AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Un moindre mal [ Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 29 Mar - 15:13
Pour atteindre son but, à savoir créer un kido permettant de chasser hors du corps un hollow capable de posséder quelqu'un, deux étapes doivent être maîtrisées : la théorie, et la pratique. La théorie, cela fait des années que Natsuki l'étudie. Et c'était plutôt complexe.

Pour obliger le hollow à lâcher son hôte, il est nécessaire de comprendre quelles sont les fonctions parasitées, comment fonctionnent-elles normalement, et de quelle façon, par quel mécanisme ces fonctions sont infestés. Pour ce qui est du corps sain, il était au point : outre sa formation initiale sur la morphologie – et comment la mettre à mal -, ce ne sont pas les ouvrages qui manquaient sur le sujet. De même, la Quatrième Division est une formidable source d'informations. Par contre, en ce qui concerne la possession, trouver des données était bien plus ardu, sans parler de la pratique.

Lorsque l'on avait besoin à tout prix de savoir quelque chose, une question de science, il existait dans le Seireitei un endroit où se tourner. Mais peu osait le faire. Et pour une simple raison : depuis le départ – la fuite – du Capitaine Urahara Kisuke, la Douzième Division inspirait la crainte. En effet, un nombre incalculable de rumeurs circulaient sur celui qui l'avait remplacé, le tristement célèbre Kurotsuchi Mayuri. Chercheur dans l'âme, il était dit qu'il ne s'embarrassait pas vraiment des notions d'éthique – sans pouvoir le prouver cependant – et qu'il menait des expériences aux limites de la légalité dans la Soul Society, et pas forcément du bon côté desdites limites.

Natsuki était un représentant de la loi interne du Seireitei, aussi sa position vis-à-vis de celle-ci devait être exemplaire. Et pourtant, s'il devait en venir à s'acoquiner avec Mayuri pour mener à bien son projet, il craignait de passer lui aussi de l'autre côté de cette barrière aux contours si flous. D'autant plus que s'il y avait bien un individu qu'il méprisait par-dessus tout, c'était Kurotsuchi. Impossible de dire pourquoi, mais cet étrange personnage lui donnait des sueurs froides, lui qui pourtant avait une maîtrise parfaite de son corps. Aussi, s'il en venait à se tourner vers lui, c'était en dernier recours, même si avant, l'assassin devait s'entretenir avec des traitres et des exilés...

C'était d'ailleurs la raison de sa présence dans le Monde Matériel : car c'était à Karakura que vivait la personne la plus à même de lui fournir le savoir et les moyens de son ambition : Kisuke Urahara. Ancien Capitaine de la Douzième Division, et fondateur du Bureau de Recherches et Développement, nul n'égalait son intelligence et ses capacités de réflexion, si ce n'est l'actuel Capitaine de cette même Division. Condamné à mort cinquante ans plus tôt pour ses expériences, il était parvenu à l'aide de Shihôin Yoruichi a s'échapper de la Soul Society, d'où il fut banni. La trahison de Sosuke Aizen et les révélations qui s'en suivirent innocentèrent l'ancien Capitaine, mais ce dernier, probablement en froid avec ceux qui l'avaient injustement jugé, ne remit jamais les pieds dans son monde d'origine. A la place, il s'était installé comme marchand sur sa terre d'accueil, et vivait comme un humain parmi ses semblables. Sauf que personne n'était dupe : maintenant qu'on le savait innocent, il n'avait pas dû passé un demi-siècle à se tourner les pouces, aussi l'on supposait qu'il avait cherché un moyen de laver son honneur. Mais ce n'était que des hypothèses, et à dire vrai, elles n'intéressaient pas le Vice-Capitaine. Lui ne voulait savoir qu'une seule chose : est-ce que Urahara acceptera ou non de l'aider ?

Il avait beau être un shinigami du Goteï, c'était à titre personnel qu'il cherchait à contacter le marchand, aussi il avait gagné Karakura dans sa tenue de voyage, et sans son zanpakto. Pas de quoi leurrer cependant, car son essence même trahissait son appartenance raciale, celle des dieux de la mort. Mais il voulait être le plus neutre possible dans la première impression qu'il allait renvoyer, histoire de ne pas voir d'entrée de jeu la porte se fermer sous son nez.

Trouver la boutique ne fut pas une mince affaire, malgré que celle-ci portait son nom sur son enseigne, et il avait fallut au shinigami tatoué s'y reprendre à plusieurs fois en recoupant ses informations pour finalement arriver jusqu'à la devanture. En apparence, c'était un magasin comme tous les autres, parfaitement fondu dans le paysage. Les clients entraient et sortaient, leurs courses à la main ou dans un panier, discutaient lorsqu'ils rencontraient une connaissance. Un peu comme si cette boutique avait toujours fait partie de leur vie. Natsuki resta une bonne minute à observer l'ensemble, avant de se décider à entrer. Une main sur son chapeau à large rebord, il le retira par politesse une fois la porte franchise, et laissa ses yeux courir sur les rayons. Tous armés de leur sac à roulettes ou d'un panier, les clients présents suivaient une sorte de circuit entre les allées, sélectionnant à chaque fois avec un œil averti les denrées qu'ils fourraient ensuite dans leur conteneur. Il y avait de tout ici, des produits de première à troisième nécessité. Alimentaire, bricolage, accessoire, ustensile, rien ne manquait. Rien, sauf ce que le shinigami cherchait, justement.

Un sourire sympathique sur les lèvres et le pas léger, il s'avança alors vers le comptoir, d'où le caissier solitaire surveillait ses clients – du moins, jusqu'à ce que le shinigami entre, car à partir de là il ne le lâcha plus du regard.

« Bonjour. Je souhaiterai m'entretenir avec... Mr. Urahara si possible. Si cela ne peut être fait dans l'immédiat, j'aimerai que ce soit le cas dans la journée. »

Il avait lancé l'engrenage, restait maintenant à voir si la machine allait se mettre en marche, ou si au contraire, elle lui sautera à la figure. Au moins, la présence des clients lui offrait un certaine protection : car s'il n'était pas venu avec des intentions hostiles, rien ne garantissait qu'il ne soit pas chassé d'ici par la force. Sauf les témoins. Dans le pire des cas, il sera donc prié poliment de partir , suite à quoi il ne lui resta plus qu'à demander de l'aide au scientifique le plus tristement célèbre du Seireitei, alias Kurotsuchi Mayuri. Mais vendre son âme au diable en valait-il vraiment la chandelle ?




Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Natsuki Kurodo le Lun 8 Avr - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Ven 29 Mar - 16:30




Mon premier client !



« Rengaine ton épée : tous ceux qui useront de l'épée, périront par l'épée. »


En ce monde, plusieurs types de personnes existent. Parmi les scientifiques, nous pouvons distinguer plusieurs catégories : Les avares, tels que Kurotsuchi, qui justifie le proverbe "Tous les moyens sont bons pour y arriver " et ceux qui ne font ça que pour libérer leur propre intellect des milliers d'idées qui le hantent. Kisuke, quant à lui, faisait en quelque sorte partie du juste milieu : Sans aller trop loin, il n'était pas contre les expériences dangereuses, tant qu'elles permettent d'obtenir un résultat. Néanmoins, il a toujours suivi sa propre éthique, qu'il juge non pas comme parfaite, mais comme parfaite à ses yeux. En tant qu'ancien capitaine de la douzième division, il était de son devoir de faire aboutir ses recherches – ce qu'il n'avait jusqu'alors aucun problème à réaliser. Ces temps-ci, son travail portait d'ailleurs sur une nouvelle technique de Kidô, visant en premier temps à voir à travers les habits des femmes – ce qui, à son regard, avait tout d'une idée de génie – et en second temps à déposséder quelqu'un de son Zanpakutô. Malheureusement – ou bien heureusement – ceci n'était pas une mince affaire ; Car oui, notre blondinet aimait la difficulté. Il préférait même un problème ardu à une simple devinette. Pourtant, face à son intelligence, la plupart des choses n'étaient que charades et jeux de mots. 

Allongé dans son fidèle hamac, les bras croisés derrière la tête, Kisuke se balançait de droite à gauche. Son bob fixé sur sa tête, descendant jusqu'à cacher ses yeux, son bras pendait lamentablement vers le sol. Il s'ennuyait à mourir. En effet, avec la chaleur ambiante, notre Shinigami avait l'impression de tourner au ralenti. Ce fut dans un râle absolu qu'il réclama alors une limonade à sa chère et dévouée servante – Ururu bien sûr – qui ne tarda pas à bondir pour la lui chercher. Ce fut d'une légère caresse sur la tête qu'il la remercia, lui signalant qu'elle faisait du bon boulot. Sirotant alors sa limonade, tranquillement, il continuait de garder les yeux fermés derrière son chapeau. Il avait beau retourner le problème dans tous les sens, un Zanpakutô était bien trop lié à l'âme pour pouvoir être séparé de son maître sans que celui-ci ne meurt. Accélérant la vitesse de ses méninges, une idée subsistait dans son esprit. Et s'il allait jusqu'à créer un sceau – Un sceau de Kidô – permettant tout simplement d'enfermer l'esprit du Zanpakutô. Cela pourrait, en théorie, annulé un Bankai, voir même jusqu'au Shikai. Ouvrant subitement les yeux, l'épéiste entendit soudainement des bruis de pas dans sa direction. Dans un nouveau râle, il leva d'une main son chapeau et posa son verre de l'autre. S'arrêtant de se balancer, un regard noir fixé sur Tessai, ce dernier se positionna de façon à être assis sur son repose-fesses. Le grand gaillard, toujours aussi musclé, se présenta alors face à son patron en s'inclinant – une tradition qui avait don d'énerver le pacifiste. Pourquoi être aussi formel avec une personne qu'on appréciait, qu'on connaissait ? Depuis toujours, une seule chose échappait à l'intellectuel de l'Urahara : L'esprit des Hommes. En effet, tout aussi complexe que facile à décrypter, certaines traditions et certaines réactions demeuraient inexorablement inexpliquées. 

« ▬ Patron, désolé de vous déranger mais une personne vous réclame. Apparemment, il s'agirait d'un Shinigami ... »

Frottant son menton d'une main, Kisuke se leva alors lentement. Comme s'il calculait chacun de ses gestes, il exécutait chacun d'eux avec une vitesse bien pensée, comme s'il s'économisait un maximum pour ne faire que des mouvements utiles. Soupirant alors, ce fut d'un geste de la main vers l'arrière de sa personne que le blondinet affirma son ennui.



« Il fallait bien que ça arrive un jour. J'espère qu'il ne vient pas pour le Hogyoukou, j'ai pas envie de me battre aujourd'hui. "Kisuke par-ci, Kisuke par-là", j'espère qu'il n'est pas venu pour brailler celui-là ! S'il te plaît, évacue le magasin, on ne sait jamais ... » 

Attrapant alors son éventail, il se dirigea immédiatement vers l'entrée, toujours d'un pas nonchalant. Sa veste flottant alors derrière lui, le bruit de ses chaussures contre le sol – ou plutôt de ses scandales en bois – résonnait dans le couloir qui le menait jusqu'à son magasin. Peu éclairé, celui-ci était protégé par un léger Kidô – pas trop puissant afin que Kisuke puisse étudier la personne qui serait arrivée à passer à travers. Le visage baissé, le haut de ce dernier était toujours caché par sa coiffe. Toujours "armé" de sa canne, le marchand arriva alors sur les lieux du quémandeur. Il était arrivé sur sa droite, tout d'abord caché par l'obscurité de la pièce d'où il venait. Les rayons du soleil qui traversaient les fenêtres, quant à eux, ne laissaient aucun doute sur l'identité du visiteur; Perçant à jour son physique, jusqu'à son ombre, Urahara décida de faire le premier pas. Il avait immédiatement reconnu l'intrus car, malgré son exclusion de la Soul Society, ce dernier s'était permis de garder des contacts internes à la cité, lui permettant de mettre des infos à jours presque continuellement. Il savait qu'il fallait clairement se méfier de la personne qui trônait à présent en face de lui. Vice-capitaine de la seconde division, son niveau ne devait pas être très loin – si ce n'est égal à celui du grade supérieur. Pour arriver à cacher une pression spirituelle de ce niveau, il était clair que sa puissance n'était plus à démontrer. Agitant alors son éventail vers son visage, l'ex-capitaine sonda de haut en bas a personne qui lui faisait face.



« Kurodo Natsuki n'est-ce pas ? Quelle fleur avons-nous donc là ? ♫  » 

Souriant à nouveau, d'une mesquinerie sans limite, Kisuke adorait taquiner ses invités tout autant que les gens qui n'étaient pas invités. Il se doutait bien que cet homme n'était pas venu pour le défier ou toute autre chose du genre. Sûrement voulait-il un conseil ou une astuce pour quelque chose. Ceci devait être un projet personnel car aucun évènement majeur n'avait eu lieu à la Soul Societydernièrement. Replaçant instinctivement son chapeau d'une main, l'Urahara avait déjà remarqué que ce Shinigami n'avait pas de Zanpakutô. Inconscient ou bien trop sûr de ses compétences, le blond aurait très bien pu le prendre comme un affront. Pourtant, son trait de caractère nonchalant pris le dessus. Au fur et à mesure qu'ils s'observaient, le magasin s'était entièrement vidé, laissant nos deux protagonistes l'un en face de l'autre.



« Alors, pourquoi venir me voir en une si belle journée ? » 

Arrêtant soudainement d'agiter l'éventail qu'il tenait en main, Kisuke cacha son sourire derrière ce dernier. Allait-il être surpris ou, comme la plupart du temps, blasé par la demande qui allait suivre ?






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 29 Mar - 23:10
Se tournant vers la salle, Natsuki attendit en marge du comptoir, les bras croisés sur la poitrine. Les humains ne pouvaient le voir, aussi il préféra s'écarter du lieu de passage, le contact physique avec les habitants de ce monde lui étant assez désagréable pour qu'il évite de se faire bousculer. Il ne patienta pas bien longtemps, cela dit, avant que ne se montre celui qu'il était venu rencontrer. Le légendaire Kisuke Urahara, vêtu à la mode humaine. Enfin... il avait un doute sur le sujet, en s'y reprenant à deux fois. Il fit alors face au patron du magasin, décroisant ses bras pour les poser sur ses hanches, une attitude beaucoup plus ouverte au dialogue. Il s'exposa aussi bien mieux au scanner en règle que lui fit subir l'ancien Capitaine. Il n'avait rien à cacher, que le scientifique se permette seulement. Il profita du temps de flottement protocolaire, dix battements de cœur, pour le parcourir lui aussi du regard, mais d'une façon beaucoup plus brève. Il ne faisait aucun doute pour lui que celui qui lui faisait face était l'homme qu'il cherchait, celui-là même qui fut jadis dans la même Division que lui. L'apparat n'était pas le même, plus coloré et plus excentrique, mais cela n'avait pas changé le porteur, coloré et excentrique.

« Une cyclamen. »
répondit l'assassin avec un sourire entendu.

Il ne fut pas surpris que le marchand sache déjà qui il était. Ce dernier ne manquait pas de ressources, et si Marc - mystérieux propriétaire d'un café que lui avait présenté Taka - avait réussit à percer à jour Natsuki sous son gigai en moins de deux heures, le concerné aurait été déçu que son homologue n'y parvienne pas au premier regard. Cela allait grandement lui faciliter la vie... en théorie. Il en vint alors au fait, soutenant le regard du Kisuke de ses yeux pétillants de vie :


« Avant toute chose, j'aimerai préciser que je ne suis en aucun cas venu en tant que représentant de la Soul Society aujourd'hui. Si je m'adresse à vous, c'est uniquement à titre personnel. »


Cela n'échappa pas au Vice-Capitaine : les clients du magasin commencèrent à partir, alors qu'ils n'avaient même pas encore payé ou terminé leurs emplettes. Il était perçu comme une menace, et n'en blâmait pas les propriétaires : personne n'aimait recevoir chez soi sans invitation les corbeaux qu'étaient les shinigami de la Deuxième Division, plus souvent porteurs d'ennuis que de bonnes nouvelles. Néanmoins, Natsuki ne perdit pas de sa contenance, il n'avait rien à se reprocher, pas même la moindre arrière pensée. Ses genoux se fléchirent simplement imperceptiblement dans les larges jambes de son pantalon, prêt à réagir si jamais le besoin s'en faisait sentir – besoin qu'il préférait précisément ne pas avoir à ressentir. Mais prudence est mère de sûreté, dit-on.


« Je souhaiterai vous soumettre un projet de recherche sur lequel je travaille, auquel sans doute uniquement vous avez les moyens logistiques, l'esprit réflectif et l'intelligence requit pour me permettre de le mener à terme. Il ne s'agit pas là de flatterie, ou de vous caresser dans le sens du poil. Je le pense sincèrement. Bien entendu, sous réserve de votre acceptation, je suis sûr que nous pourrons trouver un moyen de nous arranger pour vous dédommager du temps que vous m'accorderez. »

S'il se montra assez évasif dans le contenu de son projet, au risque de ne pas intéresser son interlocuteur, c'était justement pour susciter son intérêt scientifique. Et si Natsuki tenait moins de l'homme de science que Kurotsuchi ou Urahara, ce n'était pas pour autant qu'il se plaisait à crier sur tous les toits ce sur quoi il travaillait. C'était Kisuke qui avait quelque chose à lui offrir, pas l'inverse. Pourtant, même en pareille circonstance, s'il ne pouvait pas s'assurer la coopération du marchand, il n'avait aucune raison de lui en dire plus. Marque d'avarice qui privait le monde d'un grand savoir ? Sans aucune doute.[/i][b]

« Il s'agit d'un sort de kido. »
précisa-t-il finalement après quelques secondes de silence. «  Bien que j'ignore s'il appartient à la catégorie des Hado ou des Bakudo. Acceptez de m'aider, et peut-être pourrons-nous trancher la question, qu'en dites-vous ? »

Pour reprendre la précédente analogie de l'engrenage, il y avait une éventualité que l'assassin n'avait pas envisagé, et qu'il se réalisa que maintenant : celle où son doigt se prenait dans les rouages et le broyait. Mais sa proposition était déjà faite. Sa seule opportunité de reculer était le refus de marchand, et il ne comptait pas là-dessus : dans ses yeux brillaient la détermination de pouvoir conclure son projet vieux de trente ans. Pour avoir songé à se tourner vers Mayuri, même en dernier recours, c'était dire le prix qu'il était prêt à payer.

Les bras ouverts, paumes orientées vers le plafond assez proche de ses hanches, il attendit la réponse de Kisuke, en restant bien attentif à ce qu'il se passait autour de lui. Car s'il n'avait pas de raison de se sentir en danger pour le moment, il n'en avait pas non plus encore pour se sentir en sécurité. Même s'il acceptait de l'aider, il doutait qu'un jour l'ancien Capitaine lui accorde plus qu'une confiance partielle. Mais cela lui était tout aussi égal : il était venu pour la connaissance du shinigami exilé, pas pour tailler une belle amitié avec ce dernier. Cela dit, s'il pouvait joindre l'utile à l'agréable, le climat pour travailler de concert n'en serait que meilleur.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Sam 30 Mar - 10:22




Mon premier client !



« La vie est une expérience. Plus on fait d’expériences, mieux c’est. »


Ainsi donc, cet homme se qualifiait comme un cyclamen. Kisuke n'arrivait pas à cerner ce brin d'humour : Était-ce là de l'ironie, du sarcasme ou tout simplement la vérité ? Faisait-il vraiment partie des « pains de pourceau », traduction du nom de ces plantes, ou n'avait-il balancé qu'un nom au hasard ? Il fallait bien avoue que l'idée de ramener un cochon pour voir sa réaction face au Shinigami était alléchante, mais passons. Là où ce jeune avait de la chance, c'était de l'Urahara n'avait rien contre ces plantes. Un point pour lui. Lorsque son interlocuteur affirma venir en nom propre et non comme partisan de la Soul Society, le paresseux eut un élan de rire. Pour être exact, un son sortit de sa bouche, entre le rire et la moquerie. Cet homme pensait sérieusement pour venir ainsi dans le monde des humains sans représenter le Gotei 13 ? Si c'était le cas, il se trompait grandement. Kisuke le savait mieux que personne : Quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, tous nos mouvements quels qu'ils soient, tant que nous faisons partie du Gotei 13, sont sous contrôles. Il était bien naïf de penser l'inverse. Après tout, il n'était que vice-capitaine ; Il ne connaissait que la partie visible de l'iceberg, ne se doutant pas de ce qui pouvait se cacher plus bas, dans les méandres de cette société. Mais ce qui étonna encore plus le marchand, c'était l'attitude du jeune homme. Certes bien bâti, sûrement efficace en combat, il restait pourtant sur ses gardes. Il était vrai qu'en étant sur la défensive, il améliorait ses chances de survie face au blondinet de quelques pourcentages, mais ce dernier n'avait aucunement envie de tester les facultés du visiteur. Loin de là. Il n'allait ni l'attaquer, ni le provoquer ; Songeant à ce qu'il pourrait pourtant faire, une idée lui traversa l'esprit, qu'il entreposa délicatement dans un coin de sa tête au cas ou. Continuant d'écouter son voisin, Kisuke s'appuya un peu plus sur sa canne. De fatigue ... ou d'ennui.

Cet homme cherchait apparemment un brillant cerveau pour l'aider dans ses recherches. En l'occurrence il avait pensé à l'ex-capitaine avant de se diriger vers Mayuri. Il était vrai que ce dernier avait une éthique plutôt ... spéciale. Même si elle ne déplaisait pas à l'Urahara, elle avait tendance à le mettre mal à l'aise. Écoutant plus attentivement les paroles de son interlocuteur, il lui fit signe de continuer. Même si ses flatteries n'avaient aucune conséquences sur son jugement, l'épéiste se focalisa quand même sur l'intrus. Créer des sortes de Kidô relevait clairement de sa spécialité, ce fut pourquoi il prit quand même quelques instants pour y réflechir. Pour l'instant, il n'avait rien à y gagner ; Et malgré que l'expérience paraissait amusante, il avait d'autre chats à fouetter. Seulement, sa curiosité fut clairement piquée et le quémandeur l'avait sûrement remarqué. Tapant à une vitesse régulière sur le sol via son bâton de bois, la tête posée sur la main qui tenait sa canne, Kisuke réfléchissait. Créer un sort n'était pas de tout repos, l'apprendre à son voisin non plus. Seulement, améliorer son arsenal serait toujours tentant, et puis cela lui ferait une bonne excuse pour torturer le vice-capitaine. Les expériences dangereuses, il adorait ça ! Relevant alors la tête d'un mouvements sec, il déplia son dos lentement et fit, d'un signe de la main, comprendre à son nouvel ami de le suivre. Se dirigeant alors vers l'arrière boutique, il s'attendait à ce que cet homme le suive. En même temps, il n'avait aucunement le choix s'il tenait à son projet. S'asseyant alors autour d'une table – posée là justement pour ce genre d'occasion – il fit signe au nouveau venu de faire de même.



« C'est assez simple, quand on y réfléchit en fait. Nous avons tout d'abord quelques point à aborder. Dans un premier temps, je veux que vous me décriviez à quoi ressemblerait cette fameuse technique, et à quel fin vous voulez l'utiliser. Ensuite, il me faut un délai : M'aiderez-vous à la créer où retourneriez-vous à la Soul Society en attendant ? Dans ce dernier cas, il me faudrait un moyen de vous contacter. Pour finir, qu'ai-je à y gagner ? Des techniques de Kidô, j'en ai crée à la pelle, alors pourquoi devrais-je aider un inconnu comme vous? Après tout, je ne dois rien ni à vous, ni au Gotei 13.  » 

Un sourire amusé sur son visage, Kisuke était décidé à s'amuser avec ce nouvel arrivant. Il hésitait entre le rendre fou et le pousser dans ses derniers retranchements. Voyons voir combien de temps est-ce qu'il va tenir ...






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 30 Mar - 13:09
Silencieux jusque là, hormis un rire railleur et sa canne martelant le bois, Kisuke sembla finalement prendre sa décision, et d'un simple signe, se retira par la même porte qu'il avait emprunté pour venir. Invité à le suivre, Natsuki pencha la tête sur le côté, puis lui emboita le pas. Restait pour lui à espérer qu'il entrait dans la bergerie, et non dans la gueule du loup. Traversant les couloir, il mémorisa le chemin et les pièces qu'il pouvait observer quand les portes n'étaient pas closes. C'était devenu un réflexe, en quelque sorte. Où qu'il aille, chaque nouveau lieu dans lequel il évoluait nécessitait qu'une carte mentale soit dressée. Passer des années à s'infiltrer, traquer et tuer développait des automatismes bienvenue. Un peu comme la mémoire musculaire.

Il arriva finalement dans une sorte de salon, où une table trônait au milieu de la pièce, à laquelle il fut invité à s'installer. Visiblement, le magasin faisait aussi office de lieu de vie au shinigami exilé. Et qui dit lieu de vie, dit sûrement lieu de travail moins... humain. Assit bien en face du marchand, les coudes sur la table et la pulpe de ses doigts liée pour former un triangle de ses mains, il adopta un ton décontracté. Kisuke n'était pas connu pour sa fourberie - … sa cruauté, plutôt – aussi, s'il l'avait amené ici, c'était qu'il était prêt à accéder à sa requête. Ou du moins, à l'écouter plus en détail. L'assassin le savait, dans les négociations, il faut savoir donner pour recevoir. Lâcher un peu de mou, pour espérer récupérer ce que l'on cherche par la suite. Il entra alors directement dans le vif du sujet :


« Très bien. Parlons peu, parlons bien. J'ai commencé il y a une trentaine d'années des recherches pour créer un kido. La finalité de ce sort serait de parvenir à lutter efficacement contre les hollow capable de prendre possession des corps des êtres vivants, principalement les shinigami. Jusqu'à présent, le seul moyen de purifier ce type de hollow est de tuer l'hôte aussi. Ce que je compte faire, c'est de parvenir à détruire le parasite sans blesser le porteur. Vous êtes un scientifique réputé, je n'ai pas besoin de vous expliquer ce dont j'ai besoin j'imagine. Ce type de monstre est rare, de ce fait, les informations disponible sur le sujet le sont tout autant, pour ne pas dire inexistantes, puisque personne ne s'y intéresse. C'est là que j'ai besoin de vos connaissances, de votre logique et de votre matériel. En ce qui concerne le corps sain, je suis au point. Il me faut maintenant des données sur comment ces hollow s'y prennent pour posséder un corps, à quelles fonctions ils s'attaquent et éventuellement des simulations pratiques pour m'entrainer à maîtriser le sort si nous parvenons à obtenir une théorie solide. »


Il s'interrompit un instant pour vérifier s'il avait toujours l'attention de son homologue à la tenue originale, avant de continuer.


« N'en étant pour le moment qu'à l'étape du papier, j'ignore encore quelle forme va prendre ce kido. Cela dépendra de la densité et la malléabilité de l'énergie, ainsi que de la façon la plus pratique ou la plus efficace de la projeter – s'il est seulement possible de créer le sort. »


Redressant son dos bien droit contre le dossier, il posa sa main gauche sur sa hanche, et l'avant-bras droit bien à plat sur la table.


« Nous avons fait partie de la même Division, vous et moi. Vous connaissez donc mon travail, et ce que je suis. L'on me qualifie d'assassin, c'est vrai, mais je ne suis pas un meurtrier pour autant. Les vies que je prends sont celles où il n'y a pas d'autre possibilité... du point de vue du Goteï 13, tout du moins. Mais je ne suis pas là pour débattre de la notion du bien et du mal selon le Seireitei. Si je veux créer ce kido, c'est pour ne plus avoir à éliminer des innocents, des âmes qui n'ont eu pour seule faute que de se trouver au mauvais moment au mauvais endroit. »


Pour se racheter une conduite ? Certainement pas, il n'avait aucun regret et aucun remord vis-à-vis du travail qu'il effectuait sur les ordres de l'armée.

« En ce qui concerne le délais, je n'en ai aucun. Je déteste laisser quelque chose d'inachevé, aussi peu importe le temps que cela prendra, je suis prêt à le consacrer, tant qu'au final, nous y parvenons ou découvrons que c'est tout bonnement un projet irréalisable. »


Il ajouta d'un ton plus léger.


« J'ignorais d'ailleurs que l'on pouvait définir des délais pour quelque chose d'aussi nébuleux que la recherche de quelque chose en particulier. Enfin, passons. »


Sans perdre de son sourire, il reprit avec un peu plus de sérieux :


« Il s'agit de mon projet, donc à moins que ce kido existe déjà, il sera plus simple pour moi de l'intégrer et de le maîtriser si je suis présent tout au long de la conception. Cela nous fera gagner du temps à tous les deux. Je ne serai pas là en permanence, mais j'essaierai d'être le plus présent possible, ce qui ne m'empêchera pas de continuer mes recherches avec les moyens du Seireitei en parallèle. Après tout, c'est pour une collaboration que je suis venu vous voir, pas pour vous refiler le boulot. »


Croisant les bras sur sa poitrine, il pencha légèrement sa tête sur la droite avec une lueur de malice dans les yeux.


« Pour ce qui est de me joindre, je viendrai aussi régulièrement que nécessaire, aussi ce ne sera pas forcément un besoin. Mais si jamais nécéssité s'en faisait sentir, je suis persuadé que vous y arriverez. Vous avez bien du garder des contacts avec des membres de l'armée régulière. Vous n'auriez pas su qui je suis du premier coup d'œil autrement. »


Les doigts de sa main posée sur la table tapèrent à trois reprises en cascade sur la table, comblant le silence qui risquait de s'installer.


« Qu'avez-vous à y gagner ? A part satisfaire votre curiosité intellectuelle, je m'entends. D'accéder à la requête d'un inconnu, vous n'avez effectivement aucune raison, mis à part celle de faire de moi votre débiteur. Vous ne me devez rien, mais si vous acceptez, l'inverse ne sera plus vrai. Et si vous êtes à la hauteur de votre réputation, ce dont je ne doute pas une seconde, c'est quelque chose qui ne changera jamais. Si je n'ai effectivement rien à vous offrir en retour, je vous laisse la possibilité de choisir par quel moyen je pourrai m'acquitter de ma dette. Une carte blanche dont j'ignore en cet instant ce que vous allez écrire dessus. »


Un nouveau moment de silence, de réflexion. Une nouvelle cascade de ses doigts.


« Ma seule limite est que je n'irai pas nuire à la Soul Society. Cela vous convient-il ? »


Les deux mains sur la table, paume ouverte et visible, il ne pouvait qu'attendre la décision de Kisuke. Attendre, et espérer ne pas être avaler par l'engrenage avec lequel il avait l'impression de jouer dangereusement. Car plus il observait l'ancien Capitaine, et plus son sentiment se confirmait : derrière cette nonchalance se dissimulait un esprit des plus retords. L'avenir lui dira si Kurotsuchi ne valait pas mieux, finalement...




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Dim 31 Mar - 10:07




Mon premier client !



« La vie est une expérience. Plus on fait d’expériences, mieux c’est. »


L'heure des négociations avait donc sonnée. Les deux protagonistes étaient donc assis face à face, l'un observant l'autre avec toute la précision dont ils pouvaient faire preuve. Lequel des deux serait le plus malin, le plus rapide, le plus malicieux ? Seul le temps nous le dira. De derrière son chapeau, l'Urahara ne lâchait pas son voisin du regard. Écoutant chacun de ses paroles, ses méninges formaient une sorte d'énorme toile d'araignée. Dans son esprit, lorsqu'une idée germait, les différents manière d'y arriver l'entourait. Puis, lorsqu'une autre idée se formait, elle allait s'attacher aux solutions – et des fois aux autres idées lorsque le besoin se fait sentir – pour au final former une sorte de Brainstorming. L'homme qu'il avait alors en face de lui ne semblait pas bête, loin de là. Au long de sa courte vie, l'ex-capitaine avait pu voir et observer de nombreux spécimens, et il savait maintenant conclure après seulement quelques minutes sur la façon dont pensait son interlocuteur. Dans quatre-vingt dix-neufs pourcent du temps, ses conclusions étaient justes. Mais là, il ne pouvait pas se permettre d'erreur. Pas une seule.

L'Azur commença alors son discours. Plutôt long, Kisuke avait deviné dès les premières lignes ce qu'il voulait, la raison pour laquelle il venait. Sans savoir pourquoi, ces temps-ci de nombreuses personnes venaient lui demander de l'aide à propos d'une soi-disant Hollowmorphose. Aizen ne disposant pas de la "pierre philosophale", il ne pouvait pas faire des siennes, n'est-ce pas ? Alors pourquoi sentait-il une menace grandir ? Se grattant le menton, écoutant toujours son voisin, quelques jours auparavant une jeune fille était venue pour exactement les mêmes raisons. Il avait déjà commencé à travailler sur le sujet, mais ça, son voisin l'ignorait. Il comptait bel et bien sa motivation, clairement lisible dans son regard, pour qu'il lui rende la pareille. D'un autre côté, avec un tel esprit à côté de lui pourrait lui permettre d'avancer un peu plus vite. En tout cas, ce petit homme possédait encore toutes ses facultés intellectuelles, il en était certain. Après tout, ne venait-il pas de cerner une infime partie de l'Homme au bob en seulement quelques minutes – exploit pour quelqu'un de son rang - ? Un fois que son monologue fut terminée, le blond laissa planer un petit silence. Il savait déjà ce qu'il allait répondre, où il allait en venir, mais il voulait laisser un doute germer dans l'esprit de son nouvel acolyte. Telle était la bonne façon de négocier.



« Un assassin qui veut sauver des innocents, c'est bien la première fois que j'entends ça venant d'un membre de la seconde division. Chacun ses idéaux, comme on dit. Pour la forme du Kidô, je serai tenté par un sceau ; c'est la seule manière de canaliser assez d'énergie pour extraire un Hollow d'un corps je pense.  » 

Ne voulant pas tout dévoiler d'un coup, le blond se garda pour lui l'idée de créer un sceau à multiples portes. Ainsi, il faudrait plus d'une personne pour l'activer, la source d'énergie serait sinon bien trop faible. Poutant, cette idée semblait clairement être la meilleure. 



« Je suis d'accord sur le fait que vous restiez à côté de moi, que vous m'aidiez, que vous observiez : Tant que vous ne me gênez pas et ne traînez pas dans mes pattes bien sûr ! Je peux vous joindre, mais cela prendrai du temps ; Temps que nous ne posséderons pas forcément. Pour finaliser le projet, il me faudrait aussi quelques hollows vivants bien sûr ; Possedez vous le niveau suffisant en Kidô pour en immobiliser un et me le ramener lorsqu'une possibilité se révélera ? Je prends votre parole en gage de bonne volonté, espérant que vous tiendrez vos promesses.  » 

Agitant son éventail en direction de son visage, il continua de tapoter le sol avec la canne tenue dans son autre main. Même s'il n'aimait pas trop l'idée de travailler pour quelqu'un, il fallait dire que ce projet l'intéressait pas mal. Il ne connaissait que trop peu de choses sur son interlocuteur, mais il n'allait pas tarder à tout savoir de sa vie. De ses premiers pas jusqu'à l'acquisition de son dernier grade, en passant par la libération de son Shikai et d'autres détails du genre. Bientôt, il serait assez informé pour lui faire confiance, mais à quel prix ?






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 31 Mar - 22:37
Derrière son sourire, Natsuki demeura insondable. Maître de son corps comme de son esprit, il avait apprit à ne faire figurer sur son visage que ce qu'il désirait. Colère, tristesse, haine, doute sont des informations qui n'ont pas besoin de filtrer sur les traits d'un orateur, d'un leader, d'un infiltré, ou dans son cas, dans le cadre de négociations. Le problème lorsque l'on se frottait à plus intelligent que soi est que l'on se retrouve très vite manipulé à son insu, et à divulguer ce qui ne devrait pas l'être. Le Vice-Capitaine avait déjà donné assez de grains à moudre à son homologue, il lui fallait être prudent.

Le silence flotta, tout se passa dans le regard. Deux chiens de faïence se jaugeant mutuellement, aucun des deux ne bougeant non pas par peur d'esquisser le premier geste, mais simplement parce que ce n'était pas nécessaire. Puis le scientifique lui donna sa réponse, ses conditions, et son hypothèse. Natsuki laissa ses doigts tomber une fois de plus en cascade sur la table. Il garda son sourire, mais son regard laissa bien à entendre à Kisuke son sérieux :


« J'avoue être déçu. Pour quelqu'un venant de la Deuxième Division, je pensais que au moins vous seriez capable de faire la différence entre les assassins que nous sommes, avec des cibles, et des meurtriers, frappant aveuglément. A moins que de votre temps vous ne preniez plaisir à tuer ? »


Le shinigami tatoué balaya de la main sa propre conversation comme s'il chassait un moucheron pénible.


« Oubliez ce que j'ai dit. Ce que vous pouvez bien penser de moi ne m'importe pas. Ce sont vos services que je suis venu requérir, pas votre sympathie. »


Natsuki s'en retourna à une position plus décontracté. A aucun moment il n'avait haussé la voix, ou fais montre de la moindre hostilité. Seul son regard retrouva une pointe de malice.


« Permettez ? »


Pour que Kisuke ne sente pas menacer – non pas qu'il aurait pu l'être par l'assassin - il dirigea très lentement sa main vers sa poche, et sans davantage de geste brusque, il posa sur la table un téléphone, qu'il fit glisser d'une pichenette vers son interlocuteur.


« D'après ce que je sais, vous êtes à l'origine de cet appareil, capable d'établir une communication entre les mondes. Il devrait donc être dans vos cordes d'y ajouter un traceur pour créer une ligne sécurisée entre vous et moi non ? A moins que vous ne préfèreriez m'en fournir un de votre facture, si vous n'avez pas confiance – ce que je ne vous demande dans aucun cas de m'accorder nécessairement. »


Croisant ses bras sous la poitrine, il pencha sa tête sur le côté, et adopta une expression pensive. La demande de Kisuke venait titiller son naturel curieux, et aguichait sa soif de connaissance.


« Puisque nous sommes d'accord sur les termes et la collaboration visiblement, j'aimerai vous poser une question : Pourquoi des hollow ? Je veux dire, des hollow en général ? Ce que je cherche, c'est un moyen d'expulser ceux qui sont capable de parasiter un corps, et de se l'approprier comme nouvelle enveloppe charnelle. Or cette variété, comme j'ai eu l'occasion de le constater autant en pratique qu'en lecture, est extrêmement rare. Donc pourquoi des hollow courant ? Des comme ça, je peux en ramener, mais je n'en vois pas la finalité. »


Il changea de côté l'inclinaison de sa tête.


«  Je ne remets pas là en cause votre logique. J'aimerais simplement comprendre. Je serai celui qui sera amener à utiliser ce kido, j'ai donc besoin de connaître le cheminement et le but de ce que nous allons entreprendre si je veux me l'approprier. »


Il en allait ainsi de la collaboration en générale. Si l'on croit qu'un projet avance plus vite parce qu'on y met des cerveaux supplémentaires, c'est faux. Ou pas tout à fait exact, pour être dans le vrai. Car avant de pouvoir avancer grâce ce nouvel ajout de moyens, il doit y avoir ce que l'on appelle '' le partage et la transmission des connaissances '', afin que tous les protagonistes impliqués dans le projet soit au point, et sachent dans quelle direction avancer, tous ensemble. Kisuke avait mentionné que l'assassin pouvait rester, tant qu'il ne traînait pas dans ses pattes. Avait-il seulement comprit qu'il s'agissait d'une demande partenariat, et non d'une décharge ? Peut-être sa phrase '' Après tout, c'est pour une collaboration que je suis venu vous voir, pas pour vous refiler un projet. '' n'était pas assez claire. Soit cela, soit l'ancien Capitaine était atteint du même syndrome que Mayuri, celui de '' je te suis supérieur donc reste à ta place et observe le maître. '' Quoique, si tel était le cas, il y avait tout de même une différence : avec le marchand, ce n'était pas en tant que cobaye qu'il allait assister à la gestation de son projet.


Un sourire confiant se dessina sur les lèvres de l'assassin, révélant ses dents blanches impeccablement alignées, à croire qu'elles avaient été poncées.

« Ne vous inquiétez pas pour les millénaires de retard que j'ai sur votre intelligence, j'apprends vite. »

Une information qu'il se garda de donner, mais dont il laissa volontairement transpirer un maigre indice sur un air de défi sur le fait qu'il l'avait relevé, était la question du temps. Lui avait bien précisé qu'il n'avait aucun délais.. Et pourtant, le shinigami exilé s'inquiéta de la longueur du projet, '' du temps qu'ils n'auront pas forcément. '' Kisuke était pressé par le temps, ou du moins, plus pressé que lui. Était-ce parce qu'il était particulièrement occupé, ou qu'il avait lui aussi besoin d'un kido dans ce genre là ? Le Vice-Capitaine ne savait pas quel sens donner à cette donnée, aussi il se contenta de la garder dans un coin de sa tête, quand le voile de brume se fera moins dense. Mais un maître de l'illusion comme Urahara laissera-t-il seulement ce brouillard se dissiper ? Il en doutait...




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Lun 1 Avr - 9:08




Mon premier client !



« Les cadavres sont plus lourds que les coeurs brisés. »


En une si belle journée, Kisuke n'allait sûrement pas tarder à retourner continuer ses expériences. Cette fois, par contre, ce fut un autre domaine qui était visé : Les capacités d'adaptation d'un Hollow au corps qu'il a absorbé. Ou plutôt au corps qu'il a pénétré. Enfait, le phénomène restait encore assez flou. Les questions de son nouvel acolyte ne se laissèrent pas priées. Toutes plus précises les unes que les autres, l'Urahara trouva qu'il le faisait penser à lui-même en plus jeune. Tout aussi curieux, malicieux et direct pour autant. Il aimait avoir un côté caché, une part de surprise en lui ; et en même temps, il n'aimait pas mentir. Quoi de plus paradoxal en somme ? Souriant à son interlocuteur qui, de toute manière, paraissait impatient et stressé, le bruits de ses doigts contre la table fit revenir le blondinet à la raison.



« Pour être franc, de mon temps, je prenais surtout plaisir à faire des expériences sur nos ennemis. Je fus d'ailleurs connus comme le loup blanc pour cette même raison : Comment aurais-je pu développer tant de produits sinon ?  » 

L'aura de l'ex-capitaine changea alors du tout au tout. Auparavant bienveillante, elle s'était assombrie durant le laps de temps qu'il avait mis à prononcer sa phrase. Le Natsuki le testait peut-être en prenant ainsi son air condescendant, mais il tenait vraiment à mettre les points sur les "i". S'il était tellement déçu par l'homme au bob, pourquoi restait-il ici finalement ? Ah oui. Parce qu'il avait besoin de lui. Qu'il ne veuille ou pas être hostile, cela n'accordait aucun importance à l'Urahara. Après tout, comme l'avait si bien souligné Kurodo, il était venu pour affaire pas pour faire ami-ami. Faisant alors glisser un téléphone sur la table, l'attention de Kisuke se dirigea vers ce petit objet – invention de sa propre personne – avec une certaine interrogation. Prenant l'objet de sa main gauche, il le fit pivoter devant ses yeux comme s'il observait quelque chose de nouveau, sauf que ce n'était en tout point rien de neuf. Levant alors un regard pensif sur la personne de son interlocuteur, il bascula sa chaise en arrière et tendit un bras pour attraper ce qu'on pouvait apparenter à une oreillette. Depuis quelques années, il s'était mis en tête d'améliorer certains de ses gadgets ; ce téléphone en faisait partie. La nouvelle version – plus petite et moins encombrante – prenait en compte la signature énergétique du nombre de personnes conviées à la conversation pour transmettre des ondes captables uniquement par celle-ci.



« Cet objet est automatique lié à moi ; Il ne vous reste plus qu'à le prendre en main et y transmettre votre Reiatsu. Le reste se fera tout seul.  » 

Le faisant à son tour glisser sur la table, il retourna à sa position pleine de confort, adossé contre le dossier de sa chaise. Puis, le tatoué continua de poser des questions. Il ne se doutait pas de ce que l'homme au bob pouvait bien mijoter tout comme il ne comprenait pas l'intérêt de capturer un unique Hollow. Un sourire en coin s'afficha alors sur le visage de Kisuke après sa remarque. Bien qu'elle l'ai fait intérieurement rire, il ne comptait pas dévoiler ses informations de si tôt. En effet, même si le blond avait une certaine idée en tête, il ne comptait pas la partager. Du moins, pas tout de suite. Prenant alors son air loufoque, comme d'habitude, il leva les bras, paumes vers le plafond, et haussa les épaules en rigolant.



« Faut bien commencer par quelque part, ne croyez-vous pas ? » 

Reposant alors ses mains, inertes, sur la table, il tapota du doigt à un rythme parfaitement régulier sur cette dernière. Sa logique était la suivante : En partant du principe qu'un Hollow lambda absorbe son hôte pour en prendre le contrôle total, peut-être que les demi-hollow – appelons-les ainsi – étaient crées lorsqu'ils tentaient d'absorber une âme trop puissante pour eux ? Ainsi, en étant trop gourmands, il devaient partager la moitié du corps avec leur propriétaire tels des parasites. Même si tout cela ne restait qu'une théorie, c'était la plus élaborée qu'il avait pour l'instant. Libre à son client de lui faire, dès lors, confiance, ou tout simplement de laisser tomber.






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 3 Avr - 15:38
Plus la discussion avançait, et plus l'instinct de Natsuki lui disait que quelque chose n'allait pas. Néanmoins, en prenant le problème à l'envers, il pouvait très bien croire que c'était lui qui n'allait pas justement, pour être venu chercher de l'aide ici. Mais entre Kisuke et Mayuri... '' Crains plus l'inconnu que l'ennemi que tu connais. '' disait un diction. L'avenir allait dire au shinigami s'il avait bien fait ou non. Peu de chance qu'il le regrette pourtant. Car bien qu'il était à peu près persuadé que les deux scientifiques s'étaient fait porter pâles le jour des cours sur l'éthique, il ne lui arrivera rien d'intentionnellement provoqué avec le blond. Encore que...

Il ne servait à rien de partir sur des hypothèses s'il n'avait pas de matière sur laquelle travailler, il le savait, aussi il cessa de se questionner à ce sujet pour le moment. Que l'exilé lui cache ce qu'il avait en tête par rapport à ce kido, tant pis, il n'avait pas d'autre piste pour le moment. Qu'il préfère monopoliser tout le travail à faire, grand bien lui fasse, la finalité pour Natsuki était qu'il soit capable de lancer ce kido, tant pis s'il n'avait rien pu apporter d'autre à l'édifice que son idée. Seule la finalité comptait. Il ramassa alors l'oreillette que lui confia le marchand, et l'observa entre son pouce et son index. A première vue, elle n'avait rien de différent du modèle donné aux Forces Spéciales, dont Mayuri était à l'origine. Il se garda d'énoncer oralement cette remarque, car s'il y avait bien des rumeurs sur le scientifique fou, celle de sa rivalité avec le marchand était bien fondée. Et comme il ignorait si la réciproque était vraie... Il se contenta alors de la placer à son oreille. Il l'activera plus tard, inutile de vérifier si ce dernier fonctionnait. Kisuke était imbu de sa personne, ou du moins il lui renvoyait cette image. Aussi , fier comme un coq qu'il était, jamais l'ancien Capitaine ne lui aurait donné du matériel défaillant, qu'il vivrait comme une humiliation. A moins qu'il s'agissait d'un de ses '' jouets '' encore au stade de prototype, et qu'il avait besoin de cobaye pour le tester ? Encore une fois, aucun moyen de le vérifier, aussi il ne chercha pas à le faire.


« En effet, il faut bien commencer quelque part. Et à un moment. Ici et maintenant donc. »


Il récupéra son chapeau posé sur la table, et le garda à la main en se levant.


« Je vais déjà aller récupérer deux hollow qui nous servirons de base. Je doute en trouver un capable de parasiter d'autres êtres vivants, mais sait-on jamais. Le monde est plein de surprises... »


Son regard glissa sur le marchand, où se mêlait doute et respect.


« … dont il est difficile de qualifier si elles sont bonnes ou mauvaises de prime abord. Bien, il est temps de se mettre en chasse. Vous donnerez vous la peine d'accompagner la plèbe jusqu'à la sortie, ou bien dois-je la trouver moi-même ? »


Lorsqu'il regagna l'air libre et le ciel dégagé de Karakura, l'après-midi débutait. Il repassa mentalement son entretient avec l'excentrique shinigami sur le chemin du centre-ville. Il était pour le moment sûr d'une chose. Il s'était trouvé un allié de poids. Mais à l'image du renard qui sort l'oisillon du ruisseau pour le dévorer, ce n'est pas parce que quelqu'un vous vient en aide que c'est forcément pour vous rendre service. Et à ne point en douter, dans son cas Urahara appartenait plus à la catégorie du loup affamé que du sauveur, hypothèse confirmée par le simple fait qu'il ne semblait pas porter l'assassin dans son cœur, avec en première raison son appartenance raciale. Le Vice-Capitaine ne pouvait pas vraiment lui jeter la pierre à ce sujet, car il en allait ainsi de toute la Soul Society : l'Autre est l'ennemi. Taka avait mit le doigt dessus une fois, lors de leurs nombreuses discussions. Si le Goteï 13 ne pouvait pas s'allier parfois à des hollow dotés d'une conscience, et pas forcément hostiles. C'était bien sûr une chimère. Les deux espèces se détestaient viscéralement, et s'attaquaient à vue. Chacun était la vision du mal incarnée de l'autre. Tout ce que l'on pouvait espérer était des changements individuels. Natsuki par exemple, ne vouait aucune haine aux hollow. Il les purifiait pour protéger les humains, et conduire leur âme lavée vers la Soul Society. Qui sait, peut-être qu'il fera changer le marchand de sentiment vis-à-vis des shinigami du Seireitei ? Cette pensée lui tira un sourire. Il n'y comptait pas, et pour la raison principale qu'il s'en fichait.

Debout sur le toit d'un immeuble, il observa le ciel, à la recherche de hollow vagabonds. Il pouvait très bien les attirer en libérant son reiatsu, mais il n'appréciait pas cette méthode, car certes elle fonctionnait, mais parfois beaucoup trop, au point d'appâter non seulement les âmes corrompues des environs, mais aussi celle des autres mondes. A l'image de la simili-shinigami par exemple, laquelle passait son temps à dégager plus d'énergie que nécessaire, et ce de façon incontrôlée. La seconde raison était que gorger ainsi l'atmosphère de son reiatsu le transformait en balise géante, aussi visible qu'un phare dans la nuit. Or il ne souhaitait attirer l'attention sur lui en outre-mesure. Le Goteï savait qu'il était ici, et lui-même n'ignorait pas comment les informations étaient cueillit et circulaient, mais cela ne l'empêchait pas de devoir faire preuve de prudence. Car il était ici pour lui, et non sur mandat de sa Division, en attestait sa tunique.

C'est alors qu'une idée lui vint. S'il préférait éviter d'avoir à utiliser sa propre force pour attirer à lui les hollow, rien ne l'empêchait de tirer partie de celle de Neko. Il fonça alors de shunpo en shunpo, en direction du quartier sud de l'immense ville. En chemin, il croisa sa première victime, un hollow terrestre tout juste sortit de son garganta. Grand comme lui, il se rattachait aux humanoïdes, et aurait même pu passer pour un humain en l'absence d'un masque blanc ponctué de deux cornes de bélier. Sans avertissement, l'assassin lui tomba dessus, et le plaqua au sol. Une seule frappe dans les côtes une fois la créature plaquée fut suffisante pour l'assommer. Il aurait pu s'y prendre autrement, mais l'anatomie des hollow n'était pas comparable à celle des shinigami. Ses connaissances précises du corps et comment le neutraliser ne lui servaient donc pas ici. Il ne pouvait que doser ses frappes pour ne pas tuer.

Porteur d'un sceau inhibiteur, Natsuki ne pouvait exploiter pleinement ses capacités. Et pourtant, il mis hors d'état de nuire le premier hollow sans le moindre problème. Il se posa alors la question : fallait-il trouver des hollow avec un minimum d'énergie spirituelle, pour que ces derniers supportent ce que Urahara allait leur faire subir, ou n'importe lequel suffisait, tant qu'il était vivant et exploitable ? L'assassin soupira, il n'aimait pas cela. Non pas qu'il avait de la peine ou de la pitié pour les monstres masqués, mais ces derniers méritaient une purification, pas de finir en rat de laboratoire. Ils n'avaient pas choisit leur condition. Il le fallait pourtant, selon l'exilé. En relativisant, ce ne sera pas la pire chose que le Vice-Capitaine fera par nécessité. Mais cela ne rendra pas son action meilleure pour autant. Usant de bakudo de sa connaissance pour sceller un bon moment l'âme impure, à savoir entraves et mutisme, il le jeta dans une large benne à ordure, et reprit sa route.

Il n'eut pas à chercher loin pour le deuxième, car à peine avait-il reposé un pied sur les toits de Karakura qu'il trouva une petit groupe de hollow dans le ciel. Ou plus exactement, deux monstres masqués poursuivit par un troisième, plus massif. Il n'y avait que dans le règne de cette race que l'on pouvait voir un taureau poursuivre deux félins pour se nourrir. La scène pourtant n'amusa pas le shinigami, qui commença son incantation :


« Détruis-toi, ô chien noir de Rondanini ! Lis, enflamme-toi et puis dévores ta propre gorge ! Horin ! »


S'il avait encore sa première victime dans la gueule, l'adjucha à l'allure de taureau n'eut pas le temps de se remettre en charge du deuxième. Un lasso d'énergie pure se resserra soudainement sur sa gorge et le tira en arrière. A l'autre bout, Natsuki ramena sa capture d'une secousse du bras, avant de le planter à ses pieds d'un second bakudo :


«Shitotsu Sansen. »


A sa merci, la créature ne pouvait plus bouger, percée par trois pieux de reiatsu. Seules sa queue et sa tête s'agitaient encore avec furie, tandis que ses nasaux expulsaient bruyamment l'air à chaque souffle de colère. L'assassin plia simplement les genoux, et se plaça à hauteur du hollow, le visage impassible :


« Tu ne connaîtrais pas un de tes congénères capable de parasiter un corps ? »
questionna-t-il, à tout hasard, même en sachant que ses chances d'obtenir une réponse positive était maigre.

Comme attendu, il n'en n'eut aucune, si ce n'est un regard haineux. Ce à quoi il s'attendit moins par contre fut l'étonnante force de l'adjucha, qui brutalement fit sauter le second kido d'entrave en un instant. Natsuki fit un bond en arrière, mais la créature était déjà sur lui, chargeant à une vitesse impressionnant. Elle le heurta tête la première, et l'envoya valdinguer dans le ciel. Percuté en pleine poitrine, Natsuki sentit l'air quitter ses poumons comprimés en une seule fois, et peina à retrouver un semblant de souffle alors qu'il stabilisa sa position aérienne. Son opposant voulu profiter de l'occasion pour fuir plutôt que de se battre, mais c'était sans compter le lasso incandescent qui liait toujours les deux êtres. L'assassin tira à nouveau dessus pour freiner le taureau qui n'éprouvait aucun problème à courir dans le vide, et combla le reste de la distance les séparant d'un shunpo, sa réception assurée sur le dos de la bête. Il pouvait l'étouffer lentement en resserrant son kido, mais cela allait lui prendre du temps, d'autant plus que l'animal masqué ne l'entendait pas de cette oreille. Dans l'optique de déloger son cavalier indésirable, il commença à se ruer, donnant de violents a-coups en tous sens. Le shinigami, que le rodéo n'emballait pas, abattit ses deux poings liés sur le crâne de l'adjucha, juste entre les deux cornes, avec ce qu'il fallait de reiatsu concentré pour que l'impact provoque une commotion suffisante. Son assaut fit mouche, et le hollow cessa aussitôt de se débattre pour chuter lourdement. Comme s'il ne pesait rien, Natsuki l'attrapa par l'une des cornes, et le ramena auprès du premier monstre maqué capturé, lequel n'avait pas encore reprit connaissance.

C'était une bonne chose, car cela allait faciliter le transport. En effet, même pieds et poings / pattes liés, les hollow pouvaient encore émettre leur énergie, pour appeler des congénères entre autre. Et ce que l'assassin voulait éviter par-dessus tout était de justement se faire remarquer. Que ce soit par d'autres âmes corrompues, ou pire, par des shinigami en faction. Il n'avait pas envie d'avoir à expliquer aux autres dieux de la mort pourquoi il se promenait avec un spécimen au bout de chaque bras, ni même de se faire voir avec eux. Fort heureusement pour lui, la filature était un de ses points forts, et par corollaire, il connaissait toutes les précautions à prendre pour éviter d'être suivit, ou le cas échéant, semer son poursuivant. Mais avant de se mettre en route, il posa la main sur l'oreillette que lui avait fournit Kisuke, et la retira avant d'y inoculer de son reiatsu. Si cela devait exploser, mieux valait que cela le fasse loin de lui. L'énergie bleutée émana de ses doigts comme une petite flamme, avant de s'éteindre tout aussi vite. Un bip sonore lui indiqua que l'engin était apte à remplir sa fonction, ce qu'il testa tout de suite en le remettant à sa nouvelle place : le creux de son oreille. Il testa les boutons, suite à quoi la communication sembla s'établir :


« Urahara ? J'ai ce que nous avons besoin. J'arrive dans quinze minutes. »
déclara-t-il simplement d'un ton neutre.

Avait-il vraiment besoin de s'annoncer ? A tous les coups, un traceur dans l'appareil révélait au marchand sa position en permanence. Mais il s'en fichait : s'il se rendra sur Terre dans les mois à venir, ce ne sera que pour se joindre à l'expérience avec le scientifique, maigre atteinte de la vie privée donc.

Il se mit en route vers la boutique de l'exilé, en prenant soin de rester dans les petites ruelles le plus possible, à mi-chemin entre le sol et le ciel. Il lui était d'une part beaucoup plus simple de se dissimuler de la sorte, et de l'autre, le transport de ses deux charges lui était facilité : il n'avait qu'à les laisser pendre au bout de ses bras plutôt que de devoir les porter ou les tirer, tandis qu'il suivait le parcours tracé dans son esprit. Il restait attentif sur les alentours, s'assurant que personne ne le surprenne dans cette embarrassante situation au fur et à mesure qu'il se rapprochait du lieu de livraison. D'ailleurs, par où allait-il passer pour déposer les deux futurs cobayes ? Il se voyait mal utiliser l'entrée public, même s'il n'était pas perceptible par les natifs du Monde Matériel. Il opta alors pour mettre le pied à terre à l'arrière, dans le jardin de la partie '' maison '' du bâtiment. A celui qui l'attendait, il jeta à ses pieds sans un mot le hollow et l'adjucha inconscients.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Mer 3 Avr - 18:14




Mon premier client !



« Qui ne risque rien... ne risque rien ! »


Cet homme en face de lui semblait si mystérieux et à la fois si ouvert. Il venait de faire part de son projet principale à l'homme au bob. Etait-ce une manière d'exprimer la confiance qu'il avait en lui ? Bien qu'il ne pouvait pas réellement en conclure grand chose, Kisuke ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire lorsque ça lui passa par la tête. Se relatant alors les derniers évènements, notamment la visite de la Taka, il se souvenait de la manière dont il avait extirpé le démon d'elle. Tout d'abord l'épuiser et la mener au bout de ses forces avant de combattre l'entité qui, sous le danger, sort du corps de l'hôte. En tout et pour tout, il n'avait pas remarqué de perturbation dans son Reiatsu avant le moment fatidique. Ce qui était tout à fait normal, c'est que le monstre avait une énergie spirituelle et une conscience qui lui était propre ; Chose qui l'avait poussé à la destruction assez rapidement en fin de compte. Lors de leur combat, il s'était même approprié les techniques de son hôte, mais une fois sorti de celui-ci il s'était révélé beaucoup moins puissant qu'auparavant. Entre temps, le blondinet s'était permis de faire ses propres recherches et n'avait donc, de ce fait, pas besoin de développer la partie théorique ; Il ne lui manquait que la pratique. Son nouvel "élève" s'éclipsa alors sous les ordres ou la demande expresse – choisissez le terme que vous préférez – de l'ancien capitaine de la douzième division. Restant alors au laboratoire, il mit immédiatement à profit l'absence de Natsuki. Ce vice-capitaine était pas mal intelligent, mais Kisuke ne lui faisait pas du tout confiance. En tout et pour tout, cela se résumait à sa curiosité trop importante. Certes, l'Urahara n'aimait pas qu'on plonge un nez dans ses affaires, mais en plus de cela cet homme faisait partie de la seconde division. Même en tant qu'ancien membre de celle-ci, l'homme au bob avait encore du mal à en parler.

Dès lors qu'il avait rencontré l'hybride, il s'était mis en tête de trouver un moyen de libérer les âmes plus facilement. Il était évident que pour lui, cela n'avait pas été sans difficulté mais loin d'être insurmontable non plus ; et de ce fait, un shinigami de plus bas rang – même les plus faibles des capitaines – aurait eu du mal à s'en défaire. C'était surtout sa capacité défensive qui lui avait sauvé la vie, rien de plus. Il connaissait des tas d'épéistes qui ne s'en serait pas sortis, alors il préférait encaisser le coup et développer la fameuse technique de Kidô. Il vérifia alors un instant que la technique qu'il avait développé entre temps collait à ce qu'il avait prédit – profitant ainsi de l'absence du tatoué. Le développement de celle-ci n'avait, en effet, pas été si difficile que ça. Durant son combat contre l'Hollow, il s'était permis d'analyser et de récolter un peu de son énergie spirituelle – assez pour un tel kidô. Le problème, c'est qu'il ne relevait ni de la branche destruction, ni de la seconde branche. Un mélange des deux, il ne devrait en théorie fonctionner que sur des Hollows – Kisuke gardant pour lui la formule permettant l'utilisation sur les Shinigami et autre. Il voulait ainsi continuer de la développer pour pouvoir aller jusqu'à séparer un Shinigami de son Zanpakutô, voir le Zanpakutô lui-même de son esprit. Bien sûr, même si ça ne restait qu'une hypothèse, rien n'était impossible.

L'apelle du tatoué survint alors, signalant qu'il allait arrivé. Finalisant ainsi la technique, il le laissa doucement rentrer. Celui-ci posa soudainement deux hollows – dont un Adjucha – à terre. S'approchant lentement des deux monstres, le Kisuke planta son épée dégainée dans le plus petits des deux. Celui-ci disparut instantanément, considéré comme mort. En effet, il n'avait jamais eu besoin de quelconques cobayes du styles – ayant déja récolté toutes les informations possible. Il voulait uniquement rester seul pour finaliser le tout, rien de plus. Néanmoins, une idée lui vint à l'esprit. Quoi de mieux, pour tester sa technique, que d'avoir un cas réel, juste en face de lui. Levant alors ses yeux à moitié cachés derrière son chapeau, un large sourire se dessina alors sur son visage.



« Quand le monstre se réveillera, seras-tu prêt à te laisser absorber ... ? » 







Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 3 Avr - 21:48
Après avoir lancé sa cargaison, Natsuki resta à sa place, les bras croisés sur sa poitrine. Il observa silencieusement le marchand inspecter la marchandise, le visage inexpressif. Ce n'était pas le masque de mort qu'il avait l'habitude de porter pour se battre, car dans ses yeux brillait encore la vie, mais en l'absence d'un sourire, il était difficile de deviner son humeur en l'observant simplement. Le hollow humanoïde fut rapidement éliminé. Peut-être même trop vite pour avoir passé le moindre test de présélection du marchand. Quant à l'adjucha à la morphologie de taureau, il resta inconscient dans la terre et la poussière, mais ne bénéficia pas davantage d'attention que son homologue, ce qui accentua les doutes de l'assassin : quelqu'un se payait sa tête, et ce quelqu'un se trouvait devant lui.

Il ne cilla pas lorsque le marchand le fixa avec un air qui en disait long sur ses pensées, pas plus qu'en entendant la suite des plans qui lui étaient réservés. Il n'essaya même pas d'être sympathique dans sa réponse :


« Est-ce que nous parlons seulement la même langue, Urahara ? Je vous ai parlé de partenariat et de hollow capable de parasiter un corps, mais vous me répondez en me demandant de me laisser absorber par un adjucha pour tester un sort que je vous devine déjà connaître. Alors, s'agit-il là du payement pour service rendu que vous attendez de moi en avance, ou bien me prenez-vous simplement pour un crétin fini avec qui vous pourrez tester ce qui vous passe par la tête ? Cet adjucha est incapable de pénétrer dans un corps pour se l'approprier, il l'aurait déjà fait avec moi, le cas échéant. Et maintenant, vous me demandez de me laisser dévorer ? C'est son essence vers la mienne que je cherche à stopper, et non l'inverse. Je ne sais pas à quoi vous voulez vous amuser, Urahara, mais si c'est juste pour me tuer, il y a des moyens beaucoup plus simples et rapides pour y parvenir. »


Alors qu'il parlait, il concentrait son reiatsu dans ses deux jambes, tout en en dissimulant la concentration majeure en amenant son énergie spirituelle à son niveau courant. Il n'était en effet pas encore capable et de canaliser son reiatsu dans un membre, et de maintenir son énergie au point zéro en même temps. Même si son corps était bridé par le sceau inhibiteur, ses réflexes eux n'étaient pas amoindrit. Il pouvait donc bondir à une vitesse fulgurante en arrière grâce à ce renforcement en cas de danger, et battre en retraite si besoin s'en faisait sentir. Car dans sa condition, s'il en venait à se frotter au marchand, il savait qu'il n'était clairement pas à son avantage, même sans compter sur le nécromancien qui vivait avec l'ancien Capitaine, entre autre.


« Venons en maintenant aux faits, Urahara. Est-ce vous comptez réellement m'aider, même pour votre propre intérêt, ou est-ce que vous préférez continuer d'essayer de me faire avaler des couleuvres ? Je n'apprécie pas particulièrement ne pas rentabiliser mon temps. Aussi, si vous n'avez rien d'autres à me proposer que de me le faire perdre, restons-en là, nous en gagnerons tous les deux. L'échange vous a été rentable de toute façon, je me trompe ? Ou bien je n'ai fait que vous retarder car vous saviez déjà tout ? »


Comme dans le salon de l'exilé, le Vice-Capitaine chassa la discussion d'un geste de la main. Cela n'avait pas d'importance en fait. La seule chose qu'il avait de savoir, c'est si le marchand comptait enfin révéler une partie des cartes qu'il avait en main, ou s'il comptait simplement le manipuler encore, le tuer, et le transformer en rat de laboratoire – pas forcément dans cet ordre. Natsuki était prêt à beaucoup investir pour développer ce kido sur lequel il travaillait depuis trois décennies, mais certainement mourir pour une cause qui n'était même pas la sienne.

Le regard voilé de néant, il ne quitta pas la moindre seconde des yeux Kisuke, qui pouvait à tout moment se changer en menace. Parfaitement immobile, il ne clignait même plus des paupières. Pétrifié et impénétrable en extérieur, tous ses sens étaient en alerte à l'intérieur, prompte à réagir au moindre signe hostile.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Ven 5 Avr - 13:08




Mon premier client !



« Le pardon est la plus belle fleur de la victoire. »


Le visage caché derrière son bob, le blondinet ne bougea pas d'un pouce, écoutant chaque mot du monologue – relativement chiant – de son interlocuteur. Toujours le même sourire malsain sur le visage, il s'amusait. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus vu quelqu'un s'énerver autant contre lui, alors forcément ça lui faisait quelque part plaisir, même si ce n'est pourtant pas le but recherché. Why so serious ? Hochant la tête négativement lorsque son voisin eut enfin finit, il ne pu s'empêcher de laisser sortir un léger rire – un peu comme un marquis l'aurait fait – pour souligner la bêtise de son voisin. Celui-ci n'avait pas la moindre de chance de s'en sortir face à l'ex-capitaine – pas avec son niveau actuel en tout cas. Il était certain que s'il l'avait voulu, Kisuke aurait pu le tuer depuis longtemps. Mais pour quoi faire, hormis se mettre la soul Society sur le dos ? Non, il y avait d'autre moyens de s'arranger. Et puis l'Urahara n'aimait pas réellement se battre et ne dégainait que sous la nécessité.



« Que ce soit Adjucha, Hollow ou autre, le principe d'appropriation des corps reste le même. Cette chose, allongée là, peut vous absorber, mais il a analysé votre Reiatsu. Il l'a analysé et s'est ensuite rendu compte que ce serait bien trop difficile de manger une telle pression spirituelle – aussi succulente pourrait-elle être. Dans l'état actuel des choses, non, il ne prendrai pas possession de votre corps. Mais en admettons que vous soyez d'accord, il vous suffirait de ne pas laisser surgir de Reiatsu, de baisser totalement votre garde, pour qu'enfin il s'en prenne à vous. Oui, je pourrai moi-même être utilisé en tant que cobaye, mais à quoi bon puisque je suis le seul à connaître le moyen de me faire sortir de là ? Finalement, quand on y regarde de plus près, ce n'est pas une si mauvaise solution. Que le sort fonctionne ou non, j'ai de quoi le faire sortir de votre esprit, de votre corps. Je ne dis pas que le risque est nul, car on sait tout les deux que cela est impossible. » 

Marquant une pause, debout, il posa alors sa seconde main sur le manche de sa canne, arborant la même expression que précédemment. Ce dernier sentait clairement le Reitatsu de son interlocuteur en ébullition, ce qui eut pour effet de le faire sourire intérieurement.



« Si j'avais voulu vous tuer, j'aurai pu le faire de diverses manières. Que c'eût été lorsque vous avez pénétré ma maison, ou grâce à l'oreillette que je vous ai donné, ou encore maintenant, de mes propres mains. Mais qu'en tirerais-je ? Ce que je veux, c'est réussir à finaliser mon sort. Au final, il me faut un cobaye si vous préférez. Je ne peux pas vous forcer à le faire, alors libre à vous d'accepter ou non. La seconde solution restante, est de me trouver une autre personne habitée par un Hollow. Mais attention, il me faut une personne consentante ... » 

Se retournant alors, un rictus de haine s'afficha un instant sur le visage du blond. L'idée d'obliger quelqu'un à se faire envahir par un Hollow le répugnait. S'il apprenait que quelqu'un pratiquait ce genre d'expériences, d'actes, il s'en irait le tuer sur-le-champ; Bien heureusement ce n'était pas le cas. Lui-même, à travers le Hogyokou, s'était servi de personnes totalement d'accords sur le principe. Frappant une fois le sol avec sa canne, il tourna légèrement son visage sur le côté afin d'avoir Rei dans son champ de vision.



« Mais si vous n'êtes pas prêts à aller jusqu'au bout, rien ne vous retient ici. Cependant, je ne vous conseille pas d'aller voir Mayuri. Contrairement à moi, il vous capturerait vivant .... » 






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 6 Avr - 10:53
Kisuke avait un avantage sur leur relation : c'était lui qui avait à offrir, et ne perdrait sans doute rien dans l'affaire si elle se terminait maintenant. Autrement dit, il n'avait aucune raison de fléchir ne serait-ce que d'un iota ses exigences vis-à-vis de Natsuki. Il pouvait à loisir retourner l'assassin, lui baisser son pantalon et le fendre en deux tant que ce dernier souhaitait – espérait – encore tirer quelque chose de lui. Et chacun savait que les promesses n'engageaient que ceux qui y croyaient. Plus la discussion avançait, et plus l'ancien Capitaine passait aux yeux du shinigami tatoué pour un vieux roublard. Il le tenait à sa merci, lui forçait la main tout en le laissant libre de son choix, ce qui était d'autant plus pervers dans la situation. Car oui, Natsuki avait la possibilité de partir librement, mais dans ce cas, il n'aura pas avancé dans son projet, au final. Mais le plan du marchand lui semblait tout aussi improductif, à part risquer sa peau inutilement, car chaque fois qu'il parlait de blanc, l'exilé lui répondait noir. Et c'était sans doute ce qui l'agaçait le plus, car il détestait être manipulé de la sorte, aussi ouvertement sans pouvoir y faire quoi que ce soit.

Maître de lui-même, Natsuki était resté impassible. Il n'avait haussé ni la voix, ni laissé exploser son reiatsu, que l'on pouvait apparenté à un océan immobile. Le visage inexpressif à souhait, il laissait néanmoins connaître à son interlocuteur son ressenti sur le sujet au travers d'un ton porteur de mépris :


« Vous êtes doué dans votre genre. Vous arrivez à tourner une situation de sorte à me laisser l'illusion d'un choix, mais nous sommes tous les deux conscients que j'ai la main forcée si je veux avancer. Pouvons-nous réellement parler de consentement ? »


Venant de quelqu'un qui utilisait ses ennemis comme cobayes de laboratoire, le consentement devait avoir une valeur en somme toute relative. Aucun respect ni pour les vivants, ni pour les morts. Et après ce sont les assassins que l'on considère comme des monstres impitoyables...

« Je t'invite à faire beaucoup de choses de tes conseils, mais certainement pas de me les donner. »
songea Natsuki.

Il se garda bien de faire plus que de le penser. Mieux valait qu'il n'ôte pas au marchand la dernière raison qu'il avait de l'aider... si l'on pouvait réellement parler d'aide. Car de tout ce que débitait Kisuke, il n'y avait rien en rapport avec ceux qu'il lui avait demandé, pour ne pas dire que c'était le contraire exacte. Soit l'exilé l'utilisait à ses propres fins, soit il y avait une explication qui dépassait l'imaginaire du Vice-Capitaine, voire les deux, plus simplement. Le marchand avait parler de finaliser son sort. Bien que Natsuki n'avait pas le génie de son homologue, ce dernier n'avait pas pu concevoir aussi vite le sort de kido recherché, même à l'état de théorie, pendant l'heure où il avait envoyé son nouveau larbin et cobaye à la chasse aux hollow. Il avait toutes les cartes en mains bien avant l'arrivée du shinigami, il ne lui manquait déjà plus qu'un corps sur quoi s'essayer, corps que Natsuki allait fournir avec sa personne.

Décroisant les bras, il s'avança vers l'adjucha d'un pas silencieux, et l'attrapant par l'une de ses cornes, il tira sa tête dans sa direction, avant de s'assoir en position de médiation face à lui. La dernière lueur dans ses yeux s'éteignit. Il n'était dès plus qu'une coquille vide, fermée à toute émotion possible, sans que la moindre pensée parasite ne puisse désormais le faire dévier de son objectif. D'une violente gifle, il ramena le taureau dans un état de demi-conscience, puis l'agrippa par les deux cornes, son front collé à celui du monstre masqué.


« Essaie de m'absorber, et je ne te purifierai peut-être pas tout de suite. »
lui murmura-t-il d'un ton parfaitement neutre.

Jamais Natsuki pensait qu'il en viendrait à faire un jour ce à quoi il s'apprêtait : briser de son plein gré – en toute relativité - l'ensemble de ses défenses mentales et physiques face à l'ennemi. Des années d'entrainements pour dresser et renforcer des barrières qui l'avaient préservé de bien des situations périlleuses, pour finalement les abaisser ici. Le hollow ne tarda pas pour s'engouffrer dans la faille qui lui était offerte. Il se doutait qu'il y avait quelque chose ne tournant pas rond, mais il avait très vite prit conscience de la précarité de sa situation : sa seule chance était effectivement le corps de l'assassin.

Complètement immobile, le shinigami attendit, les yeux fermés. Mais il n'était pas serein, la possession n'avait rien d'agréable. Il avait connu de nombreuses blessures, et des douleurs physiques dépassant de loin ce que pouvait imaginer la majorité des êtres vivants dans les différentes dimensions. Des douleurs qu'il savait ignorer pour ne garder son attention focaliser que sur sa cible. Mais là, c'était pire que tout, comme si le hollow, en pénétrant dans son corps et en parasitant ses fonctions, stimulait en même temps tous ses récepteurs à la douleur, appuyait toujours davantage dessus alors qu'il progressait. Natsuki garda la mâchoire crispée, refusant de cracher le moindre cri, même la plus infime des plaintes. Kisuke prenait déjà un malin plaisir à l'utiliser de la sorte, il ne lui donnera pas de satisfaction supplémentaire. A moins bien sûr, que sa satisfaction ultime était d'avoir réussi à pousser un shinigami à un suicide délibéré. Non, cela ne se passera pas de la sorte, et pas parce qu'il comptait sur l'assistance du marchand.

Dans son monde intérieur, Natsuki se voyait seul sur son île, au centre du flaque noire, de laquelle s'échappaient des volute de fumée aux reflets violacées. Il ne pouvait dire si c'était lui qui s'enfonçait, ou le liquide qui grimpait le long de ses jambes, à l'image du lierre, mais une chose était sûre : l'étrange matière aura tôt fait de le recouvrir. Il se dégageait d'elle une aura malsaine, si similaire à celle des hollow. Inutile d'être un savant pour comprendre que ce que le Vice-Capitaine avait sous les yeux de son '' esprit '' était la métaphore de l'entité corrompue en train de s'approprier son être. Ce qui était beaucoup plus intéressant par contre, était le mécanisme par lequel l'adjucha passait. Natsuki n'avait même plus besoin de chercher à le comprendre, car il le vivait, le ressentait dans sa chair et son âme. Et il savait aussi comment s'en débarrasser de l'intérieur. Il n'était pas sûr d'en être capable, mais en théorie, c'était possible, car il avait laissé pénétrer un hollow qui lui était inférieur. En pratique, avec son sceau inhibiteur... Mais au moins, il avait une nouvelle piste maintenant, si le marchand se révélait n'être qu'un escroc. L'exploiter sera tout autre chose par contre.

En extérieur, il n'avait très fier allure. Toujours assit, il était en nage, et son corps était prit par moment de spasme qu'il ne pouvait contrôler. Ses muscles étaient bandés à l'extrême, muscles qui à l'accoutumé ne laissaient aucun doute sur leur potentiel létal, mais qui aujourd'hui semblaient juste lutter impuissant face au parasite. De nombreuses veines apparaissaient saillantes sur sa peau, comme sur le point d'éclater. Et c'était au tour de son corps maintenant, de dégager la même aura malsaine que celle putréfiant son esprit actuellement. Son reitatsu, pour la première fois de la journée, entra en ébullition, sans avoir rien de naturel. Il n'avait pas la '' couleur '' de celui des shinigami, mais plutôt une teinte emprunte de corruption. Il sombrait, s'abandonnant au hollow qui achevait sa possession. Il ne restait qu'une dernière barrière à franchir, celle qu'aucun homme, même de sa pleine volonté, ne pouvait détruire. Celle qui constituera son salut de dernier recours si jamais, aux maigres chances de succès...




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Sam 6 Avr - 11:44




Mon premier client !



« Ne rien risquer est un risque encore plus grand ! »


En effet, le jeune Shinigami avait vu juste. Kisuke, dans son état actuel, ne risquait rien. Que ce soit à travers la psychologie ou la force brute, son interlocuteur n'avait absolument aucun moyen de pression. Aucun. C'était bien là une opportunité, pour le scientifique, de faire passer un message. Le tatoué l'avait très bien compris : Ce n'était pas lui qui tirait les rennes. Souriant à sa remarque, le blond ne s'énerva pas, au contraire. Il jubilait intérieurement, de sa supériorité, de sa situation. Il n'avait rien à craindre, c'est pourquoi il pouvait prédire les mouvements de son adversaire. Le combat qui s'entamait entre les deux protagonistes pouvait s'apparenter à un jeu d'échec. Malheureusement pour Natsuki, l'ex-capitaine de la douzième division avait bien trop de coups en avances. En tout cas pour l'instant. L'Homme au bob ne sous-estimait jamais ses adversaires, c'est pourquoi il ne relâchait absolument jamais sa garde. Fixant alors le vice-capitaine dans les yeux, il y plongea ses mirettes, cherchant à pénétrer l'âme de celui-ci. Kisuke savait très bien que l'esprit et les intentions d'un homme pouvaient clairement se lire dans ses yeux, et il en profitait allègrement. Cependant, il n'y vit rien : Cet homme était assez entraîné pour ne pas bouger un seul muscle, ne pas ciller d'un seul centimètre tandis qu'il était sous pression. Fermant alors les yeux, un léger bruit s'échappa alors de la gorge de l'homme au bob, comme s'il acquiesçait.



« Vous me surestimez, jeune Shinigami. Je ne suis rien d'autre qu'un scientifique exilé depuis longtemps. Bien trop longtemps pour être au courant de quoi que ce soit, n'est-ce pas ? Toutefois, le réel choix ne se trouve pas être celui que je t'ai proposé. Compteras-tu abandonner ton projet, finalement ? » 

Sans espérer à une réponse, l'Urahara claqua sa canne contre le sol pour accentuer ses propos. Le sort qu'il avait jusqu'à présent développé était assez long à réciter. Pour être franc, son incantation était lourde, et si l'on y rajoutait le reste de la formule, il pourrait en théorie aller jusqu'à scinder un Arrancar en deux, le séparant de son entité de Hollow. Bien sûr, tout ceci restait à un stade expérimental, ce qui obligeait Kisuke à le tester sur des êtres vivants, ce qui apparemment n'allait pas tarder. S'approchant du cobaye, Natsuki décida alors de se laisser pénétrer par ce dernier. Ce petit ne manquait pas de courage, si ce n'est qu'il était peut-être un peu trop naïf. Heureusement pour lui que le scientifique n'avait pas menti, il aurait pu y laisser sa peau. Ce qui arrangeait l'exilé ici, c'était la présence du sceau sur le Shinigami. Il ne pouvait, entre autre, pas libérer la totalité de ses pouvoirs et donc, en toute cohésion, une fois habité par l'entité non plus. En position de tailleur – ou un truc du genre – il s'adonnait donc au rituel demandé par le blondinet. Observant la scène sous un regard attentif, il pu apercevoir l'Adjucha prendre doucement possession du corps de son client. Souriant sus la scène, il ne se délectait pas de la souffrance du Shinigami, au contraire, mais c'était la première fois qu'il pouvait observer un membre de son niveau se faire engloutir par un Hollow. Sa puissance étant bridée, il pouvait utiliser ses sorts de Kidô sans aucun problème, et sans avoir besoin de libérer son Zanpakutô. Levant la main vers le pauvre malheureux, l'Urahara lança alors un sort d'immobilisation – une assurance au cas où cela tournerait mal.

« 75e technique d'immobilisation : Quinte des piliers d'acier » 

Des barres d'acier se plantèrent alors dans le sol, immobilisant le Shinigami par la même occasion. Dans un gémissement bizarre, l'énergie obscure qui émanait de lui se calmait petit à petit. Se rendait-il compte de la position dans laquelle il était ? Non, sûrement pas : Son instinct sauvage le lui en empêchait. Puis, tendant cette fois les deux mains vers son adversaire, Kisuke ne comptait pas lui laisser un instant de répit. Le moment fatidique arrivait à grands pas. 



« Soleil noir ... Ténèbres du monde ... Obscurité de l'univers ... Englobez son corps. Lune rouge ... Abysses des cieux ... Astres nébuleux ... Frôlez son esprit. Unissez vous ! Relayez-vous ! Ne laissez aucun répit, aucune pitié ! Sentiments d'épouvante ! Visions d'horreurs ! Frayeur ! Crainte ! Effroi ! Emparez-vous de son âme ! Submergez-le ! Qu'il subisse une souffrance digne des Dieux ! Que son courroux soit interminable ! Obéissez à mes ordres, forces divines ! » 

De suite une fois que l'incantation fut terminée, une lumière blanche jaillit des mains du scientifique. Un peu kitch, voir même ringard, celle-ci se dirigea et enveloppa la tête de Natsuki. Pour être plus précis, celle-ci formait un bandeau autour des yeux de l'Adjucha. Le principe de la technique était à la fois simple et complexe : Le Kidô analysait l'esprit de la cible, visant ses plus grandes peurs. Puis, dans une illusion des plus réalistes et abouties, celle-ci se révélaient être réelles et écrasaient le Hollow sous une immense crainte. Quelque chose qu'un humain normal ne pourrait pas supporter, qui le tuerai d'une crise cardiaque dès les premières secondes. Cette technique devait, sous le sentiment du danger, obliger l'Adjucha à quitter le corps de son hôte..

« Honogurai Kyoui ! »

La technique était lancée, les rouages tournaient. Qu'adviendrait-il donc du Shinigami ... ?






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 6 Avr - 16:00
La sensation d'oppression ne le quittait plus. Il était presque aveuglé en son fort intérieur, ne percevant plus que les environs au travers du voile semi opaque que formait le reiatsu du hollow. Puis le néant. Plus aucun repère, aucune notion. Une dernière chose lui rappelait qu'il était en vie : la douleur perpétuelle. Il ne pouvait pas attendre davantage. Il savait qu'il ne DEVAIT plus attendre. Natsuki libéra toute l'énergie brute qu'il pu, cherchant à créer une sorte de barrière autour de lui, et de la densifier pour repousser l'esprit de l'adjucha, le temps de reconstruire progressivement ses défenses. Il s'engagea dans un bras de fer spirituel, dont le rapport de force lui parut très vite à son désavantage : l'âme corrompue avait pénétré trop profond en lui. Il ne relâcha pas pour autant ses efforts, aussi désespérés qu'ils étaient.

C'est alors que contre tout attente, le hollow céda brusquement, écrasé par un flux de reiatsu étranger. La matière noirâtre déserta son corps, le laissant à nouveau émerger. Toujours au centre de son île, une lueur inhabituelle irradiait les environs, une lumière qui glaça le sang de l'assassin. Il l'avait déjà vu il y a quelques années, alors qu'il avait tenté de s'attaquer à un trop gros morceau pour lui. La Deuxième Division lui avait apprit à tuer chacune de ses peurs, ne plus craindre quoi que ce soit, et surtout pas la mort. Mais malgré cela, il y en avait une, née de sa propre existence, qu'il n'avait pas surmonté. Et c'est justement face à celle-ci qu'il se tenait, impuissant. Les pupilles dilatées, il n'arrivait plus à se mouvoir, bien que plus rien ne le retenait. Rien, si ce n'est la terreur incarnée. Il devait fuir d'ici, absolument. Et étrangement, c'est grâce à l'adjucha qu'il y parvenu.

S'il avait trouvé la possession douloureuse, la désertion du hollow fut infiniment pire. C'est peut-être ce qui le ramena à la réalité, dans le Monde Matériel. Aveuglé et focalisé par la souffrance, il ne captait plus rien de l'extérieur. Entravé par un bakudo de niveau supérieur, il ne s'en rendait même pas compte, alors que de la fumée s'échappait par filament de ses lèvres et de ses narines. S'il voulait crier, il ne le pouvait pas. Son cerveau était court-circuité, ses muscles prit de spasmes violents.

Impossible de dire combien de temps tout ceci avait duré, depuis quand il luttait contre quelque chose qui donnait presque à la mort des airs sympathique, mais lorsque cela cessa, l'air s'extirpa hors de ses poumons dans un long râle, alors qu'il n'avait plus aucun contrôle sur rien. Son corps menaça de s'écrouler, mais le kido d'immobilisation de l'exilé le maintenait en place. Ce qui ne resta pas à sa place par contre, fut le contenu de son estomac. Par deux vagues, ce dernier remonta l'œsophage pour gagner l'air ambiant à nouveau, accompagné de tous les gargouillis peu ragoutant qui allaient avec.

Quelques instants furent nécessaire à l'assassin pour retrouver d'abord ne serait-ce qu'un état de demi-conscience. Il sentit sa poitrine se soulever à un rythme irrégulier, à la recherche de son souffle, la caresse glacé du vent sur sa peau trempée de sueur, et luisante sous le soleil, l'horrible goût de son reflux gastrique et de l'odeur qui lui était propre. La vue troublée, Natsuki ballotta sa tête de gauche à droite, se re situant dans l'espace. L'adjucha était devant lui, dans un état qui n'était pas meilleur, pour ne pas dire mort. Le bakudo s'effrita, ses bras retombèrent mollement, mais il avait maintenant assez reprit de ses esprits pour ne pas choir lamentablement.

Deux minutes plus tard et un adjucha purifié, le Vice-Capitaine se tenait enfin debout, tous les effets secondaires dû au nouveau kido enfin dissipés. A nouveau droit et le visage fermé, il parlait, les mains sur les hanches :


« Une expérience assez peu agréable à vivre, mais au moins nous savons que le kido fonctionne. »


'' Nous '' était un terme qui paraissait de moins en moins approprié à l'assassin, car étant utilisé, pour le moment c'était Kisuke qui apprenait, et Natsuki qui devait se débrouiller pour extraire les informations sur le tas, sans les connaissances qui allaient derrière. Heureusement pour lui, il avait déjà les bases, et vivre l'expérience en tant que sujet lui fut riche en enseignement.


«  Où en sommes nous ? Allez-vous m'apprendre à me servir de ce kido ? Ou bien vais-je devoir me contenter des miettes maintenant que vous avez ce que vous vouliez ? »


Si Urahara avait chassé le hollow hors de lui, ce n'était pas pour lui rendre service, mais bel et bien pour finaliser son sort en conditions réelles. Ainsi, il n'avait dès lors plus besoin de l'assassin, encore moins de lui apprendre quoi que ce soit. Seule sa bonne parole l'y engageait, et Natsuki ne lui en accordait aucune valeur : le marchand n'avait encore rien fait pour lui prouver le contraire. La réponse à venir allait déterminer si elle sera l'épilogue de la journée, ou si le Vice-Capitaine sera encore amené à rencontrer l'exilé dans les prochains jours pour parfaire l'apprentissage du kido convoité.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 71
• INSCRIPTION : 23/03/2013
• LOISIRS : PC - Jeux vidéos
• HUMEUR : Très bonne

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Ex-capitaine de la 12ème division
Points d'experience:
80/410  (80/410)
Niveau: 25

Dim 7 Avr - 19:20




Mon premier client !



« Ne rien risquer est un risque encore plus grand ! »


Ça y était. Le projet était terminé. Du côté du blondinet, tout était parfait : L'Adjucha, poussé dans ses derniers retranchement, s'était échappé du corps de son hôte. Le but final était donc atteint. Fier de lui, Kisuke se permit de lâcher ses épaules, d'évacuer la tension et de souffler un peu. Soupirant, tout ceci avait été plus facile que prévu. Pour lui en tout cas. Son interlocuteur, bien qu'il ne le montrait pas, devait être à bout de forces. Extirper ainsi une partie de soi devait tout simplement être horrible. Bien que la seconde division était connue pour sa résistance accrue à la douleur et que Natsuki cachait ce qu'il ressentait, l'Urahara n'était pas dupe non plus. Il savait que son voisin venait d'en baver et pas qu'un peu. S'approchant de Natsuki, il posa une main compatissante sur son épaule, un large sourire sur son visage.



« Considérez que nous sommes quitte. Cette aventure vous aura autant rapporté qu'à moi, je n'ai plus besoin de vos services. » 

Se retournant, il alla alors s'asseoir à sa table. Sortant un papier, il griffonna quelque chose dessus. Requérant toute son attention, il prit quelques instants et étudia ce qu'il venait d'écrire. Puis il tendit le bout de papier à son client du jour.



« Tenez, voici la formule. Je n'ai qu'une parole, souvenez-vous en. Rentrez chez vous, reposez vous et récitez cette formule en tendant vos deux bras vers une cible. Lorsque vous aurez maîtrisé cette étape, vous pourrez revenir me voir et nous finaliserons le tout. » 

Tapant alors sur le sol du bout de sa canne qu'il avait repris en main quelques instants auparavant, il tourna à nouveau le dos au Shinigami.



« Je ne vous montre pas la sortie. A une prochaine fois, monsieur Kurodo.  » 

Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 8 Avr - 20:09
Natsuki était épuisé. Vivant, mais épuisé. Il ne savait pas si c'était le kido en lui-même qui l'avait siphonné, la possession puis de l'exorcisme du hollow, ou si c'était les atroces douleurs successives qui avaient accompagné le processus. Dans tous les cas, il ne l'afficha pas, le terrant bien profond derrière sa discipline de fer. Kisuke avait déjà assez prit de plaisir de la sorte pour lui en gratifier d'un supplémentaire. D'ailleurs, ce n'était que ladite fatigue qui l'empêcha de réagir vraiment lorsque le marchand s'approcha de lui pour poser sa main sur son épaule avec un sourire bienveillant – et probablement faux. L'assassin le regarda comme si les doigts qui le touchaient étaient couvert de fange, et que l'exilé avait utilisé ses vêtements pour les essuyer. Il s'était comporté en beau salaud supérieur jusqu'à présent, ce n'est pas parce qu'il venait maintenant avec une mine amicale et la bouche en cœur que le Vice-Capitaine devait désormais l'apprécier. Mais à part ce même regard de méfiance avec lequel il toisa son interlocuteur, il resta immobile et silencieux.

Kisuke encore une fois présenta les événements à sa manière. Ainsi avait-il déclaré qu'ils étaient quitte, car l'expérience leur avait apporté à tous les deux, et que dès lors l'assassin pouvait débarrasser le plancher, il ne lui était plus utile. Natsuki ne voyait pas la situation du même angle, imposé à celui du piétiné. Car oui, ils étaient quitte, que le marchand soit d'accord avec ou non. C'était l'assassin qui avait dû se retrousser les manches et mettre les bras dedans, l'exilé se retrouvant avec le beau rôle. Si ce dernier avait en plus exigé un autre paiement, le Vice-Capitaine l'aurait cordialement invité à de biens désobligeants actes avant de rentrer chez lui. Car au final, qu'avait-il retiré de tout ceci, à part avoir repoussé les limites de sa souffrance ? Il n'avait ni le mot de pouvoir du kido, qu'il n'avait pas été capable d'entendre tant son esprit était focalisé sur la possession, ni la méthode pour canaliser le reiatsu. Tout ce qu'il connaissait, c'était la nature de l'énergie qu'il avait pu déceler lorsque le sort l'enveloppa. Et s'il était capable de reproduire à terme la même chose, il doutait que beaucoup d'autres y parviennent avec si peu. Ainsi, si Kisuke aidait de la même façon toutes les personnes qui venaient le voir, il ne devait pas se faire beaucoup d'amis...

Heureusement – allez savoir pour qui... - l'excentrique marchand confia à Natsuki quelques notes par rapport au kido qu'il venait de tester, dont l'incantation. De quoi l'aiguiller un peu plus dans l'apprentissage de la méthode. Il ne lui restait plus qu'à s'entrainer – seul bien sûr, Urahara n'ayant pas de temps à perdre avec les êtres inférieurs - sans pourtant avoir la possibilité de vérifier si le sort sera efficace. Qu'il le veuille ou non, il sera amené à revoir l'ancien Capitaine, les deux en étaient conscients. Et c'était une perspective qui ne l'enchantait pas du tout...

Kisuke avait fait ses preuves avec sa méthode, aussi l'assassin songea lui adresser Taka, dont l'état le préoccupait depuis l'affaire du hollow titanesque. Elle avait été infectée par un cocon qui l'avait presque transformé en un hybride proche des Vizard. Mais après la tournure qu'avait prit la rencontre avec le marchand, même s'il était arrivé à bon port, il oublia l'idée. Neko était une grande fille, qui savait réfléchir – parfois - , mais il résumait l'aide de Kisuke à pactiser avec le diable. A moins que l'exilé ne se montre plus cordiale avec une jeune demoiselle qu'avec un corbeau du Goteï 13 ? Un risque qu'il ne voulait pas prendre, sauf si la nécessité devenait absolue. Natsuki allait donner tout ce qu'il avait pour apprendre et maîtriser au possible ce kido, et une fois finalisé, il verra s'il peut venir en aide à son amie et amante, ou s'il est déjà trop tard. Elle n'avait pas encore donné de signes de violence aveugle, aussi il ne lui restait qu'à croire que cela durera encore un temps – voire qu'elle ai trouvé le moyen de s'en sortir par ses propres méthodes. La famille des Horura, par exemple.

Silencieux jusqu'à la fin, Natsuki ne salua pas son homologue avant de partir, pas plus qu'il ne le remercia. C'était bien la dernière chose qu'il méritait d'ailleurs, des remerciements. Il gagna immédiatement le ciel d'un bond, beaucoup moins gracieux et efficace qu'à l'accoutumée, et ouvrit le passage entre ce monde et le sien. Dans le couloir sombre l'attendait son Papillon de l'Enfer, gardien d'un chemin sûr et sans encombre. Lorsqu'il retourna dans sa Division, à son bureau, pour la première fois de sa carrière, il s'endormit sur sa paperasse au bout d'une heure à peine, la fatigue mentale et physique qu'il savait pourtant gérer ayant atteint leur point culminant. Et dans son sommeil, son visage n'avait rien de paisible.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 21:11


Revenir en haut Aller en bas
 

Un moindre mal [ Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-