AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Ulquiorra Schiffer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 47
• INSCRIPTION : 30/08/2011
• LOCALISATION : J'erre
• LOISIRS : Hm...
• HUMEUR : Qu'est-ce... ?

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t476-fiche-technique-d-ulquiorra

Passeport
Rang: Arrancar
Points d'experience:
155/305  (155/305)
Niveau: 18
Ulquiorra Schiffer
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW
I'M A BORED MODERATOR

Mer 31 Aoû - 19:56
« Schiffer Ulquiorra »




    Votre Age : /
    Votre Sexe : Masculin
    Votre Race : Hollow
    Votre Grade : Arrancar
    Numéro : /
    (Si Arrancar)


    Mon Physique


    Le physique d’Ulquiorra, hein… ? Bonne question. Je dirais qu’il est plutôt mince et de taille moyenne, que l’on pourrait estimer aux environs de 1m67, tout au plus, avec une musculature pas très développée qui ne gâche pas la grande puissance qu’il possède. Je vous propose néanmoins une description descendante en ce qui concerne son physique.

    Tout d’abord, la tête. Sa tête est encadrée de d’un rideau de cheveux noirs de chaque côté de son visage et une frange vient couvrir son front. Ses cheveux sont assez longs et couvrent d’ailleurs sa nuque. Ses yeux sont tombants, ses sourcils touchent ces derniers, et ils ont des pupilles vertes, qui est également la couleur des traits verticaux qui traversent son visage, de ses yeux jusqu’au bas dudit visage, de chaque côté du menton. Sa bouche ainsi que son nez sont fins et bien proportionnés et son visage dans sa globalité affiche en permanence une expression mélancolique, mais s’harmonisant dans les traits fins d’un jeune homme adulte. A noter que sa tête est aussi ornée d’un casque osseux ayant une corne plantée sur le côté qui lui couvre la partie droite de la boîte crânienne… ce crâne étant son masque. Ce même morceau d’os est prolongé par ce qui pourrait ressembler à des vertèbres cervicales qui descendent tout le long de son visage, à la gauche de celui-ci, arrivant jusqu’aux environs de son col. Son cou est fin et court mais percé du trou propre à tous les Hollows, juste à la base de cette partie de son corps.

    Son corps, maintenant. Ni trop gros, ni trop maigre… juste mince et bien proportionné encore une fois, avec juste le seul détail à signaler que ses côtes apparaissent sous sa chair. Sa musculature pourrait se classer dans le ‘’raisonnable’’ ou dans le ‘‘pas très développé’’… en effet, Ulquiorra reste fin. Il n’est ni un gros tas de muscles tout juste bon à faire aveuglément confiance à la force, ni un anorexique réduit à tout miser sur l’intelligence. Ulquiorra est dans le juste milieu et ça lui va bien. Maintenant, nous nous attaquons à sa peau. Celle-ci est pâle. Elle a comme dirait-on le teint de lys. Oui, la peau d’Ulquiorra est blanche, ou peut-être gris clair.

    Passons maintenant à ses vêtements. Ulquiorra a l’habitude de porter des vêtements similaires à ceux des Shinigamis, mais dont la couleur s’oppose aux Shihakushôs de ces guerriers spirituels. Ses pieds portent comme à l’accoutumée des chaussures noires et fines et ses mains restant la plupart du temps enfoncées dans les poches de son hakama blanc. Quant à son Zanpakutô, Murcielago, est logé à sa ceinture, dans un fourreau de couleur vert foncé, et dont la tsuba est décorée d’un ruban de couleur plutôt vert pâle.



    Mon Mental


Calme – Mysanthrope – Analyste – Loyal - Nihiliste

    Oh, le mental, maintenant ? Très bien… C’est une question assez exigeante pour un personnage aussi énigmatique, pourrais-je dire, mais soit. Pour résumer le sujet en une phrase d’introduction, je dirais qu’Ulquiorra Schiffer est quelqu’un peu de gens peuvent cerner facilement, de par son calme constant et son attitude perpétuellement impassible.

    Impassible, oui. A quelques exceptions près. Effectivement, Ulquiorra est constamment impassible et jouissant d’un calme plat et limpide, à la limite de l’exaspérant, certes… Mais il lui arrive de tomber sur des adversaires particulièrement têtus et persistants capables de l’agacer jusqu’au plus haut point. Et lorsque cela arrive, le visage inexpressif et mélancolique d’Ulquiorra peut se laisser déformer par cette exaspération. Et lorsque qu’il ne s’agit pas de l’exaspération, la surprise peut aussi prendre le relais : il peut arriver à notre jeune Arrancar d’écarquiller les yeux sous la surprise suscitée par le fait de réaliser qu’une technique employée par l’adversaire se révèle plus puissante qu’il ne s’y serait attendu. Hormis ces deux exceptions à la règle, il conserve en permanence ce calme impénétrable durant tous ses combats ainsi que dans tous ses déplacements… dans tout ce qu’il fait, son expression faciale ne change jamais. Toujours cet air inexpressif, mélancolique. Il peut même en devenir presque énervant, jusqu’à un certain point.

    Désormais, pour laisser de côté de trait de caractère qui constitue la personnalité d’Ulquiorra, passons maintenant à une habitude pourrait-on dire particulière. Il lui arrive de s’intéresser particulièrement à un de ses adversaires, et dans ces cas-là, il entreprendra de l’analyser, tout faire pour le cerner jusque dans le moindre des détails. Il peut même parfois faire des commentaires ou d’autres critiques sur les agissements de ses ennemis, se lançant alors dans des tirades presque interminables… sauf s’il s’agit d’un adversaire digne d’être considéré comme un égal de son point de vue. A cette condition, Ulquiorra tentera tout de même cerner et analyser le personnage, mais ne dira pas, ou presque, ce qu’il pense. A contrario, lorsqu’il rencontre un adversaire d’un niveau trop faible pour lui, il ne se bat qu’avec nonchalance et écrase cet individu sans prononcer le moindre mot.

    Autre chose : il lui est facile d’étudier des stratégies prévisibles avec une belle méticulosité, voire très facile, mais pour ce qui est de comprendre les sentiments exprimés par ses adversaires, il éprouve plus de difficultés, et peut même parfois aller jusqu’à l’incompréhension de l’incapacité de comprendre ce sentiment. Et pour clôturer le tout, l’Arrancar préfère éviter les combats qui lui paraissent inutiles ou qui ne méritent pas d’être menés, se concentrant plutôt sur de plus importants combats qu’il pourrait faire avec des adversaires plus valeureux. Enfin, il demeure confortablement dans sa pensée que mourir n’est pas très important et qu’il est complètement indifférent à l’idée de trépasser un jour, étant donné qu’il fonde cette affirmation sur le fait qu’il n’a rien à perdre…



    Mon Histoire


    Où suis-je né... ? Pour le peu que je me rappelasse du début de mon existence, je venais d'une fosse remplie de débris de couleur noire. Je n'arrivais pas à déterminer leurs formes d'origine, ni de quoi ils étaient faits. Tout autour de moi était silencieux, le calme plat… tout ce qui me guidait à ce moment-là était la lumière au bout de ce tunnel de débris. Je n'avais aucune idée d'où j'allais atterrir une fois sorti, je ne savais même pas pourquoi je me battais pour sortir de cette fosse. Mais au moment où j'étais enfin sorti de cet endroit sinistre, j'ai pu remarquer lors de ma descente sur le versant extérieur de cette fosse que je n'étais pas seul.

    Des formes noires me regardaient étrangement avec leur regard luisant et perçant, leurs mâchoires étaient apparentes, comme si ces créatures étaient en train de dévorer quelque chose. Je remarquais également que j'étais totalement différent d'eux, déjà par la couleur de ma forme : un blanc ivoire, je sentais mon visage recouvert d'un masque et je ne pouvais rien entendre de ce qui se passait autour de moi. Je ne pouvais pas inspirer ou expirer, que ce soit par la bouche, ou bien par le nez… cela m'était totalement impossible… Je ne pouvais ni ressentir la température extérieure de ce monde, ni sentir les débris noirs éparpillés autour de cette fosse. Je ne les avais pas sentis sous mes mains quand je suis sorti, mon corps semblait être recouvert d'une carapace. Je pouvais seulement observer ces créateurs se rapprochant dangereusement de moi. Ils avaient l'air d'avoir envie de me dévorer.

    Par simple réflexe de défense, peut-être, je n'avais pas d'autre choix que de les tuer, transperçant alors la base leur cou de mes mains, ou bien en leurs arrachant leurs membres comme un enfant pouvait arracher les pattes d'un insecte. Un par un. C'était un peu la même chose, ou bien alors je leurs je leur arrachai la tête, celles-ci roulant à mes pieds, si facilement… J'avais l'air de me débrouiller un minimum contre eux, du moins pour survivre. Même si en les massacrant je ne pouvais pas ressentir la texture de leurs muscles, de leur chair et de leurs organes internes entre mes doigts, ni de ce liquide s'échappant de leurs corps, d’une couleur brunâtre et sombre, dont ne pouvais même pas humer l'odeur. Je les vis se désagréger petit à petit, avant de repartir pour explorer le monde où j'avais atterri. Je ne comprenais toujours pas où j'étais exactement. Au-delà de ces débris noirs se dressait devant moi un désert de sable blanc à perte de vue, quelques souches d'arbre de temps en temps et une nuit perpétuelle, avec ce croissant de lune dans le ciel obscure, reflétant quelques lueurs sur les dunes de ce sable fin. Ce monde paraissait totalement irréel, comme sorti du fruit de mon imagination. Je ne savais où j'allais, mais je ne faisais que marcher. Il n'y avait aucune notion du temps dans ce monde. Aucun repère à mes yeux, rien de tout cela n'existait… rien ne captivait mon regard. Il y avait également des moments où j'étais déconnecté, tout en continuant de marcher, mais je ne me rappelais pas avoir vu le paysage défiler devant mes yeux.

    Un voyage qui semblait duré, des jours, des semaines, des mois, ou peut-être même une éternité. Je ne ressentais pas la faim, ni l'épuisement. Est-ce que mon existence devait se résumer à marcher pour l'éternité, sans pouvoir me reposer ? Même la mort semblait plus belle à côté de cette vie.

    Je continuais alors à marcher jusqu'à ce que je découvre quelque chose dans ce désert qui se reflétait dans mes yeux, je n'avais encore jamais posé mes yeux sur quelque chose, ce n'était comparable à rien de ce qui constituait ce désert. Mais j'avais une impression que cette chose gigantesque était faite de la même matière de ce qui constituait ce monde, peut-être le lieu de naissance véritable, de ces créatures qui m'entouraient. Mais ce n'était qu'une impression. Cet objet n'avait ni couleur, ni odeur, ni son… un sentiment de vide profond s'empara de moi en me tenant à quelques centimètres de cette… « chose ».

    Je décidai alors de pénétrer à l'intérieur, laisser mon corps se faire absorber. En continuant d'avancer je sentais cette carapace qui recouvrait ma peau, mon visage et le reste de mon corps, se désintégrer, comme si j'étais enfin libéré de cette coquille emprisonnant mon enveloppe charnelle. À l'intérieur, je ne ressentais plus rien.

    Je ne sais pas combien temps je suis resté à l'intérieur… je ne me souviens plus quand exactement j'ai rouvert les yeux… Une impression de déjà vu, une impression de renaissance, même si cette fois les circonstances n'étaient pas les mêmes. Je me souviens juste qu'à mon réveil, j'étais à nouveau dans ce désert. Je me sentais beaucoup plus puissant qu'avant, même si je n'ai plus jamais revu cet objet, une seule fois dans mon existence.
    Comme si une page c'était tournée sur mon existence.
    Après tous ces évènements inexpliqués, je n'ai cessé de continuer à voyager à travers ce monde.

    Il m'était souvent arrivé de tomber sur d'autres créatures similaires ou totalement différentes de ce que j'avais pu voir le premier jour. En les regardant de loin, je me disais : « Laisse-les te battre… Après tout tu n'as rien à perdre et rien à gagner. » Mais dès qu'ils s'apprêtaient à m'attaquer, une étrange pulsion s'emparait de mes pensées et de mon corps, comme si quelque chose contrôlait mes faits et gestes dans ces moments précis et à chaque fois le dénouement était le même. Chacune de ces créatures se mettant en travers de mon chemin… disparaissait, les mêmes cendres se mélangeant avec le sable de ce désert. Quoi que je fasse, le scénario était toujours et constamment le même. Que devais-je faire ?

    Je remarquais également qu'à chaque fois qu'un de mes ennemis était tué, je ressentais leur force traverser mon corps, comme si j'aspirais leurs âmes avant qu'ils ne se désagrègent totalement. Je ne ressentais rien en les tuant, ni en les regardant mourir. Je n'avais ressenti aucun sentiment depuis ma naissance dans cette fosse.

    Ainsi continuai-je à combattre des ennemis beaucoup plus forts que moi. Même s'ils étaient plus puissants, plus grands que moi par la taille, par la superficie… même si leurs formes ne ressemblaient à rien et leurs laideurs étaient incomparables. Un par un ils mouraient…

    J’appris également l'existence de Shinigamis, en affrontant certains qui se mettaient sur mon chemin. Ces êtres étaient particulièrement différents de ce que je pouvais appeler mes semblables qui trépassaient après mon passage. Ils ne ressemblaient à rien, il m'est arrivé de tomber sur certains qui avaient peur de moi, d'autres qui étaient beaucoup plus fous et qui pensaient pouvoir me battre avec leurs armes. Je ne m'intéressais pas de savoir pour quelle raison ils venaient dans ce désert. Tout ce que je savais, c'est qu'ils étaient encore plus faibles, que les autres Hollows. Il me suffisait d'une seule attaque pour qu'ils tombent comme des mouches. Pourquoi étaient-ils tous aussi faibles et insignifiants… ?

    Mon évolution et mon corps changeait lentement mais sûrement, ma forme commençait à se rapprocher quelque peu de celle ces êtres appelés Shinigamis, mis à part que j'avais toujours mon masque. Je maîtrisais également des techniques de combat beaucoup plus élaborées au niveau des stratégies. On pouvait dire que j'étais en quelque sorte autodidacte. Je maîtrisais mes pouvoirs beaucoup plus facilement, je me rapprochais d'un rang appelé « Arrancar ». Lors de mes combats contre les autres Arrancars, j'apprenais le nom des attaques et des techniques utilisées : Cero… Hierro… Sonido… Le dernier stade d'évolution appelé les Espadas, dont les places se comptaient sur les doigts… C'étaient les seules choses que j'arrivais à tirer de ces combats… c'est-à-dire pas grand-chose : j'entendais toujours les mêmes rengaines sortir de leurs bouches. Comme chacun de mes semblables que j'avais affrontés, tous voulaient évoluer et devenir les plus forts, même si cela ne leur servait à rien. Les combats ressemblaient à des danses totalement absurdes et inutiles. Quelles que soient leurs races, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Tous me dégoûtaient…

    Tous n'étaient que des insectes insignifiants qui n’attendaient qu’une seule chose : se faire éliminer...




Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 262
• INSCRIPTION : 29/07/2011
• AGE : 27

• LOCALISATION : Hueco Mundo
• LOISIRS : Explorer !
• HUMEUR : Perdue ?.?

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t856-fiche-d-eurynome

Passeport
Rang: Arrancar
Points d'experience:
0/275  (0/275)
Niveau: 16
Eurynome
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW

Mer 31 Aoû - 20:17
À priori... Bienvenue brave bête :D

J'avoue avoir été captivé par ton histoire et un peu choquée par le verbe "rappelasse" :shock:

Je veux dire... gnuuuuh, ça existe le subjonctif imparfait ? :scratch: *Cherche* ah... ben oui...

Bizarre bizarre cette langue française XD

Enfin bref passons... Tout semble complet, je n'ai aucune critique à dire. Tu sembles avoir compris le contexte du forum alors il ne reste plus qu'à attendre un admin pour modifier ton pseudo et botter les 1..2.. en faite 3 autres Ulquiorra qui t'ont devancé, seulement en terme d'inscription ein :lol: (Très convoité le personnage on dirait, avec raison... il est trop mignon *O* )





J'ai le goût du rien inexistant et pâle, le néant de la maturité, l'essence de l'ennui du vieux croupi et desséché, la confiance en soi outrancière et le trépas terni par les cendres, le vide... ah le vide !
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1368
• INSCRIPTION : 03/04/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Dans un monde à l'envers.
• LOISIRS : Te faire tourner la tête est mon passe temps favoris.
• HUMEUR : D'humeur à retourner les morts.

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t50-il-existe-un-monde-ou-tout-e

Passeport
Rang: Most Wanted
Points d'experience:
85/455  (85/455)
Niveau: 28
Hirako Shinji
SHINIGAMI OR ARRANCAR ? † VIZARD
I'M A SEXY FOUNDER

Mer 31 Aoû - 21:04
C'est donc validé ! Bonne continuation pour la suite ;)




hirako shinji
I won't let you bury it. I won't let you smother it. I won't let you murder it. Our time is running out, and our time is running out. You can't push it underground, we can't stop it screaming out.
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 10:28


Revenir en haut Aller en bas
 

Ulquiorra Schiffer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ulquiorra Schiffer est mort ? Oui. Mais il revient.
» Présentation de Ulquiorra Schiffer
» Event n°2: Ulquiorra Vs Ichigo - Rukia (Part 2)
» On sèche les cours TROLLOLOL! (pv. L. Clifford Schiffer)
» [Next Gen] Liste des PNJ's


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-