AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Mission du Sereitei!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 4 Fév - 2:25
Partie I


Imaginez-vous, un champ de roses. Certes, les champs de roses sont rares, voir inexistant, mais laissez votre imagination vous guidez. À l'époque, il y a des centaines d'années de maintenant, ce champ était grandiose, une fierté pour la Soul Society au grand complet. L'herbe du champ était parfaitement verte, les roses étaient toutes belles et longues, les fleurs s'épanouissaient aussi au tour de ces plantes majestueuses, mais les roses laissaient les autres fleurir dans l'ombre. Aux fils des années, les roses grandirent en beauté, même qu'elles écrasaient ainsi les autres plantes, de la plus petite des mauvaises herbes au pissenlit. Les roses créeaient toujours le bonheur à première vue, les âmes avaient beaucoup trop de respect pour marcher deçu, ou bien encore les cueillirs. Ils s'occupaient des roses comme si elles étaient des humaines, les abreuvaient, cela en était pratiquement de la vénération. Par contre, avec le temps, les habitudes changent. C'était partie d'une simple ceuilleitte pour la femme que l'on aime, à les arracher tout bonnement et pour son simple plaisir. Évidemment, les roses poussaient par centaines et à une vitesse folle, ne laissant pas place aux simples fleures ou mauvaises herbes de tout genre. Par la suite, le temps fila, mais les roses purent subsister, seulement grâce aux mauvaises herbes. Les mauvaises herbes ne sont-elles pas censée être évidemment mauvaise pour les plantes? Non, car sans mauvaises herbes, on n'aurait rien d'important à arracher et les plantes subiraient ce châtiment réservé à la classe inférieure des plantes. De plus, les mauvaises agissaient comme un appui pour ces belles fleurs, si merveilleuses, signe d'amour, de force et parfois utilisées symboliquement à la mort d'un proche. Oh oui ! De si magnifique joyaux ! Elles ne seraient tout de même riens sans les mauvaises herbes, peu importe la sorte! Les gens s'en rendaient-ils compte ? Appréciaient-ils au moins le dévouement que ses plantes de basses qualités donnait pour créer ce sentiment euphorique qu'une dame éprouvait en recevant une de ces tant convoités roses ? Probablement pas. La vie était ainsi faite, les choses les plus anodines, les plus laides (sans l'être physiquement), les moins remarqués, la ligne avant l'hameçon. Tout ce qui était visiblement-invisible, socialement moins important, tous étaient placés dans le seul but de faire bien paraître les plus chanceux, car la vie n'est qu'un jeu de chance non? Peut-être mélangée un peu avec les lois du destin, mais le destin reste lui aussi de la chance non? Tout avait toujours été ainsi, les âmes les moins pures, qui n'était peut-être pas si impure que ça finalement, faisaient miraculeusement briller les âmes pures, si elles l'étaient vraiment, enfin elle le paraissait par comparaison, mais jamais une âme n'était pure, oh non oh grand jamais ! Peut-être était-ce pour cette raison...que les hommes devenaient subitement fou?

C'est avec cette théorie en tête, que le jeune Shinigamis sortit du bureau du Capitaine-Commandant de la Soul Society, une des âmes les plus pures, les plus grandioses. Certes, Kurosiki avait été nerveux à l'idée de le rencontrer en personne, mais le gout de vomi dans sa bouche n'avait aucun lien avec cette rencontre. Le jeune homme avait tout récemment commencé à mépriser les Shinigamis, ceux qu'il aimait comme ceux qu'il détestait. Des réflexions insupportables se tenaient en permanence dans sa tête, quand ils étaient présents. Aizo devenait fou ! Certes, il gardait tout de même un contrôle plutôt respectable sur son être, puisque personne ne s'en rendait compte, à l'exception de lui-même. Peut-être en était-il mieux ainsi pour lui? Bref, le Sereitei devenait de plus en plus difficile à vivre, de plus l'atmosphère était particulièrement bruyante ces temps-ci. Finalement, le 4e siège était bien heureux que sa prochaine mission se déroule dans le monde des vivants, là ou personne ne pouvait le voir, quoi que cela restait un endroit tout aussi bruyant. Les pieds du Shinigamis traversaient maintenant le portail menant à Karakura, il n'avait pas envie de s'éterniser dans le monde des humains non-plus, l'homme avait encore beaucoup de boulot personnelle à faire. Il partait maintenant seul pour ce monde si vaste, remplis d'Hollows bien cachés, de Vizard et de ces criminels nommés Concordiens. Sa mission consistait à enquêter sur la Concorde, qui semblait prévoir un grand attentat terroriste. Les informations qui avaient été données à Aizo étaient simples, deux des cinq plus gros bâtiments de Karakura étaient soit ; remplis d'explosif ou sur le point d'être remplis d'explosif. Manifestement, le simple 4e siège qu'était l'homme avait à empêcher ce drame, tel un héros de télé-roman. Le jeune homme, malgré sa haine débutante envers le monde des dieux de la mort, avait hâte de prouver sa valeur à tous, l'orgueille était une qualité doublée d'un défaut chez lui. De plus, sa volonté à devenir puissant semblait se transformer en une envie monstrueusement grande. La puissance l'attirait effectivement, mais jusqu'où le Shinigamis irait-il? Bref, l'homme posait maintenant ses pieds dans Karakura. Soudain, une vague de souvenir, lui re-mémorant sa première et dernière visite dans ce monde d'humain le frappa. Taka, les Hollows et le cas non-réglé de cette simiie invasion. Heureusement, le 4e siège était maintenant très loin de ces incidents et le relais avait été pris par une équipe spécialisée du Sereitei. Le vent soufflait dans les cheveux d'Aizo, cheveux qu'il portait court, dépaigné, car il était la paresse l'affectait pour tout ce qui touchait les éléments physiques de sa personne. Ses yeux bleues reflétaient maintenant parfaitement l'image qu'il s'était fait de cette civilisation. Après un voyage court dans ce monde, Kurosiki s'était posé quelques questions.. Qu'arriverait-il aux mondes des âmes lorsque cette planète disparaîtrait? Les Rukongais seraient-ils encore plus sur-chargés ? Enfin, de toute façon, ça ne serait probablement pas à Aizo de voir ça, ni même d'endurer tous les inconvénients de la fin du ''monde'' humain.

Enfin, trêves de réflexion. La journée s'annonçait longue pour le Shinigamis qui ne savait pas s'il devait être heureux en ce moment, car sa mission se disait difficile, mais instructive. En effet, Aizo ne comptait pas réellement empêcher le massacre, enfin s'il était trop ''difficile'' de le faire. Le 4e siège comptait plutôt couper l'herbe sous le pied du Concordien et ensuite en apprendre plus sur cette organisation, avec sa coopération ou non, le Shinigamis réussirait à le faire parler d'une manière ou d'une autre, même si les types qui vivaient dans cette organisation préféraient surement la mort. Dans un autre sens, Kurosiki avait tout son temps pour en apprendre plus sur la Concorde, car il ne comptait pas tout partager avec le Gotei, juste le superflus. Tous étaient ces ennemis. Aizo apercevait les hauts-rangs de la Soul Society comme un régime totalitaire. Tout d'abord, tout ce qui venait directement d'en haut était pour '' l'état'' si c'en était un. L'être n'avait qu'une minime importance, à moins d'être lui à son tour très influent ou important. De plus, autant cela pouvait paraître stupide, mais si un Shinigamis ne désirait pas ''changer les choses'' en la faveur de tous, il n'était pas rare de les voir quitter le Gotei. En effet, c'était non de loin le système le plus véreux, corrompu en tout genre et remplis de traite. À cette pensée l'homme sourit, en était-il un en quelque sorte? Il avançait maintenant parmi les humains, ceux-ci majoritairement, ne pouvaient pas voir le dieu de la mort, ni même l'entendre. Parfois, quelques hommes ou femmes étaient plus sensibles aux âmes et aux pressions du Reiatsu, mais rarement ils l'étaient assez pour apercevoir le jeune homme. Par contre, il était évident que le Concordien, humain ou pas ressentirait rapidement la présence du 4e siège qui ne tentait en rien de dissimuler son Reiatsu. Plus vite il rencontrerait cet homme, plus vite sa mission serait terminée. En quoi était-il obligé de le tuer? Peut-être que par chance le Concordien se laisserait convaincre de retirer ses explosifs, ou de reporter son acte terroriste. De cette manière, tous seraient heureux. Car, en reportant son attaque, le Concordien évitait une mort certaine, ainsi et de plus son plan pourrait réussir plus tard. Coincé dans sa folie et ses fabulations, le jeune homme n'imaginait peut-être pas toute la volonté qu'un Concordien pouvait avoir.. Enfin, plusieurs capitaines étaient morts grâce à eux. Peut-être était-ce bien, une vague de changement ne pouvait que rafraichir le Sereitei.

Aizo arrivait maintenant au premier bâtiment, à l'aide d'un shunpo gracieusement utilisé, il traversa la salle de réception en une seconde. Il était maintenant proche d'une porte menant au sous-sol du bâtiment. Malheureusement, Kurosiki devait se montrer très prudent. Il serait stupide de sa part d'exploser la porte, ou bien de l'ouvrir ainsi, car même si les humains ne pouvaient le voir, ils pourraient tout de même voir la porte. Il attendit donc que tout sois calme, heureusement la porte n'était pas barré et n'avait fait aucun bruit suspect lors de l'ouverture, de plus dans le jour, un concierge qui se baladait dans ces lieux n'était probablement pas quelque chose hors du commun. Habituellement, l'homme n'aurait pas eu à faire attention, mais si le Concordien ou les bombes du Concordien se cachaient sous cet édifice, un humain aurait pu être un boulet dans la mission du 4e siège. L'entièreté de son être inspecta les lieux, ne trouvant rien de suspect. Devait-il monter tous les étages et les vérifiés ? Probablement pas. Comme c'était le jour, les humains auraient tout d'abord aperçu les explosifs et la police serait déjà sur les lieux, seul un endroit reculé des bâtiments pouvaient être. Cette fois-ci, le Shinigamis usa de sa vitesse normal pour atteindre les portes de sorties du bâtiment. Il se hâta vers le prochain immeuble, il y en avait désormais quatre à inspecter, dont deux étaient théoriquement déjà piègés. Donc, au maximum deux erreurs, ce qui lui laissait que peu de temps avant de rencontrer le Concordien. L'excitation commençait à grimper .

Les yeux bleues du Shinigamis se posaient maintenant sur la porte d'entrer d'un nouvel immeuble, il semblait si majestueux, mais si désertique. Kurosiki était-il arrivé au bon endroit ? On ne pouvait même plus penser que cet endroit était dans Karakura, tout semblait mort et Aizo était le seul à maintenant hanter ces lieux. L'homme avançait, dans ce qui semblait avoir été un hôtel un jour. Il descendit dans le sous-sol et exactement comme dans le premier bâtiment, rien ne s'y trouvait. L'homme escalada les étages, il y en avait plusieurs et par les marches c'était encore plus long ! Montant les escaliers quatre à la fois, Kurosiki fut arrivé au dernier étage, le dixième, tout semblait aussi calme qu'au rez de chausser. Il décida tout de même de vérifier quelques pièces, histoire d'avoir la concsience tranquille. Le 4e siège rentra dans la première pièce. Ce ne fut qu'après avoir franchi la porte qu'Aizo vu que tout clochait, les bureaux étaient placés pour former un sourire et les chaises étaient empilées en rond afin de former les yeux et le nez d'un ''smiley''. Les yeux bleus pâles du Shinigamis s'écarquillèrent, lorsqu'il remarqua le stratagème employé par le présumé Concordien, le sol explosa sous ses pieds, ou plutôt se désintégra, ce fut plutôt le plafond qui fit peur au jeune homme qui était maintenant en chute libre parmi les bureaux et chaises. À l'exception d'un cris de surprise, seul quelques mots s'échappèrent de la bouche du dieu de la mort.

« Bordel de merde ! »

L'envoyé de la Soul Society fut chanceux dans sa malchance, il atterrit au sol solidement, mais de vieux tapis avaient amortis sa chute, lui épargnant quelques côtes brisées. De plus, tous les débris, à l'exception de quelques morceaux surperficielles avaient évités de tomber sur Aizo. La tête tournante, le 4e siège se releva, entendant un rire sournois.

« MAIS OÙ ÉTIEZ-VOUS SHINIGAMIS !? »

Le jeune homme ne comprit pas exactement le sens de ces paroles, mais il dégaina son Zanpakuto, prêt à se défendre devant cet ennemi qu'il n'arrivait toujours pas à voir, faute de la poussière.




Aizo Kurosiki
...Vous croyez savoir, mais vous ne savez pas...


Dernière édition par Aizo Kurosiki le Sam 2 Mar - 4:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 14 Fév - 1:30


Partie II

Le Shinigamis était maintenant debout, face au protagoniste de l'histoire, il n'arrivait toujours pas à voir les traits physiques de son ennemi, à l'exception de sa taille. L'homme était très grand, même qu'il semblait géant à côté d'Aizo. La poussière tomba peu à peu, au final, le Concordien n'avait rien d'une beauté en comparaison au 4e siège. Le terroriste était grand et certes extrêmement musclé, mais ses traits de visage étaient tous très grossiers. Ses joues étaient creuses et à la fois large sans oublier que son front était quant à lui très large, long et dégarnie. Il avait de minces lèvres, de petit yeux pointus avec un regard perçant et en dessous apparaissait son gros nez, ressemblant fortement à une patate. Un bandeau orange recouvrait les cheveux de l'homme face à lui. Ceux-ci dépassait légèrement de celui-ci et ceux qui aparraisaient aux yeux d'Aizo semblait être gras, un peu comme si le Concordien devant lui s'était lavé les cheveux avec du beurre. De plus, ses oreilles étaient si collées à sa tête qu'ils étaient pratiquement invisibles de loin. À la fin de l'évaluation du visage de son ennemi, Kurosiki avait un sourire qui menaçait d'exploser les joues du jeune homme.

« Hey le gamin ! T'a quoi à rire ! »

Pour être exacte, Aizo n'avait toujours pas éclaté de rire, mais suite à la réplique du Concordien ce fut plus fort que lui. S'agrippant le ventre à deux mains, Kurosiki éclata d'un rire profond, comme il n'avait pas rit depuis longtemps. Dans ses accoutrements ridicules, une camisole mauve, une paire de pantalon en cuire et ses sandales à languettes brunes, le terrible terroriste ne semblait aucunement dangeureux! Les larmes montaient aux yeux du Shinigamis, il faillit même tomber sur son derrière, la scène devenait de plus en plus hilarante, car le rouge montait aux joues du Concordien. Plus il s'empourprait, plus le jeune homme riait, avec cette tête et ces couleurs, l'ennemi d'Aizo ressemblait à une bettrave venu d'une autre dimension. Celui-ci leva un poing vers le jeune homme, murmurant des injures et profèrent toutes sortes d'insultes à l'égard du Shinigamis. Quant à celui-ci, l'entièreté de son être était sur le point d'oublier la rage que cette chute avait fait monter en lui. Enfin, c'était plutôt bien pour le 4e siège qui avait tendance à se laisser emporter par des actes aussi stupides, bien sûr ce n'était la chute en tant que telle qui avait insultée Aizo. C'était le fait d'avoir été piégé par un plan grotesque, sans oublier que le Concordien avait tourné le piège au ridicule en formant un bonhomme ''smiley'' avec des bureaux et des chaises de l'immeuble.

« Mais bordel t'a l'air d'un monstre toi ! HAHAHA !!» s'exclama le jeune Shinigamis, son rire s'étant atténué un peu. Même que soudainement, les deux hommes recommençaient à prendre conscience de tout ce qui se tramait ici. Supposément, l'un des deux hommes à se tenir debout dans ce qui restait du sous-sol de l'immeuble serait mort à la fin du combat, car tout semblait se mettre en place pour qu'un combat puisse avoir lieu. L'envoyé de la Soul Society avait déjà et depuis longtemps dégainé son Zanpakuto. Quant à lui, l'humain ne semblait pas avoir d'arme sur lui.. Peut-être était-il l'un de ces Fullbringers, dont Aizo avait tant entendu parler. Ceux-ci possédait une force spirituelle, quelque peu différente que celle que les Shinigamis avait. C'était aussi des adversaires très forts une fois leurs pouvoirs maîtrisés. Donc encore une fois, plus rien n'avais rapport avec le niveau de force. En apparence, l'homme face à Aizo était probablement beaucoup plus fort physiquement que l'était le Shinigamis. C'était évident, sa musculature appuyait les pensées du 4e siège. Le seul point d'interrogation à l'énigme, c'était le talent et la vitesse d'exécution que possédait le Concordien. Car, si Kurosiki avait pu tout savoir, le combat aurait été écrit d'avance. Mais, sans la réponse à cette énigme, il allait devoir lutter pour survive, car il ne pouvait pas sous-estimer son adversaire malgré son apparence peut valorisante. La force se trouvait dans l'âme et cela était malheureusement trop vrai. Alors, même que le jeune homme se préparait à attaquer aussi sournoisement que possible, le terroriste prit la parole et brisa le début d'élan qu'Aizo avait pris.

« Alors, Shinigamis? Que comptes-tu faire ?» L'homme laissa passer un instant, afin de laisser planer le doute dans la tête du Shinigamis, qui se posait de question quant au questionnement bizarre du Concordien. « Et bien c'est simple Concordien...» Kurosiki détacha les syllabes du mot '' Concordien'', afin d'égaliser la joute verbale, pour ensuite tourner son ton au sarcasme. « Je vais probablement me laisser tuer et ridiculiser par un être aussi merveilleux que toi.» Et puis, le terroriste semblait sur le point de répliquer, mais le 4e siège d'un Shunpo se retrouva devant lui, en une vitesse éclaire lui mettant son pied au visage. Le Concordien recula de quelques pas, sans tomber. C'était un homme encore plus fort physiquement qu'Aizo aurait pu le croire.

«Tes muscles valent ta grande geule, CONCORDIEN!»

Échangeant une partie de son sang froid contre de la rage, Kurosiki frappa cette fois à plusieurs reprises avec son Zanpakuto, le terroriste répliqua de ces poings qui semblaient durs comme le fer, puisqu'il n'étaient pas coupés ou même égratignés au contact du Katana d'Aizo. Parallèlement, cela semblait être un combat entre deux fous, frappant à l'aveuglette. Seul un expert aurait pu remarquer que les deux protagonistes se jugeaient. Le combat s'annonçait titanesque. Les deux étaient de parfaits opposés. Aizo, dans la taille moyenne, mince, qui possédait une beauté pas si exceptionnelle, mais différente des autres, donc il était très beau. De plus, s'était un épéiste avec une technique de combat aiguisée, face à un Fullbringueur dont Aizo ne connaissait rien du tout. Il fallait avouer, que les escouades Concordiennes se faisaient rarement attraper, voir jamais. Donc cela était d'une difficulté extrême pour la Soul Society d'avoir des informations sur les membres, ou encore même de juste savoir leurs noms. C'était un miracle que le 4e siège ai pu être envoyé au moment même ou la Concorde s'apprêtait à frapper. La lame bleuté du Shinigamis réussi enfin à transpercer la défense du terroriste. «Je t'ai ! ». Alors, même que le Zanpakuto semblait toucher l'adversaire du 4e siège, celui-ci donna un simple coup de main sur le poignet du jeune homme, suffisant à dévier complètement la direction du Zanpakuto, qui mettant perçait l'air au lieu du Concordien. C'était une bête de force et Kurosiki avait été naïf de frapper la première ouverture qui s'était créée. Le massif poing droit du Concordien vint se placer directement sur la joue du Shinigamis, qui fit quelques flips jusque dans un mur. La poussière éclairait maintenant la pièce, le 4e siège se relevait péniblement après ce coup sur-puissant. Le sang coulait de sa bouche. Sa salive avait maintenant le goût de ce liquide si précieux à l'homme, mélangé avec celui de la poussière et peut-être même de quelques débris qu'Aizo avait plus ou moins eu dans la bouche.

« Quel est ton nom et ton grade?....Shinigamis.» La question de l'homme était inutile, Kurosiki n'attachait pas d'importance à ces détails. Pourtant, bien malgré lui il éprouvait du respectait pour le Concordien, qui agissait d'une certaine manière comme lui. Un mélange d'honneur, mais aucune pitié pour son ennemi. S'il avait pu le tuer sur le premier coup il l'aurait fait, les deux détestaient les combats qui duraient des heures.

« Kurosiki Aizo, 4e siège de la 10e Divison. Permets moi de te retourner la politesse, Concordien. » D'une voix neutre, ces paroles n'étaient que de simples présentations et Kurosiki n'avait pas envie d'aller plus loin pour sa part. Pourtant, peut-être pourrait-il en apprendre plus sur la Concorde et donner des informations intéressantes à la Soul Society et ainsi impressionner Yammamoto.

« Je suis Guru Kyorei, chef et seul membre de l'escouade d'explosion de la Concorde! Bienvenue dans mon monde, Shinigamis. Et adieu.»

Le Fullbringueur sortie un détonateur de sa poche, souriant à pleine dent, regardant le 4e siège avec des flammèches dans les yeux. Puis, il laissa son pouce se coucher sur le détonateur. Quelques secondes avant que le pouce de Guru Kyorei s'attaque au détonateur, Aizo utilisa un Shunpo pour retourner d'où il venait. C'est-à-dire, d'en haut. Théoriquement, l'endroit où le 4e siège avait été piégé quelques instants plutôt était maintenant complètement détruit, donc hors de porter des débris le Shinigamis pourrait se protèger de cette explosion. Il escalada donc le bâtiment. Il aperçut le Concordien derrière lui, suivis de l'explosion. La scène ressemblait maintenant à une poursuite, même si Kurosiki ne fuyait que l'explosion, il n'avait pas peur du terroriste, évidemment. Le jeune homme n'avait même pas peur de la mort, la seule chose à lui faire peur sur cette terre était lui-même. Bref, le Shinigamis s'avança en terrain plus sur, c'est-à-dire en dehors du bâtiment. Kurosiki n'avait pas pour l'instant de vrais plans, il savait tout simplement qu'une fois hors de l'immeuble il serait à l'abris des explosions contrôlées et pourrait combattre sans problème Guru.

Quelques secondes plus tard, les deux ennemis se retrouvaient dans la rue, devant l'immeuble qui semblait si belle de l'extérieur, les explosions du Concordien étaient tous planifiées et contrôlées à la perfection, il était un maître dans l'art des booms et cela apparaissait maintenant comme une évidence aux 4e siège. Kurosiki aurait adoré pouvoir poursuivre le combat dans les airs. Malheureusement, s'il utilisait cette tactique maintenant, le terroriste serait apte à trouver une technique de défense rapide, car il était le moins usés des deux. Enfin, ce combat s'amorçait réellement. Aizo restait prudent, mais Guru n'avait probablement pas piègé la ville au grand complet, c'était impossible. Bref, une distance de deux mètres qui séparait les deux hommes. Les yeux bleues du Shinigamis plissaient, le jeune homme était face au vent et ses cheveux dansait au rythme de celui-ci. Zanpakuto à la main, le garçon accueillerait aujourd'hui sois la victoire ou la mort. Contrairement à son combat face à Natsuki, Aizo ne perdrait pas, il n'accepterait pas la défaite. Et surtout, cette fois-ci il était confiant et se savait apte à gagner. Le dieu de la mort s'essuya le visage du dos de sa main, la saleté disparut, mais la sueur avait mouillée son visage comme une douce pluie l'aurait fait. Quant à lui, Guru Kyorei souriait encore comme un fou et ne semblait pas le moindrement effrayé du Shinigamis, le Concordien semblait être dans le même état d'esprit que le jeune homme.

Et puis, la danse débuta. Le Fullbringueur frappait avec ses poings. Ceux-ci devenait de plus en plus bizarre, la peau disparaissait, mais les os grossissait et grandissait. On pouvait maintenant comparer les mains du Concordien à des marteaux. La lame bleutée du Shinigamis, quant à elle, resplendissait dans sa beauté. Elle semblait pure, ses élans fendaient vents et peaux, Kurosiki était fière d'avoir un aussi beau Zanpakuto. Au final, c'était le loup face à l'ourse. Un loup sans meute certes, mais un loup qui était prêt, cette fois, à utiliser toute sa puissance pour écraser son adversaire.

La danse commençait belle et bien.




Aizo Kurosiki
...Vous croyez savoir, mais vous ne savez pas...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 2 Mar - 4:27

Partie III

C'était maintenant deux hommes désirant vaincre plus que tout qui s'affrontaient. La lueur bleuté du Zanpakuto d'Aizo fendaient les ombres ténébreuses de la nuit pour s'effondrer devant les poings gigantesques de son adversaire. C'était encore une fois David face à Goliath. Par contre, dans cette version, les deux étaient de force égal. Seul le physique différait mais les avantages que chacun possédaient sur l'autre s'égalait. Le combat avait prit la tournure d'un jeu. Qui allait céder le premier? Ils se devaient de rester concentrer, car celui qui commettrais l'erreur d'inattention perdrait probablement ce combat. Le Fullbringueur était encore au stade principal de ses capacités, le Shinigamis aussi. Ils étaient sur un parfait pied d'égalité. La force de l'humain était sur-humaine, Kurosiki compensait quant à lui par la vitesse. Et c'était bien ce point que celui-ci désirait user afin d'atteindre son adversaire. Car, en théorie, un adversaire trop lent pour le toucher gravement ne pourrait jamais le tuer. Des attaques moins fortes mais répétitives et bien placées tueraient à coup sûr le Concordien et Aizo n'avait plus que ça en tête. Ce fut d'un Shunpo que le Shinigamis apparut dans le dos du Concordien, il exécuta un coup de pied balayette dans le dos du monstre, car celui-ci en était devenu un littéralement. Son corps était recouvert d'os. Donc, le coup de pied du jeune homme fut aussi percutant qu'inattendu. Les yeux du Concordiens s'ouvrirent subitement, terrorisé à l'idée d'avoir laissé filer aussi facilement son adversaire. Les os de son dos furent craquelés, mais automatiquement , après le coup, ils tombèrent et repoussèrent aussi vite qu'ils étaient disparu. Les coups du Shinigamis étaient trop vague pour blesser réellement Guru, qui semblait tout de même s'épuiser.

«Ce ne sont pas ces simples coups qui me tueront Shinigamis !» Puis, l'homme d'os resta figer alors que Kurosiki éclata ses jointures sur son visage. Le Concordien ne recula même pas de quelques pas. Seul la joue de Guru enfla, alors que la main du jeune homme saignait quant à elle. «Qu'est-ce que je te disais ! » Et puis ce fut le monstre qui frappa le 4e siège. Celui-ci avait trop longtemps négligé son Zanjutsu, pour pratiquer le combat au corps à corps. Ce fut une erreur stupide. Les lèvres du Shinigamis tremblaient de douleurs et pleuraient du sang. Aizo essuya le sang qui coulait maintenant sur son menton. Le jeune homme releva son arme, un sourire fugace vint étirer ses lèvres endolories. «Et tu crois qu'un coup de poing peut me tuer?» Comme à l'habitude, ce fut grâce à sa vitesse que le Shinigamis devança le Concordien dans ses mouvements. Évitant un coup de pied malhabile, le 4e siège faufila son Zanpakuto à travers la défense de son adversaire pour le frapper dans la poitrine, passant sa lame entre les os protecteurs de Guru. Le sang coula pour la seconde fois. Heureusement, cette fois-ci, le liquide vital s'écoulait du Concordien et non du Shinigamis. La lame était maintenant revenue à sa position initiale, Kurosiki savait ne pas avoir le temps de frapper une deuxième fois le terroriste à la même place, il opta donc pour une feinte. Il élança son arme dans la même direction, avant de soudainement dévier son mouvement vers la tête du monstre d'os. L'armure se fracassa encore un peu, avant de se régénerée, mais Aizo n'était pas dupe. Il savait que régénerer cette armure coutait beaucoup d'énergie au monstre. Il frappa une dernière fois avec son pied droit, sur les bras repliés de son adversaire, afin d'encore causer quelques dégats, plus agacant que blessant. Un cris de rage s'échappa de la bouche du Concordien qui chargeait maintenant le 4e siège. Celui-ci esquiva difficilement la charge, il ne s'était pas attendu à un pareil excès de rage de la part d'un combattant qui semblait expérimenter, enfin ces traits de visage lui donnait un air d'homme dans la quarantaine.

Le combat se déroulait toujours dans un silence de plomb, Kurosiki enchaînait courbette et parada afin d'éviter les coups destructeurs du vilain. Le Shinigamis répliquait toujours rapidement et précisément aux même endroits. La stratégie du jeune homme commençait à fonctionner. Il se devait de se montrer prévisible afin de piéger mentalement son ennemi, afin de le piéger physiquement par la suite. Aizo avait remarqué une chose très importante, Guru, à chaque fois qu'il utilisait ses pouvoirs de régénération devenait plus fort physiquement, mais était de plus en plus lunatique et absent mentalement. Troquait il sa vivacité contre de la force? Le jeune homme n'en était pas totalement sûr. Heureusement pour lui, son adversaire était effectivement de plus en plus lent et ce peu importe la raison, Kurosiki en tirerait avantage. Bref, l'affrontement semblait toujours être dirigé pour se rendre nulle part. Pourtant, l'homme de la Soul Society apercevait les troues de plus en plus évidents dans la défense du terroriste. Si le Shinigamis avait retenu quelque chose depuis le début de sa courte carrière, c'était bien d'attendre. Kurosiki en avait eu pour son argent face au Vice-Capitaine Natsuki et ne comptait plus perdre maintenant. Il se l'était répété souvent.

Soudainement, le monstre s'arrêta. De la bave s'écoulait de sa bouche, la sueur perlait ses épais sourcils et une odeur de sang empestait son corps. S'en était probablement trop pour lui. Le Concordien tremblait maintenant de rage. Était-il vraiment un Fullbringueur? Kurosiki n'avait jamais vue de Fullbringueur de la sorte, même s'il n'en avait que rarement vue et plus souvent ce fut par le biais de film fourni par la Soul Society. Tranquillement, Guru se transformais en une sorte de golem osseux, la mythologie n'avait jamais fasciné le Shinigamis, mais il en connaissait assez pour pouvoir comparer l'homme au monstre. «Shiiii...niiiii...gamiiiiiiiiis!!!!!!!» Ces mots s'échappèrent comme des gargouillements, les lèvres de ce qui avait été autrefois un homme étaient maintenant si blanches. Ce qui restait de Guru avança, à une vitesse plutôt impressionnante pour son poids vers Aizo, celui-ci ne vit jamais venir le coup de poing arrivé. Il fit un vole plané de plusieurs mètres, avant d'atterrir sur le dos. Résultats : côtes fracturés, nez cassé et les deux poignets étaient foulés. Pour le reste, il ne savait pas. Il avait mal, mais l'adrénaline vint couvrir la sensation de déchirement, de brûlure, d'enflemement et de douleur qui parcourait son corps à l'instant. Le jeune homme pouvait déjà s'imaginer le visage des infirmières de la Soul Society. Oh que la 4e division allait se souvenir de lui!

«Je ne comptais jamais...utiliser cette technique pour toi. Vois-tu, nous Shinigamis, ne nous transformons pas en monstre, enfin à l'exception de quelques-uns j'imagine...» Le 4e siège laissa passer un soupire. « C'est ma technique la plus faible, mais ce sera la plus efficace dans ton cas.» .

Brève explication, le jeune homme ne pouvait pas faire durer ce combat éternellement, sa technique était basée sur la vitesse et à long terme il finirait par succomber à ses blessures. Celui-ci avait donc repéré le point faible du monstre. Après qu'un os soit brisé, celui-ci semblait toujours se régénérer. Là était l'astuce. Kurosiki possédait un Zanpakuto de type vent. La seul attaque qu'il maîtrisait pleinement était celle qu'il considérait comme la plus faible, c'était-à-dire une technique de désarmement. Kurosiki et son arme s'étaient entendus pour nommer l'attaque : La geule du chien. Car, lors de son apparition, le vent apparaissait sous forme d'une geule de chien, derrière le Shinigamis. Par la suite, c'était une rafale de vent qui habituellement était suffisante pour faire perdre son arme à un Shinigamis de rang normal, ou même en désarçonncer un de sur ses pieds. Maintenant, tout était différent contre un Fullbringueur, mais comme celui-ci se régénérait d'une façon qui faisait apparaître des fraguements d'os avant qu'ils ne se soudent, si le 4e siège arrivait à utiliser cette rafale de vent au bon moment, le Fullbringueur s'épuiserait, celui-ci avait déjà atteint sa limite.

Aizo utilisa un Shunpo et frappa de tous ses forces les bras du monstre avec son sabre. Comme prévu, pour une fois, ses bras se fracturèrent. «Maintenant!» pensa Kurosiki. « INU! LA GEUL DU CHIEN!» Et puis le spectacle décris plus haut se produisit. Le vent se mit à souffler, le Concordien ne semblait pas comprendre. Il souriait, riait même du Shinigamis et sa tactique stupide. Guru était bien trop épuisé pour remarquer que ses fraguements d'os s'envolaient tous. Puis, les secondes se transformèrent en minutes, le terroriste remarqua finalement. Tout d'abord, il tenta de changer de position, mais cette action ne changeait strictement rien à l'attaque. Le vent arrivait de tous les sens. Le jeune homme regardait maintenant cet affreux golem d'os se désintégré, tranquillement sa propre force le consumait. Il était maintenant trop tard, la mort l'emportait comme le vent emportait maintenant ses os.

Kurosiki tomba au sol, épuisé et tanné de ce combat. Il activa le badge de secours que son Capitaine lui avait remis. Oui, le jeune homme aurait pu l'utiliser avant de se vider de ses énergies, mais combattre sans allié était une préférence chez le garçon. Il se laissa tombé sur le dos, Aizo avait vaincu son ennemi, certes, mais les ennuis ne faisaient que commencer pour le 4e siège et qui sait? Peut-être serait-il promut après ce combat. Il avait tout de même sauvé des humains et tué un Concordien. Alors qu'un restant de brise flattait les cheveux d'Aizo, ses yeux se fermèrent, pour un instant. Jusqu'à l'arrivée des secours.


Et voilà, c'est terminé. Pardon pour le temps.




Aizo Kurosiki
...Vous croyez savoir, mais vous ne savez pas...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1377
• INSCRIPTION : 20/08/2011
• AGE : 176

• LOISIRS : Embrasser Morphée
• HUMEUR : Changeante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t306-fiche-technique-de-la-cuart

Passeport
Rang: Espada 4th
Points d'experience:
140/410  (140/410)
Niveau: 25
Genesis Yume
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW
I'M A FEARFUL ADMINISTRATOR

Mer 27 Mar - 5:11
Me voilà donc pour suivre ta demande d'augmentation de lvl au travers de ce test gracieusement acceptée par notre brave chaton.

Un test que j'estime dans l'ensemble réussi et surtout approfondi. Peu ignorent mon attachement à la rigueur. Un petit bémol sur des fautes qui trainent par-ci, par-là. M'enfin bref.

Tu as bien mérité un passage au grade de 3ème siège au lvl 17.










Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 6:44


Revenir en haut Aller en bas
 

Mission du Sereitei!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-