AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

... Sasori Bôfuka, Général de la Seconde Unité de la Concorde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 25
• INSCRIPTION : 26/09/2012
• AGE : 392

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Général de la Seconde Unité de la Concorde.
Points d'experience:
0/410  (0/410)
Niveau: 25
Sasori Bôfuka
PEACE BETWEEN THE WORLDS † CONCORDE

Sam 6 Oct - 0:57
SASORI BÔFUKA


© BANG
JUDAL (MAGI - THE LABYRINTH OF MAGIC)


Votre Âge : 388 ans ~ 8 Novembre
Votre Sexe : Masculin
Votre Race : Hollow ~ Arrancar
Votre Rang : Général ~ Segunda Espada Exilé
Votre Unité : Deuxième ~ Assassinats

Mon Physique

Le Physique ? Ah.. le physique... Voilà quelque chose de bien futile en réalité... Ne vous a-t-on donc jamais de ne pas juger les autres sur les apparences - surtout visuelles - qu'ils vous donnent ? Et puis, vous pourriez regarder mon avatar, ça irait plus vite ! ... Bon, puisque vous insistez, je vais quand même vous faire ça rapidement...

Au cours de sa vie, Sasori à connu bien des formes, et bien des apparences. Celles qu'il a arborées le plus longtemps sont évidemment ses formes de Hollow, puis de Menos, et, dernièrement, il est devenu un Arrancar. Avant celui, il y a bien sûr eu sa forme humaine, mais celle-ci ressemblant énormément à sa forme d'Arrancar, décrire ces deux apparences à la fois distinctes et semblables semble judicieux. Mais.. chaque chose en son temps. Si je met à tout décrire en masse, sans plan ni structure, sans être plus organisé que cela, tout ce que vous retiendrez sera le mot scorpion. Un mot certes plus qu'utile pour décrire Sasori, mais bon, là n'est pas la question. Ici, je ne décrirai que la description physique de l'Arrancar qu'est Sasori. Les descriptions des formes qu'il avait étant un Hollow seront décrites dans son histoire.

Tout d'abord, parlons de la forme d'Espada de Sasori. Une forme qui, étrangement, ressemble très fortement à la forme qu'il possédait lorsqu'il était encore bien vivant, du temps où il s'appelait encore Aarón, qu'il était un chevalier respecté, et que... Hum, bref, je m'égare là... Sasori a l'apparence d'une jeune homme d'une vingtaine d'année possédant une peau blanche. Une peau blanche qui donne presque l'impression d'être pâle. Il faut dire que Sasori n'est pas vraiment comme tous ces gens qui passent des heures et des heures à la plage dans l'espoir de bronzer rien qu'un petit peu pour épater les copains et vanter les fabuleuses destinations visitées. Sasori est quelqu'un de plutôt grand, mais sans être un géant : il mesure un mètre quatre-vingt-cinq environ. Mais décrivons-le plus précisément. Comme ce que font la plupart des personnes, la description de Sasori se fera de haut en bas, en commençant bien évidemment par son visage.

Parlons-en, justement, de ce visage ! Débutons par les cheveux de Sasori. Des cheveux.. longs. Longs et noirs de jais. Bels et biens noirs, et non châtains, comme ils l'étaient avant qu'ils ne meure. Des cheveux également très longs. En effet, la chevelure de Sasori lui tombe jusqu'au bas du dos, voir même plus bas encore, alors que celle qu'avait Aarón ne lui descendait que jusqu'aux épaules. Sasori attache ses cheveux en une espèce de natte - celle-ci donnant l'impression d'être formée de boules, ou d'articulations, comme la queue d'un Scorpion - mais laissant tout de même libre les cheveux se trouvant au dessus de ses omoplates. Sa chevelure lui barre le front et le dissimule presque entièrement, cachant par la même occasion ses tempes, ses oreilles et les côtés de son cou. Les traits du visages de Sasori sont assez fins, et ce sur l'intégralité de ce dernier. Les sourcils de Sasori sont fins, et même ses yeux semblent être fins. Des yeux rouges qui peuvent aller d'un rouge-marron assez terne en situation normale mais qui virent au rouge écarlate lorsque l'Arrancar ressent des "sentiments", ou du moins ce qui s'en approche le plus, forts. En parlant de ses yeux.. Dans la quasi-totalité des situations, ils affichent une expression neutre, voir même blasée. Mais attention, ne vous fiez pas aux apparences, malgré le fait qu'il ne donne pas vraiment l'impression de regarder - et encore moins d'observer - ce qu'il se passe autour de lui, Sasori n'est pas aveugle pour autant, oh non, loin de là... Passons désormais au nez de Sasori. Eh bien, son nez.. n'a vraiment de particulier. Droit, fin - encore une fois -, et aquilin. Maintenant, passons à la bouche de Sasori, une bouche qui elle non plus n'a pas grand chose de particulier. Ses lèvres sont fines et dévoilent des dents blanches et bien alignées. Son menton est légèrement pointu et provoque une petite "cassure" entre sa mâchoire et son cou. Un cou, qui, justement, recèle plus de secrets qu'il n'y parait, même s'il n'est pas directement visible, caché par son collier. Ah, son collier, justement, voilà quelque chose de bien étrange. Son collier, blanc et épais, orné d'un rubis brillant de mille feux et possédant une forme elliptique, un simple bijoux ? Non, pas du tout. En lisant la descriptions du visage de Sasori, vous vous êtes sûrement demande « Mais où est Charlie le masque de cet Arrancar ?! ». Eh bien, vous l'avez sous les yeux ! En effet, ce n'est pas un masque que porte Sasori, mais un collier en os. Utile pour se fondre dans la masse des humains, vous ne trouvez pas ?

Passons maintenant au reste du corps Sasori. Ses bras, son buste, son bassin, ses jambes... Chacun d'entre vous sait ce que sont ces parties du corps d'un humain, ou d'un Arrancar en l'occurrence. Alors pourquoi les décrire ? Il suffirait de jeter un rapide coup d'œil sur le corps de Sasori pour savoir à quoi ressemble son corps... Mais non, ce serait trop facile, et puis le décrire entièrement et précisément fait partie du jeu, vous ne trouvez pas ? Commençons donc par les épaules de Sasori. Des épaules fortes, et musclées, mais étrangement pas si développées que ça. À première vue, et ce si en plus l'on voit la veste de Sasori qui recouvre sa peau, on pourrait même croire qu'elles sont assez petites, mais.. la veste est fine : encore une fois, ne vous fiez pas aux apparences. Parlons de cette fameuse veste, justement. Elle ressemble à un tee-shirt noir auquel on aurait coupé la partie inférieur et sur lequel on aurait ajouté une espèce de cape blanche. Lorsqu'il faisait partie de l'Espafa, sa veste gardait la même forme, mais était totalement blanche, et ses bords était, comme les habits de tous les Espadas, noirs. Des bords qui sont restés sur la nouvelle veste qu'il porte depuis qu'il a quitté le Hueco Mundo mais qui sont désormais dorés. Maintenant, les bras de l'Arrancar. À l'instar de ses épaules, les bras de Sasori ne sont pas très développés. Cependant, il ne faut pas croire qu'il est faible pour autant. En effet, étonnement, même si les muscles de Sasori n'ont pas l'air si développés, ils sont parfaitement capable de dégager une puissance considérable. Maintenant, décrivons la poitrine de Sasori. Son torse, lui, était bien plus musclé que ses bras. Il est certes en bonne partie caché par sa veste, mais sa musculature apparente est confirmée par ce que nous voyons au niveau de l'abdomen de l'Arrancar : ses abdominaux sont bien visibles, taillés, ciselés par les nombreux combats menés. Était-ce par frime que Sasori laissant justement la partie de son corps dont on voit le mieux les muscles à nue ? Non, c'était simplement.. par envie. C'est son style, voilà tout, et il se sent plus à l'aise ainsi qu'avec une veste totalement fermée. Et puis, Sasori n'aime vraiment pas être gêné dans ses mouvements, surtout par ses habits. Maintenant, le bas du corps de Sasori. Tout le monde sait à quoi ressemblent des jambes et des pieds, je n'éterniserai donc pas là dessus, surtout qu'ils sont cachés par le pantalons et les chaussures que porte l'Arrancar. Son pantalon est totalement noir, et très ample, lui permettant ainsi d'être très libre de ses mouvements. Ses chaussures, même si elle sont fermées, sont légère et pratique.

Mon Mental

Tout comme son physique, la psychologie de Sasori à bien changée au cours des siècles. Tantôt un vaillant chevalier désireux d'épater son roi, tantôt un monstre totalement fou qui prenait un malin plaisir à décimer les humains, tantôt un monstre avide de puissance et de pouvoirs, tantôt un être humanoïde dont l'ennui n'a d'égal que la cruauté. Bon.. c'est court, mais au moins vous connaissez le mental de Sasori.. Oui, bon d'accord, j'approfondis un peu...

Aarón, chevalier espagnol servant le roi de son mieux était un homme brave et altruiste, qui respectait à le lettre le code de chevalerie qui lui était imposé. Toujours prêt à partir en guerre, et toujours volontaire pour aller massacrer barbares, civils, femmes, enfants, vieillards au moindre ordre donné par son Roi. Cela faisait certes de lui un personnage cruel, apparaissant auprès de ses ennemis comme quelqu'un n'ayant pas de cœur. En contrepartie, les siens, le peuple espagnol, ses proches, sa famille, tous le considéraient comme un véritable héros. On n'en fait plus des comme lui maintenant... Le Roi lui-même le respectait tellement que lorsque Aarón arriva à un âge où se promener sur les champs de batailles en faisant tomber des têtes n'était plus si aisé, il fit de lui le Gouverneur de son fils, le prince qui sera le prochain à monter sur le trône d'Espagne. Aarón était donc une personne qui pouvait se montrer cruelle envers ses ennemis, mais il était également quelqu'un qui imposait le respect, même envers les personnes mieux placées que lui dans la société (et elles étaient nombreuses !). Mais évidemment, c'était trop beau pour continuer. À sa mort, Aarón était empli de regrets, ce fut sans foute cela qui l'empêcha de "monter au ciel" comme il aurait du le faire. Ce sont aussi ces regrets qui l'ont progressivement transformé en Hollow. Quels étaient-ils ? Ils n'étaient pas nombreux, mais suffisamment forts pour empêcher Aarón de reposer en paix. Tout d'abord, l'espagnol regrattait de ne pas avoir pu fonder une famille. Un grand guerrier comme lui était attristé par le fait de ne pas avoir pu laisser de descendance, mais surtout de ne pas avoir pu aimer et être aimé en retour. Ensuite, il y avait l'ennui. Depuis quelques années avant sa mort, il lui était de plus en plus difficile de bouger de son lit, et Aarón s'ennuyait donc à mourir sans parvenir à mettre fin à ses jours, malgré ses nombreux essais. Ces deux causes étaient celles qui le tourmentaient le plus, et la deuxième était celle qui allait rester en lui, et même s'intensifier au cours des années.

Lors de sa transformation en Hollow, Aarón, maintenant appelé Sasori devint totalement fou. Il prenait un malin plaisir à jouer avec les humains, à les faire souffrir. Cela l'amusait. Mais surtout, cela lui permit d'oublier l'ennui qui l'avait créé. Certes, il y avait d'autres façons de s'amuser, mais Sasori, dès son "plus jeune âge" était devenu un être cruel, sanglant et sadique. Et cela ne fit qu'empirer lorsqu'il devint un Menos Grande original. Contrairement aux autres Gillian, il garda sa personnalité, intensifiant encore et toujours les regrets qui lui avaient donné vie. Depuis qu'il savait que dévorer d'autres Hollow lui permettait de devenir bien plus puissant, sa folie destruction n'avait fait que croître. Plus sanglant, plus cruel, plus sadique. Plus affamé. Les Hollow sont des monstres. Et Sasori ne faisait pas exception à la règle. Mais lorsqu'il devint un Vasto Lorde, et plus tard un Arrancar, son comportement changea du tout au tout. Enfin, en apparence. Sasori devint plus calme, bien plus calme, il était même devenu froid. Sa folie destructrice avait cessée d'un coup. Il savait qu'il lui était désormais inutile de continuer ses semblables, puisqu'il avait atteins le maximum de sa puissance. Cependant, il n'avait pas cessé d'être cruel, loin de là. Il ne tuait plus par nécessité, il tuait par envie, tout simplement pour passer le temps, tuer l'ennui. Le pire, c'est qu'il trouvait ça drôle.

Mon Histoire

Primero Capítulo ~ Vida Humana ; Vida de Monstruo

Aarón marchait lentement dans la rue, traînant des pieds. La chaîne qui pendait à sa poitrine le faisait atrocement souffrir. Portait sa main gauche à cette dernière, Aarón tomba à genoux. Renversait la tête, il hurla. Il hurlement de douleur, de souffrance pure. Un hurlement qui dura de longues secondes, mais qui ne fut perçu par personne d'autre que lui. C'est durant ce hurlement et l'intense douleur ressentie par Aarón que ce dernier se retrouve avec un trou au milieu de la poitrine, et s'était, accessoirement, transformé en monstre. Mais revenons, si vous le voulez bien (vous n'avez pas vraiment chez le choix en fait, vous devriez même déjà percevoir les premiers effets du flashback : ondulations sur votre écran, contraste de la luminosité et contour légèrement rétréci..) en arrière.

Quelques années plus tôt ; Europe, Espagne : Madrid ; Fin XVIè, Début XVIIè siècle.

Aarón, jeune et noble chevalier du roi d'Espagne a, toute sa vie, suivi le code de la chevalier à la lettre, avec cependant un petit penchant : un amour inconsidéré pour la guerre. Bon combattant, Aarón n'hésitait jamais à partir en guerre. Oh ! celui ne lui faisait pas défaut auprès des autres chevaliers, ni même auprès du roi, qui était d'ailleurs ravi d'avoir à sa cours un homme dont les mérites guerriers étaient si souvent vantés jusque dans les contrées voisines. Cependant, son amour inconditionnel pour la guerre lui a fait frôler la mort de nombreuses fois. Mais bon, comme tous les chevalier, Aarón savait que mourir en combattant et en emportant un maximum d'ennemis avec lui était un honneur - et un devoir. C'est pour celui qu'à chaque fois que l'occasion se présenter d'aller tuer quelques barbares - et surtout d'aller tuer l'ennuie -, Aarón se portait naturellement volontaire. Faisant preuve, au combat, d'une rage presque démentielle, il était justement considéré comme un démon par ses ennemis. Mais c'était sans compter l'intervention de la mort. Aarón commençait à se faire vieux, ou du moins trop vieux pour combattre et continuer à enchaîner les batailles épiques des champs de bataille. Aarón mourrait d'ennui, et ce dans tous les sens du terme. Certes, il s'ennuyait ferme. Au moins une fois par jour, son entourage direct avait droit au fameux "Ahh.. c'était le bon temps.." ou le moins courant "C'était mieux avant" que sortent régulièrement tous les nostalgiques. Mais en réalité, c'était la maladie qui empêchait Aarón de combattre à sa guise. Une maladie apparemment incurable dont les symptômes changeait régulièrement, sans aucune explication. Plusieurs jours avant sa mort, l'ancien Chevalier sentait déjà que son heure arrivait, certes lentement, mais sûrement, et inexorablement. Il se mura dans une silence profond, ne prononçant plus un mot. C'est dans son dernier soupire Aarón réussit à articuler faiblement ces quelques mots :

– Je suis..mort d'ennui.

Europe, Espagne : Madrid ; Fin XVIè, Début XVIIè siècle.

Des cliquetis métalliques résonnèrent dans la nuit. Aarón, regarda la ville autour de lui. Puis, il regarda ses pieds. Comment pouvait-il au beau milieu du ciel sans tomber ? Étrangement, il ne ressentait même pas la peur de la chute. En fait... Aarón ne ressentait même plus rien. Il était là, flottant au dessus de la ville, telle une coquille vide. Parfaitement immobile, un fixait un point sur l'horizon. Attendait-il quelque chose ? Aarón resta là, sans bouger d'un iota, durant plusieurs jours. Son corps était littéralement enchaîné à sa demeure, à son armurerie plus précisément. Une chaîne immense faisait le tour du bâtiment et se terminait sur la poitrine d'Aarón. Plus le temps passait et plus sa poitrine le faisait souffrir justement. Mais Aarón guère, il ne donnait même pas l'impression de ressentir cette douleur provenant des chaînes. Des chaînes qui finirent d'ailleurs par se briser, libérant Aarón et permettant à ce dernier de déambuler dans la ville à sa guise. Cependant, une partie de la chaîne restait accrochée à son torse, une chaîne dont la longueur semblait se réduire petit à petit. Pourquoi Aarón avait-il décidé de partir se promener au lieu de rester près de chez lui ? Il n'avait sûrement aucune raison à ce choix. Cependant, il sentait quelque chose arriver. La Mort ? Non, il était déjà mort il y a quelques semaines. Alors quelle était cette chose qu'Aarón sentait grandir en lui à mesure que la chaîne qui pendait à son torse, elle, rétrécissait ? Il n'allait pas tarder à le découvrir... Ce qui était certain, c'est que cela lui faisait extrêmement mal.

Sasori naquit. Les hurlements d'un monstre résonnèrent autour de la ville, loin dans la campagne. Qui.. non, qu'est-ce qui les avaient poussés ? Un monstre ressemblant à.. rien de connu. Une espèce d'énorme Scorpion tout blanc immensément plus grand que le plus grand des scorpions. Facilement deux mètres de haut au garrot, une taille impressionnante à laquelle s'ajoute le bonus de sa queue, terminée par un dard gigantesque dont la seule piqûre transpercerait un humain au lieu de l'empoisonner. Quoi ? Vous pensiez que c'était fini. Voyons, si nous nous arrêtions là, ce ne serait pas drôle. Que serait ce scorpion géant sans des pinces elles aussi disproportionnées ? C'est tellement drôle de détruire, de massacrer et de semer le chaos en balançant ses pinces dans tous les sens. C'est tout ? Oui. Non ! Presque. La tête du monstre. Un truc assez difforme. Encore une fois, ça ne ressemble à rien. Six paire d'yeux, dont une plus grosse que les autres, pour mieux vous voir mes enfants. Bon, c'est à peu près tout pour la description. Pour le reste.. vous savez tous à quoi ressemble un scorpion, non ? Non ? Tsss.. z'avez raté votre vie. Bref. Que fait un hollow lorsqu'il vient de se réveiller ? Quoi..? Oh ! Arrêtez de m'interrompre pour dire des conneries ! Non, un Hollow ne prend pas de douche ! Par contre, oui, il prend un petit déjeuner. À base de sang, de chaire et surtout d'âmes humaines. Vous devriez goûter, c'est vraiment délicieux. Quoi qu'il en soit, comme tout bon Hollow que se respecte, Sasori mourrait de.. ah bah non, c'est pas possible ça. Sasori avait donc très faim. Il se sentait d'humeur à engloutir tout un pâté de maison, rien que ça.

Les semaines, les mois passèrent. Chaque jour, profitant de son apparente invisibilité aux yeux des humains, ils les dévoraient. Tous. Un par un. Lorsqu'un lieu avait perdu bon nombre de sa population, il en changeait. Trois siècles et demi après le fléau provoqué par la grande épidémie de Peste Noire, Sasori fut à son surnommé "Peste", "fléau" et "épidémie". Le peu d'intelligence à sa disposition trouvait cela sympa. Même sans le voir, les humains le craignaient. Il redoutaient son arrivée, le moment où il frapperait. Ce sentiment qu'il ressentait lorsqu'il voyait les humains frémir au moment où il passait près d'eux, ou même quand il se retrouvait au centre des conversation. Sasori s'amusait comme un fou. Les terroriser avant de les abattre au moment où il s'y attendait le moins. Détruire leurs biens, tuer leur famille lentement.. Les voir souffrir, les voir pleurer toutes les larmes de leur corps, les détruire psychologiquement.. puis les détruire tout simplement. Vraiment, Sasori ne s'était jamais autant amusé. Les humains sont vraiment une source de divertissement illimitée. Mais après tant de mois passés à jouer ainsi, Sasori finissait par refaire la même chose sans arrêt, et l'ennui, petit à petit, s'emparait, à nouveau, de lui.



Segundo Capítulo ~ ¡ Gillian, Adjucha y Vasto Lorde !

– Ah... Enfin.. Je la sent en moi... Cette puissance, toute cette puissance... C'est donc ça de devenir un Menos Grande.. un Gillian ?

Une nouvelle forme. Celle d'un grand scorpion entièrement blanc, un scorpions bien plus grand que le premier petit scorpion que l'on croise dans un désert. Des pattes puissantes et deux pinces incroyablement fortes, un dard empoisonné, dont le venin était mortel à coup sûr à la moindre piqûre, qui ne laissait aucune chance à quiconque était piqué par celui-ci. Voilà, telle était la nouvelle forme de Sasori, son nouveau corps, et surtout, sa nouvelle puissance. Sasori arpentait désormais l'immense étendue blanche qu'est le Hueco Mundo. Maintenant qu'il était devenu un Gillian, il fallait qu'il dévore toujours plus de ses semblables afin de, peut-être, avoir la chance de devenir un Adjucha. Dans un premier temps, Sasori s'enterra discrètement dans le sable, de sorte à être quasiment invisible aux yeux de ses proies. Des proies qu'il guettait sans relâche. Des proies qui étaient comme lui des Hollows. Oui, c'était ses semblables. Cela le dérangeait-il ? Non. Qu'ils soient de simples Hollows, ou qu'ils soient des Gillians, voir même parfois des Adjuchas, Sasori éliminait sans vergogne ni état d'âme le moindre Hollow qui passait à sa portée. Mais malgré ce carnage commis sans relâche depuis des mois, Sasori n'avait pas encore dévoré assez d'âmes pour devenir un Adjucha. Alors, il eu l'idée de descendre dans l'Arbolada de los Menos - la Forêt des Menos. Un lieu dans lequel les Hollows étaient certes plus nombreux, offrant ainsi à Sasori un banquet de choix, mais aussi plus puissants, et donc pour lui bien plus dangereux. En effet, ce lieu du Hueco Mundo n'était composé que de Gillians et d'Adjuchas. Aucun Hollow "normal" ne pouvait survivre ici, et voilà bien longtemps qu'aucun d'entre eux ne s'était aventurait en ce bas-lieu. C'est la raison pour laquelle Sasori en avait oublié jusqu'à l'existence même. Mais maintenant qu'il se souvenait de ce lieu, il ne lui manquait plus qu'à trouver un accès pour pouvoir aller y dévorer un maximum d'âmes ! Utilisant les facultés qui lui avaient été octroyées par sa forme de scorpion, il réussit sans peine à se creuser dans le sable un passage qui lui permettrait d'accéder à cette forêt. Cependant, ce fut la suite des évènement qui fut plus... tendue pour Sasori. En effet, les scorpions n'étant pas réellement taillés pour le vol, aucune partie de son corps n'était prévue pour freiner sa chute, ni même amortir l'impact qui se fit ressentir à peine quelques secondes plus tard. Sasori resta dans les vapes plusieurs minutes après cette chute.. à moins que ce ne soit des heures... Par chance pour lui, aucun autre Hollow ne semblait l'avoir remarqué. Se relevant péniblement, il fit quelques pas avant de se rendre compte qu'en cas d'affrontement, son état ne lui permettrait pas de survivre. Il opta pour la stratégie à laquelle il avait déjà recourt en surface du Hueco Mundo. Il était certes ici bien plus visible, mais au moins, cela lui permettait de pouvoir se reposer et de, peut-être, dévorer les âmes de quelques Gillians encore plus bêtes que les autres. Après quelques heures de repos, Sasori se décida enfin à se relever et à enfin partir en chasse. Une chasse qui, dans un premier temps, ne donna strictement rien. Sasori avait beau arpenter la forêt, il n'aperçut pas l'ombre d'un autre Hollow. Il commençait à se demander s'il avait bien fait de prendre le risque de de descendre - d'autant qu'il n'avait aucune idée de la façon dont il pourrait sortir. Bon, il faut avouer que Sasori n'était pas un Gillian très rapide, et qu'il n'avait donc exploré qu'une très petite partie de la Forêt des Menos. Ce n'est que quelques jours plus tard que Sasori pénétra dans un lieu tout autre. Il sentait dans ce leu quelque chose de bien différent. Par précaution, Sasori décida de s'enfouir à nouveau dans le sable. N'ayant plus d'autre moyen de se repérer que sa capacité à ressentir le Reiatsu, il se déplacer maintenant de manière assez aléatoire. En se concentrant, il arrivait tout de même à percevoir les vibrations provoqués par les déplacements des autres Gillians, mais cela lui était impossible sur des longues - et même des moyennes - distances. Remontant légèrement plus en direction de la Surface, Sasori espérait ainsi pouvoir repérer plus facilement les autres Hollow, ses futures proies. Malheureusement pour lui, ce n'était pas si évident, et Sasori ne pouvait plus se laisser guider que par les Reiatsu de ses semblables afin de pouvoir les traquer et les tuer - puis les dévorer, bien évidemment - par surprise. Le Gillian se déplaçait lentement, et surtout discrètement. Il se rapprochait doucement de ses proies, et, au dernier instant, faisait surgir sa queue incroyablement rapidement, cueillant ainsi le futur repas de Sasori avec son dard. Après avoir attendu quelques minutes que son poison ait fait effet, Sasori émergea du sable et se mit à dévorer le Gillian. Inlassablement, répétant ce processus plusieurs fois par jour. Il lui arrivait parfois de monter jusqu'à une vingtaine de proies abattues puis dévorer de la même façon en une journée. Répétant ceci pendants des semaines, voir des mois, ou même des années, les journées se ressemblaient toutes et il était devenu impossible pour Sasori de se situer dans le temps.

Un craquement d'os, puis un autre. Des dizaines suivirent. Sasori grandissait, et son armure blanche s'adaptait lentement à sa métamorphose. De par son aspect général, le nouvel Adjucha n'avait pas énormément changé. Des jambes étaient apparues à la place de la paire de patte la plus proche de sa queue, et les autres pendaient désormais mollement, vides. Des espèces de bras s'étaient également formés, mais des pinces, encore plus grosses que précédemment, terminaient toujours ses bras, l'empêchant ainsi de saisir efficacement un objet. Sa queue était toujours identique, et Sasori ne ressentait aucun changement de ce côté. Cependant, le "trou" qu'ont les Hollows, et qui se trouvait avant dans le dos de Sasori se retrouvait maintenant légèrement plus bas que son épaule gauche, sur son torse. Sasori sentait la puissance affluer en lui, et il en tremblait légèrement. Plus que jamais, il était maintenant taillé pour la chasse, la traque même, et surtout il était désormais fait pour répandre la mort sur son passage. Répandre la mort... Une mission qui lui incombait, et une mission qu'il se ferait un plaisir, une joie même, d'accomplir. Tuer pour manger puis pour devenir plus fort. Telle était désormais la vie du prédateur qu'était Sasori. Il avait passé des mois, des années même à chasser, à traquer, inlassablement, chacune de ses proies, pour enfin devenir un Adjucha. Mais depuis sa transformation, quelque chose de nouveau était apparu en lui. Une peur. La peur. Celle de la régression. La crainte de redevenir un simple Gillian, faible et sans avenir, sans aucune chance de redevenir plus tard un Adjucha. Pour éviter cela, Sasori devait absolument manger. Manger encore et toujours, plus d'âme, dévorant des âmes par centaines, par millier, voir même par millions. Errant de nouveau dans l'obscure clarté de la Forêt des Menos, Sasori recommença à traquer ses proies les unes après les autres, inlassablement. Mais devenir un Vasto Lorde est sans aucun doute bien plus compliqué que de devenir un Adjucha. Cependant, Sasori le sentait, quelque part au fond de lui. Enfouit bien profondément, au plus loin de son être, ce potentiel était bien là, il en était certain.. ou presque. Il était certain d'une chose : Sa traque ne faisait que commencer.

Cela lui prit des dizaines d'années. Peut-être même des centaines. Le temps passait, inexorablement. Mais alors que la peur de la régression se faisait toujours plus grande chez Sasori, le submergeant totalement, enfin, il dévora le Hollow qui lui permit de grimper encore un échelon, et de taille cette fois. Sasori se tenait désormais comme un Homme. Pendant plusieurs heures, il ne bougea pas, profitant de la sensation que lui procurait sa transformation en Vasto Lorde. Jamais il n'avait ressenti cela, pas même lors de ses transformation précédentes. Maintenant, Sasori était bien plus calme. Il se déplaçait lentement, ne cherchant plus à traquer les autres Hollows. Au contraire, il ignorait même les plus courageux qui osaient s'approcher de lui. Il n'avait plus besoin d'eux. Il était maintenant au maximum de sa puissance, au sommet de la hiérarchie des Hollow. Enfin... c'est ce qu'il croyait. Lors de sa transformation, il n'avait gardé que quatre membres. Ses jambes s'étaient allongées et ses pinces avaient disparues pour laisser place à des mains. De longs cheveux noirs lui étaient poussés. Son masque s'était légèrement modifié : les trous pour les paires d'yeux en trop, obsolètes depuis que Sasori était passé de douze à deux yeux, avait presque disparus et étaient désormais fermées. Son masque enveloppait totalement son visage, incluant même son cou et sa nuque. Qu'allait-il bien pouvoir faire maintenant qu'il avait atteint la plus haute classe possible pour un Hollow ? Il n'avait plus aucun but. Allait-il recommencer à errer sans but ? Oui, que pouvait-il faire d'autre ? Chasser les Hollows n'était même plus drôle. Sasori reprit donc sa route, lentement, à travers l'étendue sableuse du Hueco Mundo.

C'est après plusieurs mois de marche qu'il le vit.



Tercero Capítulo ~ Máscara Arranqué !

Haletant, Sasori luttait pour garder les yeux ouverts. Faire le moindre mouvement le faisant souffrir comme jamais il n'avait souffert. Baignant dans une flaque de son propre sang, Sasori fixait un grain de sable. Sa vision se troubla, et il perdit connaissance. Comment en était-il arrivé là ?

Dès que Sasori le vit, il devinais à quoi s'attendre. Mais étrangement, la peur ne s'insinua même pas en lui. Hélant l'autre, Sasori cria :
– Eh, toi là-bas, qui es-tu ?!
– Je suis ta mort, déchet.

C'est sur ces mots que le second Vasto Lorde s'élança en direction de Sasori. Ce dernier eu tout juste le temps de se protéger de ses bras avant d'en casser le coup porté d'une puissance faramineuse. Un coup qui fit trembler le sol autour d'eux. Et qui fit sourire Sasori.

– Pourquoi tu rigoles, crevure, tu te réjouis à l'idée de mour..

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Sasori lui décocha un coup d'une puissance inouïe.. Un coup dévastateur. ...Qui fit reculer l'autre de deux pas. Voyant que son coup n'avait pas eu plus d'effet que celui qu'il venait d'encaisser, Sasori pesta :

– Bordel.. On n'a pas finit. Ça promet d'être drôle !

S'en suivit un combat qui aurait fait pâlir le plus puissant des Adjuchas. Un combat qui dura des jours, des semaines même. Sans s'arrêter, les deux Vasto Lorde se tapèrent dessus.. Nuit et..nuit, sans se reposer, leur combat fit rage. Les deux étaient à bout de force. Sasori fut contraint de poser à genoux au sol. Il reconnu lui-même qu'il n'était pas à son avantage contre cet adversaire. Adversaire qui, préparant un Cero, s'approchant lentement, très lentement de Sasori.

– Merde ! Merde ! Merde !

Le Scorpion tenta de se relever, mais il ne put que se relever de quelques centimètres. À son tour, il prépara donc un Cero. Vasto Lorde contre Vasto Lorde. Cero contre Cero. C'était à celui qui, malgré la vue troublée, arriverait à viser le mieux, et à dégager le plus de puissance. Mais Sasori ne fut pas assez rapide. Le Cero adverse le toucha de plein fouet, à bout portant, et en plein tête. Son masque vola en éclats, fut totalement brisé et arraché jusqu'au niveau du cou. Sasori sentait sa fin arriver. Alors que son adversaire allait partir, laissant Sasori pour mort, le Scorpion réussit à saisir le bras de son opposant. Malgré le choc encaissé, son Cero reposait toujours dans le creux de sa main. Puisant dans ses dernière, il arriva, en tirant sur son bras, à se relever. Certes, pas à se mettre debout, mais suffisamment pour..

– CRÈÈÈÈVE !

Sasori plaqua sa main sur le cou de son adversaire et tira son Cero en même temps. Il le décapita purement et simplement, le tuant pour de bon. Mais à quel prix ? La mort pour lui aussi, sans doute.

Après quelques jours, Sasori parvint à se traîner jusqu'à la dépouille de son ancien ennemi. Il se disait qu'en le dévorant, il pouvait peut-être regagner quelques forces. C'est donc ce qu'il fit. Mais après son repas terminé, il se rendit compte que son Masque avait été en bonne partie arraché. Il avait entendu dire, du temps où il était encore un Gillian qu'un Hollow avec le masque arraché était condamné. Sasori se résolut donc à mourir ici. Mourir au combat.. c'était une mort honorable, et Sasori en était fier. Arrivant à se mettre sur le dos, il observa le ciel noir du Hueco Mundo quelques temps. Puis, il ferma les yeux, une dernière fois.



Cuarto Capítulo ~ La Espada !

Comment était-ce possible ? À son grand étonnement, Sasori rouvrit les yeux, quelques jours plus tard. Il se sentait.. différent. C'était donc comme cela, la mort d'un Hollow ? Était-il donc condamné à revivre cette vie de monstre encore et toujours ? Non, pas différent dans ce sens. Son propre corps lui semblait différent. Il s'inspecta rapidement.. Son armure... la protection ressemblant comme deux gouttes d'eux à une armure de scorpion avait tout bonnement disparu. À la place.. du tissu et de la peau. Et à côté de lui reposait un sabre, dans son fourreau. Sasori s'en saisit et se rendit compte que la poignée était totalement adaptée à sa main, comme si c'était du sur-mesure.

– C'est quoi ce bordel..?

Tiens, sa voix aussi lui semblait changée. Plus calme, plus posée, plus.. douce ? Sasori se releva d'un bond. Il accrocha le sabre aux habits qui remplaçaient son armure au niveau de sa taille. Étrangement, alors qu'il venait de prendre la raclée de sa vie il y a de ça quelques heures - son sang n'ayant pas encore séchait sur le sable, Sasori en avait déduit qu'il n'était pas resté inconscient bien longtemps -, l'Espada se sentait en pleine forme, et même plus que ça. Il se sentait d'humeur à déplacer des montages et à.. tuer des Vasto Lorde ? C'est donc ce qu'il fit. Il traqua les Vasto Lorde et en extermina deux ou trois, bien plus facilement que lorsqu'il avait combattu avec l'autre affreux. Après quelques temps, Sasori aperçut quelque chose. Sa curiosité piquée à vif, il décida d'aller jeter un coup d'œil. Mais il avait beau avancer, il n'avait pas l'impression de se rapprocher de la masse qu'il voyait à l'horizon.

– Si c'est une blague, c'est pas drôle.

Sasori mit des jours à arriver. Mais au moins, il arriva. Il se trouvait face à un mur. Un long, très long mur. Il lui fallut autant de temps pour trouver l'entrée que ce qu'il lui avait fallu pour arriver face à son mur. Il aurait pu passer par la force, mais il ne savait pas ce qu'il allait trouver derrière ces murs. La prudence était donc de mise... Quoi, ça vous étonne que Sasori soit prudent ? Je vous avais bien dis que sa façon f'agir avait changée. Mais malgré ses précautions, il fut rapidement repéré et intercepté. À croire que les murs avaient des yeux en plus de leurs oreilles. L'Arrancar fut jeté en cellule. Mais il n'y resta pas bien longtemps. Tant pis pour la discrétion. Chacun à ses faiblesses. La claustrophobie fait partie de celles de Sasori. Il n'aime pas être enfermé, il n'y peut rien. Bon 0K, il en profite peut-être un tout petit peu, mais vous ne le direz à personne n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, son détour par la case prison lui permit visiter un peu la bâtisse. C'était pas folichon.. Tout gris, tout terme, personne. Sasori ne voyait pas l'utilité de posséder un bâtiment aussi gigantesque alors que quasiment personne n'y était. Cela faisait une demi-heure que Sasori était sorti de sa cellule et qu'il marchait, mais il n'avait toujours pas croisé âme qui vive.

– SI j'aurai su.. j'aurai pas venu. Qu'est-ce qu'on s'emmerde ici... Tiens ? Ah, cool, enfin des gens.

Sasori tira une chaise et s'asseya. En face de lui, dix personnes. Un sac d'os en bout de table, les neuf autres le fixaient, sans un mot.

– Bon, c'est ici la taverne ? Quoi de neuf les gars ? Tout va comme vous voulez ?

Tous les autres semblaient étonnés. C'est alors que Sasori remarqua quelque chose. Il revit ici l'une des dernières choses qu'il avait vues lors de sa vie Vasto Lorde.

– Tiens, vos numéros.. Le gars dans le désert avait un peu le même genre. Un 2 il me semble.

Ceux qui ne le fixaient que du coin de l'œil se tournèrent totalement vers Sasori. Tous affichaient une mine ébahies. L'un d'eux lui demanda s'il avait croisé celui qu'ils appelèrent ‘‘Le Segunda’’.

– Ah bah ça, pour le croiser... Je m'en souviendrais toujours de ce rigolo ! Il se pointe devant moi, et sans raison, il m'agresse ! Ce fut compliqué, j'en ais bavé, et il a faillit me tuer, mais j'ai fini par avoir sa peau à ce con ! Le seul petit problème... C'est qu'il m'a arraché mon masque. J'étais si fier d'avoir atteins le plus haut niveau que puisse atteindre un Hollow... Je sais pas si je vais survivre à ça. Tiens, en parlant de masque, ils sont où les vôtres ?

Certains ouvrirent légèrement la bouche en entendant le bref récit de Sasori. Aucun d'entre eux n'avait toujours parlé. Sasori en vint à se demander s'il n'avait pas affaire à des muets. Ou des attardés peut-être. Ouais, Sasori était sûrement tombé sur la résidence des Hollows attardés.

– Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai un Roi à trouver moi. Ah tiens, sympa ta couronne, Sac d'Os.

Sasori se leva. Et dans la seconde qui suivit, les dix autres se levèrent également. Le squelette s'adressa à lui directement.

– Je te prie de rester, Arrancar. J'ai à te parler. Tu affirmes avoir tué le Segunda alors que tu n'étais qu'un Vasto Lorde ?
– Oui, enfin, j'ai eu du mal quand même. Il a faillit lui-même me tuer avant que j'arrive, grâce à la chance sans doute, à renverser la situation. Mais j'y ais malheureusement perdu mon masque..
– Tu ne sais pas ce que tu dis, jeune inconscient ! Lorsqu'un Hollow arrache son masque et qu'il survit, sa puissance croit exponentiellement. Tu as éliminé un de ces Arrancars, il faisait même partie de l'Espada. Nous t'expliquerons tout cela plus en détails un peu plus tard. Normalement, tu devrais mourir sur le champs pour cet acte ! Mais tu as réussi cet exploit alors que tu n'étais encore qu'un simple Vasto Lorde.. Incroyable... Je veux que tu remplaces celui que tu as tué. Ça n'a rien d'une proposition. C'est un ordre.

Qu'est-ce que c'est chiant la vie d'Espada. Jamais rien à faire à part traîner dans des couloirs interminables. Heureusement qu'en tant que nouveau, Sasori eut droit à un entraînement aux différentes techniques des Espadas. Lui furent ainsi enseignés différents Cero et Sonido, et surtout, la Resurrección. Ça lui passait le temps. Mais en quelques mois, les autres Espadas n'avaient plus rien à lui apprendre. Certains craignaient même sa force et avaient peur qu'il utilise leurs techniques contre eux.

Ce que Sasori finit par faire. Passer ses journées à s'ennuyer le mettait dans une humeur exécrable. De plus il haïssait qu'on lui donne des ordres. Il n'en fallut pas plus. Le Primera Espada vint le chercher afin de lui ordonner d'exécuter deux ou trois Hollow. Le ton supérieur sur lequel il lui avait demandé cela le mit hors de lui. Un duel débuta. Bien plus facilement que lors de son précédent combat dans le désert, Sasori abattit son adversaire rapidement. Après cela, il n'eut d'autre choix que de fuir.



Quinto Capítulo ~ La... Concordia.

Sasori se lécha les doigts, un à un, il passa sa langue lentement sur chacun d'entre eux. Pourquoi ? Pour récupérer le sang qui coulait dessus. Quel sang ? Celui du Hollow qu'il venait d'exterminer, et de déguster. Pourquoi tuer l'un de ses congénères ? Pourquoi recommencer à manger ceux de son espèce ? Doucement, doucement.. Pas trop des questions en même temps s'il vous plait. Il est inutile de me poser plusieurs question à la suite, me le exposant en un flot continu sans me laisser le temps de répondre. Un peu de bon sens, voyons. Si Sasori tue des Hollows, c'est pour tuer le temps, et tenter, l'espace d'un instant, aussi court soit-il, de ne plus s'ennuyer. S'il dévore ses proies, c'est simplement parce qu'il a faim, ou alors qu'il trouve dommage d'abandonner là l'un de ses trophées. Mais revenons à l'ennui qu'il éprouve. Pourquoi s'ennuie-t-il ? Mais parce qu'il n'a rien à faire, voyons. Non ! Stop ! Je vous vois venir, avec toutes vos questions ! J'y arrive, prenez votre mal en patience... En effet, depuis qu'il a abattu le Primera Espada, sur une simple divergence d'opinion et sans aucune autre forme de procès, et que, dans la foulée, il a quitté l'Espada, et de ce fait le Palais de Las Noches ; Sasori erre à nouveau sans but dans l'étendue désertique et vide du Hueco Mundo, tuant sans hésitation le moindre Hollow qu'il croisait, et ce, sans aucune distinction de classe ou sa puissance. Était-ce là sa destinée ? La seule chose que lui réservait son destin était donc l'errance, et l'ennuie qui va avec ? Apparemment, oui. L'Arrancar songea de nouveau à descendre dans la Forêt des Menos. Les Menos ? Aucun d'entre eux ne pouvait lui tenir tête et lui faire oublier son ennui. Étant lui-même un Vasto Lorde ayant arraché son masque pour devenir un Arrancar, il doutait que même un autre Hollow ayant atteint cette classe puisse l'occuper bien longtemps. Il se demandait donc si descendre et rejoindre de nouveau l'empire contrôlé par les Menos lui serait d'une grande utilité pour vaincre l'ennui. Bah.. Au point où il en était, autant rester à la surface, ça ne changerait pour lui pas grand chose. Sasori erra donc, seul, s'ennuyer comme jamais il ne s'était ennuyé. Même lors des barbantes réunions des Espadas, l'Arrancar ne s'ennuyait pas autant. Il soupira. Il se surprit à espérer que quelque chose d'important arrive, quelque chose de vraiment important qui l'occuperait plusieurs jours, ça lui ferait bien plaisir.. Enfin, ce n'était bien sûr qu'un rêve inaccessible, il ne passe jamais rien au Hueco Mundo en réalité... Sasori reprit donc sa marche, fixant le sombre horizon devant lui, foulant les nombreux grains de sable du désert inlassablement.

C'est plusieurs jours plus tard que Sasori eut une idée pour se divertir. « Pourquoi ne pas aller dans le monde des humains ? » s'était-il demandé par hasard. C'est vrai, après tout, pourquoi ne pas aller s'amuser avec ces êtres faibles que sont les humains ? En quelle année sont-ils déjà ? C'est sur cette question que Sasori, d'un geste, ouvra un Garganta devant lui. Sans une once d'hésitation, il y pénétra, et, prenant son temps, se rendit lentement dans le monde des humains. Lorsqu'il sortit de l'autre côté, Sasori fut obligé de mettre sa main devant ses yeux afin de protéger ces derniers du soleil. Depuis combien de temps n'avait-il pas vu l'astre solaire ? Depuis combien de temps n'avait-il pas senti sa chaleur sur sa peau froide ? Cela devait remonter à plusieurs dizaines d'années, avant même sa transformation en Gillian... Son corps n'était plus habitué à cette sensation et opéra une espèce de rejet. Rapidement, l'Arrancar chercha un coin d'ombre afin de s'abriter des rayons du soleil. Laissant à ses yeux le temps de s’habituer à la luminosité, Sasori observa les alentours, scrutant tout ce qui trouvait autour de lui.

– Le monde a bien changé... Quelles sont toutes ces choses ?

Après plusieurs minutes, Sasori se remit en marche, continuant d'observer ce qui l'entourait, ressentant un sentiment proche de l'admiration pour ce qui se trouvait dans les rues qu'il empruntaient. L'Arrancar croisa de nombreux humains, vêtus de façon étranges, ils portaient tous des habits qu'il n'avait jamais vus. Ils parlaient, agissaient différemment. Même leurs moyens de transports et leurs habitations lui étaient totalement inconnus. Tout était nouveau pour Sasori, et, pour la première fois depuis sa mort, voir même avant, il se sentit perdu. Même lorsqu'il se rendit compte qu'il était devenu un monstre, à moitié enchaîné à son armurerie, il n'avait pas été si étonné qu'aujourd'hui. Toutes ses choses nouvelles, c'était presque traumatisant, il n'avait plus aucun repère. Non, il devait se reprendre. Sasori était un ancien Espada l'un des plus puissants sans aucun doute, voir même le plus puissant actuellement, et quelques changements le mettaient dans cet état ?! Non, cela ne lui ressemblait pas, ce n'était pas un comportement digne de lui, il fallait qu'il se reprenne. Il respira profondément quelques secondes, puis, calmé, il sourit. Il sourit étrangement, et partit même dans un fou rire. Pendant quelques minutes, il ne put s'arrêter de rire. Heureusement que personne ici ne pouvait l'entendre, ou il aurait encore déchaîner les foules, et l'on aurait tenter de l'interner. Ah.. cela faisait tellement qu'il l'avait oublié, tellement longtemps qu'il n'avait pas vécu cela qu'il en riait encore. Durant ces quelques minutes, ces quelques instants pendant lesquels il s'était émerveillé devant la ville, Sasori ne l'avait plus ressenti. L'Ennui. Sasori ne s'était pas ennuyé, et cette sensation était, comme son environnement, nouvelle pour lui. Jusqu'alors, Sasori avait toujours considéré l'ennui comme une partie de lui-même, et ce, malgré tous ses efforts pour se divertir, et avait presque fini par s'y habituer. Et finalement, c'était une simple balade sous le soleil du monde des humains qui lui avait enfin permis de ressentir cette euphorie nouvelle. Sasori était... heureux ? Non, le fait d'être heureux est totalement inconnu des Arrancars, et même des Hollows en général. Mais ce qu'il ressentait s'approchait vraiment de ce sentiment. S'il lui suffisait de rester ici pour ne pas s'ennuyer, pourquoi ne pas voyager de par de le monde, comme le font parfois les humains ? Comme le font les humains.. là était tout le problème. Voyager.. c'était bien un comportement humain, typiquement humain. Alors pourquoi Sasori, lui qui, certes, avait été un humain, autrefois, mais qui, désormais, était un Arrancar, ressentait cette envie ? Cela viendrait de l'ivresse ressentie à place de l'ennui, le remplaçant entièrement dans son corps ? Aucune idée, mais il y songeait sérieusement. Après tout, depuis qu'il avait quitté l'Espada, il n'avait plus rien à faire...

Lentement, le soleil commença à décliner à l'horizon. Voilà bien longtemps que Sasori n'avait pas assisté à un couché de soleil. Petit à petit les humains autour de Sasori commencèrent à rentrer chez eux, si vite que lorsque la nuit fut entièrement tombée sur la vile, Sasori se retrouva seul au milieu de la rue. Totalement seul... cela lui rappelait le Hueco Mundo, et l'ennui s'empara de lui à nouveau.

– Eh ! Le moche avec la coiffure bizarre !

Décidément, les humains ont de drôles de façons e s'interpeller. Les humains... quels humains ? Sasori n'était-il pas seul ici ? Ou alors.. quelqu'un s'adressait-il à lui ? Après plusieurs secondes, Sasori se retourna, plutôt lentement. C'est alors qu'il les vit. Une jeune fille qui regardait l'Arrancar avec un regard désœuvré. Quelques pas derrière elle se trouvait un jeune homme, sûrement un humain.

– Oui, c'est a toi que je parle, raclure. Qu'est que tu fous là, à te la toucher ?! Hein ?!

Ce qui étonna Sasori, après le langage de la jeune femme, c'est le fait qu'elle pouvait le voir. Et, finalement, il commençait à croire que l'homme derrière elle pouvait le voir également. En effet, il ne bougeait pas et fixait Sasori. Soudain, l'homme poussa la jeune femme de sa main droite et s'approcha un peu plus de l'Arrancar.

– Je me présente, à toi, Sasori Bôfuka, je me nomme Takeshi Kagayaku. Et la minus à mes cotés, c'est Kaze Sakurai.
– Je suis pas une minus ! Je suis la dernière héritière d'une famille noble, pauvre tâche ! C'est pas parce que t'es le chef que tu dois me traiter de minus !

Lâcha-t-elle après avoir frappa l'estomac de l'homme d'un coup de poing sec. Un coup qui ne sembla pas l'affecter plus que cela. Puis, Sasori tilta : comment cet homme connaissait-il son nom ? Les doutes de l'Arrancar était maintenant confirmés. Ces deux personnes n'étaient pas des humains normaux. Maintenant que Sasori y faisait attention, ils se dégageait d'eux une puissance exceptionnelle. Celle de la jeune femme était au moins égale à la sienne, et celle de l'homme qui l'accompagnait était encore supérieure. Sasori avait donc fasse à lui deux individus particulièrement puissants... La prudence n'était pas une habitude qu'avait l'Arrancar, mais elle était maintenant de mise.

– Bref, nous ne sommes pas là pour discuter des origines de Kaze. Sasori, nous venons à toi dans un seul et unique but, et je serais direct. Sasori, je veux que tu rejoignes... mon Organisation, la Concorde.
– Rejoindre une organisation ? Très peu pour moi, j'ai de mauvais souvenirs de ce genre de choses.
– Sasori... sache que ce n'était pas une proposition, mais un ordre.
– Et ma réponse n'était-elle pas claire ? C'est non.

Sur ces mots, l'Arrancar tourna les talons et, laissant les deux individus derrière lui, commença à remonter la rue tranquillement. C'est alors que Kaze, utilisant son Shunpo se planta juste devant Sasori.

– Eh l'affreux ! T'as mal compris Takeshi là ! Tu viens on t'dit !
– Pas intéressé. Foutez moi la paix.

Utilisant à son tour le Sonido pour passer l'obstacle qu'était la jeune femme, Sasori tenta à nouveau de repartir. Mais c'était sans compter sur la détermination des deux personnes à qui il avait à faire. Dans un premier temps, ils laissèrent Sasori s'éloigner un peu d'eux. Mais après quelques mètre Sasori sentit quelque chose trembler autour de lui. Non, pas autour de lui, derrière lui. D'après ce qu'il ressentait, c'était la jeune femme. C'était elle qui était en train de libérer sa pression spirituelle au maximum. Un léger rictus se forma sur les lèvres de Sasori. Il aimait ce qu'il ressentait là. Cette femme dégageait une puissance impressionnante. Brusquement, l'Arrancar se retourna. Le rictus qui avait pris forme sur ses lèvres prit de l'ampleur jusqu'à s'étendre en un sourire maléfique. À son tour, Sasori libéra sa propre pression spirituelle afin de rivaliser avec la jeune femme qui osait lui tenir tête. Leurs deux énergies, réunies en un point aussi réduit que les quelques mètres qui les séparaient l'un de l'autre suffirent à faire trembler le sol et même tout ce qui les entourait. Presque simultanément, ils portèrent la main à leur sabre. Kaze, plus impétueuse encore que Sasori s'élança en première, et fonça vers Sasori dans le seul but de l'amocher suffisamment pour qu'il n'oppose plus la moindre résistance. Mais avant même qu'elle n'ait pu atteindre l'Arrancar, ce fut Takeshi qui s'interposa entre eux. Il stoppa net la lame de Kaze avec son propre sabre et signifia à Sasori qu'il était inutile d'essayer de contre-attaquer en posant simplement sa main sur le torse de l'Arrancar.

– Bon. Trêve de chamailleries. Sasori, je veux que tu me rejoignes. Comme Kaze, tu m'aideras dans mes opérations. Évidemment, je ne peux pas te dire que je te choisi par confiance. Non, je t'ai choisi uniquement pour ta puissance. Cela pourrait te paraître idiot, comme ça, mais, oui, j'ai besoin de personnes puissantes. C'est la raison pour laquelle je vous ais choisis, Kaze et toi.
– Et tu penses que je vais accepter te rejoindre ton organisation, comme ça ? J'ai déjà dis que j'avais quelques ennuis avec ma dernière "organisation".
– Oh, ça ? Oui, nous sommes au courant. Nous te gardons à l'œil depuis un bon moment. Tuer ton supérieur hiérarchique n'était peut-être pas une bonne idée. Mais c'est ce qui m'a convaincu de te choisir, toi, et pas un autre. En effet, cela m'a permet de confirmer ce que je croyais de toi. Tu es puissant, et tu n'hésites pas à tuer si tes intérêts sont en jeu.
– Parlons-en, de mes intérêts. Quels sont-ils ?
– Le Hueco Mundo.
– Pardon ?
– Si tu me rejoins et que mes projets aboutissent, je t'offrirai le Hueco Mundo.
– Hm... Intéressant. Projetterais-tu de dominer les mondes ?
– Tu sauras ceci en temps voulu. Bien sûr, pour cela, il faudra que tu me voues loyauté et obéissance. Et tu devras obéir à mes ordres, même si, je le sais, tu n'aimes pas en recevoir.
– Ouais. Les ordres... le revers de la médaille... Quelle serait ma place dans ton organisation ?
– Si tu me rejoins, tu auras la place de Général d'Unité, la Seconde pour être exact. Oh, je te vois venir. Non, les numéros donnés aux Unités ne correspondent pas à la puissance de leur dirigeant comme c'était le cas lorsque tu faisais partie de l'Espada. Non, en fait notre système est plutôt similaire à celui des Divisions du Seireitei, les numéros servent à les différencier plus facilement. Et ton Unité, la Seconde, donc, est celle qui sera spécialisée... Dans les assassinats.
– Plus j'en apprends, et plus tu me plais... Tu as besoin de moi pour tuer, et si je tue qui tu veux quand tu veux, tu m'offres le Hueco Mundo sur un plateau ? C'est un peu gros.
– C'est légèrement plus subtil que cela. Encore une fois, tu sauras tout lorsque tu m'auras rejoins.
– Finalement, tu ne me laisses pas le choix.
– Non, en effet. Je tente juste de te convaincre pour que tu me rejoignes de ton plein gré.
– Je vois... Eh bien.. je suppose que c'est d'accord. Je me joins à toi. Mais si ton organisation s'avère ne pas répondre à mes attentes, j'espère que tu ne m'empêcheras pas de te quitter.
– Ne verrons cela.

Prononçant ces mots, Takeshi tourna les talons et repartit de là où il venait. Kaze, qui n'avait pas prononcé un mot durant l'échange, et s'était effacée à un tel point que Sasori l'avait oubliée, se retourna également et suivit son chef. Sasori, qui venait d'accepter de les rejoindre les suivit également, légèrement en retrait, sans dire un mot.





Dernière édition par Sasori Bôfuka le Dim 11 Nov - 2:48, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 253
• INSCRIPTION : 26/10/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Karakura
• LOISIRS : ...
• HUMEUR : Souriant~

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t496-fallais-le-faire-apres-tout

Passeport
Rang: Wanted
Points d'experience:
85/305  (85/305)
Niveau: 18
Gin Ichimaru
BAD SHINIGAMI † EXILÉ
I'M A SNEAKY MODERATOR

Dim 7 Oct - 18:06
Bonjour/Bonsoir et Bienvenue encore !

Suite à notre discussion sur la CB,

Voici donc les deux tests, j'espére que l'un d'eux t'inspira.

Citation :

Dans quelle circonstances, as-tu rencontrer Taikeshi accompagné de Kaze Sakurai ?

Ou

Citation :
Raconte nous comment tu as vécu le faite de te retrouver dans une organisation où tu n'es encore pas une fois, le chef. Comment tu vois, tes camarades, Généraux ainsi que tes hommes.

Voili Voilou :3





Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 1368
• INSCRIPTION : 03/04/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Dans un monde à l'envers.
• LOISIRS : Te faire tourner la tête est mon passe temps favoris.
• HUMEUR : D'humeur à retourner les morts.

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t50-il-existe-un-monde-ou-tout-e

Passeport
Rang: Most Wanted
Points d'experience:
85/455  (85/455)
Niveau: 28
Hirako Shinji
SHINIGAMI OR ARRANCAR ? † VIZARD
I'M A SEXY FOUNDER

Sam 13 Oct - 10:54
Ou en est cette présentation ?




hirako shinji
I won't let you bury it. I won't let you smother it. I won't let you murder it. Our time is running out, and our time is running out. You can't push it underground, we can't stop it screaming out.
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 25
• INSCRIPTION : 26/09/2012
• AGE : 392

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Général de la Seconde Unité de la Concorde.
Points d'experience:
0/410  (0/410)
Niveau: 25
Sasori Bôfuka
PEACE BETWEEN THE WORLDS † CONCORDE

Sam 13 Oct - 14:35
Elle avance o/

Gin s'occupe bien de moi. x)


Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 533
• INSCRIPTION : 21/08/2011
• LOISIRS : Tuer *_*
• HUMEUR : Meutrière

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t307-fiche-technique-grimmjow-te

Passeport
Rang: Espada 5th
Points d'experience:
205/365  (205/365)
Niveau: 22
Grimmjow Jaggerjack
BOUH! I'M A HOLLOW † HOLLOW
I'M A BESTIAL ADMINISTRATOR

Sam 20 Oct - 8:48
Seconde Relance ... As-tu bientôt terminé?

Edit Gin : Pourquoi tu fais une seconde relance, tu vois bien qui avance le petiote ! èWé




Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 25
• INSCRIPTION : 26/09/2012
• AGE : 392

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Général de la Seconde Unité de la Concorde.
Points d'experience:
0/410  (0/410)
Niveau: 25
Sasori Bôfuka
PEACE BETWEEN THE WORLDS † CONCORDE

Sam 20 Oct - 22:37
Bientôt...? Heu. '__'
Par contre je suis toujours là et j'y travaille. o/


Edit Gin : J'approuve, chaque jour, il avance ! Pas touche ! C'est mon protégé Grrr è__é

Edit Aizou : Fort heureusement ! Sinon je lui aurais botté le cul 8D Même si c'est ton protégé ! è_é
Allez, Fight o/


Edit Shinji : Désolé, j'avais juste envie de squatter :3

Edit Moi : Cassez-vous les squatteurs ! Arrêtez de troller mon post ! DDDDD8

Edit Aizou : Dans tes rêves 8D

Edit Kaze : T'as intêret à te grouiller pour ta fiche, le scorpion, sinon je vais te faire bouffer ton dard empoisonné u__u

Edit Moi : Eh ! Calme toi la Minus ! Va faire la tienne ! è_é

Edit Aizou : JE suis méchante... Et Kaze aussi. Nyark.

Edit Moi : Non, je suis sûr que ce n'est qu'une image que vous vous donnez. :p

Edit Kaze : JE SUIS PAS UNE MINUS >O<" ::tape Sasori:: Puis ma fiche ... je l'a fais mais je sais trés bien que j'aurai fini avant toi <__<

Edit Moi : Prouve le moi :D

Edit Kaze : ... Je te suis supérieur aprés tout ! ::https://www.youtube.com/watch?v=GiUshBy6D1Y::

Edit Moi : Ça, ça reste à prouver aussi. '__'

Edit Grimmy : J'ai relancé car cela faisait plus d'une semaine, c'est la procédure! Et si tu veux t'en occuper, inscris-le en gras sur sa fiche! GRRRRRR

Edit Jin : Je me sent le seul à pas avoir fait n'importe quoi ici ~o~




Dernière édition par Gin Ichimaru le Sam 20 Oct - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 25
• INSCRIPTION : 26/09/2012
• AGE : 392

MON PASSEPORT

Passeport
Rang: Général de la Seconde Unité de la Concorde.
Points d'experience:
0/410  (0/410)
Niveau: 25
Sasori Bôfuka
PEACE BETWEEN THE WORLDS † CONCORDE

Sam 3 Nov - 3:53
Absent du 4 au 11 (inclus)
Je ne pourrai donc pas continuer ma fiche.


Edit Gin : Ok o/
A ton retour, je te massacrerai D:


Edit Moi : Même pas peur. D:




Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL
Voir le profil de l'utilisateur

• MESSAGES : 253
• INSCRIPTION : 26/10/2011
• AGE : 21

• LOCALISATION : Karakura
• LOISIRS : ...
• HUMEUR : Souriant~

MON PASSEPORT
http://bleach-lt.forumactif.com/t496-fallais-le-faire-apres-tout

Passeport
Rang: Wanted
Points d'experience:
85/305  (85/305)
Niveau: 18
Gin Ichimaru
BAD SHINIGAMI † EXILÉ
I'M A SNEAKY MODERATOR

Dim 11 Nov - 2:44
Enfin ! Tels sont mes mots ! La qualité y est ! A part pour la fin du Cuarto Capítulo ~ La Espada ! Mais peu importe, je suis relativement très content de ton travail ! Donc voici le tant attendu ...

Donc, je te valide Général lvl 26 (par rapport au faite que il a tuer le Primera qui doit être normal lvl 26). N'oublies pas d'aller faire ta fiche technique ! Bonne continuation sur BLT ~


edit Gene : le lvl d'un général est 25, il est suffisant et il n'y a pas à légiférer là-dessus. L'Espada de la première génération n'était pas forcément aussi puissante que celle actuelle. Laissons l'HM disposer du pouvoir de résister à la Concorde, il n'y a pas de tension sinon.





Revenir en haut Aller en bas
MON PROFIL

MON PASSEPORT
Contenu sponsorisé

Aujourd'hui à 21:11


Revenir en haut Aller en bas
 

... Sasori Bôfuka, Général de la Seconde Unité de la Concorde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La rubrique de Sasori !
» Akasuna no Sasori, le maître du théâtre rouge
» Viens et vois (PV Shinmei Hayato, Aare)
» Steins Gate le film : Fuka Ryouiki no Déjà Vu
» Nuzlocke Challenge n°1.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH, the last time-