autres dagues vinrent traverser le corps de part en part le soulevant dans le ciel elle l’éclatât en plusieurs morceaux qui finirent par disparaître.

- Arrête maintenant lui dit Burei, Taka cherchait sa respiration, la jeune femme remua la tête, elle refusait de s'arrêter, l'afflux de Hollow avait cesser mais il en restait beaucoup, Natsuki allait pouvoir s'en charger, mais elle devait lui faciliter la tache.

- Laisse le faire c'est un Vice Capitaine il parviendra à s'en sortir, lui fit remarquer Burei, mais la jeune femme se le refusait, il parlait à un mur.

Elle leva les bras, les dagues et les chaines tombèrent autour d'elle, la fusion de deux techniques, cela sera son plus grand effort du moment, Burei garda le silence, cela allait demander une énergie trop importante. Taka se mit en position, "Rinchi" dit elle entre ces dents, le reste des Hollow fuyaient la présence de Taka pour celle de Natsuki, la jeune femme serra les dents, de multiple pointe était apparut sur les chaines, "Era" fit elle remarquer. Un court instant tout sembla si lent, si pesant, elle arriva dans le groupe de hollow, une dance à très grande vitesse elle perfora la boule d'ennemie qu'essayait de contenir Natsuki,les chaines derrières elle piquait, éraflait, coupait, puis l'inertie changeante approfondissait les blessures les mettant soit hors jeu, soit distillait le poison de la peur qui fini par les faire fuir. Les Hollow regardèrent la danse prendre fin, le Zampakutos de Taka se scella devant elle, mais ses bras étaient bien trop lourd pour pouvoir bouger, ce dernier chuta dans la salle de cinéma, elle le regarda et s'excusa en silence. Trouvant la force de relever la tête elle fit un maigre sourire à Natsuki.

- Je crois que je te laisse le reste, j'ai vraiment gâché cette journée dit elle avant de tomber sur son sabre dans un bruit sourd.

Au sol, la jeune femme ressera la main sur son arme, elle s'excusa à nouveau au prêt de Burei.

- Idiote, tu es toujours obligé de dépasser les limites, un jour tu ne pourra plus jamais me manier et tu n'as encore manier le Bankai c'est terrible de te voir si faible fit il remarquer, dans son monde intérieur, Taka soupira puis lui sourit, haussant les épaules après tout elle ne pouvait pas lutter contre ce qu'elle était.

Taka perdit connaissance en remettant la suite du combat à Natsuki, cela ne serait pas aisé ou peut être que si, il restait de nombreux ennemie et bien qu'ils avaient pu avoir peur, voir un Shinigami choir leur redonnaient du courage, mais le flot d'ennemie avait cesser, l'Arrancar disparut son arme n'osait venir en aide.



Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 20 Jan - 18:34
Dans un coin de sa conscience, il capta la fin de l'arrancar. Taka avait enfin réussit à vaincre, mais en avait payé le prix. Dans le vacarme du combat et les cris – de haine ou d'agonie – de ses adversaires, Natsuki l'entendait très clairement respirer. Elle avait donné tout ce qu'elle avait, le corps maintenant vidé de toute énergie. Mais alors qu'il pensait devoir terminer la dernière nuée de hollow, la simili-shinigami puisa une ultime fois dans ses ressources pour générer un nouveau carnage.

« Elle va se tuer de la sorte. »

Son cerveau en capta l'information, mais les mots glissèrent sur l'esprit de l'assassin comme le vent sur la pointe d'une flèche. Neko prenait les décisions qu'elle estimait juste, il n'allait pas crier un de ces longs '' noooon !! '' que l'on ne voit qu'au cinéma, lesquels n'empêchaient de toute façon pas l'intéressé d'agir. Elle lui rendit un fier service cela dit, car elle attira suffisamment l'attention pour que lui puisse préparer le nettoyage final. Inspiré de la tactique de la jeune femme qu'elle avait utilisé contre lui jadis, il commença à réciter une longue incantation de kido tout en continuant de se déplacer et de combattre. Néanmoins, il le fit avec beaucoup plus de difficulté, si bien que la psalmodie s'étira en longueur, tandis que lui encaissa coup sur coup. L'énergie lui échappait par moment, et il lui fallait reprendre en arrière, mais au final, il arriva à terme de son sort :


« Oh souverains… Oh masques de chairs et de sang… Oh univers entier… Oh battement d'ailes… Oh celui qui porte le nom d'humain ! Vérité et tempérance… À partir des murs construits de rêve purs et sans péchés, n'élevez point vos griffes davantage que le strict nécessaire ! »

Un shunpo l'amena à dominer en hauteur la dizaine de derniers adversaires encore présents, trop aveuglés par la faim pour songer à battre en retraite, lui offrant une ligne de mire parfaite pour son hado :

« Sokatsui ! »

Les mains réunies en coupe devant lui, pouces joints, il produisit une puissante déferlante de flammes céruléennes. La déflagration avide de chair à calciner lécha avec joie les corps chétifs des âmes impures, qui furent totalement engloutit dans la vague. Rongés jusqu'à la moelle, il ne resta rien d'eux lorsque l'incendie cessa enfin. Le toit avait encore subit des dégâts supplémentaires dans l'explosion, mais vu son état, il n'était plus à cela près. '' Encore une conduite de gaz précaire '' diront les humains, comme il en arrive dix dans le mois. Inutile de se demander pourquoi Karakura était une vieille ville avec des maisons neuves...

Il ne restait plus que deux hollow présents, arrivés après la bataille. Sans doute avaient-ils vu de la lumière, et étaient venue. Le menu se limita pourtant bien vite pour eux, car l'humaine s'écroula sous les yeux du shinigami qui ne fit pas le moindre geste vers elle, ayant détecter la dernière vague menaçante. Il pivota d'un quart sur lui-même pour leur faire face, puis dans un souffle, il relâcha sa garde, se laissant '' chuter '' en douceur jusqu'à atteindre une zone stable du toit. Les deux monstres masqués, dépourvus de toute logique, se ruèrent sur la cible sans défense. Pourquoi hésiter après tout ? Le Vice-Capitaine était en sang de toute part, essoufflé, et s'était même payé le luxe de s'abandonner à eux. Sauf qu'ils n'arrivèrent jamais sur lui. Touchés en plein air, les deux hollow perdirent un morceau non négligeable de leur tête respective, tranchées net. Deux shinigami se posèrent aussitôt non loin du Vice-Capitaine.


« Venez avec moi. » ordonna-t-il simplement.

Comme si ses blessures ne le gênaient pas le moins du monde, il sauta dans le trou et tomba tout proche de Neko. Ordonné et précis, il vérifia son souffle et son pouls. Hors des normes shinigami mais présents, il n'avait pas besoin de plus : elle était toujours en vie et dans un état stable, c'était l'essentiel. Alors seulement il discuta avec les deux nouveaux arrivants sur ce qui venait de se passer. Comme il l'avait pensé, il s'agissait de deux gardes établit à la régulation dans Karakura. Ils avaient alerté le Goteï 13 de l'accumulation anormal de hollow dans un même point puis signalé la présence de Taka et Natsuki sur le lieu de l'affrontement. Suite à quoi ils avaient suivit la procédure standard : neutraliser la menace si possible. L'assassin les avait entendu en contrebas, se battre pour sécuriser la zone où s'accumulait les simples civils. Car bien que tous attirés au même endroits, certains hollow avaient eu la décence d'esprit de s'en prendre à plus faible – ou avaient simplement eu de la chance quand leur faim inextinguible les avait guidé vers les rues plutôt que le toit. Le travail terminé, les deux shinigami de faction s'étaient hâtés de rejoindre leurs ainés. Natsuki raconta de son côté comment l'affrontement avait débuté, sans entrer dans les détails personnels.


« Rendez-moi un dernier service avant de partir. Dans la rue, il y a une plaque d'égout près de ce bâtiment, avec une cabine téléphonique toute proche. Vous trouverez au bout du conduit mon gigai et le corps de Neko. J'aimerai que vous les rameniez tous deux discrètement là où je vais. Vous n'aurez qu'à suivez mon emprunte spirituelle. »

Les shinigami avaient les moyens de déplacer des humains inconscients ou non sans que personne ne s'en rendent compte ou ne se souviennent de quoi que ce soit, ce qui n'était pas son cas à lui, car il était bloqué sur tous les tableaux. Il ne pouvait pas faire réintégrer l'âme de Taka dans son corps, puisque ceci se faisait manuellement avec sa pièce, ce qui portait à trois le nombres de personnes qu'il devait ramener à domicile : Taka corps, Taka âme, et son gigai. Qui plus est, il ne lui était pas non plus possible de retourner dans sa propre enveloppe pour porter celle de Neko, car vu l'état des deux, ils ne passeraient pas inaperçu dans la rue – et nul n'avait besoin de s'intéresser de près à leur visage respectif. Quant à transporter le tout sous sa forme de shinigami, inutile de voir dans le journal du lendemain la valse des cadavres volants : il n'avait pas la logistique pour le faire discrètement.

Les deux shinigami acquiescèrent, puis les deux groupes se séparèrent. Neko était, même inconsciente, fermement accrochée à son zanpakto. Pour éviter de blesser elle comme lui durant le transport, il dû la forcer à relâcher sa prise inconsciente en lui pressant le poignet en trois points. La force de pression devenant nulle, il s'empara de l'arme.


«  La vie ne doit pas être facile tous les jours Bureï, à moins que tu ne sois comme elle, ce qui serait pire. » murmura le shinigami en rangeant la lame dans le fourreau de sa propriétaire.

Il avait plus parlé pour lui-même qu'au sabre, puisque ce dernier ne pouvait bien évidement pas l'entendre. Ce n'était pas un fragment de son âme qui s'était insufflé dedans après tout. Sortit de son état de mort émotionnel, il adressa un sourire invisible à l'inconsciente tenue désormais dans ses bras :

« Vous n'avez rien gâché Neko. L'on va juste rentrer et se reposer maintenant, nous en avons tous les deux besoins. »

Ménageant son corps dont les terminaisons nerveuses semblaient depuis longtemps éteintes chez lui, il quitta le plancher des vaches pour trouver le ciel. La nuit arrivait, mais Natsuki savait parfaitement où il était : à raison de grandes enjambées rapides, il gagna la porte ou vivait l'humaine. Il attendit les deux shinigami qui ne tardèrent pas à le rejoindre, portant chacun une sorte de cocon noir à fermeture éclaire centrale.

« Merci pour tout. » salua le Vice-Capitaine.

Les clefs en main, trouvées sur Taka corps, il entra dans la maison en commençant par disposer les trois paquets en ligne dans le salon. Il monta en premier à l'étage l'âme de la simili-shinigami, qu'il déshabilla – pour ce qu'il restait à enlever – une fois installée dans le lit. Il inspecta rapidement les quelques blessures, mais rien de grave. La cause de l'inconscience avait pour origine l'épuisement. Du repos simple lui suffira amplement pour récupérer. Bien couverte, il la laissa sous les draps pour retourner au rez-de-chaussez. Il faudra changer la literie, mais elle ne devrait pas trop lui en vouloir pour cela. Le deuxième corps prit en charge fut encore pour Neko. Les shinigami ayant récupéré leur sac une fois les enveloppes de chair et d'artifice, Natsuki les avait couché à même le sol, ce qui laissa une large emprunte de souillure d'origine souterraine et de couleur verdâtre sombre sur le sol de l'entrée quand il la souleva. Il l'emporta dans la salle de bain, où il la débarrassa à son tour de ses vêtements pour la laver. Transporter et maquiller des corps, il avait l'habitude, aussi il n'eut pas trop de mal à gérer son affaire. Une fois terminé, il installe le corps à côté de l'âme, ce qui lui offrit une vision étrange : deux Taka, identiques aux cheveux près, si l'on faisait exception de la coiffure et de la saleté sur l'une des deux, dormant l'une à côté de l'autre. Il secoua la tête négativement, alors qu'il quitta la chambre en souriant.


« Une seule Neko suffit amplement à ce monde. »

Dans le rez-de-chaussez, l'odeur pestilentielle des égouts véhiculés par lescorps avait déjà commencé à bien imprégner l'habitat. Un nettoyage s'imposait, mais Natsuki n'était vraiment pas d'humeur à. Il s'occupa de son propre gigai de la même façon que celui de l'humaine, et le laissa nu dans la baignoire plus tard, quant il en eu finit avec la salle de bain. Il n'avait pas vraiment d'autre endroit où le mettre : le canapé n'avait qu'une place pour s'allonger, et le Vice-Capitaine ne pouvait intégrer son corps pour en gagner : s'il le faisait, il transmettrait toutes les blessures de son âme à celui-ci.

Il commençait à se faire tard quand il pu enfin s'occuper de lui-même. Déshabillé, il se lava à son tour, puis nettoya ses multiples blessures comme il le pouvait. Beaucoup laisseront des marques, s'il ne les faisait pas soigner par la Quatrième Division, mais il avait le temps pour cela. Ce qui était davantage pressant était le repos dont il avait besoin. Un shinigami de son calibre avait été entrainé à passer des jours sans sommeil et à supporter un stress intense et perpétuel, mais à quoi bon se faire violence, quand ce n'était pas nécessaire ? Il était en vacances après tout. A lui une bonne nuit de sommeil – pour ce qu'il en restait – bien méritée, après une journée... riche en activités diverses, dirons-nous. La conclusion avait dû mettre un coup dans le moral de Taka, il espérait pour elle que la nuit lui apporta un peu de quiétude, et un esprit lucide à son réveil. Et surtout, il espérait qu'elle ne l'attaque pas en découvrant un homme enveloppé dans des serviettes en train de dormir sur son canapé. Ce n'est pas comme si ne pouvait la sentir venir, même en dormant, mais les accidents arrivent si vite...




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Dim 20 Jan - 21:07
Taka regardait le Vice Capitaine dormir, assise en face de l'homme endormie elle le regardait avec un sourire doux et elle se permettait cela car il n'avait pas ouvert les yeux. La jeune femme c'était réveillé comme une fleure la tête presque contre la tête de son corps elle avait regagné sa chaire avec facilité bien que l'odeur la dérangeait un temps soit peu. La jeune Shinigami c'était levé puis avait tourné dans la chambre, prenant une rapide douche dans la petite salle de bain personnelle de cette dernière, changé d'habit puis descendu en silence pour voir le jeune homme endormie sur le canapé. Elle avait soupirer, pourquoi n'avait il pas mit son corps à coté et dormi avec elle, après tout il n'allait pas être violer, elle avait perdu conscience sur le moment.

La main enserrant sa tête, elle avait l’impression que les transports ferré avait trouvé un moyen d'installer une ligne directe dans ces neurones. Une rapide caresse sur le visage de son bien aimé et elle alla dans la cuisine, essayant de trouver une chose qui lui remettrait les idées en place. Une plaquette d'aspirine prêt d'un paquet de farine, il ne fallait pas essayer de comprendre comment la chose avait pu se glisser jusque la, l'important c'était sa présence et le fait que le dernier petit comprimé lui faisait de l'oeil, à le coquin se dit elle, alors qu'elle remplissait un verre d'eau pour avaler le petit bonheur blanchâtre et amère.

Dans sa petite cuisine, elle s'assit, les évènement lui revenait doucement, elle pouvait faire enfin le ménage dans ce qui c'était passé, elle avait encore tiré un peu trop fort sur la corde, Burei allait lui interdire l'utilisation du Shikai pour la punir. Un nouveau soupir passa la barrière de ses lèvres, la journée avait été mouvementé le drame à la fin ne l'avait même pas surprise, tout était bien trop calme depuis un moment et les Hollow n'étaient pas du genre à faire des cadeaux comme celui-ci, une journée de tranquillité, elle ricana toute seule comme pour souligner la stupidité de ses pensées.

Et pourtant, maintenant qu'elle y repensait c'était cette folle idée qui lui avait permit d'emmener Natsuki dans le cinéma, c'était cette même folle pensée de bonheur et de tranquillité qui lui avait permit de s'asseoir pensant pouvoir profiter d'un soirée en tête à tête, sans Hollow, sans Shinigami, sans bataille ni guerre, tout lui semblait si lointain et stupide maintenant qu'elle y repensait assise dans sa cuisine la main venant s'écraser mollement sur son visage. La jeune femme serra les dents, combien de vie avaient été gâché pour ce petit moment de bonheur qu'elle avait oser imposé au monde, son mal de crane revint au triple galop, Natsuki avait du venir l'aidé alors qu'il était en vacance, quelques larmes coulèrent sur ses joues, elle reposa le verre prêt d'elle avant de l'écraser dans sa poigne. Elle essaya de sa calmer, ravalant les larmes qui lui venaient à nouveau, repensant à la destruction de l'instant, tout cela aurait pu être évité si elle était aller patrouillé pendant que Natsuki s'installait pour regarder le film, elle aurait été attaqué plus loin, moins de victime, moins de démolition, les pensées revinrent vers elle et comme une idiote elle pensât "Et les vacances de Natsuki".

- Piètre Shinigami dit elle pour elle même, regardant sa main se serrer et se relâcher, elle avait besoin de nettement plus de force et de mettre de coté sa stupidité, Du Bonheur dit il encore tout haut, elle remua la tête, deux nouvelles larmes perlèrent sur ses joues.

Dans la cuisine, la jeune femme broyait du noir et plus son mal de crane disparaissait sous les effets du médicament, plus le noir semblait venir lui tenir compagnie. Une main réconfortante passa dans ses cheveux, c'était la sienne mais pourquoi ne pas essayer de passer à autre chose, se dire que ce n'était qu'une erreur sans conséquence, elle n'y parvenait pas, comme ce lever on aurait dit que le poids du monde s'abattait sur ses épaules, elle se reprochait tout jusqu'à la destruction, à la moindre éraflure fait sur les bâtiments qui entourait l'attaque. Il n'y avait pas de raison à cela, une petite voix lui disait cela en boucle, mais des milliers d'autre la narguait de sa faiblesse, projetait leur malheur sur elle, les morts, l'argents et sa faiblesse comme un miroir déformant elle apparaissait pour elle comme ces assassins prient sur le fait, recouvert du sang des innocents. Encore une fois, en silence, les larmes coulèrent sur son visage dirigé vers le sol, les yeux fermé, les mains enserrant sa tête, elle essayait de trouver pourquoi elle n'avait pas réussit à voir les évènements venir.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 23 Jan - 17:24
Appuyé contre le cadre de la porte, Natsuki observait l'humaine dans la cuisine, dans un silence imperturbable. Un peu plus tôt, alors qu'il dormait encore sur le canapé, une porte ouverte de son esprit avait perçu la descente Neko dans le salon. Il l'avait entendu prendre sa douche, et sentit son regard lorsqu'elle lui avait caressé la joue. Cependant, même s'il n'avait pas bougé pour récupérer encore un peu, il ne pu ignorer le son des larmes ruisselantes. Ses yeux s'étaient alors ouvert comme s'il fut un robot activé pour la première fois, et il se leva.

D'abord discret, il essayait de comprendre les torts que se reprochait la jeune femme. Était-ce le fait qu'ils avaient tous deux été blessés dans le combat, les victimes qu'il y avait à déplorer, la destruction en partie du cinéma, ou que ce moment magique que le couple passait ensemble fut réduit à néant par les hollow ? Il écarta l'hypothèse du père de Taka. Certes cela pouvait l'affecter en lui rappelant de nombreux souvenirs, maintenant qu'elle l'avait vengé, mais cela ne collait pas avec les mots qu'elle avait prononcé hier et aujourd'hui. Si ses souffrances avaient le poids qu'il imaginait, alors il n'avait pas la moindre peine pour Neko. Non pas parce qu'il était un monstre - pas aujourd'hui – mais parce que cette douleur était nécessaire. Elle avait grandit en tant que shinigami loin du Seireitei, et même avec le meilleur des professeurs, elle n'avait pas pu encore intérioriser ce qu'implique réellement être un dieu de la mort. Durant notre vie, nous apprenons tous des leçons. Mais les plus importantes ne peuvent se faire que dans la souffrance. Par son échec de la veille, Taka deviendra une shinigami accomplie, si elle sait en tirer force. Car la douleur seule ne suffit pas, il faut savoir rebondir.


« Vous vous en voulez pour mes vacances ? » questionna d'une voix très douce l'assassin.

Sans un bruit, il était arrivé dans le dos de l'humaine, et avait passé les mains sur ses épaules, tant pour la redresser sur sa chaise contre lui que pour l'enlacer autant que le permettait la position debout/assit. La tête blonde toucha mollement son ventre. Il avait beau être un esprit, la perception du monde de la jeune femme lui permettait l'interaction.


« Vous ne devez pas Neko. Les congés n'existent pas vraiment chez nous, les shinigami. C'est quelque chose que l'on sait dès que l'on s'engage. La vie privée, le temps libre, ce ne sont que des illusions. Nous pouvons être appelé à tout moment, nous devons agir – intelligemment – quelque soit la situation. Notre profession exige un sacrifice total de soi, nous ne pouvons pas aller à cet encontre. »

Natsuki se tut un instant, méditant encore sur ses mots, en espérant qu'il ne se trompait pas :

« Et vous ne devez pas non plus porter le poids de la culpabilité des victimes, vous dire que tout se serait passé mieux '' si ''. Vous savez pourquoi l'on demande à tous les futures étudiants quel est leur idéal ? C'est parce que chaque shinigami doit avoir une raison de lever son zanpakto. Nous avons besoin d'elle, sans quoi il n'est pas possible de supporter indéfiniment cette abnégation de soi dont nous devons faire preuve. C'est l'une des deux seules choses nécessaire pour être un shinigami épanouit. Cela, et de ne pas avoir peur de perdre. Il est essentiel de tout donner pour atteindre ce que l'on se fixe, mais nous devons garder à l'esprit que nous sommes faillibles, que l'on ne peut pas tout faire. Nous ne sommes pas des héros ou des légendes, Neko, nous ne pouvons pas sauver le monde entier. Des victimes, il y en aura toujours, tout comme des dégâts matériels. Vous en avez vu aujourd'hui, mais il en a infiniment plus que ce que pourrez jamais percevoir, et ce à travers le terre. C'est peine perdue que de vouloir être le bouclier de tous, et je sais moi-même de quoi je parle. Vous n'avez pas à porter le fardeau de l'impuissance, vous avez donné tout ce que vous pouviez hier, et bien plus encore. Et l'on attendait pas davantage de vous Neko. Croire que si vous étiez plus forte, si vous aviez fait ci plutôt qu'autre chose, les événements auraient prit une meilleure tournure est faux. Analyser après coup ne sert pas dans ce genre de situation. Vous avez peut-être l'impression que ce que je dis n'a pas de sens, mais un jour, vous comprendrez ce que j'essaie d'expliquer. Lorsque vous aurez comprit et accepté ce qu'il s'est passé hier, ce qui s'est probablement déjà déroulé avant et qui arrivera encore après, alors vous passerez une étape importante dans le chemin du shinigami. La souffrance que vous ressentez doit vous servir de force, et non se transformer en peine au point de vous engloutir. »

Pivotant vers l'avant, il amena Taka dans la même position que lui, et la serra contre son corps spectral, une main dans le dos, une sur ses cheveux.

« Vous n'êtes pas seule Neko, je vous aiderai à aller de l'avant si c'est ce que vous désirez. Mais vous êtes votre propre moteur, je ne peux que vous accompagner, pas vous pousser. »

Toujours aussi doux, il resta simplement ainsi, la jeune humaine blotti contre son cœur, elle qui avait besoin – ou pas ? - de se décharger un peu son affectif.

« Il n'est pas encore midi, pourquoi ne pas aller faire le points dans les sources termales dont vous parliez hier ? » lui murmura chaleureusement l'assassin.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 24 Jan - 9:02
Taka se laissa bercer, bien que surprise au début, elle préféra ne rien dire et continuer de laisser parler le jeune homme, elle ressentait un peu tout à la fois et ne voulait pas faire le tris. Le Vice capitaine avait surement raison, tous cela allait lui apprendre les choses de la vie, la rendre plus forte, l'endurcir mais en attendant cela faisait juste mal. Bien que ces larmes finirent par se tarir elle conserva la position lové contre son prince. La force, c'était sa bête noir, elle la recherchait et essayait de bien entendu ne pas le montrer, mais elle ferait beaucoup pour l'obtenir tendre le bras vers un idéal qui en fin de compte ne semble possible uniquement si elle parvient à obtenir un pouvoir supérieur. Elle avait pensée au Bankai, pour le moment cela était impossible, le simple fait de vouloir faire appel à plus de puissance de ce coté la serait dangereux uniquement pour sa vie, d'ailleurs Burei refusait qu'on lui parle d'entrainement au Bankai, pour lui la jeune femme est encore largement trop faible pour parvenir à ne serait ce qu'appeler ou même imaginer sa forme ultime.

Alors comment obtenir cette force dont elle à temps besoin, les combats, voilà pourquoi elle envisageait des tournés dans l'Hueco Mondo, mettre sa vie en péril comme elle avait déjà fait pour voir sa force bondir, chercher des noises à la Concorde, ou bien creuser un peu plus dans l'histoire de la Soul Society pour réussir à mettre la main sur un procédé qui lui permettrait de gagner en force, tendre la main un peu plus vers son rêve. Chose stupide, son père l'avait mise en garde plus d'une fois sur cette recherche effréné de la force, elle précédait souvent la chute par orgueil, voilà pourquoi elle avait mit le mord à ces envies, essayant de les maintenir loin de sa ligne décisionnelle. Elle s'écarta de Natsuki, essuyant rapidement les dernières larmes qui désiraient perler sur son visage, puis d'un tour de passe passe elle passa le masque d'un large sourire.

- Pas de problème, c'était prévu, il faut juste prendre le train fit elle remarquer, se levant pour aller chercher une carte et être sur de leur destination, tellement longtemps qu'elle n'y était pas allé et maintenant que le voyage se rapprochait elle doutait un peu de l'endroit et surtout de ces souvenirs.

La jeune femme étendit la carte sur la table, les lignes étaient dessiné par des couleurs criarde, mais tellement plus pratique pour suivre le cheminement des dévoreurs de rail, elle fit glisser son doigt sur la ligne qui lui semblait la plus intéressante, remontant doucement pour aller jusqu'à la station qui les conduiraient aux sources.

Natsuki put aller vaquer à ces occupations un temps, Taka regardait la carte sans trop la voir. Elle avait une décision à prendre ou bien était elle prise depuis un moment, comme toutes envies, la jeune femme devait l'exprimer sur l'instant, ne pas reculer pour mieux sauter, chez elle si on reculait c'était pour trouver une nouvelle voie plus sur, pas besoin de sûreté, elle avait besoin de certitude et de force. Frappant la table de ces deux mains, elle se mit à parler à haute voix pour que Natsuki puisse l'entendre ou qu'il soit dans la maison.

- Kurodo-san, j'aimerais que vous m’entraîniez comme vous entraîneriez un remplaçant à votre poste dit elle sans quitter la carte des yeux.

A vrai dire, sa demande était étrange au vu du combat qu'ils avaient mené, mais elle avait besoin d'un vrai entrainement pas de ce qu'elle pensait bien faire, mais un entrainement bien fait. De plus, elle se doutait que la seconde division était nettement plus basé sur l’assassina que sur les opération en champ de bataille, voilà pourquoi elle appuyait sur le fait de vouloir être entraîné comme une Shinigami de cette division.

- Surement pas maintenant, ni demain, mais j'aimerais vraiment apprendre de votre expérience dit elle en se retournant le regard sérieux alors que la scène d'hier repassait dans sa mémoire, elle avait besoin d'endurance, de savoir, d'expérience, de puissance.

Elle serra les points puis se retourna vers la carte, le nom de la station semblait si futile mais promettait tellement de bien que cela rajoutait un fil à la pelote de nerf qu'elle était.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 24 Jan - 16:36
Taka se drapa d'un masque au travers duquel il voyait claire, mais il ne s'en soucia pas. Dans peu de temps, il le savait, ce sourire rassurant deviendra sincère. Le temps d'encaisser, tout le monde en avait besoin. Temps qu'elle devait passer seule. Aussi, il décida de s'éclipser vers la salle de bain, pendant que l'humaine consultait sa carte.

Torse nu, il observait les plaies à peine cicatrisées qui zébraient son corps tatoué, dont plusieurs à la profondeur modérées. Certaines avaient encore suinté durant la nuit, il en voyait désormais les traces, sans parler de l'état de ce qui se trouvait sous la ceinture. Ses jambes avaient aussi encaissé de sacrés assauts, mais ce n'étaient ni les premières, ni les dernières ; il s'en remettra. Après un dernier regard méprisant vers le tatouage de son épaule, celui ajouté juste avant son arrivée dans le Monde Matériel, il commença ce pour quoi il était venu ici : la guérison. La paume brillante d'une lueur verte, il appliqua le kido curratif. Kido toujours aussi performant d'ailleurs : dispersé, mal dosé, et très peu efficace. Juste bon à éviter les saignements, en d'autre mots. Et comme la technique était aussi gourmande en énergie qu'en temps pour lui, il n'eut pas le loisir d'arriver au bout de sa tâche, quand la voix de Taka l'appela dans la maison.


« Hum ? »

Enfilant à nouveau son haut, il marcha vers la cuisine, au moment où Taka lui expliqua que ce n'était pas pour tout de suite. Il regarda rapidement autour de lui, tournant la tête à gauche et à droite, avant de saisir le balais qu'il repéra.


« Si c'est ce que vous voulez, autant commencer tout de suite avec la première leçon. »

Lui lançant ledit balais, que Neko attrapa sans accrocs, il lui annonça avec tout le sérieux dont il savait faire preuve, sérieux totalement contrasté avec son visage moqueur.

« Pour s'en servir, c'est simple. Prenez le ici et là avec vos mains, puis commencez le mouvement pour balayer. »

Devant le regard de l'humaine, il détailla davantage son cheminement de pensée.

« Vous m'avez demandé de vous entrainer comme un remplaçant à mon poste. Et être Vice-Capitaine, c'est avant tout servir d'exemple avec une conduite irréprochable. Cela commence par une maison en ordre et bien rangée. »

Il ponctua sa phrase en rivant son regard sur la culotte '' semée '' sur l'un des dossiers de chaise. Puis en rire, il s'installa à table, face à Taka.

« Plaisanterie mise à part, votre demande est erronée. Personne n'entraine personne à être apte à un poste dans l'armée du Goteï 13. Ce sont des candidats que l'on juge adaptés à ces postes que choisit, et non des personnes spécialement formées pour. Ainsi en va la méritocratie. Maintenant, je me doute bien que ce n'est pas pour devenir Vice-Capitaine que vous me demandez ça. Alors, vous entrainer, je veux bien, mais encore faut-il me dire à quoi, et surtout, pourquoi. Car globalement, vous me dépassez dans de nombreux domaines, et notamment la force de frappe. Votre pouvoir vous le permet après tout. Quant au kido, n'espérez pas grand chose de moi non plus : je le fais intuitivement, et je ne suis pas assez pédagogue pour parvenir à le transmettre avec des mots. La seule chose qui nous différencie vraiment est la gestion. De l'énergie et des émotions. Pour la première, c'est normal : nous n'avons pas du tout la même façon de combattre. Votre grand art, c'est le chaos, la destruction et la démonstration massive. L'inverse totale de ma propre voie, en somme. Je ne me sentirai pas dans mon élément avec votre façon d'agir, tout comme vous seriez probablement moins performante avec la mienne. Et ce n'est pas important, puisqu'au final, ce qui compte est le résultat de la mission. Si c'est un moyen particulier qui est désiré, c'est là que l'on fait appel à des shinigami en particuliers, puisque que chacun à sa spécialisation. Autrement dit, aucun intérêt pour vous de vouloir me ressembler. »

Si elles n'étaient qu'à peine visible pour le moment, ses dents à la blancheur irréprochable furent désormais pleinement révélées par son sourire davantage étiré.


« Quand au deuxième, si même votre propre père n'a pas pu faire quelque chose contre votre sang chaud, je ne vois pas comment y parvenir moi. »

Il reprit aussitôt avec plus de sérieux, car la demande de Neko l'était vraiment, il le savait.

« Maîtriser ses émotions, les dominer et ne pas se laisser consumer par elles exige de la discipline, et un contrôle absolue sur son propre corps. Et là encore, je ne vois pas vraiment comment vous apprendre à garder la tête froide en toute circonstance. D'une part parce que c'est inné, et que peu y arrive, et de l'autre car c'est en opposition parfaite avec votre nature même. Je ne pense pas me montrer grossier ou choquant en affirmant que vous êtes impulsive. Mais c'est ce qui fait votre force, votre volonté et votre détermination. Y aller à l'encontre reviendrait à vous empêcher de vous épanouir pleinement. Idem pour le zanjutsu, les raisons étant similaires à celles que j'ai évoqué. Cela fait partie de votre enseignement de base. Toucher à cela revient à faire s'effondrer tout le reste pour reconstruire, et reconstruire quelque chose de pas vraiment mieux. »

L'assassin termina là-dessus en se levant.

« Bien, maintenant que vous savez cela, si vous pensez toujours que je peux vous venir en aide, prenez le temps de réfléchir à ces deux questions : vous entrainer à quoi, et pourquoi ? Je verrai alors ce que je peux faire pour vous. »

Il s'approcha d'elle, et se pencha juste assez pour l'embrasser dans le cou, un baiser éphémère, érotique et sensuel comme l'on n'en voit plus assez en cette triste époque.

« Mais comme vous l'avez dit, ni aujourd'hui, ni demain. Car vous m'avez promit uniquement des moments de détente, et je n'attends que cela. »


Voix suave au possible, il s'éloigna la seconde d'après comme si de rien n'était, prenant à nouveau la direction de la salle de bain, pour terminer ses soins malhabiles.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 25 Jan - 9:03
Natsuki ne vit pas la grimace de Taka alors qu'il lui avait tourné le dos, la mine enfantine, la langue tiré, Taka retombait en enfance de temps à autre et c'était pas beau à voir, car dans ces moments, c'était tout de même une enfant avec la capacité destructrice d'un réacteur nucléaire dont on aurait perdu les codes pour l'éteindre. Heureusement pour tous, elle se reprit rapidement, regardant le balais dans sa main avant de le lancer nonchalamment derrière elle, l'objet tomba dans un bruit mat.

- Sachez que ce sont des affaires propres ! Je ne suis une souillon dit elle, chassant d'un coup de pied un soutient gorge dont le doute sur la propreté la titillait en disant cette phrase.

Elle croisa les bras, boudant, elle vit Natsuki disparaître et enrageait car elle l'avait bien vue sourire, parfois il avait le dont pour la mettre hors d'elle, d'ailleurs, ce n'était pas son seul dons ce fit elle remarquer repensant à quelques galipettes offerte hier. Elle monta l'escalier, comme une fusée, se regardant dans le miroir de sa chambre, elle voulait changer de vêtement, mais du coup elle ne savait plus ce qu'elle voulait mettre. Regardant le temps dehors, elle opta pour un jeans, taille basse, un dessous affriolant qui nécessitait une ficelle d'ou son nom, grâce au jean, ses formes étaient mises en valeur et quand elle se mouvait, cela dévoilait de temps en temps son dessous, elle était contente de l'effet, elle passa donc une chemise ou elle oublia de mettre un soutient gorge, fou serait l'homme qui sous entendrait qu'elle en avait pas besoin, mais cela soulevait sa chemise de manière harmonieuse et avec les trois premiers boutons déboutonné, la vue était intéressante,.

Fière de son reflet, elle descendit à nouveau, profitant pour mettre des chaussures de villes, elle était prête, dehors, le soleil cognait, pas besoin de manteau, une nouvelle bonne journée se disait elle alors qu'elle occultait volontairement la fin de la journée d'hier.

- Allez mon garçon il est temps d'y aller sinon je ne te prendrais pas de glace sur le retour dit elle en frappant dans ses mains, le sourire moqueur, passant le pas de la porte en tirant la langue au jeune homme.

Bien qu'elle souriait quelques choses n'allaient pas, car quand Natsuki lui avait demandé de ce demander quoi et pourquoi, les deux auraient été déterminé par un mot qu'elle se refusait de dire à Natsuki, Assassiner. Elle prendrais comme prétexte sa prochaine venu pour le défie, cela ferait un bon entrainement après tout, de plus elle voulait revoir se sourire satisfait sur son visage. Puis elle voulait rester un peu plus longtemps à affronter son Shikai, peut être même que le Vice Capitaine cachait un petit bankai dans sa manche.

Le train était une bonne invention, peu polluante, si ils étaient à l'heure on gagnait du temps. Le plus gros défaut était dans son nom, "Transport en Commun" car qui dit commun dit gens, et cela Taka avait toujours beaucoup de mal avec la foule qui s’engonçait dans les monstres de ferrailles. Pour l'homme qui l'accompagnait elle fit mine d'oublier la pression, les odeurs, et le regard sur son décolleté pour en fin de compte prendre la main de Natsuki et voyager en silence. Sur la ligne, le train se vida en trois temps, et quand ils purent s’asseoir tranquillement et discuter, il leur restait encore une bonne dizaine de station. La voix mécanique annonçait les stations l'une après l'autre alors que le bruit des freins transgressait le silence dans cette horrible petit bruit sur aigu.

Dans la tranquillité d'un wagon vide, Taka faisait en sorte de parler de tout de rien mais surtout pas d'hier et de sa demande d'entrainement, cela appartenait au passé plus ou moins lointain alors se formaliser dessus elle le refusait, elle trouverait un autre moyen pour devenir forte. A ces pensées parfois un rictus apparaissait sur son visage, joie et brutalité mêlé qui ne durait qu'une fraction de seconde avant de disparaître aussi rapidement qu'il était venu.

Le train se figea, Taka fit sortir le jeune homme puis les portes soufflèrent pour se refermer. Dehors, on avait du mal à croire qu'un train pouvait venir de la ville jusqu'à qui semblait être le trou paumé du monde humain, un escalier pour descendre sur une rue bordé d'arbre, aucune habitation de visible, seul ceux qui connaissait l'endroit pouvait se diriger, d'ailleurs Taka invité Natsuki à la suivre, le sourire aux lèvres, elle ne prit pas l'escalier, elle escalada la rambarde pour descendre à toute vitesse une pente qui menait dans la forêt.

- C'est un raccourcie Natsuki-san, cela fait bien longtemps que ces sources ne font plus de publicité pour attirer les gens, ils essayent de limiter le nombre de personne fit elle, remarquer, avant c'était un endroit très populaire, mais les dirigeants avaient décidé de fermer, puis ils avaient retiré leur publicité et dit à quelques personnes qu'ils rouvraient, ils se donnaient le droit d'ouvrir ou bien de renvoyer ceux qui venaient cela dépendait beaucoup de la personne qui vous accueillait.

Marchant le long d'un chemin depuis longtemps disparu, les deux arrivèrent devant la maisonnée, bien entretenu, un par terre de pierre finement taillé. Taka prit les devant et poussa l'imposante porte en bambou, cela donna sur une court de taille modeste, un chemin de pierre traversait un jardin zen jusqu'au première marche entrant dans une maison traditionnelle. Une femme apparut, faisant glisser la porte en silence. Un maigre sourire apparut sur le visage de Taka, tout ici était pour se reposer, pas le moindre bruit si ce n'est ceux de leur pas, celui délicieux des feuilles des arbres, tout était comme dans son souvenir.

La femme parut surprise de voir la jeune femme, puis plus renfermé quand elle posa le regard sur Natsuki, quand son regard revint sur la jeune femme, un masque de marbre était retombé, elle fit une courte révérence, sans un mot elle invita les deux à entrer. Voilà le premier test, elle s'arrêta, frappant ses chaussure contre la première marche en pierre, puis elle se déchaussa pour les laisser sur la pierre, elle monta la première marche pied nue puis retira ses chaussette qu'elle déposa dans un petit panier avant de rentrer, une courte inclinaison pour saluer ce lieu. La jeune femme lui sourit.

Elle n'en avait pas parlé à Natsuki car elle n'aimait pas tricher avec ce couple, tout comme elle, une certaine fracture psychologique c'était faite après des évènement triste, maintenant les coutumes, la sérénité et le respect était une chose qu'ils plaçaient au-dessus de toutes choses. Si le Vice Capitaine ne parvenait pas à prendre les bonnes décision alors elle irait trouver un autre lieu pour les sources.

La pièce était impeccable, pas une trace de poussière, mais aucun meuble superflus, une table basse avec un tissus long était au centre de la pièce, quatre coussins, la jeune femme invita le couple à prendre place, Taka alla s'asseoir tranquillement, glissant ses jambes sous le tissus, le dos droit, les bras le long du corps tombant sur ses jambes. Alors qu'ils s'installaient, un homme entra en faisant glisser une porte sur leur droite, lui aussi parut surprit de voir la jeune femme mais bien vite le masque de la civilité vint corriger cette interrogation rapide.

- Le thé est prêt Sakura dit l'homme, la femme salua les convives et s'éclipsa de la salle.

L'homme prit place en face de Taka, ces mains ne vinrent pas sur la table, il les gardaient sous le tissus. Après un silence pesant, la jeune femme revint portant un petit plateau avec quatre tasse et une bouilloire en fonte d'ou s'échappait le fumet orangé du liquide bien chaud.

- Tu es donc revenu Taka-san fit remarquer l'homme alors que les tasses se remplissaient et était toujours servit en silence par la femme qui prenait un soin démesuré pour que tout soit servit de manière parfaite.

Taka regarda sa tasse, de la terre cuite, tout était comme avant se disait elle, le monde semblait avoir épargner cet endroit, mais il en était rien, elle le sentait bien que tout était à l'identique, l'atmosphère était aussi chargé d'une tristesse, le couple avaient vieillit et leur regard bien que imperturbable semblait encore brûler de reproche envers la jeune femme ou plutôt envers les Neko en règle générale.

- Je suis confuse de vous déranger en cette journée dit elle, prenant la tasse chaude, ignorant la douleur et le fait que le thé n'était pas vraiment sa boisson préféré, elle but une rapide gorgé avant de reposer la tasse en douceur, la plénitude ne faisait pas partie de son caractère, mais elle parvenait à mimer cela à la perfection.

- J'aimerais avoir l'autorisation d'utiliser vos sources et raviver le souvenir de ces délicieux moment que j'ai pu passer ici et les partager avec cette personne dit elle en indiquant Natsuki d'un rapide mouvement du regard, la tête légèrement penché comme si la faveur était gigantesque.

L'homme et la femme se regardèrent puis prirent le temps de détailler l'homme qui accompagnait Taka.

- Et puis je m'enquérir de vous demandez qui êtes vous ? lui demanda l'homme, la femme c'était installé en silence et buvait dans le calme le thé pourtant très chaud.

Taka voulu rapidement répondre, mais la jeune femme leva un doigt qui se passait de commentaire, la jeune femme se tue, baissant la tête dans un signe de compréhension.

- Ton calme n'est que de la poudre aux yeux Neko Taka, je ne suis pas dupe, mais l'effort est apprécié sache le lui fit remarquer la jeune femme, un sourire aussi tendre que triste, avec cette rancoeur en arrière plan, Veuillez m'excuser dit elle invitant Natsuki à répondre.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 25 Jan - 22:40
La séance de soin terminée, il renonça à parvenir à mieux. Aussi, il réintégra le gigai nu qui attendait dans la baignoire, lui transmettant au passage ses blessures, avant de s'habiller avec ses achats de la veille. Fin prêt, il quitta les lieux quelques instants après Taka, juste assez pour qu'elle ressente le besoin de l'appeler. Suite à quoi, une bonne partie de la journée se déroula dans le transport en commun que les humains nommaient '' le train ''.

« Il existe un équivalent de votre train dans notre monde. Ou plus exactement, dans le passage entre votre monde et le notre, pour ceux qui circulent sans utiliser de Papillon. Il désintègre tout ce avec quoi il entre en contact. »

Sur cette explication qui n'en avait demandé aucune, l'assassin embarqua en charmante compagnie dans la créature de fer, beaucoup plus docile que son homologue spirituel, cela dit. Il eu alors l'occasion de découvrir ce nouveau mode de transport, tranquillement installé dans son siège côté fenêtre. Le paysage défilait dehors. Pas aussi vite que quand il se déplaçait au maximum de ses capacités actuelles, mais au moins l'effort était soutenu. En se remémorant les multiples traits sur la carte de l'humaine, et bien qu'il ne connaissait pas la destination exacte, il n'était pas sûr de pouvoir arriver avant le train, en terme de temps de trajet. Voyage rapide et confortable, que du bonheur. Mais la vitesse n'était pas tout ce qu'il y avait à voir. Le transport offrait – ou imposait, selon les personnes – la compagnie des autre, leurs discutions, leurs bruits, leur être entier. Un peu comme dans la rue, mais en huit clos. Et chaque station voyait son stock renouvelé. Certains entraient, d'autres sortaient. Cela dit, il n'en fut ainsi que pour un temps. Passé l'arrêt du centre ville, les places se faisaient plus souvent déserter que occuper. Les visages d'inconnus, portant chacun leur histoire de vie, défilaient de moins en moins, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le jeune couple de présent. Ainsi, alors que les deux êtres ne communiquaient que de bouche à oreille au début, tant il y avait de vacarme, autant de la foule de voyageur que de la machinerie, leur discussion avait progressivement gagner en volume au fur et à mesure des départ, jusqu'à retrouver le niveau normal actuel. En ces instants, ils étaient tous deux de simples humains '' normaux '', rien de plus. Les soucis du Seireitei, des esprits et du passé n'avaient pas leur place dans la bulle des voyageurs.

Le moment de légèreté se rompit lorsque la voix du contrôleur annonça dans les haut-parleurs la station qui les intéressait. Les portes s'ouvrir à destination, tout comme elles offraient la sortie sur un cadre tout autre que celui que l'assassin avait laissé loin derrière lui, celui de la ville. Le train et les rails mis à part, l'escalier de pierre et la rue étaient les seules traces du passage de la civilisation. Tout le reste semblait si... naturel, et paisible. Une profonde inspiration chargea les poumons de Natsuki d'air pur, avant qu'un son d'effort attire son attention sur la jeune femme qu'il avait quitté du regard pour admirer le paysage. Cette dernière lui indiqua un raccourci, mais le Vice-Capitaine ménagea son corps blessé en contournant l'obstacle d'un pas tranquille, avant de rejoindre son guide aux vêtements généreux en révélation. Le chemin qu'ils empruntèrent portait des traces de construction humaine, mais la nature semblait avoir reprit ses droits dessus depuis longtemps, en l'adaptant à sa manière. Le résultat n'en était pas moins fort agréable à parcourir, sous le regard paresseux des arbres dont les feuilles s'agitaient mollement au gré du vent. Le temps comme les oiseaux passa, pour finalement laisser apercevoir au bout de l'horizon, perdue entre les arbres, le toit d'une habitation. Plus ils se rapprochaient, plus les détails se précisaient, et plus l'ensemble paraissait intégré à au décors.

Beaucoup de choses passèrent dans le regard de la femme qui les accueilli, ainsi que dans celui de la simili-shinigami une fois qu'ils furent entrés. Natsuki comprit immédiatement qu'il y avait anguille sous roche, et pas une simple histoire de petites misères comme Taka savait si naturellement en produire. Néanmoins, comme à son habitude, il garda le silence. L'affaire ne le regardait pas – pas encore, tout du moins.

Voyant Neko soumise à un petit rituel qui ne lui ressemblait pas, il comprit aussitôt qu'il y avait une longue procédure à suivre pour être le bienvenu ici. Un peu comme certains peuples en Chine, lesquels vénèrent un portail à l'entrée de leur village qui ne doit jamais être franchit, sous peine d'accabler le village par la malédiction. Pour la peine, L'assassin était dans le rôle du touriste ignorant qui pouvait à tout moment passer sous l'arche sans réaliser ni comprendre le mal absolue qu'il venait de provoquer en profanant le passage. Il marchait pour ainsi dire sur des œufs désormais, et le moindre faux pas pouvait être éliminatoire. Un vrai parcours de mine en aveugle, car en l'absence de la moindre information des deux humaines, il lui était impossible de connaître les règles autrement que par la méthode la plus vieille du monde : essais / erreurs. Sauf que comme dit avant, il n'avait pas le droit à celle-ci. Limité en possibilité, il se contenta d'imiter Taka.

L'atmosphère pouvait être perçut par certains comme pesante, tant le silence siégeait en maître dans la salle. En attendant que la situation s'explique davantage, il opta pour son masque de marbre dépourvu de toute émotion, et suivit le mouvement. Seul la lueur ardente de la vie présente dans ses yeux rappelait encore qu'il y avait toujours une '' âme '' dans ce '' corps ''. Il s'installa en tailleur sur le coussin, adoptant la position de plénitude que lui inspirait le lieux. Quelque part, ce silence, brisé uniquement par le discret bruit du thé servit, était agréable. Il était impossible de pouvoir recréer pareil condition à Karakura, et encore moins en compagnie de plusieurs personnes. L'endroit inspirait – non imposait, le respect. Pour un être de discipline comme lui, cela pouvait relever du Nirvana. Mais il n'avait pas l'occasion d'en profiter pleinement, car il lui fallait essayer de comprendre ce qui se passait ici. Quelque chose qui avait de forte chance d'être lié à Monde Spirituel. Mais cela serait-il encore étonnant ?

Il détailla du regard le couple, alors que eux-même le passait au crible. Que cherchaient-ils à déceler en lui ? Ou plus simplement, voulaient-ils savoir s'il était taillé dans le même bois que l'humaine à ses côtés ? Le dialogue silencieux dura encore un peu, puis pour la première fois de l'entretiens, l'on s'adressa à lui avec des mots. Conservant sa position, le dos de la main dans la paume de l'autre devant lui, il répondit avec tout le respect qui s'imposait, alors que son regard circulait entre ses deux interlocuteurs :

« En tant qu'hôtes, vous avez tout le droit de me demander mon identité... »

Il avait hésité à décliner son nom, car en tant que shinigami, il n'avait pas, ou plus d'existence à assumer en ce monde-ci. Être là en tant qu'anonyme passait, mais il valait mieux que l'on ne s'intéresse pas de trop près à lui, qu'il ne laisse pas autre chose qu'un flou souvenir périssable dans la mémoire de ceux qu'ils croisent, et qui ne sont pas concernés par la régulation du cycle de la vie et de la mort. Néanmoins, il sentait que donner juste un nom pour la commodité de la communication, ou mentir dessus n'apporterait rien de bon. Les yeux alors rivés sur l'homme, dont il ne voyait pas les mains – ce qui avait le chic pour mettre tous ses sens en alerte sans que cela se voit – il poursuivit :


« … Vous pouvez m'appeler Natsuki, pour les besoins de la conversation »

Le prénom faisait ici office de nom. Malgré son pressentiment, il ne jugeait pas nécessaire de donner à des humains le nom de famille d'un gradé du Goteï 13. Cela pouvait les impliquer dans un conflit qui ne les concernait aucunement. Et si, comme il le soupçonnait avec Taka, ce mystérieux couple avait déjà des liaisons avec le domaine spirituel, ils risquaient aisément de remonter jusqu'à la source. Plus rien ne l'étonnait, depuis l'affaire du café.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Sam 26 Jan - 10:03
L'homme souria, Taka se dressa comme si un danger pouvait survenir mais rien ne se produisit, si ce n'est la femme qui servit une nouvelle tasse thé, son regard était braqué sur la jeune femme qui essaya de ce détendre. Le silence retomba comme un voila sur la rencontre, à nouveau la plénitude du lieu les entourèrent, l'homme tendit la main et sifflota, un oiseau passa par une porte derrière Natsuki laissé entre ouverte, ce dernier vint se poser sur l'avant bras de l'homme et piailler comme un bien heureux. Le doigt faisait de faible aller et retour sur le petit crane du piaf, l'homme ne retirait jamais ce faible sourire qui comme masque trahissait un mélange sentimentale à chaque fois qu'il posait les yeux sur la jeune femme.

- C'est étrange que tu vienne ici tout de même Taka fini par dire l'homme, posant la main sur la table, l'oiseau sautilla pour se retirer du membre, mais il ne s'envola par pour si peu, restant prêt de l'homme, cherchant du bec quelconque nourriture à picorer.

Taka voulu parler, mais une nouvelle fois la jeune femme lui coupa la parole d'un geste, Taka fit un mouvement de balancier comme si la jeune femme aurait pu la décapiter avec sa tasse en terre cuite, le regard de Taka se fit plus sombre alors que la Sakura continuait de siroter son thé d'une main et de tendre son sourire comme un vendeur escroc tendrait une lettre sur l'honneur.

- Laisse, tu devrais comprendre notre réticence, tu connait bien d'autre source d'eau chaude, surtout pour y emmener un ami fit elle remarquer, elle voulu ajouter un autre commentaire, surement plus blessant que Taka s'attendait à prendre en pleine poire les yeux baissé, mais l'homme tendit son bras pour mettre sa main sur la bouche de sa compagne, le mouvement n'avait même pas été perçus comme une agression soudaine par l'oiseau, la plénitude était toujours total dans le lieu, la jeune femme soupira.

- Disons que vous ne semblez pas la pour troubler la paix de ce lieu, sachez juste que vous ne pourrez pas vous baigner ainsi habillé, il fit une courte pause, posa un regard scrutateur sur Taka, Toi tu le sais et sache que j'espère ne pas trop te revoir ici la faute de ton père se passera de génération en génération et un jour peut être qu'on daignera pardonner les Neko, il fit un mouvement vers Natsuki, je vous laisse entrer car cette homme est blessé, les soins qu'on lui a prodigué son vraiment des plus laborieux et nul à croire que c'est toi qui lui a fait Taka fit remarquer l'homme, finissant sa tasse, il se leva, sa femme ramassa les tasses.

L'homme fit signe au deux convives de les suivre, Taka s'éxécuta en silence. Il passèrent dans une salle vide, l'impréssion fut elle que leur corps semblait plus léger comme un poing qui s'enlevait, l'autre salle qu'il durent traversser était un cimetière d'arme, Taka regarda toute ces armes féllé, brisé, elle s'éloigna doucement, l'homme s'arrêta la main sur la porte. Taka frola une arme de ses doigts, se retournant vers l'homme le regard emplie autant de tristesse que de question.

- Ce n'est pas parceque vous avez fait du mal qu'on ne doit pas prendre soins de vos armes abandonné et bléssé fit il remarquer, Taka ferma et ouvrit la bouche comme un poisson rouge, elle n'avait rien a dire, elle baissa la tête puis continua de suivre l'homme.

Les armes, les objets possède une ame, de plus les Zampakutos possède eux aussi une partie de l'âme insufflé par le manieur, sur une planche collé au mur de ce cimetière d'arme, on pouvait lire qu'ici les armes blessé dont la réparation ne serait que vaine pouvait voir leur âme partir et se reposer. Dans la salle, il n'y avait pas que des armes conventionnelle, mais aussi nombre de Zampakutos, ce n'est pas parce que le Shinigami disparaissait ou mourrait que l'âme disparaissait elle aussi aussi vite, dans cette pièce, il trouvait une vie paisible jusqu'à qu'ils soit prêt à partir.

Encore une pièce, cette fois ci, il y avait deux portes au fond, l'homme se retourna, les bras disparut dans les manches de son habit.

- A droite pour les Hommes, à Gauche pour les femmes, noué bien votre serviette car nous n'avons pas de séparation dans les bains vous pourrez donc vous rejoindre fit il remarquer, laissant les deux seul dans la pièce.

- Bon on se rejoint à l’intérieur fit remarquer Taka, un pale sourire sur les lèvres, elle s'arrêta avant de passer la porte, un petit sourire sur les lèvres, Je te conseil d'entrer, et de t'asseoir dans le fauteuil à l'entré dit elle avant de passer la porte, quand cela fut le cas, Natsuki put voir des écritures apparaître passé du vert au doré, puis au rouge et s’effacer lentement.

A l’intérieur de la pièce, elle s'assit dans le fauteuil avant que son âme ne soit expulsé de son corps, il n'y avait de brutalité, c'était comme si son corps avait besoin de repos et que l'âme était un fardeaux que le corps ne désirait plus pour le moment en tout cas. Elle regarda son corps, un repos réparateur dans ce fauteuil l'attendait, plus de blessure tant qu'il serait dans la pièce à se reposer sans âme. Elle mit son Zampakutos dans les case à cette effet, puis elle se déshabilla, noua sa serviette autour de sa taille et une autour de ces cheveux puis alla dans les sources. Le premier pas était le plus difficile quand on ne connaissait pas ces sources, l'eau était d'un naturelle translucide, mais une quantité non négligeable de Reatsu y était distillé, quand on ne le savait pas, on pouvait presque penser que l'évaporation surprenante qui recouvrait l'eau était du à la chaleur, mais en faite ce n'était que le Reatsu condensé qui la recouvrait. Elle s'y immergea doucement, au début se fut comme des aiguilles qui lui parcoururent les veines, mais doucement ce ne fut que plénitude. Elle alla se mettre dans un coin pour voir l'entrer de Natsuki, un sourire sur les lèvres, elle ne s'attendait pas à une entrée si difficile, le temps n'avait en rien effacé l'incident.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 26 Jan - 14:52
S'il avait encore eu des doutes sur le sujet, la salle d'arme acheva de les confirmer. Il y en avait des conventionnelles, de facture humaine, mais aussi d'autres, que l'œil du simple habitant terrestre ne pouvait déceler : les Zanpakto, l'une des marques raciales caractéristiques des shinigami. Le fait que l'homme puisse les voir, les manipuler et les exposer dans ce qu'il qualifiait implicitement de cimetière en disait très long sur lui. Il ne pousserai pas le vice en les soupçonnant de shinigami exilés, puisqu'il en connaissait la liste actualisé au mois. Néanmoins, il trouvait étrange qu'autant d'installations humaines soient mise à disposition pour subvenir aux besoins des shinigami, alors que les deux mondes n'étaient pas sensé avoir de contact direct entre eux. Leur seul point commun étaient d'ailleurs les tristement célèbres hollow. Il ne fit aucun commentaire cependant, se contentant de traverser la salle en silence, ses yeux uniquement l'inspectant plus en détail.

Puis, lorsque l'homme les laissa, il retrouva sur les traits de Taka la jeune femme qu'il connaissait un peu plus – ou croyait connaître, à en juger par les nouveau événements à prendre en compte. Car elle ne se serait pas adressée avec plus de respect et d'humilité à ce couple que si cela avait été le Capitaine Commandant en personne. Une facette qu'il ne lui connaissait pas du tout, voire même qu'il ne lui aurait jamais cru capable. Il répondit au sourire de la jeune femme, puis pénétra de son côté.

Tout comme elle le lui avait dit, il y avait des fauteuils alignés dans le vestiaire, juste en face des étagères prévu pour accueillir le linge en échange des serviettes mise à disposition. Il n'avait pas de raison d'être méfiant, mais il passa d'abord ses doigts sur le cuir de l'un des accoudoirs. La sensation fut surprenante, et difficile à décrire.


« Des humains n'ont pas pu créer cela. »
murmura l'assassin pour lui-même, en en comprenant le fonctionnement.

Ni même des shinigami lambdas, pour ceux qui sont parvenu à s'échapper indemne. Quant au département scientifique de la Soul Society, il n'a connu son essor que depuis un demi-siècle. L'invention du gigai avait cet âge là d'ailleurs. Le fauteuil n'ayant pas d'autre fonction visible que celle d'expulser une âme du corps, il devenait aisé d'estimer depuis quand il était là. A moins que... A moins qu'il était utilisé pour séparer l'âme du corps de simples humains, agissement que le Seireitei ne pouvait tolérer. Mais il doutait fortement de la cette option. Il avait souvent des pressentiments, et détestait avoir raison en général, mais là le couple particulier ne lui inspirait aucun sentiment de danger. Aussi, il prit place dans le siège, et la magie de l'objet opéra. Mais moins brusquement que lorsqu'il utilise une pilule, cela dit. C'était comme si son âme était enveloppée dans une douce chaleur, et l'amenait à son propre rythme hors de sa prison artificielle, comme si le processus était '' naturelle ''. Il se retrouva sur ses pieds à peine un instant après, déjà détendu à souhait. En regardant son gigai, il l'aperçu avec un fin sourire dessiné sur son visage inerte. Natsuki n'était pas le seul à prendre du bon temps, visiblement.


« A plus tard. »
plaisanta-t-il en saluant son double matériel.

Si l'on exceptait les fauteuils, les vestiaires de la source respectaient à la perfection l'image d'époque que l'on pouvait avoir de ses lieux. Le banc de bois traité sans dossier au milieu, l'étagère assortie dont les nombreuses planches la découpaient en case strictement identique, le bac dans chacune d'entre elles avec les trois serviettes blanches aux tailles adéquat, le sol et les murs carrelé, et la fameuse porte coulissante, celle qui dans un sens, ouvrait l'accès au paradis, et dans l'autre, accompagnait le retour à la réalité. Après avoir accordé à la beauté des lieux toute l'attention qu'elle méritait, il entreprit de se dévêtir, et de ranger sa tunique de shinigami parfaitement pliée à la place du bac qu'il avait retiré. Repérant au touché la taille des serviettes, il enroula celle qui cachait ce qu'il y avait à cacher autour de sa taille, et jeta celle pour les cheveux – les hommes aux cheveux longs existaient aussi après tout, même à cette époque – sur son épaule, ce qui dissimula son sceau inhibiteur, cette marque qu'il méprisait tant, et dont l'utilité lui avait toujours parut douteuse. Il termina sa séance de déshabillage en retirant l'élastique qui retenait ses cheveux, lequel sauta entre ses doigts agiles pour rejoindre le reste de ses vêtements.

La porte coulissa sous l'action de son bras, le laissant entrer dans la partie tant attendu. Sauf que la partie lui fit l'effet d'un mur. Avant même d'avoir l'occasion de profiter de la vue, ses sens furent heurtés par le reiatsu flottant dans l'atmosphère. Il était agréable, loin d'être agressif, mais il y en avait une telle densité que cela n'avait rien de naturel. L'effet de surprise passé, prit enfin le temps de découvrir les lieux. A l'instar de la pièce précédente, les sources ne pouvaient être plus proches de l'imaginaire, au détail près qu'elle n'était pas vide : en bordure du bassin l'attendait tranquillement installée une jeune femme. Il ne traina pas pour faire entrer son corps blessé dans l'eau, ce qui ne manqua pas de le figer une seconde. L'eau était d'une température idéale, oui, mais elle provoqua une réaction toute particulière lorsque sa peau fut en contact avec. Le reiatsu étranger tenta de forcer un passage jusqu'à ses propres voie de circulation, puis une fois la connexion établit, il ne ressentait plus rien d'autre qu'un agréable endolorissement de ses muscles. S'il fallait comparer, cela revenait à se jeter dans une piscine d'eau froide, puis de nager jusqu'à ce que le corps s'y habitue. A la différence que l'harmonisation se produisait beaucoup plus vite.

« Vous avez des contacts vraiment surprenant, Neko. » lui glissa l'assassin en s'immergeant près d'elle.

Encore une fois ce frisson d'un instant, le temps que les connexions se fasse, puis plus rien que la détente dans sa forme la plus parfaite. Dans l'eau jusqu'aux aisselles, toutes ses blessures étaient exposées au reiatsu distillé dans la source, lequel œuvrait déjà à leur cicatrisation.


« Je pense que vous me connaissez un peu maintenant... » commença le shinigami après un temps de silence agréable, troublé uniquement par le doux clapotis de l'eau. «  … et donc savez que je ne poserai pas de questions, par rapport à ce qui a bien pu se passer ici avec votre père. J'ai d'ailleurs d'autant plus le sentiment, à vous voir vous comporter avec autant d'humilité – humilité que je ne vous aurait jamais soupçonnée – que cela n'a rien à voir avec le genre de petites histoires comme j'ai pu en entendre '' Au Bon Chat ''. Je me contenterai donc d'écouter si vous voulez en parler, sinon je ferai comme si je n'ai rien vu, ni leurs réticences, ni votre mine soucieuse, et me contenterai d'apprécier ces délicieuses sources avec vous. »

Sources qui n'avait rien de courantes, hormis leur aspect, tout comme la bâtisse, son équipement, et les propriétaires. Mais cela ne le regardait pas, pas encore en tout cas.




Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Natsuki Kurodo le Dim 27 Jan - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Sam 26 Jan - 21:03
Taka s’immergea totalement, puis revint prêt de Natsuki, les blessures commençait à disparaître celle la même que les Shinigami de la quatrième division n'avait pas réussit à faire disparaître, son doigt passa sur l'une d'elle qui ne serait bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Tala soupira, un petit sourire triste passa sur ses traits puis elle passa son regard sur l'étage du dessus et elle revint dans l'eau ou son âme se trouvait.

- Je sais bien, même votre curiosité doit vous dévorez sur certain point, vous cherchez plus le secret de mon zampakutos demanda la jeune femme, un petit sourire sur les lèvres mais ce dernier disparu rapidement, elle ne pouvait pas vraiment garder un vrai sourire pour le moment.

- Cette famille était composé de cinq personnes, les deux parents que vous avez vu et trois enfants, deux garçons, une fille, la mort de leur premier enfant, un des garçons les conduit proche de la folie, ils parvinrent à forcer la barrière des mondes vers l'Hueco Mondo, le carnage qu'ils firent les conduisirent au porte de la mort et avec leur survis un nombre incalculable d'ennemies, ils rencontrèrent mon père alors qu'il fuyait avec leurs enfants, elle laissa un moment de flottement, joua avec l'eau, puis reprit, On les protégea pendant quatre ans, éloignant les hollow, bataillant dure pour les protéger, un vrai lien fut construit entre nous, c'était comme une seconde famille, Taka prit son temps puis posa sa tête sur l'épaule du jeune homme, Une trêve fut trouver, je ne vais pas te dire les modalités, pas envie que tu t'attire des ennuies, mais la paix retomba sur cette famille, sa main fit clapoter l'eau, le Reatsu s'écarta mollement puis reprit sa forme fumeuse, Mais les Horura son maudit, d'abords ils attirent les monstres masqué, cela était règlé et leur enfants finissent pas mourir jeune et ceux qui parviennent à survivre ont une longévité des plus surprenante, je l'ai apprit que trop tard ce petit secret, cela aurait été mieux si j'avais su fit elle remarquer s'écartant doucement du Vice Capitaine, Leur malédiction est étrange, à quatorze an la chaîne du Karma se met à se ronger sans aucune raison, les enfants meurt ou pire deviennent des monstres masqués, quand le corps devient malade, les parent font en sorte de sortir l'âme des enfants et ils doivent réussir à arrêter la destruction chaîne, elle laissa un nouveau silence fit quelques pas, disparut dans l'eau et revint tel un poisson volant.

- Ce passage, ce fait dans un endroit clos entouré d'un Reatsu très fort et totalement contrôlé, mais les enfants tombèrent malade rapidement avant qu'ils purent les emmener dans un temple ou il faisaient se passage obligatoire, ils durent le faire dans la chambre du haut, dit elle avec un rapide mouvement de la tête indiquant le bâtiment, Cette nuit la j'avais eu une rencontre difficile j'étais blessé et je voulais voir cette famille qui me rendait heureuse, je suis rentré, monté à l'étage et j'ai fait un pas dans cette chambre close, un unique pas que je regrette, j'ai brisé la maîtrise du Reatsu, elle fit cette remarque en se retournant, elle pleurait, mais elle se passa de l'eau sur le visage rapidement essayant de sourire tristement, elle se recula et se colla contre un rocher, elle fixait tristement Natsuki comme un enfant qui annonce la plus terrible bêtise de sa vie.

- Le jeune garçon perdit sa concentration, il n'était plus protéger par ces parents, je n'eux même pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il me sautait à la gorge, sa chaîne explosa son visage se tordait dans une horreur sans nom, je passa à travers se mur et on tomba par ici personne ne vint à mon secoure, je dus me battre contre ce jeune garçons qui était mon frère de coeur, j'ai appris après que mon père était arrivé et les parent ne voulant pas perdre leur enfant se battirent contre lui, la jeune femme regarda sa main comme si elle tenait toujours son zampakutos, j'ai gagné ce soir la, j'ai traversé deux corps, celui du jeune garçon qui voulait me tuer, et celui de la jeune fille qui voulait protéger son frère, elle chassa l'eau d'un mouvement de la main, avec cette source une simple blessure ne devrait pas être inquiétante, car elle aurait vite guérie, mais ce n'était pas qu'un simple coup, vous avez déjà lutter contre ma technique explosive, à l'époque je la maîtrisait pas beaucoup, apeuré, blessé, j'ai frapper sans aucune maîtrise, l'explosion me fit perdre conscience, elle fit le tour du rocher pour disparaître derrière.

- Les Horura nous avait donner leur honneur et la promesse de protéger les Neko quoi qui se passent, cette nuit la, le combat contre mon père mit fin à cette promesse, mon père accepta cela pour qu'il n'y ai aucune bataille entre les Horura et Neko, mais mon père continuerait de les aider, il mit qu'une seule condition, si je venais les trouver, il devait m'aider en me soignant finit elle par conclure, toujours derrière son rocher, Je ne suis jamais revenu, mais après hier je me suis dit que pour me faire pardonner t'offrir ce soin était le moins que je puisse faire, je croyais pas que la rancoeur serait encore si prononcé, mais je ne veux aucun problème avec eux, après tout malgré toutes ses années ils n'ont pas vieillis d'une ride, et tout ce reatsu, ce n'est qu'un résidu de leur capacité maximal, je ne sais pas si se sont des Shinigami, je n'ai jamais vu de Zampakutos avec eux, ou si ce sont des Hollow qui aurait perdu leur masque, tous ce que je sais, c'est que ma présence est une lame pour eux finit elle par dire.

Il y eut un silence profond et sombre, la jeune femme ne savait pas quoi faire, sortir de sa cachette pour affronter le regard de son amant, après tout ce n'était pas peut être pas une si bonne idée de venir se torturer avec cette histoire, mais elle ne croyait pas revoir Sakura comme si elle était parti hier. Malgré leur longévité, avoir des enfants étaient un problème, peut être qu'ils finiraient par en avoir un autre, mais sa ne sera plus jamais la même chose. Elle finit par sortir, hésita à lever les yeux vers Natsuki, elle traînait cette histoire comme un boulet le long de ce long chemin qu'est sa vie, il lui avait fallut une semaine pour reprendre son zampakutos, une semaine de plus pour se battre à nouveau mais elle n'osait même plus tuer un hollow revoyant toujours le visage de la jeune fille se déformer sous l'impacte, juste avant l'explosion.

- Plus le temps passe, plus tu verra que je ne suis pas vraiment une bonne personne, peut être même très loin de ce que tu imaginait, un monstre sous les trait d'une jeune femme voulant sauver la planète pour essayer de faire oublier ses pêchés fit elle remarquer avant d'aller se cacher à nouveau derrière son rocher.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 27 Jan - 12:07
Les bras croisés sur le torse, Natsuki écouta l'histoire que lui raconta Neko, sans jamais l'interrompre. Un triste conte où tout avait dérapé au premier faux pas. Tout le poids de la culpabilité qu'elle ressentait transpirait dans sa voix. Le regret était une chose terrible, un poison qui enserre le cœur et ronge lentement, et dont l'on ne se débarrasse pas si facilement. L'assassin avait aussi commit des atrocités dans sa vie, mais lui n'en gardait pas le fardeau, pour les simples raisons qu'il les avait perpétré de sa pleine volonté, et qu'il savait que c'était nécessaire, car telles étaient les missions confiées. Quelque part, l'on retrouvait ici la froide différence entre un soldat, et une simple personne munit d'un sabre. Loyal à sa mission, ou à ses principes, voilà tout ce qui séparait la conception des shinigami qu'avait les deux.

Le Vice-Capitaine se leva et marcha dans l'eau jusqu'au rocher derrière lequel s'était cachée Taka, pour s'y adosser, à l'opposé de la jeune femme. Il n'y a rien qu'il pouvait faire pour elle. Cette histoire appartenait au passé, mais continuait de modeler l'avenir. C'était le poids de la culpabilité que Neko portait, une charge d'autant plus lourde qu'il n'était pas possible de réparer ses erreurs. Pourtant, était-ce raisonnable pour autant ? Elle avait commit une erreur involontaire, guidée par l'ignorance. L'ignorance n'est pas une excuse, Mais l'intention était louable. Porter ce fardeau était pour elle le moyen de faire pénitence de ses péchés auprès des Horura ? C'était un mécanisme de défense naturel des Hommes, mais du point de vue du shinigami, inapproprié : cela ne ramènera ni leurs enfants, ni n'apaisera leur tristesse. Mais l'esprit humain était ainsi, il avait besoin d'un échappatoire pour ne pas se consumer, même si parfois cette défense détruisait davantage encore.


« Merci Neko. » dit simplement le shinigami.

Merci de lui avoir tout raconté, ou de l'avoir conduit dans ses sources malgré son histoire ?


« Vous ne m'avez pas juste conduit ici pour les sources, et leurs propriétés curatives, n'est-ce pas ? Pas pour des blessures aussi superficielles – même si un bon nombre ne l'étaient pas. Au vue de votre passé ici, venir vous tord le cœur, n'importe qui s'en rendrait compte. Alors pourquoi ? »

Les derniers mots de Taka étaient plutôt évocateurs en terme de réponse.

« Vous vouliez que je sache. Que je ne vous fabule pas comme une personne parfaite, mais que je vous vois dans votre ensemble, dans vos bons côtés comme dans les atrocités. Mais peut-on qualifier cette nuit ainsi ? Vous vous en voulez pour ce que vous y avez fait, un fait qui est arrivé par un malheureux concours de circonstances. C'est à vous de porter ce poids sur vos épaules, dont vous avez vous-même choisit la charge, mais je ne peux pas vous en tenir rigueur, je ne suis pas juge. Je ne suis pas non plus ni vous, ni eux, aussi je n'ai pas à m'immiscer dans cette histoire, ni à donner mon avis sur ce qui est à faire ou non. Sachez juste que dans mon cas, si vous massacriez toute ma famille par accident, un accident involontaire guidé par de louables intentions, un accident que personne et surtout vous n'auriez souhaité, je ne vous en voudrai pas. »

Natsuki était un assassin au sang froid. Toujours maître de lui-même, il pouvait pourtant traquer pendant autant de siècles qu'il le fallait quiconque s'attaquerait à l'un des siens sciemment, mais dans un contexte aussi particulier que l'histoire de Taka, pouvait-on réellement lui en vouloir de cette erreur ? Comme il était aisé de répondre ou juger, lorsque l'on était pas directement concerné...

« Je ne sais pas s'il est mieux d'avoir encore de la culpabilité que de ne plus jamais en ressentir, simplement, ne laissez pas la votre vous ronger. Elle vous a façonné en partie tel que vous êtes aujourd'hui, mais elle ne doit pas vous détruire. »

Installé contre le rocher, sa tête reposait contre la parois, ce qui lui permettait de voir le ciel. Le dôme sensé retenir le reiatsu était imperceptible.

« J'ai ressenti de la culpabilité lors de ma première mission, lorsque j'ai tué le frère de l'homme avec qui j'étais, après que ce dernier l'ai combattu jusqu'à l'ouverture décisive. Mais pourquoi devais-je en avoir ? C'était ma mission. Cet homme avait tué toute son équipe, pour que l'on découvre à notre arrivée qu'il s'était fait posséder par un hollow, variété plutôt rare. Après la cinquième affectation, je n'ai plus jamais rien ressenti sur le terrain. Je suis devenu un assassin comme tous les autres. Est-ce pire, selon vous ? »

Natsuki soupira, mais d'aise. La source était simplement divine. Il songea de parler à l'humaine de la mission qui était restée gravée dans les mémoires du Goteï 13, et dont l'on entend parfois encore des échos dans les couloirs. Puis il y renonça. Taka se méprendrait. Elle se méprenait sur les deux faces de sa pièce depuis le début. Elle croyait qu'il lui dissimulait son passé, lourd à porter, mais il n'en était rien : il vivait parfaitement en paix avec celui-ci. Non, ce qu'il taisait était sa mentalité de soldat, la logique froide et implacable dont il faisait preuve lors de ses affectations, et sur les intentions qui guidaient ses gestes. Cela dit, il le lui avait déjà avoué à mots couverts d'une certaine façon, une fois. Fois qui était d'ailleurs bien assez : il n'aimait pas joindre le privé au boulot, même si dans ce cas précis, l'un pouvait influencer l'autre.

Un nouveau regard vers le ciel le ramena à cette fameuse nuit. Lui et une poignée d'hommes de sa Division avaient décimé les habitants d'un village entier, juste parce que c'était les ordres. Qui avait-il dans ce village ? Une infection, une pathologie contagieuse d'origine inconnue, laquelle provoquait la démence. Les infectés sombraient dans la folie, et développaient un penchant hyper prononcé pour la violence. Ils n'avaient plus rien d'âme, ils étaient devenu des animaux similaires aux hollow, si ce n'est que eux pouvaient le transmettre. A défaut de pouvoir les maintenir confinés le temps qu'un traitement soit trouvé, il fut décidé de neutraliser la menace, tout simplement. Natsuki et son équipe avaient donc été envoyé sur place, et s'étaient acquittés de leur mission avec succès. Personne n'avait souffert, personne n'avait ressenti de peur : aucune victime ne les avait vu arriver. Il n'y eu pas de survivant, comme stipulé : ni infecté, ni supposé, qu'ils soient hommes, femmes, vieillards ou enfants. Tous furent exécutés par les assassins aussi naturellement qu'ils respiraient, sans sentiment, ni joie ni regret.

Peut-être Natsuki n'était pas tout à fait juste, en disant qu'il était devenu un assassin comme les autres. Car après ces fameuses cinq affections, rares étaient ceux qui comme lui savaient encore sourire. Mécanisme de défense ?

« L'avantage d'être une pièce. » songea-t-il

La lune n'était pas son astre pour rien, après tout.

Il se redressa, puis fit lentement le tour du rocher, jusqu'à arriver à Neko. Sans un mot, il la serra contre lui. Voilà deux fois qu'elle avait pleuré aujourd'hui, à croire que ses vacances n'étaient pas bénéfiques pour elle.


« Je ne peux pas vous faire oublier le passé, personne ne le peut, ni même porter votre valise. Mais je serai là avec vous, un morceau de chemin au moins, pour vous accompagner. »


Il n'avait rien de plus à offrir, non pas par manque d'envie, mais parce qu'il n'y avait tout simplement pas plus à faire pour elle.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Lun 28 Jan - 7:27
Taka le remerciait en silence, se blottissant contre lui elle ne voulait pas se souvenir, mais il était plus simple d'être franche avec Natsuki que lui cacher son passé, ni les relations tortueuse qu'elle avait avec une certaine communauté secrète qui devait protéger les cibles de son vice capitaine. Dans cette eau, tout était si parfait, son corps se reposait, son âme aussi et les blessures disparaissaient tranquillement, maintenant ce Reatsu traversait ses veines avec fluidité, elle le sentait se mêler au siens pour être le plus discret possible. Adosser au rocher, le temps fila, entouré par ce Reatsu le monde semblait si simple comme un bébé protéger par des parents, il était simple de se laisser tenter par le fait de rester dans les sources protéger à tout jamais.

Mais la réalité venait vite frapper à la porte de ceux qui ne désirait pas la protection mais la donner à ceux qui ne l'avait pas, comme jeter de force hommes, femmes, enfants dans la source pour que jamais il ne connaisse les blessures ou la tristesse, vain rêve se fit elle remarquer en sourire tristement contre l'homme qu'elle soupçonnait d'aimer un peu trop à son avis. Taka s'écarta doucement de Natsuki puis lui fit face avec un large sourire enfantin comme elle en avait le secret.

- Je pensais bien plus à vos blessures, je sais que le Reatsu curatif n'est pas votre fort, puis je vous en devais une pour m'avoir offert l'opportunité d'en finir rapidement dit elle, la main grattant sa tête plus par gêne que par envie.

Cela aussi était en partie faux, bien qu'elle savait que cette source réglerait toutes les blessures de son amant, elle savait aussi que cela n'allait pas sans ravir une douleur encore lancinante, comme cette envie de l'emmener dans son bar favoris, elle ne voulait rien lui cacher, mais elle préférait nier, elle n'aimait pas qu'on lise en elle avec autant de faciliter, d'ailleurs maintenant que Marc savait pour Natsuki, il allait peut être changer l'endroit de sa devanture. A cette pensée elle soupira doucement, mais elle souriait toujours.

- Je vous remercie d'essayer de me faire oublier tout cela dit il essayant de chasser l'eau devant elle avec un coup bref de la main, Je crois que je passerais au-dessus le jour ou ces deux la parviendrons à sourire en ma présence dit elle les yeux bas, sa pensée essayant de rattacher les wagon de sa conscience.

Alla baya puis vint se remettre dans les bras de Natsuki comme le chat désireux de se lover dans les bras de son propriétaire un matin d'hiver, pas qu'elle avait froid dans cette eau, mais elle avait besoin de ressentir son appartenance à un univers. Une pensée lui était venu, elle essayait de la traduire en pensée, mais la lame de cette dernière était nettement plus effilé que celui du souvenir qu'elle venait de déballer. Prenant une grande respiration, restant coller à Natsuki.

- Votre devoir passe avant moi n'est ce pas, demanda la jeune femme, il suffisait de lire entre les lignes pour comprendre le véritable sens de la question, le devoir en tant que Shinigami elle s'en doutait bien que oui, enterrer les âmes protéger, c'était un peu le cas pour elle, leurs pouvoirs attiraient à eux d'importante responsabilité, mais dans le terme devoir se cachait aussi celui que possédait Natsuki en tant que Vice Capitaine d'une escouade d'assassin et de traqueur.

Blottit contre lui, elle s'attendait à toutes les réponses, mais qu'elle qu'elle soit, Taka n'allait rien montrer, elle devait se faire à l'idée de chaque réponse, mais au moins elle serait à quoi s'attendre dans le pire des cas avec le Vice Capitaine. Si elle était franche avec elle même, cette question lui tournait dans la tête depuis un long moment, mais elle c'était jeter corps et âme dans ce qu'elle essayait de construire en ignorant cela, mais maintenant qu'elle lui faisait découvrir sa vie, qu'elle se donnait à lui, alors elle se devait de savoir ce qui l'attendais. Prenant son courage à deux mains, elle s'écarta de Natsuki, le même sourire figé, le regard ne vacillant pas une seule seconde face à celui du jeune homme.

- Si sa peu te rassurer il n'y a pas de mauvaise réponse dit elle en rigolant, mais elle n'écartait en aucune cas la question, elle ne voulait pas fuir, elle voulait juste une réponse simple.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 28 Jan - 21:37
Lorsqu'elle se sépara de lui pour la deuxième fois, Natsuki soutena le regard qu'elle lui lança. Il laissa passer un peu de temps, jauger l'humaine, mais ce n'était pas nécessaire, puisque sa réponse était déjà toute faite, et ce, depuis qu'il s'était engagé dans l'armée régulière du Seireitei.

« Bonne ou mauvaise réponse, peu importe, car je ne vous donnerai que la mienne, telle qu'elle est véritablement. »

Bien qu'il souriait, la fabrique de ce dernier était la même que celui de Taka : fictif, plus social qu'autre chose, car ses yeux étaient on ne peut plus sérieux. Tout comme sa voix.

« Mon devoir passe même avant ma propre vie. C'est une réalité que j'ai depuis longtemps accepté, car elle me permet en contrepartie d'atteindre mes idéaux. Je vous ai déjà parlé de la raison que nous avons à trouver, pour brandir notre sabre et supporter les devoirs qui incombent les soldats. Qu'est-ce qu'une vie, en comparaison des idées que l'on défend ? Sans elles, nous n'avons aucune raison de nous impliquer dans ce que nous faisons, ni même d'être ce que nous sommes. Je ne crains pas la mort, si c'est pour défendre ce en quoi je crois, même si bien sûr, je ne me jette pas bêtement à sa rencontre. »

Il marqua une courte pause, le temps de revenir un peu arrière, sur la question.

« Je suis un assassin – parmi beaucoup d'autres choses. Mon devoir m'impose parfois de tuer, de traquer des gens n'ayant pas commit d'autre faute que celle de fuir un système qui ne leur correspond pas, ou d'obtenir des informations par des moyens qu'il vaut mieux ne même pas citer. Mes mains sont couvertes de beaucoup de sang, peut-être même plus de shinigami que de hollow. Ces poings ont prit de nombreuses vie, mais je n'ai aucun regret, car ils en ont protégé tout autant. Mon devoir passe avant ma vie, car mon devoir me permet de réaliser ce à quoi j'aspire. Si je meurs pour mes idées, mais que mes idées persistent, elles qui sont à l'épreuve des lames et des crocs, alors mon existence aura été un succès. »

Il ne décrocha du regard de Taka qu'un instant, durant lequel il secoua lentement sa tête. Il n'avait toujours pas répondu à la question. Lui faisait bien face, il s'exprima clairement.

« Oui, mon devoir passe avant vous, Neko. Il passe avant quoi que ce soit. »

Rompant le face à face, il se glissa à côté d'elle, et adossé contre le rocher, il se laissa engloutir dans la source jusqu'aux épaules, gardant ainsi sa serviette encore en place, avant de reprendre.

« J'ai mit mon devoir entre parenthèses pour ces trois jours, c'est vrai. Je n'ai pas posé de questions concernant Marc et ses sources très bien informées, je n'ai pas traqué les shinigami exilés que j'ai repéré, et je ne compte pas attendre ici que les '' criminels '' du Goteï 13 se pointent. Je n'ai pas l'intention de faire quoi que ce soit de tout cela. Parce que nous vivons un rêve Neko, et que je ne me réveillerai que demain soir. Enfin, pas que. Je suis bien conscient que cela causerait beaucoup de tort ici, à tous, si je m'y intéressai de près. Je n'ai pas d'intérêt à créer le malheur. »

Le Vice-Capitaine marqua une nouvelle pause, puis compléta :

« Pas sans que l'on m'en donne l'ordre. »

Il baissa les yeux vers sa main gauche, qu'il regarda, paume ouverte.


« Tuer en créer beaucoup, quelle qu'en soit la raison, parfois même plus que le service rendu. Mais c'est un mal nécessaire, ou un moindre mal, lorsque la solution n'est que moins pire que l'autre. C'est parfois la seule solution qu'il nous reste pour nous défendre, ou pour défendre ce en quoi l'on croit. »

Il tourna la tête, en direction de Taka.

« Je vous ai déjà dit pourquoi je me battais, non ? Vous pouvez donc comprendre . »

Il appuya sa tête contre le rocher, et riva à nouveau son regard vers le ciel immaculé.

« Cela dit, je suis un assassin, c'est vrai, mais pas un meurtrier. Je n'ai jamais tué de sang froid. Comprenez par là que je n'ai jamais prit une vie sans que ce soit nécessaire. »

La deuxième formulation était beaucoup plus juste, quoi qu'à manipuler avec précaution. Car il fallait le dire : tuer ne lui provoquait pas le moindre tressautement du coeur. Quand au terme '' nécessaire '', c'était plus souvent le Goteï que lui qui le décidait. Infime différence diront certains, mais qui avait son importance.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mar 29 Jan - 7:46
Taka serra le Vice Capitaine dans ses bras puis l'embrassa, le sourire était franc, un mélange de gratitude mais on pouvait surement deviner ou imaginer une pointe de tristesse ou de désillusion, cela fut bref, le temps d'un battement cil. Il y avait quelques choses qu'elle aurait aimé dire, mais cela n'aurait surement rien apporter au moment, les vacances le bonheurs tout sa, par contre la réalité était nettement plus bancale qu'elle ne voulait le laisser voir; Les deux étaient prêt à faire passer quelques choses avant eux même, avant celui qui pourrait être le plus important. Que se passera-t-il quand Taka prendra un choix qui n'ira pas dans le sens du travail de Natsuki, une guerre d'amoureux ? Mentalement elle secoua la tête, tout ne serait pas aussi beau que Romeo et Juliette, elle imaginait des combats, des fuites, des larmes, plus pour son coté que pour celui de Natsuki, lui qui pouvait être si froid quand il se mettait à combattre un adversaire qu'elle qu'il soit.

Elle fit quelques pas dans l'eau puis se laissa aller à faire la planche, son visage ne se dépêtrant pas de ce petit sourire en coin. Aprés un moment, elle avait un choix à faire, il serait simple de laisser partir Natsuki après ces vacances puis le fuir comme la peste pour laisser passer la tournade de sentiment qui agitait son coeur, ou bien tout rompre après un moment, lequel était le plus simple pour sa petite âme tranquille. Elle se leva, regarda Natsuki, puis prit la déscision la plus tortueuse possible, elle allait profiter un maximum de ce qu'elle ressentait de l'homme en face d'elle de cette manière, si ils doivent croiser le fers une nouvelle fois en tant qu'ennemie, alors elle n'aurait aucun regret de cette fois ci le frapper avec le sens tranchant de sa lame.

C'était tout de même dur de se l'avouer, car avec l'avoue venait les flash l'imaginant se faire tuer par son amant, ou bien tuer ce dernier le blesser suffisamment pour qu'il ne reprenne pas tout de suite le Zampakutos était aussi une image qui lui était insoutenable. Taka balaya les suppositions puis d'un large mouvement des bras elle souleva une gerbe d'eau qui retomba sur Natsuki.

- Je ne me fais pas bile pour Marc ou bien pour ce petit coin de paradis, le café n’existe surement plus à l’endroit ou nous sommes aller et même si vous venez attaquer ce lieux, vous risquez de perdre inutilement des vies ou d'être blesser, sa main alla comme un tique gratter l'arrière de sa tête, L'hueco Mondo est un enfer, ce lieu peu devenir largement pire fit elle remarquer s'approchant pour embrasser son amant, chaque baisé ne devait plus être remit à plus tard, le temps était compté, vivre le plus intensément possible, c'était une autre décision que venait de prendre la jeune femme.

Tout reposait sur les termes de l'accord avec la famille, beaucoup de Shinigami renégat avait une dette, un réseau d'information terrible, mais surtout, ce lieu accueillait des Hollow, des Arrancar et surement des Vastos Lord, bien qu'elle n'en avait jamais vu son père lui en avait dit quelques mots, une porte pouvait s'ouvrir directement dans la maison du couple, cette chambre réagissait comme le café qui bloquait les Reatsu, les interdisant à ce battre, puis il pouvait se déplacer dans les sources et la maison, en cas de blessures grave ou autre, la famille les soignaient, une autre particularité de cette source, elle fournissait un apaisement pour les Hollow qui avait tendance à venir pour réfléchir, bien qu'elle se disait que c'était surement les Adjuchas ou les Arrancar qui venait le plus souvent.

Il y avait aussi la puissance de la famille à prendre en compte, car tout ce qu'ils pouvaient offrir pouvait aussi être retirer et leur puissance n'était pas sous estimer, ils avaient survécus à l'Hueco Mondo bien plus longtemps que Taka et ils ne craignaient en rien d'y aller, il y avait donc peut être ici à craindre ces deux personnes qui se montraient si aimante, silencieuses et respectueuses.

Le couple pu patauger un long moment dans l'eau, mais leur baignade fut coupé par la venu de l'homme, le père de famille c'était déplacé sans dégager une once d'énergie spirituelle, de plus dans cette eau remplie de Reatsu il était difficile de discerner l'homme qui fournissait le plus de cette énergie bénéfique.

- Je suis confus, mais nous avions une réservation des bains, je vous demanderais juste d'écourter un peu votre visite, je sais que cela n'est pas une attitude d'hôte exemplaire, mais sachez que vous pourrez revenir sans que nous nous montrions suspicieux fit remarquer l'homme, saluant le couple, il se retira en silence.

Taka soupira, toute bonne chose avait une fin puis si c'était pour voir débarquer une armada de monstre divers et varier elle préférait prendre la poudre d’escampette.

- Toute bonne chose à une fin dit elle sortant des sources, elle se dirigea vers les vestiaires des femme, elle se retourna, retira sa serviette puis offrit une vue fort intéressante au Vice Capitaine, le gratifiant d'un large sourire en refermant la porte derrière elle, un rapide clin d'oeil;

Taka se rhabilla, son arme avait été déplacé, quand elle le prit, elle sentie que l'âme de son arme semblait détendu, apaisé, elle n'avait jamais ressentie Burei ainsi. Ce dernier se mouva doucement dans le monde intérieur de Taka.

- Ça va demanda Taka, l'ombre sur son trône leva une tête sans forme réellement distinct.

- Je suis au paradis fit il remarquer.

Taka rigolait en sortant du vestiaire après avoir réintégrer son corps, elle alla attendre Natsuki. Elle avait totalement oublié ses réflexions, après tout elle avait le temps de voir comment évoluerait les choses.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 29 Jan - 16:02
Beaucoup d'images défilèrent dans les yeux de Taka, le genre d'images qui ne prêtait pas à sourire. Et pourtant, lorsque Natsuki posa ses mains sur les épaules de l'humaine, c'est ce qu'il fit. Son regard était une promesse : s'ils devaient en arriver là, il ferait en sorte de rendre les choses le moins pénible pour elle. Une promesse qui crevait peut-être autant le cœur qu'elle ne le soignait, car elle signifiait que lui n'hésiterai pas le moindre instant.

Finalement, lorsque le temps de leur bain prit fin, l'assassin émergea de l'eau avec un corps entièrement neuf, pour ainsi dire. Plus la moindre plaie, même pas la plus infime des cicatrices. Cela dit, il n'était pas blessé mortellement non plus : la Quatrième Division aurait pu lui fournir un travail de qualité équivalente dans les mêmes délais. Sauf que là, il avait au moins pu profiter de son temps libre à reposer son esprit autant que son '' corps '', et ce, dans un cadre des plus agréables. Inutile de parler de la compagnie, qui ne lui valait pas tout l'or du monde, quoi qu'un peu trop dévergondée, peut-être, songea-t-il lorsque cette dernière lui offrit un bref aperçu de ce que sa serviette avait dissimulé jusque là. Un bref mouvement de négation de la tête, accompagné d'un sourire impuissant, et il s'en retourna vers ses propres vestiaires. C'était le genre de jeux typiquement féminin auxquels Taka pouvait s'adonner : la même chose faite par un homme le rendrait, au mieux, ridicule.

Dans le vestiaire côté homme, Natsuki commença par se débarrasser de ses serviettes trempées, les troquant dans le bac contre la plus volumineuse, prévue pour sécher ses cheveux et essuyer sa peau encore ruisselante d'humidité. En l'absence de blessure, il n'avait plus besoin de faire attention en frottant, et risquer ainsi de se rouvrir une plaie, aussi il se hâta de se préparer, d'autres attendaient sur lui apparemment, ou attendraient bientôt. Habituellement, il n'utilisait de serviette justement que quand il avait le corps zébré, préférant faire évaporer instantanément l'eau encore sur lui en une brève manifestation brutale de reiatsu. Mais ici la règle était visiblement en calme, il doutait que quiconque apprécie la rupture de cette douce quiétude pour un motif aussi futile – quoi que fort pratique. Il se comporta donc comme l'humain qu'il était sensé être, et ce, bien qu'il n'était pas dans son enveloppe artificielle. Cette dernière était d'ailleurs toujours là, sur le fauteuil, confortablement installée jusqu'à ce qu'il se décide à y retourner.

Les cheveux coiffés à la main et non attaché, était fin prêt, habillé de sa tunique d'assassin, à regagner ledit corps. Néanmoins, avant de le faire, il osa soulever le haut du gigai. Geste quelque peu pervers en soit, mais il s'agissait plus ou moins de lui-même après tout, il n'avait pas de compte à rendre. Et comme il s'y attendait, il ne vit rien. Rien, plus la moindre des blessures qu'il avait transmit d'âme à gigai en s'y incarnant un peu plus tôt dans la journée. Il savait que les corps artificiels se réparaient tous seuls, et plutôt vite, mais là, ça dépassait l'entendement.

« Cet endroit regorge plus de secrets qu'il n'y paraît. » pensa le Vice-Capitaine.

Et ce couple aussi. Taka les prétendaient puissants, mais il n'y avait probablement pas que cela. Pour avoir accès à autant de technologie spirituelle, technologie de pointe, qui plus est, soit ils avaient des contacts avec de grande têtes pensantes, soit leur intelligence pouvait être comparée directement à celle de l'ancien Capitaine Urahara, ou l'actuel Kurotsuchi. Mais si c'était le cas, il était curieux qu'ils n'avaient encore trouver de remède à leur pathologie. L'assassin avait déjà lu quelque chose, à ce sujet. Un maladie de l'âme, héréditaire mais assez rare quand même, provoquant la destruction de la chaine spirituelle. Toutes les pathologies se soignent, encore faut-il juste parfois découvrir encore comment. Enfin, peut-être qu'il se trompait, peut-être que ce n'était pas celle là dont il pensait. Taka avait parlé de malédiction, même si, selon les cultures, une maladie passait très bien pour une malédiction. Aucun des deux domaines n'étaient son fort. Il s'était un peu documenté sur les sujets par curiosité, mais n'avait jamais creusé bien profond.

Inutile de tergiverser davantage, cela ne le mènera à rien. Il était dans un rêve après tout : tout ce qu'il voyait n'existait pas, ce n'était qu'un univers imaginaire, dont il se réveillera bientôt. A nouveau dans son gigai, il quitta le fauteuil, avant d'être prit par l'envie furieuse de s'étirer. Mais s'étirer très paresseusement. Il en avait connu des sources thermales, mais rarement des capables de détendre la totalité de ses muscles de la sorte. Il fallait aussi avouer qu'aucune n'était aussi sophistiquer que celle qui venait de visiter. Secouant la tête pour se réveiller, il ouvrit la porte de sortie...

… Et tomba nez à nez avec un autre homme. Les deux se regardèrent un instant, instant qui sembla durer une éternité. Il n'y avait aucune tension entre les deux, si ce n'est que l'autre n'affichait pas sa tête des jours heureux. Shinigami en fuite furent les mots qui apparurent dans l'esprit de l'assassin, dont le bingo book était actualisé au mois. Et il le connaissait, qui plus est. C'était un ancien membre de sa propre Division, avant qu'il ne soit muté vers la Sixième, d'où il s'était exilé moins d'un an après. Choix judicieux qu'il avait fait en ne tentant pas de s'échapper alors qu'il était dans la précédente : il ne serait pas ici aujourd'hui. Un flash passa alors dans le regard de l'autre shinigami, la lueur de la compréhension, de qui était en face de lui. L'assassin le sentit se raidir tout entier. Et la seconde passa, le temps retrouva son rythme normal. Le Vice-Capitaine passa la porte le premier, pour sortir.


« Bonne journée. » le salua-t-il avec un sourire aimable.

Le shinigami exilé, lui adressa un sourire qui n'avait rien de rassuré, en referma la porte vient vite sur son passage. Juste à côté, Neko était sortie en même temps que lui.


« Je suis prêt. » lui annonça-t-il doucement. « Allons remercier et saluer nos hôtes comme il se doit, puis rentrons. Un restaurant vous tente, pour midi ? »

Il suivit Neko, elle connaissait mieux que lui les coutumes et les règles en vigueur ici, après tout, et se contenta de l'imiter.

Alors qu'ils étaient tous deux sur le chemin extérieur, celui qui les mènera à nouveau à l'arrêt du train, Natsuki repensa à ses réflexions.

« Neko, connaissez-vous, à tout hasard, un certain Kisuke Urahara ? »

Il ne donna pas plus d'explication sur sa question, qui tomba sans contexte ni préavis. Pas de quoi surprendre l'humaine, elle était forte dans ce domaine, en y repensant.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mer 30 Jan - 10:10
Taka sortie en même temps que le Vice Capitaine, alors que l'autre homme qu'il avait croisé semblait hâtif d'aller se baigner vu comment il referma la porte derrière lui. Il y a des personnes comme ça qui manque cruellement de savoir vivre se fit elle remarquer, rejoignant Natsuki pour un chaste baisé sur la joue. Elle prit une grande respiration, puis mit son masque implacable sur son visage, sérénité, sourire, tout le reste était désuet. Soupirant, elle fit glisser la porte en douceur, sans bruit, découvrant Sakura un large sourire sur les lèvres, elle gratifia la jeune femme d'un coup de poing dans le ventre qui la fit décoller de plusieurs centimètres, Taka tomba à genoux, le regard dans le vague, elle prit tout de même le temps de barrer d'un bras plus implorant qu'autre chose tout mouvement de Natsuki. La jeune femme regardait la simili-Shinigami sans vraiment la voir, bien qu'elle souriait, on voyait clairement que son regard montrait une tristesse et une colère sans borne. Sakura tourna les talons, fit quelques pas très discret.

- C'est un cadeau tu devrais faire attention avec la capacité de ton sabre fit elle remarquer, puis elle tourna sur la droite et disparu après avoir refermé une porte derrière elle.

Taka se releva doucement, en s'appuyant sur Natsuki, prenant difficilement sa respiration après un moment d’essoufflement, elle se redressa un maigre sourire sur les lèvres.

- Yare Yare, elle n'y a pas été de main morte fit elle remarquer lâchant son amant, elle avança d'un pas mal assuré, traversant la salle doucement, jusqu'à l'endroit ou ils avaient prit le thé.

Dans la pièce, l'homme de la maison lisait le journal sirotant un nouveau thé dont l’arôme poivré envahissait la pièce. La jeune femme se mit en face et se plia pour le saluer, non sans montrer une grimace de souffrance.

- Taka je sais que tu n'aime pas cela, mais je vais jouer le rôle de ton père dit l'homme sans lever les yeux de l'article qu'il lisait, la jeune femme frissonna, c'était mot pour mot ce que lui disait son propre père quand il voulait une conversation sérieuse, la même intonation, elle ferma les yeux très fort au point que quand elle les rouvrit, de petit point dansait devant le décore, l'homme posa sa tasse, referma le journal tranquillement puis croisa les bras sur lui.

- J'aimerais savoir ce que tu fou petite fille ! balança l'homme, les yeux de Taka se firent plus brutaux, mais le dégagement de Reatsu de l'homme la calma, elle avait l’impression que le moindre geste lui ferait perdre la vie, Que tu te rapproche de la Soul Society encore sa passe, après tout ton père en faisait encore l'éloge avant de mourir, mais, il tourna un regard froid et calculateur vers Natsuki, que tu tombe amoureuse d'un gradé du Gotei 13 c'est du fanatisme ou du masochisme ! dit il décroisant les bras et posant les poings sur la table, la jeune femme baissa les yeux, elle n'avait jamais osez dire ces sentiments à Natsuki et voilà qu'il balançais cela comme un sac de pomme de terre, le silence retomba un instant.

- Lève la tête ! hurla l'homme, tout à coup le calme apparut à Taka comme une vaste blague, cet homme ne faisait que se dominer continuellement, il dissimulait la rage et une soif de sang démesuré, il ressemblait de plus en plus à son père se fit elle remarquer, prise au dépourvu elle ne pouvait que obtempérer.

- La Soul Society est une société bancale, un psychotique en costard cravate étriqué et totalement bloqué par des règles moyenâgeuses qui ne prend pas en compte les personnes qu'elles doivent protéger ou même celle qui font en sorte de les protéger, elle n'obéit qu'à une règle que la paix aussi futile et imaginaire soit elle soit préservé, pour un homme qui a été formaté à cela, tu n'es rien comparé à un ordre, un nom sur une liste qui devra un jour ou l'autre être rayé dit il, regagnant son calme, croisant les bras sur son girons, le calme était réapparut comme si l'homme ne c'était jamais énervé, Loin de moi de vous traitez de machine insensible, mais les assassins du Seireitei dont les missions pour éliminer la moindre menace me fait plus penser a une monarchie implacable qu'à une communauté oeuvrant pour le bien de tous, marchant aux mêmes pas, aveuglé par la même droiture dépassé, mais vous avez fait preuve de sentiment et de retenu c'est presque admirable pour quelqu'un qui doit être placé soit Vice Capitaine ou Capitaine même peut être, l'homme reprit sa tasse et soupira, la volute de fumé de récipient se tordit un moment puis revint à sa position initial, la retenu c'était pour l'incident avec le déserteur, Natsuki avait fermé les yeux et l'homme en était presque surpris.

- Ton père savait gérer ces émotions, pour le moment tu n'en es pas capable, puis faire une erreur à la Soul Society pour quelqu'un d'extérieur est presque une obligation, ton père en avait assez de voir ce qu'il devait être pour rester du bon coté de la barrière, il a donc déserté puis il y avait ta mère, l'homme chassa cette idée puis bus une gorgée de son thé, Quand tu ferra cette erreur et qu'ils enverrons ton amour pour te tuer, que feras tu Taka, vous aurez chacun un choix qui changera votre vie et l'autre l'entérinera dans ses premiers fondement, pour toi c'est simple Taka, soit tu auras à tuer ton amour, soit tu devra vivre avec la lame de la Soul Society au-dessus de la tête comme ton père, nous savons parfaitement bien que tu cache un coeur trop tendre derrière ton impulsivité pour parvenir à un tel résultat, l'autre choix, c'est que ton amour parvient à te protéger, mais pour cela, soit il se mettra le Seireitei à dos, soit il devra sortir de l'idéologie qu'il s'est forgé jusqu'à là, autant dire qu'il t'aura perforé le coeur avant qu'une once de logique ne viennent entraver sa manière de pensée, l'homme se leva, se mettant en face de Taka il mit les deux mains sur ses épaules, Je sais que tu as déjà prit ta décision, ton coeur est certain de cela autant que ton âme, mais fait bien attention à toi dit il passant sa main pour ébouriffer ses cheveux.

- Jeune Homme, vous n'êtes pas au bout de vos peines, ce que j'ai apprit avec les Neko, c'est qu'ils peuvent de temps à autre se montrer imprévisible dit il, un sourire, un rapide salut pour Natsuki il dépassa le couple puis fit coulisser la porte derrière eux.

- Tokito dit Taka, se pliant à nouveau, je vous remercie et qui vivra verra dit elle, l'homme se mit à rire puis passa la porte pour la refermer derrière lui.

- La phrase préféré de ton père dit il dans un souffle avant de disparaître dans l'autre pièce.

Taka se releva puis sans un mot quitta l'endroit, remettant chaussette et chaussure, elle voulait mettre le plus d'espace et de temps entre elle et se moment. Le train arriva sur le quai avec quelques minutes de retards, il n'y avait personne, les deux purent s'asseoir tranquillement.

- Y a de bon restaurant en ville, fit elle remarquer, le sourire plaqué sur son visage, pour votre question j'ai déjà entendu ce nom, je l'ai peut être même croisé de temps à autre fit elle remarquer, elle avait cru entendre le nom de la personne lors d'une de ses visites aux sources et peut être l'avait elle aperçus avec son père, mais l'homme ne lui laissait pas un grand souvenir, un être discret avec un bob sur la tête drôle d'accoutrement se fit elle remarquer avec un bref haussement d'épaule imaginaire.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 6:46


Revenir en haut Aller en bas
 

Deux mondes sous le même ciel [ terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Glace Cendrée, le coeur déchiré par deux mondes
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Deux routes qui se croisent [PV : Jonhattan] [Terminé!]
» Ne jamais sous estimer un potentiel adversaire. [terminé]
» Deux Mondes, Un équilibre [Terminé]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-