AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Second Cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 151
• INSCRIPTION : 18/10/2009
• AGE : 57

• LOCALISATION : Entre les mondes .
• LOISIRS : Répendre la mort.
• HUMEUR : Je ne ressens rien, vraiment rien...

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com

Passeport
Rang: LITTLE MASTER
Points d'experience:
485/485  (485/485)
Niveau: 30
Hell Butterfly
WHAT THE HELL † LITTLE MASTER

Jeu 18 Aoû - 17:09
« Hado, Bakudo et Hohou »


    Yô ! Bien, je serais votre professeur pour ce cours ! Ici, vous devrez apprendre les bases de l'art des sorts de Shinigamis. Ce sera votre second cours. Celui-ci sera plus difficile que le précédent cours car c'est dans ce cours que vous vous apprendrez les sorts de shinigamis. Pour ce faire, vous devrez faire un RP dans ce sujet pour apprendre les techniques de bases étant :

    - Hado n°31 : Shakka Hô.
    - Bakudo n°1 : Sai
    - Hohou : Shyunpô

    (voir les techniques shinigami ici)

    Votre RP devra faire une 40aine de lignes (héhé, plus compliqué que le précédent hein?). Vous devrez le poster à la suite de ce sujet ! Une fois fait, vous pourrez ajouter ces techniques à votre fiche. Bonne chance petits apprentis.





I'm on the highway to hell.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Mer 14 Sep - 21:01
Mes origines terrestres me rendaient directement beaucoup plus terre-à-terre que mes camarades directement nés sous le symbole du mysticisme et de la découpe bien nette. En gros, je partais désavantagé aux cours de Kido. Parce que je n'y comprenais strictement rien. Dans cette dimension, les gens n'avaient même pas le développement technologique nécessaire pour utiliser la poudre. Dans mon dix-neuvième siècle, tous les savants en étaient à se frotter les mains pour inventer n'importe quoi sur n'importe quoi. La planète d'où je venais vouait un mystère au Dieu Science, et à sa Foi qu'on appelait « Compréhension ». Les jeunes gens éduqués comme moi partaient du point de vue suivant : tout dans la nature pouvait être compréhensible. Sinon, c'était que ça n'existait pas. Les Kido et autres conneries magiques, je ne pouvais pas dire que je n'y croyais pas (comment vouliez-vous ne pas croire à de tels rituels alors que vous aviez péri ?). Mais une partie de mon inconscient gardait le peu de retenue imbécile que j'avais pour le liguer contre ce monde et ses règles étranges.

On avait oublié le vieux black baraqué comme un mastodonte dopé à la testostérone de la dernière fois (c'était quoi son nom déjà ? Masochi ?), pour se retrouver devant une femme certainement un poil plus âgée, mais que la paperasse avait rendue encore plus stricte que des siècles d'entraînement en arts martiaux. Les cheveux noirs, le chignon serré et les yeux cachés derrière une paire de lunettes, elle avait étrangement décidé de commencer son cours par la théorie. Je pense qu'il n'y avait pas plus dangereux pour la crédibilité et la forme de ses élèves que d'expliquer une chose inexplicable. C'était encore plus floue qu'une longue phrase (et encore, les phrases, on savait que c'étaient des mots). Pour le Kido, disons que c'était une émanation spirituelle très forte de l'énergie qui nous entourait stimulée par notre propre énergie spirituelle. A moins... que ça ne soit l'inverse... Ou bien que c'était notre énergie spirituelle qu'on libérait sous différentes conditions afin de produire des effets différents (et étrangement tous dans l'optique de la guerre). Il y avait quelques écoles de pensée différentes mais comme savoir d'où venait le Kido était totalement inintéressant comparé à son utilité brute, le tout n'était pas clairement subventionné. Ce monde semblait plus rationnel que mon précédent.


« ...si, il vous faut impérativement avoir la pleine maîtrise de votre énergie spirituelle avant toute incantation. Nous allons passer à de la méditation afin d'oublier nos corps et de pouvoir ressentir avec précision notre flux spirituel. La positi... »

Putain ! Bordel de merde ! Je n'étais pas venu dans la plus puissante institution militaire de plusieurs dimensions pour frapper dans le vide comme un gogole et de faire du yoga !

« Commencez par vous nettoyer de tout sentiment, puis dé... »

Ça allait être dur, grognasse ! Ce n'était pas de la déception qui m'envahit, mais c'était un proche parent. On travaillait encore sur un exercice à long terme qui réussirait à me décourager plus qu'autre chose. J'eus du mal à ne pas présenter un visage colérique à toute l'assistance (le résultat de ma retenue fut un faible battement de sourcils). Comme je n'avais rien compris à la position de départ, j'imitai tous les autres étudiants avec une rapidité calculée. Bon, c'était facile... C'était un peu comme s'asseoir en tailleur, le poignet sur les genoux afin de « connecter différents points sensibles de notre énergie ». Ouah super... Je me sentais tellement mieux dans cette pose ridicule que je me sentais capable de léviter... Je n'avais même pas besoin de tourner la tête pour savoir que Leto tremblait compulsivement (et que Artyom devait l'imiter, histoire de rester dans ses petits papiers).

« Nathaniel ! On ferme les yeux. C'est beaucoup plus simple pour chasser toute pensée de vos têtes. Le vide commence par l'obscurité. »

J'obéis sur-le-champ. Au moins, tous les profs de cette académie connaissaient mon nom, c'était déjà une bonne chose. La mauvaise, c'était évidemment que quand ils voyaient vingt étudiants faire l'erreur, ils me sermonnaient obligatoirement afin de faire passer le message à tous. J'étais en quelque sorte le bouc-émissaire. Je serrai les dents avant de tenter de faire le vide en moi. Toutes les pensées sortaient lentement de mon corps, comme si je vidais une éponge bourrée de saké. Je dû m'y reprendre à plusieurs fois pour intimer à mes réflexions de vagabonder hors de mon cortex, puis d'oublier que je devais intimer (ce qui était un effort de réflexion de faire en sorte de ne pas avoir à faire d'effort de réflexion). Puis calmement, j'inspirai.


….................

…................................................

…...........................................................

…................................................................................................................ Bordel, qu'est-ce que je me faisais chier !!!

Le cours du soir se termina par un résumé de nos expériences professionnelles. Certaines filles bien sages minaudèrent qu'elle avaient réussi non seulement à visualiser leur flux spirituel, mais aussi à le « contrôler » ! Ouaaaah ! Je fis une tête de cinglé qui venait de gravir l'Everest sans les mains et sans dormir, avant de m'interrompre subitement quand la prof tordit sa nuque sur le côté pour me voir. Elle n'hésita pas à me clasher quand je lui fis part de mes maigres résultats. Heureusement pour moi, je n'étais pas le seul. Sans compter Leto, une bonne trentaine d'élèves n'avaient eu pour seul résultat une envie terrible de se gratter les dos, ou d'ouvrir les yeux pour voir s'il pouvait deviner d'un coup d'œil les progrès de leurs camarades. La théoricienne reprit ses cours pour nous expliquer quelques paragraphes qui étaient de trop (un peu comme tous leurs prédécesseurs pendant qu'on y était). La journée se termina par une autre séance de méditation sur son futur échec à cet examen. Je ne vis rien malgré toute ma bonne volonté pour rabattre la caquet à cette instructrice qui m'avait déjà pris en grippe.

Les jours et les semaines se suivirent, et se ressemblèrent toutes. Même si de la théorie, on avait un peu coulé à la pratique. La professeur nous avait fait une démonstration de ses talents à l'extérieur en nous expliquant qu'elle avait pris le contrôle de son énergie spirituelle et qu'elle lui avait donné forme avec une invocation avant de la relâcher comme boule de feu. Elle voulait qu'au bout de trois mois, chacun puisse imiter son exploit. J'entendis le clan des lèches-culs lâche un borborygme d'exclamation avant de promettre à la dame qu'ils feraient de leur mieux. Bande de cons décérébrés.

Ces trois mois furent un parcours du combattant pour apprendre à cracher cette simple boule de feu carmine. Nous arrivâmes tous à saisir notre puissance spirituelle après trois bonnes semaines de méditation. Je compris peu à peu comment aller la chercher, et comment jouer avec pour la camoufler, la faire exploser ou bien la contrôler minutieusement pour accélérer ou décélérer la vitesse des différents canaux qui parcouraient mon corps. En combat, j'alimentais automatiquement mes pieds, mes poings ou tous les muscles servant au pugilat afin de me combattre. Maintenant, je pouvais desservir mon énergie là où je le voulais comme je le voulais. L'exercice était amusant, surtout qu'on pouvait s'exercer en-dehors des cours. Enfin, amusant... Jusqu'à ce qu'une pimbêche coincée comme un petit pois dans une paille vienne vous demander de réaliser des actions dangereuses et extrêmement difficiles avec. Il fallait concentrer sa puissance dans ses mains, puis... puis... puis il fallait la... le mot qui se rapprocherait le plus serait soit « transformer », soit plutôt « préparer » son énergie spirituelle avant de psalmodier la phrase du rituel et ainsi déverser son énergie comme on jetterait un glaire. Par les paumes de la main. Oui, c'était les informations les plus précises qu'elle avait pu nous donner. Autant dire que les explications étaient sacrément obscures ; en comparaison, je connaissais des brouillards londoniens que j'aurais pu qualifier de panorama.

Je devais avouer que lorsque les premiers élèves parvinrent à cracher une boule de feu rougeâtre, j'avais éprouvé un sentiment de jalousie (j'en étais encore au stade où je croyais qu'il me suffisait de concentrer mon énergie puis cracher une phrase que j'avais mis un jour à retenir pour réussir l'exercice). La théorie était inutile pour m'aider ; il fallait que je trouve tout seul comment me dépatouiller de cette situation merdique en espérant l'apparition du Déclic. Déclic (toujours avec le D majuscule) qui devait être en train de prendre un café quelque part puisqu'il ne vint jamais. Effectivement... autant espérer devenir bilingue en se réveillant le matin. Il fallait que je saisisse seul comment préparer mon énergie, la convertir en magie brute qu'une phrase pouvait réveiller. Malheureusement, le concept m'échappait totalement. J'avais tout tenté, m'entraînant à foison. J'avais même essayé de tordre les mains, histoire de voir si la gravité pouvait fournir l'épice adéquat à cette mixture qui ne prenait pas forme. J'étais désespérément nul, bien loin des arts martiaux où je partais d'une bonne base, aussi tronquée fut-elle.

Les trois mois passèrent, et une bonne quinzaine d'élèves n'avait toujours pas réussi à faire gicler des flammes de leur paume. On nous envoya des papillons des Enfers pour nous transmettre les horaires de cours particuliers visant à éliminer nos problèmes personnels. Heureusement pour moi, ça me permit de sauter un cours d'arts martiaux de Masochi. Je saluai tout le monde avant de me diriger vers la salle d'études pour le Kido et autres bêtises. Là m'attendait derrière un petit bureau en bois noir la monitrice, ses lunettes tellement enfoncées dans le visage qu'elles en devenaient ses nouveaux iris. Elle ne prit même pas la peine de me parler : tellement plus simple de me désigner un couffin avec la pointe d'une plume. Dès que je me fus enfin posé devant elle, l'institutrice commença d'une voix sèche :


« Nathaniel, tu sais pourquoi tu es ici ? Je ne te demande pas si tu sais si tu es médiocre, mais si tu sais pourquoi tu l'es.
« Euuhhh... »
Quand un professeur aussi compétente qu'elle vous traitait de médiocre, vous faisiez directement un blocage dessus sans réfléchir à la question. Je me repris deux secondes après mais c'était trop tard ; elle se remit à parler de sa voix si calculée que je pouvais voir les mots imprimés sortant de sa bouche :
«Tu n'as aucun mal à visualiser ton toi spirituel ?
_ Aucun, non.
_ Et tu peux maîtriser l'énergie ?
_ Oui, y a aucun problème. C'est au niveau...
_ … de la préparation, bien »
, me coupa-telle en me fixant comme si elle regardait mon menton plutôt que mes yeux. « C'est normal que tu aies du mal. Certains élèves parviennent à lancer un Kido convenablement assez rapidement parce que la technique leur vient à l'esprit sur le coup. Il y en a d'autres qui savent comment faire, mais qui mettent du temps avant de parfaire la préparation. Puis...
_ … puis il y a les médiocres.
_ Ne le prends pas aussi mal. Je ne te le dis pas en tant qu'insulte, mais seulement en tant qu'adjectif.
_ Je ne dois pas prendre mal le fait que l'on me traite de médiocre parce c'est vrai et pas parce que c'est censé vouloir me vexer ?
_ Exactement, tu es censé assumer. »


Elle venait de marquer un point, la vieille. Ce fut pour ça que je ne répondis pas plus. Parce qu'elle, je ne l'aimais pas. Mon esprit entier faisait s'incliner ma mauvaise foi pour trouver des qualités chez Masochi. Je n'avais rien à dire sur le bonhomme, et je me convainquais que son enseignement ne méritait pas mes crachats quotidiens. Par contre, je n'aimais pas la professeur. Parce qu'elle respirait la condescendance passive, et qu'elle se sentait supérieure à nous parce qu'elle nous entraînait et pas l'inverse. Si elle enseignait à des maternelles, je n'aurais rien dit. Mais face à des gens qui pouvaient très bien avoir le double de son âge, je trouvais son attitude un peu trop suffisante. Un peu de déférence lui ferait du bien. Elle ne semblait pas avoir plus de quarante ans, mais je ne savais pas quel âge mental je pouvais lui donner. J'hésitais entre cinq-cent et quatorze ans.

L'instructrice me demande de me lever et de me tenir bien droit. Elle se joignit à moi et me demanda d'essayer de convertir mon énergie en attaque physique. Au bout de la troisième tentative, elle m'arrêta pour changer ma position « afin que je me sente mieux avec mon corps et les différents flux qui le traversaient ». Je faillis lui répondre que mes flux l'emmerdaient, mais je n'allais pas aussi promptement refuser des cours particuliers. J'étais le douzième qui passait et la moitié en était sortie victorieuse. Peut-être qu'avec un peu de chance, je pourrais sortir de la salle d'étude en brûlant les volets de l'entrée. Je refis deux autres tentatives avec une position relativement plus optimale. Mais tout cela en vain. Au troisième essai, je cherchais littéralement à faire brûler mes doigts en serrant les dents. Et quand je crus que j'allais échouer, en pleine concentration, la monitrice m'envoya une claque retentissante dans la joue. Je voulais absolument que mon énergie craqua sur le coup pour lui envoyer une boule de feu dans le bide, mais rien ne se produisit.


« La claque avait marché sur deux de tes camarades, c'est dommage.
_ Je vous remercie de vous donner aut... de ME donner autant de mal pour réussir à jeter un sort de Hado.
_ Ne fais pas l'enfant. Est-ce que tu sais que jeter des Kidos ou des Shunpos est indispensable pour réussir son examen de Shinigami ?
_ Pardon ? Indispensable comment ?
_ Indispensable dans son sens le plus strict. Tous les Shinigamis sans aucune exception savent manier le Kido. Si tu ne peux pas lancer cette boule de feu, tu échoueras l'examen sans appel.
_ Mais c'est stupide !
_ Les techniques d'attaque ou d'emprisonnement te donnent accès à toute une gamme d'offense pour surprendre ton adversaire. Tu peux attaquer à distance sans subir de contrattaque, tu peux infliger de lourds dégâts à l'ennemi sans t'approcher de lui, neutraliser une quantité d'adversaires de faible valeur sans te fouler, etc. Les possibilités sont multiples. On ne réagit pas pareil contre un ennemi qui ne peut que vous attaquer avec son épée et celui qui peut vous attaquer de mille manières différentes.
_ N'empêche...
_ Mais nous allons nous concentrer sur toi, Nathaniel. Je vais t'aider à visualiser ce que tu dois faire. Ton énergie spirituelle est un prolongement de ta personne. Tu dois le voir comme des bras ou des jambes. Pour bouger, tu envoies des ondes électriques à travers tout ton corps. Pour ton énergie spirituelle, c'est exactement la même chose. Tu dois pouvoir la manipuler à ta guise. Une boule de feu ne doit pas te demander plus de concentration qu'un coup de poing. Il n'y a que la procédure qui diffère. Tu dois partir du principe que tu es parfaitement capable de réaliser cette boule de feu, mais que tu ne sais pas comment l'envoyer. Un peu comme si tu avais un troisième bras et que tu cherchais à le déplacer comme les deux autres. Tu vas me refaire des essais. Cependant, tu ne dois pas chercher à faire apparaître une boule de feu, ou de commander à ton énergie spirituelle d'en créer une. C'est plus subtil que ça. Tu dois envoyer le Kido comme si tu avais une balle dans la main. Ce n'est pas plus compliqué que ça.
_ C'est une histoire de Déclic ?
_ De quoi ? »


L'espoir que je possédais était plus de l'espoir forcé et faussé qu'un véritable espoir. Ça ressemblait plus à un droit que je pouvais posséder à cet instant qu'un véritable sentiment dit de « Mais que c'est bien sûr ! ». Je me mis à fermer les yeux, à me concentrer avec une fluidité toute nouvelle. Je ne devais pas créer la boule de feu parce qu'elle était déjà dans mes mains. Je devais juste le sentir, puis l'envoyer. Ce n'était pas plus compliqué que de lever un putain de bras. J'ordonnai à tous mes canaux de faire couler mon énergie vers ma main. Je fis les mantras, les phrases d'invocation. Et je sentis quelque chose au bout de mon bras. Ce 'quelque chose', je devais l'envoyer au loin. Je fis un dernier mouvement pour présenter ma paume au mur avant de libérer mon énergie, bien plus chaude que les autres fois.
Je restai trois secondes immobiles sans rien faire.


« Et bien, c'est un échec pour le moment. Mais ne désespérons pas, continue. »

Ce qui fut tout aussi inutile. Je sentais toujours une petite chaleur dans ma main, mais elle ne devait pas être plus sérieuse que de l'hypnose. Pendant une semaine, je grillai mes cours d'arts martiaux pour aller la voir afin qu'elle m'apprenne les rudiments des techniques de Kido. Mais au fur et à mesure des jours, tout espoir m'avait quitté. Surtout quand je compris qu'elle aussi ne savait pas quoi faire. Peut-être que chaque année, l'académie devait fermer ses portes à quelques étudiants qui n'avaient pas réussi à maîtriser les techniques spirituelles. Naaan... je n'allais pas me laisser abattre par une telle connerie ! J'avais la technique, j'avais le combat, j'avais la motivation... et je devais chuter contre un obstacle invisible et injustifié. Le monitrice tentait de me rassurer en me signalant que les âmes qui étaient nées sur Terre avaient plus de mal à appréhender leur nouvel univers et ainsi sortir des boules de feu. Mais ça ne me rassurait pas. Pourquoi je n'y arrivais pas ? Est-ce que mon potentiel pour devenir Shinigami n'était pas plus élevé que ça ? Je ne pouvais pas croire que j'allais être disqualifié pour ça, quoi... pour un truc que j'appréhendais même pas ! Mais pourtant, je continuais à venir... mais rien ne fonctionnait. L'instructrice me disait qu'elle avait quelques tours dans son sac. Par exemple, elle surjoua une technique Kido pour que je puisse visualiser le processus. Mais ce fut totalement inutile. Ce n'était pas censé être aussi compliqué. Mais il fallait que ça le soit. Elle retenta une autre fois l'astuce de la gifle. Mais à part me donner envie de lui en coller une, je n'obtins pas d'autres résultats. Ma seule consolation était que Leto peinait autant que moi. Super... on allait pouvoir être viré à deux comme ça. Pas de regrets, on rejoindrait nos faubourgs pour continuer à se taper dessus. La seconde semaine, la monitrice en vint à une méthode que je qualifierais de désespérée : elle fit venir les plus brillants élèves de la promotion afin qu'ils puissent m'expliquer comment ils ressentaient ça et s'ils avaient des conseils à me donner. Ils furent aussi nuls que je le présageais. Et après une remarque déplacée sur leur inutilité une fois qu'ils furent partis, l'enseignante m'engueula comme quoi je devais m'impliquer plus sérieusement que ça. Bien, je commençais à détester toute cette saloperie de mysticisme. C'était parfait.

Mon moral n'était pas au mieux. Chaque soir, je regagnais mon dortoir et observais mes affaires personnelles en me demandant si je ne devais pas commencer à faire mon baluchon. Je m'endormais d'un sommeil lourd plombé par mes inquiétudes que l'aube ne parvenait pas à effacer. Même les exercices physiques ne parvenaient pas m'ôter cette crétinerie de la tête. Il me fallait ce foutu Déclic ; après quoi je lui tordrais le cou. Et s'il ne venait pas... j'aurais l'air con. Je venais aux cours particuliers plus par principe que par espoir certain. Mon abattement était contagieux parce que la prof semblait ennuyée de perdre son temps avec un être aussi peu instinctif que moi. Elle devait avoir l'impression de devoir construire un château sur la plage avec du sable sec. Ce fut au bout d'une longue demi-heure peu inspirée que la monitrice lâcha un soupir de lassitude tonitruant. Si je n'avais pas été parfaitement d'accord avec elle, je l'aurais baffée (ce qui aurait été un juste retour des choses). Jusqu'à ce qu'un des volets s'ouvre pour laisser passer la tête foncée de Mr. Masochi. Nous l'examinâmes tous deux avec lourdeur quand il s'avança dans la salle après avoir ouvert en grand le volet.


« C'est pour ?
_ Je m'excuse d'interrompre votre séance, mais Nathaniel a quelques difficultés pour le Hado ?
_ C'est bien ça. »
Masochi émit un gargouillement comme s'il s'y attendait. Connard.
« Je pense que j'ai quelque chose qui pourrait l'aider. Nathaniel possède une vitesse incroyable pour une simple âme.
_ Incroyable jusqu'où ?
_ Il peut rivaliser avec des Shinigamis confirmés avec leur Shyunpô.
_ Ah oui, quand même. »
Venant de cette comptable, cela voulait dire qu'elle était totalement ébahie comme si son collègue lui avait dit que je maîtrisais le Bankai. Elle se reprit bien vite : « Et bien, ça ne coûte rien d'essayer.
_ Pardon ? Il se passe quoi ?
_ Tu n'as jamais remarqué que tes jambes débordaient d'énergie spirituelle ?
_ Euh si... Enfin, je pensais, un peu comme tout le monde.
_ Tu as une maîtrise naturellement bien plus poussée que la moyenne dans tes jambes, ce qui te permet des pointes de vitesse... invraisemblables.
_ Nyeh ?
_ En gros, tu vas lancer un Shyunpô. Puisque tu as une meilleure maîtrise au niveau des jambes, tu pourras très certainement trouver la clé de la compréhension là-dedans.
_ Je trouverai le Déclic ?
_ Le quoi ? »


Bon... Voyons voir... après quelques explications de la dame, je pouvais passer au test du Shyunpô. Il fallait en gros que je fasse exactement pareil que pour le Hado, sauf que j'allais le faire dans les jambes. Comme c'était naturel, la technique sortirait plus vite et sans aucune incantation. Bah c'était parfait ! On allait tester ça tout de suite. Je fermai les yeux pour garder toute ma concentration. Je fournissais mes jambes en énergie doucement. Ah, je sentais un truc, là. C'était peut-être le Déc...

__

Je me réveillais, j'étais à l'hôpital. J'avais mal un peu partout, comme si on avait greffé une enclume sous l'arrière de mon crâne. Quand on se réveillait dans une chambre d'hôpital, il y avait deux réflexes impondérables à la situation. Tout d'abord dire :

« Où suis-je ? »

Même si on savait où on était et même si on était persuadés qu'il n'y avait personne, quelqu'un qui se réveillait dans une chambre d'hôpital était obligé de poser cette question. Puis le second réflexe se résumait à ne surtout, surtout pas bouger. Parce que quand on se réveillait dans un lit avec des murs blancs (à fortiori quand on ignorait la raison de notre présence en ces lieux), on évitait de faire le moindre mouvement parce qu'on avait peur de savoir subitement la raison atroce pour laquelle on était là. Ce fut pour ça que je restais immobile pendant une bonne dizaine de minutes au moins à fixer les différents bibelots, le papier-peint ou les fenêtre en feintant l'ennui. Une des infirmières arriva enfin pour me demander si j'étais enfin réveillé. Une question dont on ne pouvait pas dire « Non » sans mentir. Mes yeux plongèrent dans son décolleté pour voir si les courbures étaient aussi prometteuses que ne laissait deviner les bosses sous la robe. Oui, je devais aller mieux. La Shinigami alla prévenir quelqu'un qui attendait. Ce fut la gueule de Masochi qui traversa les rideaux pour me voir. Je compris à son regard que j'avais un bandage qui m'entourait le crâne. Je tentais de bouger mais mes hanches me délivrèrent une décharge de douleur sans nom. Aïïïkkkk... Putain, là aussi ?

« Nathaniel, tu vas bien ? » Demande ça à mes hanches plutôt. J'avais l'impression qu'un savant diabolique les avait connecté avec un générateur de Las Vegas. Je réussis avec un effort considérable à me relever pour me caler assis sur mon oreiller.
« Il s'est passé quoi ?
_ Tu as réussi à faire un Syunpô.
_ Yes !
_ Mais comme tu n'étais pas habitué et que tu l'as combiné avec ta vitesse réelle, tu as... tu as traversé le mur.
_ Oulà ! Je n'ai percuté personne ?
_ Non.
_ Dommage. »


Je pus repartir de l'hôpital rapidement, le lendemain après ma venue. Cela parce que mes blessures étaient légères. Ahah... Je voudrais bien t'y voir mon coco. Mais n'empêche, j'avais eu le Déclic. Je réussis pendant trois jours à obtenir des résultats satisfaisants au niveau de la conversion de mon énergie spirituelle. Je la sentais s'échauffer étrangement, comme si elle m'encourageait dans mes efforts. Puis le jour d'après, je sortis une boule de feu carmine qui s'échappa de ma paume pour aller rejoindre le ciel dans des grésillements hâtifs. Je n'avais pas vraiment visé le pantin, certes... Mais elle était sortie ! Comme je m'attendais à ce moment depuis les trois jours suivant ma sortir de l'hôpital, je fus heureux sans plus. J'avais su que je pouvais le faire. J'avais l'impression qu'une partie de mon énergie vitale s'était enfuie par mes paumes. J'étais déjà plus exténué qu'avant. Mais ma fierté me fit remonter les épaules et le menton. Oh Yeah, j'allais pouvoir m'amuser avec.

Pour le Shyunpô, je n'avais aucun problème particulier. L'énergie se convertissait aussi docilement que je l'amenais. La monitrice m'avait sorti du Seireitei pour m'exercer dans une plaine sans obstacle afin que je puisse contrôler efficacement mes accélérations diaboliques. Dès que j'en activai un, je fonçais sur une distance d'une vingtaine de mètres dans une direction au hasard. Peu à peu, au fil des semaines et des mois, je réussis à doser ma puissance pour ne pas balancer la sauce à chaque fois, ou bien d'en mettre le paquet quand il le fallait. Je fus content quand j'entendis au coin d'un couloir que je n'avais nul d'égal parmi la Promotion au niveau des Hohous. Je sentis mon égo valser avec ma fierté tandis que je rejoignais les dortoirs. Finalement, après quelques jours d'entraînement supplémentaires, je pouvais viser les tracés verticaux et ainsi ne plus me contenter d'effleurer la surface. Je pouvais en moins d'un battement de cils me retrouver en haut d'un toit. Je trouvais cela très classe jusqu'à ce qu'un Shinigami anonyme m'engueule de redescendre le plus vite possible. Connard.

Pour la technique Bakudo, il y eut beaucoup moins de casses. Chacun avait pris le coup de convertir son énergie. Certes, il fallait tourner le Déclic dans un sens plutôt que dans l'autre. Mais puisque le coup de main était d'abord de trouver cette foutue clé, il y eut beaucoup moins de mal à réussir la technique d'emprisonnement. Nous fonctionnâmes pas groupe de deux afin de perfectionner sa technique sur des êtres vivants (à ce que j'avais compris, certaines techniques ne marchaient que sur ceux qui possédaient des canaux d'énergie spirituelle, voire sur des êtres vivants en particulier). La prof comprit aussi vite que son collègue que faire des paires entre notre groupe de quatre revenait à lâcher les laisses de deux chiens féroces dans une arène. Au lieu de réaliser la technique, on se dépêchait de ruiner la face de l'autre dès qu'une raillerie volait trop haut. Avec un partenaire plus sage, il y eut beaucoup moins de problèmes. Je parvins à ligoter mon adversaire rapidement, et il faisait de même de son côté. Rapidement, toute la promotion finit par paires ligotées (même si pour le cas de Leto, je pariais qu'il avait réussi à se piéger lui-même devant le regard ébahi de son partenaire).

Les progrès étaient sensibles sur ce terrain-là, parce que nous avions beaucoup à perfectionner. La première chose que je devais tenir en compte : la précision de mes boules de feu quand je les crachai sur les pantins. Mais au fur et à mesure, je réussis à garder l'équilibre de mon bras malgré la force du coup. Mes tirs s'allongeaient bien mieux sur la cible. Je compris bien vite que la précision n'était pas importante au bout d'un moment. Je pouvais légèrement décaler la trajectoire du sort quand il était lancé (ce n'était pas vraiment juste ; le mouvement était plus subtil que ça. C'était un peu comme si la boule de feu rougeâtre était lancée avec sa trajectoire rectiligne déjà rectifiée). Pour les techniques d'emprisonnement, n'ayant même pas besoin d'une incantation spécifique, ce fut un jeu d'enfant de pouvoir l'améliorer. Le but était de le sortir le plus rapidement possible avant son partenaire. Très vite, nous étions devenus incollables sur comment lancer ce sort, et certains d'entre-nous parvenaient même à l'annuler (le but étant de ne plus être affecté par une technique aussi rapide et faible).

Les cours étaient aussi épuisants que les autres, voire plus. Parce qu'en plus de se fatiguer à sacrifier notre forme physique pour les remplacer par des boules de feu éphémères, on devait se triturer les méninges à les balancer rapidement à coups de force mentale et de paroles magiques. Mais on devenait de plus en plus endurant. On enchaînait les Shyunpôs avec une facilité déconcertante, on pouvait tenir de plus en plus longtemps devant les mannequins qui recevaient boule de feu sur boule de feu, et on balançait des Sais rapidement et avec fluidité. La prof nous apprit qu'il y avait bien une centaine de Kido différents, et que nous venions d'apprendre que les plus faciles. Et qu'il fallait bien suivre leur classification pour savoir à quoi on devait s'en tenir. Elle-même ne parvenait pas à envoyer des sorts qui dépassaient 70. Nous avions réussi l'exploit d'envoyer des sorts de rang 31 (1 pour le Sai, mais on s'en vantait moins). Finalement, nous arrivâmes à l'objectif final : utiliser le Kido en situation de combat sans que ça nous plombe. On pouvait les envoyer avec autant de facilité qu'un puissant coup d'épée. A contrario des arts martiaux, je comprenais tout le potentiel que pouvait prendre un maître en Kido. C'était follement intéressant tout ça. Sauf quand ça vous faisait exploser les murs.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1667
• INSCRIPTION : 18/04/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Au Sereitei
• LOISIRS : Se balader pendant la nuit
• HUMEUR : Serein

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t733-ft-du-noble

Passeport
Rang: Vice-Capitaine de la 6ème Division
Points d'experience:
170/320  (170/320)
Niveau: 19
Byakuya Kuchiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 17 Sep - 19:11
Nath-> 25xP




I don't want excuses..
"I despise the way you fight. Without ever lifting your own hand.. to steal the bonds of camaraderie and torture opponents is the height of cowardice. It is a lack of shame, deserving of death. I shall kill you and cast you aside before you finish swinging your blade.." ---------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Dim 18 Sep - 15:06
Aaaah, le Kido ! Probablement le moment qui a été le plus facile pour notre amie ! Certaines fois dans la vie on comprend tout du premier coups, parfois il faut beaucoup plus de temps et encore d'autres fois on ne pige rien sur rien, cette pauvre Haruka était sortie des cours d'arts martiaux contente d'elle mais totalement exténuée, il y arrivait mais n'était aussi rapide que Nathaniel par exemple, ni aussi forte que les autres ce qui la forçait à ce baser sur la défensive très souvent, de toute façon elle ne portait que très rarement le premier coup, c'est pour dire ! Imaginez donc sa joie quand elle apprit qu'elle aurait par la suite des cours ou son mental serait très sollicité, durant sa vie passée elle était fascinée par ce qu'on appelait "magie" et allait bien souvent voir une vieille femme qui habitait dans la forêt adjacente à sa ville et qui se disait sorcière, ce fut d'ailleurs cette femme qui fit prendre conscience de son pouvoir à Haruka, la vieille dame était capable d'influer sur certaines choses sans y toucher, elle pouvait pousser des objets de la pensée, créer du feu avec ses mains, pousser du vent, faire bouger l'eau voir même parfois de faire croire à certaines personnes qu'elles entendaient des choses dans leur tête ce qu'elle faisait pour distraire la petite Haruka. Notre jeune amie était d'ailleurs désolée de ne pas arriver à faire ce que faisait la vieille, tout ce qu'elle pouvait faire elle était de sentir les auras des gens, étant jeune c'était bien plus intéressant pour elle de balancer des boules de feu ou de de créer des rayons lumineux de partout plutôt que de savoir que madame Michu était triste d'avoir perdu son chat ! Néanmoins elle appréciais beaucoup cette vieille dame... Elle était d'une gentillesse sans bornes et continuait de lui apprendre ce qu'elle savait ce qui, sans le savoir lui serait utile en ce moment car cela lui avait permit de développer ses capacités latentes.

Malheureusement le monde étant ce qu'il est un matin en se levant elle alla voir la vieille dame et vit avec effroi un inquisiteur et des chevaliers devant un tas de planches brûlées à l'endroit où la maison de la grand-mère se tenait autrefois.... Ce fut donc avec une légère tristesse dû à ce souvenir que notre jeune et future Shinigami entra dans la salle de cours, elle espéra se trouver avec Nathaniel, Rukia ou même Itsuka mais il n'y avait personne qu'elle connaissais ici, la promotion ayant été séparée et ce à cause du simple manque de place dans les classes pour accueillir plus d'une centaine de personnes ce qui était quand même relativement logique, elle arriva donc dans cette classe austère et s'assit à une place libre quand une jeune femme semblant ne même pas avoir plus de 18 ans physiquement se présenta, soudainement tout l'attention masculine grimpa d'un cran jusqu'à atteindre son paroxysme quand cette dernière se pencha sur son bureau par pour parler révélant ainsi son décolleté plutôt... Généreux, Haruka resta perplexe, mais elle essayait de faire quoi au juste ? Tenter de rendre le cours intéressant pour la gente masculine qui avait l'air de se faire royalement chier par l'idée de lancer des sorts jusque là ? De plus elle avait une voix terriblement suave et mielleuse histoire de rajouter une couche au tableau, elle avait de longs cheveux bruns lui arrivants jusqu'aux hanches et une paire de lunettes noires, terriblement belle et intelligente, avait-elle au moins un seul défaut ? Bref, Haruka se dit qu'il valait mieux suivre le cours plutôt que de commencer à avoir de la jalousie contre la professeur juste à cause de son physique...

" Très bien... D'abord, bonjour à tous je m'appelle madame Firucha et serai donc votre professeur de Kido pour les mois à venir, ne perdons pas plus de temps et commençons voulez-vous bien ? Asseyez-vous tous en cercle autour de moi. "

Tous les hommes se mirent à soupirer en se rendant compte que mine de rien, elle n'avait pas l'air aussi peu farouche que son physique laissait le supposer ce qui, soyons honnêtes arracha un petit sourire de satisfaction à Haruka, il s'assirent donc tous en cercles, Mme Firucha leur expliqua alors que la base du Kido était tout simplement et bêtement ( même si avait l'air tout sauf évident pour certains ) une manipulation de l'énergie dont on disposait tous dans notre corps autrement appelée "reiatsu" et qui s'avérait devoir être matérialisée sous forme d'énergie offensive, défensive ou curative en fonction de nos besoins, certains venaient déjà de lâcher ce que disait la monitrice alors qu'au contraire Haruka était toute ouïe, soudainement la prof' devenait terriblement intéressante bien que les autres se soient souvent arrêtés à sa plastique.

" Donc, nous allons commencer par simple comme je le disais, la méditation, vous devez donc vider votre esprit de toute pensées et tenter de faire circuler votre "reiatsu" dans votre corps en fonction des points stratégiques dont je vous parlerais. "


Étrangement aussi bien pour Mme Firucha que pour Haruka cette dernière y arriva du premier coup, autant les explications lui étaient de temps à autre floues, autant elle y arrivait instinctivement, ils passèrent donc plusieurs semaines à s'entraîner à cette fameuse méditation, faisant circuler leur énergie partout dans leur corps, notre amie arrivait à la fin à le faire circuler en à peine une seconde voir moins d'un point à un autre et ce pour son plus grand plaisir, tout lui semblait si clair, elle sentait cette énergie circuler partout, dans chacune de ses cellules, le principe était d'une simplicité enfantine, comme des signaux en tout genre passaient dans notre corps en permanence, il suffisait tout simplement de faire circuler cette chose en elle, c'était enfantin ! Les cours passèrent et l'on passa de la théorie ennuyante à la pratique plus excitante.

" Bon... Le principe est simple, maintenant que vous savez faire bouger votre énergie en vous, vous n'avez plus qu'à la faire se matérialiser dans votre main en visualisant le résultat que vous voulez obtenir, ajoutez à cela une incantation et vous obtenez votre premier Hado : "Hadō no sanjū ichi : Shakkahō" "

En disant cela elle leva le bras ce qui fit que tout le monde tourna la tête vers ce bras et fit apparaître une boule rouge crépitante de petits flux bleus tournants autour de cette boule, on pouvait sentir le reiatsu concentré de la professeur dans cette chose, elle la tira en direction d'une fenêtre ouverte et cette dernière partie loin dans le ciel bleu lui aussi avant d’exploser avec des bruits de feu qui aurait fait péter un baril, une bonne partie de la classe Haruka y comprit était subjuguée, a vrai dire c'était principalement les anciens humains qui l'étaient, elle avait beau avoir vu la vieille femme mettre le feu à des objets elle n'avait jamais vu une telle chose... Mme Firucha les emmenas dehors pour éviter que la classe explose et leur demanda d'essayer la même chose contre des mannequins prévus à cet effet, Haruka observa tout le monde, certains y arrivaient du premier coup, d'autre avec quelques secondes de concentration en plus et certains carrément pas, elle se retourna vers son mannequin et ferma les yeux pour ce parler à elle même.

"-Bon... Allons-y, respire, concentre toi et explose moi ce mannequin..."

Elle se concentra et fit comme en cours, en à peine une seconde elle sentit le flux de son pouvoir s'agiter, il filait vers son bras, passa dans chacune de ses cellules la faisant légèrement frissonner en même temps, c'était grisant de sentir du pouvoir couler dans son corps... Ses cheveux bougeaient légèrement dû à l'énergie soulevée, tient... Pourtant ce n'était qu'un sort de faible niveau avait dit la prof', pourquoi donc elle sentait son énergie devenir de plus en plus faible et sa paume de plus en plus chaude, surement une cause normale du sort, c'est alors qu'elle entendit des petits cris venant de ses camarades comme si quelque chose n'allait pas, elle ouvrit donc les yeux pour voir de quoi il s'agissait avant de constater avec effroi et sous le regard incrédule de la monitrice une boule de feu de la taille d'Haruka juste devant elle, elle venait de faire ça ? C'était elle la cause de ces cris ? Mais... Mais comment elle avait fait pour matérialiser une telle force ? Elle prit alors peur, non ce n'était pas possible, elle n'avait pas l'énergie pour ça quand même ?! La boule commençait à perdre de sa consistance, elle vacilla, était instable, menaçait d'exploser sous peu, Mme Firucha se précipita alors sur elle et l’emmena plus loin d'un Shunpo avant que le Hado n'explose rayant quelques arbres de la carte les autres élèves s'étant cachés plus loin bien avant, Haruka était choquée, elle ne revenait pas de ce qu'elle venait de faire, les élèves avaient déjà assez de mal comme ça à utiliser le Hado et elle, elle venait de créer quelque chose ayant presque la force de rayer la salle de cours de la carte... Elle sorti des bras de Mme Firucha avec beaucoup de mal avant de tituber pour presque s'effondrer par terre, la monitrice l'aida à tenir debout, elle haletait, elle était vide de toute énergie, c'est à peine si elle arrivait encore à marcher d'elle même... Elle ne s'en était pas rendue compte tellement elle était concentrée mais elle avait jeté toute sa force en un seul tir, certes puissant mais tout de même... C'est alors le moment que choisi Mme Firucha pour parler.

" Et bien... Tu es de loin l'une des seules élèves à m'avoir fait peur comme ça... Viens me voir après les cours. "

On conduisit la jeune femme aux quartiers de la quatrième division pour la garder en observation le temps qu'elle aille mieux, on lui demanda de faire une petite sieste pour se reposer mais ça lui était impossible, elle avait du mal à comprendre comment elle avait pu faire ça... Elle regarda la paume de sa main légèrement brulée par le sort tant il était puissant et soupira, au moins elle était bonne à quelque chose... Mais tout de même, c'était dingue, elle avait du mal à revenir sur ça, c'était impossible elle était bombardée intérieurement de questions quand une tête brune suivit d'un corps ( ce qui est ma foi tout à fait logique, si il manquait un de deux éléments ça serait carrément plus flippant ), c'était bien évidemment Mme Firucha, elle lui intima de se lever et lui demanda de la suivre, Haruka allait mieux bien que toujours un peu faible, elles partirent donc toutes les deux là où elle avait fait exploser son Hado, la professeur après un léger temps d'arrêt lui parla.

" Apparemment tu es très douée pour le Hado. Elle la regardait avec un regard on ne peut plus sérieux. Je me demande jusqu'où va cette maîtrise, impressionne moi, essaye de lancer un Bakudo et un Shunpo sans que je t'explique comment, je ne te donne que deux choses, la première est une entrave, la seconde part de tes jambes. "
"-Hein ? Mais Madame, je n'y arriverais ja..."
"-Fais le, c'est tout mais essaye de tenir une proportion normale cette fois."

Haruka râlait, tout ceci lui échappait un peu... Jusque là elle y allait plus avec de l'instinct qu'autre chose certes mais avait quand même les conseils de la prof', là elle lui demandait carrément de venir à bout de deux sorts dont elle savait juste ce qu'ils voulaient dire et en quoi ils consistaient ! Le premier avait pour but d’immobiliser une personne avec une sorte de chaine ou un lien et l'autre était une augmentation de la vitesse grâce à une utilisation de l’énergie dans les jambes, un Hohou il lui semblait, ou un truc avec un nom similaire, elle regarda Furicha avec pitié espérant que cette dernière finisse par rétracter sa demande en rigolant puis en lui disant qu'il ne s'agissait là que d'une vaste fumisterie, cependant il n'en fut rien... C'est alors avec une appréhension certaine qu'Haruka commença par le plus simple, le sort d’immobilisation, elle concentra alors son énergie dans ses mains une nouvelle fois mais cette fois visualisa une personne se faisant attraper les bras et immobiliser, l'énergie sembla se matérialiser une nouvelle fois au niveau de ses bras mais cette fois différemment, elle n'était pas compacte et dense comme le Hado mais fluctuante et changeante, elle ouvrit les yeux et prononça incantation :"Bakudō no ichi : Sai", des liens dorés foncèrent sur la cible avant d'emprisonner les tas de pailles qui semblaient lui servir de bras et les ramenèrent de force contre son dos, Haruka regarda le résultat avec un plaisir certain, la professeur lui rappela qu'il restait encore le Shunpo, elle avait décidé de massacrer son plaisir c'est ça ? Haruka grommela avant de se concentrer de nouveau, dans les jambes cette fois, c'est ça ? Elle fit ce qu'on lui demanda, elle concentra son énergie au niveau des jambes et... Rien. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait faire ensuite ? Elle essaya de courir mais rien n'y fit, il n'y avait pas d'incantation pour un Shunpo histoire de le faire sortir en plus... Elle commençait à désespérer, c'est alors que la monitrice lui fit remarquer qu'elle était toujours là elle aussi.

" Bien sûr... J'aurais dû m'en douter, tu arrives à manipuler avec aisance ton énergie, tu dois avoir une certaine capacité pour tout ce qui concerne le Hado en général, pourtant dès qu'on repart sur un plan physique tu as du mal, c'est simple comme tu devais concentrer ton énergie dans tes bras pour augmenter la force de tes poings par exemple tu as juste besoin ici de la concentrer dans tes muscles et de relacher le tout en une poussée comme ceci. "


Elle lui montra pour illustrer l'exemple ce qui fit râler une nouvelle fois Haruka, en quoi lui montrer un déplacement qu'elle ne pouvait presque pas voir l'aidait ?! Merde à la fin ce n'était pas aussi simple que...

ZBLAF !

Elle venait de faire connaissance avec un arbre à une dizaine de mètres d'elle puis s'effondra par terre bruyamment avant de se relever en ce massant la tête, comment elle avait fait ça ? Elle avait concentré son énergie dans ses jambes et... Mais oui ! Elle avait fait circuler l’énergie dans ses muscles au moment ou elle avait fait fonctionné ses muscles faisant pousser inconsciemment sa vitesse à son paroxysme, en fait c'était relativement simple une fois qu'on avait le truc... La monitrice la félicita d'un sourire avant de lui dire qu'elle n'avait plus rien à lui apprendre tout simplement, elle pouvait toujours venir aux cours pour ce perfectionner bien sûr mais elle n'avait juste plus rien à lui dire, c'est avec une joie certaine et un mal de tête tout aussi certain qu'elle retourna à son lit sous les chuchotements pas discrets que ça des élèves qui parlaient de Nathaniel et d'elle...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Sam 8 Oct - 16:41
Le second cours commença au aurore, nous avions été gentiment réveiller par le doux champs d’une sirène activé par je ne sais quel sort. Nathaniel m’avait vaguement mentionné de quel genre de cours il s’agirait, s’il était bien question de Kido, voila enfin un cours dans lequel je pourrais m’affirmer. Mais l’heure n’était pas à la détente, je devais encore me préparer et m’habillais et je n’avais que, légers coups d’œil vers la pendule.. Que cinq minutes. Les jours et les heures s’écoulaient tellement rapidement ici. Les temps courts passaient si vite, nous achevions cours après cours entrainement après entrainement. Un vrai camps de tyran. Je pris une douche rapide, à cette heure la l’eau chaude avait déserté les tuyaux et enfilais mon kimono d’étudiante. Les cheveux encore mouillaient, je partis au pas de course rejoindre mes camarades.
Nous étions une centaine d’élèves amassait dans une salle minuscule, étant donné notre nombre, le groupe fut divisé en trois de nombre égal. Je ne sais par quel moyens leurs calculs avaient été si rapide. Il y avait certaine question auxquelles je ne cherchais même plus à trouver réponse. Je faisais partie du troisième groupe alors que certains resterait dans l’enceinte du bâtiment d’autre irait s’entrainer en pleine air, je faisais parti de ce groupe la. Un jeune homme qui physiquement paraissait de deux ou trois ans plus vieux que moi nous guida vers l’extérieure, après avoir préalablement apporter de quoi passer la journée en plein air. Je fis le tour du groupe et m’aperçus que ni Hakura, ni Nathanael n’était avec moi, tant pis après tout nous nous reverrons plus tard. Vers l’avant du groupe, mon regard ce posa sur notre professeur de Kido, c’était un homme plutôt charmant, grand brun, les yeux clair et les cheveux légèrement décoiffé. Je me félicitais d’avoir était choisi dans ce groupe. Après avoir marché près d’une heure, notre professeur nous stoppa et nous intima de nous reposer quelques minutes car l’entrainement serait rude. Je m’assis à l’ombre d’un cerisier et scrutais la foule que composait mon groupe, tout le monde paraissait exciter à l’idée de participer a cet exercice. La foule fut aspiré par mes souvenir, revoyant Renji et mes amis et moi-même près de la rive sur laquelle nous nous étions tellement amusé. Je revoyais les longues heures que j’avais passé accompagné de Renji à tenter de contrôler notre puissance spirituelle. A ce jeu là, j’avais toujours été la plus douée des deux. Je sentis soudain une chaleur intense s’approcher de mon visage par reflexe je décalais la tête, un geyser de bois éclater tout près de mes oreilles, déclenchant un bourdonnement assourdissant dans celle-ci. Je me relevais un peux sonner, me plaçant automatiquement en position défensive. Cherchant instinctivement d’où provenait l’attaque, tout comme lors des entrainements physique, j’avais toujours cette sensation de gelure mêler à l’électricité dans mes membres, je localisais enfin la nature de l’agression. Tout les éléves étaient tourné vers moi et le professeur à leurs tête me lança un regard de défis.

-Cher élève je viens de vous montrez un des sorts de destructions que vous devrez maîtriser dès aujourd’hui, comme vous avez pu le remarquer en fonction du reatsu que vous concentrez dans ce sort, il peux s’averer être d’un danger mortelle…

Je demeurais à la fois stupéfaite et pétrifié. Comment un professeur pouvais utiliser pour exemple un de ces élèves? Et cette sensation désagréable qui contamine un peu plus mes membres, je serrais les poings et lançais un regard foudroyant à notre enseignant. Celui me lança comme un regards de défit, je serrais un peu plus les mains sous les regards désabusés du reste des élèves. Me redant compte qu’ils avaient tous été témoins de la scènes, je sentis mes joues s’empourpraient et ma tension ne fis que monté en fléche.

-Ca vous arrive souvent de prendre pour cible vos élève ? Criais-je à son intention. Vous êtes inconscient ?

-J’ai entendu parlé de vous Shibari, je vous pris de vous calmez, dit il avant que je ne puisse répliquer. Il me semble que vous étiez en train de somnoler et comme le cours devait commencer, je me suis permis d’exposer aux yeux des autres élèves le premier sort de hado que vous devrez tous maitriser. Shakka Hô. Par la même occasion, montrer ce qui peux arrive à un adversaire qui manque de réflexe. Je me dois au moins de vous féliciter sur ce point. D’autre commentaires ? Demanda-t-il en se tournant vers l’assistance, puis tournant son regards vers moi. Apres son show personnes n’osa répliquer. Et bien commençons.

Je tentais en vains de me calmer et ralentir la progression de ce flux froid et électrique dans mes veines. Je concentrais mon regard sur notre professeur et m’apperçu qu’il n’était qu’un éléve tout comme nous certes, de classe supérieur mais n élève. Il est vrai que son reatsu me faisait penser à celui d’un professeur donc je n’avais pas chercher plus loin, la direction devait lui accorder une grande confiance pour le laisser à la tête d’un groupe d’élève. Sa voix s’éléva et il nous demanda de nous assoir en cercle et jambe croisés autour de lui. C’Est-ce que tout le monde fit.

-Ecoutez, j’ai pour mission de vous apprendre à canaliser le flux de puissance spirituelle dont chacun de vous recèlent. Vous devez inspirez et expirez profondément et ne vous concentrez que sur votre respiration.

………….
………….

-Imaginez vous dans le noir, cherchant la lumière de votre esprit, restez concentrer.

…………

C’est exercice paraisse si facile pour moi, je l’avais pratiqué dans le Rukongai durant de longue année. S’il était question de matérialiser son reatsu , je pourrais faire mes preuves. Au fils de mon excusion intérieur il me semblait que la sensation que j’avais éprouvé plus tôt s’élancer dans le moindre de mes membres, les picotements n’était plus désagréable, ils étaient une par de moi. Une main se posa sur mon épaule.

-Doucement, n’en fait pas trop reste concentrer, réduit ton reatsu doucement, tu as gelé le sol dessous toi..
-Que…Quoi ??
-Ne panique pas, reste calme, garde les yeux fermer, inspire expire. Tu as déjà pratiqué cet exercice auparavant n’est-ce-pas ?

J’hochais la tête, tentant de garder un minumum mon calme, mes ses paroles m’avait plus que troublé, les sol était gelé sous moi, mais qu’Est-ce que cela voulait dire? Le flux d’energie semblait s’accroitre au fils de mon raisonnement. La main empoigna mon épaule et me tira brutalement en arrière.

-Essaie de contrôler le flux! Tu vas blesser tes camarades, vous êtes peu nombreux a posséder un reatsu comme celui-là, tu pourrais blesser ce qui en ont moins!
-Mais je fais ce que je peux ! Je…ça fait mal !
-Repete après moi et joint tes main face à la cible, tu auras besoin de l‘incantation pour commencer: « Ô souverains ! Masques de chairs et de sang, images d'outre-monde qui portez le nom des gens comme une couronne ! Feu et sang de la guerre ! Réveillez la colère de la mer lointaine en une vague portant vos pas vers le sud ! » Hado no sanju hichi: Shakkaho. Ouvre les yeux!

J’ouvris les yeux, les élèves regardaient le spectacle, une aura blanche m’entourais comme un étrange blizzard. Mes jambes supportaient mal mon poids désormais comme si l’ernergie spirituelle puisait dans ma propre énergie vitale. A deux heures, des cibles étaient dressées devant moi.

-C’est maintenant ! Hurla le professeur à quelques mettre derrière moi, celui-ci avait dressé une barriere protectrice devant l’assemblée.

Suivant ses conseilles, je balançais mes mains jointes en avant tant que mes membres me le permettaient et hurlais.

-« Ô souverains ! Masques de chairs et de sang, images d'outre-monde qui portez le nom des gens comme une couronne ! Feu et sang de la guerre ! Réveillez la colère de la mer lointaine en une vague portant vos pas vers le sud ! » HADO NO SANJU HICHI: SHAKKAHO!

Une boule de feu rouge se créa dans mes paumes, c’était bien une boule de feu pure mais je ne sentais pas la chaleur sur ma peau. J’entendais notre jeune professeur m’hurlais quelques choses mes ses paroles étaient inintelligible. La boule était encore dans ma main et le feu se faisait peu à peu ressentir, me concentrant sur ma cible je balançais la boule sur celle-ci. Je tombais les deux genoux à terre alors que l’energie pulvérisa la cible et transperca l’arbre sur lesquel elle était accrochée. Je n’avais même pas la force de relever la tête, ce sort m’avait démuni de toute énergie, mes mains étaient brulées superficiellement. Je luttais pour garder mes yeux ouvert, reprennent mon souffle.

-Shibari ? Shibari ! Oye !

Je me relevais lentement, titubant, le professeur passa un de mes bras derrière sa nuque, m’ammenant au-delà de la zone de tire. Il me fit assoir et reparti auprès des autres élèves leurs annoncants les marches à suivre.

-Contrairement à votre …. essayer de garder …minimum de contrôle sur votre puissances, suivait la démarche de méditation et ne paniquer en …… cas. Pour commencer vous devrez toujours réciter ……, car utilisez un sort par son nom, vous feras perdre en reatsu et pourrais nuire à votre santé. Si ce sort vous demandes …….. d’effort ne poussait pas. Sachez …. ……… spirituelle puise directement dans votre énergie vitale, c’est pour cela que nous n’apprendrons que des sorts minimes pour commencer. Pour votre premier tire, je reste au prés de vous, car dans ……. cas particulier le reatsu peux devenir incontrôlable et peut être fatal à son ………, dans ce cas la vous devez impérativement vous en délestez. Est-ce bien compris ?

Les paroles du jeune homme m’étais à peine compréhensible, j’entendis un murmure d’approbation suivis de plusieurs tirs. Je fermais les yeux et posais ma tête contre l’arbre.

-Excuse moi de t’avoir laissé seule, il fallait que je suive la progression des élèves pour éviter le drame.

Il me tendis une coupole d’eau en souriant légèrement.

-Je sais que je suis en partie responsable de ce qui c’est passé, le reatsu est peut être lié à l’énergie vitale mais il est aussi lié au sentiment. Tu maitrise le sort mais tu dois contrôler les flux de ton corps. Une masse de reatsu comme celle-ci même si elle n’est pas encore à son apogée, pourrait te détruire sans entrainement. Tout à l’heure je t’es provoqué volontairement, je voulais voir si les rumeurs à ton sujet étaient vraies.
-Rumeurs?
-Hum…tu comprendras plus tard, je ne me suis pas encore présenté, Hisuru Kagame, futur officier de la 4ème division, permets moi d’examiner tes mains.

Je les lui tendis, elles étaient encore rougis par le sort, il m’expliqua que conserver Shakkaho trop longtemps lorsqu’on n’était débutant pouvait altérer le corps. Je l’écoutais attentivement alors qu’il soignait les brulures de mes mains à l’aide d’un sort. La peau calcinée reprenait peu à peu sa forme originel.

-J’ai restauré un peu de ton reatsu, je vais diviser le groupe en deux prendre ceux qui ont un reatsu tels que le tiens et vous enseignez le Bakudo. Le sort sera pour vous simple, si tu ne te sens pas pr
-Non tout va bien, je peux le faire, le coupais-je avant qu’il n’ait pu finir sa phrase. Je voulais leurs prouver à tous ce dont j’étais capable.

Je me remis sur pied et attendis que les autres élèves me rejoigne. Ils arrivèrent et me regardèrent d’une manière étrange, une certaine peur dans leurs regards comme si je pouvais les blesser, je baissais la tête un peu gêner entendant que Kagame organise les binômes. Inconsciemment je me mettais un peu à l’écart des regards, après tout j’avais perdu le contrôle une fois, je ne voulais pas blesser. Les groupes de deux se formaient peu à peu sous mon regard, je soupirais jusqu’à ce qu’une jeune fille baisse la tête pour atteindre mon regard, elle semblait toute jeune.

-Tu veux bien faire équipe avec moi ? Demanda-t-elle d’une petite voix aigu me rappelant vaguement Istuka.
-Moui, si ca ne te dérange pas!

Elle éclata d’un petit rire cristallin, nous écoutions les consignes de notre enseignant, mémorisant les définition qu’il nous donnait du Bakudo: technique d’immobilisation. Visiblement cette séance consisterait à nous apprendre la première voix de liaison Sai, la premiere technique qui immobilise les bras de son adversaire dans le dos.

- Bakudō no ichi : SAI!

Mes bras se replièrent dans mon dos, croisé si durement qu’il m’était impossible de les bouger, je regardais mon binôme me demande comment une si petite fille avait pu faire une tels chose. Je me rappelais subitement que Kagame avait dit avoir divisé le groupe en deux, les deux groupe ayant une marge de puissance. Je souris, je savais que mes adversaires avaient les même capacité que moi. Je ne blesserais ainsi personne, mais l’entrave avait toujours effet et se libérer relever d’un acte surhumain. Le professeur fit le tour des groupes et posant ses doigts sur mes bras la pressions exercé sur ceux-ci se relâcha et je retrouvais ma mobilité.

- C’est l’un des sort d’entrave les plus apprécié des rangs shinigamis, face à un adversaire ayant un faible reatsu ou un hollow, il s’avère être d’une utilité très précieuse, ajouta Kagame. Encore une fois!

J’avais du mal à imaginer que des sorts plus puissants existent. Une nouvelle fois, je fis le vide dans mon esprit et à mon tour lançait le sort vers ma camarade.

-Bakudō no ichi : SAI!

Ma jeune camarade subit le même sort que moi, j’étais fière d’avoir réussi ce sort sans dégât. Maintenant nous allions passer à la partie la plus difficile du cours. Même si la fatigue physique était de plus en plus marqué chaque un d’entre nous lutter, après tout nous étions destiné a être de futur shinigami. Le soleil entamait sa descente vers la forêt, il ferait bientôt nuit, et la foret était réputée pour abrité quelques vies hollow qui se manifestait à ce moment la. Le premier groupe commença à rentrer et par simple reflexe nous les suivions. Notre ascension fut stoppé par une barrière invisible nous barrant la route.

-Vous, vous restez avec moi, nous n’avons pas finis pour aujourd’hui. Je vous présente la situation, dit-il alors que le rugissement d’un hollow s’échapper des bois, d’ici 30 voir 45 minutes, les hollow auront senti votre reatsu et se feront une joie de vous mangez. Le shunpo est un pas rapide qui consiste à placer son énergie spirituel dans ses mouvements pour les décuplés. Je vous intimes de l’utiliser, d ‘après vos capacités vous en êtes tous capable. Sur ce je vous retrouves à l’académie.

Il disparut en quelques seconde, aucun d’entre nous n’avez vu son départ, etait-ce ça le Shunpo ? Des murmures de mécontentement montèrent dans la foule.

-C’est un peu barbare comme exercice!
-En plus il est lui aussi élève!

Le bruit continua, mais je préférais l’ignorer me concentrant sur les conseilles qu’il nous avait donné. Je ne voulais pas finir en amuse-bouche pour hollow. Même si j’avais presque atteint ma limite, je concentrais la reste d’énergie dans mes jambes commençant à courir sous le regard de mes camarades qui semblaient enfin se souvenir de ce que nous avait dit notre professeur. Je courrais sans aucun résulta, m’énervant intérieurement de n’arriver à rien.

*ALLEZ BOUGEE!*

La sensation de froid se rependit dans mes jambes, je profitais de ce fait pour accélérait ma course, rendant plus rapide mes pas, au point de ne plus voir le sol. J’y étais arrivé, enfin, je courrais en direction de l’académie mais je pensais soudain à mes camarades qui était encore là-bas. Stoppant net ma course qui ressemblait plus à un vol, je fis demi-tour en direction des autres élèves, je ne pouvais pas les laisser seul alors que des hollow rodaient dans les bois. J’avançais toujours faisant attention au moindre détail à cette vitesse un obstacle pouvait être fatal. Une main se plaqua violement contre ma poitrine, je tombais sur les fesses complètement sonner, serrant ma poitrine endoloris.

-Qu’Est-ce que tu comptais faire?
-J’allais aider mes camarades, c’est dangereux là-bas! Dis-je en reconnaissant la voix de mon moniteur.
-Je suis votre professeur, tu penses vraiment que je les aurais laissé seul avec la menace, je suis peut dure mais pas fou. Je veilles sur eux, rentre à l’académie et repose toi. Tu en as bien besoin!

Je rentrais donc concentrant mes dernières onces de reatsu dans un shunpo rapide, me sentant libre comme l’air.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1667
• INSCRIPTION : 18/04/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Au Sereitei
• LOISIRS : Se balader pendant la nuit
• HUMEUR : Serein

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t733-ft-du-noble

Passeport
Rang: Vice-Capitaine de la 6ème Division
Points d'experience:
170/320  (170/320)
Niveau: 19
Byakuya Kuchiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 13 Oct - 19:55
Haru> 20 xp

Rukia> fait attention avec le bleu foncé ça tue les yeux X.X ! 20 xp aussi




I don't want excuses..
"I despise the way you fight. Without ever lifting your own hand.. to steal the bonds of camaraderie and torture opponents is the height of cowardice. It is a lack of shame, deserving of death. I shall kill you and cast you aside before you finish swinging your blade.." ---------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Invité
Invité

Lun 27 Aoû - 17:02
Cela faisait deux mois que les entraînements aux Arts-Martiaux étaient passés. On allait passer aux Hado, Bakudo et Hohou. Je savais en quoi consisté le Hado et le Bakudo, mais le Hohou je ne savais pas du tout... Bref, c'était une belle journée qui s'annonçait. Je me réveillais tranquillement, j'ouvrais les paupières l'une après l'autre. Je prenais une douche vite fais, et j'enfilais ma tenu d'étudiant. Pour une fois, j'étais en avance, j'avais donc pris le temps de descendre les escaliers lentement. Je ne croisais presque personne dans les couloirs, il y avait encore le concierge qui nettoyait le sol des couloirs, je m'étais vraiment levé tôt ! Je me rendais donc à la salle d'entraînement, mon professeur était déjà là, il était à genoux, aux milieux de la salle. Il était en train de méditer. Je n'allais pas le déranger, alors j'avançais vers un coin de la salle quand soudainement il m'interpellait.
- Hey, qu'est-ce qu'il vous arrive Abarai-san ? Vous êtes le premier à arriver ce matin ...Vous êtes tombé du lit ?
- Euh ... On peut dire ça comme sa ouais !
- Vous savez ce que je vais vous enseigner aujourd'hui, non ?
- Euh oui, le Hado, le Bakudo et le Hohou ! Mais je ne sais pas ce qu'est le Hohou... En fait, le Hohou c'est ...

Il s'était fait couper la parole par le son de la porte qui s'ouvrait. Toutes les personnes de ma classe étaient là. Ils se connaissaient tous, ils parlaient qu'entre-eux, j'étais le seul à l'écart... Le seul qui venait du 78ème District ... Enfin bref, je subissais des remarques déplacées à longueur de journée, cela commençait à m'énerver. Tout le monde s'installer à genoux, en formant un carré aux extrémités de la salle à tatamis ! Le professeur se relevait et prenait donc la parole. Il nous expliquait les trois sorts qu'on allait apprendre aujourd'hui. Il plaçait une cible contre le mur puis s'éloignait. Il balançait des paroles qui n'avaient aucun sens puis une boule de feu rouge apparaissait dans les paumes de ses mains et les balançaient vers la cible qui avait explosé au contact de la boule de feu. C'était impressionnant et jolie à voir.

- Avant de pouvoir faire ceci, vous allez matérialiser votre reiatsu sous une forme de boule d'énergie. Comme ceci ! Aller faite ça puis on passera à la suite !

Il avait fait apparaître au-dessus de la paume de sa main, une boule bleue, remplis d'énergie. Ce n'était pas un Hado, ça c'était sur. Mais en y repensant, je me rappelle que ça, je le faisais déjà quand j'étais dans le 78ème district. Moi et Rukia on avait réussi à le faire ! Sans plus attendre, j'exécutais, je faisais apparaître cette boule d'énergie dans la paume de ma main sans aucun problème. Le professeur me regardait en souriant, il le savait déjà que je savais le faire. Les autres étudiants y arrivait eux aussi, mais leurs sphères étaient nettement plus petite que la mienne. J'étais très fier à ce moment-là, fier d'être meilleur qu'eux !

Très bien tout le monde, maintenant vous allez apprendre la technique que j'ai faites. Pour cela, vous devez faire une incantation. Je vais dire l'incantation sans lancer la technique, mais vous vous allez le faire ! Vous allez viser le mur derrière moi. « Ô souverains ! Masques de chairs et de sang, images d'outre-monde qui portez le nom des gens comme une couronne ! Feu et sang de la guerre ! Réveillez la colère de la mer lointaine en une vague portant vos pas vers le sud ! »
A ce moment-là, tout le monde avait les bras lever, les paumes des mains vers le mur. Tout le monde répétait l'incantation même moi ! Des boules de feu rouge apparaissaient dans les mains de tout le monde, certains étaient minuscule mais elles étaient là, et moi aussi. Et tous en coeur nous crions ...

- Hadō no sanjū ichi : Shakkahō !

Et le mur était bombardé de cette attaque ! Et comme par surprise, le mur était toujours intact, il était fait pour ce style d'entraînement. Tout le monde était fier de sois, tout le monde se féliciter, moi il n'y avait personne pour me féliciter ... Je m'avançais et je criais de nouveau. « Hadō no sanjū ichi : Shakkahō ! » la boule de feu apparaissait, puis elle était directement propulsée en la direction du mur ! Je n'avais même pas eu besoin d'incantation, j'avais eu à peine le moment d'être fier de moi que mes bras s'était coincé dans mon dos ! Je n'arrivais plus à les contrôler, j'étais bloqué ! C'était quoi ce bordel ! En essayant de me débloquer j'avais eu une perte d'équilibre et je m'écroulais au sol, j'étais à plat ventre, les mains collées en bas du dos. Toute la classe riait de moi, en tournant un peu la tête, je voyais le professeur... C'était lui qui avait fait ce sort sur moi ! Quel enfoiré !

- Bakudō no ichi : Sai ... La première technique d'immobilisation. Voila ce que vous allez apprendre, faites des duos et entraînez vous ! Renji, lèves toi j'ai arrêté de t'immobiliser depuis quinze secondes au moins ... Apparemment tu es seul. Vas-y, essaye sur moi !

Rien que pour le faire chier, je vais réussir cette technique du premier coup ! Je me relevais sans lâcher des yeux le professeur. Je positionnais mon bras envers sa direction, ma paume de main face à lui et je lançais la technique ! « Bakudō no ichi : Sai !!! ». Rien ne ce passait ! Le professeur se mit à rire, et attendait à ce que je réessaye... J'ai donc continué à essayer, essayer encore et encore ! Il était si puissant que ça pour que je n'y arrive pas ? Non, rien à foutre de sa puissance, je vais réussir sur lui ! Plus déterminer que tout à l'heure, j'exécutais la technique encore une fois ! Ses bras étaient maintenant immobilisés dans son dos, il avait l'air surpris ! Sans trop forcer, il se dégageait de cette position. Il était pas si mauvais que ça en fait...

- Très bien tout le monde ! Votre entraînement est terminé aujourd'hui ! On se revoit demain !

Je prenais donc la sortie de la salle sans regarder le professeur,il m'avait énerver cette enflure ! Je ne prenais même pas mon dîner, je montais directement dans ma chambre pour me jeter sur mon lit. Je m'endormais très vite ... Je n'étais pas très à l'aise, dormir en kimono c'est pas le top mais bon ! Le lendemain je me réveillais avec une coulée de bave sur le coin de ma bouche. Je prenais donc le temps de bien me laver, je descendais à la salle d'entraînement . Cette fois-ci j'arrivais en même temps que les autres de la classe. À peine rentrer, le professeur nous expliquait le principe du Shunpo. On sortait donc sur la cour de derrière le bâtiment. Et on devait essayer de faire un Shunpo tout en courant. Certains courraient très vite, ils faisaient presque un Shunpo . Bref, je devais essayer, je courrais donc, jusqu'à à ma vitesse max, et je me concentraissur le reaitsu dans mes pieds, j'étais en train de dépasser mes limites, c'était tant mieux. D'un coup je sentais mon corps disparaître de l'espace ! Boum, je ré apparaissais cinq mètres plus loin. Et je continuais à utiliser le shunpo, je commençais à aller de plus en plus loin. Cette technique était très utile pour le combat. Elle était surtout très facile à apprendre, toute ma classe avait aussi réussit à le faire !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 276
• INSCRIPTION : 17/12/2011
• AGE : 31

• LOISIRS : Oh ?
• HUMEUR : Ah ...

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t609-fiche-du-sanbantai-taisho-c

Passeport
Rang: Dirigeant de la Concorde
Points d'experience:
0/470  (0/470)
Niveau: 29
Takeshi Kagayaku
PEACE BETWEEN THE WORLDS † CONCORDE

Mar 28 Aoû - 10:55
Rebelote 30 XP pour Renji. Je salut ton activité o/.





Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Second Cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-