AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Yasuomi Shuren {Fini}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 11
• INSCRIPTION : 05/11/2011
• LOCALISATION : Devine...
• LOISIRS : Se balader au bord de la mer...
• HUMEUR : ^o^

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t566-yasuomi-shuren-fini

Passeport
Rang: Wanted
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Yasuomi Shuren
BAD SHINIGAMI † EXILÉ

Dim 6 Nov - 15:19
« YASUOMI SHUREN »






    Votre Age : Peut être que je suis vieux comme le monde.
    Votre Sex : Masculin.
    Votre Race : Shinigami exilé.
    Votre Grade : Ancien Vice-Capitaine de la 8ème division


    Mon Physique

    Yasuomi Shuren est un beau jeune homme âgé physiquement d’une vingtaine d’années qui est assez grand, il fait dans les un mètres quatre-vingt-douze, il pèse dans les soixante-dix kilos et malgré cela, il est assez musclé. Par exemple, de ses jambes qui sont à la fois longues et pas très larges, tout comme ses bras qui peuvent porter des objets assez lourds et volumineux. D’après son poids et sa musculature, il est très agile car c’est un gymnaste accompli. Il est fort en combat à main nues, mais il préfère utiliser ses jambes qui sont à la fois puissantes et emportées par le vent. Ses cheveux sont bleu comme l’eau des grandes profondeurs du pacifique et ils sont arrivent jusqu’au milieu de la nuque. Ses yeux sont d’un bleu qui est comme l’eau azurée des iles, mais ils se rapprochent plutôt du bleu ciel avant la tombée de la nuit noire. Ils sont un peu grands, et des sourcils fins accompagnent un regard qui montre sa gentillesse et son étonnement. Il y a toujours une grande mèche qui tombe entre ses deux yeux. Son nez est fin et un peu long. Il a une bouche, qui montre son côté à la fois gentil et souriant, qui démontre un sourire charismatique. La forme de son visage est ovale, ce qui montre que son menton est légèrement pointu vers l’avant. Ses oreilles sont un peu petites, et elles sont bien placées sous la ligne des yeux. Il est fort bien habillé, car il a des vêtements qui mettent en valeur sa stature et la couleur de ses cheveux. Généralement, il porte un jean assez long qui arrive jusqu’au haut de ses pieds, un t-shirt à manches courtes qui rentre dans son jean, et une longue veste blanche dont l’arrière arrive jusqu’à ses pieds comme une cape. Il y a une longue rayure bleu sur l’ouverture de la veste, et sur ses bras une petite rayure dorée partant de gros carrés bleus qui sont sur ses épaules. Il porte tout aussi des brassards bleus avec un trait doré qui fait le tour de ceux-ci. Il porte sous son cou, un long foulard bleu comme Jio Fleed de 666 satan.



    Mon Mental


GENTIL ; SOCIAL ; PATIENT ; DRAGUEUR ; SÉRIEUX

    Shuren est quelqu’un de passionnant, il est très social avec les gens, car il aime parler de tout et de rien aux autres, rien que pour montrer à quel point il a vraiment un côté très sympathique. Il n’est jamais discret, et c’est son vrai défaut, mais il est du genre à s’excuser lorsqu’il a fait une bêtise ou autre. Il aime les filles qui se rapprochent de son âge, il possède un sourire charmeur pour essayer d’attirer plusieurs filles du coin, mais parfois il leur fait un peu peur. Il joue les jeux des gens, rien que pour les embêter ou pour se faire remarquer. Ce qui le caractérise le plus, c’est qu’il ne se laisse jamais provoquer par quoi que ce soit, et il est très patient. Il ne faut jamais le sous-estimer, car ses sens sont très aiguisés, et il peut localiser précisément d’où son ennemi va apparaître pour tenter de le frapper par derrière. Il arrive à faire la différence entre quelqu’un de fort et une personne qui est faible. Il a un bon cœur, car il ne laisse jamais mourir ses alliés et ses ennemis, car sinon il risquerait de salir sa bonne réputation. Il est aussi à l’écoute de tout le monde, il arrive à régler des problèmes pacifiquement. La seule chose qu’il a un peu peur, c’est son zanpakutô, car il est trop « puissant » pour lui, et préfère utiliser le kido. C’est très rare qu’il l’utilise. Aux combats, il est très sérieux et il ne prend jamais à la légère ses ennemis, sauf quand c’est des hollows, où il a juste à les trancher tout simplement. Ses amis lui font confiance, car lui, il garde des secrets sur chaque personne qu’il connaît, et il n’a jamais trahi les siens. La seule chose qu’il faut éviter chez lui, c’est que lorsqu’il est énervé, il est totalement incontrôlable, et il détruit tout sur son passage, comme si le véritable démon en lui s’était éveillé. On dit qu’il est un ange, car il est gentil comme tout, et il aide tout le monde. Il est même prêt à se sacrifier pour sauver ses amis. Parfois, c’est un démon qui est dans un ange, malgré qu’il montre toujours son côté positif.



    Mon Histoire


    Chapitre 1 : La petite maison dans le Rukongai…

    Il y a un truc qu’il faut que je vous dise. C’est que je ne me rappelle plus de mon ancienne vie et de ce qu’il s’est passé pour que je sois dans ce monde étrange nommé Soul Society. Je suis arrivé de nulle part et j’ai atterris dans une petite prairie avec des herbes vertes qui sont aussi douces que celles du monde réel. Quel était ce monde ? Je ne sais pas. Mais en tout cas, ce qui est sûr, c’est que je me souviens que d’une seule chose : Yasuomi Shuren. C’était mon prénom, et me voilà retrouvé dans un monde à la fois effrayant et fascinant. Bref, je me levai, et je me sentis tout bizarre. J’avais des fourmis qui parcouraient tout mon corps, j’avais mal à la tête. C’était sans doute le réveil. Marchant en direction de nulle part, je vis des arbres devant moi, et je me mis en tête d’aller tout le temps dans la même direction. Le pire, c’est que j’avais soif, et j’avais faim. Sans doute que j’ai dû rester inconscient pendant quelques jours, voire même plus. Je vis un étang d’eau avec une fontaine d’eau qui jaillissait d’entre les rochers. Je m’allongeai sur le sol, et je rampai vers celui-ci. Je pris de mes mains l’eau de l’étang, et je buvais le plus d’eau que possible. Étrangement, je sentis des légers picotements dans mes mains. Peut-être, que je forçais trop. Mais étrangement, j’avais envie de mettre les paumes au-dessus de l’eau. C’est ce que je fis. Sous mes mains, je vis l’eau qui commençait à onduler, et j’eu vraiment peur. Je me levai rapidement et je courais le plus vite possible devant moi toujours vers la même direction. Je vis des maisons apparaître devant moi lorsque j’atteignis l’orée de la forêt. Je ralentis ma course, et je vis des gens qui marchaient tranquillement. Étrangement, ils ressemblaient à des paysans et je m’approchai vers une fille qui avait mon âge, lui demandant où il était, elle lui répondit que c’était le Rukongai, la ville des pauvres qui entoure le Seireitei, là où il y avait les nobles et les « shinigamis ». Je lui remerciai de m’avoir aidé, puis je partis, tout droit, n’ayant aucun endroit où aller. La seule chose à faire, c’était de trouver un endroit où dormir, et manger. Cette ville me semble pauvre, d’après la tenue des habitants. Je marchai.
    Des heures étaient passées, et j’étais sur une route de pierres et de poussières. Devant moi, il y avait le soleil couchant qui était le point principal d’un magnifique paysage. Tout était tranquille, jusqu’à ce que j’entende une voix lointaine. J’ai cru que c’était dans ma tête, remarquant qu’en fait, c’était une jeune fille qui m’appelait de loin derrière moi. Je me retournai et je la vis courir en direction de moi. Elle était si belle… Que je ne pouvais pas détourner du regard, ses cheveux de la couleur des blés d’un grand champ, le soleil les mettais en valeur. Impossible de résister. Des yeux d’un jaune étincelant, qui réfléchissent le soleil ardent. Je m’arrêtai et resta sur place. Lorsqu’elle arriva vers moi, je sentis une soudaine attirance, j’avais envie de la prendre dans mes bras et de l’embrasser directement. Mais je me contrôlai.

    _ Je vous ai vu partir vers nulle part, alors je voulais vous arrêter, mais vous marchez vite. Je m’appelle Aïsha. Vous n’avez pas d’endroits pour manger et dormir ? Venez chez moi.

    Pourquoi pas ? Et puis de toute façon je ne connaissais personne dans le coin. J’acceptai sans hésitation. Elle me sourit et je fis la même chose.

    * * * * * *

    Dix ans se sont passés depuis la rencontre entre Aïsha et moi. Je m’étais marié avec elle il y a environ trois ans après notre rencontre au Rukongai. Notre maison se situait dans le district nord vers l’orée de la forêt. Notre maison était une maison assez banale, petite et faite de bois et de pierres. Bref, nous étions allongés au bord de l’étang, et nous nous embrassions depuis des heures. On se regardait, je me levai, sauta dans l’étang et je l’aspergeai d’eau. Elle riait. Son rire était gravé dans ma mémoire. Jamais je ne l’oublierais, de même pour son sourire. Elle sauta dans l’eau à côté de moi, ça m’avais surpris. Je l’ai pris dans les bras, on nageait ensemble, et on se regardait. Tout était tranquille jusqu’à ce qu’une jeune fillette sauta à côté de nous, elle était âgée de sept ans.

    _Hihi ! Papa, Maman !

    J’étais tout content qu’elle arriva ici, alors qu’elle ne connaissait pas notre coin. Bref, je posai ma main sur sa tête, et elle me sourit avec un grand sourire enfantin. Je la reconnus : C’était ma fille, qui s’appelait Masaki.

    _Que fais-tu là, Masaki ? Je croyais que tu jouais avec tes copines. Mais tu peux rester ici si tu le souhaites.

    Je la serrais si fort dans mes bras, que je l’aimais tellement. C’était mon seul trésor auquel j’y tiens le plus au monde. Je proposai à ma femme de rentrer à la maison, car il se faisait tard, et le soleil allait se coucher. Je pris des bûches de bois qui étaient entreposées à côté de la maison, et j’entrai avec ma famille. Allumant un feu, j’écoutais avec un air d’approbation le discours de ma femme à propos des tâches ménagères et d'autres choses qui faisaient partis de notre relation amoureuse. Lorsqu’il était l’heure de manger, nous passions à table, et Masaki nous raconta la journée qu’elle avait passée avec ses copines. En fin de soirée, je couchai ma fille dans son lit, et je mis sa peluche préférée dans ses bras, et je la regardai avec un grand sourire. C’était une belle vie, et il fallait que j’aille dormir. Rejoignant ma femme, je m’allongeai sur le lit, et on s’embrassa tendrement. On allait sans doute passer une bonne nuit…

    Chapitre 2 : Une nuit forte agitée.

    Voulez-vous vraiment savoir ce qui a bouleversé ma vie ? Pourquoi je voulais protéger tous ceux que j’aime ? Et bien je vais vous le dire. Tout a commencé par une nuit fort paisible, on n’entendait même pas un chat à l’extérieur de la maison. Enfin… Jusqu’à une certaine heure.
    Il faisait une nuit froide pendant l’hiver, et il fallait que je me mette dans ma couverture, et que je me tienne au chaud. J’avais de plus en plus froid, et la couverture me gênait. Je n’arrivais pas à dormir, et c’était la première fois de ma vie que j’avais si tant de mal à m’endormir. Pourtant ma femme dormait si bien, et moi, non. J’eu l’idée de me lever et d’aller faire un petit tour, histoire de me rassurer en surveillant ma fille. Puis, la porte de l’entrée claqua. Pourtant elle était bien fermée et on avait mis une planche en bois pour empêcher la porte de s’ouvrir de l’extérieur. Mais elle n’avait pas claqué. Elle avait volée en éclat. Je pris une grosse buche en bois, surveillant toutes les pièces de la cuisine, mais rien. Il n’y avait aucune trace d’une bête ou d’une personne qui était rentrée. C’était sans doute un gros coup de vent. Bref, je refermai la porte, et mis une autre grosse planche en bois, mais cette fois, elle était assez grande et large. Lorsque je retournai dans mon lit, j’entendis un craquement très bruyant et sec. Sa se passa dans la chambre de ma fille. J’avais mon gourdin dans la main, et je vis un monstre effrayant tenant ma fille qui pendait inconsciente dans sa main. Je courus vers lui, et je tapai d’un gros coup sec sur son masque étrange. Mais il ne broncha pas. Je donnais des coups de pieds et des coups de poing sur lui. Rien ne se passa, mais la créature m’envoya valser contre un mur, et je n’eus plus la force de me relever. Ma femme arriva et elle lui envoya un bâton métallique, mais il le rattrapa, et le renvoya à elle. Il s’approcha vers sa direction. Puis, je forçai à me relever, en vain. J’allais tout perdre… Ma femme et ma fille. Je ne voulais pas perdre tout ce que j’aime, enfin pas trop tôt. Trop tard.
    Quelque chose arriva en quelques secondes et le monstre fut défait rapidement. Je ne comprenais plus rien, et je vis un homme étrange habillé d’un kimono noir, et il avait de longs cheveux noirs. Il se retourna vers moi, et désigna Aïsha et Masaki du menton, puis il reparti sans rien dire. Je m’approchai vers les deux filles et je vis qu’elles étaient bien vivantes, mais inconscientes. J’avais peur, et je me sentis moins en sécurité après cet incident. Il fallait que je fasse quelque chose.

    ~ ~ ~ ~ ~ ~

    Il s’était passé deux jours après cet incident. Je me baladais au marché du district nord du Rukongai, cherchant de quoi manger pour la soirée. Je vis L’étal de viande, et il y avait un sanglier qui était en train de cuir, et plusieurs personnes attendaient pour prendre chaque gros morceau. Deux hommes parlaient devant moi, lorsque j’attendais.

    _Tu as entendu ce qu’il s’est passé avant-hier soir ? Apparemment, un shinigami a sauvé une famille qui allait se faire tuer. Il faisait une ronde ce soir-là, quand un hollow est apparu de nulle part.

    _Ouais, en plus tu sais, c’est le shinigami qui a sauvé tellement de personnes défavorisées du district Nord. Je m’en rappelle plus de son nom, en tout cas, il fait partie d’une division.

    Ayant entendu ces mots, je me mis en tête de savoir ce qu’est un shinigami, et en plus ce genre de personnes peuvent protéger tous ceux qu’ils aiment ? Intéressant. Il faudrait tout d’abord savoir où est-ce qu’on peut en devenir un, et ma famille sera protégée de ces « hollows ». Je parlai à ces deux hommes, en leur demandant où est ce qu’on peut devenir un shinigami, ce qu’ils sont vraiment, et nous avions oubliés que c’était à notre tour de récupérer quelques tranches du sanglier.
    Le soleil se coucha lorsque je rentrai à la maison, et je réparai le trou qui était dans le mur de la chambre de ma fille. La nuit tomba, et on se mit à table. Je parlai à ma femme que je voulais devenir un shinigami afin de la protéger, elle et ma fille. Aïsha m’avait écouté et elle me demanda que je lui promette de revenir lorsque j’en aurais finit avec les études.

    Chapitre 3 : La fin de l’académie, et début d’une nouvelle vie.

    Il était dix heures, j’attendais que la porte de la classe s’ouvre. Je parlai à mes copains, qui rigolaient avec mes histoires les plus drôles que j’ai pu imaginer. Le temps passait lentement, jusqu’à ce que, la porte s’ouvre. Le professeur Mukashi cria d’une grosse voix qu’il fallait qu’on rejoigne nos places. Et il semblait assez stressé.
    _Aujourd’hui, j’ai une nouvelle importante à vous annoncer. Comme vous le savez déjà, nous sommes en fin d’année, et vous allez recevoir vos bulletins de notes, et vous allez être attribués aux divisions. Le capitaine commandant sera là, de même pour les capitaines et ainsi de suite.
    Tout le monde chuchotait entre eux, chacun se sentait mal à l’aise, de même pour moi, en plus j’avais des mauvaises notes, dans les matières, comme, l’histoire, la géographie, et l’écriture. Mais j’étais mieux, dans les combats, et les techniques du Kidô. Je n’oubliais jamais ma femme, car j’avais une photo d’elle dans la poche intérieure de mon kimono. J’ai reçu mon zanpakutô il y a un mois, découvrant son véritable pouvoir, mais je le considère un peu trop dangereux pour moi. J’avais surtout hâte de retrouver Aïsha et de lui montrer de quoi je suis capable. Mais on ne sait pas ce qu’il allait se passer dans le futur. Ce qui est sûr, c’est que je serais attribué dans une division, et que je devrais être obligé de vivre au Seireitei. Les ordres du professeur, furent clairs. Dans quelques jours, tout va changer. Bref, je suivis le cours, et parfois, je balançais des boulettes de papiers dans les sacs des autres élèves sans me faire remarquer. À la fin du cours, je rejoignis le dortoir, car il était six heures et demie du soir. Je posai mon sac, et je lisais quelques pages d’un roman assez chouette que j’ai choisi à la bibliothèque. Je me lavai à sept heures, puis plus tard, je mangeai avec mes amis, et je participais à leur conversation. Deux heures et demi plus tard, je me couchai avec mon compagnon de dortoir, sauta sur le lit, et je m’endormis dans un sommeil profond.

    ~ ~ ~ ~ ~

    Des jours furent passés, et me voilà dans une très grande salle au seireitei. Le capitaine-commandant Yamamoto Genryuusai, distribuait à chaque futur shinigami, une division. Plusieurs de mes amis étaient dans la 13ème, la 4ème et moi, je rejoignis… La 8ème division. En plus je ne connaissais personne ! Bref, je me levai sous les yeux des capitaines qui me toisaient, et je vis le mien. Il me regardait et parlait au capitaine-commandant. Qu’avais-je de si spécial ? C’était tout de même étrange, je sentais qu’on me parlait derrière mon dos, et sa commençais à ne pas me plaire. Lorsque j’arrivai aux côtés du capitaine, il me regarda de côté, puis tourna en direction du rassemblement des futurs shinigamis. Je ne comprenais pas trop ce qu’il se passait, ni de ce que j’entendais. Je me mangeai la peau des doigts, car j’avais peur de vivre au Seireitei. Des heures passèrent, et il restait encore une trentaine d’élèves. Je commençais à en avoir marre de rester au garde à vous, et en plus, j’avais mal aux jambes. Lorsque les distributions furent finies, je rentrai dans mon dortoir, puis je pris mes affaires que j’avais rangées dans ma valise. Combien de temps s’était-il passé depuis que j’ai quitté ma maison ? Au moins cinq ans. J’avais hâte de revoir ma femme et ma fille ! Elles ont du bien changé durant ces dernières années. J’inspirai profondément, puis je repartis au Rukongai, direction ma maison !
    J’arrivai vers la porte d’entrée, et je sentis une légère odeur de soupe, c’était nostalgique. Je soupirai, puis tournais la poignée. Je vis ma femme, qui était plus belle qu’avant ! Je la regardai, et elle ne semblait de ne pas m’avoir vu. Lorsqu’elle me vit, elle sauta dans mes bras, puis on s’embrassa tendrement pendant des minutes, voir même, un quart d’heure. Ma fille me vit lorsqu’elle entra par la porte. Elle avait drôlement grandi, elle me sauta dans mes bras, et je la serrais si fort, que j’ai cru que j’allais la broyer. Quelles retrouvailles. Elle ressemblait plus à une adolescente qu’à une gamine qui a un sourire tellement enfantin. Ses cheveux étaient longs, qui arrivaient jusqu’à sa taille, et en plus, ils étaient verts avec des reflets bleu. J’étais tellement content de revoir ma famille, en plus elles me regardaient avec un air un peu bête, justement parce que je portais mon habit de shinigami. Bref, je m’installai confortablement dans le canapé, et je leur parlai de ces cinq années d’apprentissage, et des amis que je me suis fait. Ma femme parla de tout et de rien, comme d’habitude, rien n’avait changé depuis que je suis parti. Mis à part que ma fille a changée, moralement et physiquement. Bref, on se mit à table, et nous continuons de discuter, jusqu’à ce qu’elles furent fatiguées. Je pris ma femme dans les bras, et la posa sur le lit. Lorsque j’eu couché ma fille, je sortis dehors, et m’assis sur un banc de bois. Regardant le ciel ténébreux, je m’égarais dans les pensées. Des années furent passées, et je suis devenu plus fort afin de protéger ma famille des incessants hollows. Et au fur et à mesure que je pensais, mes yeux devenaient de plus en plus lourds. Je m’endormis.
    Lorsqu’il était bien tard dans la nuit, la lumière de la lune d’argent me réveilla, plus un reiatsu assez puissant qui me tenait éveillé. C’était un shinigami. Je le vis de loin, qu’il s’approchait vers ma maison. Je le reconnu, c’était le capitaine de la 8ème division. Mon capitaine. Lorsqu’il s’approcha de moi, il s’assit à mes côtés. Il regarda le ciel, tout comme moi.

    _ Eh bien, on dirait que tu veux rester avec ta famille, juste pour les protéger, c’est ça ?

    _Oui, et je ne veux pas qu’il leur arrive des malheurs.

    _Et si je te proposais d’habiter au Seireitei, toi, ta femme et ta fille ? Ce serait mieux, et tu seras disponible, si on a besoin de toi. Mais tu es assez intriguant. Ton reiatsu est fort similaire à un vice-capitaine. Tu pourrais rejoindre ce rang, car je l’ai perdu il n’y a pas longtemps, lors d’une mission périlleuse. Alors, veux-tu rejoindre le rang de vice-capitaine de la division ?

    Ces mots, me touchèrent. Si j’habite là-bas avec ma famille, il n’y aurait pas de dangers. De plus, je pourrais revoir des amis que je me suis fait à l’académie. Pas de doutes, ce serait le meilleur endroit pour être à l’aise. J’acquiesçai d’un hochement de la tête, puis il reparti. Sans un mot.
    Le lendemain, je parlai à Aïsha de ma rencontre avec le capitaine. Elle me répondit que ce serait mieux, et que l’on se sentirait en sécurité. De même pour Masaki. On eut l’idée de partir au Rukongai, en embarquant nos objets personnels les plus importants. Lorsque nous arrivions au quartier des logements de la huitième division, on vit le capitaine qui se tenait devant une porte. Il me regarda et me sourit.

    _Alors ça y est ? Tu t’es enfin décidé, c’est bien, je ne m’attendais pas à cela.

    Je le regardais tranquillement, puis il me jeta les clés dans les mains. Il repartit sans dire le moindre mot, puis j’entrai en premier dans l’appartement, suivit de ma femme et de ma fille. Alors que nous arrivions, un messager arriva et me demanda d’aller au bâtiment de la 8ème division. C’est ce que je fis, après avoir expliqué à ma femme que je reviendrais le soir, et qu’elle range les vêtements et objets.
    Lorsque j’arrivai au bâtiment, je vis plusieurs shinigami, qui avaient l’air de m’attendre. Je vis le capitaine sur une estrade, et me demanda de venir à ses côtés. C’est ce que je fis. Je me présentai tout d’abord à la division, et la phrase choc du capitaine arriva dans mes oreilles. J’ai été promu vice-capitaine parce que je possède un reiatsu qui est assez similaire aux vices-capitaines. Je souria avec le sourire enfantin de ma fille lorsqu’elle avait sept ans.

    Chapitre 4 : Une fin bouleversante.

    La vie suivait son cours dans le Seireitei. Les shinigamis allaient et venaient entre la Soul Society et le monde réel. Chassant quelques hollows, et exterminant les arrancars (qui n’étaient pas puissants à l’époque), tout comme moi. Avant de vous expliquer comment j’ai tout perdu, et qu’on m’a considéré comme un homme dangereux pour le Seireitei, la journée se passait fort bien.
    Je vis la photo de la famille prise tout juste à l’arrivée au Seireitei, il y a cela douze ans. Et huit ans sont passés après notre installation à notre appartement à la fois paisible, et joyeux. Bref, j’étais dans mon bureau, remplissant quelques paperasses avant d’aller en mission au monde réel. J’avais vraiment hâte de finir cela, car ça commençait tout juste à être ennuyeux. Le temps passait lentement, et j’eu l’impression que c’était interminable, et je devenais de plus en plus fou.
    Lorsque j’eus finit tout cela, je me levai rapidement de la chaise inconfortable, et je pressai le pas en direction de la porte, quand le capitaine arriva en claquant la porte sur le mur (dont moi qui se situait entre les deux), et il avait l’air pressé. Je sentis la douleur parcourir tout mon corps. Je repoussai la porte, et je vis tout juste en face de moi le capitaine souriant. Il me proposa d’aller avec lui au monde réel, car il s’ennuyait. Bref, je le suivis en lui parlant de tout et de rien. Quand on arriva au Senkaimon, il demanda aux gardes de l’ouvrir, puis on entra. Le couloir paraissait plus long pour moi. Mais c’était sans doute l’effet des voyages entre les deux mondes. Lorsque nous arrivions au monde réel, je vis une grande campagne avec des champs à perte de vue. Je sentis tellement de pressions spirituelles des humains qui cachaient les reiatsu des hollows mineurs. Mais j’arrivais à les localier. Je posai le pied au sol quand je vis un shinigami de notre division. C’était celui que je haïssais le plus au monde. Il faisait partie d’une maison de la noblesse, et en plus il était contre les gens qui viennent du Rukongai pour s’installer au Seireitei de plus, il était jaloux de mon grade, parce qu’il dit qu’il a fais plus de choses que moi. On se croisa le regard sans dire le moindre mot. Je serais les poings si fort, que je sentis le sang qui bouillonait en moi. Il reparti dans la direction opposée. Le capitaine me regardait avec un regard inquiet, de peur que je le tue. Je ne faisais pas attention à ce qu’il se passait autour de moi, j’étais plutôt concentré sur mon ennemi. Lorsqu’il fut éloigné pour de bon, je soupirai. La seule chose à faire ici, c’était de nettoyer la zone des hollows les plus puissants. Moi et mon capitaine, on se sépara. Après avoir terminé ma tâche, le capitaine me rejoignit devant un bosquet de cerisiers, pendant que moi, j’étais assis le dos contre le tronc d’un arbre, et je tenais une petite bouteille de saké dans la main gauche. Il me demanda si j’avais finis la mission, je lui répondis avec un hochement de la tête. Il s’assit à côté de moi. Puis nous regardions le ciel tous les deux. En même temps, on parlait de tout et de rien pendant un bon moment jusqu’à ce que la nuit tombe. J’ouvris un Senkaimon qui apparut dans le vide, puis on entra à l’intérieur de celui-ci.
    C’était la fin de la journée, et j’avais hâte de revoir ma femme et ma fille, qui m’ont manquées. Br4ef, je rentrai chez moi, et je croisai sur mon chemin, le shinigami de tout à l’heure. J’hésitai à m’arrêter, et de lui foutre le poing en or sur sa figure, mais je ne me laissais jamais me faire provoquer facilement. Je continuais mon chemin. Lorsque j’arrivai à la maison, je vis Masaki qui sauta dans mes bras, folle de joie. Ma femme était ici, et elle m’offrit une tasse de thé. Je la pris, puis j’embrassai Aïsha. Je lui parlai de ma journée, mais j’ai sauté le passage où j’ai rencontré l’autre shinigami, de peur qu’elle me dise un commentaire, et qu’elle me pose des questions sans arrêts. Bref, je les couchai lorsque c’était l’heure, et ce fut à ce moment-là, dans mon salon, que tout a basculé.
    Je vis la porte fenêtre donnant sur le jardin qui était ouvert. Et face à moi, je vis le shinigami noble que je haïssais plus que tout au monde. De plus, il était un raciste, il insultait ma femme de pauvre, et bien d’autres noms d’oiseaux. Heureusement que j’avais gardé mon zanpakutô à côté de moi, sinon je serais mort à l’heure qu’il est. Je le dégainai sans la moindre hésitation, et je parai les coups de mon ennemi, qui souriait avec un sourire de psychopate à chaque coup porté par son sabre. Dehors, la nuit gagnait de son plein, et l’ambiance était électrique à cause du combat. Je fis une légère entaille sur l’abdomen de mon ennemi, en donnant un coup circulaire. Il rechigna et ria comme un débile mental juste après. Ce mec est vraiment bizarre. Puis, plus rien. Il m’envoya valser dans la cuisine et alla dans la chambre de ma fille, qu’il la prit dans ses bras, puis il fit une chose qui me rendit complètement fou de rage. Il la décapita. Je lui sauta dessus avec mon zanpakutô, et je le plantai profondément dans son épaule gauche, il gueulait tellement fort, que je lui donnai un coup de pied en plein dans sa face. Il me prit par le bras droit, et il me fit une clé de bras. On se battait au corps à corps, on s’arrachait la peau des vêtements, et je sentis des larmes de grande tristesse qui coulaient sur ma joue. Puis, on arriva dans la chambre, ma femme se tenait dans un coin, et pleurait la mort de Masaki. Il prit son zanpakutô qui traînait à côté de lui, et il le planta pile dans la jambe gauche, le retirant, et il fit la même chose sur l’autre jambe. Il avançait en direction de ma femme, et il trancha sa gorge, puis, il coupa ses bras. Ensuite, il esquissa un sourire devant moi, et il se tua. Je criais de toutes mes forces, accompagnant ma grande tristesse envers la mort de ma femme et de ma fille.

    _NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !

    Je sanglotai à grands flots, j’eu l’impression que je remplis l’appartement. Et je tenais mon zanpakutô, qui avait du sang qui coulait, légèrement à travers toute la lame. Puis, les forces spéciales de la 2nde division arrivèrent. Ils me regardaient, pendant que moi j’étais debout, la tête en l’air, et je restais la bouche grande ouverte, sans dire le moindre mot. Ils me menottèrent, et m’emmenaient à la prison.

    ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

    Huit jours sont passés depuis qu’on m’a arrêté et aujourd’hui, on m’emmena au tribunal. Plusieurs membres étaient assis, certains étaient cachés derrière des plaquettes de bois. D’autres me regardaient avec un regard méfiant. Je me retrouvai au milieu de la vaste pièce, devant un meuble assez haut, et mes mains étaient attachées sur une poutre en fer derrière moi. Le juge arriva, et s’assit devant moi, en hauteur. Il avait l’air d’être pas content, il fronça les sourcils lorsqu’il lisait une feuille de papier. Puis il me posa une question avec une voix forte et sévère.

    _Dites-moi, ex-vice-capitaine de la 8ème division, que s’est-il passé pour que vous ayez massacrés votre famille et un noble de votre division ? Répondez, ou sinon il vous arrivera des choses horribles.

    Ces mots me firent grincer des dents. Cette fois, je commençais à bouillir à l’intérieur de mon corps, et j’étais fou de rage. Comment il peut dire une chose pareille ? Je n’avais pas fait ça, et lui, il balance la pire chose dont il va regretter d’avoir dit.

    _QUOI !? Vous me prenez pour un idiot !? Je n’ai même pas tué ma famille c’est lui, c’est votre petit chouchou qui les as tués et il s’est ensuite suicider pour me faire porter le chapeau.

    _Vous êtes vraiment quelqu’un d’horrible, et vous nous mentez !? Vous allez être punit pour avoir dit un mensonge. De plus, les faits sont expliqués par le capitaine de la 8ème division.

    Apparemment, le shinigami noble était passé tout d’abord par le bureau, pour expliquer qu’il a été invité par vous. Ensuite, le capitaine a eu des doutes à propos de vous. Il en était sûr que vous alliez rajouter la goutte qui fait déborder le vase. Il nous a dit la vérité.
    Cette fois, c’en est de trop. J’avais tellement envie d’égorger ce mec-là. Il se prend vraiment pour celui qui sait tout. Je n’en pouvais plus. Tout ça. Décidément, le malheur s’est abattu sur mon destin. Et j’avais tellement envie de m’échapper pour de bon, et de dissimuler ma présence dans le monde réel. Après avoir expliqué la sentence, disant que j’allais être enfermé pour 500 ans de prison, je me laissai faire, et les gardes me prirent par les bras. Ils m’enfermèrent dans un petit cachot très inconfortable, et je m’allongeai sur le banc de pierre. Je soupirai pendant une bonne minute, et je pleurai dans mon coin.
    Environ trois semaines s’étaient passées, et je m’habituais à l’odeur horrible de ce trou à rats. Mais quelque chose se passa. Je vis un étrange shinigami, il était un peu blond, et il portait des getas. Il s’avança vers ma prison, et il s’assit en tailleur devant moi. Je le rejoignis. De plus, je ne le connaissais pas. La seule chose qu’il me dit, c’était une phrase qui m’a étonné.

    _J’ai tout vu. Tiens, prends ton zanpakutô, et enfuis toi avec ces clefs jusqu’au Senkaimon. C’est tout ce que je peux faire pour toi.

    Il repartit tranquillement, et je vis les clefs de la prison et mon zanpakutô. Je suivis les ordres de cet étrange shinigami. Je m’enfuyais à toute vitesse, et je cachais mon reiatsu du mieux que je le pouvais. J’arrivai à destination, mais je me cachai derrière un pilier, car il y avait deux gardes. Que pouvais-je faire ? Une diversion ? Mais il n’y avait rien à ma portée. Mais une explosion de fumée apparut devant la porte, et elle s’ouvrit. Étrange. Je profitai donc de ce moment, et je m’engouffrai dans celle-ci. J’entendis l’alarme sonner, sans doute parce qu’ils ont dû remarquer que je me suis enfui de la prison. J’entendis un roulement léger, qui était derrière moi, et je vis le train qui nettoie tout. Je courus le plus vite possible, et je vis une lumière blanche plus loin. J’accélérai le pas, puis je sautai de la porte, tombant dans le vide.

    Fin de l’histoire.

    Aujourd’hui, je suis un jeune shinigami exilé et ex-vice capitaine de la 8ème division. Je vis dans le monde réel, dans un gigai spécialement conçu pour moi, et je vois passer toutes sortes de personnes. La seule chose que je n’oublierais jamais, c’est la haine envers les shinigamis de la Soul-Society.





Dernière édition par Yasuomi Shuren le Dim 20 Nov - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1666
• INSCRIPTION : 18/04/2011
• AGE : 20

• LOCALISATION : Au Sereitei
• LOISIRS : Se balader pendant la nuit
• HUMEUR : Serein

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t733-ft-du-noble

Passeport
Rang: Vice-Capitaine de la 6ème Division
Points d'experience:
170/320  (170/320)
Niveau: 19
Byakuya Kuchiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 12 Nov - 8:56
Du news here ?




I don't want excuses..
"I despise the way you fight. Without ever lifting your own hand.. to steal the bonds of camaraderie and torture opponents is the height of cowardice. It is a lack of shame, deserving of death. I shall kill you and cast you aside before you finish swinging your blade.." ---------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1368
• INSCRIPTION : 03/04/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Dans un monde à l'envers.
• LOISIRS : Te faire tourner la tête est mon passe temps favoris.
• HUMEUR : D'humeur à retourner les morts.

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t50-il-existe-un-monde-ou-tout-e

Passeport
Rang: Most Wanted
Points d'experience:
85/455  (85/455)
Niveau: 28
Hirako Shinji
SHINIGAMI OR ARRANCAR ? † VIZARD
I'M A SEXY FOUNDER

Dim 20 Nov - 10:25
Seconde relance.




hirako shinji
I won't let you bury it. I won't let you smother it. I won't let you murder it. Our time is running out, and our time is running out. You can't push it underground, we can't stop it screaming out.
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 11
• INSCRIPTION : 05/11/2011
• LOCALISATION : Devine...
• LOISIRS : Se balader au bord de la mer...
• HUMEUR : ^o^

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t566-yasuomi-shuren-fini

Passeport
Rang: Wanted
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Yasuomi Shuren
BAD SHINIGAMI † EXILÉ

Dim 20 Nov - 16:34
Un petit Up pour dire que j'ai tout fini :)


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Lun 21 Nov - 22:40
Je te valide donc, tout est bon.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1666
• INSCRIPTION : 18/04/2011
• AGE : 20

• LOCALISATION : Au Sereitei
• LOISIRS : Se balader pendant la nuit
• HUMEUR : Serein

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t733-ft-du-noble

Passeport
Rang: Vice-Capitaine de la 6ème Division
Points d'experience:
170/320  (170/320)
Niveau: 19
Byakuya Kuchiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 22 Nov - 17:57
Ok Ok c'est moi qui met les couleurs grade ect... ainsi que de locker la fiche tout le tralala ^^ !





I don't want excuses..
"I despise the way you fight. Without ever lifting your own hand.. to steal the bonds of camaraderie and torture opponents is the height of cowardice. It is a lack of shame, deserving of death. I shall kill you and cast you aside before you finish swinging your blade.." ---------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 10:33


Revenir en haut Aller en bas
 

Yasuomi Shuren {Fini}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Lapis Philosophorum |Pierre| [PV Vanille] [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-