AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Le Journal d'un Septième Siège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 28 Jan - 22:26
Issu d'un autre forum, je m'étais amusé à écrire les aventures qu'aurait pu vivre le plus chétif des membres de la Quatrième Division, au travers d'un journal qu'il entretient aussi régulièrement que possible. Quatre chapitres parut à ce jour, et pas davantage à paraître, si jamais cela intéresse quelqu'un.



Jour xx Mois xx Année xxxx

Dernièrement, je suis tombé par hasard sur le journal d’Iemura-sama, alors que je nettoyais la bibliothèque de son bureau. Bien sûr je ne l’ai pas lu (enfin si juste un peu peut-être) mais cela semblait amusant. Alors j’ai eu l’idée d’en commencer un, moi aussi. Je n’aurai peut-être pas souvent le temps de m’en occuper, les autres Divisions nous chargeant de travail, mais je ferai de mon mieux pour l’entretenir. Je suis donc Hanataro Yamada, chef de la 14ième équipe paramédicale et Septième Siège de la Quatrième Division.

Aujourd’hui, la journée a été marquée par l’arrivée d’un nouveau membre dans la Division. Les membres ne possédant pas de Siège sont accueilli de façon très anonyme, mais en même temps, si chaque nouveau shinigami entrant dans une Division était fêté comme l’arrivée d’un nouveau capitaine, ou même d’un Siège, les fêtes n’en finiraient pas (et ce sera sûrement à nous d’aller nettoyer les salles à chaque fois après). Il a été affecté dans la 8ièm équipe paramédicale. Dans le fond, ce n’était pas vraiment une chance pour lui, car c’est au tour des équipes 8, 10 et 14 de nettoyer les égouts.

J’espère qu’il ne sera pas trop déçu de sa nouvelle Division. Beaucoup s’imagine qu’être dans la Division médicale signifie s’occuper de soigner les blessés. En temps de crise, c’est peut-être le cas car les blessures affluent, mais dans les périodes de calme, une ou deux équipes de garde dans le Sogo Kyugo Tsumesho suffit amplement. Pour le reste il s’agit d’entretenir le Seireitei. Un roulement a donc été établit pour les équipes. Personne n’aime s’occuper de purger le réseau de canalisation, sauf peut-être moi. L’odeur est pestilentielle, et si l’on ne connaît pas l’agencement des lieux, il est très facile de s’y perdre, mais au moins, l’on n’est pas en contact avec la 11ième Division, qui passe son temps à nous martyriser. C’est un mal pour un bien disons. Aucune autre Division ne descend dans les égouts d’ailleurs. Des intrus tentent de s’y réfugier parfois, mais quand on les retrouve quelques jours plus tard (quand ils sont retrouvés), l’état n’est pas très beau à voir.

Etant nouveau, la recrue ne connaît pas encore par cœur la structure des égouts. Peut-être aurait-il mieux valu lui donner une carte (si quelqu’un s’est un jour donné la peine d’en faire une), car nous avons perdu sa trace à la fin de la matinée. Apparemment, il n’a pas été mis non plus au courant des consignes de sécurité en cas d’égarement. Ou peut-être était-il nerveux, je ne sais pas. Heureusement, il a été retrouvé en milieu d’après-midi. Si j’ai bien comprit, il est claustrophobe. J’en discuterai avec le Capitaine Unohana-sama si j’en ai l’occasion. Contrairement aux sauvages de la 11ièm, elle est très compréhensive, elle saura se montrer arrangeante, j’en suis sûr.

La journée était pratiquement terminée quand nous sommes remontés à la surface. La moitié de la zone nord a pu être nettoyé. En même temps, on ne prend pas de pause, donc ça va plutôt vite. Difficile de se reposer dans les égouts, et le faire à la surface reviendra à se retrouver nez à nez avec une autre Division, ce que nous essayons d’éviter. Nous avons donc tous notre bocal de gélules énergétiques, afin de ne jamais manquer d’énergie. (Mais je ne sais pas si c’est très bon pour nous d’en abuser : je me sens particulièrement épuisé le soir, il m’arrive de m’écrouler simplement sur mon lit et de dormir.). Alors que les équipes se dirigeaient vers leurs quartiers, le manque de chance à fait que se soit la mienne qui soit tombée sur une poignée shinigami de la 11ièm. Avec les équipes, nous nous sommes toujours arrangés pour se déplacer dans une certaine formation, afin de permettre aux autres d’éviter de se faire attraper aussi dans ce genre de situation. J’ignore pourquoi, mais j’ai l’impression que c’est toujours moi qui prend dans ces cas-là. Résultat, mon groupe s’est retrouvé à devoir réparer le dojo que les shinigami combattants avaient en partie détruit, suite à un entrainement musclé. J’ai aperçu le Troisième Siège Madarame-sama alors que je clouais des planches sur un mur. Il semblait satisfait.

Il fait déjà nuit quand je retrouve mon quartier. Je me demande pourquoi la Division des guerriers est si rude avec nous. Impossible de compter le nombre de fois que chacun d’entre eux est arrivé grièvement blessé au Sogo Kyugo Tsumesho. Ils pourraient se montrer un minimum reconnaissant. Enfin, il est tard maintenant, je vais me reposer un peu. Demain il faudra finir la partie nord des égouts. Je n’ai pas eu le temps de parler à la Vice-Capitaine Kotetsu-sama ou à la Capitaine Unohana-sama du problème de la nouvelle recrue. J’espère que son chef d’équipe a réussi à le faire.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 4 Fév - 19:55
Une nouvelle page d'un présupposé Journal de Yamada Hanataro

Jour xx Mois xx Année xxxx

Cette semaine, mon équipe a été chargée des interventions de premier secours en extérieur. Il faudrait vraiment que j’arrive à maîtriser le shunpo pour gagner du temps, mais c’est si difficile. Et avec toutes les corvées dont nous sommes régulièrement chargés, ce n’est pas évident de trouver le temps de s’entrainer.

Vers le milieu de la semaine, nous avons dû d’ailleurs intervenir dans le Rukongai. Une faction de patrouille s’est fait surprendre par une attaque de hollow plutôt féroce. Beaucoup de gens ont été blessés, mais la majorité a pu être soignée sur place. En tant que chef d’équipe, je me suis occupé des blessures les plus graves. Mais comme nous manquions cruellement d’effectif pour faire face à l’ampleur de la situation, j’ai utilisé Hisagomaru pour gagner du temps. J’évite au possible de m’en servir pour soigner les gens en général, car bien qu’il soit très efficace, une fois la jauge remplie, j’ai vraiment du mal à maîtriser le relâchement d’énergie (je crois d’ailleurs que j’ai dû faire peur a tout le monde quand c’est arrivé. Heureusement que le bâtiment qu’il a touché était vide…). J’étais un peu gêné, parce que les gens en état de s’enfuir l’ont fait, même s’il n’était pas complètement rétablit. J’espère que ça ira pour eux.

Quand la 4ièm équipe de secours est arrivée suite à ma demande de renfort, la situation a été beaucoup plus facile à gérer, et j’ai pu davantage me concentrer sur le kidô. Impossible de dire depuis combien de temps maintenant la Vice-Capitaine Kotetsu-sama m’a enseigné le Keikatsu, mais il fait toujours autant ses preuves. Je pense sincèrement que les équipes paramédicales seraient toutes plus efficace si ce kidô était connus de chaque membre. Nous transférons notre reiatsu pour soigner les blessures, mais l’utiliser sous forme de kidô est beaucoup plus efficace et rapide. Il est plutôt difficile à apprendre d’après ce que m’a dit Kotetsu-sama, aussi elle était très surprise de voir que je l’avais maîtrisé en si peu de temps. Je me souviens que cela m’avait fait particulièrement plaisir, je me suis sentie doué en quelque chose pour une fois.

Une fois tous les soins nécessaires à assurer un avenir à chacun procurés, les shinigamis blessés furent conduit vers le Sōgō Kyūgo Tsumesho pour un examen approfondi. Je trouve injuste de ne pas avoir l’autorisation de ramener les âmes blessés du Rukongai au Seireitei. Nous les avons soigné, et leurs jours ne sont plus en danger, mais tout même, ils ne bénéficient pas du même traitement médicale que les shinigamis, seuls les premiers soins leur sont accordés. Sur le chemin du retour, j’ai été arrêté près d’une taverne par des shinigamis dont l’un des visages m’était plutôt familier. Aramaki-sama peut-être ? Toujours est-il qu’ils dégageaient une forte odeur d’alcool. Il a encore fallu que cela tombe sur moi… la 11ièm Division ne nous aime déjà pas particulièrement comme ça, mais lorsqu’ils sont ivres, c’est encore pire. Ils ont d’ailleurs tenu à me faire jouer à leur jeu du couteau, celui qui consiste à viser entre ses doigts pour planter une lame. Une chance pour moi, j’avais mon zampakto encore sous forme d’Akeiro Hisagomaru. En tant que membre de la Division médicale, je sais être précis dans les mouvements de scalpel, ce qu’ils n’ont d’ailleurs pas spécialement apprécié. Aussi, ils ont insisté pour jouer eux même avec ma main. Sauf que mon zampakto ne coupe pas vraiment, même s’ils faisaient exprès de le planter dans mes doigts, ce qu’ils n’ont pas apprécié non plus. Heureusement qu’ils étaient tous très imbibés, j’ai pu m’enfuir avant de prendre les premiers coups. Je crois que eux, plus que tous les autres de la Division combattante, je vais devoir les éviter pendant les prochains temps, s’ils se souviennent de quelque chose.

La semaine de permission de la 14iem équipe paramédicale approche. J’espère que la Capitaine Unohana-sama m’autorisera de nouveau à visiter le Monde Réel. En attendant, il est temps pour moi d’aller me coucher.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 11 Fév - 20:40
Jour xx Mois xx Année xxxx

Aujourd’hui, je me suis chargé de la corvée de linge de la Dixième Division. Comme à chaque fois qu’il s’agit de nettoyer et recoudre les uniformes des shinigamis d’une Division, c’est sur place que tout s’opère. Il y a quelques décennies, nous devions systématiquement ramenez les vêtements dans les locaux de la Quatrième Division pour les laver. C’était assez éprouvant il faut dire, la quantité de linges de certaines Divisions dépassait l’imagination. Et nous avions souvent des problèmes de mélange d’uniformes ou de détérioration dû à des causes que je ne citerai pas, lors des transports (et nous en faisions souvent les frais). Suite à de nombreuses plaintes de notre ‘‘ incompétence ’’ (plaintes qui se sont toutefois très limitées à chaque apparition du Capitaine Unohana-sama), des services de nettoyages ont été installés dans chaque Division. Je crois que c’est l’Association des Femmes Shinigamis qui est à l’origine de ce projet. Nous autres de la Quatrième leur devons beaucoup pour cela, même si je pense que cela a été possible surtout parce que la Capitaine Unohana-sama et la Vice-Capitaine Kotetsu-sama, en sont membres. Avoir des femmes pour supérieures apportent certaines avantages il faut croire (je n’ai jamais douté de leur compétence parce qu’elles sont des femmes !) Toujours est-il que maintenant, nous pouvons travailler au nettoyage et aux réparations des uniformes sur place, ce qui nous évite bien des soucis.

Du moins, en théorie… S’il est vrai que je fais souvent référence dans mon journal à la Onzième Division, les autres shinigamis ne sont pas excessivement plus tendre qu’eux (néanmoins ils frappent moins souvent, c’est déjà ça).Si déjà nous étions sur place, ils en ont profité pour nous faire laver le sol de chaque pièce, ainsi qu’entretenir les espaces verts entourant la Division. L’avantage, quand quelqu’un est membre de l’équipe médicale, est qu’il emmagasine énormément de connaissances hors du savoir-faire guérisseur. Le hic, c’est que ce n’est pas forcément de son plein gré, et que l’apprentissage se fait sur le tas. Si j’ai beaucoup appris, je n’ai néanmoins toujours pas la main verte, aussi j’ai opté pour le ménage (comprenez que je me suis enfui avec le balai sous la main avant qu’ils ne me jettent dans le jardin).

Au hasard des chemins suivit par les parquets, je me suis vu percuter la Vice-Capitaine Matsumoto-sama, au détour d’un virage. C’était…terriblement gênant, parce que… enfin c’était de ma faute, j’aurai dû regarder devant moi pendant que je balayais le plancher. Je m’étais fondu en excuses en m’abaissant plus au sol que je ne l’étais déjà, mais je crois que cela l’a amusé. Elle a eu un sourire l’espace d’un instant qui m’a laissé une étrange impression, comme si quelque chose avait fait ‘‘ tilt ’’ dans son esprit. Moins d’une dizaine de minutes plus tard, j’ai su que je n’avais pas eu tort. Pour me faire pardonner, et m’éviter un rapport à ma Capitaine, elle a insisté pour que je l’aide dans les rapports qu’elle avait à remplir. Lorsque je suis entré dans son bureau, à sa demande, j’ai vu le meuble couvert de paperasse. Je ne savais pas que les Vice-Capitaine avaient autant de travail à charge. Dire que la Vice-Capitaine Kotetsu-sama arrive toujours à avoir du temps à nous accorder malgré tout, s’en est impressionnant. J’ai alors mieux comprit pourquoi la Vice-Capitaine Matsumoto-sama voulait de l’aide. Néanmoins, je n’étais sûr que le Capitaine Hitsugaya-sama apprécie qu’un membre d’une autre Division consulte des rapports qui ne le concernent pas. Il me fait peur d’ailleurs… Il a toujours des yeux menaçant, et ne sourit jamais. Enfin, Capitaine Unohana-sama fait aussi peur en souriant parfois. La Vice-Capitaine Matsumoto-sama a voulu me convaincre en me disant que ce n’était pas un souci (tant qu’il ne l’apprendrait pas), mais c’était loin de me rassurer.

Je ne sais pas vraiment combien de temps j’ai mi pour trier ne serait-ce que la moitié, mais c’est ce moment-là que le Capitaine Hitsugaya-sama a choisi pour venir dans son bureau, plus en avance que d’habitude, à en juger l’expression de surprise de la Vice-Capitaine Matsumoto-sama. Et comme je le pensais, il n’a pas été visiblement ravie de me trouver sur le bureau, des papiers en main, pendant que sa Vice-Capitaine était allongée sur le canapé, le magasine qu’elle tenait lui ayant glissé des doigts. Lui qui la connaissant était venu l’aider apparemment. Je ne savais plus vraiment où me mettre, alors j’ai attendu dans un coin, tremblant. Capitaine Hitsugaya-sama est vraiment terrifiant quand il est en colère. Enfin, la Vice-Capitaine Matsumoto-sama ne semblait pas plus concernée que ça, comme si elle en avait l’habitude. Voyant que personne ne me prêtait plus attention, j’ai préféré m’éclipser discrètement, par peur qu’il ne s’en prenne à moi aussi. J’ai de nouveau été le dernier à rentrer de mon équipe au Sōgō Kyūgo Tsumesho.

Le point positif est que la soirée était plutôt bien avancée quand je suis rentrée, je n’ai donc pas croisé trop de monde, une catégorie en particulier. Le service de soin était vide de blessé quand je suis allé saluer la Vice-Capitaine Kotetsu-sama. Je suis donc directement revenu à mon lit, dans lequel je compte maintenant plonger, en attendant la corvée de lessive de la Huitième Division demain. Je crois que la Vice-Capitaine Ise-sama me fait peur aussi…




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 18 Fév - 18:30
Le dernier chapitre du journal d'Hanataro Yamada que je m'étais amusé à faire. Le contexte dans lequel il se passait est assez différent de ce qui est connu dans bleach, à savoir que les gigai étaient dans cet univers remplacés par des pilules '' transformant '' le corps d'un shinigami en simple humain, et faisait apparaitre sur lui des vêtements aléatoires.

Jour xx Mois xx Année xxxx

Je reviens aujourd’hui d’une permission de deux jours dans le Monde Réel. Je l’avais longtemps attendu, aussi je suis un peu triste que se soit déjà terminé, mais ma visite était vraiment merveilleuse. Elle aurait pu commencer un peu mieux, c’est vrai, mais cela valait tout de même la peine. Je n’ai le droit à une autorisation de visite qu’une ou deux fois par an, il serait donc dommage que je les regrette, même si elles sont mouvementées.

Ce n’était que la deuxième fois que j’empruntais un portail Sekaimon, la première étant celle où la Capitaine Unohana-sama m’avait envoyé pour enquêter sur les étranges activités du Monde des humains, ce qui est devenu plus tard l’incident des Bounts.

Contrairement à la première fois, on m’a dit que je n’aurai pas besoin de gigaï pour interagir avec le Monde Réel, car ils ont été remplacés par une nouvelle technologie, les pilules magiques. On m’a expliqué le fonctionnement, et c’est plutôt simple à vrai dire. Il suffit simplement d’en avaler une pour devenir visible aux yeux des humains, avec des vêtements se mêlant à la foule. C’est beaucoup plus pratique qu’un corps artificiel, et m’évitera bien des soucis. Du moins, c’est ce que je croyais…

J’ai emprunté le portail Sekaimon de la Quatrième Division avec un papillon de l’enfer, afin de pouvoir traverser en toute sécurité le chemin qui relie les deux Mondes, pour arriver finalement à destination après un moment de marche. A peine sorti, je me suis fait surprendre par la vive lumière du soleil, l’entrechemin ayant habitué mes yeux à l’obscurité. J’ai eu à peine le temps de mettre mon bras devant les yeux pour me protéger que je me suis fait bousculer dans tous les sens, sans comprendre ce qui m’arrivait. Tout s’est arrêté assez vite, quand j’ai fini projeté au sol dans une ruelle. Alerté par du bruit, j’ai regardé devant moi. Plusieurs personnes étaient en train de se relever en jurant. Je crois que comme j’étais invisible pour eux, la foule qui avançait m’a percuté, et j’ai provoqué un carambolage quand ils ont trébuché sur moi. Le temps de réaliser ce petit accrochage, je me suis rendu compte que j’avais perdu ma boite de pilule magique dans la mêlée. Je n’ai eu le temps que de la voir finir écrasée sous une chaussure quand la circulation piétonne reprit normalement. J’ai couru pour attraper les restes, mais toutes les pilules étaient détruites. Toute, sauf une. On m’a dit que j’en avais besoin d’une deuxième pour retourner à l’état spirituel, alors si je prenais celle-ci maintenant, je risquais de rester coincer sur terre. D’un autre côté, ne pas l’avaler signifiait diminuer grandement mon interaction ici, et limiterai quelque peu l’intérêt. C’est alors que le nom d’Urahara m’est apparu à l’esprit. Urahara-sama est quelqu’un d’intelligent, j’étais sûr qu’il aurait une solution pour moi si je lui exposais le problème.

Sauf qu’entre temps, un autre problème est survenu, lorsque je suis retourné dans la ruelle pour avaler la pilule survivante. Je l’ai prise en bouche comme il me l’avait été expliqué, et une chaleur m’a envahit. Je crois que j’ai perdu conscience une seconde ou deux, mais quand j’ai regardé comment la pilule m’a vêtu, j’ai cru que le monde s’était écroulé autour de moi. J’étais habillé comme… comme une femme. Et pour ce que j’avais vu de ma première visite dans le Monde Réel, ce n’était pas du tout le genre de vêtements de cette époque. C’était… c’était une sorte de tablier blanc avec un vêtement noir en dessous, plus long. J’étais mort de honte, pétrifié. Je ne savais plus du tout quoi faire. J’étais visible de tous, vêtu ainsi, dans une ruelle. Il fallait que je sorte de là, mais comment ? Si j’allais dans la rue principale, j’aurai dû affronter le regard de tous les passants. Mais je ne pouvais pas rester ici non plus. Je croyais savoir à peu près où j’étais, et la boutique de Urahara-sama était relativement loin. Mais je me suis dit qu’en courant assez vite, les gens ne feraient pas forcément attention quand je passerai près d’eux, et ça écourtera mon calvaire. Peine perdue avec une tenue si voyante.

Sortit de l’ombre de la ruelle, j’avais à peine fait trois pas que j’ai trébuché et me suis retrouvé avachi par terre. C’était mes chaussures. Enfin, si ça s’appelaient bien des chaussures. Elles avaient une forme étrange, et un long talon. Les humaines en portent parfois. Mais pourquoi étais-je accoutré ainsi ? On m’a pourtant dit que les pilules s’adaptaient au sexe de la personne. Etalé ainsi au milieu de la rue, j’ai bien sûr très vite attiré l’attention. Sauf que contre toute attente, ce ne sont pas des rires qui ont éclaté. Je n’ai pas trop comprit, on m’a demandé si je faisais un ‘‘ cosplay ’’, ou où est-ce que je travaillais. Des gens ont même fait des photos avec moi, au fur et à mesure que la foule s’amassait. Et moi qui étais rouge de honte. Je crois qu’on me prenait pour une femme. Je ne savais pas trop si je devais être content ou pleurer… Et puis est arrivé un homme, qui m’a proposé de venir travailler dans son ‘‘ Maid Cafe ’’. Il lui manquait une serveuse pour la journée, ou quelque chose comme ça. Je n’avais même pas eu le temps de me répondre qu’il avait déjà passé son bras autour de mes épaules pour m’emmener avec lui. J’ai eu beau essayer de me défendre, il m’a désarmé en un instant, me disant qu’il ne poserait pas de question quant au fait que je sois un homme vêtu ainsi en pleine ville, car je ferai parfaitement l’affaire. Je crois n’avoir jamais été aussi honteux de toute ma vie, je n’ai plus osé dire quoi que ce soit, rouge de honte. En chemin, il m’a expliqué ce que j’avais besoin de savoir sur le job, car je lui ai avoué ignorer ce que c’était. Nous sommes passé par l’entrée de service de son Café, et il m’a dit d’attendre ici un moment, et que Kaorie s’occuperai de moi.

J’étais vraiment nerveux sur le coup, dans quoi m’étais-je encore laissé embarquer ? Je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir longtemps, la femme qui entra dans la pièce coupa ma réflexion. Elle était habillée de la même façon que moi, à quelques détails près. Ses cheveux longs tombaient dans son dos en deux tresses, et une jolie paire de lunette reposait sur le nez de son visage épanoui. Elle m’adressa un grand sourire, et se présenta, pleine d’énergie. Son patron lui avait déjà expliqué la situation, et il était attendu de moi que je me laisse maquiller pour parfaire mon costume. Elle m’installa sur une chaise, et utilisa la valise de maquillage qu’elle avait en main. Je n’osais plus bouger ni protester. Tout s’était enchainé si vite après mon arrivé dans le monde des humains, j’avais le sentiment d’être prit dans un tourbillon. Enfin, j’imaginais mal voir la situation empirer davantage. Je devais relativiser après tout. J’allais rester ici pour la journée, et ce soir, quand les rues seront moins bondées, je pourrais profiter de la nuit tombée pour être discret et rejoindre la boutique d’Urahara-sama. Sauf qu’en attendant, c’était en tant que serveuse que j’allais travailler. Kaorie-sama semblait s’amuser à sa tâche, alors que moi, je ne cessais de rougir. Je sais pertinemment que je ne suis pas le plus adroit, aussi je me demandais s’il était vraiment sûr que je tienne un poste tel que serveur. Kaorie-sama m’encouragea en voyant ma tête, mais je dois avouer que ça ne calma qu’un peu mon malaise. D’un clin d’œil, elle m’apporta une paire de soulier sans talon, ayant repéré d’abord que j’éprouvais des difficultés à marcher dans mes talons hauts actuels. Et pour finir, elle accrocha un badge sur mon tablier, sur lequel figurait le nom de ‘‘ Luna-chan ’’. Mon nom de serveuse, m’a-t-elle expliqué.

Et la journée s’est passée ainsi, avec moi dans le rôle d’une serveuse dans un Café. Je sentais les regards des clients braqués sur moi, ça me rendait vraiment nerveux. J’ai d’ailleurs gaffé plusieurs fois, en renversant des boissons sur des gens notamment. Si cela arrivait à la Soul Society, j’aurai probablement passé de sales quarts d’heure. Mais ici, personne ne s’est énervé, au contraire. Certains semblaient même ravie que je vienne les essuyer ensuite. Je ne comprends pas encore très bien comment pensent les humains, mais je continue de découvrir bien des choses du Monde Réel. J’entendais dans le bruit de fond des discutions qui s’échangeaient sur la serveuse timide qui était parfaite dans son rôle. Etait-ce un fantasme humain ? En tout cas je n’ai pas été sermonné pour mes maladresses, cela me suffisait, même si ça n’a pas effacé la gène constante que j’ai ressenti jusqu’à la fin de la journée.

Une fois le Maid Café fermé, le patron m’a invité à manger avec Kaorie-sama pour me remercier de l’avoir aidé aujourd’hui. J’étais ce qu’il recherchait, et m’a même proposé un contrat. Je lui ai dit que j’y réfléchirai par politesse, mais je ne crois pas avoir envie de revivre quelque chose comme ça, mon cœur ne le supporterai pas, c’était vraiment trop gênant. J’ai reçu une paye, et après avoir remercié le patron, je suis allé aussi vite que possible chez Urahara-sama. Il accepté d’étudier mon cas, sous les rires frénétiques de Jinta-sama… Lui ayant raconté comment tout ceci est arrivé, il en a conclu que, ses pilules étant encore plus sous version d’essaie que finalisée, celle que j’ai avalé a dû être endommagée par le passage de la foule. J’ai comme l’impression d’avoir servi de cobaye. Urahara-sama m’a offert le couvert et le logis en dédommagement, en plus d’une autre pilule magique, afin que je puisse regagner ma forme spirituelle. ‘‘ Une pilule retravaillée ’’, m’a-t-il dit. Mais en fait, il m’a expliqué aussi le lendemain matin, alors que je me préparai à repartir, que seule la pilule était un dédommagement, et qu’il attendait de moi que je lui rende un petit service en retour de son accueil. Je m’étais encore fait avoir. J’ai donc passé la journée dans sa boutique, mes talents ménagers lui ont été très appréciables apparemment. Ce n’est pas vraiment un domaine dans lequel je m’attendais à exceller quand j’étudiais encore à l’académie, mais c’est toujours agréable à entendre, que les autres sont satisfaits du travail fourni. Le crépuscule arrivant, j’ai dû me résoudre à appeler mon papillon de l’enfer, et repartir vers la Soul Society.

Je n’aurai pas vu grand-chose du monde pendant ce séjour, mais je ne le regrette pas. J’ai quand même beaucoup appris en observant et écoutant les clients du Café où j’ai travaillé. C’était complètement différent du magasin où j’étais avec Ganju-san la première fois. J’espère cependant avoir l’occasion de visiter davantage la prochaine fois.

Pour l’heure, je vais maintenant profiter de ce qu’il reste de ma permission pour récupérer un peu.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 6:43


Revenir en haut Aller en bas
 

Le Journal d'un Septième Siège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» IMPORTANT : Journal recrute rédacteurs
» Journal de Hermione Blake
» tour de siège
» Journal d'un archéologue [PV]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-