AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Arashi Kiishi [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 291
• INSCRIPTION : 18/08/2011
• AGE : 25

• LOCALISATION : Île de la Réunion
• LOISIRS : Lecture de manga, Rp, Jeux vidéo
• HUMEUR : Hésitante !

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t310-fiche-de-kiishi-arashi-term

Passeport
Rang: 3ème Siège de la 8ème Division
Points d'experience:
15/290  (15/290)
Niveau: 17
Kiishi Arashi
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI
I'M A BEAUTIFULL MODERATOR

Jeu 18 Aoû - 18:57
« ARASHI KIISHI »


    Votre Age : 19 ans en apparence elle a en réalité près de deux siècles.
    Votre Sex : Féminin
    Votre Race : Shinigami
    Votre Grade : 3ème siège - Shinigami
    Division : Huitième division.


    Ce que je cache.


    Kiishi est une belle jeune femme, beaucoup d'hommes le diront. Elle attire les regards bien malgré elle, car son apparence n'est pas vraiment sa première occupation. C'est une demoiselle au corps svelte elle est d'ailleurs assez grande pour une fille, elle mesure, après examen médicale annuel : un mètre soixante-dix-sept et pèse : soixante-dix kilos toute mouillée. Ce qui est peu pour sa taille.

Le fait qu'elle soit grande et mince donne l'impression à beaucoup qu'elle fait plus que le mètre soixante-dix et touche même le mètre quatre-vingt sans forcer, ce qui est faux. Elle a de longues jambes fines, les hanches un peu étroites comme son bassin, au sommet de ses jolies jambes un fessier rond à souhait et ferme. Personne ne lui a jamais mit la main aux fesses pour vérifier si c'était vrai, c'est une chose que beaucoup d'hommes aiment sans doute imaginés quand ils passent près d'elle ou lorsqu'elle marche devant eux. En parlant de marche, elle se déplace en faisant de longues et aériennes enjambées, très silencieuse comme les grands félins lors de la chasse. On notera que lorsqu'elle marche ses fesses tanguent de droite à gauche pour le plus grand plaisir de ses messiers.

Elle a le ventre plat il faut avouer qu'un shinigami avec du ventre se serait inédit ! Kiishi suit les entraînements à la lettre, bien qu'elle soit d'une maladresse assez cocasse. Elle fait beaucoup d'effort elle ne sait juste jamais quoi faire de ses jambes qui ressemblent à des échasses pour elle. Elle se trouve trop grande et complexe sur ses jambes. Fort heureusement, les tenues traditionnelles du shinigami les couvrent en grande partie. Sa taille est bien marquée, une taille de guêpe comme dit. Elle est plutôt légère et possède la souplesse d'une danseuse étoile, ce qui la rend rapide lui permettant d'esquiver un grand nombre de coups. Enfin elle finit souvent sur les fesses lors des entraînements. Rare sont ceux qui l'ont vu sans haut, ces personnes savent qu'elle cache une cicatrice sous ses vêtements. Elle se trouve sur la partie gauche de son corps, elle née au niveau de son bassin et trace une ligne droite en direction de son sein ! Le coup est partie du bas la cicatrice est plus fine et termine en s'élargissant sur son sein, environ 3cm. Sa poitrine tout comme ses fesses est ronde à souhait et ferme.

Ses épaules sont frêles, elle n'est pas faite pour porter de lourde charge. Elle a un cou long et fin surmonté d'un joli minois. Ses lèvres sont roses clairs, petite et pulpeuse. Elle est souriante ce qui fait naitre de petites pommettes sous ses yeux. Kiishi a de très beaux yeux en amandes de couleur ambre ou miel sombre les jours de mauvais temps. Un nez fin et droit, ainsi qu'une frange qui couvre tout son front. Ses cheveux sont verts et très longs, ils lui arrivent en bas du dos. Ils sont lisses pas du tout du genre rebelle ! Soyeux et brillant.


    Sous l'écorce.


DOUCE ; SÉRIEUSE ; TIMIDE ; MALADROITE ; RÊVEUSE

    Kiishi, n'est pas bien difficile à cerner ! En quelques mots : C'est une fille ! Ne vous attendez pas à la voir aimait autre chose que les peluches, les papillons et les fleurs. Enfin quoi que si peut-être qu'elle aime une autre personne bien plus que les peluches et autres trucs mignons. Elle a peut être deux cents ans elle n'est pas moins restée une timide demoiselle au cœur pure et innocent que l'amour fait vibrer.
Kii' est une d'une timidité maladive ! Elle ne pourra jamais avouer ses sentiments à l'être aimé c'est à peine si elle arrive à parler quand trop de monde l'entoure. Si elle seule avec lui elle peut lui parler normalement, mais jamais elle ne lui dira qu'elle l'aime ouvertement. Quand elle rencontre quelqu'un pour la première fois elle ne parlera pas beaucoup et plus il sera du genre intimidant comme le capitaine de la onzième division plus elle aura du mal à parler normalement. Elle se mettra à bégayer elle est tout bonnement incapable de dire deux phrases à cet homme il l'effraie, elle est désarmée face à lui. Elle ne le croise pas souvent et arrive à peine à lui dire bonjour sans si reprendre par trois fois, ce qui semble amuser le bonhomme. Mais ça finit toujours par se calmer son capitaine aussi l'a longtemps impressionné et aujourd'hui elle lui parle sans écorcher les mots. Elle est timide, mais pas asocial soyez patient avec elle !

C'est une jeune fille sérieuse, très sérieuse ! Elle ne semble jamais prendre de bon temps ou rarement, elle est souvent sur le terrain d'entraînement pour s'améliorer. Elle est douée en Kidô plus qu'en corps à corps faut bien l'avouer, mais elle aussi des efforts de ce coté. Elle a souvent le nez plongé dans des bouquins plus épais qu'elle, pour essayer d'apprendre par elle-même ! Ce n'est sans doute pas ce qu'il y a de mieux, elle reste trop timide pour demander de l'aide si on lui propose elle se fera un plaisir d'accepter. Par contre ses partenaires se rendent bien vite compte qu'elle est très maladroite aussi pendant le combat que hors combat il lui est arrivé plus d'une fois d'entrer dans des objets totalement immobile enfin ça c'est surtout parce qu'elle a plus que souvent la tête ailleurs.

Elle est très douce avec tout le monde, enfin sauf en combat. Tout le monde l'aime bien en générale parce qu'elle avenante, polie et respectueuse, elle aime faire plaisir aux autres. C'est l'amie qui passera des heures entière à votre chevet si vous êtes malade, celle qui vous fera de quoi manger et prendra soin de vous avant de prendre soin d'elle. Certain s'amuserait presque à faire semblant d'être malade dans la division pour avoir droit à ses petits soins et ses petits plats. Elle ne s'énerve pas facilement elle est par contre très susceptible et demande continuellement si ce qu'elle fait est bon ou pas. Elle a très peur d'échouer, peur d'être rejeté, c'est une demoiselle plutôt fragile psychologiquement. Elle cache souvent ce qu'elle pense vraiment pour mieux s'intégrer au groupe, elle est ouverte d'esprit, mais n'en reste pas moins une demoiselle innocente. Elle plutôt naïve et facile à avoir ce qui la rend un peu méfiante vis-à-vis des hommes. Le seul homme avec qui il lui arrive de rester seul c'est son capitaine. C'est une demoiselle qui aime rire et un chose elle adore l'alcool bien qu'elle n'en boive pas souvent, quand elle en boit elle n'arrive pas a s'arrêter elle finit donc saoul la plupart du temps.

Kiishi est rêveuse ! Elle songeait à divers chose qui n'auront sans doute jamais lieu, comme vivre le grand amour avec celui qu'elle aime. Pour ça il faudra qu'il la voie autrement que comme une simple gamine. Ce n'est hélas pas près d'arriver, ce qui la rend un peu triste, enfin elle peut déjà être en sa compagnie ça compte beaucoup pour elle.


    Ma Bibliographie


    « Une histoire sans fin est une histoire qui n'a jamais commencé, il n'y a pas de plus belle histoire d'amour que celle qu'on ne vie jamais, pas de plus ardent baisé que ceux qu'on ne partage pas ! Mon histoire je ne sais plus où elle commence et encore moins quand elle prendra fin. »
La naissance d'une âme ne commence-t-elle pas par la mort de sa prison de chaire ? Cette histoire commence sur terre quelques mois avant la mort déjà programmée de la jeune Kiishi. C'est une demoiselle pleine de vie qui est née une famille nombreuse, une mère souvent absente et un père travaillant tout autant. Elle s'est beaucoup occupée de ses frères et sœurs avant sa mort prématurée. Une fin de vie précipitée par la violence d'un père ayant plongé dans l'alcoolisme après la perte de son emploie. Ça faisait trois mois qu'il avait commencé à la battre, mais ça a été la fois de trop. La douce enfant a git pendant vingt minutes dans son propre sang avant que l'un de ses frères n'arrivent à atteindre le téléphone pour joindre les secours. La peur les avaient restreint à attendre le départ de leur père pour approcher le téléphone, elle continuait de sourire malgré la douleur qui engourdissait son corps et ses sens. Kiishi est restée consciente jusqu'à ce qu'on la mette dans le véhicule en direction des urgences. Une fois à l'hôpital elle a reçu les soins nécessaire à sa survit physique, mais le cœur et la volonté de vivre n'y étant plus la jeune fille plongea dans le coma. Cette partie de sa vie elle l'a totalement oublié lors de la libération de son âme, sa famille n'avait pas les moyens pour la maintenir en vie artificiellement en tombant dans le coma elle s'était condamnée d'elle-même.

Elle n'a pourtant pas oublié la lourde odeur de son sang qui emplissait ses poumons ce soir là, le sifflement de sa respiration dut à ses cotes brisés ainsi que la douleur que chaque respiration lui faisait endurer. Son corps couvert de bleu encore plus malmené elle entend encore les os son bras se briser lors de sa lourde chute... Et comme si ce n'était pas assez son père lui planta un couteau niveau du bassin l'ouvrant presque en deux. L'odeur du sang rappela l'ivrogne à la réalité, c'était sa fille qu'il charcutait... Il prit simplement la fuite après avoir vu sa fille sourire une dernière fois, des hommes tuent sans raison des êtres qui leurs sont chers tous les jours. Elle ne pensait pas que ça arriverait à sa famille, à son père, ce n'est rien de plus qu'un cauchemar a-t-elle pensé, mais elle n'a jamais put ouvrir à nouveau les yeux sur le monde réel. Sa réalité c'est lentement effacée pour devenir une autre...

Elle s'est réveillée, comme sortie soudainement d'un mauvais rêve, ses yeux s'ouvrir sur le monde des âmes, le souffle court et perdue. Lorsque que l'on rêve on ne souvient jamais de comment on est arrivé là où l'on est. Elle aussi ça lui échappe, comment-elle morte ? Elle l'ignore, quand elle a ouvert les yeux à Rukongai elle n'avait que pour seul souvenir la douleur et la violence. Mais pas un seul visage tout est si sombre dans sa tête, elle ne sait plus les noms et pourtant elle sait qu'elle appartient à une famille nombreuse, mais où sont les visages ? Pourquoi la douleur saisit si brusquement de son corps lorsqu'elle tente de se souvenir ? Une zone de Rukongai ou une autre quel importance ça pouvait avoir et un district pas le plus doux qui soit. Elle n'a pas vraiment choisit après tout, mourir dans la violence pour renaitre au centre des mêmes violences, les âmes gardent-elles leurs natures et leurs particularités du monde réel ? Était-elle destinée à rester ce qu'elle était avant sa mort ? Quoi que sa nature avant sa mort était un mystère pour elle, tout autant que sa famille et ainsi que la fin. Tout est si sombre, tout n'est rien de plus que douleur...

« Je ne sais plus où commence ma vie et encore moins quand elle a prit fin. J'ignore tout ou presque de moi-même... J'ai peur de cette ignorance comme j'ai peur de ma souffrance, la vérité se cache là où je ne veux pas aller... Je ne suis que l'ombre de moi, une plaie béante, sans nom, sans avenir... »

Elle a erré dans son district, vivant au jour le jour pendant un sacré bout de temps. Si bien qu'elle ignore aujourd'hui son âge exact elle fait un calcul approximatif pour se repérer plus ou moins le temps. Kiishi ignore totalement comment elle a échappé à la transformation en Hollow, sa nature rêveuse sans doute... Bien qu'elle aurait voulu pleurer plus souvent elle n'avait pas le temps, la faiblesse et les pleurnicheries n'était pas du genre à passer inaperçue dans le district et devenir le souffre-douleur de quelques âmes déséquilibrés très peu pour elle. La belle, car beaucoup l'appelait ainsi avait prit ses marques, elle commença à avoir des habitudes quand elle rencontra son premier Hollow. Pourchassée par la hideuse bête, elle couru aussi vite qu'elle a put jusqu'aux portes de Seireitei. Ces portes immenses aux bois lourds, elle ne les avait jamais vu s'ouvrir avant, mais avait entendu dire que derrière se cachait une fleurissante ville dans laquelle vivrait un grand nombre d'âmes entraînés pour le combat contre les Hollow. Il fallut plusieurs heures avant qu'elle arrive devant cette porte, hors d'haleine le visage couvert d'un mélange de larme et sueur. Elle frappa à la porte de ses deux poings, avec acharnement, les larmes embuant sa vision et ses hurlements terrifiés couvrant tous les sons alentours sauf le sombre appelle du Hollow qui retentissait quelques mètres derrière-elle. Comme le sinistre message d'une fin atroce, pire encore que sa première mort.

L'immense créature se rapprochait dans le sourd craquement des arbres qu'il brisait sur son passage. Son cri était si puissant que le corps de la jeune âme tout entier était parcouru de sueur froide et de tremblement. Ses muscles un à un se contractèrent, la figeant devant cette satanée porte qui ne s'ouvrait pas, ses jambes s'engourdir comme celle d'un nouveau né et elle s'effondra sur ses genoux en pleurant.

« Je ne veux pas connaître ça... pas une seconde fois. Pitié je ne veux pas souffrir encore, ne le laissait pas me battre... »

Le silence s'installa durant quelques seconde, secondes interminables durant lesquels la bête renifla avec soin sa longue chevelure verte. Elle retenait ses hurlements de peur qu'il ne l’embroche plus vite encore, tourna lentement le visage pour voir son agresseur qu'elle ne distingua qu'à peine à cause de ses larmes. Tout lui semblait flou, presque qu'irréel, la bête arma son bras, elle retourna son visage vers la porte immobile et supplia encore, mais qui suppliait-elle ? Le Hollow ou les personnes de l'autre coté de la porte...

« Pitié... »

Murmura l'enfant, ses ongles grattèrent la porte avec une telle force qu'elle s'en arracha quelques-uns, étalant son sang sur la porte, une âme peut saigner !? Le coup elle le vit venir au ralentit, elle protégea son visage se bras se retrouvant propulsé plusieurs mètre plus loin contre un arbre. La douleur qui parcouru son corps fut si vive qu'elle ne put tenter de s'en fuir une fois de plus. Les larmes roulaient sur sa joue comme le fleuve d'une rivière qui ne pouvait se tarir et elle esquissa un sourire à bout de force, une fois encore. Un sourire de résignation, son sang se répandait en abondance sur le sol, comme cette autre nuit terriblement douloureuse... Alors que la bête allait abréger ses souffrances armant de nouveau son puissant bras pour la frapper une ombre apparut derrière le Hollow. Grande et massive, l'ombre se tenait à quelque pas de la porte tendant une arme à la lame étincelante vers la bête. Se savant sauvé elle tomba dans l'inconscience et n'assista pas au combat, elle se réveilla plus tard, dans un sursaut après un horrible cauchemar. Un cauchemar reprenant l'attaque qu'elle avait subit trois jours plus tôt, sa blessure étant sévère, on peut dire qu'elle a échappé à la mort de justesse. Il était donc compréhensible qu'elle soit restée inconsciente trois jours entiers, en se réveillant la douleur l'assaillie tout de suite, la clouant au lit ! D'ailleurs ce n'était pas son futon, ni sa petite cabane du district, le plafond lui était inconnu... Les quatre murs, tout, elle n'était "chez elle", mais ce n'était pas important. Épuisée, elle se rendormit bien vite lorsque l'on doit guérit une plaie comme la sienne il faut du temps, de la patience et du repos.

Le lendemain elle se réveilla encore trouvant un plateau repas près de son lit, elle observa et huma la nourriture, quand son ventre gronda d'indignation parce qu'elle se méfiait un peu trop. Elle mangea peu, ce n'était pas de la haute gastronomie mais c'était néanmoins nourrissant et donc bon pour son corps, elle se rendormit aussi sec après avoir bien mangé. Comme un ours en pleine hibernation elle se roula dans son futon pour avoir bien chaud et attendit le jour prochain, pour se goinfrer à moindre frais. Les semaines passèrent l'ennuie s'installa et la curiosité la piqua de plus en plus, sentant qu'elle avait assez de force pour bouger elle se redressa et put constater qu'elle n'était pas très habillée. Elle se leva tout de même, fit le tour de la petit chambre et se glissa dans la pièce à coté, trouvant un homme étendu sur le sol son chapeau de paille rabattu sur son visage entouré de bouteille de saké. Quel étrange personnage, il avait un corps massif et grand, brun les cheveux ondulait, barbu, la jeune femme passa son chemin se dirigea vers une autre porte et bien qu'elle s'était faite aussi silencieuse qu'une sourie la voix caverneuse de l'homme retentit dans la pièce.

« Yare, yare. J'entrerais pas là si j'étais toi. »

Pétrifiée sur place, la jeune demoiselle leva les mains au dessus de sa tête par réflexe et oui, elle a regardé trop de film policier. Elle l'entendit se relever et elle se releva lentement rougissante, honteuse de par sa tenue, mais aussi parce qu'elle s'était faite prendre. La gêne de la demoiselle fit sourire l'homme.

« Se serait bien téméraire de partir maintenant tu n'es pas encore guérit. Et malpolie de ne pas me remercier pour la nourriture et les soins ainsi que pour mon hospitalité. Mais surtout de ne pas dire : au revoir. »

« Je... Je euh...Je ne...comptais pas...pas ...partir, juste...j'étais juste...curieuse... »

« Hé bien ! Je vais pas te manger, détend-toi. Un peu de saké ? »

Elle n'osa pas refuser, il lui avait sauvé la vie, offert à mangé et un endroit sec et chaud pour dormir. N'ajoutant pas un mot elle s'installa à table. Le sourire tremblant elle se fit silencieuse alors la servait, elle porta sa main légèrement hésitante vers le verre elle le rapprocha d'elle et sirota le liquide alcoolisé. Avant d'avoir eu le temps de comprendre elle était saoule et discuter avec le capitaine comme si de rien n'était, ils passèrent la nuit à bavarder de tout et de rien en buvant...Elle c'était endormit sans s'en rendre compte et étrangement elle était de retour dans la chambre. La gueule de bois du lendemain de fête ne tarda pas à se faire sentir...Elle décida de se trouver de l'eau et peut être de quoi grignoter. Elle passa la porte de la chambre, il n'y avait personne dans le salon juste les bouteilles de saké vide et les deux verres de la nuit dernière sur la table. Elle poussa la porte que le brun lui avait sommé de ne pas ouvrir est tomba sur un océan d'ordure et une montagne de vaisselle non-faite, elle referma la porte lentement, l'eau qui proviendrait de cette pièce devait sans doute être devenu impropre à la consommation...

Kiishi tenta une autre porte et tomba sur la salle de bain, bien que mieux entretenue que la cuisine il trainait par terre un matelas de caleçon et de vêtement sale. Elle but au robinet vu qu'il semblait impossible de faire autrement, en regardant autour d'elle elle se décida à faire un peu de rangement et de ménage. Elle commença par mettre le linge sale à tremper dans une baignoire d'eau très chaud avant de partir vers la cuisine plus que déterminé. Elle passa une journée entière à faire le ménage de toute la maison et avait commencé à préparer le dîner du soir. La demoiselle s'écroula à bout de force presque mais souriante, elle ne s'était pas ennuyée et avait rendu service à la personne qui l'avait si gentiment accueillit. Elle s'endormit la tête sur ses bras heureuse assise à table, elle entendit la porte coulissante en papier de riz s'ouvrir. L'enfant bailla en adressant la personne qui venait d'entrée un bienvenue polie, elle se frotta les yeux et demanda à l'homme de s'installer à table alors qu'elle se dirigea vers la cuisine encore un peu dans le brouillard.

« Yare, yare. Salut... Non pas là de - dans... »

Shunsui entra dans la cuisine avec hésitation, regardant à droite et gauche, puis de haut en bas, il devait sans doute se demander où était passé les ordures et la vaisselle. Il alla même chercher dans les autres pièces et sous la table du salon perplexe. Elle terminait de faire cuire le riz et apporta le repas à table, elle servit le capitaine en premier et se servit elle-même, le silence étant plutôt pesant.

« Euh...Tu as fais tout le ménage ? »

« Euh Oui... »

Les yeux de l'homme se mirent à briller. « Tu veux pas rester pour toujours ? »

Décontenancée, par la question elle ne sut quoi répondre, elle était heureuse, mais elle avait peur de l'encombrer...Elle se mit à lui sourire timidement.

« Je ne... ne veux pas... vous dérangez, vous avez... dé - déjà tant fais pour moi. »

Il sourit à la réponse de la jeune fille et commença à manger. Ils continuèrent de discuter de l'avenir, ce qu'elle ferait une fois totalement guérit. Devant son hésitation il lui parla de l'académie, il réussit à convaincre la de si inscrire. Elle passa plusieurs mois chez Kyoraku, elle n'avait pas d'autre endroit où aller quand elle fut totalement guérit elle entra à l'académie, ce ne fut pas facile, les jours, les mois, les saisons et surtout les années passèrent. Elle écrivait des lettre à Shinshui, lettre qu'elle gardait pour elle, elle voulait s'en sortir seule elle voulait y arriver coûte que coûte. Les efforts monumentales ont finit par payer, elle n'est pas sortie de l'académie parmi les premiers, mais elle est arrivée au bout sans l'aide personne et elle était heureuse. Lorsqu'elle quitta l'académie elle entra dans la huitième division, elle ne fut pas trop dépaysée le visage souriant de son capitaine lui étant devenu plus que familier ! Ce n'est pas parce qu'elle avait quitté l'académie qu'elle arrête d'apprendre et de faire des efforts au contraire elle continua tout ce qu'elle avait et même plus qu'elle pouvait physiquement supporter pour être à la hauteur des espérances de son capitaine. Elle ne visait pas le poste de troisième siège, ni celui de vice-capitaine ou encore de capitaine, elle voulait juste qu'il se dise qu'il ne l'avait pas sauvé pour rien.

Elle devient de plus en plus forte son corps s'était légèrement musclée, bien qu'elle est d'une maladresse peu égalé chez les shinigamis, finit par se voir offrir le troisième siège de la division. Ce n'est pas arrivé du jour au lendemain, Shunshui pensait qu'elle méritait se poste et elle l'a accepté pour lui faire plaisir, alors qu'on fêtait sa promotion elle dit quelque mots :

« Je crois que lors de cette attaque de Hollow, j'ai laissé derrière la porte du Seireitei une partie de moi. Une famille, sans nom et sans visage. Et ici, dans cette division j'en ai trouvé une nouvelle ! J'espère que nos chemins ne se sépareront jamais. »

Une nouvelle vie lui avait ouvert les bras, bien que l'ombre de l'ancienne plane toujours dans son quotidien. Et que la douleur subsiste toujours.



Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Mer 24 Aoû - 16:08
C'est validé !
Bienvenue parmis les shinigamis ;)

Désolé de l'attente ^^'


Revenir en haut Aller en bas
 

Arashi Kiishi [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-