AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Une journée de congé ? Nan. / LIBRE /

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 3 Déc - 1:25
Les cauchemars, l'insomnie. Deux opposés qui s'alliaient bravement contre Aizo. Quand il dormait, les cauchemars attaquaient ses nuits tel des mongols désirant détruire la grande muraille de Chine qu'était l'esprit d'Aizo. Et quand Aizo ne faisait pas de cauchemars, c'est qu'il n'arrivait pas à dormir. L'insomnie finissait le boulot des mauvais rêves, laissant Aizo avec des cernes creusées comme des tranchés. Kurosiki était dans ses quartiers et comme à chaque nuit ou il n'arrivait pas à dormir, il prit le livre, le seul souvenir matériel qui lui restait réellement de Kyryuu. (voir histoire fiche présentation) Aizo l'ouvrit et dessina, griffonna un peu. Il avait récemment appris à écrire correctement. Il en était fière, c'était un des rêves qu'avait portés Ryuu longtemps. Depuis peu, le Shinigamis pensait à changer ce livre pour un genre de journal. Kurosiki ne le voyait pas comme un journal secret, mais plutôt comme un journal ou il pouvait communiquer avec Kyryuu. Enfin, à l'époque il ne savait pas lire ni écrire, mais Aizo ne savait pas ce qui était advenu de son frère. Les humains mourraient et arrivaient à la Soul City. Alors, ou allait les âmes de la Soul Society qui mourraient ? Ca, il n'en avait aucune idée, mais au plus profond de son être, il espérait que Kyryuu sois dans un lieu ou il était bien et qu'il pouvait lire à volonté, peut-être même voir ce qu'Aizo faisait. Il se décida alors. Ce livre allait maintenant lui servir pour écrire à Ryuu. Aizo ne savait pas comment ''nommer'' le livre. Sans lui donner de nom propre, il ne pouvait pas dire que c'était un journal intime, ni un journal. Le Shinigamis considérait maintenant se livre comme un genre de mémorial au nom de Kyryuu. Même s'il venait à peine de décider de ne pas lui donner de nom propre, Aizo fut prit de l'envie de le nommer souvenir.
Des souvenirs, c'était tout ce qui lui restait de son frère après tout. Et dans deux semaines, il ne resterait que des souvenirs des jours précèdent. Souvenir... Il y en avait tant, tant de moments, tant de rires, tant de combats et maintenant, tant de larmes. Il regarda à sa droite, son arme reposait tranquillement adossé au mur.. < - Kyryuu No Maken- >. C'était le surnom de son Zanpakuto. Kyryuu en honneur de son vieil ami, et comme son Shikai se nommait Maken No Akita Ken, ou encore Maken No Akita Inu. (Les deux veulent dire chien si je ne me trompe pas ^^ ). Alors, le prénom de son Zanpakuto était Kyryuu No Maken, et Aizo préférait garder le nom de son Shikai secret pour l'instant. Depuis qu'il en connaissait le pouvoir, il était drôlement plus sur de lui lors des combats, mais décidait de l'utiliser le moins souvent possible. Aizo croyait que garder son Shikai le plus secret possible était le mieux pour lui. Après avoir perdu Ryuu, il accordait à peu de gens sa confiance. En fait, il ne croyait plus en personne. Ce qui Kyryuu n'avait pas réussi à changer, personne ne réussirait. Aizo avait connu l'amour fraternelle, plus puissant que n'importe quel amour, mais maintenant il n'avait plus envie de s'attacher. Le Shinigamis vivait maintenant pour venger son ami mort, agir un peu comme Ryuu l'aurait fait. Pour changer des choses. Kurosiki s'était rangé du côté des Shinigamis car il ne pouvait se ranger du côté des Hollows. À la base ils avaient tués son meilleur ami, puis avait tenté de le tuer lui-même. Pourtant, dans toute cette histoire, à qui revenait la faute? C'était le rôle des Shinigamis de défendre le Rukongai , non ? Si Kyryuu était mort, était-ce la faute des Shinigamis ou des Hollows ? C'est à ce sujet qu'Aizo ''adorait'' ou plutôt était porté à réfléchir ces temps-ci. Au final, n'était-ce pas un élément neutre? Ryuu était mort. Le problème d'Aizo était sentimental, car s'il regardait, hors de sa perception, ce n'était qu'une mort parmi tant d'autre.. Être juste, était-ce agir pour sois-même ou pour la masse ? Aizo sentait la douleur gagner les racines de son cerveau. Il avait besoin d'une pause, trop réfléchir c'est comme manger un steak trop cuit, c'est pas bon. (Voilà ma réflexion intelligente de la journée)

Kurosiki se leva, il possédait une armoire ou il rangeait plusieurs trucs. En particulier de la nourriture. Il n'avait pas réellement faim, mais aimait bien grignoter pour se changer les idées. Il se pris quelques craquelins et s'ouvrit une boisson dont il ne connaissait pas le nom, mais qu'il adorait boire. Aizo marcha silencieusement jusqu'en dehors du bâtiment et s'assit, les jambes étendues, tête vers le ciel. L'air était frais, le vent caressait la peau d'Aizo, respirer dans le silence semblait à ce moment-ci de la journée, si bon. Le Shinigamis ressentait quelques reiatsus, il n'était pas le seul encore réveillé, mais il était le seul là ou il était et la était toute l'importance. Son Zanpakuto était resté dans ses quartiers. La plupart des shinigamis n'auraient jamais osés sortir sans leurs Zanpakutos, puisque c'était plus qu'une arme, mais un symbole. Kurosiki , fini rapidement de grignoter. La nuit venait à peine de commencer, qu'allait-il faire ? S'entrainer..? Non, la paresse avait gagné son âme depuis trop longtemps pour s'entrainer, de plus, il serait trop fatiguer le lendemain et n'arriverait pas à remplir ses tâches correctement, aussi minimes pouvait-il les rendre. Écrire à Kyryuu, ce n'était pas une mauvaise idée. Enfin, il restait assis et calme et Aizo s'endormirait forcément sur le livre, se réveillant le lendemain avec de l'encre plein le visage. Puis, personne ne luit en ferait remarque. Il ne parlait à personne et semblait passer comme un fantôme dans la Soul Society. De plus, ces temps-ci, Aizo était in-habituellement très pâle, plus que de la neige, peut-être était-ce parcequ'il dormait peu, faisait des cauchemars et mangeait plutôt mal. Pourtant, sa puissance grandissait de jour en jour, il le remarquait et devenait de plus en plus apte à bien combattre, bien sur il était loin du niveau de Yamamoto, (faut pas rêver non plus) mais bref, tout ça pour dire que la force d'Aizo croissait malgré le manque de sommeille et de la mauvaise alimentation. Sans oublier, son manque de coeur à l'entrainement bien sur. Il n'était pas très doué en kido mais se débrouillait très bien à l'épé.

Sur ce, il rentra à l'interrieur. Son Zanpakuto n'avait pas bougé d'un poil, puis, personnement n'aurait pensé à le voler? Était-ce des choses qui arrivaient dans la Soul Society ? Le vole de Zanpakuto.. À chaque cité son crime non? Bref, Aizo ne croyait pas en le vole de Zanpakuto, (ce qui était plutôt une invention de son imagination qu'une réalité) plus qu'il croyait en le Père-Noël. Dans son antre, il possédait ce qu'il appellait : une boîte à musique. Aizo ne savait pas de quoi elle était faite, et comment fonctionnait-elle, mais un capitaine du Gotei 13 lui en avait procuré une copie quasi-exacte d'une boite à musique qu'il possédait lui-même. Il suffisait à Aizo de metre un énorme disque noir decu, abaisser un levier qu'il considérait comme le levier de la boite pour activer le disque et ainsi faire jouer de la musique. C'était de la musique du monde humain. Kurosiki était allé quelques fois dans la ville de Karakura, mais il n'avait pas vraiment eut le temps de faire les boutiques ou de regarder tous les trucs bizarres du monde humain et encore cela lui prendrait beaucoup plus de temps que ce qu'il pensait. Sur ce, il activa cette boite magique et laissa la disquette déjà installée tourner. L'aire de la musique était agréable à écouter, elle détendait les oreilles et relaxait doucement l'âme pertubée d'Aizo. N'ayant plus rien d'autre à faire, il décida d'arrêter de retarder l'inévitable et ouvrit le livre. Le shinigamis feuilleta les premières pages, revit les vieux dessins de Ryuu, certains devait être des animaux ou encore des lettres, Kyryuu n'avait jamais eu aucun talent dans l'art de dessiner ou d'écrire une langue qu'il ne connaissait même pas. Comme dit plutôt, Aizo lui avait finit par apprendre à écrire surtout pour rendre hommage à son défunt ami. Il dessinait par contre très mal. Après avoir trouvé une page vierge, il leva alors le crayon. Kurosiki hésitait entre poème, lèttre, mot d'adieu, souvenirs ? Il fit disparaitre extrêment vite le '' mot d'adieu'' de sa tête. Jamais Aizo n'admettrais officiellement sa mort, ni leur séparation. Il se mit alors à écrire d'une écriture très appliquée, comme si sa vie en dépendait.[/color]


''- Quand je suis arrivé à la Soul Society, on ma demandé si j'étais correcte, si j'allais mieux. Ma division avait un peu entendu parler de moi..Bien...surtout le Capitaine et le Lieutenant. Les autres étaient plutôt froid à mon égard. Le Capitaine et le Lieutenant..ca ma bizarrement rapellé nous deux. Évidemment tu étais le chef et moi j'étais ton bras droit. Tout était très bien ainsi. Je ne sais pas ou tu es, mais j'ai la conviction que tu arrives à comprendre ce que j'écrit ici. Alors tu as surement remarqué mes nouveaux pouvoirs..si seulement j'avais découvert cette force en moi plutôt, peut-être serions nous encore ensemble. Le hollow qui nous a attaqué était faible à ce qu'on m'a dit. Pour un shinigamis bien sur. Pour nous, de simple âme du Rukongai c'était toute une épreuve. Ils n'ont toujours pas compris pourquoi j'ai survécu. Mon abdomenne était pratiquement sectionnée en deux, j'avais plusieurs coupures profondes qui me faisait perde du sang à profusion et mon oeil droit a failli être crevé par les pâttes de ce monstre..sans oublier le trou que j'avais dans ma main. Bizarement, celui-ci c'est refermé, mais je porte toujours une cicatrice partant de mon front jusqu'à ma joue, passant par mon oeil. Bref, pour revenir ou j'en étais au debut ; on ma demandé si j'étais correcte, si j'allais bien, si j'allais mieux. Je n'ai pas su répondre à cette question. On me parlait surement de mon physique puisqu'aucun d'eux ne ta connu. J'ai répondu par un bref signe de tête, affirmant mon rétablissement. 5 mois ont passés depuis ta mort et je sens toujours les fissures dans mon coeur, dans mon âme. J'ai des souvenirs, de nos vieilles discussions, de certains moment qui m'avait marqués plus que d'autre. Comme la fois sous l'arbre. J'imagine que tu t'en souviens. Il devait faire 40 degrés dehors, moi pâle comme de la neige..comme toujours évidemment, j'avais de plus en plus de difficulté à marcher, alors je m'étais assis sous l'arbre. Je devais être proche de sombrer dans les vapes, je me souviens de quelques grésillements et de t'avoir demandé de l'eau. Et puis, toi torse nue, me fouettant avec ton chandaille me disant : < - Allez Kuri, sois un homme et marche sous le soleil, il rayonne pour nous ! - >. Ton sourire provoquateur et toi sous le soleil. D'en bas je te voyais comme un géant, tu semblais si imposant à mes yeux. Un homme bravant la chaleur, le froid, la peur. C'est fut l'une des premières fois ou je réalisa à quel point tu étais fantastique. Tu as amené tant de gens, qui ne se serait jamais parler à être dans la même pièce. Tu étais le médiateur à tout nos conflits, tu m'as appris à faire la paix avec les siens et a mener une guerre sans pitier à l'adversair. Je ne sais pas si..ce que l'on fesait à l'époque était bien ou mal...je ne sais pas si nous avons amélioré les choses ou si nous les avons rendu pires qu'elles étaient, mais je sais que si ça pouvait te faire revenir, je changerais tout de A à Z. Même si cela implique la perte de ma propre vie. En passant, j'ai toujours à me venger pour la fois ou tu avais mis de la boue dans mes bottes. Ou encore la fois ou tu avais remplis mon lit d'insectes... Je comprend pas pourquoi tu as eu à toucher à autant de vie, pour ensuite nous quitter sans avis, sans raison valable. Je suis parfaitement au courrant que c'est ma faute, même si tu ne me laisserais jamais dire ca. Je n'aimais pas réellement la vie avant de te connaitre et maintenant que tu es partis je ne l'aime plus dutout. J'ai décidé de rester en vie pour toi, en attendant de trouver un moyen qu'on sois réuni à nouveau. Si je me tuais par moi-même, ma conscience me fait croire qu'on ne serait pas à la même place, puisque tu n'es pas disparut par ta faute. Comme tu t'es battus , je me batterais. Jusqu'à ma mort. Ca va te parraitre encore plus bizarre, mais quand je me suis réveiller dans l'hopital, je croyais être mort aussi. J'ai eu ma rencontre avec mon Zanpakuto, qui s'apelle Kyryuu lui aussi, je ne crois pas que ce soit une coincidence mais bref, je sens la fatigue me gagner alors je t'expliquerais une prochaine fois. Alors, après ma rencontre avec Ryuu, (pas toi l'autre, le mec dans mon sabre), j'ai aperçu sur ma table de chevet ; ton livre et...l'anneau que tu portais. Je l'ai prise, l'anneau. J'ai remarqué pour la première fois que tes doigts étaient bien plus gros que les miens... Je l'ai attaché à une chaine de fer, j'espere que ca ne te dérange pas, je la garde dans mon cou quand je suis seul, mais quand je suis avec d'autres personnes je la range dans mes habits. C'est un objet trop précieux pour le regard des autres. Je ne leur fait pas confiance, ni au Shinigamis, ni au hollow.. ce monde n'est pas fait pour moi, j'ai hate de te rejoindre. Alala..en ce moment tu m'aurais dit : L'habit de fait pas le moine Kuri.

Et bien non, mais ta dispartion change bien des points de vues pour moi...

Je t'aime.
Aizo. -''

Le lendemain, Aizo se réveilla le visage colorié d'encre. Il ouvrit les yeux dans les environs de midi moins quart, Korisiki était déjà en retard. Le Shinigamis respira un bon coup et sentit une légère puanteur s'infiltrer dans ses narines. Il ouvrit rapidement l'unique fenêtre de sa minuscule pièce afin de changer l'odeur. Ça devait sentir pire que le renfermer puisque lui-même, ayant passé la nuit dans son antre et avait sentit l'odeur puante. Aizo secoua ses habits et les enfilas. Ensuite, il prit sa chaine et la rangea dans ses habits et ce au même endroit qu'il rangea le livre dans lequel il avait écrit hier soir. Le Shinigamis constata que ses habits étaient faits très judicieusement, ils étaient grands, lisse et permettaient de ranger quelques trucs dans des poches interieures. Dans n'importe quel autres sortes d'habits le livre aurait été très indiscret, mais dans ceux-ci, on ne voyait rien. Le quatrième siège de la 10ème division sortit de sa chambre à grands pas. S'il se souvenait bien, il devait allez prendre ses ordres auprès d'un officier mieux gradé que lui. Aizo n'était pas reconnu pour être un très bon Shinigamis, souvent en retard, blasé plus qu'autre chose, lui-même ne savait pas réellement ce qu'il faisait au sein de la Soul Society. Il n'accordait sa confiance à personne, il était froid et arrivait dans la division en sortant de nulle part. Un large sourire parut sur ses lèvres lorsqu'il se souvenu de la présentation que son Lieutenant avait fait de lui.

< -Division 10!.. Voici Aizo. Il sera votre 4ème siège... Il arrive directement de... euh...enfin..mmm...Enfin, la décision est celle du Capitaine et puis Kurosiki est un valeureux combattant, en espèrent que vous allez l'aimer autant que nous............->

Le 4ème siège avait remarqué le manque d'assurance de son Lieutenant pour le présenter. Enfin, il arrivait du Rukongai, il n'avait parlé à pratiquement personne et les événements l'avaient dépassé lui-même, alors il ne pouvait imaginer quelqu'un d'autre expliquer son cheminement, si même lui ne le comprenait pas.


Finalement, il était lui-même rendu dehors, son Zanpakuto ranger sur son flanc droit. Il marchait maintenant dans ce monde qu'il détestait tant et de plus en plus. Même si l'aire était douce et venait se frotter à son visage tel un chat désirant du Whiskas, Aizo trouvait tout de même le moyen de ressentir une certaine puanteur émanent du vent. Aujourd'hui semblait un jour pire que les autres.. Il en avait le pressentiment. Le 4ème siège sentait le sang qui coulait dans ses veines se réchauffer et l'adrénaline montée rapidement en lui, son corps réagissait à l'appelle de la violence. Comme à son habitude, ils uivit ses sens laissa son intuition le guider. Grâce au Shunpo il fut rapidement arrivé ou son intuition l'avait guidée. Il était chanceux, ses ordres du jour étaient d'aller observer le Rukongai un peu. Kurosiki était maintenant dans un village médiocre du Rukongai. Ce n'était pas lui où il avait grandit, mais c'était tout de même assez délaissé comme endroit, un peu comme si le Sereitei laissais ces habitants violents s'entre tuer eux même. Habituellement, faire une inspection du Rukongai signifait prendre une journée de congé, mais Aizo était maintenant face à face avec un Shinigamis qu'il ne connaissait pas et un personnage étrange, qui ne semblait pas êtres un Shinigamis conforme à la règle. C'était bel et bien un combat qui se déroulait sous ses yeux. Kurosiki n'arrivait pas à juger des mouvements de l'inconnu, possédait-il un katana, était-ce un Hollow? Un Arrancar ? Un Concordien ? Dans les deux reaitsu devant lui, il reconnaissait celui d'un Shinigamis, mais n'arrivait pas à saisir le reaitsu du mystérieux personnage qui combattait le Shinigamis.. Qui était-ce ?

L'instant fut bref, mais parrut comme une année, les quelques secondes ou Aizo regarda le combat se dérouler sans intervenir fut court. Au moment ou il voulut utiliser son Kido pour immobiliser le vilain, le 4ème siège n'eut que le choix de s'arrêter. Il ne savait pas s'il viserait bien et atteindrais l'inconnu ou bien le Shinigamis... Il ne pouvait pas se permettre de faire mourir l'un de ses compagnons d'armes. Même s'il n'y portait aucun attachement et qu'il ne connaissait aucunement le Shinigamis face à lui, Aizo était hésitant à causer la mort d'un allié. Habituellement Kurosiki aurait tout simplement tanté le coup et dans le pire des cas aurait abattul'ennemi de lui-même. En ce moment tout était différent. Il était face à une intrusion et un combat dans les murs de la Soul Society.. Tout ceci n'était pas normal, mais vraiment pas normal.




Dernière édition par Aizo Kurosiki le Jeu 3 Jan - 4:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 4 Déc - 0:16
La tension était pour beaucoup presque palpable dans l'entrepôt. Ce n'était pas tous les jours que deux gros bonnets d'organisations criminelles se réunissaient après tout. Chaque faction placée de part et d'autre de la salle se regardaient dans le blanc des yeux. Un blond, au visage sûr de lui, s'avança de quelques pas après que son patron le lui ai ordonné d'un geste de la main. Ce dernier essayait d'avoir l'air détendu, mais les auréoles de sueur sous ses bras en disaient long sur l'état de ses nerfs. C'était une transaction risquée, car l'échange qui allait avoir lieu allait bouleverser les rapports de forces des clans du monde souterrain régnant sur les quartiers du Rukongai, et les organisations rivales ne pouvaient pas forcément voir cela d'un très bon œil. D'un autre côté, la sécurité était maximale, une quantité peu imaginable d'hommes gardaient l'ensemble du lieu et de ses environs.

Arrivé à mi-chemin, le blond s'arrêta et jeta d'un geste négligeant l'attaché-case qu'il tenait en main en direction d'un moustachu richement vêtu. Ce dernier le foudroya d'un regard mauvais, ce qui n'effaça en rien le sourire de l'intéressé, puis claqua des doigts. Le rouquin à lunette présent à sa droite se baissa alors, et examina le contenu de la valise. Un hochement de tête confirma au moustachu que tout était claire. Un sourire révéla alors ses dents impeccables. D'un geste du doigt, il somma un autre homme d'avancer vers le blond, une mallette à la main. A l'instar de la première attaché-case, il la lança dans la direction de l'intéressé, qui l'arrêta du pied. D'un léger coup de talon sur le dessus, le blond l'ouvrit, ce qui ne fit étirer que davantage son sourire.

« Je vous remercie d'avoir prit soin de vous déplacer en personne, Dodonga-sama » annonça-t-il soudainement, ce qui troubla le silence de la salle. « Ashigetsu-sama. » ajouta-t-il ensuite en se tournant vers son patron. «  Je pense qu'avec ce que nous avons là, j'ai assez de preuves pour pouvoir assurément tous vous condamner. »

La salle entière braqua ses yeux vers le blond, que le comportement étrange laissa sans voix. Le blond dégaina alors le court sabre attaché à sa ceinture, et le jeta vers le sol. A peine la lame s'était-elle plantée dedans qu'une trentaine de Keigun firent leur apparition un peu partout dans l'entrepôt. Efficace et meurtrière, l'élite de l'Onmitsukido avait déjà neutraliser une bonne partie des hommes de mains de la salle avant que ces derniers ne commencent à réagir. Et ce fut la panique.

« Toi... » grogna Dodonga en dévisageant le blond.

Celui-ci avait effacé son sourire, remplacé par un visage aussi froid que la mort. Ce fut la dernière chose que le moustachu vit. Il n'avait réalisé le coup blanc qu'on lui avait porté à la gorge qu'en s'écroulant durement contre le sol, le souffle coupé. Le blond attrapa le Zanpakto que l'un des Keigun lui lança, et partit en traque de son ''patron'', lequel n'avait pas attendu son reste pour prendre la fuite. Le bâtiment était encerclé, il ne risquait donc pas de s'enfuir bien loin, mais il avait un petit compte personnel à régler avec lui, qui n'aurait rien de très professionnel. Traversant la salle d'un shunpo, il emprunta la seule sortie accessible, et très vite, au détour d'un couloir, il trouva sa cible. Acculé contre un mur, ce dernier le regarda, incrédule.


« Hogara... pourquoi... ? 
_Tu n'as toujours pas comprit ? »


Le blond porta la main à son visage, et d'un geste, arracha le masque qu'il portait. La fausse peau s'écrasa sur le sol dans un bruit légèrement spongieux, et révéla alors le visage de l'imposteur. Le blond de ses cheveux céda sa place à un bleu pâle, dont les mèches encadraient son visage tatoué sous les yeux.


«  Tu serais surpris de savoir tout ce que la Douzième Division est capable de faire. » répondit Natsuki à la question muette d'Ashigetsu.

Le shinigami se racla la gorge, visiblement satisfait de retrouver sa véritable voix, avant de s'avancer vers le caïd.


************************


Face à une poignée d'hommes, le Vice-Capitaine distribua ses consignes. Maitriser la situation dans l'entrepôt n'avait pas prit plus d'une demi-heure. Tous les criminels avaient pu être mis hors d'état de nuire, et attendaient désormais sagement ligotés et/ou assommés que l'unité chargée de les rapatrier viennent les chercher. Néanmoins, l'opération n'était pas encore tout à fait terminée aux yeux du shinigami. En effet, un homme de main s'était fait la malle, un mercenaire bien trop dangereux pour être laissé en liberté, voire trop dangereux pour être seulement laissé en vie. Il avait eu l'occasion de le voir à l'œuvre pendant son infiltration. C'était un habitant du Rukongai, mais dont la force égalait largement la sienne. Et comme lui, pratiquant du hakuda.

La chasse ne dura pas longtemps. Même talentueux, le mercenaire n'était parvenu à effacer toute trace de son passage. Natsuki, expert en traque, n'eut pas de difficulté à le retrouver, une heure plus tard seulement. Il était dans une rue du Rukongai, dans le Vingt-huitième District, déguisé à l'aide d'une vieille cape élimée qu'il avait dû trouver durant sa fuite. Il ne trompa son chasseur cependant. Même sous une autre apparence, même avec une autre démarche, boiteuse, il était entré dans le collimateur de l'assassin : le monde n'était plus assez vaste pour le cacher.

Furtif, il fondit sur lui, le sabre prêt à frapper, sans aucune pulsion meurtrière. Et pourtant, le mercenaire évita l'assaut mortel de dos, en repoussa la lame d'un coup pied rotatif, pour ensuite loger le deuxième dans la tempe de son assaillant. Natsuki lâcha son arme, et para le coup porté en direction de sa tête de son avant-bras. Sa main s'enroula autour du tibia, et lui offrit un court point d'appui pour sauter par-dessus la jambe levée en une demi rotation du corps, logeant dans le mouvement ses deux pieds dans le visage du mercenaire. Et sans attendre, à peine avait-il retrouvé le sol qu'il utilisa sa prise sur la jambe pour le projeter au sol. Le mercenaire prépara sa chute en posant une main à terre, et se dégagea prestement du Vice-Capitaine à l'aide de son autre pied, duquel il frappa l'avant bras de son adversaire. Dans un mouvement similaire à celui des pâles d'un hélicoptère, il agita ses jambes, forçant Natsuki à prendre de la distance, et se releva. La capuche de sa cape recouvrant tout son corps était tombée. Un fin sourire sur les lèvres, il toisa le shinigami. Cheveux noirs et coupés courts, le contour de sa tête était par contre rasée. La paire de lunettes qu'il portait habituellement avait déjà volé en éclat lors du précédant assaut de Natsuki.


« Nous avons des comptes à régler, n'est-ce pas ? Tu m'as toujours parut suspect, et je ne t'ai jamais aimé. Mais nous sommes au dessus de cela désormais, je me trompe ? Tu es là parce que tu me crains, parce que tu sais que je te suis supérieur. Tu espères gagner du temps pour que tes hommes puisses arriver te sauver. Si ce n'est pas pathétique. »

Dans un geste ample, il arracha sa cape, laquelle révéla ses vêtements et sa carrure forte. Vêtu d'un pantalon noir, il arborait une chemise blanche dont les deux premiers boutons du col étaient ouvert, laissant voir la chaine d'un collier. L'assassin le connaissait cependant assez pour avoir envie de perdre du temps en observation. Affichant son masque de glace, lequel indiquait la mort de toute émotion, de tout sentiment, de toute pensée parasite, il ignora tout bonnement la provocation alors qu'il lui fonça dessus d'un shunpo. Sans doute le mercenaire, Kijuro, pensait-il surprendre le Vice-Capitaine en utilisant la cape comme bouclier visuel, car il rencontra à mi-parcours ce dernier, où leurs poings s'entrechoquèrent.

Le reiatsu se densifia encore dans l'atmosphère, si bien que, les rares et lointains badauds encore présents décidèrent de mettre les voiles, laissant le combat à mort sans spectateur autre que les deux concernés. Et les coups fusèrent. Similaire au style de Natsuki, Kujiro était très souple sur ses appuies, et parvenait pourtant à délivrer de puissantes frappes. Chaque coup donné se trouvait opposé à une parade appropriée, chaque attaque passant le mur de son adversaire se voyait rendue. D'un point de vu exterieur, il était impossible de les départager. Tout deux semblaient sur un pied d'égalité parfait : la technique, la force, la vitesse. Le vainqueur du duel ne gagnera pas grâce à son corps, mais avec son esprit. Le premier à qui la concentration fera défaut perdra le combat autant que la vie.

Natsuki frappa du tranchant du pied le tibia de son adversaire, lequel l'esquiva en inversant la position de ses jambes, puis enchaina sur un puissant uppercut. Dans le même mouvement de rotation, il tourna sur lui-même en effectuant trois coups de pieds circulaires. Kujiro s'esquiva d'un rapide pas en arrière, puis revint à la charge, contrant l'assaut d'un coup de poing direct dans les côtes, suivit d'un deuxième venant rejoindre le premier pour une double frappe avec les paumes. L'assassin bloqua la troisième attaque, une frappe du pied au même endroit, en la coinçant entre entre son bras et son flanc. Trois coups puissants de son pied opposé vinrent alors ponctuer la trajectoire ascendante jambe-côtes-tête à chaque extension de sa jambe. Le coup dirigé vers le crâne fut cependant repoussé par le mercenaire, qui profita du déséquilibre de son adversaire pour libérer sa jambe d'un bond, plaçant le talon de son pied dans la mâchoire ennemi. Il tomba à plat dos sur le sol, les genoux repliés, avant de se détendre comme un ressort, et de frapper l'assassin dans le ventre, le repoussant au loin. Utilisant le contre-coup de son attaque, une roulade arrière le ramena bien vite sur ses pieds, prêt à nouveau à en découdre malgré les quelques traces sanguinolentes sur son visage. Remit du choc initial, Natsuki revint au contact en effectuant une roue sans l'aide de ses mains, et glissa à la réception l'une de ses jambes dans la garde de Kujiro, frappant comme reçut dans le ventre. Sauf que, chargée quelque peu en énergie, le coup fut bien plus puissant qu'espéré par le mercenaire, qui se plia sous l'impact. Tout comme la jambe du Vice-Capitaine en réalité, qui se tendit à nouveau dans un grand écart facial avant de tomber lourdement sur le dos de sa victime. Le coup destructeur fut cependant éviter par le mercenaire, qui se laissa chuter au sol, pour frapper du plat du pied la jambe d'appuis au niveau de la cheville. Natsuki glissa alors sur le sol, pour atterrir sur le poing tendu de sa cible. Il s'évita le rude choc en y opposant son propre poing, et passer ainsi par-dessus lui, pour se réceptionner sur ses jambes.

C'est alors qu'il perçut une présence. Bien qu'il ne le voyait pas directement, il avait très vite localisé l'intrus, un shinigami en l'occurrence. Fort heureusement, ce dernier préféra ne pas intervenir dans le duel. Kujiro, lui, ne fit pas preuve d'autant de sang froid lorsqu'il vit Aizo. Quittant des yeux une seule demi-seconde l'assassin, il réalisa que c'était fini pour lui. Natsuki le repoussa avec force contre un mur d'une combinaisons d'attaque se terminant par un poing violent. Et à peine avait-il terminé son rebond que le Vice-Capitaine était déjà à nouveau sur lui. Ou plus exactement, derrière lui. Les deux pieds appuyés sur le mur et ramassé en boule, Natsuki était à hauteur de la tête du mercenaire. Une main s'encra fermement sur le haut du crâne de Kujiro, et dans l'impulsion contre la parois, il le força à s'abattre contre le sol nu, face la première. Et aussitôt la chute finie, sa deuxième s'enfonça en partie dans la terre, se fixant à la mâchoire du mercenaire. Le mouvement de retour sec fit résonner un net * crac *, son significatif de la nuque se brisant par rotation.

Se relevant alors, Natsuki jaugea de son regard vide de tout, vide de vie le nouveau venu, avant de s'épousseter, et de frotter du revers de sa main le sang qui maculait son visage ecchymosé.

« Je vous remercie de ne pas avoir tiré. » annonça-t-il avec une voix sympathique, comme si ses traits venaient de ressusciter.

Il ne l'avait pas vu, et pourtant, il savait très bien ce à quoi avait songé le Quatrième Siège en esquissant un geste qui avait provoqué une légère fluctuation d'énergie, signe d'un kido en préparation, ou plutôt, de l'énergie se canalisant juste avant le début d'une incantation. Même s'il ne paraissait concentré que sur une seule chose, sa cible à abattre, l'assassin restait très conscient de ce qui l'entourait, exploitant au mieux les nouvelles données, et s'évitant ainsi d'être prit au dépourvu par un invité surprise ou une attaque particulière.

Il s'avança vers Aizo avec un sourire amicale, comme si le cadavre laissé derrière lui n'avait jamais existé, comme s'il revenait d'une ballade plutôt que d'un meurtre, ramassant son zanpakto au passage.


« Vice-Capitaine Kurodo, de la Deuxième Division. »
se présenta-t-il. « Hum, ne faites pas attention aux vêtements, j'étais en pleine infiltration pour l'arrestation d'un gros poisson de la pègre. C'était l'un des fuyards. » indiqua-t-il ensuite du pouce par-dessus son épaule, pointant le corps.

En effet, Natsuki ne portait pas les vêtements qui lui étaient habituellement connu. Au lieu de la tunique des Keigun, il était vêtu d'un T-shirt à manche longue noir, surmonté d'un veston – sans manche lui – en cuir brun. Ses deux mains dégantées, il en tendit une en direction du shinigami, l'invitant à la lui serrer, et posa l'autre sur sa hanche, là où s'enfilait son pantalon de matière et couleur similaire à son haut.


« Je vous dois en partie ma victoire j'imagine. J'aurai sans doute réussi à le battre à terme, mais au moins cela s'est terminé rapidement. »

Il jeta un rapide coup d'œil au physique de son interlocuteur, de haut en bas, puis lui demanda en revenant à ses yeux :

« Je ne crois pas vous connaître. De quelle Division êtes-vous ? »




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 8 Déc - 13:58
Son coeur battait rapidement, le Shunpo l'avait légèrement fatigué. Au moment ou il aurait pu tirer, Aizo c'était retenu. Le combat qui se déroulait devant Kurosiki était tout simplement magnifique. Celui-ci regretta même de ne pas être arrivé plutôt car, le combat semblait s'achever. Le fuyard semblait être très fort, probablement plus qu'Aizo. Les deux adversaires qui s'affrontaient dans une lutte resplendissante semblait en parfait équilibre, jusqu'au moment ou le nouvelle arrivant fut repéré. Évidemment le 4e siège était arrivé d'une façon nonchalante , ne camouflant même pas son Reiatsu. Encore une fois il avait foncé sans penser au danger, c'était son plus gros défaut lorsqu'il était temps de parler combat. Certe Aizo réfléchissait vite, mais il avait encore beaucoup de progrès à faire encore à ce sujet. Bref, il se savait repéré des deux guerriers face à lui. Celui qui l'avait regardé du coin de l'oeil avait courut à sa perte en détournant son regard du Shinigamis devant lui. Celui-ci était beaucoup trop fort pour être traité ainsi et être pris à la légère. D'un combo qui impressionnât grandement Aizo, grâce à une belle projection à l'aide du mur, le Vice-Capitaine fit réellement mordre la poussière à l'homme de la pègre. Après s'être assuré de la mort de son ennemi, le Shinigamis n'eut nul besoin de s'avancer vers Aizo pour s'adresser à lui. Soudainement, sa voix résonna aux oreilles de Kurosiki et le sortirent de ses pensées.

« Je vous remercie de ne pas avoir tiré. » Le Vice-Capitiane semblait maintenant plus humain qu'une trentaine de secondes auparavant. Il semblait être un homme possédant deux personnalitées, une pour le combat et une pour ''la vie de tous les jours ''. Enfin, peut-être Aizo se trompait-il aussi.

Le 4e siège déposa son regard dans celui du Vice-Capitaine. Qui était-il? Bien sûr c'était un homme fort, un très bon Shinigamis, mais ce qui perturbait légèrement Aizo était l'assurance que dégageait l'homme face à lui. Il avait prédit les mouvements de Kurosiki sans même le regarder. Natsuki était maintenant remplit d'émotion, un sourire maquillait son visage. Le Shinigamis délaissa le cadavre pour s'avancer vers Aizo qui bizarrement ressentait un certain malaise. Ce n'était pas la puissance de l'officier face à lui qui l'écrasait, ni même sa prestance, mais plutôt sa concentration. Celui-ci semblait apte à être concentré sur tout à la fois sans même le laisser parraitre. Aizo gardait un visage vierge à l'exception de son sourire en demi-coin, créant une fossette dans sa joue droite. Les sourcils parfaitement dessinés sur le magnifique visage d'Aizo se froncèrent légèrement alors que l'homme se présenta à lui .

« Vice-Capitaine Kurodo, de la Deuxième Division. » se présenta-t-il. « Hum, ne faites pas attention aux vêtements, j'étais en pleine infiltration pour l'arrestation d'un gros poisson de la pègre. C'était l'un des fuyards. » indiqua-t-il ensuite du pouce par-dessus son épaule, pointant le corps.

Aizo prit un bref moment pour respirer et réfléchir rapidement à ses paroles. En fait, il ne savait même pas pourquoi il se sentait aussi stressé, Kurosiki ne l'avait jamais été auparavant, pas devant son Capitaine, pas devant son Lieutenant et pas devant le reste de la division alors qu'il arrivait tout bonnement comme ça au sein de la 10e division.

« Aizo Kurosiki, 4e siège de la 10eu division.» Le 4e siège avait fait exprès de prononcer son nom avant son grade. C'était pour lui une question de valeur, il préférait changer un peu le protocole, mais continuer de se prononcer avant son rang. Sans savoir pourquoi, il ressentait le besoin de le faire. « Habituellement, je juge par la puissance et non par les accoutrements... vous avez tout mon respect.» Aizo s'était prononcé d'un ton poli et cordial, invitant à ouvrir une simple discussion entre les deux Shinigamis.

Bref, le temps commençait à se rafraîchir, le Shinigamis avait encore perdu la notion du temps, ça lui arrivait souvent. Il sortit son Zanpakuto au complet d'un geste très lent qui aurait pu paraître exagéré si le visage d'Aizo ne paraissait pas si fatiguer suite à ses récents problèmes de sommeilles. Alors, le 4e siège sortit son Zanpakuto avec le fourreau inclus et se gratta la tête avec.. Il n'avait aucune idée de quoi dire ou quoi faire, c'est alors que le Shinigamis posa ses yeux dans ceux du Vice-Capitaine face à lui, pendant un bref instant il tenta encore de le scruter. Qu'avait-il en lui qui intriguait tant Aizo? Le 4e siège ne laissa pas paraître ses émotions, mais continua de se questioner en permanence durant le 10 secondes qui parrurent comme des heures à Aizo. Natsuki semblait, aux yeux de Kurosiki, froid et chaleureux à la fois. Comme tout bon guerrier il devait certes garder un côté pour le combat et un autre pour les alliés.. Le 4e siège n'arrivait pas à lire correctement en lui, Kurudo était un vrai mystère qui vivait devant Aizo. Le Shinigamis détourna légèrement son regard pour paraitre moins directe et puis pris la parole puisque leur rencontre se dirigeait vers la fin et qu'il n'avait pu déchiffrer le Vice-Capitaine.

« Mes ordres de la journée étaient d'aller veiller un peu sur ce district du Rukongai.. Déjà, à l'habitude c'est un peu comme une journée de congé, mais puisque vous avez éliminé la plus grande partie de la pègre, j'imagine que mon devoir ici sera moindre. Puis-je vous offrir mon aide pour la journée ? » Aizo s'était prononcé avec respect et humilité, mais l'intention que ses idées soient acceptées étaient clairement présente dans sa voix et dans la gestuelle qu'il avait utilisé pour s'exprimer.

L'idée de lancer un défie au Shinigamis face à lui avait brièvement traversée son esprit, mais il savait le combat perdu d'avance et Aizo n'avait aucune raison valable de lever son Zanpakuto.. Son Zanpakuto.. Le 4e siège avait encore celui-ci sur la tête, se grattant à une vitesse frôlent l'immobilité, la présence de son arme sur sa tête avec complètement disparut de ses pensées.. Rapidement et avec un peu de gêne, l'homme de la 10e Divison rangea son Zanpakuto dans ses habits de Keigun, on ne voyait maintenant que la garde de l'arme qui brillait d'une couleur bleue pâle (cyan). Le vent se leva et souffla dans les cheveux d'Aizo comme dans ceux du Vice-Capitiane. Les deux hommes étaient toujours face à face et la pluie commença à tomber. C'était un rafraichissement total, jusqu'à présent la journée était d'une extrême chaleur et la pluie qui arrivait de nulle part, tombait sur leurs têtes comme un cadeau. L'aire devenait fraiche et bonne.

« Et si on marchait un peu ? À moins que vous soyez occupé encore ?» Peut-être qu'avec une petite ballade, Aizo réussirait à percer les défenses mental de son compagnon et peut-être même réussirait-il à créer des liens ? Le 4e siège n'avait toujours pas eu d'ami depuis le décès de Kyryuu et il n'en avait pas réellement envie. Par créer des liens, il entendait se faire au moins un alliés, peut-être un jour les choses tourneraient peut-être mal. Aizo l'avait appris. La vie était ainsi faite, comme une montagne russe, des hauts, des bas et la peur. La peur, c'était un élément marquant de la vie d'Aizo, il trouvait une certaine peur dans tout, parfois minime, parfois très grande, il la trouvait même lorsqu'il levait son arme pour combattre, sans autant être faible. Kurosiki savait que dans la peur, se trouvait une très grande force qu'il devait apprendre à manier et contrôler afin d'acquérir un niveau de combat supérieur.

Sans même attende le Vice-Capitaine, Aizo tourna légèrement les talons, invitant celui-ci à le suivre, il ne savait pas trop ou ils iraient, mais un pressentiment le hantait. La journée était loin d'être fini et puis lui et Natsuki allait probablement avoir appris à se connaitre d'ici la fin de la journée et Aizo espérait réellement se faire un allié au sein du Sereitei. De plus, celui-ci était Vice-Capitaine, un haut rang parmi ces gens qui respectaient tellement la hiéarchie, certes il était loin d'avoir l'influence d'un Capitaine, mais Aizo saurait placer les pièces si jamais il en éprouvait le besoin. Bref, après les quelques pas qu'avait fait Aizo, il se retourna pour regarder le Capitaine qui était jusqu'à l'instant toujours derrière lui.

« Je ne voulais pas avoir l'air de donner des ordres non plus. Désolé Vice-Capitaine Kurudo. En fait, je suis nouveau dans le Gotei13, je suis arrivé il y a 5 mois et mes supérieurs mon surtout laissé de la paperasse pour l'instant puisqu'ils n'ont pas eu la chance de voir mes vraies compétences. Je sais que les temps sont troublé par une certaine organisation.. la concorde je crois, mais ces dernier temps c'est relativement calme au sein de ma division. Alors, si vous avez un peu de travail physique à m'offrir, je ne refuserais pas. Je n'ai rien d'autre à faire pour l'instant. » Aizo offrit un rare sourire au Vice-Capitaine. Il n'y avait aucune trace de chaleur dans son sourire ni même d'amabilité même, mais le ton de voix d'Aizo lui avait été chaleureux et aimable. Son attitude physique était bizarre, Aizo devait faire beaucoup d'effort pour être avec d'autres Shinigamis sans avoir l'air d'un barbare ou d'un guerrier sans émotion. C'est pour ça qu'il avait choisi la 10e Division, car comme c'était la division qui était en gros, en charge des actions militaires de le Soul Society. Les yeux d'Aizo se déposèrent sur Natsuki, les manches de son shihakushō suivait la force du vent. Il attendait alors une réponse.


( Désolé de l'attente, j'ai eu une semaine de fou )


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Dim 9 Déc - 1:29
Le geste d'Aizo pour sortir son zanpakto fut lent, très lent. L'assassin aurait eu le temps mille fois d'arrêter son mouvement en lui saisissant le poignet, et de le frapper mortellement, comme il le faisait habituellement. Mais son interlocuteur ne dégageait aucun pulsion meurtrière, rien qui ne le poussait à croire que le Quatrième Siège portait sa main au manche de son arme dans une intention hostile. Aussi, il ne fit pas preuve de plus de précaution que celles nécessaire à le maintenir en vie. Il se permit néanmoins de le conseiller sur un ton complice.

« Faites attention lorsque vous prenez votre sabre en main de la sorte. Les personnes avec qui vous discutez dans ces moments là pourraient se sentir menacer. Les incidents fâcheux arrivent bien vite. »

Il secoua ensuite négativement la tête en entendant Aizo qualifier sa tournée de patrouille de '' jour de congé ''.


« Vous devriez vraiment vous méfier, Kurosiki. » dit-il en pointant à nouveau le cadavre. « Les shinigami ne sont pas les seules entités puissantes de la Soul Society. Le Rukongai regorge d'êtres dont la force nous égale ou nous dépasse très largement. Dès gens qui sont très souvent aux services d'individus peu recommandables. Et voir un shinigami dans les environs n'est jamais perçu comme de bonne augure pour eux. Qu'est-ce qui vous dit que moi... »

Il s'arrêta dans sa phrase pour pivoter avec vitesse vers le Quatrième Siège, et frappa d'un coup fulgurant du poing qui s'arrêta de justesse contre son vêtement, sans causer de dommage

« ...je suis bien un Vice-Capitaine, et non un mercenaire payé pour éliminer les gêneurs ? »

Natsuki eu un petit rire, alors qu'il se remettait en position plus propre à la discussion.

« Je plaisante bien sûr. Mais seulement pour la deuxième partie. Faites attention à vous, l'on ne sait jamais quand le danger vient rôder. »

Dans un sourire, il se retourna pour se diriger vers le corps de Kujiro, qu'il souleva d'une main en agrippant sa veste dans le dos et installa sur son épaule. La pluie choisit ce moment pour commencer à tomber, une fine bruine d'été venu rafraichir une atmosphère pour le moins étouffante de chaleur. Le genre de petit plaisir traitre qui trempait bien vite les vêtements, les rendant inconfortables.

« Non, ma journée touche plus ou moins à sa fin, vu que la pêche a été plutôt bonne. Je dois juste déposer mon charmant partenaire auprès de mes hommes, dans le Vingt-Sixième District. Je ne vais pas laisser un cadavre en pleine rue, cela ferai mauvais genre. Si vous avez le temps, vous pouvez m'accompagner, cela nous permettra de discuter un peu. »

L'assassin rejoignit alors Aizo, et fit glisser le long de son bras le corps du mercenaire. Les pieds trainaient par terre, alors qu'il le soutenait en passant le bras de ce dernier autour de ses épaules, son propre bras maintenant Kujiro sous l'aisselle. Pour tout regard extérieur, il ne s'agissait là que d'un shinigami escortant deux civils, dont l'un soutenait un ami, une connaissance ou un proche blessé. Talentueux en déguisement, Natsuki prouvait une fois encore qu'il savait donner l'apparence qu'il voulait à la réalité.

Il jeta un coup d'œil vers ledit shinigami, alors qu'il lui parlait. Il le rencontrait pour la première fois, aussi il voulait se faire une idée de la personne qu'il était. Et cela ne se fait pas simplement en l'écoutant parler. Beaucoup d'informations se transmettent autrement que verbalement, du visage à la posture, en passant par la gestuelle. Il ne tarda donc pas à remarquer une inadéquation entre la voix, les paroles et le faciès de son interlocuteur. Il ne le releva cependant pas immédiatement. Il avait l'air un peu mal à l'aise. Était-ce Natsuki en tant que personne qui le mettait mal à l'aise, ou bien était-ce son grade ? Il s'essaya alors à le détendre un peu en ouvrant la conversation
.

« Alors comme ça vous êtes encore un fraîchement sortie de l'Académie ? Vous devez avoir un certain talent pour être promu déjà au rang de Quatrième Siège après seulement cinq mois. Cela aiguise ma curiosité. Si je peux me montrer indiscret... » – il le pouvait, car en tant que chargé du réseau d'espionnage, il lui était tout à fait possible de se procurer son dossier jusqu'à son entretien psychologique - « ...qu'est-ce qui vous a poussé à entrer au service du Goteï ? Si c'est un rêve, restez y bien accroché, quoi qu'il arrive, c'est ce qui vous fera aller loin. Car hélas, la réalité vient souvent heurter de plein fouet pour mettre à mal cet idéal, environ un an après ses débuts. C'est pourquoi je ne peux que vous conseiller de protéger les rêves que vous avez, et de rester fidèle à vous-même, vous n'aurez jamais de regret. »

L'assassin regarda vers le ciel, l'air pensif, alors que la légère pluie de toute à l'heure revenait déjà à l'état de quelques gouttes perdues.


« Un travail physique à vous offrir ? Hum... J'aurai peut-être quelque chose si vous avez un peu d'énergie à dépenser. Mais j'ai besoin de d'abord passer rejoindre mon groupe. Restez avec moi, je vous expliquerai tout en détail une fois sur place. Car j'avoue être intrigué par le jeune talent que vous semblez être. »


Comme il l'avait dit, Quatrième Siège après cinq mois de service seulement n'était pas quelque chose dont tout le monde pouvait se vanter. Lui-même avait mit plus d'une année avant d'atteindre le Septième rang. C'était donc la curiosité qui allait guider la suite de l'après-midi, savoir si ce Aizo avait sincèrement le niveau minimal que délimitait son rang, ou bien s'il s'agissait d'un remplissage de poste pour combler des trous, responsable souvent de désordre et de fragilité au sein de la Division. Bien sûr, même dans ces cas express, n'importe qui n'était pas sélectionné : car dans le cas inverse, c'était pire que de la fragilité, c'était carrément abattre le système en l'empoisonnant de l'intérieur.


« Cela vous permettra même de gagner quelques points auprès de votre Division.»




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Lun 10 Déc - 2:58
Le coup de poing du Vice-Capitaine arrêta sec, à quelques millimètres du ventre d'Aizo. Kurosiki resta surpris quelques instants et un sourire peintura ses lèvres. Natsuki avait raison d'une manière ou d'une autre, le 4e siège avait été insouciant et avait négligé son travail. Les avertissements de Kurudo étaient justifiés et Aizo se promis d'y réfléchir un peu plus tard. Il se sentait de plus en plus à l'aise avec la présence face à lui. C'était bien évidemment un Shinigamis avertit et d'expérience, enfin, s'il n'était pas d'expérience au sein du Gotei13, cela ne parassais aucunement. La pluie était toujours présente et maintenant Aizo commençait à la trouver fatiguante. Ses vêtements étaient légèrement trempés, du coup ses sandales et ses bas aussi. Le 4e siège détestait avoir les bas trempes, ce n'était pas agréable lorsqu'il avait à se déplacer et pensa quelques secondes à les retirer,mais se souvint qu'il ne connaissait encore aucunement l'homme face à lui et Aizo ne voulait pas paraître encore plus bizarre qu'il avait déjà l'aire. Bref, Aizo rangea son Zanpakuto, alors qu'il se répétât mentalement les avertissements du Vice-Capitaine sur le fait de garder son Zanpakuto à sa place, tout en se souvenant de son expression négative alors qu'Aizo avait qualifié sa journée de patrouille comme une journée de congé.

Natsuki eut un lègé rire, qu'Aizo aurait qualifié de ricanement. Alors qu'un sourire éclaira le visage du Vice-Capitaine Kurudo, celui-ci se dirigea vers le corps de sa dernière victime. Aizo hésitât à lui porter son aide, mais comme il ne savait pas ce que comptait faire Natsuki, il laissa le temps filer. Ce fut un bon choix, Kurudo revint vers le 4e siège avec le cadavre dans ses bras. Il avait ainsi l'aire de transporter un ami ou une connaissance inconsciente et Aizo paraîtrait comme un simple figurant normal dans cette scène, puisqu'il n'était pas impossible d'avoir un Shinigamis à ses côtés quand on avait un problème, aussi minime soit-il. Bref, les deux Shinigamis avancèrent légèrement, Aizo accepta d'un signe de tête l'offre du Vice-Capitaine, qui désirait que Kurosiki l'accompagne vers le vingt-sixième District. Ils marchèrent alors lentement en direction de celui-ci, en même temps que la pluie s'estompait pour devenir que de simples gouttellettes. Kurosiki semblait alors détendu, en tout cas, plus qu'au début de leur entretien.

« Alors comme ça vous êtes encore un fraîchement sortie de l'Académie ? Vous devez avoir un certain talent pour être promu déjà au rang de Quatrième Siège après seulement cinq mois. Cela aiguise ma curiosité. Si je peux me montrer indiscret... » – il le pouvait, car en tant que chargé du réseau d'espionnage, il lui était tout à fait possible de se procurer son dossier jusqu'à son entretien psychologique - « ...qu'est-ce qui vous a poussé à entrer au service du Goteï ? Si c'est un rêve, restez y bien accroché, quoi qu'il arrive, c'est ce qui vous fera aller loin. Car hélas, la réalité vient souvent heurter de plein fouet pour mettre à mal cet idéal, environ un an après ses débuts. C'est pourquoi je ne peux que vous conseiller de protéger les rêves que vous avez, et de rester fidèle à vous-même, vous n'aurez jamais de regret. »

Aizo sourit aux questions du Vice-Capitaine. À vrai dire, il n'était pas sûr de comment tout s'était déroulé et si le protocole avait été suivi. Il n'avait affronté que des Shinigamis de l'école, avec des Katanas en bois dans un art dont il avait oublié le nom. Alors, tout en marchant, Aizo tenta de répondre aux questions de Natsuki, en étant le plus honnête possible. Mentir ici ne le mènerais nulle part.

« Je n'ai pas réellement passé par l'Académie.. Je crois qu'il avait un trou à boucher et que ma puissance convenait à ce niveau. Bien sûr, on m'a fait passer quelques testes, mentaux et physiques, dont on ne m'a jamais donné les résultats. On m'a tout simplement dit que je passais les tests et que je pouvais prendre les fonctions de Quatrième siège.. »
Aizo parla d'un ton réfléchis, car sa mémoire avait tant essayée de dissimuler les passages horribles de sa vie avant de devenir un Shinigamis, que celle-ci lui jouait maintenant des tours. Il s'éclaircit la voie en frottant sa gorge de sa main droite et reprit la parole.
«En fait, j'arrive directement du Rukongai. La-bas, j'ai été attaqué par un Hollow. Aizo ne parla pas de l'histoire de son meilleur ami décédé.»

Cela aurait fait une bonne histoire à compter, en plus de passer le temps mais, le 4e siège n'avait aucune envie de revivre des passages mémoriaux de cette époque. Et j'ai failli mourir.

« Heureusement, j'ai été sauvé par des Shinigamis qui avaient détecté la menace et amené d'urgence au centre de soin puisque j'étais près de la mort. J'ai ensuite bizarrement découvert mon Zanpakuto et la force de mon Reiatsu. Et... Merci des conseilles. Je m'assurerais de les respecter. Par contre, je dois vous avouer que je ne suis pas ici avec un rêve, j'ai des buts encore remplis du brume dans mon esprit. Pour l'instant je suis plutôt perdu dans ma façon d'agir. Alors, je suis les ordres en m'efforcent de ne pas devenir un robot au total contrôle de ses supérieurs. Bref, je m'éternise sur un sujet qui ne mérite pas d'être discuté. J'imagine que je suis ici, car c'est ainsi que la souhaité la vie. Pour l'instant je me fie au destin, jusqu'ici il m'a plutôt bien guidé, dans les hauts comme dans les bas. Alors. en gros, je n'ai jamais réellement testé ma force dans une situation critique, je ne suis pas apte à me juger question force mais, les gens placés plus haut doivent être meilleur que moi la dedan. J'imagine..»

Ce morceau de discussion avait été bref, pourtant Aizo avait adoré. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu une vraie discussion avec quelqu'un et comme les deux Shinigamis n'avaient pas encore fait usage du Shunpo pour se déplacer rapidement vers le vingt-sixième District. Le 4e siège avait tellement de choses à dire, tellement de choses qu'il aurait aimé partager, mais que son âme et sa tête refusaient de laisser sortir, par peur, par crainte de perdre à nouveau, ces moments ou bien encore ces personnes. Après avoir perdu Kyryuu et la totalité de ses ''amis'' du Rukongai, Aizo s'était ici bâtît une nouvelle vie. Il tua alors l'envie qui flirtait avec ses pensées, l'envie de parler encore plus. Pour éviter des sujets qui pourraient évoquer en lui le désir de continuer sur cet élan d'aveux, Aizo dérouta la conversation vers Natsuki lui-même.

« Et vous Vice-Capitaine Kurudo? Pourquoi êtes-vous un Shinigamis? Il y a pourtant tant d'environ à explorer. Est-ce à cause de vos rêves ou de vos ambitions? Peut-être vont-ils ensemble.. Bref, je ne connais pas grand-chose de la Soul Society et de ses habitants, mais ça serait un plaisir d'entendre au moins un résumé de votre histoire, question de m'instruire. »

À la suite de ce bombardement de questions, Aizo offrit un large sourire, chaleureux à l'extérieur, cachant alors la froideur de l'âme d'Aizo. Le 4e siège osa espérer que sa couverture ne serait pas découverte, il voulait passer pour le Shinigamis adorent parler, disant ce qu'il a dire et par deçu tout, il espérait que Natsuki n'aurait pas de doute sur lui, ou bien ne les laisserais pas paraître. Alors que leur marche continuait, Aizo riva ses yeux vers le Vice-Capitaine Kurudo. Qui était-il réellement? Était-il aussi intimidant que son combat de tout à l'heure l'avait démontré, ou était-il tendre et doux à l'intérieur, comme une barre de chocolat ? Seul l'avenir le savait.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 11 Déc - 17:44
Natsuki l'écoutait attentivement parler. C'était curieux, comme histoire. Il avait entendu parler de shinigami ayant eu une formation accélérée, n'ayant pas passés les sept ans habituels à l'Académie, mais de là à totalement passer outre ? Le kido notamment n'était pas quelque chose qui se découvrait un jour, en se levant un beau matin. Et rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d'en maîtriser les bases de façon innée. Aizo faisait-il partie de cette élite ? Intéressant. Il allait vite être fixé de toute façon. Et il n'allait pas remettre en question les décisions d'un peu plus haut, il était mal placé pour cela. Après tout, il avait bien été '' sentie '' pour être orienté vers la Deuxième Division. Et forcé de l'admette, cela lui avait plutôt bien réussi.

« Si vous voulez un autre conseil, ne restez pas trop longtemps dans la brume, et trouvez ce qui vous pousse à brandir votre zanpakto, que la raison soit bonne ou mauvaise. Car se fier au destin ici est risqué si vous ne voulez justement pas devenir un chien au service du Goteï. C'est assez paradoxal, car c'est ce que nous sommes. Mais nous acceptons de l'être si c'est pour l'idée, la conviction ou le désirs que nous voulons défendre. Suivre les ordres simplement en pensant que le destin vous aiguillera sur la bonne route est un tort : beaucoup de gens savent forcer le destin à leur avantage. Et puis, n'est-ce pas se sentir vivant qu'être maître de son propre destin, justement ? »


Et surtout illusoire. La vie de shinigami offrait un destin plus enviable que ce qui attendait les âmes du Rukongai, surtout dans les quartiers lointains, mais c'était en quelque sorte contre sa propre liberté. Beaucoup le vivait bien, car ne s'en rendaient pas compte, et d'autres vivaient avec grâce à leur conviction. Et enfin, il y avait ceux qui le réalisaient, mais alors trop tard : l'on ne quitte le Goteï 13 que de trois façons après tout. L'exil, en terminant ses jours dans le Repère des Asticots ou les pieds devant.

« Pourquoi suis-je devenu shinigami ? Mmh... Par curiosité je dirai. » répondit l'assassin avec un sourire fier. « Comme vous je viens du Rukongai. Et j'ai eu une très belle vie là-bas. Mais elle était... monotone à terme je dirai. J'ai alors eu envie d'aller voir ailleurs. Je suis très curieux de nature, dans le sens où, sans me prétendre un homme de sciences, je m'intéresse à tout. Les mondes qui nous entourent sont gorgés de mystères à découvrir et de connaissances à assimiler. Les shinigami que je voyais parfois dans la boutique où je travaillais on su aiguiser ma curiosité, aussi j'ai tenté l'examen d'entrée, que comme vous pouvez voir, j'ai réussi. C'était le moyen le plus simple pour moi après tout d'étancher un peu cette soif de connaissance. Vous avez sans doute pu voir qu'être soldat du Seireitei offre de nombreux avantages, il suffit de voir la Grande Bibliothèque Sacrée. »

Natsuki marqua une petite pause, retraçant le fil de ses idées.


« J'ai apprit beaucoup sur moi-même avec le temps passé ici, notamment pourquoi je me bats. Pas seulement pour devenir plus fort, mais pour les générations qui me suivent. Je suis le bouclier qui les protègera le temps qu'ils acquièrent la force de se défendre par eux-même. »


Il eu un petit rire, de sa propre réflexion.


« C'est totalement illusoire de croire que je peux protéger tout le monde, je ne le crois pas d'ailleurs, mais c'est cette envie qui me fait dresser le poing, même si pour cela il faut savoir parfois des... concessions, dirons-nous. »

Natsuki en avait fait de nombreuses, des choses dont il n'était pas fier, mais il les avait faites car elles devaient l'être. C'était sa mission, son devoir. Mais aussi loin qu'il aille, tant qu'il se souvenait de cette promesse gravée sur son corps, il n'avait rien à regretter.

Il s'arrêta soudainement, et dressa la tête. Presque aussitôt, un shinigami apparut non loin de lui. Il l'accueillit d'un sourire.

« On dirait que nous n'aurons pas besoin de marcher jusqu'au District suivant Kurosiki. Laissez-moi discuter un instant avec mon camarade, voulez-vous ? »

Il se rapprocha du nouveau venu, à qui il donna d'ailleurs le cadavre de Kojiro, avant de lui murmurer quelques mots à l'oreille. Le shinigami lui répondit d'un même ton, inaudible, avant de disparaître aussi simplement qu'il était apparut, dans un shunpo. Natsuki se retourna alors, et combla les quelques pas qui le séparaient du Quatrième Siège.


« On dirait que vous êtes en veine aujourd'hui Kurosiki. Je ne vous promets pas une situation critique, si vous êtes à la hauteur de votre rang tout du moins, mais il y a un petit quelque chose que je peux vous proposer pour prouver à vous-même ce que vous valez. Si cela vous intéresse toujours, vous n'avez qu'à me suivre. »

Quittant la marche pour un mode de déplacement plus propre aux shinigami, Natsuki conduisit le jeune Aizo vers une zone montagneuse, perdue dans les alentours. Il ne lui expliqua aucun détail durant les vingt minutes de trajet, arborant simplement un sourire énigmatique. Il le guida simplement, comme s'il savait parfaitement où il allait. Il n'avait besoin de lui expliquer lesdits détails d'ailleurs. L'information venait de la Deuxième Division, les honneurs de la mission à venir revenaient donc à la source, mais en y faisant participer le Quatrième Siège, Natsuki lui garantissait de faire un peu parler de lui dans sa propre division, mais aussi, et surtout – l'assassin s'offrait la possibilité de voir un peu de ses propres yeux ce que valait réellement ce Kurosiki, valeur que ce dernier semblait lui-même ignorer.

Arrivés au bord d'une crevasse, Natsuki s'arrêta, et indiqua d'un geste du bras à Aizo d'en faire de même. Le fossé n'était pas plus profond qu'une dizaine de mètres, ce qui permettait de repérer en contrebas un groupe d'hommes et de femmes s'attelant dans ce qui semblait être un petit campement. De nombreuses caisses de bois relativement imposantes étaient dispersées un peu partout, et recouverte de bâches. Un chariot de mineur quitta la sorte de grotte taillée dans la roche très peu de temps après que les deux shinigami ne repèrent tout ce beau monde. Suivant les rails, il s'arrêta au bout de ces dernières dans un tintement métallique, et aussitôt, quatre personnes sur les huit commencèrent à en décharger le contenu, des minerais de fer, dans une nouvelle caisse. L'assassin ne prit la parole qu'à ce moment là, d'un ton bas.


« Le shinigami que tu as vu avant fait, comme tu t'en doutes, faisait partie de ma Division, et plus précisément encore, du groupe avec lequel j'ai '' pêché '' aujourd'hui. Il m'a apprit que l'un des interpelés nous a généreusement informé de la présence de ce campement. Ce que tu vois ici est l'une des nombreuses organisations sous sous-jacente du gros poisson. Ils extraient du fer dans cette petite mine, lequel sert à forger, entre autres, de armes. Si en soit, ce n'est pas illégale d'être forgeron armurier, l'on sait très bien où vont finir ces armes, à savoir sur un marché noir, et équiper une foultitude de groupes dans l'univers souterrain. Tu peux aisément imaginer pourquoi le Goteï 13 voit cela d'un mauvais œil. Ce que je te propose, c'est descendre, et de mettre hors d'état de nuire les huit individus que tu vois ici, seul. »


Natsuki le gratifia d'un clin d'œil complice.


« Ce ne sont que des seconds couteaux, ils ne sont pas particulièrement forts, en apparence tout du moins. Garde cela en tête, et l'affrontement ne devrait pas poser de problème au Quatrième Siège que tu es. Cela te permettra de te faire une vague idée de ton niveau déjà, si c'est ce que tu souhaites découvrir. Après, si vraiment tu peines, jette ton sabre dans le sol, ce sera le signal pour que je vienne t'aider. Alors, partant ? »




Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Natsuki Kurodo le Jeu 27 Déc - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Jeu 27 Déc - 5:41
Alors que les deux Shinigamis étaient à l'apogées de leur discussion, un homme du groupe au quel appartenait le Vice-Capitaine arriva. Natsuki allait le rejoindre pendant qu'Aizo resta lui en retrait. Les deux Shinigamis face à lui semblaient échanger de l'information, se parlant tous les deux, bouche à oreille. Kurosiki en profita pour faire le point sur se qu'il venait d'arriver. Il avait beaucoup échangé avec l'assassin et peut-être un jour cela pourrait-il lui causé du tort et ce même si Natsuki semblait tout à fait comprendre Aizo, de plus il semblait aussi être une personne de confiance. Puis, le 4e siège vint au bout de sa réflexion : Il n'y avait aucun danger pour lui de discuter de lui-même avec Kurodo, puisque Aizo n'avait rien avoué de gros et avait dit n'avoir aucun but ici dans le Sereitei. Avouons-le, retrouver son ami mort n'était pas un but, à moins de mourir lui-même et le 4e siège avait encore beaucoup de choses à faire avant de mourir. Bref, le Shinigamis s'adossa à un arbre, attendant la fin de la bref conversation face à lui. Il ne savait pas comment l'expliquer, mais tout semblait se passer au ralentit pour lui aujourd'hui, peut-être était-ce la fatigue? Il n'avait pas beaucoup dormis ces dernier temps, alors peut-être que son cerveau prenait les moments de répits comme une occasion de se reposer. Kurosiki n'était définitivement pas doué avec les domaines du cerveau humain, il préférait largement celui relié aux émotions depuis qu'il avait commencé à les comprendre.

Le temps s'était adoucis, la pluie avait laissé place au soleil qui éclairait maintenant délicatement les feuilles des arbres. Le duo improvisé était maintenant entre deux districts, ils avaient heureusement réussis à s'éviter une marche qui s'annonçait plutôt longue et bavarde grâce à l'intervention de l'ami à Natsuki. Le Vice-Capitaine remit le corps à son subordonné et vint rejoindre le 4e siège. Il lui annonça une mission qui semblait être légèrement physique. Un grand sourire éclaira le visage d'Aizo, enfin il pourrait se tester lui-même. À l'exception de son combat (ou bien de la raclée qu'il s'était prit face au Hollow, cette fois dans le Rukongai (voir l'histoire) ), Aizo n'avait jamais fait couler le sang, avec son Zanpakuto. S'il se souvenait bien, il avait peut-être commis un ou deux homicide plus ou moins volontaires lorsqu'il faisait partit d'un gang du Rukongai, évidemment il avait épargné cette partie à Natsuki, mais peut-être lui en glisserait-il un mot plus tard. C'était un sujet dont il n'était pas certain, Kurosiki le plaça alors au plus profond de sa mémoire, pour qu'il ne l'importune plus pour le moment, mais aussi pour qu'il puisse s'en souvenir plus tard, il se promit d'y réfléchir avant d'en placer un mot.

Alors que les deux Shinigamis avaient adaptés une cadence plus convenable à celle d'un Shinigamis, ils arrivèrent dans une crevasse, qu'Aizo indentifia rapidement comme une mine. Plusieurs hommes déchargeaient du fer et d'autres types de roches que le 4e siège n'indentifia pas. Ils étaient huit au grand complet, comme lui indiqua Natsuki, ils semblaient tous de seconde main et Kurosiki pourrait s'en charger. Il ne pouvait pas prévoir leurs réactions pour l'instant, mais il savait identifier les avantages. En fait, ils n'en avaient qu'un seul : Ils étaient en avantage numérique. Aizo lui, avait : L'effet de surprise, la force et le ''momentume'' c'est-à-dire, il avait le vent dans les voiles. Si le Shinigamis appliquait ses trois règles de combats, il allait probablement très bien s'en sortir.

1 - Pas de prisonnier/survivant ( En effet, Natsuki n'avait pas demandé d'en laisser un en vie et Aizo répondait directement de lui).

2 - Pas de pitié inutile.

3 - Seul la victoire comptait maintenant .

À l'aide d'un Shunpo, Aizo se dirigea de l'autre côté de la mine-extérieure. La crevasse n'était pas si vaste. Pour un Shinigamis ayant moyennement de force, elle se traversait plutôt bien si on ne répétait pas l'expérience à tout bout de champ. Le 4e siège examina rapidement la scène qui se déroulait sous ses yeux. Ils déchargeaient des minerais qu'Aizo ne prit la peine d'identifier. Il préféra se concentrer sur les ennemis. Seulement deux d'entres-eux étaient armés et si les autres l'étaient, leurs armes étaient sous leurs vêtements. Comme ils étaient huit, Kurosiki choisis la vitesse pour agir. Sans réelle stratégie, s'il agissait rapidement il pouvait en tuer au moins cinq avant que les trois autres ne puissent réagir.

Le moment était venu. Une soif sanguinaire qu'il n'avait jamais connu s'empara de lui, le Shinigamis sentait ses pulsions meurtrières le trahir. La rage guidait les mouvements d'Aizo, avant même de s'en rendre compte, il dégaina son Zanpakuto et utilisa son Shunpo pour se diriger sur l'adversaire qui était le plus prêt de lui. Il le transperça au ventre. Aizo atteignit le deuxième ennemis avant même que le premier n'ait touché au sol, d'un coup tranchant, il lui sanctionna une partie de la tête. Même si c'était légèrement déloyale, le 4e siège fonça sur eux par derrière, '' Seul la victoire comptait maintenant ''. Un large sourire illumina le visage d'Aizo, il n'avait pas fait attention à sa manière de frapper, mais elle avait été meurtrière puisqu'il frappa aux points vitaux. Alors que les deux corps étaient maintenant au sol, le 3e, 4e et 5e ennemis tombèrent eux aussi.

Kurosiki était taché de sang, il lui restait maintenant trois ennemis à tuer. Le bruit avait alerté les trois rebelles qui se trouvaient face à Aizo. Le Shinigamis s'arrêta et les observa. Ils étaient trois, deux étaient armés de sabres qui ne semblaient pas être des Zanpakutos, mais simplement des sabres normales qui pourraient tout de même trancher quelqu'un. La confusion qui avait été présente dans le camp adversaire fini par disparaître afin de laisser sa place à la frustration.

« Toi le Shinigamis ! T'es qu'un fils de pute ! On va te griller maintenant que t'es plus dans notre dos ! » C'était le plus gros d'eux, qui s'adressait à Aizo. Kurosiki mesurait 180 cm, mais l'homme face à lui devait avoir une tête et demie de plus que lui, sans oublier sa grande masse musculaire, qui physiquement était largement supérieure à celle de l'homme qui venait d'abattre cinq des huit ennemis.

Le sourire du 4e siège ne fit que grandir, il ne répondit pas à la provocation, le sang coulait sur son visage. Évidemment ce n'était pas le sien, mais belle et bien celui des acolytes des trois gaillards face à lui.

Aizo fonça sur l'ennemie devant lui, c'était le moins gros des trois, celui qui n'avait pas d'arme. Il lui donna un coup de pied au ventre qui eu pour effet de lui couper le souffle, l'envoyant deux mètres plus loin. Kurosiki était parfaitement conscient qu'il s'était mit dans l'eau chaude en attaquant directement les trois ennemis. Le 4e siège avait tout misé sur l'effet de surprise combiné à sa puissance supérieure à la leurs. D'un mouvement vif, il fit un pivot à 180 degrés, plaçant alors son corps au centre des deux ennemis, face à celui qu'il venait de propulser. Ceux-ci avaient déjà dégainés leurs armes. L'esprit Shinigamis d'Aizo le suppliait d'éviter le coup, mais son instinct animal était en ce moment beaucoup plus présent depuis que celui-ci éprouvait un besoin de tuer. L'homme qu'il avait propulsé quelques mètres plus loin était déjà sur ses pieds et fonçait au combat. Pendant ce temps, se défendant avec une force bestiale, Kurosiki esquiva un coup de sabre en inclinant son dos vers le sol. La lame le frôla de peu. Le Shinigamis en profita pour frapper l'ennemie à sa droite, tenant son Zanpakuto d'une seule main. Il enfonça celui-ci au plus profond de la gorge du rebel, le tuant sur le coup.

Du sang éclaboussa encore le visage d'Aizo. Le 4siège bloqua désespérément un coup venant à sa gauche, en fait, il attrapa le sabre avec sa main, s'entailla profondément. Le sabre s'arrêta dans sa main, lorsqu'Aizo voulut se retourner pour frapper mortellement son ennemie, un coup de pied vient lui éclater le nez, qui éclaboussa le sol de sang. Le Shinigamis n'eut d'autre choix que de lâcher prise sur le sabre et de reculer de quelques pas, portant son bras à son nez. Kurosiki n'eut pas le temps d'essuyer le sang mixte qui lui coulait dans le visage qu'il dut éviter un coup de poing. Le rebel avait été top naïf de foncé sur Aizo sans arme ou sans attendre son ami. D'un coup du revère, le meurtrier coupa le bras du maffieux avant de lui donner une puissante gauche sous le menton, celui-ci fit un vole plané dans les airs, avant de goûter à la lame d'Aizo qui lui trancha la gorge.

Alors que Kurosiki appréciait de plus en plus ce combat, il se souvint de Natsuki, qui le regardait probablement agir follement lors du combat. Il ne restait plus qu'un ennemie qui semblait maintenant perturbé d'avoir perdu tout ses amis. Le monstre face à Aizo déposa un genoux par terre, regardant au tour de lui. Le 4e siège n'attendit pas, d'un Shunpo il apparut face au géant et l'abattu froidement, lui transperçant le coeur.

Aizo était maintenant seul au milieu de la mine. Le combat n'avait pas duré longtemps, enfin il croyait. Il s'en souvenait désormais que peu. Le Shinigamis était couvert de sang. Toute cette rage enfermée en lui, tous ces moments dégueulasse passé à broyer du noir, à jurer vengence sur tous ceux qui pourrait vouloir le tuer, tous ceux qui pourrait paraître comme une menace.

Bref, le soldat du Sereitei sortit de ses rêveries. Qu'allait maintenant penser Natsuki de lui? D'un Shunpo Aizo alla le rejoindre, il apparut de dos à dos au Vice-Capitaine. Aizo se devait d'essuyer le sang sur son visage avant qu'il ne sèche là et de plus, trouver un moyen d'arrêter le sang qui coulait éperdument de son nez.

« Désolé pour ce combat d'animaux Vice-Capitaine, je ne contrôle pas encore mes pulsions et mes émotions, je me vois encore légèrement instable pour le moment. C'est un sujet que j'aimerais éviter, mais si vous avez des questions j'y répondrais. »


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 28 Déc - 18:26
Natsuki observa Aizo avec intérêt, du haut de la crevasse, assit au bord les pieds ballant. Le Quatrième Siège avait opté pour une approche discrète plutôt qu'un combat de masse – choix judicieux, même lorsque l'on possède l'avantage -, en se faufilant par le côté. Puis la tuerie commença. L'assassin avait choisit avec soin ses mots. '' Mettre hors d'état de nuire '' pouvait dire tout et rien à la fois, ce qui était volontaire de sa part. Il pouvait à présent voir le sens qu'Aizo leur avait donné : la mise à mort pure et simple des tous les brigands, sans autre forme de procès.

«  Intéressant... » souffla le Vice-Capitaine

Si Kurosiki servait d'exemple, il était difficile de faire croire que le Goteï savait faire autre chose que tuer. Le shinigami semblait prit d'une frénésie, la rage du combat, avec pour seule volonté annihiler la vie. Non, c'était encore pire que cela. Il prenait plaisir à les tuer, cela se voyait sur son visage, couvert par le sang qui ne faisait que développer davantage sa soif de meurtre.

Très sérieux, Natsuki se grattait le menton en réfléchissant à ce qu'il voyait. Il n'avait pas réellement imaginé le Quatrième Siège ainsi. Capable de tuer parce que c'était nécessaire, oui, car c'est ce qui est attendu de toutes les Divisions, même de la Quatrième, mais arracher la vie par plaisir, ou prendre plaisir à le faire – ce qui revenait presque au même... En témoignait le dernier des '' bandits '', lequel s'était rendu, un genou à terre en signe de soumission. Ce fut la dernière qu'il fit dans cette existence.

Lorsque Aizo le rejoignit d'un shunpo, encore couvert de sang, il ne se retourna pas, se contentant de rester assit au bord de sa crevasse, à regarder les cadavres en contrebas. En secouant la tête, il répondit :

« Non, je n'appèlerai pas ce que je viens de voir un combat d'animaux. Les animaux tuent pour se nourrir, ou pour ne pas être tués. Or tout ce qu'il m'a été donné d'observer là en bas, c'est un homme gagné par un plaisir total à chaque fois que coulait le sang d'un de ses adversaires, à chaque fois qu'il sentait sa lame pénétrer leur chaire et répandre leurs organes, même lorsque ces derniers se rendent. Enfin, si c'est cela qui fait lever votre sabre, pourquoi pas, je ne suis personne pour juger. Ils n'auraient sans doute pas fait preuve de clémence dans la situation inverse à vrai dire. Néanmoins... »

Toujours sans se retourner, il pointa le ciel, où quelques oiseaux au plumage noir virevoltaient.

« Vous savez ce qui attire les charognards ? » lui demanda l'assassin en changeant brutalement en sujet en pleine phrase. « Lorsqu'un animal se prépare à une proie, il libère des pulsions meurtrières, que les charognards savent capter justement. C'est ce qui les guide vers les restes de leur futur repas. Nous aussi, entité spirituelle, émettons ces ondes particulières lorsque le désire de mettre fin à une existence nous prend. Mais la différence par rapport aux proies est que nous somme aussi capable de détecter ces ondes. Ce n'était pas le cas pour eux en dessous, heureusement pour vous, car je vous garantis qu'à peine vous êtes entré dans la crevasse que vous en avez saturé l'atmosphère, du début à la fin de l'affrontement. Un conseil, apprenez à contrôler cela, vous devez à terme devoir émettre ces pulsions seulement au moment où vous portez les attaques, pas avant. »

Un pied sur le rebord, il prit appuie sur son genou pour se lever, gardant cependant le dos tourné à son interlocuteur.


« Peut-être que vous seriez plus à votre place dans la Onzième Division que la Dixième... Ou dans une cellule du Repère des Asticots... »
annonça soudainement l'assassin d'une voix glaciale en se retournant. « … condamné pour avoir tué de sang froid huit mineurs travaillant dans le district avoisinant du Rukongai. » termina-t-il en dégainant son arme, qu'il tint à l'endroit, la pointe de sa lame noir à tranchant double touchant le sol. « Je vous inviterai bien à vous rendre sans faire d'histoire, mais ce ne serait pas vous faire honneur. Vous avez bien le droit de tenter de vous défendre. »

Un sourire carnassier sur les lèvres, Natsuki avait cette expression propre aux génies du mal parvenu à piéger leur victime comme ils le souhaitaient. Car étant blessé, Aizo avait-il seulement une chance face à un supérieur hiérarchique ? Le rang n'était qu'une puissance minimum indicative, certes, mais tout de même.

« Cela dit, ne songez pas à vous enfuir par contre, ce serai peine perdue. »

Dos et au bord du ravin, le Vice-Capitaine prit son zanpakto à deux mains, lame toujours vers le bas, côté hanche droite, et attendit qu'Aizo se lance dans cet affrontement désespéré, qui ne commençait pas du tout à son avantage.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Sam 29 Déc - 19:33
Encore une fois, Natsuki lui faisait la leçon. En fait, il avait tout de même bien raison sur certains points. Aizo n'avait pas dissimulé ses pulsions et il aurait pu se créer beaucoup plus de problèmes s'il n'avait été que ces ennemis étaient d'une lourde faiblesse. Par contre, Kurosiki semblait s'être mit dans un gros pétrin à cause de ses dernières actions. Le Vice-Capitaine lui avait pourtant bien dit de : Les mettre hors de nuire. C'était pourtant bien ce qu'il avait fait. Peut-être le Shinigamis avait-il mal interprété les ordres? Ou encore peut-être ces ordres étaient-elles un test qu'il avait échoué? Il aurait été normal pour le Sereitei de vouloir tester le 4e siège. En effet, il n'avait pas passé par l'école des Shinigamis, avait été promu assez vite et ils n'avaient pas réellement pris soin d'examiner l'état mental de l'homme. Kurodo était alors peut-être, un homme chargé de le faire, en retard peut-être, mais le Sereitei ne devait pas vouloir de membre instable tel Kurosiki.

Laisser sa rage et ses envies meurtrières n'avait pas été la plus brillante des idées, mais le 4e siège n'avait pu se retenir. En effet, après tant de temps enfermé avec ses propres pensées, un homme devient seul et enragé, un peu comme Aizo Kurosiki. Alors maintenant, le Shinigamis se retrouvait devant un ennemi, un autre, bien plus fort que lui. Il était déjà tâché de sang et bientôt probablement son propre sang viendrait se mêler au beau tableau de sang qu'il était devenu. Il avait été piégé, maintenant il n'avait que deux choix. C'était sois le nid des asticots, endroit dont il avait entendu parler légèrement et qui ne semblait pas plaisant à vivre. Ensuite, il y avait la mort. Mourir au combat était une mort très honorable, mais Aizo n'avait tout de même pas envie de mourir, pas de tout de suite. Devrait-il passer par le nid des asticots ? S'il pouvait y amener son livre pour écrire, il n'aurait aucun problème à rester avec ces gens bizarres qui tenterait de le tuer à tout bout de champ.. Même que cela pourrait lui rappeler sa vie au Rukongai.

« Mon choix n'est toujours pas fait.» Dit le Shinigamis en déposant son regard remplis de froideur sur Natsuki. « Bizarrement, dans un sens vous étiez la personne à qui j'avais fait le plus confiance dans tout le Sereitei. En fait, vous êtes la personne avec qui j'ai eu la plus longue '' relation ''» Aizo avait laissé paraître qu'il ne parlait pas réellement d'une relation, mais plutôt d'un contact humain. « Après tout, peut-être ne suis-je pas fait pour être un Shinigamis comme les autres, ou être un Shinigamis simplement.» Aizo respira un bon coup, prenant à son tour son Zanpakuto à deux mains. Jamais il n'avait désiré combattre Natsuki, mais il n'avait aucune envie d'agir tel un lâche.

« Malgré les circonstances et le grand respect que je vous porte Vice-Capitiane Kurodo, je ne pourrais pas me résigner à vous suivre sans opposer la moindre résistance. Cela ferait de moi un lâche, un homme déjà vaincu et je ne serais pas...cet homme.» Le Shinigamis ne s'attendait pas à gagner, surtout face à un adversaire qui avait époustouflé Aizo par son combat au corps à corps plutôt, mais peut-être survivrait-il au coup de Natsuki, alors il finirait bien évidemment dans le repaire des asticots, mais l'être aurait alors opposé une résistance.

L'ancien être humain, devenu Shinigamis, orienta son Zanpakuto vers l'assassin. Il se savait très rapide, mais pas autant que Kurodo et malgré son talent naturel pour le combat à mains nues et à l'épée, il ne pourrait pas s'en sortir facilement face au Vice-Capitaine qui avait beaucoup plus d'expérience que lui. Il devait maintenant agir dans l'imprévu, éviter ses sens et sortir des normes. Peut-être pouvait-il ébranler la confiance de son ennemien commençant, pour ça, il lui faudrait porter un premier bon coup, il ne lui fallait pas attendre jusqu'à la fin, ce combat se jouerait dans les toutes premières minutes, ensuite la résistance d'Aizo deviendrait vaine.

Il savait son ''ami'' doué en combat au corps à corps, autant à l'épée qu'avec les mains (du moins c'est ce qu'il croyait), mais il ne connaissait aucunement les autres capacités du Vice-Capitaine. Il possédait un Shikai, cela en était sur, il ne savait pas si l'assassin possédait un Bankai, ou des techniques que Kurosiki ne pourrait contrer. Le 4e siège était drôlement mal fichu. Le temps s'écoulait, aucun des deux n'avaient encore attaquéet le futur membre des asticots de la Soul Society, se disait qu'il était bien temps qu'il passe à l'attaque, il était fou d'attaquer de front Natsuki, mais c'était aussi la plus imprévisible des attaques qui ne marcheraient probablement qu'une seule fois, si elle échouait, le Shinigamis aurait un gros problème à se débrouiller.

Aizo fonça sur le Vice-Capitiane, positionnant son centre de gravité très bas, attaquant l'assassin aux jambes. C'était un coup porté rapidement, mais facile à bloquer, ce que fit l'assassin. Utilisant toute sa force, Kurosiki se retourna, passant son bras gauche entre son coude et son épaule, il tourna son regard vers le bras de Natsuki, laissant une impression que le Shinigamis allait utiliser son attaque à cet endroit.

adō no yon : Byakurai (4e technique de destruction : foudre blanche)
Crée un puissant éclair partant de l'index du lanceur.

Au dernier moment, alors que le laser quittait le doigt d'Aizo bougea son poignet pour orienter son index vers la jambe de Natsuki. S'il arrivait à le blesser sérieusement à la jambe, le combat deviendrait soudainement plus juste et il serait alors possible pour Aizo d'attaquer au corps à corps. Car, c'était la seule fois ou il pouvait attaquer de front le Vice-Capitaine sans se prendre trop de dégâts.


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mar 1 Jan - 17:47
Aizo était-il du genre solitaire, par choix ou par fardeau ? Du moins, c'était ce que son dialogue laissait entendre. Immobile dans sa position de garde, lame proche de la cuisse, Natsuki l'écoutait, sans quitter son masque au rictus moqueur. « Pas fait pour être un shinigami... » L'assassin avait-il ébranlé la conviction du Quatrième Siège si facilement ? Ou bien ce dernier se méprenait-il sur les raisons qui avait fait tomber la sentence du Vice-Capitaine. Était-ce le reproche de sa sauvagerie qui l'avait marqué, plus que l'assassina des huit '' mineurs innocents du Rukongai '' ? Curieux ordre de priorité, si tel était le cas.

« J'attends. Montrez moi votre détermination, Kurosiki Aizo. »


Mais Aizo ne l'attaqua pas immédiatement, et lui non plus d'ailleurs. Les deux adversaires se jaugeaient, mais Natsuki voyait bien dans ses yeux que le combat était déjà joué dans sa tête. Heureusement, ce n'était pas la seule chose qu'il y lisait. Il y avait aussi une flamme, la décision de tout donner dans l'affrontement, aussi perdu d'avance qu'il était. Et c'était exactement ce qu'il cherchait. Car le futur prisonnier allait avoir besoin de tout son courage et de toute sa foi en lui-même. Il était vrai cependant que son geôlier lui laissait un bon handicap : il allait se battre avec son Zanpakto, les deux mains ayant une prise ferme sur la garde. En effet, s'il était meurtrier avec, dans le style qu'il avait développé, il était un épéiste pitoyable lorsqu'il s'agissait d'un duel de bretteur. Difficile d'expliquer comment c'était possible, pour un homme comme lui aux capacités d'apprentissage inégalées, mais le constat était là : il était incapable de se perfectionner dans le domaine du zanjutsu conventionnel. Pire, il était d'un niveau risible, et ce depuis l'Académie. Bien sûr, avec le temps, il avait développé réflexe, vitesse et agilité, mais même ainsi, en tenant son arme comme il le faisait, comme un guerrier, à une ou deux mains, la garde bien calée dans la paume, il n'était pas plus performant en attaque et en défense qu'un Quatrième Siège de la Onzième Division. Ce n'est pas si mal, mais bien loin de son niveau véritable.

Attentif à Aizo malgré son sourire mauvais, il se prépara à réceptionner l'assaut lorsque ce dernier se décida enfin à passer à l'attaque. Un coup simple, Natsuki le dévia à l'aide de sa propre lame, lui faisait effectuer un cercle qui passa au-dessus de sa tête. Mais loin d'en avoir fini, son adversaire enchaina sans attendre avec un sort de kido. Mais même à bout portant, même sans incantation, il était difficile de le surprendre de la sorte avec la voie du démon. Car ce que beaucoup de shinigami ignorent, surtout ceux n'ayant pas une maîtrise totale de leur kido, était que un instant avant la libération de l'attaque, même l'instantanée sans incantation, il était possible de percevoir l'affluence d'énergie. L'équivalent de la pulsion meurtrière pour qui veut tuer, en quelque sorte. Aussi, l'assassin, dans un pas avant qui lui fit effectuer un demi tour sur lui-même, frappa du pied la main juste avant qu'elle ne lance le Byakurai, déviant ainsi le rayon, et profita de l'ouverture pour cogner dans un mouvement fluide les côtes exposées avec le pommeau de son sabre. Sans attendre davantage, il se laissa tomber rapidement au sol, ventre en premier, et comme une vague, ondula une unique fois sur la roche, pour finalement se repousser en arrière à l'aide de ses bras. A bien deux mètres de Aizo, il était surtout loin du bord de la crevasse. Non pas que le vide était dérangeant – il pouvait comme tout shinigami marcher sur l'air après tout -, mais il préférait rester loin des corps fraîchement refroidit, ne troublant ainsi pas l'état de la scène en contrebas.

Il secoua légèrement la tête, alors que l'éclair blanc bourdonnait encore dans ses oreilles.


« Eh bien ? Voilà tout ? » le nargua-t-il sans se dépêtrer de son rictus vicieux.

Cette fois encore, il laissa à Aizo l'honneur de mener l'attaque. Sans renoncer à son handicap, il enchaina avec lui de nombreuses passes d'armes. Le fer criait à chaque frappe, chaque coup, chaque parade dans une gerbe d'étincelles. Natsuki tenait bon, et quand par instant, il retournait la tendance, de défenseur à attaquant, il avait le loisir de constater que le Quatrième Siège lui opposait bonne résistance. Ce dernier devait d'ailleurs commencer à se douter de quelque chose, s'il réalisait qu'il était sur un pied d'égalité relatif avec son adversaire. Sans doute s'imaginait-il que l'assassin se jouait de lui, prenant plaisir à le pousser lentement à bout, plutôt que la réalité – à savoir les capacités du Vice-Capitaine à manier un sabre. Néanmoins, il n'y avait pas que du tort : le shinigami de la Deuxième Division cherchait bel et bien à le pousser à bout, à lui faire donner tout ce qu'il a. Fragile équilibre à entretenir pourtant. Il devait mener Aizo pour l'inciter à se battre avec d'autant plus de hargne, mais pas trop s'il ne voulait pas l'accabler par le désespoirs et le pousser à la rémission. Et s'il le titillait encore un peu ?


« Où sont passés la rage, la colère, le désir de tuer que j'ai vu avant ? Était-ce le simple plaisir d'écraser des moucherons sans défense ? Ah non, même ceux là ont réussi à vous blesser. La terreur dans vos yeux est donc compréhensible. »

Natsuki comptait quelques entailles sur ses bras, le tranchant acéré d'Aizo ayant réussit à l'effleurer par endroit. Peut-être était-ce son impression, mais ce dernier commençait à se lâcher. Il était temps que lui aussi. D'un rapide bond arrière, il créa une distance entre eux deux, et le targua d'un simple regard. L'une de ses mains lâcha alors la garde de son sabre, lequel commença à tourner dans sa main. Comme une hélice, il prit rapidement de la vitesse en décrivant divers cercles et autres arabesques. Plus rien à avoir avec avant, l'assassin lui fit démonstration du style meurtrier qu'il avait développé pour compenser son piètre niveau de zanjutsu. L'on ne pouvait pas parler d'épéiste ici, il n'y avait pas d'estoc, pas de tranchage, pas de position de garde. Ce n'était que du labourage. Rapide et souple, il guidait son arme comme il le souhaitait, comme une extension de son corps expert en hakuda. Théâtre flamboyant, ce n'était pourtant que tromperie. Car aussi spectaculaire et tape-à-l'oeil que semblaient être ses assauts, il décidait avec une précision chirurgicale où et sous quel angle il frappait. Il ne coupait pas la chair ni ne tranchait les os : il sectionnait les artères et les veines, ces points palpitants qui régulaient la vie.

Du moins, c'était en théorie. Car à adversaire égal, il ne lui était pas forcément aisé de porter coup au but. D'où l'intérêt de leurrer sa véritable intention – ou plutôt comment y parvenir, car tuer l'autre apparaissant comme évident pour les deux – en écorchant son ennemi de toute part, jusqu'à endolorir ses membres, ralentir ses mouvements, réduire ses réflexes.


« Allez ! Défend toi au moins ! » lui vociféra l'assassin pour le stimuler encore, alors qu'il se jeta sur lui.

Bien sûr, il ne comptait pas le tuer, ni trop le blesser. Le but était qu'Aizo reste envie, il l'aurait déjà abattu le cas échéant.




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 2 Jan - 23:41

Malheureusement, l'attaque surprise d'Aizo avait échouée. Le Shinigamis avait désormais mal aux côtes, douleur qu'il dut rapidement oublier. Le Vice-Capitaine semblait être très puissant. L'assassin le narguait. Les paroles étaient elles aussi des mots lors d'un combat, l'homme en était bien conscient, mais il s'efforça de ne pas se laisser sa concentration s'enfuir avec une tout autre rage que celle qu'Aizo possédait déjà. Le Shinigamis se contenta de répondre par un large sourire, prouvant qu'il appréciait cet affrontement. Le combat avançait, Kurosiki put noter que Natsuki ne semblait pas très alaise au type de combat naturel. Le 4e siège pouvait le comprendre sur ce point, malgré qu'il était lui pour sa part doué, il détestait ce style de combat, préférant agir librement même si cela réduisait la force de ses coups. Son style était encore loin de la perfection, mais il évoluait à chacun des coups d'Aizo et ne serait probablement jamais parfait. Kurosiki frappait ou bon il croyait de frapper, sans frapper au hasard tout de même. Il était loin d'un boucher ou d'un pro du combat, sa plus grande puissance résidait dans la hargne et la rage dans ses coups. La était la grande majeure partie de la force du 4e siège. Le combat devenait de plus en plus intense, Aizo avait réussi à effleurer quelques fois son adversaire qui lui à son tour lui avait rendu la pareille. Il était maintenant évident pour le futur prisonnier que le Vice-Capitaine se jouait de lui.

Ce furent les paroles de l'assassin qui créèrent en Aizo un retour en force, il les avait prononcés que quelques secondes avant qu'elles résonnaient déjà dans la tête du 4e siège comme l'impact qu'aurait eu l'écho d'une bombe dans les montagnes. « Où sont passés la rage, la colère, le désir de tuer que j'ai vu avant ? Était-ce le simple plaisir d'écraser des moucherons sans défense ? Ah non, même ceux là ont réussi à vous blesser. La terreur dans vos yeux est donc compréhensible. » Ces mots, provoquèrent un retour de rage à l'intérieur de Kurosiki. Celui-ci se refléta alors dans son sabre, il abandonna le style de combat que les deux Shinigamis avaient adoptés et se mit à frapper où il croyait voir des ouvertures. Finalement, Natsuki était beaucoup plus fort qu'il ne le laissait croire. Lui qui au départ semblait être un piètre escrimeur avait tout de même vitesse, réflexe et hargne. De plus, Aizo n'était pas fou, il était impossible pour un Vice-Capitaine d'être à égal avec un 4e siège au combat à l'épée. L'assassin avait probablement un atout caché, qu'il dévoilerait bientôt. Le combat continua ainsi quelques instants, les deux hommes s'échangeaient des coups, ceux de Kurosiki était pour l'instant un peu plus risquer et imprévisible que ceux de Natsuki qui ne prenait toujours pas Aizo au sérieux.

Soudainement, le style de combat du Vice-Capitaine changea. Comme l'avait supposé le 4e siège, il était nettement meilleur quand il utilisait son vrai style. Kurosiki n'arrivait pas à nommer ce style, l'assassin était soudainement devenu encore plus rapide, il frappait avec une précision chirurgienne, même que le 4e siège peinait de plus en plus à bloquer les attaques. Ce qui était étonnant de la personne d'Aizo, c'était sa volonté de faire face à l'adversité et ce, même quand le combat était perdu d'avance. Peut-être pouvait-il prouver à Natsuki qu'il n'était pas un faible. Il était stupide pour le prisonnier d'affronter son geôlier de face, mais ses pulsions meurtrières qu'il tentait tant bien de mal de dissimuler maintenant le forçait à continuer ce combat au sabre. Kurosiki était maintenant en défense complète, sans relâcher aucune combativité, il contrait les attaques, mais ne prenait plus rien en charge, habituellement, un combattant se répète dans ses mouvements, Natsuki lui était très diversifié dans sa façon de manier le sabre, c'était ce qui rendait Aizo si long à attaquer. En effet, celui-ci attendait l'ouverture qui devait se repeter.

Il était évident que le Vice-Capitaine n'était pas au top de son niveau, mais il n'était plus l'égale du 4e siège, il lui était supérieur et poussait Aizo à utiliser tous les moyens à sa disposition. Le Zanpakuto du Shinigamis était très grand, la lame était longue et fine alors Aizo lui, combattait avec un centre de gravité très bas. Même que cela lui permettait parfois de mettre un genoux au sol sans perdre de terrain au combat, Kurosiki se protégeait mieux quand il était bas, réduisant les trous laissés par son escrime. Par contre, lorsqu'il utilisait cette technique l'entièreté de son être perdait en puissance brute. Alors, pendant quelques instants, le combat continua ainsi, Natsuki devait attaquer pour empêcher Aizo de le faire et le 4e siège lui restait en position défensive arrivant avec difficulté à bloquer, parfois de justesse, les attaques du Vice-Capitaine. Aizo se défendait très bien et atteindrait bientôt de ses limites, il était pourtant hors de question pour lui de perdre totalement, enfin sans laisser de souvenir à Natsuki.

« Ne me sous-estimez pas !» Le ton du Shinigamis s'était fait ferme, il était évident que l'assassin ne donnait pas tout ce qu'il pouvait, car il '' laissait des chances '' à Aizo. Celui-ci comptait bien lui faire payer.

Rassemblant tous les forces restant dans ses jambes, Kurosiki fit un bond, ayant pour effet de renverser la position des Shinigamis. Comme Aizo combattait à une seule main alors qu'il attaquait, il se servi de sa main gauche pour repousser Natsuki. Aizo fit un pas vers l'avant, bloquant une dernière attaque avant de mettre sa tactique à l'oeuvre. Il fit tournoyer son sabre dans sa main, laissant un large piège au niveau de son épaule gauche. L'assassin l'avait déjà aperçu s'en était sur et certain. Au dernier moment, Aizo plaça sa main devant son épaule afin de ralentir le coup d'épée du Vice-Capitaine et d'amoindrir les dégâts que subirait son épaule. À ce moment, la lame perçait maintenant l'épaule du 4e siège en plus d'avoir entailler très profondément la main de Kurosiki, probablement qu'il ne pourrait plus combattre de la gauche pour quelques mois, semaines.

Le 4e siège sentit le Zanpakuto percer son épaule, c'était le moment ou jamais, s'il voulait frapper Natsuki, il devait le faire fort, alors il y mit tous les forces qu'il lui restait. Aussitôt le mouvement d'Aizo entamé, sa vision s'embrouilla. Il puisa dans ses forces afin de garder la puissance dans son mouvement. Le Zanpakuto de Natsuki était maintenant sortit de son épaule. Kurosiki ne savait plus s'il n'avait qu'effleuré le Vice-Capitaine ou si bien il avait réussi à lui porter un coup. C'était évident que le coup du futur prisonnier ne serait pas mortelle, ni même si grave pour l'assassin, mais il était évident qu'il avait blessé le Vice-Capitaine s'il avait été touché. Le Shinigamis recula alors de quelques pas, bien malgré lui et posa un genoux au sol, se protégeant avec les dernières forces qui lui restait, le Zanpakuto placé devant lui pour se défendre. Le sang coulait de l'épaule et du nez d'Aizo. Il arrivait maintenant à voir embrouiller, mais il ne tiendrait plus longtemps. Il devina que le combat était terminé pour lui. Qu'est-ce qui attendait Aizo maintenant ?


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 212
• INSCRIPTION : 24/09/2012
• LOISIRS : En instance de réflexion
• HUMEUR : Voleur de foudre

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Vice capitaine de la deuxième division
Points d'experience:
270/335  (270/335)
Niveau: 20
Natsuki Kurodo
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Ven 4 Jan - 8:58
Prit par la provocation, Aizo sembla mettre un peu plus de nerf dans ses attaques. La colère était une arme terrible, car comme le sabre de l'assassin : à double tranchant. Elle donne la force, brave la peur, ignore la douleur et décuple les sens, mais elle fait perdre son sang froid, son sens stratégique, sa logique de guerrier et l'objectif se cachant derrière le combat. Le Quatrième Siège se montrait trop hardi dans ses assauts, ouvrant des failles dans sa garde qui lui aurait coûté de nombreuse fois la victoire. L'assassin tempéra bien vite les ardeurs du cadet sous un déluge de frappes. Cloisonné dans ses attaques, Aizo n'avait plus d'autres choix que de se cantonner à la défensive s'il ne voulait pas finir lacéré.

Dans la volonté de mettre fin au combat avant qu'il ne dégénère, Natsuki plongea son zanpakto dans une nouvelle large ouverture. Sauf que, si initialement, il voulait simplement entailler légèrement l'épaule, Aizo bloqua en partie sa lame à main nue, provoquant plus de dégâts que désirés. Cependant, le Vice-Capitaine réalisa alors que la feinte avait été plus grossière que les autres : et pour cause, cette dernière fut volontaire. Punition immédiate, sa victime contre-attaqua d'un large coup tranchant en diagonal. S'esquivant d'un bond en arrière, et arrachant au passage sa lame de la main d'Aizo par le même chemin qu'elle avait emprunté, Natsuki fut néanmoins touché au torse. Une coupure écarlate de sa hanche droite au muscle pectoral gauche apparut sur sa peau, de laquelle commença à s'écouler en flot le liquide vitale, imbibant ses vêtements dans une auréole toujours plus large.

Beau rebondissement pour son adversaire, mais il avait sacrifié son intégrité physique pour un coup mortel, qui au final ne le fut pas, malheureusement pour lui. Désormais, Natsuki pouvait le voir lutter pour rester conscient, un genoux à terre. Son arme était dressée devant lui, dans un dernier effort pour se protéger, mais c'était vain : il n'était plus apte pour le moment à livrer bataille, pas avoir d'avoir reprit son souffle. Le Vice-Capitaine essuya alors la lame de son sabre ensanglanté sur sa manche, puis le rengaina.


« Félicitation, Kurosiki Aizo. » annonça l'assassin, pour vérifier qu'il avait bien l'attention de son ancien adversaire.

Ce dernier étant encore confus, il attendit un peu, en profitant du temps alloué pour tenter d'endiguer l'hémorragie ayant résulté de sa plaie. A l'aide de son kidô de soin, il canalisa l'énergie curative dans sa paume gauche, et la libéra progressivement en survolant la blessure. Le domaine de soin était malheureusement bien difficile, au point qu'en autodidacte, il ne parvenait à faire guère mieux que recoller les deux bords de l'entaille, à défaut de pouvoir se régénérer. L'opération promettait d'être longue et épuisante, aussi il opta pour une position assise.


« Êtes-vous satisfait de cette petite comédie ? » questionna Natsuki avec un sourire amusé – mais nullement menaçant – sur les lèvres. « Oui c'est vrai, je vous ai un peu mené en bateau, avec cette histoire de mineurs innocents et d'arrestation. Mais c'était nécessaire pour exaucer le souhait que vous avez émit. »

Natsuki lui laissa quelques instants pour digérer la nouvelle, et la ressituer dans son contexte.

« Vous vous souvenez ? Vous m'avez dit que vous n'aviez jamais testé votre force dans une situation critique. Eh bien voilà, je vous en ai offert l'occasion, l'opportunité de vous donner à fond malgré l'adversité, dans des conditions tout ce qu'il y a de plus réelles dans votre tête. Vous avez un point de repère dans votre chemin de progression désormais. »

Ayant terminé son bricolage curatif, il se releva, en douceur pour ne pas rouvrir sa blessure, et posa une main derrière sa tête.

« J'avoue que ce n'était peut-être pas très sympathique de ma part de l'avoir tourné ainsi, d'autant plus que je ne voulais pas vous blesser de la sorte. Mais l'apprentissage ne peut se faire sans souffrance. Ne vous inquiétez pas trop pour vos blessures cependant. J'ai évité les organes, les muscles et les nerfs principaux. La Quatrième Division devra être capable de vous guérir en peu de temps. Je vais moi aussi y aller d'ailleurs, car vous ne m'avez pas raté. Très belle contre-attaque, cela dit. »


Il pointa son torse avec son pouce. C'était une sorte de punition, pour avoir ainsi manipulé son camarade. Il l'avait un peu cherché après tout, mais il ne le regrettait pas. Comme il l'avait dit plus tôt dans la journée, il voulait être le bouclier des plus faibles, les protéger en attendant qu'ils soient capable de le faire eux-même. Et présentement, Aizo faisait partie de ces gens à protéger, ces shinigami qu'il voulait aider à devenir plus fort. Que le Quatrième Siège l'en remercie ou non n'était pas important, tant qu'il en tirait enseignement. Mais par acquit de conscience, le Vice-Capitaine développa un peu plus, toujours le sourire aux lèvres.


« Si vous me le permettez, Kuroziki, il y a une dernière chose que j'aimerai que vous reteniez de tout ça. Voyez-le comme un conseil illustrant la discussion que nous avons eu plus tôt, avant de venir ici. Que vous voulez suivre les ordres en vous efforçant de ne pas devenir un robot contrôlé par vos supérieurs, que vous préférez vous fier au destin pour avancer. Méfiez-vous, tout simplement. Vous avez bien vu comme il m'a été aisé de vous manipuler dans une histoire fictive. Imaginez les conséquences que cela aurait pu avoir pour vous si cela avait été vrai ? Le Nid des Asticots n'est définitivement pas un endroit où l'on souhaiterai finir sa vie. Le destin peut se forcer trop facilement pour que l'on puisse se permettre de s'y fier totalement. Cela marchait peut-être dans le Rukongai, mais en tant que shinigami, ce n'est plus quelque chose dont nous pouvons nous permettre. »

L'assassin tendit sa main à Aizo, un geste amical pour l'aider à se relever.

« Trouvez la foi, la raison qui vous fera tenir votre lame, Kuroziki, et alors vous comprendrez ce que je veux dire. Votre chemin s'éclairera de lui-même, la brume dans laquelle vous flottez se dissipera, car ce sera vous, et non les autres, qui damerez le pavé de votre route, qui guiderez votre vie. »


Une main tendue vers le ciel, il tira un projectile d'énergie qui éclata assez haut, en libérant une sorte de fumée rouge terne, laquelle resta stationnaire.


« Mon équipe ne devrait pas tarder à s'occuper du reste. Je ne manquerai pas de faire figurer votre nom dans mon rapport, pour votre participation généreuse dans la mission. Est-ce que ça ira pour vous ? Vous arriverez à rejoindre le Seireitei seul, ou vous préférez attendre les premiers soins ici ? Je me serai bien occupé de vos blessures moi-même, mais je n'ai plus vraiment la force de m'y consacrer. »




Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 104
• INSCRIPTION : 14/11/2012
• LOISIRS : manger
• HUMEUR : allo

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: 3ème siège de la 10ème division
Points d'experience:
0/290  (0/290)
Niveau: 17
Aizo Kurosiki
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI

Mer 9 Jan - 1:31
Une fois de retour sur ses pieds, après avoir longuement écouté le Vice-Capitaine, qui quelques minutes plutôt Aizo considérait toujours comme un ennemi, Kurosiki compris finalement. Il sourit, éclairant son visage de ses dents, essuyant le sang sur son visage et ses mains sur son habit de Shinigamis. Le vent soufflait légèrement, les cheveux du 4e siège suivait le rythme du vent, malgré toute la douleur que lui causait ses blessures, maintenant au courant de la situation, il préférait se tenir debout et fière devant son ancien ennemi. Même s'il l'aurait voulut, l'homme ne pouvait pas être en colère après Natsuki. C'était une grande leçon qu'il venait de recevoir et fermer ses portes à l'éducation ne ferait que ralentir sa progression. Du haut de son orgueille, Kurosiki avança vers l'assassin, comme s'il n'y avait jamais eu de combat. Bien sûr, ses blessures étaient loin d'être guérie ou bien oubliée, mais Aizo puisa assez de force pour se rendre d'un pas normal devant le Vice-Capitaine. « Je vous dois une fière chandelle alors. Je vous remercie Vice-Capitaine Kurodo. Ce combat m'auras fait réaliser plus de choses que n'importe quel autre combat..» Le Shinigamis tourna alors la tête pour voir s'il y avait des signes de l'équipe à Natsuki, comme il désirait partir avant. « J'arriverais à me rendre au Gotei seul et même jusqu'à la baraque de la 4e division. Merci pour l'offre. Sur ce, j'espère vous revoir bientôt Vice-Capitaine.»

Laissant en suspend les derniers mots prononcés, Kurosiki tourna le dos au Vice-Capitaine, quittant rapidement les lieux sans se retourner. Il avait grandement à apprendre de cet homme, mais pour l'instant la leçon d'aujourd'hui lui suffirait. De plus, sa main gauche le faisait extrêment souffrir. Ses blessures semblaient ne pas être grave et comme l'avait spécifié Natsuki, il n'avait pas tranché aucun muscles ou nerfs. Cette fois-ci, le 4e siège s'en sortait avec chance, dans un piteux état certes, mais toujours en vie et avec une très bonne leçon. Les derniers moments défilaient dans la tête du Shinigamis blessé à la vitesse de la lumière, il réalisait maintenant plusieurs erreurs qu'il avait fait au long du combat, ses actes n'avaient pas été bien pensé, se sacrifier par orgueille de toucher son adversaire était stupide. Au moins, il serait prêt et en vie pour son prochain combat. La suite des choses semblaient se compliquer pour le nouveau Shinigamis. Le 4e siège avait légèrement mentià Natsuki, Aizo connaissait bien sa raison de lever son Zanpakuto, bien sûr, elle était encore remplie de brouillard, mais la vengeance était et serait pour toujours cette raison. Venger, venger Ryuu, son meilleur ami décédé dans le Rukongai. Même si le Hollow qu'il l'avait tué était maintenant mort, Kurosiki savait qu'il y avait forcément un élément déclencheur derirère la présence du Hollow. Il ne suffisait maintenant que de la trouver.

« Si seulement je savais..» La réflexion était longue, le coupable était évidemment camouflé, peut-être même que le coupable ne connaissais même pas les conséquences de ses gestes, malheureusement il finirait bien par les assumer. Peut-être même, n'y avait-il pas qu'un seul coupable, cela pouvait être une masse de gens ayant manqués à leur devoir. Bref, trêve de réflexion, Kurosiki saignait déjà du nez, pas question d'empirer le cas. Il avait encore beaucoup de chemin à faire avant d'être arrivé dans les baraques de la 4e Division. Son Zanpakuto était maintenant rangé dans son fourreau. Heureusement, son Shikai était resté secret. Il lui serait utile de ne l'avoir jamais montré à pratiquement personne un jour. Le Vice-Capitaine semblait être une personne plutôt présente au sein du Gotei, même que pendant un moment Aizo s'était demandé pourquoi Natsuki n'était-il toujours pas Capitiane, bien sûr, il n'avait pas la puissance parfaite même s'il en avait le potentiel, mais l'assassin compensait largement par son intelligence et sa logique. Même que Kurosiki se promit de prendre des notes sur lui, ou plutôt s'inspirer de lui. Sa manière d'amener les choses si subtilement. Alors qu'il arrivait devant les portes du Gotei, Aizo se dit qu'il était temps pour lui d'aller se faire soigner. Ce qu'il fit.

« Si seulement je pouvais savoir...»
FIN




Aizo Kurosiki
...Vous croyez savoir, mais vous ne savez pas...
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 291
• INSCRIPTION : 18/08/2011
• AGE : 25

• LOCALISATION : Île de la Réunion
• LOISIRS : Lecture de manga, Rp, Jeux vidéo
• HUMEUR : Hésitante !

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t310-fiche-de-kiishi-arashi-term

Passeport
Rang: 3ème Siège de la 8ème Division
Points d'experience:
15/290  (15/290)
Niveau: 17
Kiishi Arashi
A LITTLE SHINIGAMI † SHINIGAMI
I'M A BEAUTIFULL MODERATOR

Dim 13 Jan - 11:36
40 Xp pour Natsu et pour Aizo mais à voir avec Mr Cat vu la décision prise récemment s'il faut lui mettre !


edit gene : ajouté.




Fan de Mr Cat !

Un bouquet de Six fleurs !
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 6:45


Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée de congé ? Nan. / LIBRE /

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une magnifique journée dans la prairie [LIBRE]
» Journée de congé [Pv : La jolie Toshiro~]
» Journée de travail ( Libre )
» Lassante journée... Esprit détérioré... [pas libre du tt XD]
» Traversée des collines une journée brumeuse... (libre)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-