AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

Soradanomi - L'être immonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 42
• INSCRIPTION : 07/11/2012
• LOISIRS : Disparaitre
• HUMEUR : Exotique

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Tercera Espada
Points d'experience:
145/395  (145/395)
Niveau: 24
Soradanomi
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW

Mer 7 Nov - 20:58
Soradanomi


© crédits avatar


Votre âge : Insondable
Votre sexe : Qu'importe il me suffit de choisir
Votre Race : Hollow Bien que ces ""frère"" préfère l'oublier
Votre Rang : Si ma présentation me le permet, équivalent a un Espada de haut rang. >

Mon Physique


Un physique, cela définis une personne, sa la rend tangible en face des autres, quelques soit votre race ou bien vos préférences, vous vous identifier à ce qui se trouve devant vous. De par ces points Soradanomi ne sera pas votre plus grande contemplation, il est rejeté par les siens de par sa forme ingrate, car notre chère larron n'en a pas, il est né dans une carapace qui au fil de sa vie c'est mué en une cape aux broderies dorées et grises, les ténèbres insondables semblent faire partie de son corps, pas de pied, il volte et de petites décorations pendouillent de son habit venant lécher le sol de sa présence. Il n'y a rien de plus à ajouter, les rares qui ont vue son corps se demandent encore si cela n'est pas la partie d'un corps plus grand ou bien le jeu d'une force Hollow encore inconnu, mais dans les tréfonds de l'hueco mondo, peu peuvent dire qu'ils ont tout vue. Il y a deux choses que l'on oublie pas quand on rencontre la véritable apparence de Soradanomi, outre le faite de son physique (et du fait que sa vie se voit sacrément réduite) la première est sa voix, lugubre et froide, même les mots les plus apaisant du monde deviennent telle une pluie d'hiver. D’ailleurs, Soradanomi n'a jamais crier comme ces congénère, il c'est contenté de parler, de vive voix, de tout et de rien. La seconde chose, nous la verrons plus tard, car bien que son physique est plutôt inquiétante, sa psychologie est des plus malsaine.


Mon Mental


Oui, Soradanomi est malsain, froid, manipulateur et peu enclin au bon coeur. il aime faire souffrir, c'est un sadique méthodique, il accepte les travailles les plus rabaissant si cela ne lui donne qu'une once de satisfaction personnelle. Mais comme il se cache tout le temps, peu de personne savent qu'ils emploient un monstre. D'ailleurs sa capacité ou plutôt ces capacités on taillées sa psychologie dans un roc d'amertume, comme il agit comme un parasite - ou pour les optimistes parasités comme un symbiote - il a tendance à faire croire que les décisions viennent de son hôte, j'ai crut entendre Couard au fond de la salle et bien vous n'avez pas tord, car il aime se cacher prendre les gens par surprise les faire saliver de rage voir l'amour se transformer en haine et si en promotion il pouvait entraîner quelques morts de personnes aimés et beaucoup de l'arme, alors la c'est bingo il vous sort un laïusse de monstruosité à faire fondre les démons des cercles les plus infernaux.
Il aime se cacher, il aime la douleur la tristesse et surtout la fausse compassion, mais n'oublions pas le meilleur, il aime surtout jouer avec les rêves et les peurs, agaillardir sa cible d’espoir pour mieux la plonger dans un enfer sans fond. Ne croyez pas que cela soit un être faible, son corps ne lui permet pas de bien combattre, et c'est un hollow aux règles étranges comparé à ces camarades, mais il n'en reste pas moins un danger tapis dans l'ombre que beaucoup ignore ou préfère ignorer jusqu'aux moment il pointe le bout de sa capuche.

Et à vrai dire, c'est bien cela qu'il adore ...


Mon Histoire


<| Corp Henkaji, age approximatif, 75 ans, sexe masculin |>

Les lumières de la ville lui brûlait les yeux, son regard ce leva vers le ciel couleur d'encre et comme souvent dans ces moments de calme, il se demandait encore ce qu'il faisait la et pourquoi tant de haine et de rage bouillonnait en lui. Horu était partie, un homme bien, le coeur sur la main et la patience d'ange, il lui avait dit "bonsoir" sans attendre de réponse puis il avait fermé la porte en silence. Henkaji savait pertinemment une chose, il était assez vieux pour se montrer désagréable et il avait maintenant suffisamment d'argent pour se le permettre et en plus en être fière. C'est bien ce qu'il avait toujours voulu. La réponse est "non" mais il ne sait pas pourquoi , le luxe les femmes les places privilégier, il ne manquait rien pour faire son bonheurs, peut être une femme et des rires d'enfants, la noirceur de son bureau modela une femme qui tomba en lambeau avant même qu'il n'ai pu imaginer les formes gracieuse de celle qui aurait pu réveiller son coeur de pierre, au loin les rires d'enfants se muèrent en hurlement strident, il y avait une porte sur le point de s'ouvrir en lui, le monstre dormait derrière, il préféra faire demi tour et ne pas penser a une autre vie que la sienne.

Dans son esprit, il s'imagina marchant le long de la bibliothèque de ces souvenir, derrière la porte du fond, il y avait son petit monde à lui, une place magnifique ou vivait un arbre d'ou rayonnait la lumière de la vie, un magnifique arbre qui venait gratter le ciel d'un bleu azuré et dont les fruits offraient une telle douceur au palais que les dieux eux même lui jalousais son petit coin de paradis. Cette porte il ne l'avait plus poussé depuis un long moment, il n'avait pas le temps et surtout ce jardin côtoyait un autre endroit beaucoup moins plaisant, une porte austère ou un nom était gravé au burin sur un bois meurtrie par le temps "Soradanomi", il pouvait l'imaginer, s'approcher de cette porte lui donnait des frissons, alors tant que le sommeil de la bête le lui permettait, il essayait de mettre de l'ordre dans ces souvenir et sa vie. Henkaji passait donc le long des étagère, chacun frappé d'un age en lettre d'or, son enfance était plutôt bien fournis, les livres étaient fait de cuire et de page doré, il y avait dedans des senteurs qui lui faisait monté les larmes aux yeux et l'envie d'y retourner, la couverture n'était pas sombre et chacun de ces volumes portait sur le corps une inscription, parfois une phrase qui avait changé sa vie, "Premier baisé", "la rivière glacé", tant de volume qu'il aimerait prendre le temps de savourer, puis il passe à d'autre rangé, plus les années passent, plus les livres se cornes jusqu'au moment fatidique, la dernière rangée est celle de ces trente ans, à partir de la, la lumière fonctionne mal dans le lieu, les étagères son bien mal rangé, les livres portes des noms de gens qu'il ne connait pas et chacun décrivent des choses horribles qu'il peine à se rappeler. A chaque fois qu'il le peu il remet un peu d'ordre avançant de la meilleur manière qu'il pouvait trouvé, remettre les livres dans un ordre qui lui semble correcte, il avait réussit a finir un étage, la lumière c'était alors un peu rallumé ce fut une victoire pour lui, mais il restait tant de livre et il n'avait même pas attends le rangement de l'age 32. Il en avait 75, depuis peu enfin de compte, il ouvrit les yeux, son bureau était toujours vides et il chassa la pensée du bonheur de voir un visage souriant, il se pencha sur son bureau et alluma la petite lampe de chevet. Les rayons synthétique dardèrent leur chaleur artificiel, la pendule de table annonçait une nouvelle journée dans quelques minutes, il avait 75 ans depuis maintenant cinq minutes et personne y avait pensée. Il s'installa un peu mieux dans son fauteuil puis ferma à nouveau les yeux.

Dans sa bibliothèque, le courage lui manquait, il recula de quelques pas pour se retrouver dans l'allée des trente ans, une allée construite comme une arche romaine, magnifique et grandiloquente, c'est à cette époque ou il avait réussit a construire sa petite entreprise, la faisant fructifié. Il avait même trouver l'amour, petit livre rose en douze tomes, douze ans de béatitude romanesque. Cette allée était belle, mais il ne fallait pas se rapprocher de la fin, elle était touché par le même mal chaotique, a partir d'un moment les livres étaient biscornue, amoché et sale, l'odeur le répugnait et son amour sur les dernières pages finissait sur quelques pages aux couleurs cramoisies. Alors comment un tel chaos à bien pu s'installer ici au plus profond de son coeur, il y avait bien un tome qui expliquait tout cela, il le voyait la trônant entre le chaos et le parfait comme une étrange métaphore dont le sens finira dans l'oublie. Il avait lu se livre une centaine de fois, ce camion qui perd le contrôle, lui qui se retrouve projeté dans le caniveaux et ce moment terrible ou relié a une chaîne, il voit son corps sans vie menacé par un monstre aux masque blanc. Il est alors secouru par ce qui lui semble une magnifique providence, un homme habillé d'un Kimono noir qui vient à la rescousse tuant le monstre, cet homme semble aussi fatigué qu'il est maintenant comme si trop d'espoir repose sur d'aussi frêle épaule, l'un de ces yeux est barré d'un bandeau comme le siens, qu'il porte uniquement dans la foule humaine, ce monstre rampant qu'il doit côtoyer de force si il veux faire fructifier son argent.

Cet être porte une arme qui avait connu de meilleur temps, recroquevillé comme un poignard dont le forgerons aurait été quelques peu éméché quand il avait porté ces coups pour donner vie à la lame. L'être se pencha vers l'âme et lui toucha l'épaule, il se souvient de ce contact chaud et apaisant qui jurait avec le regard apeuré et fou de l'homme. Il lui dit quelques mots qui changea à jamais sa vie, "Si un jour tu veux vivre, savoir, avoir la force alors j'apparaitrais et de ce contrat que je te proposerais, tu apposera ton âme", après cela, Henkaji c'était réveillé à l’hôpital, sa femme à son chevet, enceinte de leur fille qui naquit quelques heures plus tard, toutes la familles réunies au seins du même hôpital, la volonté divine surement. C'était le dernier cadeau offert par son ange gardien avant que ce dernier ne fasse ces valises pour un monde ou une âme meilleur, car une semaine plus tard, il passait un pacte avec le pire des démons, alors qu'il voyait sa vie défilé devant ces yeux, tombé sur la route bien trop prêt d'un camion, une voix s'éleva, l'arrière plan se figea puis se morcela il y voyait de multiple possibilité devant lui se tenait un être énigmatique, un simple vêtement refermé sur du vide, la chose bougea lentement devant lui, lui montrant son dos fait de magnifique symbole introduit dans le tissus du vêtement.

- Vous allez mourir, mais si vous acceptez mon contrat, alors je vous prêterais ma force quand bon vous semblera il suffira de le vouloir et vous vivrez, vous pourrez voir votre petite Sakura grandir lui dit la chose, des mots apaisant sa voix était comme un cocon douillet, mais même le poison le plus terrifiant peut être entouré du sucre le plus délicieux. Ce fut la peur de la mort, celle de perdre ceux qu'il chérissait et surtout la peine qu'il allait leur affligé qui le décida à accepter.

A partir de cette page, le contrôle sur sa vie ne fut plus qu'une lutte permanente, les pages deviennent de véritable brouillon de souvenir pas vraiment cohérent comme si une main insidieuse avait arraché certain moment. Le pouvoir lui était monté à la tête, son caractère devenait froid et insidieux, alors qu'il ne voulait pas d'une de ces grandes entreprises sans âme, il parvint à faire culminer la sienne, il devint le maitre des mafia local, il ne se passait pas un petit vole sans qu'il soit au courant lui qui exécrait le crime était devenu un amant fidèle, il tirait plaisir de cela, les choses extrême et déviante devenait pour lui une normalité. Sa femme subit les outrages d'un maris impulsif et devenue fou, bipolaire et d'une puissance social exacerbé. Elle tenu douze ans avant de partir, les lignes de sa disparition un matin était écrite sur les pages de leur histoire d'un rouge cramoisie aux lettres d'un noir profond. Plus il y réfléchissait, plus il se disait que ce n'était pas à lui ces sentiments cette noirceur qui c'était introduite à l'encontre de sa volonté, tout comme ce lieu, après son contrat, il avait réussit a entrer dans un monde rien qu'à lui, toujours suivit de la cape or et grise il découvrit la plaine ou siégeait l'arbre, puis il créa la bibliothèque de ces souvenirs. L'être qui était en lui, la bête immonde, il parvenait à la cloisonner, au début alors qu'il n'y avait dans ce petit monde intérieur qu'une plaine et son arbre majestueux, il avait monté un mur pour mettre l'être a part, puis le mur était devenu de plus en plus fin, maintenant ce n'était qu'une porte de bureau au nom taillé dans le bois, quand à lui, il était si fatigué.

Henkaji leva la tête, quelques choses le tracassait son oeil droit lui faisait mal, il prit le bandeau sur son bureau et le glissa sur sa tête dissimulant ainsi l'oeil dont l'iris changeait rapidement pour prendre la forme d'une stigmate en forme de croix. Il n'avait plus à penser pour que son pouvoir s'active quelques choses semblaient sentir le danger avant lui. Avant même que la porte ne s'ouvre, il savait ce qui se passait, Tojiro allait pénétrer dans son bureau, pour lui parler, une seconde plus tard, la porte s'ouvrait dessinant la forme de cet employé modèle qui lui en voulait pour quelques choses dont il n'avait aucun souvenir, il avait essayer d'arrondir les angles, mais rien ne semblait calmer cet homme et à vrai dire, Henkaji commençait à penser qu'il méritait ce qui lui arriver quoi que ce fut.

- Que veux tu Tojiro pour venir aussi tard ? demanda le vieille homme bien assis dans son siège qui grinça légèrement quand il voulut changer de place, mettant ces deux coudes sur son bureau, observant l'homme de son oeil valide. C'était déjà terminé, il savait ce qui allait se passer.

L'homme sortie une arme, tirant deux coups, mais Henaji était déjà derrière lui, sa peau se tirait faisant disparaitre ces rides, il reprenait son corps de ces vingts ans, son regard était plus froid qu'à l'accoutumé. Tojiro se retourna voulant réitérer son action, mais la canne vint chasser l'arme et lui casser le bras dans le même mouvement. L'homme tomba à terre se tenant le bras, Henkaji se débarrassa de sa canne, il vint écraser la cheville de Tojiro qui hurla sous la douleur.

- Vous êtes un monstre ! un démon ! hurla l'homme, tirant une grimace de la part de Henkaji qui lui écrasa la seconde cheville pour lui montrer son désagrément.

- Un démon ? Ho non tu te trompe lui fit remarquer l'homme qui maintenant avait retrouver jeunesse et beauté, il se saisit du bras valide de l'homme et le souleva de terre, Ce n'était qu'un Sonido médiocre car je savais ce que tu comptais faire, tu ne peux pas échapper à ton destin fit il remarquer, un sourire écartela le visage tellement fort que les encolures de la bouche de Henkiji se fendirent. Prit par surprise, l'homme broya le bras de Tojiro et le jeta à terre, sans aucun membre valide pour se hisser ou ne serais ce que se dandiner au sol.

- Que ce passe-t-il Henkiji, tu es enfin arriver dans tes dernier retranchement, après tout j'ai prit tout mon temps avec toi dit Henkiji, plus pour lui même que pour l'homme qui se remettait à crier qu'on lui viennent en aide, ce qui lui valut un coup de poing qui disloqua sa mâchoire, faisant voler quelques dents, l'homme à terre n'était plus qu'une loque à la merci de l'être qui se tenait au dessus de lui.

Dans le monde intérieur, Henkiji regardait sa bibliothèque s'étoffer d'un nouveau volume, entouré de ces livres poisseux et suintant il se demandait ce qui se passait de suffisamment intéressant dans ce bureau vide pour qu'un livre s'écrive. Il prit le bouquin, luttant contre son dégout de la texture poisseuse du volume, quelques lignes était écrit décrivant une scène atroce, les lettres dansaient dessinant peu à peu une scène horrifique.

- Que fais tu Henkiji ?, le vieille homme se retourna, surpris de voir la cape voletant devant son regard, il n'avait presque jamais quitter son bureau, que pouvait il bien faire là. La cape envoya un pan de son vêtement pour recouvrir le livre, quand elle se retira, il ne restait que des pages vides, les autres avaient disparu, Henkiji, ne serais tu pas fatiguer, je te trouve soucieux et distant en ce moment dit il

- Je suis si fatigué, je ne parviens même pas à me réveiller pour rejoindre mon corps fit il remarquer, l'être partie dans un rire sardonique qui glaça l'ambiance. Henkiji ne retrouvait plus dans l'être le coté mielleux et protecteur, sa voix était devenu froide et distante, de plus la cape empestait le sang.

- Tu n'as donc jamais rien comprit Henkiji, tu es as ta limite, tu m'as bien nourris, maintenant que vais je bien pouvoir faire de toi ? lui dit l'être, faisant à nouveau face à un être vieillissant ne comprenant pas ce qui se passait.

- Que veux tu dire ! balbutia l'homme

- Crois tu vraiment que la force que je te prêtais était gratuite ? Tu aurais peut être du me poser plus de question, je t'ai transformer en Hollow à l'apparence humaine, j'ai transformer tes sentiments et plus tu me prenait de ma force et de mon pouvoir et plus j'encrais ma présence dans ton âme et toi plus tu faisait du mal ou tuait indirectement ou directement d'ailleurs, plus je me nourrissais des âmes que tu faisais souffrir, un vrais festins de plusieurs dizaine d'années, je t'en remercie dit il, Henkiji balaya l'espaces d'un large mouvement du bras essayant de chasser les propos de l'être comme de vile mensonge, Bien entendu tu ne t'en souvient pas, je suis quelqu'un de méthodique, il souleva un pan de sa cape faisant tomber un volume sur le sol, un volume rouge d'ou du sang suintait, Tous ces meurtres que j'ai pu faire grâce à toi tu était une cachette et un instrument magnifique caché au regard du Seireitei salissant ton âme et ta femme il laissa cette phrase en suspend, Henkiji se jeta sur la cape qui l'enveloppa pour mieux le laisser tomber derrière.

- Tu as fait quoi à ma femme lança le vieille homme, la cape recula, comme si elle venait de prendre un coup sérieux, il était simple d'imaginer le visage outré de la chose.

- Moi je n'ai rien fait, c'était toi, avec moi comme guide, tu as pris du bon temps puis on a dut s'en séparer, je peux te donner l'endroit ou siège quelques un des morceaux si cela te dit, Henkiji tomba à genoux, il se sentait fatiguer hors de lui mais la colère n'était plus se remontant qui vous force à agir elle était pour lui un linceul dont seul la cape profitait, je vais devoir passer sous silence ce qu'on a fait de ta fille bien que je m'en délecterais plus tard pour le moment, c'est fini pour toi Henkiji, je prend totalement le contrôle de ta petite existence.

La cape tournoya, chassant les bibliothèques et les murs, il ne resta bientôt plus qu'une plaine désolé et un arbre qui aurait dut être majestueux, tout était mort sauf une petite fleur qui vaillante se battait contre la mort. La cape coupa la branche qui la maintenant d'un mouvement de son vêtement, la fleur dépéris dans l'instant, le monde explosa et puis il se reforma autour de lui, dans une petite pièce avec une unique fenêtre donnant sur le monde extérieur. Il y avait un petit lit dans un coin. Il vit ces bras âgé de vingt ans soulever Tojiro sa mâchoire pendouillait mollement, d'un coup l'être qu'il était lui arracha créant un nouveau gargouillis de sang, hurlement liquide, puis son corps laissa tomber le corps à terre écrabouillant méticuleusement chacun des membres. Il se vit s'assoir à son bureau, devant lui, Tojiro mourrait lentement.

Soradanomi mirait son nouveau corps, il avait récupéré la jeunesse de Henkiji, mais il ne pourrait pas l'utiliser longtemps, il sentait déjà les muscles de son corps prêt à lâcher. De plus, il ne restait presque rien à dévorer dans le coeur de Henkiji, il ne pourrait plus s'en servir comme carapace contre ceux qui lui voudrait du mal. Soradanomi se sait d'un papier et d'un crayon et légua tout ce qu'il avait à Horu signant le papier d'un mouvement ample. Le lendemain matin, il posa sa main sur l'épaule de Horu, il trouvait que son patron avait les traits tirés, de plus comment avait il fait pour s'ouvrir la commissure des lèvres de cette manière. Il lui proposa un contrat, Horu ne comprit pas le sens des mots et ceux de Henkiji prisonnier de son coeur ne lui parvinrent pas non plus. Le soir, alors qu'il entrait dans le bureau pour poser une tasse de café à Henkiji, ce dernier se glissa derrière lui et le défenestra. Alors que Horu tombait, le temps se figea.

- J'ai un contrat à te proposer ...

<| Corp Horu, age approximatif, 40 ans, sexe masculin |>

---| Dans le désert de l'huéco mondo, bien longtemps avant Henkiji

Une coquille dans un désert, il n'a pas besoin d'yeux pour voir ce qui se passe ou ce qui va se passer, il n'a pas besoin de tout ce qui est dans ce désert, il n'est rien, la coquille est morte puis à nouveau il est né, deux naissances en quelques heures et le voila protéger dans son cocon blanc. Mais dans ce monde silencieux des monstres passent au-dessus de lui avec véhémence, il a peur, il est en colère, il veut les voir aussi bas que lui, leur montrer ce que cela fait d'être sans défense , mais dans son cocon, il ne veut pas bouger ni sortir. Un bruit strident, il sait ce qui va se passer, un coup le projette dans les aires, il n'est plus qu'un projectile pour ces monstres aux visages blanc, visiblement la dispute est pour cet homme pliant sous la peur, il n'ose même pas s'enfuir, quel piètre instinct de survis. L'un des monstres l'attrape et écrase le cocon le libérant, mais il n'est rien et il se faufile, l'esprit n'a pas de corps une simple pensée qui à envie de survivre, après tout il n'avait aucune conscience au début, il n'était qu'un dommage collatéral, comment aurait-il pu ne serait ce qu'imaginer un corps à son âme et à son esprit. Il se faufile le long du corps monstrueux, il lui faut un nouveau cocon, il se glisse dans le corps de celui qui a écraser sa maison, trouve son âme et s'y glisse, se lovant tendrement dans les sentiments intense qui parcourt l’existence de ce monstre.

Il se réveille en sursaut tiré de sa tendre torpeur par cette faiblesse étrange, son nouveau cocon est devenu bien plus fort, il prend ses capacités et sa puissance ne lui laissant en fin de compte rien pour lui, il le refuse ardemment, il ne veux pas mourir sans laisser sa trace, il ne veux pas que les forces est raison de sa faiblesse, alors lui aussi il prend dans l'âme du monstre, l'échange se fait sans douleur, plus son cocon prend ces capacités, et plus il peut grandir, un échange équivalent en somme.

- Hey Tyrol ! réveille toi , quel est cette voix rauque qui semble le prendre à partie, l'être se réveille et bouge, mais ce n'est pas son corp bien qu'il connaisse parfaitement les limites et les techniques, il essaye de se rendormir, dehors il fait trop noir et il y a trop de sable, mais le monstre qui l'a appelé lui donne un coup qui le fait rouler un peu plus loin dans le sable blanc. La douleur, réveille sa peur, il se met debout et hurle sa rage, c'était la première fois qu'il y arrivait, qu'il bougeait, l'âme de son cocon avait totalement disparu, il ne restait que lui et la puissance qu'il avait gagné ainsi que se corps. Pendant ces combats avec se nouveau corps il essaya de comprendre, que c'était il passer.

Alors qu'un nouveau combat faisait rage, un monstre nettement plus puissant lui prit son bras et une partie de sa jambe, le monstre bipède qu'il était avait atteint son paroxysme, son corps ne pouvait pas plus évoluer, il resterait alors bloquer à ce niveau. Par contre le monstre qui était en face de lui avait un potentiel bien plus grand, ce dernier le coupa en deux, il fut libérer et suivant le même principe qu'avant il se glissa dans l'âme du monstre. Tout ne se passa pas aussi bien, l'âme le rejeta, ce dernier ne lui permit pas de s'installer. Quel était la différence entre ce monstre et le premier, pourquoi lui ne voulait pas qu'il s'installe ? sentait il le danger. La chose s'accrocha d'abord à l'esprit du monstre, entrant dans son petit jardin personnelle, le monstre était réticent à cette nouvelle intrusion, mais il l'écouta, la chose lui disait qu'elle ne voulait que lui procurer de la force, le Hollow vit alors un moyen d'évoluer vers plus fort avec ce coup de pouce inopportun. Quand il accepta, l'être vit une porte qui lui permet de créer un nouveau cocon dans l'âme de ce monstre.

Il ne resta pas oisif, il vit qu'il pouvait grignoter doucement la force et l'âme de ceux qui l'accepte et ainsi induire ces propres raisonnement dans celui de ceux qui le protégeait, leur offrant ce qu'il désirait il obtenait ce qu'il voulait, de la puissance, un abris. Quand vint le moment ou l'âme grignoté allait finir par périclité, il prit le contrôle du corps, se sentant tout puissant alors qu'il montrait à l'âme restante sa faiblesse puis il finissait toujours par la dévorer entièrement. Il gagna en puissance bien plus rapidement que n'importe quel hollow, mais jamais il ne parvint à véritablement évoluer, pourtant il avait contaminé des Arrancar, mais lui continuait de vivre comme un être dénué de toutes formes.

Alors qu'il avait le corps le plus puissant jamais possédé, il se décida à dévorer un grand nombre d'humain et il tomba donc contre un Shinigami qui le mit en pièce, un vice capitaine à la lame étincelante, croyant avoir débarrasser le monde d'un Hollow de plus il ne prit pas garde à l'essence noirâtre qui se glissa en lui. Le combat fut bien plus rude, car au fond du coeur du Shinigami se cachait l'âme du Zampakutos, un être effroyable à l'apparence étrange, un mélange entre un éléphant et un singe. Dans une bataille de longue haleine, il parvint a le vaincre et prendre sa place quand le Shinigami se rendit compte de l'erreur qu'il avait fait d’utilisé ces nouvelles capacités il était trop tard, il avait déjà signé le pacte avec l'être sans forme. Les shinigami son bien plus résistant que les humains et ils ont cet âme en plus qui est difficile à convaincre ou bien à battre, c'est pourquoi l'être décida de se mettre en hibernation dans le coeur du Vice Capitaine, laissant son arme rongé par sa présence distiller ces propres capacité.

Le pouvoir, voila ce qui attire les êtres à passer contrat avec Soradanomi, car vous pouvez compter sur son reatsu, mêlé au leur, ils deviennent nettement plus puissant, puis ils découvrent sa capacité l'attente, Soradanomi est né sans forme, sans regard pour contempler le présent, il n'est pas vraiment né dans le monde humain, il n'est ni présent ni future et ne possède aucun passé. Il offre donc une vision omnisciente à celui qui emprunte ces capacités. Cela se découpe en plusieurs formes, la forme la plus banale est une forme d'omniscience temporelle, celui qui possède son oeil peut voir jusqu'à 4 seconde dans l'avenir, mais il ne se contente pas de voir les quatre prochaines secondes, il peut aussi tester toutes les possibilités de cette avenir, ces le second niveau de l'omniscience qu'il offre à celui qui signe un contrat avec lui. Ainsi, quand il voit une second dans l'avenir, il voit de multiple possibilité de cette seconde en fonction de ce qu'il aimerait faire, cette capacité est très dur à maitriser, en principe les utilisateurs ne dépasse que rarement 3 secondes et sur un court laps de temps car l'esprit finit par lâcher prise. Le stigmate qu'arbore ceux qui emprunte la capacité de Soradanomi est une croix, ce signe signifie que l'un de leur yeux est dans l'avenir, il existe un autre pan de la capacité de Soradanomi si la croix voix dans l'avenir et teste les possibilités de future, la croix inversé qui s'active en échange d'une grosse demande en reatsu peut quand à elle faire en sorte d'intervertir les futures données, ainsi, un homme voulant des informations d'un adversaire et disposant d'une telle capacité pourra faire passer un homme à travers une vitre du cinquantième étage et lui faire vivre ce future pendant 60 secondes et choisir si il décide de laisser ce geste tel quel ou bien si il choisie l'inverse et annule donc son mouvement, sachant que tout ce qui est dit dans le premier future ou fait garde un impact sur le suivant.

Ainsi expliqué, il est simple de comprendre pourquoi le Shinigami continuait d'utiliser ce pouvoir bien qu'il n'eut jamais la puissance de dépasser les 2 secondes ou bien d’inverser la croix , il conduisit l'âme de son zampakutos à la destruction, l'être assimila donc l'âme de l'arme puis il proposa son pacte au Shinigami au moment même ou sa vie allait se terminer. Quand ce dernier allait sombrer et disparaitre, il lui donna un nom que la chose accepta Soradanomi signifie l'espérance vaine, un nom qu'il adore. Quand il quitta ce shinigami, ce furent d'autre qui le tuèrent car il avait fini par tuer des humains à la place des Hollow, de la folie parait il. Avec cette âme en plus à son actif, Soradanomi avait découvert deux choses, il pouvait introduire à une personne une partie de son âme qui s'active si il a une chance de faire signer un pacte, pour cela il provoque bien souvent des situations dangereuses, la seconde chose, c'est qu'une fois bien établie dans l'âme d'un être, toutes vies détruite par cet être voit son âme dévoré par Soradanomi.

Alors que le Shinigami allait mourir, Soradanomi sauva un jeune homme Henkiji de la mort et lui implanta un future contrat. Puis un Shinigami l’exécuta il disparut alors dans l'huéco mondo prendre le contrôle d'un Menos en attendant que s'active son contrat. Mais tant d'énergie d'un seul coup fini par le faire évoluer, le ménos explosa a peine avait il fini de tisser son cocon libérant son premier corps, son inexistence drapé d'une cape funeste. De plus au seins de ce ""corps"" se cachait un Zampakutos un peu spécial hérité de l'âme du Zampakutos du Shinigami et de sa transformation. Bien entendu cela ne lui sert à rien, mais quand il fusionne avec un être, ce dernier se voit capable de faire apparaitre cette arme, qui donne l’impression qu'une épée à été maltraité par un forgeron fou. Plus l'être utilise les dons de Soradanomi plus l'arme reprend sa forme et sa force d’antan.

Bien que évolué, Soradanomi n'a pas de résurrection à proprement parler, par contre les corps qu'il emprunte peuvent eux évoluer en fonction de la quantité de puissance qu'ils veulent prendre à Soradanomi, ainsi, plus il utilise le dons d’omniscience plus l'étrange arme de Soradanomi redevient le Zampakutos du Shinigami qu'il a dévoré, mais quand il passe en croix inversé, ce Zampakutos prend la forme du Shikai de l'ancien Shinigami, bien que cela ne procure qu'une augmentation de puissance sans aucun autre gain, cela peu surprendre. Surtout que dans son évolution, Soradanomi peu encore cacher quelques surprise.


---| Dans les rues de karakura, actuellement,

Horu sortie du bâtiment, alors que le corps de Henkiji venait s'écraser contre le toit d'une voiture. Un petit sourire se dessina sur ces lèvres, il ne devait pas rester ici, quelqu'un lui disait qu'il devait fuir, rejoindre sa femme et sa fille, mais avant tout il devait aller dans ce monde intérieur, quand il y fut, il rencontra une cape flottante, dans une prairie de rose, il se défendis contre se montre l'entourant d'épais murs mais alors qu'il s'évertuait à poser des questions, comprendre le pouvoir de la chose qui lui avait promit la protection à lui et à sa famille, le corps de Horu se dirigea dans le quartier pauvre, descendant une volé de marche d'un bâtiment miteux ayant connu des jours nettement plus glorieux. Dans les caves humides, quelques hommes passent le regard bas devant celui hautain de Horu. Il écarta les hommes engoncé dans l'encadrement d'une porte, certain se rhabillait, d'autre prirent la fuites devant l'inconnu. Dans un coin de la pièce, une jeune fille qui allait bientôt fêter ces dix huit ans c'était recroquevillé, il restait des vestiges de vêtement, un pyjama rose avec quelques lapin blanc déchiré elle le tenait contre elle comme un bouclier éphémère.

- Sakura je suis venu te libérer ! dit il avec entrain, les larmes de la jeune fille explosèrent, le désespoir lui firent retirer, sa vie qui fut un enfer pendant de si longue années allaient alors se terminer maintenant, Mais pas tout de suite tu peux bien encore attendre quelques années hein ? lui dit il en lui tapotant l'épaule, la fillette ne put même pas crier, son regard était bien trop lointain prisonnier d'un enfer encore pire.

- Pfff la catatonie, qu'elle défense puérile dit il, alors que les ombres d'humain derrière lui n'attendaient que le moment de rentrer à nouveau dans cette pièce exigus. Les ombres aux mouvement saccadé, une telle folie approchaient ces êtres de la folie qui pouvait régner dans le désert blanc de l'hueco mondo, sans le coté libidineux bien entendu. Horu prit le corps par le col et le souleva, la jeune femme ne bougeait pas d'un poile, il la secoua mais son regard restait vide, son corps mal nourrit et frêle était sur le point de se briser et cela les ombres ne le voulait pas, certain lui demandèrent de partir, de la laisser ici, ils en avaient besoin. Le regard de Horu passa sur ce corps en grande partie nue, elle avait réussit a trouver des morceaux d'étoffe pour couvrir un peu sa nudité, mais visiblement il arrivait à un moment ou cela était de trop pour la meute de fou. Il laissa le corps de Sakura choir à terre sans ménagement, il avait prit sa décision, il avait faim.

- Disparaissez dit il, son reatsu explosa, le bâtiment ne fut plus qu'un souvenir la main d'un monstre venait de s'abattre à travers le corps humain de Horu.

Ce dernier se réveilla sur un banc, il devait aller chercher du pain, mais pourquoi était il en colère, cela ne lui ressemblait pas. Chassant ces pensées, il disparut dans la foule alors que dans son cocon Soradanomi s'endormait, mais pas pour trop longtemps cette fois-ci.




Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 42
• INSCRIPTION : 07/11/2012
• LOISIRS : Disparaitre
• HUMEUR : Exotique

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Tercera Espada
Points d'experience:
145/395  (145/395)
Niveau: 24
Soradanomi
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW

Sam 10 Nov - 7:13
Un petit Up pour indiquer que cette présentation est terminé ^^


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 421
• INSCRIPTION : 05/11/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Derrière toi..
• LOISIRS : Manger, dormir, tuer.
• HUMEUR : Random.

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t564-nagao-jin#6884

Passeport
Rang: Vizard membre d'élite de la section d'assassinat
Points d'experience:
45/350  (45/350)
Niveau: 21
Nagao Jin
SHINIGAMI OR ARRANCAR ? † VIZARD
I'M A CRAZY MODERATOR

Sam 10 Nov - 10:30
Il va falloir que je m'y fasse, il y a un autre fou furieux sur le forum ! Je te valide Tercera Espada niveau 24, tu peut désormais faire ta fiche technique.




Tu veux me tuer ? Tu ne peux même pas tuer mon ennui !


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 14:36


Revenir en haut Aller en bas
 

Soradanomi - L'être immonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PPPP: pitit pitit prezidan Pétion. Scary!
» "Ouvre les yeux"
» Promise à mort certaine...
» L'IMMONDE SUBLIME
» Le Bestiaire de Dreamland


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-