AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Divagation ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 15 Nov - 11:25
<| Divagation Première partie : Dante watashi no ai

Elle connaissait cette forêt, par contre, si elle regardait par là, elle ne la connaissait plus, si elle se mettait parfaitement à cheval avec la ligne de démarcation, c'était un saut dans la schizophrénie géographique, une forme de folie spatiaux temporelle qui s'offrait à elle. Taka sauta d'un monde à l'autre, marmonnant entre ses dents "Je connais", puis quand elle passait dans l'autre, "Je connais pas", elle fit cela pendant une dizaine de minutes le temps pour son cerveau de faire le trie dans ce qui se passait. A ce moment là, elle s'arrêta mirant le trou béant qui s'ouvrait sur la forêt qu'elle connaissait si bien.

- Merde, j'ai peut être fait une connerie dit elle tout haut, croisant les bras essayant de réfléchir le plus vite qu'elle put, elle devait prendre la bonne décision, elle se saisit d'un pan de la réalité et tira dessus de toutes ses forces allant jusqu'à l'arraché. Qui n'a jamais tenu dans sa main un morceau de ciel bleuâtre avec nuages et volatile passant avec lenteur agrémenté de cime d’arbre, n'a jamais connu la peur. Une peur panique, celle de l'enfant qui venait de briser un cadre et qui allait devoir expliquer sa à ses parents, sauf que dans la situation de Taka, le cadre était la trame de son monde et que les parents seraient surement une condensation entre le Gotei 13, le peuple de la terre - Animaux, insecte comprit, oui même les cons !- ainsi que dieu et elle sentait remonter le long de son échine la baffe monumentale qu'on allait lui mettre si elle ne faisait rien que regarder s’effondrer la réalité.

Un cours instant, elle voulait partir discrètement essayant de se dire que si elle mettait les mains dans les poches et sifflaient très fort alors sa ne lui retomberait pas dessus, puis il n'y avait aucun témoin, elle irait se plaindre à la Soul Society comme quoi c'était une honte de ne pas s'occuper de la trame de toutes existence puis elle se frotterait les mains avant de partir en sifflant d'autant plus fort. Sa pouvait bien marcher, le nombre de personne au courant de son petit dons n'auront cas se taire si ils ne voulaient pas recevoir les foudres de sa colère en plein visage.

- Bonjour Mademoiselle, sa semble la merde par ici non ? lui dit une voix derrière elle, secouant la tête elle expliqua que oui, mais bientôt sa ne serait plus elle la responsable, pour cela il suffisait qu'elle siffle très fort.

- Cela semble un pouvoir magnifique renchérit la voix, Taka frotta son menton puis se tourna doucement vers l'être. Elle ne put retenir le cris qui explosa dans sa gorge, faisant un petit bond sous la surprise.

L'être qui s’adressait à elle était trapu, de long bras difforme tombait sur le sol, un corps taillé en v qui finissait sur de petite jambes maladives. Bien que campé sur le sol, la petite chose s'aidait de ses bras pour ne pas culbuter vers l'avant. La tête de la chose ne possédait aucun cheveux ni poile d'aucune sorte, juste deux yeux vissé sur le haut du crane, deux trous devant faire office de nez et une bouche très étroite placé à l'endroit ou Taka aurait indiqué un cou chez un humain. La chose était tout de même globalement humanoïde, il souriait à la jeune femme, de petites dents noirâtres émergèrent de sa bouche.

- Tu es tout seul mon, Taka chercha ces mots, mais après tout on avait jamais prit de gant avec elle alors pourquoi se priver d'un mot qui allait comme un gant à la chose devant elle, ... Petit ?, la chose partie dans un rire qui fit passer sa tête vers l'arrière sa gorge s'ouvrant sur les tréfonds d'un gosier asséché.

La tête vint se remettre en place, il observa les fissures faites dans la réalité puis se tourna vers Taka. Son air était désolé - Notez qu'il est dure de jaugé les sentiments d'un monstre simplement en l'observant -, il claqua des doigts, quelques morceaux éparpillé de la réalité se remirent en place, mais il n'y eut rien d'autre. Taka fut abasourdie, elle devait faire un effort considérable pour ne serais se créer une petite porte vers d'autre monde, voila qu'un être étrange claquait des doigts pour réparer ses erreurs.

- Je ne pourrais pas faire mieux, il va falloir que vous trouviez mon maître lui dit le monstre, Taka sauta de l'autre coté du trou pour regagner sa foret, humide, froide, lugubre mais au moins il n'y avait rien de plus horrible que des Hollow ou bien des araignée qui s'y promenait. Elle haussa les épaules, faisant mine de s'en aller cherchant un air à siffler.

- Vous savez, moi aussi je peux passer facilement dans votre monde maintenant, combien de temps avant que des créatures ne viennent dépouiller votre univers de ces habitants fit il remarquer, il posa une main énorme sur son torse qui disparut derrière l'imposant membre, Je veux bien les tenir à l'écart si vous trouvez mon maître et lui demander de reboucher le trou vous prouverez que vous voulez aider dans le bon rétablissement de l'univers et pour vous prouvez ma gratitude je ferais en sorte que personnes ne passent dans votre monde, il finit sa phrase sur un sourire qui tirait sur le macabre, outre le fait que sourire donnait l’impression qu'on venait de l'égorgé avec un Zampakutos.

Taka soupira, même si elle allait tout de suite voir le Gotei 13, rien ne dit qu'ils peuvent refermer le trou sans un minimum de recherche et si ce monde venait à attaquer, cela lui retomberait dessus à coups sur. Elle sauta dans l'autre monde, suivant le petit démon qui s'arrêtait à chaque fois qu'il réfléchissait puis il se remettait en route. Taka lui demanda ou elle était, encore une fois la bête s'arrêta, mais cette fois ci la chose subtilisa son Zampakutos qu'il envoya par l'ouverture. Burei se planta dans l'herber du monde humain, Taka disparut dans un Shumpo pour aller chercher son arme, mais déjà résonnait le claquement de doigt fatidique, les morceaux se refermèrent tous d'un coup, seule la main de la jeune femme passait, essayant de frapper l'air, cherchant son arme en vain.

- Vous devriez retirer votre bras avant que la réalité ne reprenne ces droits, sinon vous le perdrez dit le petit monstre. Taka tira d'un coup sec créant de petite fissures qui disparurent presque aussi tôt. Elle pouvait voir à travers la réalité qui se reconstruisait, comme flouté, son arme la narguait derrière le mur improbable des dimensions.

- Je vais te commença t'attaqua, elle détestait se faire avoir d'une manière aussi puérile, quand son regard croisa celui de la chose, son physique avait changé d'imposante aile noirâtre battait l'air, le faisant volter à quelques mètres du sol.

- C'était pour être sur que vous restiez dans notre monde, le trou n'est pas refermé, ce que vous avez vue c'était juste une bulle temporaire variable, pour le moment le trou n'est pas encore apparut, mais quelques heures plus tard il apparaîtra à nouveau, puis vous aussi, mais si vous vous rencontrez alors se sera la fin de toutes choses, je vous conseil de partir au plus vite avant que vous ne reveniez ici lui dit le monstre qui s'envola comme une flèche esquivant le coups de la jeune femme, il ne fut plus qu'un point dans le ciel.

- Super ... se fit elle remarquer, la plaine de ce coté de la dimension était très sombre, le sol semblait rocailleux, mais par endroit on s'y enfonçait comme dans la mélasse après la pluie. Sur sa droite, il n'y avait que la noirceur et ce faible bourdonnement, sur sa gauche, il distinguait une forêt et quelques lueur s'en échappaient bien vite absorbé par la noirceur de l'antre. Elle parcourra la noirceur, un pas après l'autre évitant de se perdre dans l'eau trouble qui semblait prendre le pas sur le dur, des insectes horribles étaient apparu venant la piqué ils ne craignait pas la peur, continuant de revenir inlassablement. De bref coups d'oeil en arrière elle distinguait encore la foret, mais surtout les lumières or et argent qui rendait les cimes aussi chatoyant que l'extrémité des armes les mieux polies. Elle avait croisé nombre d'homme, le visage lâche, le regard fuyant, ils restaient pour beaucoup assis à ne rien faire, la moindre question les entraînaient dans une répétition du choix que leur laissait la jeune femme et ces moustiques horribles qui continuaient de venir les horripilés, mais les hommes ne bougeaient pas fixant le vide, s'accrochant à une touffe d'herbe plus soyeuse que les autres.

Taka revint sur ces pas, elle se prit les pieds dans l'un de ces êtres sans volonté, elle tomba tête la première, dans la boue, une chose habituel vint se glisser dans sa main, soulevant la chose, elle découvrit Burei tout de boue vêtu.

- Burei ! Comment es-tu arrivé ici ? lui demanda la jeune femme à haute voix, oubliant que par l'esprit cela aurait suffit.

- Je ne suis pas Burei lui répondit l'arme, Vous n'êtes pas Taka Neko, enfin pas celle que j'appréciais, pas celle que j'adorais lui fit remarquer l'arme, elle regarda l'arme puis se décida à avancer vers la forêt, elle tirera sa au claire plus tard.

- Vous voyez que vous n'êtes pas Taka, moi j'ai perdu Taka dans cette boue, il ne me reste rien si se n'est l'éternité et l'espoir vain qu'elle me retrouve, mais vous faites bien d'aller vers la forêt, vous avez de la chance lui dit l'arme qu'elle tenait fermement.

- Ne m’énerve pas je suis pas d'humeur Burei balança-t-elle, elle allait tiré cette histoire au claire et sa allait mal tourner pour ceux qui se mettrons sur son chemin.




Dernière édition par Taka Neko le Mar 20 Nov - 9:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Jeu 15 Nov - 14:43
<| Divagation Seconde partie : Mori, jigoku, sākuru Soshite soko ni watashi ga?

Burei refusait obstinément de lui parler à un tel point qu'elle commençait à se demander si son sabre n'avait pas un frère jumeau diabolique. Elle avait quitté la gadoue pour gagner la terre sèche et sereine, les arbres montaient haut dans le ciel, pas de vent juste une température idéale, les branches s'ouvraient devant la jeune femme et son sabre muet (si si je vous jure, pour la jeune femme c'est quelques choses de troublant, pour d'autre c'est un cas pathologique). Taka continuait d'avancer, cette foret était nettement plus plaisante que celle sur terre, pas d’animaux, ni de moustique et un silence qui fut brisé par des personnes qui discutaient. Visiblement l'un allait faire quelques choses, l'autre voulait voir, Taka leva le nez au moment ou un homme lui tombait dessus. Elle se jeta à terre alors que l'homme s'arrêta brutalement, les pieds à un mètre du sol prit de spasme. Taka regarda avec horreur le geste de désespoirs qu'elle avait sous les yeux, après les tremblements, le silence retomba tel un fardeau sur la foret, la corde tirée grinçait contre une branche un peu plus haut. La vision que la jeune femme avait de cette forêt changea brusquement, ces branches qui se retirent n'étaient la que pour mieux vous retenir si vous essayez de reculer, aucun animaux ni bruit pour endormir votre vigilance alors que vos pas font tellement de bruit alertant l'ennemie.

- Cet ennemie invisible qui se suicidera devant vous, pensât Taka en tendant la main vers le pied de l'homme, c'était bien la première fois qu'on ratait tellement son attaque qu'on finissait pendu, mais que voulez vous, certain n'avait aucune chance dans la vie comme si ce jour la madame bonne fortune c'était elle même cogner contre un doigt. Taka tourna autour du corps, il y eut un raclement de gorge qui la força à se retourner.

- S'il vous plais ne le touchez pas, il va être de mauvaise humeur lui dit une ombre qui se découpa des autres, un homme des plus séduisant, un sourire sur les lèvres les bras croisé sur un kimono délavé.

- De mauvaise humeur répéta Taka abasourdie par la droiture et l'assurance de l'être qui lui demandait de ne pas asticoter le pendu.

- Oui vous savez, il n'est pas du genre à vouloir voir du monde donc quand on touche à ces affaires il devient un peu fou lui confia l'homme, haussant les épaules comme si tout cela était parfaitement normal.

- Vous vous foutez de moi ! dit Taka, levant le zampakutos vers la tête de l'individus, le nouveau fit un pas en avant les mains levé comme pour lui demander d'aller doucement, Les yeux exorbité, la langue qui pendouille comme un chien les jours de grande chaleur et le cou disloqué devrait vous mettre sur la voix concernant le fait qu'il s'en fou maintenant de ses affaires ! dit la jeune femme rouge de colère et d'incompréhension devant le comportant de l'homme.

L'homme voulu rajouter quelques choses, mais Taka le coupa d'un mouvement brusque de la main, "Ne dite rien, vous croyez vraiment qu'il bave du sang pour s'amuser ?" lui confiât Taka, elle se déplaça de manière à avoir le cadavre pendouillant dans le dos. Une chose vint taquiner dans le haut du dos, elle essaya de bouger sans quitter l'homme des yeux, mais tout ce qu'elle parvint à faire c'était que la chose ne s'enfonce un peu plus.

- Je ne peux plus baver du sang, maintenant qu'il est pompé autre part lança une voix, Taka se retourna puis sauta sur une branche. Elle regarda le spectacle avec un certain effrois, l'homme pendu la regardait fixement, le sourire brisé par la corde lui donnait l'air d'un revenant et pourtant, il continuait de parler criant presque sur l'homme pour qu'il vienne le détacher chose qu'il fit. Le pendu tomba lourdement à terre, les os se remirent les uns après les autres, si le silence n'avait pas été si pure elle n'aurait pas put les entendre aussi distinctement. Les deux hommes se firent face, Taka n'en croyait pas ces yeux, ou était elle tombé comment ces hommes pouvaient faire de telle chose.

- Vous n'avez pas vue ceux dans le marais, ils naissaient de la mélasse grandissaient dans la fange pour mieux venir se faire taquiner par les moustiques difformes lui confia Burei avant de s'enfermer à nouveau dans son mutisme gênant, elle commençait à ce demander si ce zampakutos n'était pas ce qu'il prétendait être, tout simplement un autre Burei, taciturne, malpolie une entité pas vraiment encline aux dialogues.

- Hey descendez ma petite dame demanda le pendu, avant même qu'il n'est pu reprendre sa phrase, Taka lui tomba dessus les pieds devant venant écraser l'homme contre le sol dans un bruit d'os lugubre. L'autre parut surprit mais se mit à rigoler.

- Qu'est ce qui te fait rire toi ? demanda Taka, envoyant Burei enfermé dans le fourreau dans la tête du malandrin, à nouveau les os se brisèrent comme tu verre, les nerfs de Taka lâchait, après s'être retrouvé dans cette merde, elle perdait Burei pour mieux le retrouver totalement défoncé à un truc pas très net et elle rencontrait deux fêlés professionnels de la pendaison sauvage qui s'éclataient à ressusciter un peu comme ces plantes que l'on souhaite se débarrasser, mais qui revienne quoi qu'on face. Elle avait été un peu brutale, se levant de la tête de l'homme, elle taquina les corps avec le bout de Burei.

- Ils semblent mort, heureusement je suis pas dans mon monde sinon j'aurais été emmerdé quand même se fit elle remarqué à haute voix, tournant le dos à ses anciens compagnon elle entreprit de chercher le maître des lieux.

- Ne partez pas Mademoiselle, vos coups sont si bon pour mon ennuie lui fit remarquer le pendu, Taka fit volte face, ramenant son arme devant elle dans une défense des plus déconcerté.

- Putain les mecs, vous êtes tellement chiant que si je vous jetais d'une falaise vous trouveriez le moyen de rebondir dit elle, le pendu se figea puis explosa de rire, suivit de son compagnon qui remettait sa mâchoire en place, mais dans quel monde de fou venait elle de tomber.

- Vous ne comprenez pas, nous nous ennuyons tellement, la mort est devenu une forme de jeu et encore dans le village c'est encore pire lui dit le pendu, expliquant que eux dans l'histoire c'était les gentils.

- D'accord c'est quoi cet endroit dit Taka, les deux parurent surpris, expliquant à Taka qu'il ignorait tout il était apparut ici dans la forêt puis avait rejoint la ville, comme tout le monde ils avaient essayé de traverser le pont pour savoir ce qu'il faisait ici, mais tous avaient échoué devant Minos. Puis ils ont vécus dans ce lieux, paradisiaque aux premiers abord pour finir par contempler l'horreur de la monotonie, devant les actes horrible de certain pour ne serait ce que ressentir la monté de l'adrénaline dans leur veine, la sensation de vie les habitants arrivaient au pire chose, car bien que les victimes vivaient à nouveau, la douleur elle restait belle et bien encré. Eux avaient décidé de se retirer, parfois ils tentaient quelques incartades dans les marais, mais les moustiques étaient bien trop présent pour qu'ils puissent y rester alors ils revenaient dans la foret, restait un moment avant de recommencer à vouloir ressentir la vie.

Taka ne savait pas trop quoi en penser, elle restait dubitatif, mais l'ennuie porté à son paroxysme devait entraîner d'étrange comportement. Surtout quand on sait que l'autre finira par revivre, on est débarrasser de la moral, de la conscience gênante, de l'après l'acte, une forme de perfection dans l'âme qui entraîne au pire moeurs.

- Je cherche le maîtres des lieux, vous savez peut être comment on le trouve ? demanda Taka, devant l'air perplexe des deux compères, Taka lui expliqua ce qui lui était arrivé pendant ce temps, le pendu c'était tranché les veines et attendait la mort.

- Je pense, commença l'homme qui maintenait l'autre droit pendant qu'il se vidait de son sang, que de toutes manière il faudra passer devant Minos. Le pendu tomba en arrière, presque mort, cela ne faisait plus rien à Taka, elle savait pertinemment que l'homme se relèvera frais comme un gardon dans une poignée de minute, il Vous faudra traverser la forêt, vous tomberez sur le village, je vous conseille de ne pas vous y arrêtez, nous sommes immortelle ici, mais nos règles ne doivent pas s'appliquer à vous fit il remarquer.

Alors que le corps du pendu revenait, elle décida de tourner les talons à cette étrange rencontre, ces deux êtres sentaient le malsain, il y avait quelques choses dans leur regard qui frôlait l'hystérie peut être serait elle pareille si elle avait vécus ici, mais en tant que personne de l'extérieur elle ne ressentait qu'un profond dégoût pour les deux êtres. Elle disparut dans la forêt, elle pouvait encore entendre les voix de deux comparses.

"C'est toi qui me poignarde ou bien tu préfère que je te coupe la tête ?" demanda l'un, elle préféra ignorer la réponse.

Devant elle s'ouvrit le village, pittoresque, tout en bois et aux cheminé tordu, les encadrement formaient des angles étranges, rien ne semblait droit, même les rues partaient dans de petite courbes. Les herbes étaient hautes, les gens passaient mollement appréciant l'air, certain tenait de petit sac, d'autre encore couvert de sang rentrait prendre une douche tout guilleret. Elle regarda autour d'elle, certain se pressaient d'une maison à une autre le sourire aux lèvres, puis résonnait un gong, tout le monde sortait des maisons leur penaud attendant patiemment la prochaine demi heure de folie. Elle échappa à deux tocsins, mais elle sentait les nerfs lâcher, entendre ces hommes et femmes pleurer quand leur bourreaux les traînaient dans leur maison les autres rires alors qu'ils affûtaient leur ongle. D'autres n'attendaient même pas d'entrer dans un lieu privé, il s'attaquait à leur prochain, les mangeant goulûment pour voir comment il allait se reformer. Taka essaya de retenir une jeune fille qui demandait à son père d'arrêter, alors que l'homme la traînait par les cheveux vers la demeure, la mère se dévorant les mains le sourire en coin et le regard fou, la femme se rua sur la gamine et la tira dehors, mais déjà elle se débattait contre la poigne de Taka, lui demandant de laisser faire son père, le regard emplie d'une excitation malsaine. Seule dans la rue, elle prit Burei dans la main, enfermé dans son fourreau, elle tapa une fois sur le sol puis s'en alla traînant l'arme, laissant une marque blanchâtre le long de son périple. Quand elle passa le pont, la ville explosa soufflant toutes choses à des lieux à la ronde.

- Essayer d'être plus constructif la prochaine fois, fit elle remarquer à elle même alors que le Burei qu'elle tenait encore en main se contenta de rire.

Le chemin se tortillait sur une pente douce, les arbres, l'herbe, avait retrouvé sa fraîcheur et son bruit, elle ne voulait pas se retourner et constater les dégâts ni voir les survivant forniquer sur les décombres, elle voulait avancer un point c'est tout. La route s'arrêta sur une porte démesuré, un siège en bois ayant connu de meilleur moment était collé contre la parois qui jouxtait la porte, un être bedonnant la regarda passé un sourire en coin.

- Que veux tu ? lui demanda l'être, les cornes sur sa tête lui rappelait un peu l'être qu'elle avait vu un peu plus tôt.

- Je veux voir le maitre des lieux dit elle

- J'aimerais voir comment tu es morte avant dit l'être se levant de son siège, il avança sur de courte patte, Taka se demandait comment de si petite jambes pouvait supporter le poids de cette carcasse atroce.

- Je ne suis pas morte dit elle froidement, levant Burei au niveau des yeux de la chose, ce dernier déglutit, puis claqua des doigts, la porte grinça puis s'entre ouvrit.

- Je suis sur que le maître adorera votre visite, mais attention, si vous quittez le chemin ou bien si vous vous perdez, alors vivante ou non vous ne quitterez plus jamais ce lieu lui dit il, un bref clin d'oeil, Minos vint se rasoir attendant sa prochaine victime. Taka passa les portes avec lenteur, elle se demandait bien ce qui pourrait la retenir dans cet univers de fou.

Suite Bientôt


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Lun 19 Nov - 15:52
<| Divagation Troisième partie : Watashi no ganbō watashi no seizon surū*

Elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire, elle n'osait bouger ni même respirer ce qui allait devenir problématique dans quelques secondes, Taka ne fut jamais très fort en apnée et dans cette condition, ce n'était pas qu'elle ne voulait pas respirer, mais que le spectacle devant elle lui coupait littéralement le souffle. Les portes c'étaient refermé derrière elle laissant un Minos rigolard et une Taka des plus dépité, mais maintenant les deux sentiments venaient s'entre choqué, non pas qu'elle est plus envie de rigoler que de pleurer, mais elle se demandait comment elle allait pouvoir passer au travers de cette pièce pour rejoindre la porte juste en face d'elle, car un charnier, cela peu passer, une foule d'étudiante en folie pour le concert d'un garçonnet en manque de testostérone, elle peu en faire son affaire, mais voilà que la pièce était jonché d'homme et de femme en plein accouplement, sur son estrade, on aurait dit qu'elle était l'initiatrice de tout cela alors que d'une manière très personnelle ne pas savoir à qui se vouer était surement l'une de ces plus grandes peur - entre autre, disons entre celle d'être vraiment petite et celle d'être totalement nul au lit en raison de sa petite taille -, elle se retourna pour rouvrir la porte, mais cette dernière refusa de bouger, elle était coincé comprenant sa comme une grande claque dans la tête, elle fit volte face le dos contre la porte, les bras allongé contre le morceau de bois travaillé. Pas de panique se disait elle, un petit shumpo et elle aura traversé la salle en deux deux, histoire de bien faire comprendre à tout ses plouc qu'elle n'était pas femme qu'on aspergeait. Elle prit une grande respiration puis disparut avant de venir s'heurter à une barrière invisible qui la renvoya contre la porte. Elle se frotta la tête, les quelques couples les plus proches des marches la regardèrent sans la voir puis reprirent leur va et vient bestiales, quoi que la technique du petit jeune un peu plus bas semblait très prometteuse.

- Ce n'est pas du jeu d'aller si vite ici, d'ailleurs à l'entré c'est marqué "perdez toutes espérance" et non pas "Bienvenu à tout les phénomène de foire ma petite", elle voulu envoyez Burei dans la tête de l'ombre qui lui parlait mais la chose refermait déjà sa main sur son bras remontant doucement vers l'épaule, un peu de trapping les fit tourner l'une sur l'autre, ce nouvelle adversaire comme un serpent ne lâchait pas Taka, faisant glisser ces mains le long des courbes de la jeune femme. Finalement, les deux se retrouvèrent nez à nez, une très belle femme tenait Taka dans ces bras le visage si prêt que si elle le désirait elle aurait pu faire un tendre baiser à la jeune Shinigami, au lieu de cela la femelle passa sa langue le long de son coup provoquant un tremblement chez la jeune femme.

- Quelle fougue lui dit la femme dans le creux de l'oreille, le souffle chaud de la créature lui tira une nouvelle slave de frissons, perdant toutes forces pour la pousser un peu plus loin d'elle l'étrange être féminin se sépara de Taka qui tomba à terre, le séant collé au sol frais. Taka essayait de reprendre sa respiration, le regard dans le vague elle se demandait ce qui se passait, ses sens défaillait, on venait de réveiller en elle plus d'envie luxuriante que de légion infernal et toutes ces chère petite hormone lui labourait le bas ventre. Prenant une autre grande goulée d'air, elle parvint à se relever, faisant fuir d'un mouvement de la tête les envies capricieuse qui semblait planter leur tente dans son corps prête à resurgir au moment le moins opportun.

Essoufflé, Taka fixait la femme qui n'en avait que les formes principal, de long cheveux sombre, des formes alléchante - oui elle n'y croyait pas qu'elle pouvait penser cela -, un sexe imberbe, des bras maigrichon et de véritable abdominaux en béton armé. En contre partie de sa chevelure deux cornes émergeait de couleur os, ces seins bien que nue arborait une carapace d'écaille sur le coté, sans compté l'imposant membre arrière, une vrai queue de démon fouettant l'air.

- Si tu veux vraiment passer ton chemin tu ferais mieux de partir maintenant, ici tout ce que tu gagnera c'est de te perdre dans tes envies les plus sombres, mais bien entendu pas de vitesse hallucinante et je te conseil de laisser tes vêtements ici, je serais ravis de te les donner à ta sortie de l'autre coté, enfin si tu sort un jour cela va de soit fit remarquer l'être féminin, Taka jeta un regard à la vaste salle avec une pointe d'appréhension, partir à l'aventure totalement nue, c'était inédit pour elle, mais ce spectacle ne lui donnait pas du tout envie alors si la succube semblait douter de la sortie de Taka c'était que les joueurs en contre bas allait s'en donner à coeur joie pour la dépouiller rapidement. Elle hésitait, essayant de trouver l'angle d'attaque le plus propice à une évacuation d'urgence, mais pour atteindre de l'autre coté, c'était foule de corps en folie qui faudra affronter et dire que son père avait craint que ce soit elle qui organise de tel soirée orgiaque.

- Tu devrais te dépêcher, plus tu reste prêt de moi, plus tes pulsions te pousseront à descendre et malheureusement plus tu auras de chance de rester coincé en bas lui dit la créature, Taka en doutait, mais le baiser avait fait voler en éclat quelques interdits qu'elle s’imposait et il fallait avouer qu'elle avait du mal à se convaincre qu'elle ne voulait pas retenter l'expérience.

Pas question qu'elle reste câliné une chose mi-humaine mi-démon, elle devait prendre son courage à deux mains, elle déboutonna sa veste qu'elle fit glisser a terre, retira son soutient gorge qui fit danser ses deux seins d'une taille convenable pour sa taille, faisant glisser son ceinturons elle en profita pour tout faire glisser au sol, short et tangua noir se retrouvant en tenu d'Eve, ne manquait plus que les chaussures, mais vue ce que faisait tout le monde marcher pied nue ne lui donnait pas franchement envie. Un dernier regard pour la démone, puis elle descendit les marches quatre à quatre, à peine touchait elle le sol de salle de reproduction - le bruit spongieux fut extrait de sa conscience pour ne pas tomber en état de choque - deux couples étaient déjà sur elle, l'homme le matérielle à la main agitait son poignet comme un fou dans sa direction.

- Chaire fraîche ! lança l'homme, recevant sans aucune défense le pied de Taka chaussé d'une chaussure montante, un demi tour, elle glissa et envoya sa jambe dans une femme qui poussa un cris de ravissement en recevant le coup, cela aussi Taka préféra l'ignorer.

Elle retomba lourdement les deux pieds bien planté dans le sol, les yeux fermés, elle préférait ne pas s'attarder sur le liquide spongieux qu'elle avait entendu se dilater quand elle était retomber. Elle leva la tête, les couples se désunissait, d'autre ne pouvait attendre pliant leur partenaire de devant pour mieux lui labourer le dos dans de grand va et vient bestiaux. Taka n'en croyait pas ses yeux, tous ses corps s’entremêlait dans une chevauché fantastique des plus pauvre et pourtant, le dégoût devenait une forme d'excitation malsaine, l'envie de se mêler aux corps en rûte, un être posa la main sur son épaule, comme un réflexe elle le bouscula puis chassa son pied d'appuis pour mieux lui caler un chasser dans le ventre qui le fit partir en arrière faisant tomber par la même deux autres libidineux. Elle s'appuya sur l'épaule d'un puis passa au-dessus d'un groupe retombant pour mieux se mettre à courir, éviter et tourner rapidement pour que les corps n'aient le temps de remarquer sa présence dans le coïte éternelle que leur offrait l'endroit. Une femme lui prit sa jambe, elle tomba tête la première dans le liquide visqueux, des mains l’agrippèrent passant sur son corps s'insinuant en elle avec hardeur, elle dut lutter pour ne pas se laisser aller à la monter d'envie scabreuse qui lui lancinait le ventre, elle ne pouvait croire que de telle envie faisait partie d'elle, un simple morceau de chaire pour ces corps en chaleur. D'une pirouette elle esquiva l'attroupement qui en voulait à son corps, trébuchant à chaque pas, essayant de redonner courage à ses jambes flageolante Taka fit un saut atteignant les premières marchent menant à la sortie, un homme lui avait attrapé les chevilles, sa tête glissé entre ces cuisses lui retirait toutes ses forces dans un sursaut de volonté macabre, elle resserra ses cuisses et fit faire à la tête du malheureux un demi tour, paniqué, envieuse et sentimentalement chaotique, elle se hissa sur la dernière marche, rampant jusqu'à se retrouver dos à la porte. Les hommes et femmes la regardèrent, mais ne montèrent pas sur l'estrade, certain la regardait avec envie, d'autre avec tristesse, mais bien vite l'affolante envie reprit le dessus sur leur esprit et ils furent rapidement tous en bas recommençant leur danse luxurieuse.

En larme, Taka essayait de calmer les palpitations au creux de son ventre, elle n'avait jamais eu autant d'image affreuse défilé devant son regard, mais au-delà des images et d'un future terrifiant, elle avait sentie qu'elle aurait aimé cela. Les larmes d'indignation se transformèrent en l'arme d'indignation puis en larme de haine. La démone venait de poser le pied prêt d'elle, elle regarda Taka avec cette lueur de peine pour une animal blessé.

- Tous les hommes sont attirés par cette folie luxurieuse ma belle, sauf que ici, tout est si amplifié que tu découvre bien plus vite cette partie sombre dit elle, se penchant vers la jeune femme, Taka essaya de lui coller directement son poing sur le coin de la figure, mais la femme l'évita sans peine la prenant par le bras, elle la teint au-dessus des escaliers, les corps enlacé vinrent se mettre sous Taka, lui léchant les pieds jusqu'au mollet, les bêtes humaines continuait de se toucher entre eux, les larmes revinrent de plus belle alors que les mains de la jeune femme essayait de lutter contre la poigne du monstre.

- Tu as tes affaires prêt de la porte, soit tu te rhabille gentiment, soit je t'envois si loin dans cette pièce que le seul moment ou tu reverra ces marches se serra quand tu viendra me distraire dit le monstre, Taka arrêta de lutter et lui fit signe d'un "oui" de la tête, l'étrange femelle la renvoya prêt de la porte ou ces vêtements étaient disposé en tas, Burei fut celui qu'elle prit en dernier avant de pousser la porte et de la refermer brutalement derrière elle avant de s'écrouler.

*A travers mes envies ma survie


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Mer 21 Nov - 11:02
<| Divagation Quatrième partie : Kemono no senaka ni, Unmei wa kanpekina yōda*

L'imposante bête se cabra, les os du monstre craquèrent, le tintement lugubre fit sourire Taka qui ramena la laisse improvisé devant lui pour envoyer la bête en avant, défonçant la porte pour continuer son aventure. La jeune femme avait des ressources et une certaine psychopathie fulgurante, donc quand la porte de la luxure c'était refermé derrière elle laissant les corps arborés leur dance les plus sensuelles, elle s'écroula dans le sang et les membres. Cela la fit bien vite revenir parmi les vivants, du sang partout, elle ne parvenait pas à croire qu'on pouvait en avoir tellement, elle comprit bien vite que cela ne venait pas que d'un corps, en ligne serré, des hommes se faisaient dévorés les un après les autres par une bête à trois tête, leurs membres tombaient un peu partout autour du monstre, puis du sang renaissait les morts pour mieux reprendre leur place et se faire manger à nouveau.

La jeune femme c'était avancé jusqu'à faire face à la bête, les gens ne bousculait pas dans cette queue, de toute manière, ils connaissaient la fin du film, certain même l'avait vue de différente manière au vue de l'endroit ou le chien déféquait, il fallait bien que les corps retrouve toutes les parties de leur être avant de retourner devant le bourreau canin. Le chien aboya envoyant sa bave et son haleine fétide sur la jeune femme qui incarnait dans ce désert macabre la perfection. L'une des têtes vint renifler l'habit qu'elle portait et sans prévenir, l'arme vint frapper la bête. Burei Jura puis se tue, il n'avait rien à dire, le regard vide la jeune femme n'était plus qu'une boule d'instinct bafoué par le dernier cercle, elle revoyait sa faiblesse et dans ce lieu la rage n'était qu'un rouage, les deux autres têtes s'abaissèrent elle disparut mettant dans le même mouvement deux nouveaux coups qui fit tourner la tête aux monstres. Le Chien se leva, les âmes prirent leur jambes à leur coup en une poignée de seconde, le chaos régnait dans l'antre, les hommes s'entre tuaient ou bien essayaient de sortir, le Chien pourchassait Taka qui frappait le liquide du pied se déplaçant avec une aisance particulière et singulière dans ce décore infernal. Prêt de ce qui ressemblait à une niche, d'imposante chaîne pendouillait à un mur, disparaissant dans un Shumpo elle utilisa le Kido faisant apparaître trois bec qui prirent les chaîne et les clouèrent contre le monstre à trois tête, ce Dernier hurla, Taka en profita pour jouer avec les chaines comme une professionnelle du bondage elle vint à étrangler les trois têtes si ces derniers bougeaient trop.

La décision prise, le chien explosa la porte qui s'ouvrit sur une nouvelle salle, se reconstituant rapidement pour pas que les âmes ne s'échappent de leur tourment, telle une cavalière infernal, Taka envoyait des coups de Zamapkutos dans les cotes du monstre qui courait droit devant lui. Une pièce lui tomba sur le coin du crane qui lui tira un juron, elle n'en croyait pas ses yeux, des hommes jugée sur des montagnes d'or et d'argent faisait une guerre sans pitié pour ne serais ce avoir une nouvelle pièce, les injures, les hurlements alors que certain torturait les perdants pour leur soutirer le moindre centime de la moindre cachette qu'ils auraient put trouver. Le Cerbère ne fit pas dans les détailles, la piste qui s'enroulait autour des tours d'ors n'était pas suffisamment grand pour que le chien à trois tête ne puisse se frayer un chemin, alors voila que la bête explosait les tours d'argent, les âmes hurlèrent se ruant sur leur bien, se battant avec ceux qui essayait de réunir leur butin une guerre éclata, Taka n'en avait rien à faire, la porte se profila derrière les monticules d'or, elle tira sur les fers, le chien sauta pour traverser le bois. Le monstre glissa sur le sol freinant des quatre pattes juste au moment ou un poing rageur vint fondre à quelques pas d'eux écrasant le sol dans un bruit assourdissant.

D'imposantes têtes aux bras musclé le tout fait de marbre abattait leur poing vengeur en contre bas, ou se livrait une bataille terrible, les hommes et femmes prient dans un délire brutale venait à se mettre sur le coin de la figure tout et n'importe quoi , sur l'estrade, prêt des marches écrasé, l'imposant cerbère profitait de l'hésitation de Taka pour se reposer et devait bien réfléchir à une manière de se débarrasser de cette étrange cavalière, Burei sur le coté attendait patiemment dans un silence religieux, il n'avait d'yeux que pour son petit monde, aucun lien ne se formait avec lui, il désirait resté dans son cloître personnel, si il n'avait pas été si obtus, elle aurait juré qu'il pleurait. Taka tira sur les liens faisant tanguer le monstre qui parti en avant, les gueules ouvertes bavant et vociférant sous l’effort, écrasant les guerriers, les dévorants de temps à autres ils cherchèrent la sorties tournant sur le charnier alors que les poings s'abattaient régulièrement sur le champs de bataille créant de nouvelle gerbe d'hémoglobine. Taka tourna sur elle même, trouvant un escalier un peu plus loin qui montait le long d'une colonne, si ce n'était pas la sortie, au moins elle serait protéger de la fureur des êtres de pierre qui distillait leur rage aveugle sur le champ de bataille. Le Cerbère courut comme il ne le fit jamais sentant lui aussi que la moindre incartade pouvait lui coûter la vie, autant faire équipe avec l'humain sur son dos.

Le couloir de l'escalier laissait juste assez de place pour la bête et Taka, la vitesse avait beaucoup diminué, mais la jeune femme était heureuse, bientôt elle verrait la fin de ce cauchemars, l'épaisse bête entre ses cuisses perdait sa respiration de temps à autre créant un rythme et une vitesse hachée. L'étrange duo arriva sur le haut de la colonne, trois êtres les attendaient, des formes de femmes mais plus rachitique, des crocs à la place des dents et des ailes rachitique tirant sur le démoniaque qui essayait de les soulevé du sol malgré leur poids. Leur cheveux sifflent, des serpents rattachés à leur tête essayent de s'en détacher en tirant sur leurs points d'encrages. Une d'entre elle se déplaça jusqu'au chien qui n'osa pas moufeter malgré la force que mettait la jeune femme sur les liens.

- Cerbère que fais-tu ici pauvre petite bête fit remarquer le monstre posant une main compatissante sur l'une des tête elle l'arrache et mit en pièce le monstre dans un mouvement de main, Taka parvint à sauter au bon moment passant au dessus de l'attaquante, mais les autres étaient déjà sur elle, elle disparu dans un Shumpo qu'elles suivirent du regard, mirant l'arrêt de Taka juste devant la porte qui la conduirait un peu plus loin dans son périple.

- Tu te tourne on te tue lui dit l'une des femmes monstrueuses accompagnées par le rugissement de ses serpents.

- Plante moi dans le sol demanda Burei et charge moi de la capacité de ton père, Taka hésita, elle ne pourrait pas aller le chercher une fois cette attaque lancé, Lance moi, je ne suis pas ton Burei, tu ne l'as pas remarqué, mais ma Taka est en bas sur le champs de bataille, je dois la retrouver dit il, la jeune femme n'en croyait pas ses oreilles, mais après tout vue l'endroit ou elle se trouvait cela n'avait rien de choquant, elle se saisit de l'arme après lui avoir souhaité bonne chance et elle l'envoya dans le sol à une distance égale entre elle et les Furies, tout explosa, les femmes hurlèrent essayant de s'envoler alors que les morceaux de la tour tombaient en contre. Taka passa la porte aussi vite qu'elle put, essayant d'oublier qu'elle venait de sacrifier Burei, peut être pas le siens, mais celui d'une autre Taka. Une fois la porte close, elle soupira, Burei pouvait paraître horriblement taquin et sur de lui, mais maintenant elle savait jusqu'à ou il irait pour la protéger et l'aider.

A suivre


*Sur le dos de la bête, Le destin me semble parfait


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 377
• INSCRIPTION : 22/06/2012
• AGE : 916

• LOISIRS : Mettre des claques
• HUMEUR : Massacrante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t795-fiche-de-neko-taka

Passeport
Rang: Hybride
Points d'experience:
225/320  (225/320)
Niveau: 19
Taka Neko
THIS IS THE LIFE † HUMAIN

Ven 23 Nov - 10:08
<| Divagation Cinquième partie : Tsūro, Betsu no jinsei, Basho no masutā*

Voila une nouvelle guerre qui se terminait, elle avait laissé des hommes chevaux des plus bestiales s'occuper de la troupe d'humain désireux de faire la guerre. Elle avait traversé la salle comme une ombre, animant chacun de ses mouvements dans des Shumpo répétitif, les étranges bêtes la laissèrent faire bien que chacun avaient tourné la tête à son passage, lui faisant une petite réflexion avant qu'elle ne disparaisse à nouveau, visiblement elle n'était pas la bien venu ici, pas aveugler par la haine et la brutalité elle n'avait alors aucun intérêt. Elle regardait alors la salle avec beaucoup d'appréhension, comment les hommes pouvaient ils être à ce point aveugle. Sa main vint serrer une chose qu'elle n'avait plus, Burei lui manquait, sa présence même silencieuse était comme un baume sur son âme attristé. Elle poussa les portes derrières elle et entra dans la nouvelle salle, une forêt gigantesque ou des cris d’horreurs résonnaient. Encore une salle horrifique ce dit elle, devant elle quelqu'un lui tournait le dos, une femme petite, habillé de manière provoquant, son regard fut attirer par l'arme qu'elle portait sur son coté gauche.

- Hey Burei ! criât-elle, une ombre la poussa dans un coin, une porte dérobé qui n'était pas la sur le moment, elle vit la jeune femme tourner la tête, c'était elle mais la Taka en face ne l'avait pas vue. Elle se retourna vivement, elle était dans un couloir qui passait dans le mur d'enceinte qui retenait la porte, le diablotin était un peu plus loin, celui la même qui l'avait dépossédé de son arme et coincé ici.

- Vous ne devez pas vous voir dit le monstre, levant une imposante main dans sa direction pour arrêter ce qu'elle allait dire, Si vous vous reconnaissez l'une l'autre, je ne donne pas chère pour ma tête et pour cet Univers dit il, croisant les bras, se tenant droit sur ses minuscules jambes.

- Sa ne serait pas un mal finis par dire Taka qui commençait à ce calmer, autant pour ne pas provoquer un incident débouchant sur la fin du monde, autant car elle savait que le diablotin avait une puissance considérable et détruire un abris sur serait de la pure folie.

- Oui peut être mais avec le trou que vous avez fait entre nos deux mondes, cela risque de détruire le votre aussi fit remarquer le monstre, levant un index démesuré comme un professeur devant un élève récalcitrant. Taka ne préféra rien dire, elle ne devait pas être le juge d'un monde ni de deux d'ailleurs elle se contenta alors de croiser les bras et de soupirer.

- Que faisons nous alors ? demanda la jeune femme, mirant à travers le mur d'une étrange transparence l'autre Taka disparaître dans les bois.

- Je vais vous mener à mon maître c'est le seul moyen dit le diablotin passant devant la jeune femme dans un petit trot qui en fin de compte permettait à Taka de marcher normalement.

Dans les murs, les couloirs s'entre déchirait plongeant toujours plus profond dans la terre, elle vit des enfers horrible, mais aussi des endroits ou le mal était tellement retord qu'elle se demandait si elle aurait survécus ou bien si elle n'aurait pas jeté l'éponge se vautrant dans un vice qui ne lui ressemblait pourtant si peu. Elle continuait de suivre le monstre comme si de rien n'était dans un silence de mort, seul leurs talons claquant en rythme faisait naître dans la noirceur des corridors une once de vie.

- J'aurais crus qu'il y aurait plus de désaxés pour regarder de tel spectacle dit Taka alors qu'elle passait à un univers ou les êtres qui gouvernaient prenaient un malin plaisir à trancher les corps sans les couper totalement en deux attendant que les plais se referme dans la souffrance avant de recommencer, elle ne quitta pas le spectacle des yeux, secouant la tête désolé d'une telle violence.

- Non, on préfère être de la partie, ces couloirs ne sont la que pour les Urgence dit le monstre continuant de trottiner, sa voix ne laissait pas de doute, l'urgence était bien réel.

Le Diablotin ouvrit une porte sur le coté, après ces heures de marche enfin la fin du tunnel, l'univers de l'autre coté du mur était invisible comme si ici les murs prenaient une véritable épaisseur, la noirceur était tellement plus dense. Quand le diablotin ouvrit le passage un froid mordant prit au dépourvu la jeune femme qui ne put sur mettre ses bras autour de son corps, frottant pour essayer de chasser la morsure du froid, mais il était si pénétrant que cela lui donnait l’impression que le froid venait de l'intérieur de ses os. Le monstre lui dit de la suivre, elle avança, les membres frigorifié, quand elle rentra d'immense pique de glace venait transpercer des gens qui se débattait venant à mourir puis renaître pour mieux se faire à nouveau embrocher. Au milieu de ces horreur un être humanoïde lisait, assis sur son trône de glace et de corps, il leva les yeux pour voir arriver la nouvelle venu.

- Traune, pourquoi as-tu utilisé le sort temporelle cela met mon monde à mal dit l'être refermant son livre pour le caler entre son bras et son corps, il se leva, il était nettement plus grand qu'il n'en donnait l’impression dépassant de trois ou quatre tête la jeune femme.

- Et toi, toutes tes images viennent et reviennent inlassablement dans mon monde, elles finissent tous par mourir ou bien par perdre la tête dit le monstre, il leva la main montrant dans le reflet de la glace certain cercle, le premier ou se mêlait dans leurs luxurieuses danse, elle distinguaient dans les corps son corps mit à nue et se donnant sans retenu, elle détourna les yeux pour voir la forêt qu'elle avait quitté grâce au diablotin et la Taka qui était entrer se faisait picorer par d'étrange Hiboux, ses yeux avaient été arraché et elle hurlait. Partout, elle se voyait se battant ou abandonnant, Burei toujours à ces cotés et parfois absent.

- si sa continue, mon monde ne sera jamais assez grand pour permettre à toutes tes probabilités de vivre ici, bien que j'aurais apprécier ta compagnie, ta souffrance et tes doutes son si savoureux dit il en approchant sa tête de celle de la jeune femme, elle avait du mal à quitter du regard les reflets montrant une possibilité de vie qu'elle avait eu la chance d'échapper, mais pour mon monde, j'ai annuler le sort de Traune et je vais te renvoyer dans ton monde cela permettra de mettre fin à toutes ces choses fit il remarquer, sans rien dire de plus, il claqua des doigts, une porte apparut dans la glace.

- Utilise se portail pour aller à l'endroit ou tu as creuser dans notre dimension mais attention que je ne te revois jamais ici, sinon j'ai un cercle qui semble tout à fait fait pour toi fit il remarquer, la jeune femme ne voulu rien entendre de plus, elle ouvrit la porte et s'en alla, une fois dehors elle courut le plus vite possible vers le trou béant qui se reformait doucement, elle sauta dedans les pieds devant, chaque centimètre de corps qui disparaissait de ce monde étrange entraînait la même disparition chez les singularité temporelle.

Elle toucha le sol de ce monde, ce laissa tomber face contre terre, elle retenait les hauts le coeur qui la traversait. Burei était planté un peu plus loin, elle se traina jusqu'à lui et le saisit, le lien entre eux apparut directement.

- Je suis si heureuse de pouvoir enfin te parler dit elle, Burei apparut à la frontière avec sa conscience.
- Que raconte tu ? Cela ne fait qu'une petite poignée de minute que tu es partie, le trou finissait de se refermer, Je vois que tu as trouvé comment refermer le trou sans moi bravo dit il, Taka laissa aller ses nerfs à exploser et se mit à pleurer, Burei essaya de la calmer dans le monde intérieur qu'ils c'étaient forgés tous les deux.

- Que c'est il passé la bas ? demanda l'arme, ombre informe qui entourait de ces bras noirâtres le corps en position Fœtale de la jeune femme .

- Un enfer dit elle entre deux larmes discrète, Burei ne posa pas d'autre question, l'oublie était tout aussi efficace dans certaine plaies.

*Un passage, une autre vie, le maître des lieux


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1377
• INSCRIPTION : 20/08/2011
• AGE : 176

• LOISIRS : Embrasser Morphée
• HUMEUR : Changeante

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t306-fiche-technique-de-la-cuart

Passeport
Rang: Espada 4th
Points d'experience:
140/410  (140/410)
Niveau: 25
Genesis Yume
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW
I'M A FEARFUL ADMINISTRATOR

Lun 26 Nov - 15:19
C'est naturellement que je te distribue 30 XP, le maximum pour un RP solo.










Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 10:33


Revenir en haut Aller en bas
 

Divagation ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Billy ♦ Cette vie n'est qu'un rêve. Le rêve du soir est notre vie.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-